Ignorer la navigation

Un guide pour un gouvernement ouvert et le coronavirus: désinformation et protection de la liberté d'expression

Guía de gobierno abierto y coronavirus: Desinformación y protección de la libertad de expresión

Guide pour un gouvernement ouvert et le Coronavirus: Mésinformation et protection de la liberté d’expression

Ouvrir la sous-page Réponse 3

Recommandations | Exemples | Ressources | Partenaire | Retour à la page principale

La diffusion opportune et proactive d'informations sur les réseaux sociaux et d'autres canaux est essentielle pour sauver des vies et protéger les moyens de subsistance pendant COVID-19. Cependant, la propagation rapide de la désinformation et de la désinformation présente un défi majeur. Bien que ces tendances ne soient pas particulières à la crise du COVID-19, elles pourraient nuire considérablement à la riposte mondiale à la pandémie. Le Secrétaire général des Nations Unies et le Directeur général de l'OMS ont tous deux attiré l'attention sur «l'infodémie» de la désinformation, qui affecte négativement la réponse à la crise. Certains gouvernements ont censuré les médias indépendants et le contenu en ligne pour lutter contre la propagation de fausses nouvelles et de désinformation. Trackers, comme le celui développé par Reporters sans frontières (RSF), montrent des tendances croissantes de censure par l'État des médias indépendants et des campagnes de désinformation délibérées alimentées par des acteurs étatiques et non étatiques.

Recommandations

Cette section met en évidence les réponses politiques avec une optique de gouvernement ouvert pour une réponse immédiate, une reprise en cours et des efforts de réforme à long terme. Nous nous appuyons sur les recommandations d'organisations partenaires, notamment Access Now, Article 19, Web Foundation, entre autres. Pour plus d'informations, reportez-vous aux sections connexes sur protection des lanceurs d'alerte, Espace civique droit à l'information dans ce guide.

Définitions:

Désinformation: Informations fausses et délibérément créées pour nuire à une personne, un groupe social, une organisation ou un pays. Désinformation: Informations fausses mais non créées dans l'intention de nuire.

Réponse ouverte

Les mesures de réponse ouverte placent la transparence, la responsabilité et la participation au centre des efforts immédiats du gouvernement pour limiter la contagion et fournir une aide d'urgence.

Publier des informations de manière proactive

  • Les gouvernements devraient partager de manière proactive les informations pertinentes en temps opportun, mises à jour régulièrement.
  • Publiez des informations sur les médias grand public, les réseaux sociaux et par le biais de médias et de langues accessibles à des segments de la population à travers la fracture numérique.
  • Les gouvernements devraient désigner des porte-parole officiels et des sources de données dans les ministères concernés pour minimiser la probabilité de messages contradictoires.

Procédure régulière, portée et limites

  • Veiller à ce que les pouvoirs d'urgence qui restreignent temporairement ces droits constitutionnels soient soumis à des limitations dans le cadre des cadres juridiques internationaux pertinents, tels que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.
  • Veiller à ce que la portée et les limites des pouvoirs d'urgence soient clairement définies, y compris les exigences procédurales et juridiques ainsi que le droit de recours en vertu de la constitution nationale.
  • Renforcer les cadres juridiques sur le rôle des institutions nationales des droits de l'homme et créer des mécanismes leur permettant de s'associer à la société civile pour jouer leur rôle.

Lutter contre la désinformation, la désinformation et le discours de haine

  • Désigner des unités spécifiques au sein des gouvernements qui peuvent immédiatement identifier et contrer les tendances à la désinformation, tout en évitant les mesures punitives qui pourraient conduire à la censure.
  • Les agences d'État devraient s'abstenir de mener des campagnes de propagande. Les médias et la société civile ont un rôle important à jouer dans le suivi et le signalement des campagnes de désinformation menées par l'État.
  • Veiller à ce que tout nouveau décret ou législation visant le discours de haine respecte les limites de proportionnalité, de nécessité et de légalité énoncées dans le droit international des droits de l'homme.
  • Veiller à ce que la responsabilité et la réparation de la lutte contre le discours de haine sur les plateformes de médias sociaux incombent au gouvernement plutôt qu'aux plateformes en ligne elles-mêmes.

Élargir l'accès numérique

  • Un Internet ouvert, sécurisé et accessible est particulièrement essentiel pour que les travailleurs essentiels et le public accèdent aux informations critiques en temps opportun et aient également accès aux marchés et aux ressources économiques. Les gouvernements devraient s'abstenir de bloquer l'accès à Internet ou de restreindre la vitesse des données.

Récupération ouverte et réforme

Les mesures ouvertes de relance et de réforme placent la transparence, la responsabilité et la participation au centre des efforts en cours s'étendant à la reconstruction à moyen et à long terme dans le sillage de COVID-19. De même, des initiatives de réforme ouvertes garantissent que le public est au cœur du gouvernement dans le monde post-pandémique.

Le système d'implants dentaires Rapport mondial 2019 de l'OGP identifié quelques recommandations sur la protection de la liberté d'expression, y compris certaines de celles soulignées ci-dessous.

Procédure régulière, portée et limites

  • Veiller à ce que les limites de la liberté d'expression aux fins de poursuivre des objectifs légitimes, tels que la lutte contre la corruption et la cybersécurité, soient légales et proportionnées.
  • Instaurer des mesures de recours plus strictes pour mettre fin à l'impunité liée aux attaques contre les journalistes et le personnel des médias.

Sensibilisation et formation

  • Établir des programmes de formation sur le respect et la protection de l'expression. Toutes les autorités de l'État responsables de la protection des journalistes et de la liberté d'expression devraient participer.
  • Engager des organisations représentant les femmes et les minorités dans l'élaboration de solutions à la désinformation, au harcèlement et à la violence sur les plateformes en ligne.

Réglementer l'environnement médiatique

  • Augmenter la pression internationale sur le harcèlement, la détention ou le meurtre dirigé par l'État; établir des règles et des protections pour la liberté de la presse dans les médias numériques et imprimés; établir des orientations sur la sécurité des journalistes (qui tiennent compte des menaces liées au genre); et créer les conditions d'un plus grand pluralisme des médias.
  • Garantir une protection efficace des femmes et des médias LGBTQIA + et des acteurs de la société civile qui peuvent faire face à des dangers sur le lieu de travail.

Lutter contre la désinformation, la désinformation et le discours de haine

  • Évaluer, réformer et réviser les règles sur le contenu et la diffamation selon les besoins en consultation avec les médias, les plateformes technologiques et la société civile.

Sanctions et responsabilité

  • Supprimer le délai de prescription pour enquêter sur les délits contre la liberté d'expression.
  • Établir de solides protections pour les enquêtes et les poursuites pour violences contre les journalistes et autres acteurs de la société civile, afin de garantir l'accès à la justice. Ceux-ci devraient inclure des protocoles sensibles au genre / sensibles.

Exemples

Les exemples suivants sont des initiatives récentes en réponse à la pandémie de COVID-19 et sont tirés de notre liste de crowdsourcing ainsi que des documents de nos partenaires.

  • Le système d'implants dentaires Royaume-Uni a désigné une unité spécialisée pour lutter contre la désinformation sur le coronavirus.
  • Mexique créé un portail pour vérifier les informations circulant sur les réseaux sociaux et les médias numériques.
  • Canada a créé une application de jeu vidéo pour lutter contre la désinformation en enseignant aux citoyens à identifier les fausses informations.

Les exemples suivants sont des engagements précédemment pris par des membres de l'OGP qui démontrent des éléments des recommandations faites ci-dessus.

  • Croatie (2018-2020): Réformer le cadre de la réglementation des médias pour améliorer la transparence, protéger les journalistes et empêcher la publication de fausses informations.
  • Nigeria (2018-2020): Protéger les libertés d'expression et de réunion en formant la police et d'autres agences de sécurité au respect des droits des citoyens.
  • Italie (2016-2018): a mis en œuvre sa Déclaration sur les droits numériques en sensibilisant les citoyens à leurs droits numériques.

Ressources

Des partenaires qui peuvent
fournir un soutien et des informations supplémentaires

Merci à nos partenaires d'Access Now, CIMA, CIVICUS, IFEX, ICNL et Web Foundation pour avoir partagé leurs recommandations et révisé ce module.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!