Ignorer la navigation

Armenia Rapport final 2016-2018

Le troisième plan d'action de l'Arménie était axé sur l'amélioration de la transparence des dépenses publiques et la mise en place d'outils en ligne facilitant l'accès aux informations détenues par le gouvernement. Cependant, de nombreux engagements ont eu un impact potentiel mineur et n'ont pas été pleinement mis en œuvre dans les délais impartis en raison de ressources financières limitées, de problèmes techniques et de changements politiques. À l'avenir, le gouvernement pourrait élaborer des engagements plus ambitieux et allouer les ressources nécessaires pour assurer la mise en œuvre complète du prochain plan d'action.

Le Open Government Partnership (OGP) est une initiative internationale volontaire qui vise à obtenir que les gouvernements s'engagent auprès de leurs citoyens à promouvoir la transparence, à autonomiser les citoyens, à lutter contre la corruption et à exploiter les nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. Le mécanisme indépendant de reporting (IRM) examine les activités de chaque pays participant au programme OGP. Le présent rapport résume les résultats de la période allant d’août 2016 à juin 2018 et comprend certains faits nouveaux pertinents intervenus jusqu’en septembre 2018.

Le personnel du gouvernement coordonne le processus de l'OGP en Arménie, qui a été transformé en personnel du Premier ministre après les modifications constitutionnelles entrées en vigueur en avril. 2018.1 Le coordinateur de l'OGP pour le troisième plan d'action était le chef de cabinet adjoint Vahe Jilavyan. Toutefois, en juin 2018, ce rôle a été transféré au vice-premier ministre Ararat Mirzoyan. Un groupe de travail multisectoriel comprenant des membres de 26, comprenant le gouvernement de 15, dix représentants de la société civile et un représentant du secteur privé, a été créé en décembre par décret du Premier ministre 2016 pour superviser la mise en œuvre du troisième plan d'action.

Les organisations de la société civile (OSC) et le public ont été associés à l’élaboration du plan d’action. La participation à la période de mise en œuvre a été assurée par le biais de réunions du groupe de travail OGP et de la collaboration avec les OSC dans le cadre d’engagements spécifiques. La plupart des engagements ont été réalisés par les ministères, tandis que l'un d'entre eux a été dirigé par la Commission de l'éthique des hauts responsables.

Le troisième plan d'action comprenait plusieurs initiatives de données ouvertes conçues pour améliorer la transparence des dépenses et de la fourniture de services du gouvernement. Cependant, le rapport d'avancement de la GIR a révélé que l'impact potentiel de la plupart des engagements était mineur en raison de leur portée limitée et de la faible spécificité du libellé de l'engagement. D'autre part, seule la moitié des engagements du plan d'action a été mise en œuvre de manière substantielle ou complète, ce qui s'explique par diverses raisons, depuis des ressources financières limitées et des difficultés techniques jusqu'aux changements politiques. À l'avenir, le gouvernement pourrait prendre des engagements plus ambitieux et allouer le temps, le budget et les ressources humaines nécessaires pour assurer la mise en œuvre complète du prochain plan d'action.

Au moment de la rédaction du présent rapport, l’Arménie n’avait pas publié son rapport d’auto-évaluation de fin de mandat ni son nouveau plan d’action pour son quatrième cycle.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!