Ignorer la navigation

Rapport de fin de mandat de l'Australie 2016-2018 - Pour commentaires du public

En 2020, la division de Mécanisme de rapport indépendant (IRM) a publié le rapport de fin de mandat pour le premier plan d'action (2016-2018). Le rapport couvre la période de mise en œuvre complète du plan d'action de juillet 2016 à juin 2018.

En Australie, les conclusions du chercheur à l'IRM Daniel Stewart sont résumées ci-dessous:

« Le gouvernement australien a réalisé des progrès significatifs dans la mise en œuvre des engagements de son premier plan d'action national. La mise en œuvre a conduit à des changements majeurs dans la pratique dans des domaines politiques tels que la lutte contre la criminalité des entreprises, l'amélioration de l'accessibilité des informations détenues par le gouvernement et l'amélioration de la participation du public dans la prise de décision. Cependant, la majorité des engagements n'avaient généralement qu'un effet marginal ou nul sur l'ouverture du gouvernement, souvent en corrélation avec des achèvement. »

La version du rapport pour commentaires du public est disponible ci-dessous. La période de consultation publique s'est clôturée le 30 mars 2020.

Télécharger

Commentaires (1)

Peter Timmins Répondre

Daniel Stewart a produit un rapport détaillé, soigneusement étudié et sans aucun doute conforme aux lignes directrices du modèle de rapport énoncées dans le manuel de procédure IRM.
Cependant, le rapport est décevant à plusieurs égards:
Premièrement, le retard non reconnu et inexpliqué dans la publication du rapport.
Deuxièmement, l'aperçu, la section du rapport qui a une certaine chance d'être lue par un public généralement intéressé, présente un résumé limité et un compte rendu trop positif de la performance.
Troisièmement, peu de personnes sont mieux placées que l'examinateur indépendant pour s'appuyer sur son étude approfondie de l'élaboration du plan et des étapes de mise en œuvre des engagements à formuler des recommandations et suggestions pertinentes, mais le rapport n'en contient aucune.
1. Retard non reconnu et inexpliqué dans la publication du rapport.
D'autres rapports de pays de l'IRM illustrent qu'il n'est pas rare que des projets ou des rapports finaux soient publiés jusqu'à 12 mois après la période qu'ils couvrent.
La documentation sur le projet «IRM Refresh» en cours depuis 2017 indique que les rapports sont généralement publiés après neuf à douze mois, mais citent une nouvelle pratique approuvée par le comité directeur international lors de la réunion de février 2020 à Berlin selon laquelle les rapports seront publiés à l'avenir dans les six mois .
Ce rapport sur la performance de l'Australie au 30 juin 2018 dans la mise en œuvre des engagements pris en décembre 2016 a été publié 20 mois après la fin du mandat.
Serait-ce un nouveau record?
À plusieurs reprises au cours des six derniers mois, peut-être plus, il y a eu des déclarations publiques selon lesquelles le rapport serait publié «bientôt».
L'OGP a promu l'IRM comme une «voix crédible qui renforce la crédibilité du Partenariat».
Le silence pendant 20 mois sur les performances, les résultats et les résultats dans la réalisation des engagements du gouvernement ouvert soulève la question évidente, que s'est-il passé ici?
Le projet de rapport présentait-il des différences importantes au sein du MII ou avec le gouvernement australien, ou y a-t-il d'autres raisons de retard?
En revanche, le rapport de fin de mandat de l'IRM sur le plan du gouvernement néo-zélandais pour la même période 2016-2018 a été finalisé en février 2019.
L'utilité et la valeur d'un rapport vingt mois après la fin du mandat et, pour aggraver les choses, huit mois après la période couverte par le deuxième plan biennal, sont limitées.
Bien que cette lacune ne soit pas corrigée par une explication du retard, le rapport final, pour être crédible, devrait au moins inclure une reconnaissance et une indication de ce qui a conduit à ce résultat.
2. Compte trop positif de la performance dans la section Aperçu.
La plupart des observateurs, analystes et ceux qui s'intéressent de près à ces questions seraient surpris de lire que l'Australie en 2016-2018 a fait «des progrès significatifs» dans la mise en œuvre des engagements d'un gouvernement ouvert et qu'il y avait eu «des changements majeurs dans la pratique dans des domaines politiques tels que la lutte contre la criminalité des entreprises, l'amélioration de l'accessibilité des informations détenues par le gouvernement et la participation du public à la prise de décisions »
Ils pourraient être d'accord avec la partie suivante du paragraphe principal, que le plan OGP n'avait pas été trop important parce que «la majorité des engagements ont eu généralement un effet marginal ou aucun effet perceptible sur l'ouverture du gouvernement…. "
Ces opinions ne sont pas ici, là ou pertinentes pour la tâche entreprise par l'examinateur du MII pour évaluer le rendement par rapport aux engagements du plan et les résultats et les résultats.
Cependant, la section d'aperçu met en évidence les points positifs et, tout en notant l'effet limité de tout cela sur l'ouverture du gouvernement, ne parvient pas à attirer l'attention sur les lacunes importantes de la mise en œuvre qui étaient souvent évidentes au moment de l'évaluation à mi-parcours et figurent dans les rapports détaillés sur engagements qui suivent.
Un exemple est l'approche du statu quo en matière de consultation et d'engagement qui a vu peu de moyens d'information et d'implication dans les mesures prises pour mettre en œuvre les engagements sur la passation de marchés ouverte, la propriété effective, la transparence des industries extractives, les ensembles de données de grande valeur, la gestion de l'information et les lois d'accès, et cadre national d'intégrité.
La sous-section «Consultation de la société civile pendant la mise en œuvre» se concentre sur la participation du Forum du gouvernement ouvert à la surveillance de la mise en œuvre et ne fait aucune mention de l'engagement inexistant, médiocre, limité et insatisfaisant des parties prenantes et des autres parties intéressées à diverses étapes de la gestion de la mise en œuvre de la ces engagements.
Les limitations imposées à l'examinateur par le biais d'une obligation de respecter le modèle de rapport établi dans le manuel de procédure de l'IRM peuvent être la raison de l'absence de mention dans le rapport des normes de participation et de co-création du PGO dans la mesure où elles s'appliquent à la mise en œuvre.
Une image assez différente pourrait émerger si l'Australie était évaluée sur les normes de base et avancées suivantes qui n'ont pas été adoptées ou entièrement adoptées:
1. Le gouvernement recueille et publie un référentiel de documents sur le site Web / la page Web nationale du PGO, qui fournit un dossier historique et un accès à tous les documents liés au processus national du PGO, y compris (mais sans s'y limiter) les documents de consultation, les plans d'action nationaux, le gouvernement -évaluations, rapports IRM et documentation à l'appui de la mise en œuvre de l'engagement (par exemple liens vers des bases de données, preuves de réunions, publications)
2. Le forum gouvernemental et / ou multipartite mène des activités de sensibilisation et de sensibilisation auprès des parties prenantes concernées (par exemple les citoyens, les organisations de la société civile, les services gouvernementaux, les gouvernements infranationaux, le parlement, les universitaires, le secteur privé, etc.) pour les informer de l'OGP processus.
3. Les membres non gouvernementaux du forum multipartite sont sélectionnés selon un processus équitable et transparent. Les règles du forum devraient permettre aux membres non gouvernementaux de mener leur propre processus de sélection.
4. Le gouvernement tient au moins deux réunions ouvertes avec la société civile (une par an) sur la mise en œuvre du PAN.
5. Le gouvernement partage le lien avec le rapport de l'IRM avec d'autres institutions gouvernementales et parties prenantes afin d'encourager les commentaires lors de la phase de consultation publique.
6. Le gouvernement et / ou le forum multipartite mènent des activités de sensibilisation ciblées auprès des groupes d'intervenants concernés pour sensibiliser le public à la transparence du gouvernement, au PGO et aux possibilités de s'impliquer.
7. Le forum multipartite coordonne plusieurs événements de sensibilisation et d'engagement en face à face à travers le pays, qui sont ouverts et accessibles à tous les membres intéressés du public, de la société civile et d'autres parties prenantes (par exemple, à des moments et à des endroits appropriés). ).
8. Le forum multipartite supervise la publication de mises à jour régulières conjointes gouvernement-société civile sur l'avancement des engagements, en plus des rapports d'auto-évaluation du gouvernement.
9. Le gouvernement offre aux membres de la société civile, par le biais du forum national multipartite ou autrement, des occasions régulières (c'est-à-dire au moins semestrielles) de rencontrer le ministre responsable pour examiner les progrès accomplis, l'auto-évaluation du gouvernement et les rapports de l'IRM.
10. Des groupes de travail comprenant un éventail de parties prenantes pertinentes sont formés pour mettre en œuvre et suivre chaque engagement, leurs membres étant sélectionnés par des méthodes appropriées (par exemple par le forum multipartite ou par le biais d'un appel ouvert).
11. Le gouvernement organise de manière proactive de fréquentes réunions (c.-à-d. Au moins trimestrielles) de chaque groupe de travail, qui produisent des mises à jour régulières (c.-à-d. Au moins semestrielles) convenues conjointement des progrès accomplis sur la mise en œuvre de l'engagement. Ces mises à jour devraient constituer la base du rapport d'auto-évaluation du gouvernement.
..
3. Valeur limitée et absence de recommandations ou suggestions pour améliorer les performances
le retard limite la valeur de ce rapport.
Bien que l'IRM soit un facilitateur et non un exécuteur dans la surveillance indépendante de la gestion par les pays membres de ses engagements en matière d'OGP et que le manuel de procédure n'exige apparemment pas de recommandations dans un rapport final, il est également regrettable que le rapport soit pour la plupart muet sur le sort des recommandations. dans le rapport à mi-parcours et les possibilités d'amélioration identifiées depuis.
Même à ce stade avancé, des avis d'experts indépendants sur les enseignements à tirer de la manière dont l'Australie a parcouru son premier engagement avec le PGO et comment elle pourrait s'améliorer seraient importants et utiles.
.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership