Ignorer la navigation

Rapport sur les résultats transitoires de la Bosnie-Herzégovine 2019-2021

Open Government Partnership est un partenariat mondial qui rassemble des réformateurs gouvernementaux et des dirigeants de la société civile pour créer des plans d'action qui rendent les gouvernements plus inclusifs, réactifs et responsables. Les engagements du plan d'action peuvent s'appuyer sur les efforts existants, identifier de nouvelles étapes pour mener à bien les réformes en cours ou lancer un domaine entièrement nouveau. Le mécanisme de rapport indépendant (IRM) d'OGP surveille tous les plans d'action pour s'assurer que les gouvernements respectent leurs engagements. La société civile et les dirigeants gouvernementaux utilisent les évaluations pour réfléchir à leurs progrès et déterminer si les efforts ont eu un impact sur la vie des gens.

Le MII s'est associé à Elma Demir pour mener à bien cette évaluation. Le MII vise à éclairer le dialogue continu autour de l'élaboration et de la mise en œuvre des futurs engagements. Pour une description complète de la méthodologie du MII, veuillez visiter https://www.opengovpartnership.org/about/independent-reporting-mechanism.

Ce rapport couvre la mise en œuvre du premier plan d'action de la Bosnie-Herzégovine pour 2019-2021. En 2021, l'IRM mettra en place une nouvelle approche de son processus de recherche et du périmètre de son reporting sur les plans d'action, validée par l'IRM Refresh.[1] L'IRM a ajusté ses rapports de mise en œuvre pour les plans d'action 2018-2020 pour s'adapter au processus de transition vers les nouveaux produits IRM et permettre à l'IRM d'ajuster son flux de travail à la lumière des effets de la pandémie de COVID-19 sur les processus des pays OGP.

Mise en œuvre du plan d'action

Le rapport des résultats transitoires du MII évalue l'état des engagements du plan d'action et les résultats de leur mise en œuvre à la fin du cycle du plan d'action. Ce rapport ne revient pas sur les évaluations de « vérifiabilité », de « pertinence » ou d'« impact potentiel ». Le MII évalue ces trois indicateurs dans les rapports de conception du MII. Pour plus de détails sur chaque indicateur, veuillez consulter l'annexe I du présent rapport.

Faits saillants généraux et résultats

Les institutions étatiques de Bosnie-Herzégovine (BiH) ont utilisé ce premier plan d'action pour se concentrer sur les priorités du gouvernement en matière de gouvernement ouvert et de bonne gouvernance. À la fin de la période de mise en œuvre, les engagements 1 (données ouvertes sur les marchés publics en Bosnie-Herzégovine), 2 (développement d'une plate-forme Web pour la rédaction en ligne de plans d'intégrité) et 5 (impliquer les organisations de la société civile dans les processus d'élaboration des politiques) avaient été peu achevés. . Les engagements 3 (élaboration de modules de formation en ligne sur les plans d'intégrité pour les fonctionnaires) et 4 (augmentation de la disponibilité, de l'ouverture et de l'utilisation des données statistiques officielles) ont été pratiquement achevés, et les engagements 6 (amélioration de la transparence dans les institutions de Bosnie-Herzégovine) et 7 (élaboration d'un budget pour Citoyens) ont été entièrement remplis.

Avant le début de la mise en œuvre du plan d'action, les établissements avaient déjà commencé à mettre en œuvre les engagements 3, 4 et 6. Ces engagements bénéficiaient déjà d'un financement et étaient moins touchés par les retards de la COVID-19. L'engagement 3 a également démontré une étroite collaboration entre la société civile et les institutions publiques pour développer le contenu des supports de formation sur les plans d'intégrité.

La société civile a noté qu'un manque de financement externe (par exemple, des fondations internationales) a conduit à une réalisation limitée de l'Engagement 2, et que le financement sera probablement un facteur important dans la mise en œuvre des futurs engagements du plan d'action.[2] Le MII suggère aux parties prenantes d'examiner si les engagements disposent d'un financement adéquat à mettre en œuvre pour les futurs plans d'action.

Le rapport de conception du MII a identifié les engagements 1, 5 et 7 comme des engagements dignes de mention. Les restrictions à la liberté de réunion dues au COVID-19 ont retardé les activités de l'Engagement 5 dans la mesure où il n'avait qu'un achèvement limité à la fin de la période de mise en œuvre. La mise en œuvre limitée de l'Engagement 1 s'explique par le fait que des amendements législatifs n'ont pas été adoptés au parlement, ce qui aurait autrement ouvert la porte à une mise en œuvre complète. L'institution responsable de la mise en œuvre de l'engagement 1 vise à poursuivre les travaux sur l'ouverture des marchés publics dans les futurs plans d'action.[3] L'engagement 7, quant à lui, a complété les activités d'élaboration du budget pour les citoyens. Bien qu'il ait attiré une attention médiatique limitée, davantage aurait pu être fait pour diffuser activement l'information au public au-delà de sa publication sur le site Web. Seul l'engagement 7 est examiné plus en détail à la section 2.3.

Impact de la pandémie COVID-19 sur la mise en œuvre

La pandémie de COVID-19 a eu un impact significatif sur la mise en œuvre des engagements ainsi que sur les opérations du Conseil consultatif. De mars à l'été 2020, toutes les institutions, y compris celles au niveau de l'État, se sont concentrées sur l'atténuation de la crise. Cela signifiait faire face à de nouveaux modes de fonctionnement et ajuster les procédures au travail en ligne et à distance. Étant donné que les institutions publiques n'avaient pas mis en place de telles pratiques avant la pandémie, il a fallu beaucoup de temps pour s'adapter à ces changements.

De plus, la pandémie a affecté la capacité institutionnelle, à cause de la maladie et de l'augmentation de la charge de travail. Par exemple, l'Agence des marchés publics de Bosnie-Herzégovine a effectué un suivi et des évaluations supplémentaires des marchés publics liés à la pandémie de COVID-19, qui a créé de nouvelles charges de travail pour ses employés.[4] Les accusations de corruption dans les marchés publics sont devenues un problème en 2020 alors que des cas de profit et de prix gonflés sont apparus dans l'achat de ventilateurs et d'autres articles liés à la pandémie.[5]

La pandémie a également considérablement retardé les ateliers et les formations dans le cadre des engagements pris par le ministère de la Justice, le Bureau du coordinateur de la réforme de l'administration publique de Bosnie-Herzégovine (PARCO) et l'Agence des statistiques de Bosnie-Herzégovine, dont certains ont ensuite été organisés en ligne.[6] Malgré ces défis, le Conseil consultatif a réussi à se réunir au moins quatre fois au cours de l'année, d'abord en ligne, puis plus tard avec des réunions en personne.

[1] Pour plus d'informations, voir: https://www.opengovpartnership.org/process/accountability/about-the-irm/irm-refresh/.

[2] Leila Bičakčić (Centre pour le journalisme d'investigation (CIN)), entretien avec un chercheur de l'IRM, 6 décembre 2021 ; Danira Karović et Darko Brkan (Association "Why not?"), entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 décembre 2021.

[3] Agence des marchés publics, "Projet de programme de travail de l'Agence des marchés publics de BiH pour 2022", 21 juillet 2021, https://ekonsultacije.gov.ba/legislativeactivities/details/113066

[4] Belma Sečibović et Dario Kihli (Agence des marchés publics de Bosnie-Herzégovine), entretien avec un chercheur de l'IRM, 7 décembre 2021.

[5] Aida Djugum, Edib Bajrovic et Andy Heil, "Comment une ferme bosniaque de framboises a-t-elle obtenu un contrat d'État pour acquérir 100 ventilateurs ?" (Radio Free Europe – Radio Liberty, 5 mai 2020), https://www.rferl.org/a/bosnia-ventilators-scandal-covid-19-raspberry-farm-multimillion-deal-procurement/30594315.html.

[6] Vildan Hadžihasanović (ministère de la Justice de BiH), entretien avec un chercheur de l'IRM, 6 décembre 2021 ; Vedrana Faladzic et Mubera Begic (PARCO), entretien avec un chercheur de l'IRM, 6 décembre 2021 ; Alen Mrgud (Agence des statistiques de Bosnie-Herzégovine), entretien avec un chercheur de l'IRM, 7 décembre 2021.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Open Government Partnership