Ignorer la navigation

Rapport IRM à moyen terme pour la Côte d'Ivoire 2016-2018

Résumé - Rapport annuel 1

Plan d'action: 2016 – 2018
Période considérée: Juillet 2016 – Juin 2017
Année de publication du rapport IRM: 2018

Le plan d'action était thématiquement varié. Cependant, le manque de spécificité ou de pertinence de certains engagements rendait leur impact potentiel difficile à évaluer. La société civile pourrait être impliquée plus significativement dans le processus de développement du prochain plan d'action.

POINTS FORTS

Engagement Vue d'ensemble Bien conçu?*
Création et fonctionnalité des comités de développement minier Cet engagement vise à impliquer les résidents des régions touchées par les projets miniers dans les activités locales. Il vise également à prendre en compte les besoins de ces résidents dans le cadre de projets communautaires axés sur le développement. Non
Mise en place de comités communaux de lutte contre le racket

Cet engagement combat le racket en encourageant la participation locale. Ces comités permettraient au public de dénoncer le racket.

Non
Promouvoir la budgétisation participative Cet engagement vise à faciliter l'appropriation du budget par les populations locales à travers leur participation à son développement. Cet engagement favoriserait la transparence et le suivi du budget. Non

* L'engagement est évalué par l'IRM comme étant spécifique, pertinent et potentiellement transformateur

PROCESSUS

Selon le gouvernement, le plan d'action reflète une vaste consultation des parties prenantes. Pourtant, la société civile affirme n'avoir que peu d'occasions d'influencer le plan et qu'il a été conçu en grande partie par le comité technique du gouvernement, qui s'est également réuni régulièrement au cours de la mise en œuvre du plan. ">

Qui était impliqué?

Société civile Consultations gouvernementales étroites / peu nombreuses Principalement les agences qui desservent d'autres agences Implication significative de la ligne

ministères et agences

Au-delà de la «gouvernance» de la société civile

Principalement «gouvernance» de la société civile

Pas / peu d'implication de la société civile

Gouvernemental

Le gouvernement a créé un comité technique pour diriger le processus d'élaboration du plan d'action. Il était composé principalement de représentants des gouvernements, mais trois représentants de la société civile ont également participé. La société civile a été impliquée via une plate-forme qu'elle a mise en place. Cependant, cette plate-forme a été créée trop tard dans le processus pour avoir une influence significative sur le plan d'action.

Niveau de contribution des parties prenantes

Niveau d'entrée En cours de développement

Collaborer: Il y avait un dialogue itératif ET le public a aidé à établir l'ordre du jour

Impliquer: Le gouvernement a commenté la manière dont les contributions du public ont été considérées

Consulter: Le public pourrait donner son avis
Informer: Le gouvernement a fourni au public des informations sur le plan d'action.

Pas de consultation

Exigences de co-création OGP

1. Processus de chronologie et disponibilité Calendrier et processus disponibles en ligne avant la consultation Non
2. Préavis Préavis de consultation Oui
3. Sensibilisation

Le gouvernement a mené des activités de sensibilisation

Oui

4. Canaux multiples

Des consultations en ligne et en personne ont été effectuées

Non

5. Documentation et commentaires

Un résumé des commentaires du gouvernement a été fourni

Non

6. Forum multipartite régulier

Un forum existait-il et se réunissait-il régulièrement?

Oui

7. Rapport d'autoévaluation du gouvernement

Un rapport d'auto-évaluation a-t-il été publié?

Oui

Total

4 de 7

Agir contrairement au processus OGP

La Côte d'Ivoire n'a pas agi contrairement au processus de l'OGP. Un pays est réputé avoir agi contrairement au processus si l'un ou plusieurs des événements suivants se produisent:

  • Le plan d'action national a été élaboré sans engagement en ligne ni hors ligne avec les citoyens et la société civile.
  • Le gouvernement ne parvient pas à dialoguer avec les chercheurs de l'IRM responsables des rapports du pays pour l'année 1 et l'année 2
  • Le rapport IRM établit qu'aucun progrès n'a été réalisé dans la mise en œuvre des engagements du plan d'action du pays

RENDEMENT D'ENGAGEMENT

Le plan d'action contient des engagements vagues, ce qui rend difficile l'évaluation de leur impact potentiel. Le gouvernement a progressé dans la mise en œuvre de la plupart de ses engagements. À l'avenir, le gouvernement pourrait s'assurer que les documents relatifs à la mise en œuvre sont disponibles en ligne.

1 Année

2 Année

ENGAGEMENTS REMPLIS

Taux d'achèvement moyen mondial OGP *

GARANTIE

GARANTIE

Plan d'action 2016-2018

5 sur 15 (34%)

ENGAGEMENTS TRANSFORMATIFS

Taux d'achèvement moyen mondial OGP *

GARANTIE

Plan d'action 2016-2018 0 sur 15 (0%)

ENGAGEMENTS ÉTOILÉS

Plus grand nombre d'engagements marqués (tous les plans d'action OGP)

5

8

Plan d'action 2016-2018

0 sur 15 (0%)

N/A

RECOMMANDATIONS CLÉS IRM

1. Collaborer avec la société civile dans la prise de décision pour s'assurer qu'elle peut jouer un rôle de soutien et participer à l'action citoyenne À cette fin, augmenter le nombre de représentants de la société civile au sein du comité technique OGP afin de parvenir à une composition équilibrée entre le gouvernement et la société civile. Associer pleinement la plateforme de la société civile au choix des représentants de la société civile du comité

2. Le gouvernement pourrait se consacrer davantage à la lutte contre la corruption. Par exemple, il pourrait rédiger, adopter et mettre en œuvre une politique ou un plan national de lutte contre la corruption, abordant à la fois le racket et le blanchiment d’argent.

3. Le gouvernement pourrait mettre davantage l’accent sur la liberté de la presse et la pluralité des expressions. Par exemple, cela pourrait faciliter les conditions de libéralisation dans le secteur télévisuel. Cela pourrait également élargir les domaines dans lesquels les chaînes de télévision privées peuvent diffuser.

4. Le prochain plan d'action pourrait être plus détaillé et plus cohérent, avec des objectifs spécifiques, quantifiables et vérifiables.

5. Suivi régulier du plan d'action pendant sa mise en œuvre en collaboration avec la société civile: avec la société civile et toutes les autres parties prenantes, le Comité technique et la plateforme de la société civile pourraient se réunir tous les trois mois pour suivre l'avancement de chaque engagement. La société civile pourrait avoir plus de représentants présents lors de l'évaluation des progrès sur le terrain.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!