Ignorer la navigation

Révision du plan d'action France 2021-2023

Ce produit consiste en une revue IRM de la France 2021-2023 plan d'action. Le plan d'action est composé de 59 engagements. Cet examen met l'accent sur son analyse de la force du plan d'action à contribuer à la mise en œuvre et aux résultats. Pour les données engagement par engagement, voir l'annexe 1. Pour plus de détails concernant la méthodologie et les indicateurs utilisés par le MII pour cette revue du plan d'action, voir la section IV. Méthodologie et indicateurs du MII.

Aperçu du Plan d'action 2021-2023

Le troisième plan d'action de la France touche à plus de domaines thématiques et comprend plus d'institutions que n'importe quel plan d'action précédent. Cependant, il y a eu un manque de dialogue significatif avec la société civile au cours de la processus de co-création, et la plupart des 59 engagements ont un potentiel de résultats peu clair ou manquent de détails suffisants pour être évalués. Pour revitaliser le processus OGP, le gouvernement pourrait aborder la mise en œuvre des engagements avec une plus grande ambition que prévu dans le plan et en plus grande collaboration avec la société civile.

EN BREF

Participer depuis: 2014

Plan d'action à l'étude: 2021-2023

Produit IRM : Examen du plan d'action

Nombre d'engagements: 59

Aperçu des engagements :

  • Engagements avec un objectif de gouvernement ouvert : 49 (83 %)
  • Engagements à fort potentiel de résultats : 1 (2 %)
  • Engagements prometteurs : 3

Domaines politiques

Reprise des plans d'action précédents :

  • Engagement citoyen dans la politique climatique
  • pression transparence
  • Transparence des achats
  • Aide transparence

Apparaissent dans ce plan d'action :

  • Transparence des fonds de relance
  • Gouvernement ouvert dans la politique de santé
  • Gouvernement ouvert dans l'éducation politique

Conformité avec OGP exigences minimales pour la co-création :

  • A agi selon le processus OGP : Non

Le troisième plan d'action de la France contient 59 engagements. Il reprend des sujets de son plan d'action précédent, tels que l'engagement des citoyens dans la politique environnementale, la transparence du lobbying, la transparence des achats et la transparence de l'aide. Il couvre également de nouveaux domaines, tels que la transparence du financement de la COVID-19 et la participation des citoyens aux politiques de santé et d'éducation. Le gouvernement a fait le choix conscient d'avoir un vaste plan, qui « initierait et soutiendrait un changement culturel au sein de l'administration publique ».

Le plan d'action contient un engagement avec un potentiel de résultats substantiel. Bien que le plan d'action aborde plusieurs sujets, les engagements manquent souvent d'actions spécifiques (jalons) ou de résultats clairs, ce qui réduit le potentiel global de résultats par rapport aux plans d'action précédents. Certains engagements sont directement tirés des stratégies et des feuilles de route existantes, mais il y a eu un manque de dialogue significatif avec la société civile pour les modifier (ou même discuter, définir plus avant et préciser les propositions) lors de la co-création. Plusieurs engagements sont liés à des projets plus larges et ambitieux, mais ne reflètent pas tout le potentiel des réformes dans le domaine politique car ils sont rédigés de manière trop vague ou trop étroite.

Le processus d'élaboration du plan d'action est tombé en dessous du minimum Open Government Partnership (OGP) principalement en raison d'un manque de réponse motivée. La Direction interministérielle de la transformation publique (DITP, au sein du ministère de la Transformation et de la Fonction publique) est devenue le ministère de tutelle de l'OGP peu avant le début du processus de co-création en février 2021. Il y avait au moins dix ateliers thématiques dans le cadre des deux Forum Open événements d'État aux premiers stades de la co-création. Le Forum Open d'Etat est le mécanisme multipartite actuel permettant au gouvernement d'échanger régulièrement avec la société civile sur le processus OGP. La pandémie de COVID-19 a compliqué le processus car certains événements n'invitaient qu'une liste limitée de participants. En plus de ces événements, il y avait un hackathon sur les données de santé (marqué comme un événement OGP même s'il a eu un impact limité sur le plan d'action final), plusieurs événements en ligne, et un débriefing final en novembre. La société civile a exprimé sa déception que ces événements aient eu « peu de véritables consultations » et que le gouvernement n'ait pas fourni de commentaires motivés à leurs suggestions. Il y a eu peu ou pas de contact du gouvernement avec la société civile entre ces premières réunions et le débriefing final. Les représentants du gouvernement ont déclaré qu'ils accordaient la priorité à l'élargissement du nombre et au renforcement d'une culture de dialogue ouvert entre les institutions publiques incluses dans le plan d'action. Dans certains cas, les institutions publiques ont invité des organisations de la société civile (OSC) à s'associer à des engagements qu'elles n'avaient pas participé à la rédaction ou les ont ajoutées en tant que partenaires de mise en œuvre sans les en informer. La société civile n'a pas vu de projet de plan d'action avant la publication de la version finale. Le plan d'action final a été publié en décembre 2021.

Trois engagements porteurs ont été identifiés dans ce plan d'action. La mise en place d'une base de données centralisée unique sur l'aide française au développement dans le cadre de l'Engagement 4 pourrait aider la société civile et les bailleurs de fonds à suivre plus efficacement la mise en œuvre des programmes d'aide au développement. L'engagement 47 sur la promotion de l'émergence d'initiatives citoyennes d'intérêt public pourrait avoir un impact modeste mais positif sur l'engagement civique avec les institutions gouvernementales. L'engagement 52 de l'Institution supérieure de contrôle (ISC) pourrait introduire un mécanisme de signalement et une plate-forme de droit de pétition et accroître l'accès aux travaux produits par l'ISC et aux informations les concernant.

Treize engagements n'ont pas une optique claire de gouvernement ouvert. Tels qu'ils sont rédigés, ces engagements ne contiennent aucune action qui conduirait clairement à une plus grande transparence, à une meilleure participation citoyenne, ou amélioré Responsabilité publique. Un engagement n'est pas vérifiable car il manque de détails suffisants pour identifier ce qui sera mis en œuvre. De nombreux engagements n'identifient pas de jalons spécifiques, et d'autres incluent des jalons qui ont été complétés ou programmés pour être complétés avant ou pendant la co-création ou avant l'adoption du plan d'action. Ces facteurs indiquent un besoin pour le DITP et une formalisation Forum multipartite (MSF) à jouer un rôle plus actif dans la hiérarchisation et la sélection d'engagements vérifiables et pertinents pour un gouvernement ouvert pour les futurs plans d'action. Le gouvernement pourrait aborder la mise en œuvre de certains engagements avec une plus grande ambition que ce qui est actuellement écrit dans le plan, en tenant compte des recommandations de cet examen et en collaboration plus étroite avec la société civile.

Le suivi de 59 engagements lorsque tous les engagements n'ont pas de jalons clairs sera un défi. Les normes de participation et de co-création OGP mises à jour exigent que la mise en œuvre soit documentée en ligne sur le référentiel national OGP, avec des liens vers des preuves. Le gouvernement et la société civile devraient également se rencontrer régulièrement pendant la mise en œuvre pour discuter des progrès réalisés, et les commentaires sur la mise en œuvre de la société civile devraient recevoir un retour d'information. Tout en reconnaissant la valeur d'un engagement large et ouvert avec la société civile, le développement d'une MSF avec un mandat convenu, des règles de procédure et l'élection de membres de la société civile aiderait à assurer un dialogue actif et régulier entre le gouvernement et la société civile. Ce forum aiderait également à faciliter le suivi du plan d'action ainsi qu'à établir une relation de travail (et un élan) vers le prochain plan d'action, qui gagnerait à ce que le gouvernement maintienne de manière proactive le dialogue avec la société civile, examine ses propositions et développe moins mais plus des engagements ambitieux qui répondent aux priorités du gouvernement et de la société civile. Une meilleure coordination interministérielle par le ministère de tutelle pourrait assurer la cohérence et la qualité des engagements sans décourager ces acteurs publics.

Des engagements prometteurs dans le plan d'action 2021-2023 de la France

L'examen suivant examine les trois engagements que le Mécanisme de rapport indépendant (IRM) identifié comme ayant le potentiel de réaliser les résultats les plus prometteurs. Cet examen éclairera l'approche de recherche du MII pour évaluer la mise en œuvre dans le rapport sur les résultats. Le rapport sur les résultats du MII s'appuiera sur l'identification précoce des résultats potentiels de cet examen pour contraster avec les résultats à la fin de la période de mise en œuvre du plan d'action. Cet examen fournit également une analyse des défis, des opportunités et des recommandations pour contribuer au processus d'apprentissage et de mise en œuvre de ce plan d'action.

Les 59 engagements de la France sont répartis en six grands thèmes que sont la participation aux politiques publiques, la transparence de l'action gouvernementale, inclusion numérique, politique environnementale et climatique, politique de santé, ouverture en Europe et à l'étranger. Les représentants du gouvernement se sont particulièrement réjouis que le ministère de l'Éducation et le ministère de la Santé figurent pour la première fois dans le plan d'action.

L'engagement 52 (de l'Institution supérieure de contrôle portant sur la mise en œuvre de sa stratégie 2025) a un potentiel de résultats substantiel car il est analysé comme un engagement prometteur. L'engagement 4 (sur la constitution d'une base de données sur l'aide publique au développement de la France) et l'engagement 47 (sur l'émergence d'initiatives citoyennes d'intérêt général) sont également analysés en profondeur comme des engagements porteurs.

Près d'un quart (14 [23%]) des engagements ne contiennent pas suffisamment d'informations pour vérifier les actions à entreprendre ou n'ont pas une vision claire du gouvernement ouvert. Ces engagements sont répartis sur de multiples thématiques, dont la politique environnementale et climatique, la politique de santé, jeunesse l'engagement, le renforcement de l'ouverture en Europe et à l'étranger, et la transparence de l'action gouvernementale. Engagements d'amélioration, de sensibilisation et de numérisation prestation de services publics gagnerait à impliquer les citoyens dans le cadre du processus décisionnel plutôt que de tester les étapes finales de la mise en œuvre. Pour éviter ce manque d'information à l'avenir, les processus d'élaboration des plans d'action gagneraient à hiérarchiser et à filtrer les engagements finaux du plan d'action.

Plus de quatre engagements sur cinq (48 [81 %]) ont un potentiel de résultats incertain. Dans de nombreux cas, la manière dont la mise en œuvre fait progresser le gouvernement ouvert au-delà des pratiques actuelles dans le domaine politique n'est pas claire. En outre, de nombreux engagements manquent de clarté quant aux résultats escomptés et aux étapes pour y parvenir. Dans certains cas, les engagements ne contiennent aucun jalon ou doivent être achevés avant l'adoption du plan d'action (et certains avant le début du processus de co-création). Pour combler les lacunes en matière d'ambition, les institutions publiques qui dirigent la mise en œuvre pourraient identifier les aspects de leurs engagements qui pourraient être plus ambitieux lorsqu'ils sont mis en œuvre en collaboration avec les OSC concernées. Cette approche pourrait porter les engagements au-delà de leur potentiel actuel de résultats et améliorer la collaboration entre la société civile et le gouvernement, en vue de développer des engagements lors du processus de co-création du prochain plan d'action.

En particulier, une approche plus ambitieuse dans la mise en œuvre pourrait être envisagée pour l'engagement 15 sur l'ouverture des données du ministère de l'Éducation afin que les parties prenantes concernées, telles que les enseignants, les syndicats d'étudiants et les associations de parents, aident à établir des priorités dans la publication de données ouvertes. L'IRM recommande d'envisager de publier des données plus détaillées sur la taille des classes ventilé par emplacement; école; an; et les absences des enseignants, avec des données indiquant si les enseignants ont été remplacés.

L'engagement 17 sur la transparence des marchés publics devrait augmenter le nombre de points de données publiés sur les marchés publics et développer une plateforme de visualisation des données (qui a été lancée avant l'adoption du plan d'action). Deux experts et un représentant de la société civile ont critiqué l'engagement et ont souligné qu'il n'aborde pas l'exhaustivité des données (un problème clé pour le manque de transparence des marchés publics). Une partie prenante interrogée a également noté que bien que cet engagement visait à accroître la transparence, le gouvernement avait réduit la transparence dans la passation des marchés en relevant le seuil de publication des données essentielles des marchés publics supérieurs à 25,000 40,000 € à ceux supérieurs à XNUMX XNUMX €, ce qui était déjà une préoccupation exprimée dans le rapport sur les résultats transitoires du MII pour le plan d'action 2018-2020 de la France. Le gouvernement et la société civile devront surveiller l'impact de ces changements, bien que le gouvernement reste optimiste à leur sujet, arguant que les acheteurs continueront à publier des données puisque le processus est entièrement numérisé. Une mise en œuvre plus ambitieuse de l'engagement pourrait garantir que la visualisation des données d'approvisionnement fournit des détails opportuns et plus significatifs tout au long du cycle de vie de l'approvisionnement, et permet le retour d'information de la société civile.

L'engagement 19 vise à renforcer la transparence du plan de relance économique de la France post-COVID-19. La société civile et l'Institution supérieure de contrôle de la France ont critiqué les lacunes dans la traçabilité et le manque de transparence des fonds France Relance. La mise en œuvre pourrait se concentrer sur l'augmentation de la portée de la transparence, la mise à disposition de données nouvelles et désagrégées dans des formats ouverts pour fournir aux citoyens des informations clés et opportunes (telles que sur les bénéficiaires finaux de projets spécifiques ou les impacts sociaux et environnementaux des fonds). Depuis l'adoption du plan d'action, le gouvernement prévoit désormais un audit en septembre 2022 et la publication de nouveaux ensembles de données en 2023. Le MII leur recommande de mener ces processus en collaboration avec la société civile.

L'Engagement 23 vise à former des élus locaux à la conduite de projets « emblématiques » de participation citoyenne pendant trois ans dans 10 à 20 collectivités locales, avec 100,000 2019 € par an. La mise en œuvre de l'engagement pourrait introduire l'utilisation de méthodes de participation innovantes, résoudre des problèmes difficiles et intégrer des mécanismes de rétroaction dans les processus de participation locaux. En outre, la mise en œuvre bénéficierait de la prise en compte des orientations et des recommandations issues d'un engagement similaire dans le plan d'action 2021-XNUMX du Royaume-Uni.

L'engagement 44 sur un inventaire des algorithmes publics pourrait être une réforme ambitieuse, mais le potentiel de résultats est plus faible que dans les plans précédents. Une approche ambitieuse de la mise en œuvre pourrait introduire un registre public et centralisé, exiger un engagement proactif avec la société civile et trouver des moyens de rendre l'utilisation des algorithmes compréhensible pour le public afin qu'il puisse demander des comptes aux autorités. Le gouvernement pourrait publier un tableau de bord ou un rapport d'étape sur les inventaires et permettre aux citoyens d'enquêter sur l'utilisation des algorithmes.

L'engagement 58 sur la transparence du lobbying pourrait être plus ambitieux si le gouvernement et le parlement apportaient des modifications importantes pour combler les lacunes dans la collecte de données qui empêchent actuellement la mise en œuvre réussie d'une empreinte législative et la divulgation des informations sur le lobbying. Cette approche nécessiterait d'importants changements législatifs et réglementaires, et le plan d'action OGP pourrait être une plate-forme pour faire pression pour des engagements au-delà des ajustements administratifs.

En plus de s'assurer qu'ils sont suffisamment qualifiés, les acteurs non gouvernementaux affirment que la mise en œuvre de l'Engagement 59 sur la formation des agents publics chargés de l'accès à l'information (PRADA) pourrait être plus ambitieuse pour améliorer le respect de la loi si elle cartographiait et publiait de manière proactive les noms et coordonnées des PRADA et, à ce titre, identifier et rendre publiques les institutions disposant ou non de PRADA.

Le MII salue les deux engagements du Ministère de la Justice qui s'est engagé pour la première fois dans le processus OGP. L'engagement 25 du ministère de la Justice comprend une consultation importante, la consultation nationale sur la justice, mais ses jalons (prévus avant la publication du plan d'action) ne précisent pas les actions de suivi qui pourraient accroître l'évaluation du MII du potentiel de résultats. Le MII reconnaît qu'un rapport officiel a été publié et que d'autres consultations sont dues, mais celles-ci seront abordées dans le rapport sur les résultats à la fin du cycle du plan d'action. Le ministère de la Justice pourrait agir pour s'assurer que lors de la mise en œuvre, les consultations soient menées de manière transparente, ouverte et qu'il explore la possibilité d'utiliser des méthodes d'engagement innovantes (voire délibératives). L'engagement 26 soutient un vaste et ambitieux projet continu de données ouvertes dans le système judiciaire en créant des groupes de travail et en organisant des dialogues. Cependant, le mandat du MII et cet examen du plan d'action n'évaluent que l'engagement tel qu'il est écrit, plutôt que le domaine politique plus large. La société civile salue cet engagement et estime qu'il pourrait contribuer à favoriser un dialogue sur une justice ouverte. La mise en œuvre de cet engagement pourrait être renforcée s'il garantissait explicitement que les opportunités de retour d'information et les groupes de travail étaient transparents et ouverts à une large communauté d'utilisateurs de données et de nouvelles parties prenantes travaillant dans le secteur de la justice.

De multiples engagements en matière de politique environnementale et climatique pourraient être rendus plus ambitieux en s'engageant auprès de la communauté dynamique et active de la société civile travaillant sur les questions climatiques et environnementales en France. La société civile a exprimé son mécontentement face aux processus de consultation (comme sur la stratégie bas carbone de l'Engagement 6), accusant une déconnexion entre les résultats des consultations publiques sur la politique énergétique et les déclarations politiques sur l'énergie nucléaire. Le gouvernement a déclaré que les consultations pour l'engagement 6 ne sont pas exigées par la loi. Ils ont également confirmé qu'ils n'avaient eu aucun contact avec la société civile pour élaborer cet engagement. Les consultations proposées concernant l'Engagement 7 sont requises par la loi , il n'est donc pas clair quelle valeur ajoutée cet engagement a dans un plan d'action OGP. De nouveaux engagements pourraient s'appuyer sur des actions issues d'engagements antérieurs et utiliser des approches récentes et innovantes du dialogue environnemental (telles que la Convention citoyenne sur le climat).

Le Ministère de la Santé et l'agence Health Data Hub sont des établissements nouvellement intégrés à la démarche OGP en France. Le processus de co-création du ministère de la Santé a bénéficié d'un soutien politique et a impliqué des activités d'acteurs (comme le hackathon et le deuxième Forum ouvert d'État), mais les engagements du plan d'action sont déconnectés du contenu de ces événements. Les engagements du Health Data Hub ont été extraits de feuilles de route préexistantes, et ne reflètent pas pleinement les discussions et les activités du processus de co-création. Presque tous les jalons du Health Data Hub dans le plan d'action sont liés à des actions qui ont commencé en 2021 avant l'adoption du plan d'action. Les jalons restants qui ont été évalués pour l'examen du plan d'action ont un potentiel de résultats incertain. L'IRM recommande que le ministère de la Santé et le Health Data Hub continuent de travailler en collaboration avec la société civile et les parties prenantes concernées pour garantir des actions ambitieuses pour le prochain plan d'action du PGO.

L'engagement 37 sur la science ouverte montre la démarche louable de la France vers plus de transparence dans la science. Cependant, une organisation de la société civile en partenariat avec le gouvernement a déclaré avoir compris que les discussions auxquelles ils avaient participé faisaient partie du plan d'action pour la science ouverte, et non du processus OGP. L'engagement contient six objectifs (qui pourraient chacun être leur propre engagement) extraits d'une feuille de route existante et comprend certaines activités dont la mise en œuvre est en retard (comme la transparence du financement des projets de recherche qui est requise en vertu de la loi pour une République numérique de 2016). L'IRM recommande que, parallèlement à la publication d'un baromètre et au développement de la plateforme Recherche Data Gouv, le ministère de la Recherche et de l'Enseignement supérieur se fixe un objectif ambitieux de partage des articles académiques publiés dans des formats libres et ouverts. Les activités visant à favoriser la recherche sur Grand débat données (ce qui ne figure pas également dans la feuille de route nationale) pourrait chercher à publier toutes les données, y compris celles qui ne sont pas encore numérisées.

Tableau 1. Des engagements prometteurs

4. Mettre en place une base de données d'informations sur l'aide publique au développement de la France : La France publiera ses informations sur l'aide au développement bilatérale et multilatérale données ouvertes sur une base de données publique centralisée.
47. Cultiver l'émergence d'initiatives citoyennes d'intérêt général : Choisies par un panel de citoyens, des initiatives sélectionnées de la société civile recevront un soutien gouvernemental renforcé pour collaborer avec les institutions publiques et accélérer leur impact.
52.Impliquer davantage les citoyens dans le travail de l'Institution supérieure de contrôle (ISC) : Cet engagement vise à inviter les citoyens à participer aux travaux de l'ISC et à mettre en place une plateforme de signalement dans le cadre de la stratégie 2025 de l'ISC.

Direction interministérielle de la transformation publique, Commentaires reçus pendant la période de prépublication, 4 juillet 2022.

Voir l'annexe 2 pour l'évaluation du processus de co-création.

Voir l'annexe 2 pour l'évaluation et plus de détails sur le Forum Open d'État en tant que Forum multipartite.

« Hackathon Covid », Direction interministérielle de la transformation publique, consulté le 13 juin 2022, https://hackathon-covid.fr.

Ces sessions « micro ouvertes » étaient ouvertes à tous et comportaient des conférenciers invités et une session de questions-réponses.

Kevin Gernier (Transparency International), entretien avec l'IRM, 22 février 2022 ; Alexandre Léchenet (Association des Journalistes pour la Transparence), interview par l'IRM, 3 mars 2022 ; Mathilde Bouyé (Démocratie Ouverte), entretien avec l'IRM, 5 avril 2022.

Pauline Lavagne d'Ortigue, Christopher Costes et Alban Pracquin (Direction interministérielle de la transformation publique), entretien avec l'IRM, 8 mars 2022.

Thomas Landrain (Just One Giant Lab), entretien avec l'IRM, 15 avr. 2022. ; Interview par le MII d'un représentant de la société civile (qui ne souhaite pas être cité).

«Normes de participation et de co-création OGP», Open Government Partnership, à compter du 1er janvier 2022, https://www.opengovpartnership.org/ogp-participation-co-creation-standards/; L'engagement 38 (sur l'équipement du gouvernement ouvert) traite spécifiquement de la mise en œuvre d'un OGP dépôt.

Les engagements 7, 10 et 27 n'étaient pas vérifiables. Les engagements 1, 2, 12, 13, 29, 31, 41, 43-45, 48 et 56 n'avaient pas une vision claire du gouvernement ouvert.

Trois engagements ne sont pas vérifiables, 46 engagements ont un potentiel de résultats incertain et 10 engagements ont un potentiel de résultats modeste.

Il n'existe pas de base de données ouverte sur la taille des classes, alors qu'il s'agit d'un des indicateurs du Baromètre de l'action publique du gouvernement (Engagement 39 pour favoriser l'implication des citoyens dans le suivi des résultats des politiques publiques).

Par exemple, une importante association de parents a soulevé la question des enseignants non remplacés comme une « cause nationale » et a lancé une initiative de crowdsourcing pour documenter la question en l'absence de données disponibles. « Signalez les absences non remplacées ! [Absences non-remplacées, signalez-les !] », Fédération des Conseils de Parents d'Elèves, consulté le 13 juin 2022, https://www.fcpe.asso.fr/campagne/absences-non-remplacees-signalez-les.

« Données essentielles sur les marchés publics [Données Essentielles de la Commande Publique] », Gouvernement français, consulté le 13 juin 2022, https://datavision.economie.gouv.fr/decp/?view=France; Colin Maudry, (consultant indépendant et propriétaire du site de visualisation de données https://decp.info), interview par l'IRM, 21 avr. 2022.

Maudry, entretien ; Gernier, entretien.

Gernier, entretien. En pratique, les acheteurs continuent de publier des informations entre 25,000 40,000 € et 2022 4 € et en juillet 2022, le ministère lancera un projet d'identification des acheteurs manquants, information reçue par le ministère de l'Économie lors de la période de prépublication, le XNUMX juillet XNUMX.

« Rapport sur les résultats transitoires France 2018-2020 », Open Government Partnership, 15 juin 2021, https://www.opengovpartnership.org/documents/france-transitional-results-report-2018-2020/.

Ministère de l'Économie, commentaires reçus pendant la période de prépublication, 4 juillet 2022.

Davide Basso, « Le président de la Cour des comptes pointe du doigt la « complexité » du plan de relance français] », Euractiv, 10 mars 2022, https://www.euractiv.fr/section/economie/news/le-president-de-la-cour-des-comptes-pointe-du-doigt-la-complexite-du-plan-de-relance-francais/; Maxime Combes et Olivier Petitjean, « Aides au secteur privé : « L'État et les pouvoirs publics s'affirment comme assureurs en dernier recours de la rémunération des actionnaires » [Aides au privé : « l'État et les pouvoirs publics, s'affirment comme assureurs en dernier ressort de la rémunération des actionnaires »], » Le Monde, 16 juil. 2021, https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/07/16/aides-au-prive-l-etat-et-les-pouvoirs-publics-s-affirment-comme-assureurs-en-dernier-ressort-de-la-remuneration-des-actionnaires_6088421_3232.html.

Gernier, entrevue; Maxime Combes (économiste), entretien avec l'IRM, 20 avr. 2022.

Représentants du Hub de Bercy (ministère de l'Économie), commentaire reçu pendant la période de prépublication, 4 juillet 2022.

Renaisi, Rapport d'évaluation de l'innovation en démocratie (29 juin 2020), https://renaisi.com/2020/06/29/innovation-in-democracy-evaluation-report/; « Programme d'innovation dans la démocratie (IiDP) », Gouvernement du Royaume-Uni, 30 mai 2019, https://www.gov.uk/government/publications/innovation-in-democracy-programme-launch.

Fonctionnaire (Direction interministérielle de la transformation publique), entretien avec l'IRM, 14 avril 2022.

« Transparence des Algorithmes Publics (FR0035) : France Plan d'Action 2018-2020 », Open Government Partnership, Le 3er avril 2018, https://www.opengovpartnership.org/members/france/commitments/FR0035/.

Gernier, entretien.

Kevin Gernier (Transparency International), commentaire reçu pendant la période de prépublication, 4 juillet 2022

Léchenet, entretien ; Samuel Goeta (Datactiviste), interview par l'IRM, 4 avril 2022.

Goeta, entretien.

France Info, INTERVIEW : Consultation nationale sur la justice : « Le but ultime est de rapprocher la justice de nos compatriotes » déclare Éric Dupond-Moretti [ENTRETIEN. Etats généraux de la Justice : "L'objectif final, c'est de rendre la justice plus proche de nos compatriotes", estime Éric Dupond-Moretti], 8 juillet 2022, https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/entretien-etats-generaux-de-la-justice-l-objectif-final-c-est-de-rendre-la-justice-plus-proche-de-nos-compatriotes-estime-eric-dupond-moretti_5245333.html

Le projet plus large d'open data des décisions de justice est imposé par deux lois (loi pour une République numérique en 2016, et loi portant réforme du Judiciaire en 2019). Le projet est entré dans sa phase de mise en œuvre opérationnelle le 30 septembre 2021 avec la publication des décisions de la Cour de cassation et du Conseil d'État. S'en est suivi la publication des décisions des cours administratives d'appel et des cours d'appel en matière civile, sociale et commerciale respectivement le 31 mars et le 15 avril 2022, et des décisions des tribunaux administratifs le 30 juin 2022. Cela correspond au calendrier de mise en œuvre, car prévu dans le décret du 28 avril 2021. Le gouvernement affirme que ce projet est porteur d'un fort potentiel de changement en matière de gouvernement ouvert. Ministère de Justice représentants, commentaires reçus pendant la période de prépublication, 4 juillet 2022.

Sumi Saint-Auguste (Open Law), entretien avec l'IRM, 2 mars 2022.

Saint-Auguste, entretien.

Juliette Kacprzak (World Wildlife Fund et membre du Conseil environnemental et social), interview par l'IRM, 17 fév. 2022 ; Bouyé, entretien.

Kacprzak, entretien ; Félix Gouty, « Le lancement du nouveau nucléaire, décidé par Emmanuel Macron, provoque des réactions atomiques », ACTU-Environnement.com, 10 nov. 2021, https://www.actu-environnement.com/ae/news/nouveau-nucleaire-emmanuel-macron-reactions-atomiques-38511.php4.

Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, commentaire reçu pendant la période de prépublication, 4 juillet 2022.

Alix Menahem (ministère de l'Environnement), correspondance avec l'IRM, avr. 2022.

Health Data Hub, Rapport annuel 2021, mars 2022, https://www.health-data-hub.fr/sites/default/files/2022-03/Rapport%20annuel%202021%20HDH-site.pdf; Health Data Hub, Feuille de route 2022, mars 2022, https://www.health-data-hub.fr/sites/default/files/2022-03/HDH_Feuille_De_Route_2022_0.pdf

Entretien avec Wikimédia, 14 mars 2022.

Plan national pour une Science Ouverte https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/le-plan-national-pour-la-science-ouverte-2021-2024-vers-une-generalisation-de-la-science-ouverte-en-48525

Une demande de plusieurs universitaires et ONG, comme l'initiative « Rendez-nous les Doléances » https://rendezlesdoleances.fr/contexte/

Télécharger

Pas encore de commentaires

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership