Ignorer la navigation

Rapport sur les résultats du Libéria 2020-2022

Le financement limité des agences gouvernementales et engagement a entraîné un faible niveau de mise en œuvre et peu de résultats précoces du gouvernement ouvert du quatrième plan d'action. Cependant, des progrès modestes ont été accomplis vers la mise en place de systèmes de divulgation des informations sur les contrats publics et les bénéficiaires effectifs. La coordination entre le gouvernement, la société civile et les partenaires internationaux a été un élément clé de ces réformes.

Premiers résultats

Le quatrième plan d'action du Libéria a poursuivi les efforts de lutte contre la corruption établis dans le cadre des plans précédents. Le pays a fait des progrès modestes vers la transparence des contrats gouvernementaux et des bénéficiaires effectifs des entreprises. Ces réformes représentent deux des cinq engagements mis en évidence comme prometteurs dans l'examen du plan d'action du Libéria.

Les contraintes financières et le roulement de la direction ont entravé la mise en œuvre des trois autres engagements identifiés comme des défis prometteurs et continus observés dans les plans d'action précédents. Les défis de leadership ont particulièrement affecté la Commission anti-corruption du Libéria, responsable de l'Engagement 4, qui visait à adopter des mesures anti-corruption tant attendues. législation. Le ministère de la Santé avait pris des mesures initiales pour créer et former des conseils de santé de comté dans le cadre de l'engagement 6. Cependant, les conseils étaient limités à cinq comtés et n'étaient pas encore opérationnels au moment de l'évaluation.

Les premiers résultats marginaux obtenus au titre des engagements 1 et 5 sur contrat ouvert et transparence de la propriété effective ont été facilitées par une forte appropriation par les agences chefs de file respectives et le soutien technique et financier de la société civile, du gouvernement et des partenaires internationaux. Les réformateurs ont continué à construire les cadres institutionnels et juridiques nécessaires pour la propriété effective et les contrats ouverts. Cependant, les réformateurs n'avaient pas atteint leur objectif général de divulguer de nouvelles informations au public avant la fin de la période de mise en œuvre.

Aboutissement

La moitié des 12 engagements sont reportés du plan d'action précédent et maintiennent l'accent mis par le Libéria sur la lutte contre la corruption par le biais d'un gouvernement ouvert. Les nouveaux domaines politiques comprenaient l'ouverture de la gestion des soins de santé, la transparence impôt la gestion des recettes, jeunesse la protection de l'espace civique et la lutte contre la violence sexiste.

Le niveau de réalisation est inférieur à celui du plan d'action précédent. Sur les douze engagements, sept ont atteint un niveau d'achèvement limité et quatre n'ont pas été entamés. Il s'agit notamment d'engagements liés à accès à la justice, participation citoyenne dans la législature, la prévention de la violence sexiste et la protection de l'espace civique des jeunes. Dans le cas d'engagements du législateur et du ministère de la Jeunesse et des Sports, l'absence d'un point de contact dédié indique un manque d'appropriation par l'agence d'exécution. Malgré les tentatives pour joindre le point de contact de l'engagement, le Mécanisme de rapport indépendant (IRM) n'a pas reçu suffisamment de preuves concernant l'Engagement 8 sur la gestion transparente des recettes fiscales pour évaluer son achèvement.

La moitié des engagements ont été évalués comme ayant un impact marginal sur les pratiques de gouvernement ouvert. Les engagements 1 et 5 sont analysés en profondeur dans ce rapport, car ils représentent des priorités nationales et s'inscrivent dans la perspective de réformes ambitieuses à long terme du gouvernement ouvert. Les engagements restants qui ont obtenu des résultats préliminaires marginaux, tels que l'Engagement 4 sur la législation anti-corruption et l'Engagement 6 sur la gestion transparente et participative des soins de santé, ont fait des progrès modestes sans résultats préliminaires significatifs visibles à la fin de la période de mise en œuvre. Au titre de l'engagement 12, iLab et le Open Government Partnership (OGP) Le Secrétariat du Libéria a surveillé la réponse du gouvernement au COVID-19, mais le MII n'a trouvé aucune preuve de l'impact ou de l'utilisation de ces informations.

Les six engagements restants sont évalués comme n'ayant pas encore de premiers résultats à communiquer. Comme détaillé dans l'annexe, les obstacles à la mise en œuvre comprenaient un financement limité, un manque d'appropriation par l'agence responsable et un roulement administratif. Le niveau global des résultats du gouvernement ouvert est similaire à celui du plan d'action précédent.

Participation et co-création

Le secrétariat libérien de l'OGP travaille avec le Comité de pilotage et Forum multipartite pour superviser le processus OGP. Le comité de pilotage comprend des représentants du gouvernement et de la société civile choisis parmi le forum multipartite élargi en fonction de leur responsabilité vis-à-vis des engagements du plan d'action actuel. Le processus de co-création continue d'inclure le même ensemble d'organisations de la société civile basées à Monrovia. Cela se traduit par le plan d'action dont la moitié des engagements sont quasiment identiques à ceux du plan précédent. Le Secrétariat s'est efforcé d'atteindre un public plus large par le biais de séances de sensibilisation et de radio. L'IRM recommande que le Secrétariat recherche des partenaires potentiels au-delà de la capitale et utilise la radio pour recueillir les commentaires du public tout au long de la co-création et de la mise en œuvre.

Mise en œuvre en contexte

La pandémie de COVID-19 a détourné l'attention et le financement du gouvernement de la mise en œuvre du plan d'action. Les restrictions de distanciation sociale ont entraîné la tenue des discussions du comité directeur et du forum multipartite en ligne et sur WhatsApp. En outre, un conflit autour de la structure de direction de la Commission libérienne de lutte contre la corruption a entravé la mise en œuvre de l'Engagement 4.

« Examen du plan d'action du Libéria 2020-2022 », Open Government Partnership, https://www.opengovpartnership.org/documents/liberia-action-plan-review-2020-2022/.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership