Ignorer la navigation

Rapport sur les résultats de la Mongolie 2021-2023

Le quatrième de la Mongolie plan d'action accès ouvert à des informations utilisables sur marchés publics et les services gouvernementaux, ainsi que le renforcement de l'accès à l'information législation. La plateforme nationale OGP offrait peu de surveillance ou de coordination avec la société civile ou le gouvernement. engagement titulaires, mais ont commencé à corriger leur trajectoire au cours des six derniers mois de la période de mise en œuvre. En renforçant l'appropriation par le gouvernement des engagements et une collaboration cohérente avec la société civile, la Mongolie pourrait obtenir des résultats plus significatifs du processus OGP.

Premiers résultats

Trois des neuf engagements du plan d'action ont produit des premiers résultats, principalement en ouvrant l'accès à l'information gouvernementale. L'engagement 3 a obtenu des résultats significatifs, en s'appuyant sur les progrès des plans d'action précédents pour intégrer les systèmes de passation des marchés publics, améliorer le portail d'appel d'offres en ligne et lancer un données ouvertes portail d'informations sur les appels d'offres. Deux engagements ont modérément amélioré l'accès à la législation sur l'information (Engagement 2) et aux informations pratiques sur les services gouvernementaux disponibles sur les plateformes E-Mongolia et de commerce électronique récemment lancées (Engagement 9). Les six autres engagements du plan d'action n'ont pas produit de premiers résultats notables, se heurtant à des obstacles de mise en œuvre, notamment trois des cinq engagements identifiés par l'IRM comme ayant le potentiel d'obtenir les résultats les plus prometteurs lors de la phase de conception. Dans l'ensemble, ce plan d'action a eu de meilleurs résultats que le plan d'action précédent, dans lequel un seul engagement avait eu des résultats marginaux en matière d'ouverture du gouvernement.

Aboutissement

Quatre des neuf engagements du plan d'action (44 %) ont été substantiellement ou complètement mis en œuvre (2, 3, 6 et 9), dont la plupart ont produit des premiers résultats en matière d'ouverture du gouvernement. Il s'agit d'un taux de mise en œuvre légèrement supérieur à celui du plan d'action précédent, dans lequel 4 des 13 engagements (31 %) étaient substantiellement ou totalement mis en œuvre. Avec peu de surveillance ou de coordination de la part de la plateforme OGP de la Mongolie, les engagements qui ont permis de réaliser des progrès étaient souvent liés à des priorités gouvernementales plus larges. Les initiatives inclusion dans les engagements du PGO n’était pas la principale motivation de leur mise en œuvre. Par exemple, l’Engagement 6 partageait des objectifs avec les projets existants de la Banque mondiale. Les engagements 2 et 3 ont été soutenus par l'attention accrue portée par le gouvernement aux mesures anti-corruption dans un contexte de demande publique intense suite aux scandales nationaux. La mise en œuvre des autres engagements du plan d'action s'est heurtée à des difficultés, notamment un roulement élevé des parties prenantes, les effets persistants de la pandémie et la crise géopolitique. L'effondrement de l'engagement de la société civile a laissé des lacunes importantes en termes de ressources et de soutien à la mise en œuvre des engagements. Les engagements prometteurs en matière de protection de l'espace civique et de la liberté de la presse (4 et 8) n'ont pas donné lieu à des progrès substantiels, ce qui laisse la nécessité d'un processus de gouvernement ouvert en Mongolie pour aborder ces réformes.

Participation et co-création

La Mongolie a atteint le seuil de participation de l'OGP pendant les phases de co-création et de mise en œuvre, par rapport aux deux plans d'action précédents lorsqu'il a été constaté que la Mongolie agissait contrairement au processus de l'OGP. La co-création a connu de légères améliorations en termes de participation, y compris la fourniture de réponse motivée au public sur la manière dont leurs contributions ont été prises en compte lors de l'élaboration du plan d'action. Pendant la majeure partie de la période de mise en œuvre, il n'y a eu pratiquement aucun contrôle sur les progrès des engagements, l'engagement de l'ensemble de la bureaucratie sur le plan d'action ou la coordination entre le gouvernement et les parties prenantes de la société civile via la plateforme OGP de Mongolie. Le rôle de coordination de l'OGP est passé du Secrétariat du Cabinet au ministère de l'Économie et du Développement puis au Comité national pour Droits Humains (NCHR) relevant du Secrétariat du Cabinet. Les remaniements ministériels affectant le ministère des Mines et de l’Industrie lourde, le ministère de l’Environnement et du Tourisme ainsi que le ministère du Développement numérique et des Communications ont exacerbé les déficits de coordination, car les ministères étaient responsables de multiples engagements. Au cours des six derniers mois de mise en œuvre, le NCHR a commencé à rectifier le tir, avec les membres nouvellement nommés du Conseil national de l'OGP se réunissant deux fois en juillet et en août 2023, suivis de la publication d'un rapport d'auto-évaluation de la mise en œuvre du plan d'action sur l'OGP de la Mongolie. dépôt.

Mise en œuvre en contexte

Outre le changement de gouvernement, la mise en œuvre du plan d'action de la Mongolie s'est heurtée à des défis géopolitiques et nationaux. En tant que pays enclavé, la Mongolie est fortement touchée par les développements en Chine et en Russie, ses deux pays voisins. La Chine représente plus de 60 % du commerce total de la Mongolie. Alors que la Chine mettait en œuvre sa politique zéro COVID, les produits de consommation se sont raréfiés et les taux d’inflation sont passés de 1.9 % en 2020 à 3.5 % en 2021 et 8.3 % en 2022. Au milieu de la guerre en Ukraine, la Mongolie a également été confrontée à des pressions pour trouver un équilibre entre le maintien de son indépendance politique et sa dépendance à l’égard de la Russie, dont les banques facilitent l’essentiel de son commerce extérieur et dont les sociétés énergétiques fournissent la quasi-totalité de son pétrole. Parallèlement, malgré l’assouplissement des restrictions liées au COVID-19 à la fin de la période de mise en œuvre, leur impact a obligé le gouvernement à donner la priorité aux mesures économiques et à ne pas pouvoir allouer de budget pour soutenir la mise en œuvre du plan d’action. En outre, la corruption du gouvernement a continué à éroder la confiance du public. Un scandale de corruption impliquant des entreprises publiques a déclenché des manifestations publiques qui ont duré des semaines fin 2022. Cela a également conduit à une attention accrue sur les mesures anti-corruption avancées par certains des engagements du plan d'action. Pendant ce temps, l’environnement opérationnel de la société civile continue de constituer un défi, défini par CIVICUS comme « restreint ».

Observations clés

Cette section met en évidence trois observations clés sur le quatrième cycle du plan d'action de la Mongolie. Ces observations portent sur le leadership du processus OGP, l'influence plus large des priorités gouvernementales sur la mise en œuvre des engagements et la faible coordination avec la société civile. Dans l'ensemble, les observations suivantes impliquent que grâce à une collaboration plus étroite avec la société civile, le gouvernement pourrait obtenir des résultats plus significatifs du processus OGP.

Observation 1 : Une collaboration significative sur l'OGP fonctionne mieux avec une appropriation gouvernementale stable et un cadre multipartite doté de ressources suffisantes. Après la phase de co-création, les agences principales initiales de l'OGP étaient souvent inactives et la plateforme OGP a perdu son élan. Le respect des engagements n’a pas été suivi régulièrement et les changements de direction au sein des agences d’exécution ont limité l’engagement avec la société civile. Depuis qu'elle est devenue l'agence chef de file en mars 2023, le Comité national des droits de l'homme (NCHR) a commencé à rectifier le tir en facilitant les seules réunions du Conseil national de l'OGP dans le cycle du plan d'action et en collectant les rapports de mise en œuvre des engagements des agences chefs de file. Toutefois, ces améliorations sont intervenues au cours des derniers mois de mise en œuvre. En amont du prochain plan d'action processus de co-création, le NCHR a organisé une réunion avec les acteurs de la société civile qui sont des partenaires solides depuis que la Mongolie est devenue membre de l'OGP. Il est important de maintenir cette dynamique à travers la mise en œuvre du prochain plan d’action, au-delà de la phase de co-création. Cela nécessitera de fournir au NCHR et au Conseil national de l'OGP un financement et des ressources budgétaires nationaux suffisants, ce qui pourrait être assuré en fournissant une base juridique pour le financement et le mandat. De plus, le leadership du processus multipartite peut être partagé entre le gouvernement et les parties prenantes de la société civile, avec des règles d'engagement plus claires.

Observation 2 : Les priorités gouvernementales plus larges déterminent la mise en œuvre des engagements. Les engagements qui ont atteint au moins un niveau d’achèvement substantiel et ont généré au moins des résultats préliminaires modérés dans ce plan d’action étaient tous fondés sur des programmes prioritaires plus larges du gouvernement. Les engagements 3, par exemple, ont obtenu des résultats significatifs grâce à l'attention accrue portée par la Mongolie au renforcement des mesures anti-corruption, dans un contexte de demande publique intense pour que le gouvernement éradique la corruption à la suite des scandales nationaux. À l’inverse, les engagements non spécifiquement alignés sur les priorités gouvernementales n’ont pas donné de premiers résultats. L’engagement 4 n’a réussi à franchir aucune de ses étapes bien qu’il ait été jugé prometteur lors de la révision du plan d’action, principalement en raison de l’inaction du gouvernement et des réticences de la société civile craignant que cela puisse ajouter des obstacles au fonctionnement légal des OSC. De même, l’Engagement 7 n’a pas été perçu comme une priorité absolue du gouvernement et sa mise en œuvre a été limitée.

Constat 3 : La demande du public contribue aux résultats. Étant donné que la plate-forme OGP de la Mongolie a perdu de son élan lors de sa mise en œuvre, la plupart des étapes qui n'ont pas été franchies étaient celles qui nécessitaient la participation active de la société civile. Par exemple, les modifications législatives et l’évaluation des politiques relatives aux engagements 4 et 5 n’ont pas été entièrement achevées, en partie à cause du manque de soutien de la société civile et du public. Cependant, pour les engagements ayant donné de premiers résultats plus solides, une demande publique plus large a notamment incité le gouvernement à agir. Un fort soutien public via une pétition en ligne pour annuler la loi sur le contrôle des réseaux sociaux a conduit à un veto présidentiel. Une augmentation significative du nombre d'utilisateurs actifs de la plateforme E-Mongolia au titre de l'Engagement 9 a incité le gouvernement à investir pour rendre la plateforme plus accessible. Le prochain plan d'action pourrait identifier des engagements spécifiques qui gagneraient à lier un engagement public plus large à certaines étapes de l'élaboration des politiques, en plus de la consultation des représentants de la société civile. Par exemple, dans les cas où les parties prenantes ont eu du mal à réaliser des réformes réglementaires, générer une demande publique pourrait potentiellement contribuer à apporter des améliorations notables (grâce à des outils tels que des pétitions en ligne ou des consultations publiques ouvertes).

Antonio Graceffo, « La Mongolie souffre de la politique zéro-Covid de la Chine », The Lowy Institute, 19 janvier 2022, https://www.lowyinstitute.org/the-interpreter/mongolia-suffers-under-china-s-zero-covid-policy.

« Inflation, Consumer Prices (annual %), Mongolia », Banque mondiale, consulté le 20 août 2023, https://data.worldbank.org/indicator/FP.CPI.TOTL.ZG.

David Stanway, « L'équilibrage Est-Ouest de la Mongolie secoué par l'invasion russe de l'Ukraine », Reuters, 3 mars 2022, https://www.reuters.com/world/asia-pacific/mongolias-east-west-balancing-act-buffeted-by-russian-invasion-ukraine-2022-03-03.

CIVICUS, Le pouvoir populaire attaqué 2023, 2023, https://civicusmonitor.contentfiles.net/media/documents/GlobalFindings2023.pdf.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership