Ignorer la navigation

Rapport à mi-parcours pour la Sierra Leone 2016-2018

Le deuxième plan d'action de la Sierra Leone couvre un large éventail de questions, notamment la violence sexiste, la gestion des déchets, le changement climatique et les élections. Le prochain plan d'action pourrait être davantage adapté à la participation citoyenne et à la responsabilité publique par l'inclusion d'engagements en matière de prestation de services publics et de mesures de lutte contre la corruption.

Engagement

Vue d'ensemble

Bien-Conçu? *

4. Transparence fiscale et budget ouvert

La publication d'exonérations fiscales serait transformatrice étant donné que le gouvernement n'a jamais publié ces données auparavant.

Oui

10. Marchés publics ouverts

Avant cet engagement, les marchés publics n'étaient pas accessibles au public.

Non

* L'engagement est évalué par l'IRM comme spécifique, pertinent et a un impact potentiel de transformation
✪ L'engagement est évalué par l'IRM comme étant spécifique, pertinent, potentiellement transformateur et mis en œuvre de manière substantielle ou complète.

L'OGI a mené de nombreuses consultations lors de l'élaboration du plan d'action, notamment des réunions en personne, des enquêtes, des discussions à la radio et des médias sociaux. Le secrétariat de l'OGP a rédigé les engagements avec la contribution des organisations de la société civile et des différentes agences gouvernementales impliquées, et le comité de pilotage multipartite a finalisé le plan. On ne sait pas comment et dans quelle mesure les réactions du public ont été intégrées à l’élaboration des engagements. Certaines organisations de la société civile craignent que le comité directeur ne soit pas représentatif de toutes les voix de la société civile et que ses procès-verbaux ne soient pas publiés.

La Sierra Leone n'a pas agi contrairement au processus du plan d'action à distance

Un pays est considéré comme ayant agi de manière contraire à la procédure si un ou plusieurs des problèmes suivants se produisent:

  • Le plan d'action national a été élaboré sans engagement en ligne ni hors ligne avec les citoyens et la société civile.
  • Le gouvernement ne parvient pas à dialoguer avec les chercheurs de l'IRM responsables des rapports du pays pour l'année 1 et l'année 2
  • Le rapport IRM établit qu'aucun progrès n'a été réalisé dans la mise en œuvre des engagements du plan d'action du pays
Au-delà de la «gouvernance» de la société civile Principalement les agences qui desservent d'autres agences

Le deuxième plan d'action de la Sierra Leone comprenait des engagements 10 couvrant un large éventail de questions. Les engagements comprennent souvent des activités ou des objectifs déjà atteints avant la période du plan d'action, ce qui réduit leur impact potentiel global, la majorité d'entre eux étant concentrés sur l'amélioration de l'accès à l'information.

Titre de l'engagement Bien conçu * Achevée Présentation
1. Violence sexuelle entre femmes et hommes Non Non Pour lutter contre la violence sexuelle fondée sur le sexe, cet engagement augmentera la publication de cas de violence sexuelle, renforcera la capacité médico-légale et créera un répertoire en ligne des délinquants. Les travaux initiaux ont été effectués pour le répertoire en ligne, mais ont été suspendus pour des raisons juridiques.
2. Transparence de l'aide étrangère Non Non Pour remédier à la question de la transparence du financement des donateurs internationaux pour Ebola, la base de données sur l'aide au développement a commencé à publier un financement spécifique à Ebola dans 2015, mais le Bureau de coordination de l'aide au développement n'a pas organisé de réunion publique des donateurs.
3. La gestion des déchets Non Non Plusieurs activités faisant également partie des priorités du président en matière de relèvement après la crise d'Ebola, cet engagement a impliqué les communautés locales et formé les agents de l'assainissement, sans toutefois définir l'objectif principal d'une nouvelle politique de gestion des déchets.
4. Transparence fiscale et budget ouvert Oui Non Conformément à la loi sur la gestion des finances publiques de 2016, le gouvernement a publié le budget des citoyens de 2016, mais la déclaration prébudgétaire, la révision du budget à mi-parcours et les informations sur les exonérations fiscales n'ont pas encore été publiées.
5. Rapport du vérificateur général Non Non Rien ne prouve que des progrès aient été accomplis pour remédier au faible taux de mise en œuvre des recommandations du Service d'audit en publiant les plans d'action des entités gouvernementales pour la mise en œuvre, les progrès réalisés et les rapports du Comité d'audit parlementaire.
6. Changement climatique Non Non Des mesures préliminaires ont été prises pour soutenir la création d'une base de données conviviale sur les changements climatiques, ainsi que des efforts substantiels pour fournir au public des informations sur le climat par le biais de médias.
7. Élections Non Non Cet engagement aurait un impact potentiel mineur, car la Commission électorale nationale fournissait déjà des données en ligne sur les circonscriptions et les circonscriptions avant le lancement du plan d'action.
8. Gestion des documents et des archives Non Non Pour développer légalement un système de gestion des documents, cet engagement passera la facture et le publiera en ligne. Le projet de loi a été achevé avant le début du plan d'action et son adoption est attendue dans 2018.
9. Accès à la justice Non Non Bien que l'objectif de l'engagement soit d'accroître la transparence de la gestion des procédures et de mettre en place des structures au niveau local pour améliorer l'accès à la justice, la seule activité pertinente pour les valeurs de la PGO est la publication trimestrielle des affaires judiciaires.
10. Marchés publics ouverts Non Non Cet engagement vise à respecter la loi sur les marchés publics de 2016 en publiant les contrats gouvernementaux des années précédentes à partir de 2015, ainsi que les contrats en cours via 2018. Les informations publiées n'incluaient pas les huit ministères énumérés ni les informations relatives à 2015.

* L'engagement est évalué par l'IRM comme spécifique, pertinent et a un impact potentiel de transformation
✪ L'engagement est évalué par l'IRM comme étant spécifique, pertinent, potentiellement transformateur et mis en œuvre de manière substantielle ou complète.

  1. Exploiter la contribution de la société civile au-delà des membres du Comité directeur
  2. Améliorer la coordination intergouvernementale sur le plan opérationnel, rendre compte régulièrement de la mise en œuvre des engagements
  3. Examiner les engagements en matière de transparence des industries extractives, en mettant l'accent sur la divulgation des contrats
  4. Envisager des engagements concernant la participation des citoyens au suivi budgétaire et au suivi de la prestation des services publics
  5. Inclure un engagement sur l'application des mesures anti-corruption

Tous les gouvernements participant au PGO élaborent des plans d'action du PGO qui incluent des engagements concrets sur une période de deux ans. Les gouvernements entament leurs plans d'action pour le PGO en partageant les efforts existants en matière de gouvernement ouvert, y compris des stratégies spécifiques et des programmes en cours.

Les engagements doivent être adaptés aux circonstances et aux défis uniques de chaque pays. Les engagements pris dans le cadre du PGO devraient également correspondre aux valeurs du PGO énoncées dans les statuts du PGO et la déclaration de gouvernement ouvert signés par tous les pays participant au PGO.[Note46: Open Government Partnership: Articles of Governance, juin 2012 (mises à jour, mars 2014 et avril 2015), https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/OGP_Articles-Gov_Apr-21-2015.pdf%5D

Qu'est-ce qui fait un bon engagement?

Reconnaissant que la réalisation des engagements du gouvernement ouvert implique souvent un processus pluriannuel, les gouvernements devraient assortir leurs engagements de délais et de repères indiquant ce qu'il faut accomplir chaque année, chaque fois que possible. Ce rapport détaille chacun des engagements que le pays a inclus dans son plan d'action et analyse la première année de leur mise en œuvre.

Les indicateurs utilisés par l'IRM pour évaluer les engagements sont les suivants:

· Spécificité: Cette variable évalue le niveau de spécificité et de mesurabilité de chaque engagement. Les options sont:

o Élevé: le langage de l'engagement fournit des activités claires et vérifiables et des éléments livrables mesurables pour la réalisation de l'objectif de l'engagement.

o Moyen: Le langage d'engagement décrit l'activité qui est objectivement vérifiable et comprend les livrables, mais ces livrables ne sont pas clairement mesurables ni pertinents pour la réalisation de l'objectif de l'engagement.

o Faible: le langage d'engagement décrit une activité qui peut être interprétée comme vérifiable, mais qui nécessite une certaine interprétation de la part du lecteur pour identifier le but de l'activité et déterminer quels seraient les produits livrables.

o Aucun: le langage d'engagement ne contient aucune activité, produit livrable ou jalon mesurable.

· Pertinence: Cette variable évalue la pertinence de l'engagement par rapport aux valeurs OGP. Sur la base d'une lecture attentive du texte d'engagement tel qu'énoncé dans le plan d'action, les questions directrices pour déterminer la pertinence sont les suivantes:

o Accès à l'information: le gouvernement divulguera-t-il plus d'informations ou améliorera-t-il la qualité des informations divulguées au public?

o Participation civique: le gouvernement créera-t-il ou améliorera-t-il les opportunités ou les capacités permettant au public d'informer ou d'influencer les décisions?

o Responsabilité envers le public: le gouvernement créera-t-il ou améliorera-t-il les possibilités de tenir les fonctionnaires responsables de leurs actes?

o Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité: L'innovation technologique sera-t-elle utilisée en conjonction avec l'une des trois autres valeurs OGP pour promouvoir la transparence ou la responsabilité?[Note47: Manuel de procédures IRM, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/IRM-Procedures-Manual-v3_July-2016.docx%5D

· Impact potentiel: Cette variable évalue la impact potentiel de l'engagement, s'il est complété tel que rédigé. Le chercheur IRM utilise le texte du plan d’action pour:

o Identifier le problème social, économique, politique ou environnemental;

o Établir le statu quo dès le début du plan d'action; et

o Évaluer dans quelle mesure l'engagement, s'il est mis en œuvre, aurait un impact sur les performances et s'attaquer au problème.

o Engagements marqués sont considérés comme des engagements OGP exemplaires. Pour recevoir une étoile, un engagement doit répondre à plusieurs critères:

· Engagements marqués aura une spécificité «moyenne» ou «élevée». Un engagement doit définir des activités et des étapes clairement définies pour pouvoir juger de son impact potentiel.

· Le libellé de l'engagement devrait préciser sa pertinence pour l'ouverture du gouvernement. Plus précisément, il doit être lié à au moins l’une des valeurs du PGP que sont l’accès à l’information, la participation citoyenne ou la responsabilité publique.

· L'engagement aurait un impact potentiel «transformateur» s'il était complètement mis en œuvre.[Note48: le groupe d’experts international a modifié ce critère dans 2015. Pour plus d'informations, http://www.opengovpartnership.org/node/5919 ]

· Le gouvernement doit faire des progrès significatifs par rapport à cet engagement pendant la période de mise en œuvre du plan d'action, en recevant une évaluation de la mise en œuvre «substantielle» ou «complète».

Sur la base de ces critères, le plan d'action de la Sierra Leone ne contenait aucun engagement marqué par une étoile.

Enfin, les tableaux de cette section présentent un extrait de la richesse des données collectées par l’IRM au cours de son processus de reporting des progrès. Pour consulter l'ensemble de données complet sur la Sierra Leone et tous les pays participant au programme OGP, reportez-vous à l'explorateur OGP.[Note49: Explorateur OGP et données IRM, bit.ly/1KE2WIl]

Aperçu général des engagements

Les engagements du plan d'action couvrent un large éventail de domaines. Par rapport au cycle précédent, le deuxième plan d'action couvre de nouveaux domaines tels que la violence sexiste, le changement climatique, la gestion des déchets, les élections et l'accès à la justice.

Tous les engagements de 10 sont pertinents pour les valeurs OGP, mais seulement deux sur 10 sont clairement pertinents pour la participation civique, les autres se concentrant sur l’élargissement de l’accès à l’information dans les domaines politiques concernés.

Les Open Government Partnership (OGP) est une initiative internationale multipartite qui vise à obtenir des gouvernements des engagements concrets en faveur de la transparence, de l'autonomisation des citoyens, de la lutte contre la corruption et de l'exploitation des nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. OGP fournit un forum international de dialogue et de partage entre les gouvernements, les organisations de la société civile et le secteur privé, qui contribuent tous à la poursuite commune d'un gouvernement ouvert.

La Sierra Leone a commencé sa participation officielle en octobre 2013 lorsque le chef de cabinet du cabinet du président a déclaré l'intention de son pays de participer à l'initiative.[Note1: .opengovpartnership.org / documents / sierra-leone-lettre-d'intention-ogp].

Pour pouvoir participer au programme OGP, les gouvernements doivent faire preuve d'un engagement démontré en faveur de la transparence du gouvernement en respectant un ensemble de critères de performance (minimum). Des indicateurs tiers objectifs sont utilisés pour déterminer l'ampleur des progrès réalisés par les pays pour chacun des critères: transparence fiscale, divulgation des actifs des agents publics, engagement des citoyens et accès à l'information. Voir la section VII: Critères d'éligibilité pour plus de détails.

Tous les gouvernements participant au PGO élaborent des plans d'action du PGO qui définissent des engagements concrets dans le but de faire évoluer les pratiques au-delà du statu quo sur une période de deux ans. Les engagements peuvent s'appuyer sur les efforts existants, identifier de nouvelles étapes pour mener à bien les réformes en cours ou engager des actions dans un domaine entièrement nouveau.

La Sierra Leone a élaboré son plan d'action national d'avril à juin 2016. La période de mise en œuvre officielle du plan d'action était de 2016 juillet 1 à 2016 juin 30. Cette année, un rapport couvre le processus d'élaboration du plan d'action et la première année de mise en œuvre, de juillet 2018 à juin 2016. À compter de 2017, le MII a commencé à publier des rapports de fin d’exercice sur l’état final des progrès à la fin de la période de deux ans du plan d’action. Toute activité ou tout progrès survenant après la première année de mise en œuvre en juin 2015 sera évalué dans le rapport de fin de trimestre. Le gouvernement a publié son auto-évaluation en octobre 2017. Au moment de la rédaction de [October 2017], le rapport n’avait pas été mis à la disposition du public pour commentaires.

Afin de répondre aux exigences du PGO, le mécanisme de signalement indépendant (MRI) d’OGP s’est associé à Charlie Hughes, un chercheur indépendant qui a mené cette évaluation de l’élaboration et de la mise en œuvre du deuxième plan d’action de la Sierra Leone. Pour rassembler les voix de multiples parties prenantes, le chercheur de l'IRM a interrogé des responsables gouvernementaux, des experts indépendants et des dirigeants de la société civile. et organisé un forum des parties prenantes dans la capitale pour les organisations de la société civile. Le MII vise à informer le dialogue en cours sur le développement et la mise en œuvre des engagements futurs. Les méthodes et les sources sont traitées dans la section VI du présent rapport (Méthodologie et sources).

L’élaboration et la mise en œuvre du deuxième plan d’action OGP ont eu lieu dans le contexte de la sortie de crise du virus Ebola. Le plan d'action couvre un large éventail de sujets pertinents pour le contexte national de la Sierra Leone, notamment la problématique hommes-femmes, le changement climatique, la transparence budgétaire et les marchés publics. Bien que les engagements se concentrent sur l'amélioration de l'accès à l'information, ils sont limités aux activités susceptibles de créer un changement en profondeur pour la participation des citoyens et la responsabilité publique.

2.1 Contexte

La Sierra Leone a connu une guerre civile extrêmement destructrice de 1991 à 2002 qui a eu un impact négatif sur les infrastructures des secteurs privé et public. La Sierra Leone est le troisième pays le plus pauvre du monde selon le Rapport sur le développement humain des Nations Unies, avec un classement de l'indice de développement humain de 179 sur 188.[Note2: Rapport sur le développement humain des Nations Unies, http://www.hdr.undp.org/sites/default/files/2016_human_development_report.pdf%5D Il est également classé comme l'un des pays les plus corrompus du monde, 123 parmi les nations 176, selon Transparency International.[Note3: Sierra Leone, Indice de perception de la corruption, Transparency International, https://www.transparency.org/country/SLE%5D Avec un score de 30 sur 100, il met en évidence les problèmes du pays liés au fonctionnement des institutions publiques, telles que la police et le système judiciaire. [Note4: Indice de perception de la corruption, https://www.transparency.org/news/feature/corruption_perceptions_index_2016#table%5D

L’enquête sur le budget ouvert 2015 a classé 52 de la Sierra Leone parmi les points possibles de 100 en matière de transparence budgétaire, ce qui représente une augmentation depuis 2012. Cependant, le contrôle législatif et la participation du public aux processus de budgétisation restent faibles.[Note5: Enquête sur le budget ouvert, 2015 Sierra Leone, https://www.internationalbudget.org/wp-content/uploads/OBS2015-CS-Sierra-Leone-English.pdf%5D Selon Freedom House, la Sierra Leone est en partie libre et son score en matière de droits politiques et de libertés civiles est particulièrement faible.[Note6: Freedom House, la liberté dans le monde 2017, Sierra Leone, https://freedomhouse.org/report/freedom-world/2017/sierra-leone ] Les incidents de violences policières et la médiocrité des antécédents judiciaires en matière de corruption ont eu un impact négatif sur le fonctionnement du gouvernement et les libertés individuelles. La violence à l'égard des femmes continue d'être répandue et les protections des droits des femmes sont faibles.[Note7: Sierra Leone 2017-2018, https://www.amnesty.org/en/countries/africa/sierra-leone/report-sierra-leone/ ] Bien que la Sierra Leone ait connu une tendance à la hausse au cours de la dernière décennie pour plusieurs indicateurs, l'indice 2017 Ibrahim pour la gouvernance en Afrique indique que les tendances les plus récentes sur cinq ans ont mis en évidence une détérioration de la responsabilité, en particulier dans les enquêtes sur la transparence du secteur public et la corruption. [Note8: Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique, http://s.mo.ibrahim.foundation/u/2017/11/21165610/2017-IIAG-Report.pdf?_ga=2.119206665.1471390148.1513047443-696923240.1513047443#page=25%5D

Il y a quelques années, deux catastrophes ont aggravé ces problèmes, qui ont nui aux efforts de redressement et à la stabilité économique du pays. À la fin de 2013, les prix internationaux du minerai de fer ont chuté, ce qui a eu un impact significatif sur le PIB en raison de la forte dépendance du pays à l'égard de ces exportations..[Note9: Perspectives économiques en Afrique, Sierra Leone, http://www.africaneconomicoutlook.org/en/country-notes/sierra-leone%5D,[Note10: La Banque mondiale en Sierra Leone, http: www.worldbank.org/en/country/sierraleone/overview] Cela a conduit le pays à s'appuyer davantage sur les institutions financières internationales pour combler les déficits budgétaires et de balance des paiements qui en résultent, ainsi que pour améliorer la position de change.[Note11: La Banque mondiale en Sierra Leone, http: www.worldbank.org/en/country/sierraleone/overview] En 2014, la Sierra Leone est devenue l'un des pays les plus touchés par l'épidémie d'Ebola, qui a tué des milliers de personnes.[Note12: Données et statistiques de l’OMS sur le virus Ebola, http://apps.who.int/gho/data/view.ebola-sitrep.ebola-summary-latest?lang=en%5D Ebola a non seulement eu un impact sur la stabilité économique du pays, mais les fonds utilisés pour lutter contre l'épidémie d'Ebola ont été entachés par un scandale de corruption. Un premier rapport sur la gestion des fonds destinés à lutter contre le virus Ebola indiquait qu'au moins un million de dollars 14 avaient été détournés ou non comptabilisés au cours des six premiers mois de l'épidémie.[Note13: BBC, 'Où sont les victimes d'Ebola disparues en Sierra Leone?', http://www.bbc.com/news/world-africa-38718196%5D Le service d'audit du gouvernement a mis en exergue les coûts excessifs, la non-livraison des articles achetés, la comptabilité incorrecte, les achats fictifs et le non-respect des procédures de comptabilité et des procédures de passation des marchés.[Note14: http://www.auditservice.gov.sl/report/assl-auditor-general-report-ebola-phase-2.pdf%5D,[Note15: http://www.parliament.gov.sl/Portals/0/2014%20DOCUMENT/COMMITTEE/PAC/EBOLA%20REPORT%202015.pdf%5D

Le gouvernement de la Sierra Leone s'est associé à l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) dans 2006 afin de responsabiliser davantage le secteur économique le plus important.[Note16: Initiative de la Sierra Leone pour la transparence des industries extractives, http://www.sleiti.gov.sl/index.php/about-sleiti/backround%5D Dans 2013, le gouvernement a publié l'Agenda pour la prospérité (A4P) 2013-2018, décrivant les actions spécifiques que le gouvernement entreprendra pour soutenir l'obtention du statut de pays à revenu intermédiaire, telles que la diversification de la croissance économique, la promotion de l'autonomisation des femmes et la réforme du secteur public.[Note17: L’agenda pour la prospérité, Le gouvernement de la Sierra Leone, http://www.undp.org/content/dam/sierraleone/docs/projectdocuments/povreduction/undp_sle_The%20Agenda%20for%20Prosperity%20.pdf ] La même année, le Parlement a également adopté une loi sur l'accès à l'information.[Note18: Loi sur le droit d’accès à l’information, http://www.sierra-leone.org/Laws/2013-02.pdf%5D Dans 2014, le ministère des Finances et du Développement économique a publié une stratégie triennale de gestion des finances publiques visant à soutenir une infrastructure économique stable.[Note19: Stratégie de réforme de la GFP de la Sierra Leone, 2014-2017, https://psru.gov.sl/sites/default/files/Sierra%20Leone%20PFM%20Reform%20Strategy%202014-2017_0.pdf%5D

Dans le but de promouvoir la transformation socioéconomique après la crise d'Ebola, le gouvernement a défini les priorités du président en matière de relance en juillet, 2015, une initiative multipartite axée sur l'amélioration des soins de santé, de l'éducation, de la protection sociale et du commerce privé.[Note20: Les priorités de rétablissement du président, http://www.presidentsrecoverypriorities.gov.sl/overview%5D [Note21: Budget du gouvernement et état des politiques financières pour l’exercice financier 2016, http://www.parliament.gov.sl/dnn5/Portals/0/2014%20DOCUMENT/BUDGET/2016%20BUDGET%20SPEECH%20AND%20BUDGET%20PROFILE.pdf%5D Plus tard, dans 2016, le Parlement a adopté une loi sur les marchés publics, renforçant la loi adoptée dans 2004 par le biais de réglementations supplémentaires et par la décentralisation du processus de passation des marchés publics.[Note22: Loi sur les marchés publics, http://sierra-leone.org/Laws/2016-01.pdf%5D En outre, une nouvelle constitution est en train d'être adoptée par référendum, et les élections au 2018 seront les quatrièmes élections de routine du pays depuis la fin du conflit.[Note23: Mohamed Gibril Sesay, Sierra Leone: démocratie et participation politique. Un examen de AfriMAP et de l’Open Society Initiative pour l’Afrique de l’Ouest, Open Society Foundations, janvier 2014.]

Plan d'action 2.2 par rapport au contexte national

Par rapport au plan d'action précédent, le plan actuel comporte plusieurs engagements qui traitent de problèmes sociaux spécifiques tels que la violence sexiste, la gestion des déchets et le changement climatique.

Les questions couvertes par les engagements incluent également les marchés publics, les activités de budgétisation ouverte et le suivi des affaires judiciaires. Bien que le plan d'action couvre les domaines pertinents par rapport au contexte national, les engagements incluent souvent des activités ou des objectifs déjà atteints avant la période du plan d'action, réduisant ainsi leur impact potentiel global sur le changement.

Le plan d'action comprend la publication d'informations sur les fonds des donateurs Ebola et l'augmentation des taux de mise en œuvre des recommandations d'audit. Bien que ces domaines soient importants compte tenu des allégations de détournement de fonds Ebola, le plan d'action ne traitait pas de la mise en œuvre de ces fonds dans le cadre du financement des services du secteur social.

Aucun des trois engagements précédents liés aux industries extractives n’a été reporté dans ce plan. Selon le coordonnateur du PGO, les problèmes des industries extractives n’ont été soulevés ni par la société civile ni par les agences gouvernementales; et donc n’ont pas été inclus dans le plan d’action.[Note24: Entretien du chercheur IRM avec le coordinateur OGP, 11 December 2017.] Selon un membre du comité directeur national, les problèmes d'extraction du plan d'action précédent n'avaient pas été proposés car le gouvernement n'était pas perçu comme déterminé à les respecter.[Note25: Entretien du chercheur IRM avec le responsable de programme, Mouvement du réseau pour la justice et le développement, 16 October 2017.] Seules les recommandations des audits de suivi et de gestion des enregistrements au sein des ministères ont été ajustées et reportées dans le deuxième plan d'action.

La majorité des engagements se concentrent sur les efforts d'accès à l'information et sont limités dans leurs activités liées à l'engagement des citoyens. De l’avis du chercheur, le plan d’action aurait pu intégrer d’autres valeurs de la participation citoyenne au PGO pour améliorer la prestation des services publics. Compte tenu des problèmes de corruption persistants, le plan d'action aurait pu inclure des engagements spécifiquement liés à la responsabilité publique afin de mieux contrôler l'action du gouvernement.

L'OGI a mené de nombreuses consultations lors de l'élaboration du plan d'action, notamment des réunions en personne, des enquêtes, des discussions à la radio et des médias sociaux. Le secrétariat de l'OGP a rédigé les engagements avec la contribution des organisations de la société civile et des différentes agences gouvernementales impliquées, et le comité de pilotage multipartite a finalisé le plan. On ne sait pas comment et dans quelle mesure les réactions du public ont été intégrées à l’élaboration des engagements. Certaines organisations de la société civile craignent que le comité directeur ne soit pas représentatif de toutes les voix de la société civile et que ses procès-verbaux ne soient pas publiés.

Leadership 3.1

Cette sous-section décrit la direction et le contexte institutionnel de l’OGP en Sierra Leone. Le tableau 3.1 résume cette structure tandis que la section narrative (ci-dessous) fournit des détails supplémentaires.

Tableau 3.1: Leadership OGP

1. Structure

Oui

Non

Existe-t-il un point de contact clairement désigné pour OGP (individu)?

Owned

Simple

Existe-t-il un organisme chef de file unique pour les efforts du PGO?

Le chef du gouvernement dirige-t-il l'initiative OGP?

2. Mandat Légal

Oui

Non

L'engagement du gouvernement à l'égard du PGO est-il défini dans le cadre d'un mandat officiellement publié?

X

L'engagement du gouvernement à l'égard du PGO est-il établi par un mandat juridiquement contraignant?

X

3. Continuité et instabilité

Oui

Non

Y a-t-il eu un changement dans la ou les organisation (s) dirigeant (s) ou impliquée (s) avec les initiatives OGP au cours du cycle de mise en œuvre du plan d'action?

X

Y at-il eu un changement de dirigeant au cours du cycle du plan d’action du PGO?

X

Le coordonnateur de l'Initiative pour un gouvernement ouvert (OGI), au bureau du président, dirige le processus OGP de la Sierra Leone. Un personnel supplémentaire est affecté à OGI, notamment un responsable de programme et un responsable des communications. OGI n'est pas une institution créée par une loi du Parlement et dispose donc de peu de pouvoirs juridiques sur les autres agences gouvernementales pour appliquer des changements de politique. Le secrétariat de l'OGP assure la liaison entre les agences gouvernementales et la société civile et rend compte au gouvernement et aux autres parties prenantes de la mise en œuvre du plan d'action national. Le mécanisme mis en place par le secrétariat du PGO pour cette facilitation et cette coordination est un comité directeur. Pour l'exercice 2017, le gouvernement a affecté 222,400,000 Leones aux initiatives OGP. Le montant était approximativement USD30,000 à l'époque. (Voir le tableau 3.1 sur le leadership et le mandat de l’OGP en Sierra Leone.)

Le leadership pour OGP en Sierra Leone est resté le même que lors du premier plan d'action, mais des changements ont été apportés au comité de pilotage. Lors de sa création dans 2014, le comité de pilotage, membre de 34, représentait à parts égales les agences gouvernementales et la société civile. Après l'achèvement du premier plan d'action, le secrétariat de l'OGP a réorganisé le comité de pilotage et a fait venir un représentant de chaque secrétariat du Cabinet et du ministère de l'Intérieur. Selon le secrétariat de l'OGP, cette opération a été réalisée dans l'espoir que les deux représentants apportent un soutien technique et stratégique pour garantir la mise en œuvre rapide et le suivi efficace des engagements pris par les agences d'exécution ».[Note26: Lettre d’invitation du coordinateur OGP, datée du 10 August 2016, pour la cérémonie de certification et le cocktail du comité directeur. ]

Participation intragouvernementale à 3.2

Cette sous-section décrit les institutions gouvernementales qui ont participé aux différentes étapes du programme. La section suivante décrira quelles organisations non gouvernementales ont été impliquées dans OGP.

Tableau Participation de 3.2 au PGO par les institutions fédérales[Note27: Ministères des finances, Ministère de la santé, de l'agriculture, du logement et de l'infrastructure, Affaires étrangères, de la jeunesse, Ressources en eau, Information et communication, Protection sociale, Tourisme, Éducation, Ressources marines et mines, Gestion de la performance et prestation de services, Revenu national Autorité, Commission anti-corruption, Archives nationales, Fonds d'entretien des routes, Bureau de coordination de l'aide au développement, Secrétariat national de l'enregistrement et Agence de protection de l'environnement. Législatif: Parlement. Pouvoir judiciaire et quasi judiciaire: Pouvoir judiciaire et police. Sous-national: conseil municipal de Freetown. Organes autonomes: Commission électorale nationale et service d'audit]

Comment les institutions ont-elles participé?

Ministères, départements et agences

Législatives

Judiciaire (y compris les agences quasi judiciaires)

Autre (y compris les organes constitutionnels indépendants ou autonomes)

Gouvernements sous-nationaux

Consulter: Ces institutions ont observé ou ont été invitées à observer le plan d'action mais peuvent ne pas être responsables des engagements pris dans le plan d'action.

24

1

0

0

0

Proposer: Ces institutions ont proposé des engagements à inclure dans le plan d'action.

24

0

1

2

0

Mettre en place: Ces institutions sont responsables de la mise en œuvre des engagements du plan d'action, qu'ils aient ou non proposé les engagements.

24

0

1

2

1

En Sierra Leone, la participation à l’OGP se limitait principalement aux agences de la branche exécutive du gouvernement. Les agences participantes ont participé à l’élaboration et à la mise en œuvre de tous les engagements. Le tableau 3.2 ci-dessus détaille les institutions impliquées dans OGP.

Le secrétariat de l'OGP a fait participer des organismes gouvernementaux aux réunions afin d'orienter l'élaboration du deuxième plan d'action national et d'appuyer l'élaboration de calendriers de consultation. Dans un communiqué de presse annonçant les consultations, le bureau du président a appelé tous les ministères, départements et agences à travailler ensemble et à participer efficacement au processus. Selon le coordinateur de l’OGP, les annonces à la radio ont également contribué à informer le public du calendrier des consultations.[Note28: Entretien du chercheur IRM avec le coordinateur OGP, 11 December 2017. ] Selon le secrétariat de l'OGP, il était destiné à un large éventail de parties prenantes à participer à toutes les étapes du processus.

D'après les entretiens menés par le chercheur auprès de six fonctionnaires gouvernementaux, aucun organisme n'a déclaré avoir participé à la sélection des domaines d'intervention. Une fois que l’OGI a identifié les domaines d’engagement, ils ont présenté les grandes lignes lors d’une réunion multipartite. À cette époque, les agences gouvernementales ont fourni les détails techniques et les activités pour chaque engagement. Les engagements ont été finalisés lors des deux réunions multipartites organisées. Par exemple, l'Agence de protection de l'environnement a proposé les détails de l'engagement concernant le changement climatique directement au comité de pilotage, tandis que de multiples parties prenantes ont influencé les engagements relatifs aux élections, à l'accès à la justice et à la gestion des déchets. La société civile a proposé des engagements sur le genre, la transparence fiscale et les données ouvertes. Bien que le Parlement ait été consulté, il n’a suggéré aucun engagement. La police était le seul organisme quasi judiciaire à avoir fourni les détails techniques et les activités liées à l'engagement relatif au genre. Neuf des engagements 10 sont dirigés par des agences appartenant au pouvoir exécutif du gouvernement et un par un gouvernement sous-national.

Engagement de la société civile 3.3

La Sierra Leone a utilisé diverses approches pour éduquer et faire en sorte que les citoyens participent au deuxième plan d'action. Le premier effort d'éducation du public et le premier appel à la participation des citoyens ont été lancés lors d'une conférence. L'OGI a organisé un stand au Datafest organisé par la Commission du droit d'accès à l'information du gouvernement sur 20-21, avril 2016. Comme l'a constaté le chercheur, des contacts par courrier électronique et par téléphone du secrétariat du PGO ont été distribués à des membres du public sur le stand, à des fins d'information et de supports d'information. Le 20 May 2016, le bureau du président a annoncé officiellement l'ouverture de consultations sur le deuxième plan d'action. À la suite de cette annonce, des défilés de chars ont été organisés dans les trois villes des quatre régions du pays.[Note29: Ce sont les régions du nord, du sud, de l'est et de l'ouest. ] Des consultations sous forme d’assemblées publiques ont également eu lieu dans les villes centrales des régions du nord et du sud et dans une ville située à l’extérieur de la capitale, à l’ouest. Dans la capitale de la région orientale, une parade de chars n'a pas été organisée en raison de troubles civils survenus à la date prévue.

Les organisations de la société civile ont participé à de nombreuses réunions du comité directeur qui ont influencé les calendriers des consultations, proposé des idées de sensibilisation au deuxième plan d’action, apporté les contributions du public et proposé des engagements supplémentaires. Un grand nombre d'OSC impliquées dans le premier plan d'action ont participé à l'élaboration du deuxième plan. Les organisations de la société civile persistantes comprenaient des organisations telles que le Mouvement des réseaux pour la justice et le développement, la Campagne pour la bonne gouvernance, le Centre pour la redevabilité et l’état de droit, la Société pour la gestion du savoir, la Coalition nationale de la jeunesse, la Fédération de la société civile et des médias et la Société pour les initiatives démocratiques. Selon un représentant de la société civile, le comité de pilotage s'est élargi pour inclure de nouvelles organisations, en particulier celles basées dans les communautés locales, de manière à ce que "plus d'acteurs soient impliqués dans les discours et la diffusion des programmes OGP".[Note30: Entretien de John Momo (NMJD), chercheur IRM, 13 October 2017]

Le secrétariat de l'OGP souhaitait mettre en place un processus de consultation inclusif sur le deuxième plan d'action en fournissant un calendrier des consultations publiques, indiquant les dates, les heures et les lieux annoncés dans divers journaux, radio et télévision.[Note31: Une copie papier du journal Independent Observer de 27 May, 2016. ] L'OGI a veillé à ce que les organisations de la société civile de diverses régions du pays qui ne faisaient pas partie du comité de pilotage aient l'occasion d'assister à d'autres réunions multipartites. L'OGI a organisé des réunions de consultation dans trois régions et les a ouvertes aux membres des communautés locales, aux chefs traditionnels, aux femmes et aux groupes communautaires. OGI a également organisé des séances de discussion dans les stations de radio locales afin que les gens puissent appeler et faire des contributions. Au cours des consultations et des activités de sensibilisation, l’équipe OGI en visite a également mené des enquêtes dans la région pour amener davantage de personnes à participer au deuxième plan d’action, bien que la manière dont l’équipe ait spécifiquement incorporé les réponses ne soit pas claire. Un examen des listes de présence pour les réunions avec les parties prenantes montre que diverses organisations non gouvernementales basées dans les villes, groupes communautaires, associations de femmes, groupes de métiers, personnes handicapées et autres ont pris part à la conférence. Toutefois, une annulation d’événement dans la région de l’Est a empêché les personnes présentes d’avoir la possibilité de participer à des consultations en personne. Selon le secrétariat de l'OGP, une réunion a eu lieu avec les institutions concernées du secteur privé pour discuter des contributions au deuxième plan d'action, mais le secteur n'a proposé aucun engagement.[Note32: Secrétariat OGP, https://www.opengovpartnership.org/documents/sierra-leone-natioal-action-plan 2016-2018]

Le secrétariat de l'OGP a accepté les appels à soumission directe de commentaires tout au long de la période de consultation. Le public pourrait également faire des suggestions et contribuer aux discussions via les médias sociaux. Le secrétariat de l'OGP a publié une liste comprenant les soumissions individuelles de 220.[Note33: http://www.ogi.gov.sl/report/INDIVIDUAL%20COMMENTS%20ON%20THE%20NATIONAL%20ACTION%20PLAN.pdf%5D Les suggestions incluaient des appels à commentaires sur la violence sexuelle et sexiste, la gestion des déchets, l'éducation, l'électricité, l'éducation civique, l'accès à l'information et l'accès à la justice.[Note34: Ibid.] La violence sexuelle et sexiste, la gestion des déchets et l'accès à la justice ont été intégrés dans le plan d'action.

Selon le secrétariat de l'OGP, ils ont incorporé les contributions initiales des citoyens ordinaires lors du Datafest et tout au long des consultations dans le plan d'action.[Note35: Deuxième plan d'action national de la Sierra Leone, page 16.] Bien que le comité directeur du PGO ait discuté des réactions du public, il a finalement été laissé à l'agence particulière pour éditer le libellé de l'engagement afin d'intégrer les réponses.[Note36: Entretien du chercheur IRM avec le coordinateur OGP, 11 December 2017.] On ignore comment les agences ont intégré les commentaires spécifiques du public.

Le secrétariat de l'OGP a présenté les sujets à l'étude pour les engagements lors d'une présentation du responsable des organisations de la société civile, le réseau de défense des budgets, lors d'une réunion multipartite. Les domaines concernés comprennent les changements climatiques, les contrats ouverts, la transparence fiscale, les archives publiques, les recommandations d'audit, la transparence de l'aide étrangère et la transparence des industries extractives.[Note37: Rapport de la réunion consultative sur les plans 1 et 2 du plan d'action OGP, 8 June 2016, à l'adresse ogi.gov.sl] Le secrétariat de l'OGP a demandé aux organisations de la société civile et aux agences gouvernementales de préciser les engagements qu'elles souhaiteraient avoir dans les zones proposées. Selon les principaux dirigeants des organisations de la société civile interrogés, la société civile a suggéré six engagements, notamment ceux concernant les marchés publics, le budget ouvert, le rapport du vérificateur général, la gestion des déchets, les élections et l'aide étrangère..[Note38: les représentants de BAN, CGG, NMJD et de Transparency International l'ont confirmé lors d'entretiens avec le chercheur de l'IRM.] Selon un dirigeant de la société civile, les OSC ont travaillé avec les agences gouvernementales pour développer les détails des engagements afin de garantir leur caractère pratique.[Note39: Entretien du chercheur IRM avec le directeur exécutif de Transparency International, 6 November 2017.] Le secrétariat de l'OGP a finalisé la formulation du libellé des engagements concernant les marchés publics, le budget ouvert, le rapport du vérificateur général, la gestion des déchets, les élections et l'aide étrangère, qui ont ensuite été approuvés par le comité directeur.

Les pays participant à l'OGP respectent un ensemble d'exigences en matière de consultation lors de l'élaboration, de la mise en œuvre et de la révision de leur plan d'action OGP. Le tableau 3.3 récapitule les performances de la Sierra Leone au cours du plan d’action 2016-2018.

Tableau 3.3: Processus national OGP

Principales étapes suivies: 7 of 7

Avant

1. Processus de chronologie et disponibilité

2. Préavis

Calendrier et processus disponibles en ligne avant la consultation

Oui

Non

Préavis de consultation

Oui

Non

3. Sensibilisation

4. Canaux multiples

Le gouvernement a mené des activités de sensibilisation

Oui

Non

4a. Consultations en ligne:

Oui

Non

4b. Consultations en personne:

Oui

Non

5. Documentation et commentaires

Résumé des commentaires fournis

Oui

Non

Au cours de

6. Forum multipartite régulier

6a. Un forum existait-il?

Oui

Non

6b. At-il rencontré régulièrement?

Oui

Non

Après

7. Rapport d'autoévaluation du gouvernement

7a. Rapport d'autoévaluation annuel publié?

Oui

Non

7b. Rapport disponible en anglais et langue administrative?

Oui

Non

7c. Période de consultation publique de deux semaines sur le rapport?

Oui

Non

7d. Le rapport répond-il aux principales recommandations de l'IRM?

Oui

Non

X

X

Tableau 3.4: Niveau d'influence du public

L'IRM a adapté le «spectre de participation» de l'Association internationale pour la participation publique (IAP2) pour qu'il puisse être appliqué à l'OGP.[Note40: Le spectre de participation publique d’IAP2, http://c.ymcdn.com/sites/www.iap2.org/resource/resmgr/foundations_course/IAP2_P2_Spectrum_FINAL.pdf%5D Ce spectre montre le niveau potentiel d'influence du public sur le contenu du plan d'action. Dans l’esprit des OGP, la plupart des pays devraient aspirer à la «collaboration».

Niveau de participation du public
Pendant le développement du plan d'action
Pendant la mise en œuvre du plan d'action
Habiliter

Le gouvernement a confié le pouvoir décisionnel au public.

Collaborer

Il y a eu un dialogue itératif ET le public a aidé à établir l'ordre du jour.

Impliquer

Le gouvernement a commenté la manière dont les contributions du public ont été prises en compte.

Consulter

Le public pourrait apporter des contributions.

Informer

Le gouvernement a fourni au public des informations sur le plan d'action.

Pas de consultation

Aucune consultation

Consultation 3.4 pendant la mise en œuvre

Dans le cadre de leur participation à l’OGP, les gouvernements s’engagent à définir un forum permettant des consultations régulières entre plusieurs parties prenantes sur la mise en œuvre de l’OGP. Cela peut être une entité existante ou une nouvelle. Cette section résume ces informations.

Le comité directeur mis en place au cours du premier cycle du plan d'action a continué à être le lieu de consultations pour la mise en œuvre du plan d'action. Le comité a été mis à jour de plusieurs manières. Premièrement, le secrétariat du PGO a exclu les agences gouvernementales non impliquées dans les engagements actuels malgré une implication antérieure, puis a recruté de nouvelles agences impliquées dans les engagements actuels. Le secrétariat du Cabinet et le ministère de l'Intérieur ont rejoint le comité directeur.[Note41: Déclarations faites par le coordonnateur du PGO et un représentant du secrétariat du Cabinet à la réunion du comité directeur de 14 November 2016, à laquelle assistait le chercheur.] Les organisations de la société civile (OSC) ont également participé au comité de pilotage, nombre d'entre elles ayant été reprises dans le plan d'action précédent. Ces organisations comprenaient la Campagne pour la bonne gouvernance, la Société pour la gestion des connaissances, le Mouvement des réseaux pour la justice et le développement et le Réseau pour la promotion du budget. Au cours de l'élaboration du plan d'action, le comité de pilotage s'est élargi pour inclure d'autres OSC impliquées dans les engagements actuels. Le comité directeur visait également à élargir le débat en incluant plusieurs groupes communautaires.[Note42: Entretien de John Momo (NMJD), chercheur IRM, 13 October 2017] Pour la mise en œuvre de chaque engagement, les OSC sont identifiées comme «autres personnes impliquées». Cependant, aucun détail n'a été donné quant à ce que cette implication serait. Au cours de la mise en œuvre des engagements, aucun rôle n’a été attribué aux OSC. Un comité d'OSC a été formé dans le but de surveiller la mise en œuvre des engagements. Le réseau de défense des budgets en a pris la tête et a produit un rapport sur l'exercice de suivi.[Note43: Informations fournies par BAN par courrier électronique et fournies par les participants au forum des parties prenantes de la société civile organisé par 20 octobre 2017; et le Open Government Partnership État d'avancement de la mise en œuvre du plan d'action national (OGP) (juin 2016-July2017).]

Lors de la mise en œuvre du plan d'action, le comité de direction du PGO a programmé des réunions mensuelles. Tous les représentants de la société civile du comité interrogés ont toutefois informé le chercheur que les réunions étaient irrégulières. Lorsque demandé, le Secrétariat a reconnu que les réunions du Comité directeur étaient irrégulières, principalement en raison de contraintes de fonds. Toutefois, selon le Secrétariat, les plateformes téléphoniques et en ligne sont restées ouvertes au dialogue sur la mise en œuvre du plan d'action.[Note44: Réponse électronique de 23 October aux questions du chercheur.] Le secrétariat de l'OGP a restreint les réunions du comité directeur sur invitation uniquement à toutes les OSC du comité de pilotage.

Lors des réunions, les parties prenantes ont librement discuté de l’avancement des engagements. Les réunions du comité directeur étaient toujours ouvertes au chercheur de l'IRM, mais celui-ci n'a assisté qu'à une seule réunion dans 2017. Le secrétariat de l'OGP ne publie pas de notes ou de comptes rendus des réunions du comité directeur. Certains dirigeants de la société civile ont déclaré à la chercheuse que certaines organisations du comité directeur n'avaient ni la capacité ni la crédibilité de critiquer le gouvernement. Un représentant de la société civile du comité directeur a montré au chercheur le témoignage d'un représentant d'une organisation de ce type publiant des messages de campagne partisans sur Whatsapp à l'intention du candidat du parti au pouvoir à la présidence des élections 2018.

Auto-évaluation 3.5

Les articles de gouvernance du PGO exigent que les pays participants publient un rapport d'auto-évaluation trois mois après la fin de la première année de mise en œuvre. Le rapport d'autoévaluation doit être mis à la disposition du public pour commentaires pendant une période de deux semaines. Cette section évalue le respect de ces exigences et la qualité du rapport.

Le gouvernement a publié un rapport d'auto-évaluation en octobre 2017. À la fin du mois d’octobre, le secrétariat du PGO n’avait pas publié le rapport au public pour commentaires. Les organisations de la société civile présentes lors du forum des parties prenantes en Sierra Leone ont déclaré qu'elles n'avaient pas vu le rapport d'auto-évaluation et qu'elles n'avaient donc pas été en mesure de le commenter.

Le rapport d'autoévaluation couvrait tous les engagements du plan d'action. Le rapport faisait état des efforts de consultation menés au cours de l’élaboration du plan d’action. Le rapport n'incluait pas un examen des efforts de consultation lors de la mise en œuvre du plan d'action.[Note45: Ogi.gov.sl/report/OGP%20ASSMENT/%20REPORT%20217.pdf] Le rapport présentait des problèmes de description des résultats, d’énoncés du niveau d’achèvement et des étapes suivantes. Par exemple, le rapport d'autoévaluation indique que les données sur l'aide au développement ont été publiées sur le site Web de la CODO, mais que la CODO ne dispose pas de site Web. Cinq des engagements pour lesquels des niveaux d'achèvement substantiels ont été atteints ne comportaient aucune étape franchie. Dans son rapport d'autoévaluation, le gouvernement déclare que l'achèvement de l'engagement est «substantiel» pour l'engagement en matière d'ouverture du budget, mais rien n'est indiqué comme une activité achevée. Un autre problème avec le rapport est que l’énoncé des prochaines étapes est ambigu, insuffisant ou absent. Les preuves, y compris les documents, les listes de participants et les images, n'ont pas été fournies au chercheur pour appuyer l'auto-évaluation.

Réponse de 3.6 aux recommandations IRM précédentes

Tableau 3.5: Recommandations principales du rapport IRM précédent

Recommandation
Adressé?
Intégré au prochain plan d'action?

1

Travailler avec des organismes indépendants pour introduire des engagements qui renforceraient l'intégrité et la surveillance indépendante des zones sujettes à la corruption.

2

Impliquez davantage les institutions gouvernementales chargées de la mise en œuvre auprès de l'OGP en tant qu'initiés.

3

Inclure les engagements des gouvernements locaux dans le prochain plan d'action.

4

Un examen final de la Loi sur le revenu des industries extractives, impliquant les intervenants

X

X

5

Achever la mise en œuvre de l'engagement sur les recommandations d'audit et les règles d'accès à l'information.

Le gouvernement a pris en compte et inclus quatre des cinq recommandations du plan d'action. Ce plan d'action comporte un engagement en matière d'accès à la justice, qui comprend une activité liée à la publication d'affaires pour aider les citoyens à suivre les progrès. Au cours de ce plan d'action, les agences gouvernementales ont fourni des détails supplémentaires sur des engagements spécifiques et le comité directeur du PGO a incorporé davantage d'organismes gouvernementaux tout au long du processus. La gestion des déchets à Freetown implique un engagement du gouvernement local. La cinquième recommandation visant à achever la réglementation sur l'audit et l'accès à l'information est partiellement prise en compte. Le plan d'action actuel comporte un engagement de poursuivre les activités non complétées dans les recommandations de l'audit. Le gouvernement n'a pas pris de mesures supplémentaires concernant la Loi sur les revenus des industries extractives. Ni le point de contact OGP ni les dirigeants de la société civile interrogés sur ces questions ne peuvent expliquer pourquoi ces engagements importants n'ont pas été pris en compte dans le deuxième plan d'action.

Bien que les engagements couvrent des domaines politiques pertinents dans le pays, ils sont orientés vers des résultats qui améliorent principalement l'accès à l'information et n'engagent pas suffisamment le public. Le prochain plan d'action doit prendre en compte les principes de participation civique et de responsabilité publique du PGO, en incluant des engagements en matière de prestation de services publics et de mesures de lutte contre la corruption.

Cette section a pour but d’éclairer l’élaboration du prochain plan d’action et de guider l’achèvement du plan d’action actuel. Il est divisé en deux sections: 1) les priorités de la société civile et du gouvernement identifiées lors de l'élaboration du présent rapport et 2) les recommandations du MRI.

Priorités des parties prenantes 5.1

Les priorités des parties prenantes de la société civile concernant le plan d’action sont la réalisation des engagements en matière d’aide étrangère, de contrats ouverts et de changement climatique. Les engagements en matière d'aide étrangère et de contrats ouverts ont la priorité, selon les parties prenantes, de continuer à soutenir la lutte contre la corruption dans le pays. À la suite du glissement de terrain en septembre, 2017 ayant tué plus de personnes, les participants au forum des parties prenantes ont déclaré que les citoyens devaient désormais participer davantage à la transparence et à la responsabilisation en matière d'environnement; D'où la nécessité de compléter l'engagement sur le changement climatique.

Lors du prochain plan d'action, les participants de la société civile, y compris les organisations non gouvernementales et les groupes communautaires, lors d'une réunion des parties prenantes organisée par le chercheur, ont déclaré qu'ils souhaiteraient voir des engagements en matière de financement des gouvernements locaux, ainsi que la mise en œuvre de la loi sur les dossiers et archives la loi et la divulgation annuelle des actifs appartenant à des agents publics. Ils se sont également inquiétés du fait que l'attribution de subventions de développement aux administrations locales soit soumise à des considérations politiques, d'où la nécessité d'une plus grande transparence. Selon ces parties prenantes, inclure la mise en œuvre de la loi sur les archives et les documents dans le prochain plan d'action aiderait l'environnement global du droit d'accès du public à l'information.

1.2 Recommandations IRM

1. Exploiter la contribution de la société civile au-delà des membres du Comité directeur

En travaillant avec les organisations de la société civile, le gouvernement devrait se concentrer sur celles qui disposent des ressources nécessaires pour apporter une contribution significative. Ces ressources incluent la capacité et la présence connue dans les communautés. Le gouvernement doit exploiter les contributions des groupes de la société civile en dehors du comité directeur, qui peuvent faire avancer les questions relatives au PGO dans leurs projets et programmes et interroger le gouvernement dans la mise en œuvre des engagements pris.

2. Améliorer la coordination intergouvernementale sur le plan opérationnel, rendre compte régulièrement de la mise en œuvre des engagements

Étant donné que plusieurs engagements avaient des activités terminées avant le début du plan d'action, le gouvernement doit envisager de meilleurs efforts de coordination pour s'assurer qu'il n'y a pas de chevauchement d'activités menées par différentes agences. Chaque engagement doit avoir des résultats clairement définis et ne pas inclure des activités déjà terminées avant le plan d'action.

Le secrétariat de l'OGP devrait concevoir un système permettant aux agences gouvernementales de rendre compte périodiquement de la mise en œuvre des engagements, qu'elles assistent ou non aux réunions du comité directeur. Le gouvernement devrait s'efforcer de rendre compte publiquement de manière systématique et périodique de la mise en œuvre des engagements, y compris des jalons spécifiques atteints, des défis rencontrés et des prochaines étapes.

3. Envisager d'inclure un engagement sur la transparence des industries extractives, en mettant l'accent sur la divulgation des contrats

La transparence dans les industries extractives reste un problème important en Sierra Leone. Les engagements futurs dans ce domaine peuvent contribuer à la transparence fiscale en incluant certains des engagements du premier plan d’action qui n’ont pas été reportés dans le deuxième plan. Bien que le pays soit conforme à l'ITIE, il est toujours nécessaire d'adopter le projet de loi ITIE car il peut imposer la divulgation complète des informations relatives aux contrats miniers. Les engagements peuvent également répondre au besoin de divulgation de tous les investissements et contrats dans les industries extractives, y compris les investisseurs et la valeur des transactions réalisées.

4. Envisager des engagements concernant la participation des citoyens au suivi budgétaire et au suivi de la prestation des services publics

Selon la dernière enquête sur le budget ouvert, le public n'a que peu d'opportunités pour la Sierra Leone de participer au processus budgétaire et la supervision législative est faible pendant le cycle budgétaire. Le prochain plan d'action pourrait inclure des engagements qui impliquent une plus grande transparence budgétaire par le biais de structures formelles de suivi, de suivi et de contrôle civils du budget ainsi que de la collecte, de l'allocation et des dépenses des recettes publiques. L'accès à la santé est l'un des domaines dans lesquels on peut tester cela. Un engagement peut être pris concernant le suivi du montant des fonds versés par le centre aux communautés locales et la divulgation de l'utilisation de ces fonds dans les communautés.

5. Inclure des engagements sur l'application des mesures anti-corruption

La Sierra Leone a une législation sur la divulgation des avoirs appartenant à des agents publics, mais les déclarations ne sont pas rendues publiques. Le gouvernement et la Commission anti-corruption doivent envisager de faire respecter et de publier les déclarations de richesse des représentants de l'État et des pouvoirs publics.

Le pouvoir judiciaire doit envisager de fournir des informations sur les affaires judiciaires, à la fois par le pouvoir judiciaire et par le CAC. Le CAC peut publier en ligne des informations détaillées sur les affaires reçues, le nombre d'enquêtes faisant l'objet d'enquêtes et leurs résultats, tels que les affaires aboutissant à des condamnations, à des règlements à l'amiable, à des amendes, etc. Le pouvoir judiciaire devrait publier le résultat des affaires relatives à des questions clés. de contestation en Sierra Leone; il s’agit de la terre et des affaires impliquant des citoyens contre des fonctionnaires de l’État

Tableau 5.1: Cinq recommandations clés

1

Exploiter la contribution de la société civile au-delà des membres du Comité directeur

2

Améliorer la coordination intergouvernementale sur le plan opérationnel, rendre compte régulièrement de la mise en œuvre des engagements

3

Examiner les engagements en matière de transparence du secteur extractif, en mettant l'accent sur la divulgation des contrats

4

Envisager des engagements concernant la participation des citoyens au suivi budgétaire et au suivi de la prestation des services publics

5

Inclure un engagement sur l'application des mesures anti-corruption

Le rapport d'avancement de l'IRM est rédigé par des chercheurs basés dans chaque pays participant au programme OGP. Tous les rapports IRM sont soumis à un processus de contrôle de la qualité afin de s’assurer que les normes de recherche et de diligence raisonnable les plus strictes ont été appliquées.

L’analyse des progrès accomplis dans les plans d’action du PGO combine des entretiens, une recherche documentaire et les réactions des réunions d’intervenants non gouvernementaux. Le rapport de l'IRM s'appuie sur les conclusions du rapport d'auto-évaluation du gouvernement et sur toute autre évaluation des progrès réalisée par la société civile, le secteur privé ou des organisations internationales.

Chaque chercheur de l'IRM organise des réunions avec les parties prenantes afin de garantir une description précise des événements. Compte tenu des contraintes budgétaires et de calendrier, le MII ne peut pas consulter toutes les parties intéressées ou concernées. Par conséquent, l'IRM aspire à la transparence méthodologique et rend donc public, si possible, le processus de participation des parties prenantes à la recherche (voir plus loin dans cette section.) Certains contextes exigent l'anonymat des personnes interrogées et l'IRM examine le droit de supprimer les informations d'identification personnelle de ces personnes. les participants. En raison des limitations nécessaires de la méthode, l'IRM encourage vivement les commentaires sur les versions publiques de chaque rapport.

Chaque rapport est soumis à un processus de révision et de contrôle de la qualité en quatre étapes:

1. Évaluation du personnel: le personnel de la GIR examine le rapport pour vérifier sa grammaire, sa lisibilité, son contenu et son adhésion à la méthodologie de la GRI.

2. Examen par un groupe d'experts internationaux (IEP): IEP examine le contenu du rapport à la recherche de preuves rigoureuses à l'appui des résultats, évalue dans quelle mesure le plan d'action applique les valeurs du PGO et fournit des recommandations techniques pour améliorer la mise en œuvre des engagements et la réalisation des valeurs du PGO par le biais le plan d'action dans son ensemble. (Voir ci-dessous pour l'adhésion à l'IEP.)

3. Examen de prépublication: le gouvernement et certaines organisations de la société civile sont invités à faire part de leurs commentaires sur le contenu du projet de rapport sur la GIR.

4. Période de consultation publique: le public est invité à faire part de ses commentaires sur le contenu du projet de rapport sur la GIR.

Ce processus d’examen, y compris la procédure d’intégration des commentaires reçus, est décrit plus en détail à la section III du Manuel des procédures.[Note153: Manuel de procédures IRM, V.3: https://www.opengovpartnership.org/documents/irm-procedures-manual%5D

Interviews et groupes de discussion

Chaque chercheur de l'IRM doit organiser au moins un événement public de collecte d'informations. Les chercheurs doivent faire un réel effort pour inviter les parties prenantes en dehors de la liste des "suspects habituels" d'invités participant déjà aux processus existants. Des moyens supplémentaires peuvent être nécessaires pour recueillir les contributions des parties prenantes de manière plus significative (par exemple, enquêtes en ligne, réponses écrites, entretiens de suivi). De plus, les chercheurs procèdent à des entretiens spécifiques avec les agences responsables lorsque les engagements nécessitent plus d'informations que celles fournies dans l'auto-évaluation ou accessibles en ligne.

En tant que source d’information, le chercheur de la GIR a interrogé des informateurs clés, organisé une réunion des parties prenantes de la société civile et examiné la littérature. Parmi les informateurs clés interrogés figuraient des représentants de la société civile et d’organismes gouvernementaux siégeant au comité directeur du PGO, d’autres représentants d’agences gouvernementales directement et indirectement impliqués dans des engagements et des OSC ne faisant pas partie du comité directeur. Toutes les interviews ont eu lieu après la publication du rapport d'autoévaluation par le gouvernement en octobre 2017.

La réunion des parties prenantes qui s'est tenue dans la capitale le 20 d'octobre 2017 a réuni des participants d'organisations impliquées dans le programme OGP et d'autres organisations non impliquées; discuter de la manière dont le plan d'action a été mis en œuvre et donner son point de vue sur les conclusions initiales du chercheur et le rapport d'auto-évaluation du gouvernement. La réunion a porté sur l'étendue de la consultation sur le développement de l'action, la nature et l'étendue de la consultation au cours de la mise en œuvre, ainsi que sur les conclusions initiales du chercheur et du rapport d'auto-évaluation du gouvernement. Des discussions ont eu lieu sur le contexte du pays pour orienter les recommandations formulées. C’est le consensus ou les opinions dominantes des participants à la réunion des parties prenantes et des entretiens avec les informateurs clés que le chercheur en IRM présente comme des vues des parties prenantes.

Littérature ont examiné les documents détenus par les agences gouvernementales directement liées à un engagement et les documents en ligne générés par des institutions gouvernementales et des organisations internationales et locales.

Ce tableau montre les institutions les parties prenantes représentées dans les entretiens et lors de la réunion des parties prenantes.

Non.

PRÉNOM

INSTITUTION

DATES

1

Abu Bakarr Kamara

Coordonnateur, réseau de défense des budgets

Réponse courriel de 5 November 2017 au chercheur

2

Abdul Salim

Chef du secrétariat du changement climatique, Protection de l'environnement

19 Octobre 2017

3

Abdulai K. Jalloh

Institut pour la réforme de la gouvernance

20 Octobre 2017

4

Amie Dumbuya

Directeur général, Masada Waste Management Company

6 Novembre 2017

5

Elizabeth Turay (Mme)

Chef du genre et de l'hôtellerie, police de la Sierra Leone

15 Octobre 2017

6

Frédéric Conteh

Good Shepard Development Minstry

20 Octobre 2017

7

Gibrilla Murray-Jusu

Chef de la recherche, suivi et évaluation, Commission électorale nationale

19 Octobre 2017

8

Hamida Karim

Gestionnaire de programme, Open Government Partnership

Réponse courriel de 23 October 2017 au chercheur

9

Marcella Samba-Sesay (Mme)

Président de National Elections Watch

6 Novembre 2015

10

Jalikatu Cotay (Mme)

Directeur du Centre de dialogue sur les établissements humains et la réduction de la pauvreté

17 Octobre 2017

11

James Lahai

Veille électorale nationale

6 Novembre 2017

12

John Momo

Mouvement de réseau pour la justice et le développement

16 Octobre 2017

13

Joseph Dumbuya

Greffier, Conseil de l'aide juridique

20 Octobre 2017

14

Khadija Sesay (Mme)

Coordonnateur, secrétariat de l'OGP

11 Décembre 2017

15

Kawusu Kebbay

Directeur du bureau de coordination de l'aide au développement

4 Octobre 2017

16

Lavina Banduah (Mme)

Directeur exécutif, Transparency International - Sierra Leone

6 Novembre 2015

17

Martin Sandy

Agent d'information, d'éducation et de communication, Services d'audit

3 Octobre 2017

18

Mohamed J. Musa

Chef du renforcement des capacités d’approvisionnement, Autorité nationale des marchés publics

4 Octobre 2017

19

Muniru Kawa

Consultant privé, amélioration de la gestion des documents et des archives

29 Novembre 2017

20

Paul Luseni

Agent de programme, Centre pour la responsabilisation et l'état de droit

6 Novembre 2017

21

Princesse Massaquoi (Mme)

Agent de programme, Campagne pour la bonne gouvernance

20 Octobre 2017

22

Sahr S. ​​Ansumana

Citizens Budget Watch

20 Octobre 2017

23

Tanu Jalloh

Directeur exécutif, Initiative sur le budget ouvert

28 Novembre 2017

24

Tiana Alpha (Mme)

Les femmes dans les médias-Sierra Leone

20 Octobre 2017

25

Umaru Bangura

Directeur exécutif, Society for Knowledge Management

20 Octobre 2017

26

Umu Kabia (Mme)

Peace Africa Alliance, Centre de conseil, d’éducation et de formation

20 Octobre 2017

À propos du mécanisme de rapport indépendant

Le MII est un moyen essentiel par lequel le gouvernement, la société civile et le secteur privé peuvent suivre chaque année le développement et la mise en œuvre par le gouvernement des plans d'action du PGO. La conception de la recherche et le contrôle de la qualité de ces rapports sont effectués par le groupe d'experts international, composé d'experts des méthodes de recherche en transparence, participation, responsabilisation et sciences sociales.

Le comité d’experts international est actuellement composé de

· César Cruz-Rubio

· Mary Francoli

· Brendan Halloran

· Jeff Lovitt

· Fredline M'Cormack-Hale

· Douches Mawowa

· Juanita Oalaya

· Quentin Reed

· Rick Snell

· Jean-Patrick Villeneuve

Un petit personnel basé à Washington, DC, les bergers rendent compte du processus de gestion intégrée des risques en étroite coordination avec les chercheurs. Les questions et commentaires sur ce rapport peuvent être adressés au personnel à l’adresse suivante: irm@opengovpartnership.org

Téléchargements

Filed under: Rapport IRM

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!