Ignorer la navigation

Transparence et responsabilité en première ligne de la justice: accès à une assistance juridique civile ou pénale

Transparencia y rendición de cuentas en la vanguardia de la justicia: Acceso a la asistencia legal civil o penal

Justice de base Photo Namati

Présentation

L'accès à la justice est bien plus qu'un simple accès à des avocats ou à des tribunaux. Il s'agit d'une composante de l'état de droit qui, dans son essence, permet aux individus et aux communautés ayant des besoins juridiques de savoir où s'adresser pour obtenir de l'aide, peuvent obtenir l'aide dont ils ont besoin et peuvent passer par un système qui offre des procédures, substantielles et rapides. Justice. Bien qu'une personne puisse résoudre ses besoins juridiques sans une compréhension claire de la loi et des institutions juridiques, il est de loin préférable de donner aux individus et aux communautés les moyens de participer activement à la résolution de leurs problèmes juridiques, y compris les cas d'injustices collectives ou d'inégalités structurelles.

L'aide juridique est un élément essentiel pour garantir l'accès à la justice. En effet, il s'agit d'un droit de l'homme dans le contexte pénal et d'une composante du droit fondamental à un procès équitable tel que reconnu dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Que ce soit dans le système de justice pénale ou civile, l'aide juridique aux personnes aux ressources limitées ou aux situations de vulnérabilité est essentielle pour obtenir des résultats justes et équitables. L'aide juridique peut garantir que les systèmes judiciaires sont responsables et protéger les droits des individus.

RECOMMANDATIONS AUX GOUVERNEMENTS

  • Autorité d'aide juridique: Créer une autorité indépendante d'aide juridique qui peut établir, financer, doter en personnel, réglementer et évaluer le régime d'aide juridique. Envisagez une approche multipartite pour joindre les professionnels du droit aux représentants de la communauté.
  • Expansion de l'aide juridique: Élargir l'accès à l'aide juridique civile et pénale pour améliorer la capacité des personnes à engager les poursuites judiciaires nécessaires, augmentant ainsi la responsabilité dans le système judiciaire. Cela peut inclure l'élargissement de la fourniture de l'aide juridique pour répondre aux problèmes juridiques pour lesquels la demande dépasse l'assistance juridique existante qui est disponible. Cela pourrait entraîner une augmentation du financement ou des problèmes qui pourraient ne pas avoir un financement adéquat ou élargir les partenariats avec les OSC pour répondre au besoin.
  • Programmes pour les communautés mal desservies: Augmenter le financement des services d'aide juridique existants et créer de nouveaux bureaux et services pour atteindre les communautés isolées ou mal desservies. Rendre les budgets (et les résultats) transparents jusqu'au niveau du programme.
  • Coopération pour répondre aux besoins juridiques: Protéger et approfondir les partenariats avec la société civile, en particulier avec les prestataires d'aide juridique en matière civile. Lancer des groupes de travail composés de membres du gouvernement et de la société civile afin d'identifier des réformes juridiques pour améliorer l'assistance juridique et les tribunaux.
  • Partenariats ciblés: Renforcer et institutionnaliser les partenariats entre les OSC et les forces de l'ordre, le cas échéant, pour mieux servir les communautés et les populations mal desservies comme les victimes de violences basées sur le genre.
  • Financement de l'aide juridique: Accroître et diversifier le financement de l'assistance juridique aux niveaux national et infranational. Cela pourrait inclure des partenariats avec le secteur public pour consolider les interventions judiciaires assurant les besoins fondamentaux comme le logement, l'emploi et l'accès aux services publics.
  • Services pro bono: Réviser la réglementation dans le domaine juridique pour soutenir la fourniture de services par les avocats du secteur privé aux personnes à faible revenu et vulnérables gratuitement (c'est-à-dire à titre gracieux) lorsque l'aide juridique n'est pas fournie en tant que droit.
  • Cliniques juridiques: Réviser la réglementation des professions juridiques pour permettre aux étudiants en droit sous la supervision d'avocats agréés de fournir des services juridiques aux personnes à faible revenu et mal desservies par le biais de cliniques de droit ou avec des organisations de la société civile.
  • Formation des professionnels du droit: Financer et lancer des programmes de formation pour les avocats de l'aide juridique, les parajuristes et les bénévoles bénévoles afin d'améliorer leurs compétences et leurs connaissances juridiques dans les domaines juridiques touchant les personnes à faible revenu et mal desservies.

ACTIONS PERTINENTES

L'Indonésie améliore la disponibilité et la qualité de l'aide juridique

Fondation indonésienne d'aide juridique (ILAF) fournit une assistance juridique à Jakarta depuis les années 1970. Leurs services ont augmenté de façon spectaculaire dans les années 1980 en aidant des clients qui étaient non seulement pauvres, mais aussi marginalisés et opprimés. Les services de l'ILAF comprennent les litiges, l'éducation et l'autonomisation des membres de la communauté, la recherche et le plaidoyer politique. Ces dernières années, l'ILAF a reçu le soutien de l'Open Society Foundations pour améliorer sa prestation d'aide juridique. En 2018, l'Indonésie s'est engagée à créer des réglementations garantissant le financement des organisations d'aide juridique, leur permettant d'étendre leur portée à des communautés plus éloignées et pauvres tout en renforçant simultanément la prise de conscience et la capacité juridique des personnes pauvres et marginalisées.

Diversifier le financement de l'aide juridique aux États-Unis

À la veille de l'adoption du Programme de développement durable à l'horizon 2030 en septembre 2015, les États-Unis ont officiellement lancé un effort fédéral interinstitutions pour intégrer l'aide juridique en matière civile dans les efforts menés par l'exécutif qui favorisent l'accès à la santé et au logement, l'éducation et l'emploi, la stabilité familiale, et la sécurité publique. La maison Blanche Table ronde interinstitutions sur l'aide juridique (LAIR) rassemble plus de 20 organismes fédéraux pour identifier les moyens par lesquels l'aide juridique civile peut faire progresser les priorités fédérales grâce à quatre stratégies principales: tirer parti des ressources fédérales pour renforcer l'aide juridique civile, faciliter la collaboration stratégique entre l'aide juridique civile et l'application de la loi, élaborer des recommandations politiques qui améliorer l'accès à la justice et faire progresser la recherche factuelle, la collecte de données et l'analyse des interventions d'accès à la justice. Cette activité, qui améliore la transparence du gouvernement et la participation de la société civile, a été incluse en tant qu'engagement du PGO dans le troisième plan d'action national des États-Unis. Il est important de noter que les agences LAIR ont travaillé dans différentes administrations présidentielles pour relier l'aide juridique civile aux priorités de chaque administration.

NORMES ET ORIENTATIONS INTERNATIONALES

Principes et directives des Nations Unies sur l'accès à l'aide juridique dans les systèmes de justice pénale

En décembre 2012, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté 14 principes et 18 lignes directrices pour guider les pays sur les composantes de programmes d'aide juridique solides dans le contexte de la justice pénale. Si les Principes et lignes directrices reconnaissent que «les États utilisent différents modèles pour la fourniture de l'aide juridique», ils peuvent être des outils efficaces pour renforcer et développer les systèmes d'aide juridique pénale existants dans le monde. Depuis leur adoption, la Commission des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale a encouragé les gouvernements à renforcer la fourniture d'une aide juridique en matière pénale. Les 14 principes comprennent:

  • Le droit à l'assistance juridique accordée par l'État aux victimes, aux témoins et aux personnes soupçonnées ou accusées d'une infraction pénale;
  • L'importance d'administrer un régime d'aide juridique exempt de discrimination, rapide et efficace;
  • L'obligation d'informer les accusés au pénal de leur droit à l'assistance judiciaire et de prévoir des recours et des garanties dans la fourniture de l'assistance judiciaire; et
  • L'exigence relative à la fonction d'aide juridique doit être indépendante, protégée, compétente et responsable.

Les 18 lignes directrices fournissent plus de détails sur ces principes, tels que la manière dont l'aide juridique doit être fournie et comment les pays peuvent établir, financer, doter en personnel et réglementer les régimes d'aide juridique, y compris le partenariat avec des prestataires d'aide juridique non étatiques.

ENGAGEMENTS DE L'OGP DANS CE DOMAINE

  1. Burkina Faso (2017-2019): Le ministère de la Justice s'est engagé à croissant le montant de l'aide judiciaire.
  2. Colombie (2015-2017): Colombie lancé un portail Web et une application mobile appelés LegalApp pour faciliter l'accès du public aux informations sur les services de justice.
  3. Indonésie (2018-2020): L'Indonésie s'est engagée à croissant la disponibilité et la qualité de l'aide judiciaire.
  4. Israël (2017-2019): La engagement a introduit un accès gratuit et à distance au système court.net pour les citoyens et les avocats afin d'améliorer l'accès aux informations sur les procédures et services judiciaires.
  5. Macédoine du Nord (2018-2020): Le ministère du Travail établir quatre accès à des centres de justice pour fournir une assistance juridique gratuite aux communautés marginalisées.
  6. Afrique du Sud (2016-2018): L'Afrique du Sud intégrée et renforcée Bureaux de conseils communautaires comme une base et une partie permanente du système judiciaire plus large.
  7. United States (2015-2016): Les États-Unis diversifié financement de l'aide juridique et institutionnalisé la table ronde interinstitutions sur l'aide juridique de la Maison-Blanche.

RESSOURCES ET PARTENAIRES

Ressources

Organisations

Crédit photo en vedette: Aubrey Wade / Namati

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!