Ignorer la navigation

Hongrie (retirée)

Le 7 décembre 2016, le comité directeur de l'OGP a reçu une lettre du gouvernement hongrois annonçant son retrait immédiat du partenariat. Le gouvernement hongrois fait l'objet d'un examen par l'OGP depuis juillet 2015 en raison des préoccupations exprimées par les organisations de la société civile concernant leur espace d'opération dans le pays.


Lettre de retrait de la Hongrie :

    Excellences,

    Chers membres du comité directeur,

    La Hongrie a rejoint l'Open Government Parb1ership (ci-après dénommé OGP) parmi les premiers pays peu après son lancement en 2012, et participe activement à ses travaux depuis. Deux plans d'action nationaux ont été élaborés en temps opportun, conformément à la directive pertinente de l'OGP, avec la participation active des organisations civiles et à la suite de larges consultations publiques. Les plans d'action ont été adoptés par notre gouvernement avec un réel engagement, dans le cadre de nos efforts pour promouvoir la gouvernance ouverte, la participation du public et l'intégrité dans l'administration publique.

    La Hongrie reste profondément attachée aux objectifs du Partenariat. Nous croyons qu'une gouvernance ouverte et efficace, la transparence, la participation civique aux affaires publiques et la lutte contre la corruption sont tous des piliers indispensables de la démocratie et de la bonne gouvernance. Par conséquent, la Hongrie a toujours considéré son adhésion à l'OGP comme une opportunité de renforcer et de compléter ses efforts pour atteindre ces objectifs.

    En référence à la procédure de politique de réponse OGP menée contre la Hongrie depuis 2015, la Hongrie s'est engagée de manière constructive en donnant une réponse précise et détaillée aux plaintes reçues. Par conséquent, c'est avec regret que nous avons constaté que le rapport final de l'OGP publié cette année ne reflétait pas les considérations fournies par la Hongrie et que le rapport n'avait pas été adopté à la suite d'un dialogue significatif, où le point de vue de toutes les parties était pris en compte. compte. Ainsi, les recommandations de l'OGP sont non fondées et intrusives dans leur nature. Nous considérons que cette procédure n'est pas un moyen constructif et adéquat de traiter les problèmes pour lesquels OGP a été créé à l'origine.

    Pour toutes ces raisons, je voudrais vous informer que la Hongrie n'est pas en mesure de maintenir son adhésion à la Open Government Partnership, et souhaite donc se retirer de l'initiative. Par conséquent, je voudrais également vous informer que la Hongrie ne sera pas représentée au sommet OGP qui se tiendra en décembre à Paris.

    En attendant, la Hongrie reste attachée aux principes énoncés ci-dessus. Nous sommes ouverts et prêts à un dialogue constructif sur la promotion d'une gouvernance transparente, participative et de bonne gouvernance dans toutes les plateformes qui garantissent le respect de tous les points de vue et s'appuient sur les contributions fournies par les parties concernées.

    Permettez-moi de vous assurer de ma très haute considération.


# # #

Le texte suivant a été fourni par le gouvernement de la Hongrie le 10 juillet 2012. 

    La Hongrie a rejoint le Open Government Partnership en 2012 et considère sa participation à cette initiative de partenariat mondial comme une opportunité qui renforce et complète les efforts de la Hongrie pour créer une gouvernance ouverte et en même temps efficace.

    Le gouvernement attache la plus haute importance à la coopération avec les organisations civiles. La participation active et large des organisations civiles et des citoyens à l'élaboration du premier plan d'action national de la Hongrie a été assurée par plusieurs sessions du groupe de travail, la consultation des organisations civiles avant celle-ci et la consultation du grand public avant son approbation finale. Ce long processus de consultation en plusieurs étapes, permettant des contributions personnelles et écrites, a abouti à des engagements favorisant une gouvernance ouverte, la participation du public et l'intégrité dans l'administration publique.

    Bon nombre des engagements pris ont été initialement recommandés par les organisations civiles. Les engagements font partie d'un programme complet de lutte contre la corruption lancé en 2012 et intitulé Programme de prévention de la corruption dans l'administration publique. Cela place les engagements dans un vaste cadre stratégique, garantissant le contexte financier et organisationnel nécessaire à la mise en œuvre et l'harmonie avec les autres mesures connexes adoptées par le gouvernement. Les engagements de la Hongrie en matière de gouvernance ouverte sont principalement liés à l'amélioration de l'intégrité des agences de l'administration publique, mais ils touchent également aux domaines de l'amélioration de la qualité des services publics et de l'efficacité de l'utilisation des ressources communautaires.

    Le Ministère de l'administration publique et de la justice, qui soutient la mise en œuvre effective des engagements du PGO, tient régulièrement des consultations en personne avec les organisations civiles et les experts sur une base mensuelle. Ces consultations mensuelles donnent aux parties prenantes civiles l'occasion d'obtenir des informations à jour et exactes, d'exprimer leur opinion et de faire d'autres suggestions au ministère.

Lettre d'intention de la Hongrie de rejoindre l'OGP:


Engagements

  • Améliorer la publicité des données fiscales (2013)

    Afin de mieux informer les citoyens sur les questions fiscales, la Hongrie s’engage à:
    présenter les données du projet de budget central et de ses amendements ainsi que le budget effectivement exécuté à travers des chiffres et des graphiques également, ventilés en postes selon le niveau 2 de la COFOG (Classification des Fonctions de l'Etat) élaborée par les Nations Unies.

    Plus Plus
  • Amélioration de la possibilité de recherche des données sur les marchés publics (2013)

    Afin d'assurer la publicité des données sur les marchés publics, la Hongrie s'engage à veiller à ce que les annonces et communications relatives aux marchés publics (données publiées en relation avec les appels d'offres publics dans un journal officiel ou sur un site Internet central de l'État pour les appels d'offres publics, comme l'exigent les dispositions légales) sont divulgués de telle sorte que chaque contractant (sauf en cas de succession légale) se voit attribuer un code d'identification unique permanent et que chaque procédure de passation de marchés publics se voit attribuer un code d'identification unique qui est permanent dans la procédure donnée. Cela facilitera la recherche et l'interrogation de tout document de marché public divulgué sur la base du code d'identification unique de l'agence ou de la procédure en question.

    Plus Plus
  • Amélioration de la publicité des contrats conclus pour l'utilisation de biens publics et avec l'utilisation de fonds publics (2013)

    Afin d'améliorer la publicité des contrats conclus pour l'utilisation de biens publics et avec l'utilisation de fonds publics, la Hongrie s'engage à prévoir ce qui suit, même par des modifications législatives, si nécessaire :
    a) les examens des organes étatiques indépendants et gouvernementaux autorisés à effectuer des contrôles de conformité devraient toujours s'étendre au respect des obligations de divulgation ;
    b) l'expérience acquise concernant la mise en œuvre de la loi sur les marchés publics ainsi que les règles de l'aide financière budgétaire nationale et communautaire devrait être revue, en accordant une attention particulière au respect des dispositions légales sur la liberté de l'information électronique et en accordant une attention particulière à la forme et au contenu de l'éventuelle augmentation supplémentaire de la publicité ;
    c) l'utilisation des biens et des marchés publics locaux doit être discutée lors de réunions publiques, à l'exception des réunions convoquées pour l'évaluation des résultats de la procédure d'appel d'offres où le soumissionnaire ou le candidat a exclu la divulgation d'une partie de sa candidature parce qu'elle est considérée comme un secret d'affaires qui se rapporte à ses propres activités mais ne concerne pas des éléments substantiels du contrat à conclure, ou si une réunion publique violerait le secret d'une société commerciale détenue par le gouvernement local ;
    d) les motions publiques des organes du gouvernement local doivent être publiées sur le site Web du gouvernement local après l'envoi des invitations et avec ces invitations.

    Plus Plus
  • Système de contrôle de l'intégrité dans le secteur public (2013)

    a) La Hongrie s'engage à garantir la participation des organisations du secteur public et des entreprises publiques à l'enquête sur l'intégrité du Bureau national d'audit.
    b) La Hongrie s'engage à introduire un système de contrôle de l'intégrité dans l'administration publique centrale.
    c) La Hongrie s'engage à créer le système institutionnel de protection des lanceurs d'alerte.
    d) La Hongrie s'engage à déterminer les règles de maintien des contacts entre les organes de l'Etat et les groupes de représentation d'intérêts.
    e) La Hongrie s'engage à assurer l'analyse pré-décisionnelle des risques de corruption des motions à discuter par le Gouvernement et des projets d'arrêtés ministériels, dans le cadre d'une étude d'impact préliminaire.
    f) La Hongrie s'engage à élaborer des codes de conduite professionnelle pour les fonctionnaires et le personnel chargé de l'ordre public sous une forme approuvée par les organismes publics compétents indépendants du gouvernement.

    Plus Plus
  • Diffusion d'informations sur la lutte contre la corruption et l'intégrité (2013)

    a) La Hongrie s'engage à dispenser une formation aux agents publics sur les thèmes de l'intégrité, de la lutte contre la corruption et de l'éthique.
    b) La Hongrie s'engage à fournir, dans le cadre du système de formation des organes de l'État, des éléments de formation à la liberté d'information pour les agents de l'administration publique, des collectivités locales et du secteur judiciaire, qui donnent également une ligne directrice claire pour la divulgation indépendante et proactive des données d'intérêt public.
    c) La Hongrie s'engage à lancer une campagne de sensibilisation crédible, transparente et rentable qui s'appuie sur la participation des citoyens et des ONG et fournit des informations différenciées par groupes cibles, afin d'accroître les connaissances et la conscience des membres de la société sur les phénomènes de corruption tels que ainsi que les attitudes et les contre-mesures qui peuvent être appliquées à leur encontre.
    d) La Hongrie s'engage à faire en sorte que les valeurs et les connaissances relatives aux phénomènes de corruption ainsi que les attitudes et les contre-mesures qui peuvent être appliquées à leur encontre soient incorporées dans l'enseignement scolaire, y compris la révision des manuels de cours dans ce domaine et en les amplifiant avec des mesures anti-corruption. -informations sur la corruption.

    Plus Plus
  • Publicité efficace des administrations locales et divulgation d'informations (2015)

    Les règles générales relatives à l'obligation de divulgation de certaines données d'intérêt public et de données d'intérêt public traitées par des organismes exerçant des fonctions de service public sont énoncées dans la loi CXII de 2011 sur l'autodétermination informationnelle et la liberté d'information (loi sur l'information). Le règlement vise à garantir la liberté d'information et à faciliter la mise en œuvre du droit d'accès et de diffusion des données d'intérêt public et des données publiques pour des raisons d'intérêt public.
    Pour la mise en œuvre de ce qui précède, les organismes exerçant des fonctions de service public veillent à ce que le grand public reçoive rapidement et avec précision des informations précises sur les questions relevant de leur compétence, telles que les budgets des administrations centrales et municipales et leur mise en œuvre, gestion des actifs contrôlés par les administrations centrale et municipales, appropriation des fonds publics et droits spéciaux et exclusifs conférés aux acteurs du marché, aux organisations privées ou aux particuliers. En vertu de la loi sur l'information, les organismes exerçant des fonctions de service public doivent rendre publiques les informations spécifiées dans la liste de divulgation normalisée de la loi sur leurs sites Web. La loi sur l'information précise également les conséquences juridiques générales du non-respect de l'obligation de divulgation, selon lesquelles l'autorité nationale pour la protection des données et la liberté de l'information (NAIH) mènera, sur demande, des enquêtes sur l'infraction dénoncée liée à l'exercice des droits des accès aux données publiques pour des raisons d'intérêt public.
    En vertu des dispositions de la loi fondamentale hongroise et de la loi CLXXXIX de 2011 sur les collectivités locales en Hongrie (ci-après dénommée la loi sur les collectivités locales), le gouvernement contrôle le respect de la loi du fonctionnement des collectivités locales par le biais des accords de Budapest et Bureaux du gouvernement du comté. Ces bureaux surveillent et, le cas échéant, prennent des sanctions contre les collectivités locales en cas de problèmes de fonctionnement et, dans le cadre spécifié dans la loi sur les collectivités locales, peuvent également prendre des mesures pour pallier à l'échec de certaines décisions (sections de la loi sur la gouvernance locale, 132-142 ).
    Sur la base de ce qui précède, il peut être conclu que le cadre juridique de l'obligation de divulgation concernant les données d'intérêt public et les données publiques fondées sur l'intérêt public est disponible. Dans le même temps, un changement d'attitude et un renouveau sont nécessaires pour que les administrations locales se conforment aux réglementations non par crainte de sanctions potentielles, mais principalement en raison de leur responsabilité à l'égard de la communauté des citoyens.

    L’amélioration de la publication des décisions des gouvernements locaux figurait déjà parmi les engagements pris dans le Premier plan d’action du PAO, mais le rapport d’auto-évaluation sur sa mise en œuvre, conforme à l’évaluation réalisée dans le MIR, concluait que l’engagement n’était que partiellement mis en œuvre et donc cette tâche devrait être spécifiée plus en détail et poursuivie dans le deuxième plan d'action du PGO. En outre, le rapport d'avancement a établi que, bien que les administrations locales puissent tenir des séances à huis clos dans les cas prévus par la loi, elles interprètent cette notion de manière trop large dans le cas des séances consacrées aux questions liées aux actifs. Les motions écrites pour les séances publiques du conseil des représentants et des comités municipaux ne sont souvent pas accessibles sous une forme archivée avant et après les séances, ce qui empêche les citoyens de se familiariser avec le contexte des décisions.

    Ainsi, les exigences relatives à la publicité véritable et aux réglementations correspondantes devraient être résumées dans une directive méthodologique et largement diffusées.
    La directive méthodologique a pour objectif de développer et d’interpréter les réglementations incluses dans la loi sur l’information, en mettant l’accent sur la pratique, et de guider les gouvernements locaux dans l’application de la loi, notamment en stimulant l’utilisation des possibilités offertes par la section 33 (3) de la loi. de mettre en œuvre leur obligation de publication, avec des recommandations spéciales adaptées aux administrations locales disposant de ressources limitées. La directive méthodologique devrait également inclure des exemples de publication, ainsi que des indications sur le moment de la publication (en attirant l'attention, par exemple, sur l'obligation de publication préalable des ordres du jour) et son format.
    Afin de présenter la directive méthodologique et d’apporter un soutien à son application, des ateliers doivent être organisés pour permettre à toutes les administrations locales intéressées de participer. Cela signifie qu'au moins sept ateliers devront être organisés au niveau national, soit un atelier par région (régions nord de la Hongrie, grande plaine du nord, grande plaine du sud, Hongrie centrale, Transdanubie centrale, Transdanubie de l'Ouest, Transdanubie du Sud). Au-delà du respect de l'obligation de publication, les ateliers ont pour objectif de soutenir le changement d'attitude et d'explorer et de partager les bonnes pratiques.
    En développant la ligne directrice et en la mettant en œuvre à grande échelle, le contenu de l'obligation de publication deviendra plus clair et son respect sera également plus facile pour les gouvernements locaux. La mise en œuvre réussie de cet engagement contribue au développement des services publics et à une utilisation plus efficace des fonds publics, en plus de quoi il renforce – notamment en fournissant en amont un accès facile aux informations liées à la prise de décision des collectivités locales comme prévu par la loi – le fonctionnement transparent et responsable des organismes remplissant des fonctions de service public.
    Le rapport sur l'état d'avancement du premier plan d'action OGP indiquait qu'en Hongrie, le nombre d'organisations publiques respectant pleinement les obligations en matière de divulgation est faible. Les bureaux gouvernementaux, dans le cadre de leurs activités visant à surveiller le fonctionnement des gouvernements locaux, surveillent en permanence le respect de l'obligation de divulgation, mais une stimulation plus efficace des personnes concernées est requise. Les motions écrites pour les séances publiques du conseil et des comités municipaux ne sont souvent pas accessibles sous une forme archivée avant et après les séances, ce qui empêche les citoyens de se familiariser avec le contexte des décisions. Faciliter le respect de l’obligation de divulgation et assurer la publicité, en s’appuyant sur l’expérience acquise par les administrations lors de la supervision du respect de la loi. Faciliter le respect de l’obligation de divulgation et assurer la publicité, en s’appuyant sur l’expérience acquise par les administrations lors de la supervision du respect de la loi.

    Plus Plus
  • Présentation graphique du budget central (2015)

    Améliorer la transparence des finances publiques est un élément clé de la mise en place d’une gouvernance transparente. À cette fin, le premier plan d’action du PGO incluait un engagement visant à améliorer la publicité des données budgétaires. Selon l'engagement, afin de mieux informer les citoyens sur les finances publiques, il était nécessaire de présenter les projets de budget central et de ses amendements, ainsi que le budget central réellement exécuté, à la fois numériquement et graphiquement, conformément à la classification 2 de la COFOG (Classification de les fonctions du gouvernement) élaborées par les Nations Unies.
    Afin de respecter cet engagement, l'ancien ministère de l'Administration publique et de la Justice a consulté à plusieurs reprises le Trésor public hongrois et le ministère de l'Économie nationale dans 2013. Sur la base des consultations, les organisations concernées ont compilé les séries de données pertinentes et les ont rendues accessibles, ainsi que des informations et des descriptions facilitant leur interprétation, sur le site Web. http://www.allamkincstar.gov.hu/kincstar/funkcionalis_merlegek. Les données sont présentées de manière modifiable, numérique et graphique sur le site Web.
    Le rapport d'avancement sur le premier plan d'action OGP et les commentaires des organisations de la société civile considéraient tous les deux cet engagement comme un progrès important et authentique. Dans le même temps, ils ont toutefois noté que le format des données incluses dans la base de données en ligne sur les dépenses budgétaires rendait difficile la réalisation d'analyses de politique générale, que l'actualité des données n'était pas assurée et que la qualité de leur affichage graphique n'était pas suffisamment compréhensible. .
    Compte tenu de ce qui précède, il est raisonnable d'améliorer la compréhensibilité des données budgétaires centrales accessibles en ligne en garantissant leur actualité et le respect le plus fidèle possible de la classification de la CFAP, ainsi qu'en augmentant le niveau d'affichage graphique, et répondant ainsi aux normes internationales.
    Le respect de cet engagement facilitera le développement des services publics en améliorant la convivialité et la compréhensibilité des données budgétaires publiées en ligne, et la sensibilisation des citoyens à la portée de ceux-ci facilitera indirectement une gestion plus efficace des finances publiques. Le rapport sur l'état d'avancement du premier plan d'action national pour les PGO a établi que la disponibilité de la base de données en ligne sur les dépenses budgétaires améliorait l'accessibilité des données; toutefois, leur format rendait difficile la réalisation d'analyses de politiques et l'affichage standard de leurs graphiques ne correspondait pas aux normes internationales. Maintenir les données budgétaires à jour et développer leur affichage graphique. La Hongrie s'engage à améliorer l'accès en ligne aux données budgétaires et la lisibilité de leur présentation graphique.

    Plus Plus
  • Transparence dans le lobbying du secteur public par des tiers (2015)

    «Le premier plan d'action OGP comprenait comme engagement le développement du système de gestion de l'intégrité et, dans ce cadre, l'élaboration d'un règlement sur la communication et le contact avec des tiers représentant des intérêts privés (c'est-à-dire des lobbyistes).
    La première loi régissant la représentation des intérêts en Hongrie était la loi XLIX de 2006 sur le lobbying. Le règlement était prospectif même par rapport aux normes européennes, mais dans le même temps, son champ d'application ne couvrait que les lobbyistes professionnels. Faute d'un véritable contrôle, les dispositions de la loi ont été respectées dans une moindre mesure jusqu'à ce que le législateur ait finalement décidé de réglementer à nouveau ce domaine en se basant sur une nouvelle approche.
    La loi CXXXI de 2010 sur la participation sociale à la rédaction de la législation (ci-après: loi sur la consultation sociale) a instauré des consultations directes et a ainsi créé un nouveau forum élargi pour la participation du public à la préparation des décisions [Article 7 (1) b)].
    Pour réglementer le lobbying en dehors de la législation, Gov.Dec. 50 / 2013 (II. 25.) Est entré en vigueur en mars 2013. Le décret a mis en place un système de gestion de l’intégrité dans les organes de l’administration publique et a établi des règles pour les contacts avec les tiers représentant les intérêts privés afin d’accroître la transparence et de consolider le système de gestion de l’intégrité. Afin de garantir la transparence du lobbying, le nouveau règlement impose aux administrations publiques de conserver des enregistrements des réunions avec les représentants d'intérêts et, en fonction de la décision de la direction, la présence d'un tiers (conseiller en intégrité) peut être requise pour ces réunions [Article 10 (1-5)].
    Bien que ces réglementations constituent un progrès, il est nécessaire de combler les lacunes juridiques liées aux activités de lobbying et de soutenir l'application des règles sur les contacts avec des tiers représentant des intérêts privés.
    Sur la base du rapport d'autoévaluation du premier plan d'action OGP, le règlement sur la communication et les contacts avec des tiers représentant des intérêts privés a été mis en œuvre de manière limitée. Par conséquent, il est important d’élaborer une ligne directrice pratique et complète favorisant le respect de la réglementation en vigueur. Dans le cadre de la ligne directrice, il convient de rassembler l'expérience des deux dernières années en matière de mise en œuvre du règlement et les difficultés pratiques de son fonctionnement. La ligne directrice devra être rendue accessible aux employés des organisations concernées.
    Décret gouvernemental 50 / 2013 (25 février) sur le système de gestion de l'intégrité des organes de l'administration publique et les règles de procédure des lobbyistes d'accueil sont entrés en vigueur. Il est devenu nécessaire de publier une ligne directrice à l'appui de la conformité à la réglementation. La ligne directrice passera également en revue l'expérience pratique liée à la réglementation.
    Rendre plus transparente la communication avec les tiers représentant les intérêts privés en soutenant le respect de la réglementation en vigueur.
    La Hongrie s'engage à publier une ligne directrice visant à assurer le respect des règles relatives aux contacts avec des tiers représentant des intérêts privés.

    Plus Plus
  • Formation FOI dans les organisations de l'administration publique (2015)

    Cet engagement facilite également la publicité des données d’intérêt public et des données publiques pour des motifs d’intérêt public et s’harmonise donc avec les engagements 1 et 7 concernant à la fois son contexte juridique et ses objectifs.
    La disponibilité d'informations actualisées sur le règlement relatif à la liberté d'information est essentielle pour les organismes exerçant des fonctions de service public afin qu'ils puissent s'acquitter efficacement de leurs obligations légales.
    En conséquence, le premier plan d’action du PGO incluait le développement d’éléments de formation sur la liberté d’information. Afin de respecter cet engagement, l’Université nationale de la fonction publique, avec le concours d’experts de l’Autorité nationale pour la protection des données et la liberté de l’information, a élaboré un projet de programme d’études. Dans le même temps, comme l'ont souligné l'auto-évaluation et les rapports d'avancement, la formation basée sur le projet de programme n'a pas encore été lancée; l'engagement n'a donc été que partiellement mis en œuvre et devrait donc être maintenu dans le deuxième plan d'action.
    Lors de la mise en œuvre de cet engagement, il est raisonnable de revoir le programme déjà élaboré et de l'adapter aux modifications apportées à la législation depuis (par exemple, dans le domaine de la réutilisation des informations du secteur public), avec la participation d'organisations de la société civile et d'experts. avoir un rôle éminent dans ce domaine. En outre, il est nécessaire d’inscrire le programme révisé sous la forme d’une formation à l’apprentissage en ligne en tant que «programme de formation continue de la fonction publique». Le programme de formation en ligne doit être publié sur un site Web consacré à la prévention de la corruption. Il sera donc accessible non seulement aux employés des administrations publiques et des administrations locales ayant accès aux programmes de formation continue proposés par l'Université nationale de la fonction publique. Service, mais pour quelqu'un d'autre aussi.
    L’inclusion d’éléments de formation liés à la liberté d’information dans le système de formation des organismes publics devrait sensibiliser les fonctionnaires concernés à la liberté d’information, promouvoir le respect de la réglementation, et également faciliter le respect des obligations en matière de publication des données d’intérêt public. et ainsi améliorer la publicité des données d’intérêt public.
    Lors du sommet OGP à l'automne 2013 à Londres, la Hongrie a annoncé un engagement complémentaire lié à l'adhésion à l'OGP, à intégrer dans le prochain plan d'action national. L'un des engagements pris visait à rendre les programmes de formation à l'intégrité lancés dans 2013 ouvert aux citoyens et aux organisations d'organisations civiles intéressés. Au cours de 2013 et 2014, plusieurs sessions de formation avec des participants externes impliqués ont eu lieu. L'engagement actuel consiste à renforcer et à compléter le précédent.
    Diffuser une attitude intègre en impliquant les citoyens et en sensibilisant les employés des administrations locales à la prévention de la corruption.
    La Hongrie s'engage à élaborer un programme de formation sur la prévention de la corruption et son intégrité à l'intention des citoyens et des gouvernements locaux. La trousse de formation destinée aux citoyens doit être publiée pour une utilisation gratuite ultérieure et celle destinée aux administrations locales doit être présentée à au moins sept exemples de sessions de formation au niveau national, organisées au niveau régional.

    Plus Plus
  • Diffusion des informations sur la prévention de la corruption (2015)

    Des actions efficaces contre la corruption ne peuvent être prises que si les attitudes des citoyens et des experts changent. Pour faciliter cela, il est essentiel de diffuser des informations sur le phénomène de la corruption, sur les risques de corruption et sur la prévention des situations de corruption, de créer une culture organisationnelle résistante à la corruption, de sensibiliser les citoyens et de renforcer la confiance du public dans la société de l'information. fonctionnement du secteur public.
    Lors du sommet OGP tenu à Londres à l'automne 2013, la Hongrie a promis, en tant qu'engagement complémentaire, d'ouvrir les programmes de formation à l'intégrité lancés dans 2013 aux citoyens et aux organisations de la société civile intéressés et d'intégrer cet engagement dans son deuxième plan d'action OGP.
    Au cours des années 2013 et 2014, plusieurs programmes de formation impliquant des intervenants externes ont eu lieu. L'engagement actuel est le renforcement et la complémentarité de l'ancien en vue de faciliter le plus possible l'émergence d'une nouvelle attitude parmi les citoyens et les gouvernements locaux. Afin de renforcer la confiance des citoyens dans les organisations de l'administration publique et les gouvernements locaux, il est important que les citoyens et les gouvernements locaux soient informés de l'importance de la prévention de la corruption et de l'attitude basée sur l'intégrité.
    Afin de faciliter la première, il est nécessaire, d'une part, de disposer d'un module de formation sur la prévention de la corruption et l'intégrité pour les citoyens, qui doit ensuite être rendu accessible pour une utilisation gratuite ultérieure. D'autre part, il existe un besoin pour un autre module de formation destiné aux gouvernements locaux, qui doit leur être présenté par le biais de sessions de formation pilotes. Afin d'assurer une couverture nationale, au moins sept sessions de formation pilote, une par région, seront organisées. Impliquer les organisations de la société civile dans la formation peut contribuer à la mise en œuvre efficace de l'engagement et offrira, en même temps, un espace de partage d'expérience.
    Lors du sommet OGP à l'automne 2013 à Londres, la Hongrie a annoncé un engagement complémentaire lié à l'adhésion à l'OGP, à intégrer dans le prochain plan d'action national. L'un des engagements pris visait à rendre les programmes de formation à l'intégrité lancés dans 2013 ouvert aux citoyens et aux organisations d'organisations civiles intéressés. Au cours de 2013 et 2014, plusieurs sessions de formation avec des participants externes impliqués ont eu lieu. L'engagement actuel consiste à renforcer et à compléter le précédent.
    Diffuser une attitude intègre en impliquant les citoyens et en sensibilisant les employés des administrations locales à la prévention de la corruption.
    La Hongrie s'engage à élaborer un programme de formation sur la prévention de la corruption et son intégrité à l'intention des citoyens et des gouvernements locaux. La trousse de formation destinée aux citoyens doit être publiée pour une utilisation gratuite ultérieure et celle destinée aux administrations locales doit être présentée à au moins sept exemples de sessions de formation au niveau national, organisées au niveau régional.

    Plus Plus
  • Site Web de consultation publique législative (2015)

    Le cadre juridique de la consultation publique sur la préparation des législations et des stratégies est déjà établi en Hongrie. Conformément aux dispositions de la loi sur la consultation sociale et du décret gouvernemental 38 / 2012 (mars 12) sur la gestion stratégique du gouvernement, tous les projets de législation et les documents de synthèse préparés par les ministères doivent être rendus accessibles pour les consultations générales de manière à ce que En règle générale, le délai de consultation publique doit être égal au délai fixé pour les consultations avec les organisations de l'administration publique.
    Dans la pratique, le respect du délai imparti échoue souvent dans la pratique et, bien que les projets soient disponibles sur le portail gouvernemental servant de forum de consultation en ligne, les avis et commentaires reçus ne le sont pas et un lien permettant d'accéder directement aux résumés permettant d'évaluer les avis et commentaires. les membres de la société font également défaut, ce qui rend difficile la disponibilité et la possibilité de recherche des opinions et des commentaires reçus.
    La mise en place d'une plate-forme électronique conviviale de consultation publique assure un meilleur respect de la réglementation en vigueur et élève ainsi la qualité du travail des ministères qui préparent les projets. de plus, en impliquant de manière proactive les citoyens, rend la communication avec eux plus efficace.
    Le site Web à créer inclurait des informations générales détaillées et facilement compréhensibles sur le règlement relatif à la consultation publique, sur le processus de consultation et sur l’évolution des commentaires et opinions reçus. Le site Web indiquerait également la date à laquelle le projet en question a été téléchargé, la date limite de consultation du public et rendrait accessibles les résumés des commentaires reçus de manière claire et facile. Afin de renforcer le caractère de prestataire de services de l'État, le site Web serait complété par une fonction permettant aux citoyens enregistrés de marquer les domaines présentant un intérêt particulier pour eux (par exemple, soins de santé, développement rural, application de la loi) et le système générerait des messages électroniques automatiques. leur notifiant si des projets de loi, des projets stratégiques ou des résumés ont été publiés sur ces questions.
    Lors de la planification de la mise en œuvre de cet engagement, il convient de garder à l’esprit l’intégration ultérieure de développements ultérieurs fondés sur l’expérience acquise lors de la création du site Web (solutions d’interactivité, application de normes ouvertes, etc.).
    La loi CXXXI de 2010 sur la participation sociale à la rédaction de la législation et le décret gouvernemental 38 / 2012 (mars 12) sur la gestion stratégique du gouvernement fournissent un cadre juridique approprié pour la consultation publique lors de la préparation de la législation et de la planification stratégique. Le respect des dispositions de la réglementation applicable échoue parfois dans la pratique et le temps imparti pour la consultation publique est souvent inférieur au temps imparti. Le résumé normalisé établi sur les commentaires rejetés et les raisons de leur rejet ne sont pas toujours publiés.
    Soutenir la consultation publique et la rendre plus efficace et interactive.
    La Hongrie s'engage à développer un site Web à l'appui de la consultation publique sur les projets de loi et de stratégie

    Plus Plus
  • Améliorer la recherche dans les dossiers du conseil municipal (2015)

    L'engagement est lié au premier engagement puisqu'il vise à améliorer la publicité des données d'intérêt public et des données publiques pour des motifs d'intérêt public conformément aux principes de la loi sur l'information.
    L’amélioration de la facilité de recherche des décisions des gouvernements locaux figurait déjà parmi les engagements du Premier plan d’action du PAO, mais le rapport d’auto-évaluation indiquait que cet engagement n’était mis en œuvre que dans une mesure limitée. Le rapport de suivi sur la Hongrie a établi que la grande majorité des collectivités locales hongroises ne respectaient pas l'obligation de publicité et que les informations publiées étaient souvent de mauvaise qualité et ne pouvaient pas être consultées par des moyens informatiques en raison de leur format. Par conséquent, outre les directives méthodologiques décrites dans le premier engagement et compte tenu du temps et de l'expérience nécessaires à la préparation de développements efficaces, il est raisonnable de lancer un projet pilote afin d'explorer des opportunités de développement informatique efficaces et conviviales.
    Le projet pilote vise à examiner l’application de logiciels open source développés pour le traitement informatisé de documents juridiques et d’administration publique, qui a bien fonctionné au niveau international (le logiciel qui est devenu connu sous le nom «Akoma Ntoso», qui signifie «cœurs liés» en anglais). la langue akan de l’Afrique de l’Ouest, convertit les informations de diverses surfaces en un format .xml facile à traiter).
    Au cours de la première phase du projet pilote, des informations théoriques et pratiques sur le logiciel sont collectées, qui seront ensuite explorées en explorant les possibilités et les conditions de son application à grande échelle en Hongrie. Enfin, l'expérience du projet pilote sera résumée. La participation volontaire au projet pilote doit être rendue possible pour tous les gouvernements locaux et organismes publics intéressés.
    Si la première phase du projet pilote donne des résultats positifs, il convient d’examiner dans cette seconde phase si le logiciel peut être utilisé pour améliorer les archives de l’État (par exemple, la base de données sur la législation nationale). Dans la base de données législative nationale, par exemple, il existe un système informatique fermé qui facilite le transfert des données et la communication bilatérale entre les administrations locales et les bureaux de Budapest et des administrations des comtés, qui exerce le contrôle législatif sur les anciennes.
    La gestion des données d’intérêt public et l’accès à celles-ci constituent un défi considérable pour les gouvernements locaux en Hongrie. Un autre problème est la qualité de leur publication, réalisée dans des formats non lisibles par des appareils électroniques.
    Améliorer l'accès aux informations et au contenu des données des documents gouvernementaux locaux.
    La Hongrie s'engage à examiner, dans le cadre d'un projet pilote, la possibilité d'introduire un logiciel à source ouverte mis au point pour le traitement informatisé de documents juridiques et administratifs.

    Plus Plus
  • Accès à l'application mobile de la police (2015)

    Avec la généralisation de l'utilisation des téléphones intelligents, un nombre croissant d'organisations ayant des fonctions de service public ont développé des applications de téléphonie mobile offrant un accès facile et des informations rapides aux utilisateurs. En utilisant la technologie moderne, la police peut également améliorer considérablement ses relations avec le public, en particulier parmi la jeune génération qui est la plus vulnérable aux crimes. À l'aide d'applications de téléphonie mobile (par exemple « rendőraközelben », c'est-à-dire « policier à proximité »), la préfecture de police, le poste de police ou
    bureau de l'officier de district et leurs coordonnées peuvent être facilement trouvées par
    Les coordonnées GPS. Des informations pratiques seront également disponibles pour les témoins et les victimes d'infractions par le biais d'une structure de menu appropriée, par exemple sous les éléments de menu "mon portefeuille a été volé" ou "ma voiture a été volée", les citoyens peuvent trouver des informations sur les mesures à prendre . De plus, si un crime est constaté et que les auteurs sont photographiés ou filmés et que ces enregistrements sont immédiatement partagés avec la police, l'efficacité de l'enquête peut être améliorée.
    Dans l’ensemble, l’application à développer vise à faciliter une meilleure communication entre les citoyens et la police en tant que fournisseurs de services.
    À mesure que l'utilisation des téléphones intelligents s'est généralisée, un nombre croissant d'organisations dotées de fonctions de service public ont développé des applications de téléphonie mobile offrant un accès facile et des informations rapides aux utilisateurs. La police ne dispose pas de tels moyens pour le moment, même si l'utilisation de téléphones intelligents est presque généralisée chez les jeunes générations les plus exposées au crime.
    Faciliter l'accès aux services publics au moyen d'applications de téléphonie mobile.
    La Hongrie s’engage à développer une application de téléphonie mobile facilitant la communication avec la police.

    Plus Plus


Contenu similaire

Examen du plan d'action de la Suède 2023-2025

Ce produit consiste en un examen IRM du plan d'action 2023-2025 de la Suède. Le plan d'action comprend quatre engagements que le MII a filtrés et regroupés en deux. Cette revue met l’accent sur son analyse sur la solidité du plan d’action pour…

Ph_ Fondation Esquel 2

L’Équateur dit non à la violence et oui à la transparence

  La violence et la corruption sont deux concepts longtemps séparés. Selon l'Indice de perception de la corruption 2022, l'Équateur se classe au 101e rang sur 180 pays en termes de corruption. Dialogo Diverso (une organisation qui promeut le…

Rapport sur les résultats de l’Ukraine 2021-2022

L'invasion militaire à grande échelle de l'Ukraine par la Russie a modifié les priorités du gouvernement et de la société civile au cours du cinquième cycle du plan d'action du PGO. Malgré les défis posés par l'invasion, le plan d'action a jeté les bases de la transparence en matière de propriété effective, d'extraction…

Numérique ouvert : Comment l'OGP peut-il soutenir une approche de gouvernement ouvert en matière de gouvernement numérique ?

Depuis sa création en 2011, OGP a exploité les technologies numériques pour favoriser les réformes du gouvernement ouvert. Depuis lors, la communauté OGP ​​a exploité la technologie pour améliorer la prestation de services publics et les processus gouvernementaux, pour rendre les structures de gouvernance plus participatives et pour être plus responsables envers les citoyens.

Examen du plan d'action de l'Argentine 2022-2024

Le Quinto Plan d'Action Nationale du Gouvernement 2022-2024 est composé de ses compromis qui abordent les domaines clés de la politique publique, comme le général, le milieu ambiant, le travail public et la santé. L'innovation se développe dans la fédéralisation du plan, avec des collaborations…

Voir Plus
Open Government Partnership