Ignorer la navigation
Afghanistan

Les tribunaux pour lutter contre la violence à l'égard des femmes (AF0003)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action pour l'Afghanistan 2017-2019

Cycle du plan d'action: 2017

Statut: inactif

Institutions

Institution directrice: Cour suprême

Institution (s) de soutien: MoWA, AIHRC, AIBA, réseaux de défense des droits des femmes et réseaux de défense des droits des femmes

Domaines politiques

Accès à la justice, Résolution des litiges et assistance juridique, Genre, Judiciaire, Justice, Communautés marginalisées, Participation du public, Sous-national

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport sur la conception de l'Afghanistan 2017-2019

En vedette: en attente de révision IRM

Premiers résultats: examen IRM en attente

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: accès à l'information, participation civique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Quel est le problème public que l'engagement traitera ?: Compte tenu du contexte socioculturel de l'Afghanistan, les femmes se sentiraient à l'aise si leur cas de violence au travail était traité par des tribunaux spéciaux en la matière, en présence de femmes juges. Actuellement, les affaires de violence contre les femmes sont traitées par le Département pénal (Dewan-e Jaza) dans les provinces afghanes de 19 et dans les provinces restantes de 15. Les affaires de violence sexuelle sont traitées par des tribunaux spéciaux. Cette situation peut compromettre l'accès inclusif à la justice dans le pays .; Quel est l'engagement ?: Afin de relever ce défi, la Cour suprême de la République islamique d'Afghanistan s'est engagée, lors des réunions consultatives du Open Government Partnership-Afghanistan Forum, en collaboration avec les organisations de la société civile, pour créer 12 plus de tribunaux spécialisés dans la violence contre les femmes dans les provinces 12 du pays. Des tribunaux spéciaux créés pour traiter les crimes de violence au travail devraient accroître l'accès des femmes à la justice dans les provinces susmentionnées, traiter et réduire les crimes de violence au travail; Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public ?: Premièrement, la mise en œuvre de cet engagement contribuerait à un accès inclusif à des services judiciaires de qualité dans les provinces 12. Deuxièmement, les tribunaux spéciaux dans les provinces seront soutenus par des organisations juridiques telles que l'Association des barreaux indépendants d'Afghanistan (AIBA), des réseaux de défense des droits des femmes, des organisations de défense des droits des femmes, le MoWA et l'AIHRC afin de garantir l'accès des femmes à la justice. La Cour suprême de la République islamique d’Afghanistan organisera des sessions de formation à l’intention des organisations de la société civile des provinces de Kaboul et de 12 afin de les sensibiliser au mandat et à la compétence des tribunaux spéciaux de VaW et leur demandera de transmettre ces informations au grand public. Cela empêchera les cas de violence à la guerre de rester sur la table et encouragera les gens à utiliser ces tribunaux pour traiter les crimes de violence au travail. Troisièmement, ces tribunaux traiteront mieux les crimes de violence contre les femmes conformément aux lois afghanes applicables, contribuant ainsi à réduire le nombre de crimes de violence contre les femmes et à renforcer l'état de droit dans le pays; Pourquoi cet engagement est-il pertinent par rapport aux valeurs de l'OGP?: La mise en place de tribunaux spéciaux garantira aux femmes un accès sans entrave. En outre, la fonctionnalité des tribunaux spéciaux empêchera l'accumulation des affaires de violence au sein de la Cour suprême, ce qui non seulement augmentera l'accès, mais aussi la responsabilité. Ces tribunaux sont mandatés pour collaborer avec l'AIBA, les réseaux de défense des droits des femmes et l'AIHRC afin de s'assurer que les affaires sont traitées de manière juste et rapide. De plus, les OSC susmentionnées peuvent assister aux procès dans le cadre du droit. Cela étant dit, l'engagement est pertinent pour la participation du public, la responsabilité et la transparence. Informations complémentaires: Les fonds nécessaires à la mise en œuvre de cet engagement seront dégagés du budget de la Cour suprême et des organismes donateurs internationaux. Cet engagement est pertinent pour le programme national de réforme de la justice et de la justice.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

3. Création de tribunaux spéciaux pour lutter contre la violence à l'égard des femmes

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

«Compte tenu du contexte socioculturel de l'Afghanistan, les femmes se sentiraient à l'aise si leurs affaires de violence sexuelle étaient traitées par des tribunaux spéciaux en présence de femmes juges. Actuellement, les affaires de violence contre les femmes sont traitées par le Département pénal (Dewan-e Jaza) dans les provinces afghanes de 19 et dans les provinces restantes de 15. Les affaires de violence sexuelle sont traitées par des tribunaux spéciaux. Cette situation peut compromettre l'accès inclusif à la justice dans le pays.

Afin de relever ce défi, la Cour suprême de la République islamique d’Afghanistan s’est engagée, lors des réunions consultatives du Open Government Partnership-Afghanistan Forum, en collaboration avec les organisations de la société civile, pour créer 12 plus de tribunaux spécialisés dans la violence contre les femmes dans les provinces 12 du pays. Les tribunaux spéciaux mis en place pour traiter les crimes de violence au travail devraient accroître l'accès des femmes à la justice dans les provinces susmentionnées, traiter et réduire les crimes de violence au travail.

Activités marquantes et produits livrables vérifiables
  • La Cour suprême définit la structure organisationnelle des tribunaux spéciaux pour les crimes de violence au travail dans les provinces 12 sur la base du droit.
  • Les tribunaux organiseront des sessions de sensibilisation à 13 (une session au centre et une session 1 dans chacune des provinces de 12) avec des représentants de l'AIBA, des réseaux de défense des droits des femmes, des organisations de défense des droits des femmes, du MoWA et de l'AIHRC, dans le but de communiquer le mandat du tribunaux. Ces organisations seront ensuite encouragées à sensibiliser les citoyens dans le but de: sensibiliser davantage les femmes à l'existence des tribunaux d'exception, à leur mandat et à leurs procédures et à la manière dont les femmes peuvent saisir leurs tribunaux.
  • Création de tribunaux spéciaux pour traiter les crimes de violence au travail dans les provinces 12 »

Date de début: janvier 2018

Date de fin: Août 2019

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte complet du Plan d’action national pour l’Afghanistan, voir: https://www.opengovpartnership.org/commitment/03-courts-address-violence-against-women

Contexte et objectifs

L’objectif de cet engagement est d’établir des tribunaux spéciaux sur la violence à l’égard des femmes dans les provinces 12. Avant l'engagement, seules les provinces 15, sur 34, disposaient de tels tribunaux.

La violence à l'égard des femmes constitue l'un des plus graves problèmes de droits de l'homme en Afghanistan. Il est pratiqué sous de nombreuses formes, les plus courantes étant physique, verbale, sexuelle, psychosociale et économique. Selon la Commission indépendante des droits de l'homme en Afghanistan, dans 2017-2018, des cas de VaW liés à 4,340 ont été enregistrés dans tout le pays, ce qui montre une multiplication par deux du nombre de cas de violence sexuelle rapportés par rapport à l'année précédente. Le rapport note en outre que la violence au travail en Afghanistan est un «phénomène social profondément enraciné dans la culture et la tradition de la société». Compte tenu de cette réalité pour les femmes afghanes, de nombreux pays donateurs ont subordonné leur soutien financier à la mise en place de projets de lutte contre la violence à l'égard des femmes et, depuis la chute des talibans à 2001, ils ont constamment demandé au gouvernement afghan de s'attaquer sérieusement aux problèmes des femmes. Dans le cadre de ses efforts, le gouvernement a promulgué une loi sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes (loi EVAW) par décret présidentiel en 2009. Cependant, le Parlement afghan n'a jamais ratifié la loi en raison de la présence de nombreux membres conservateurs qui ont qualifié certains de ses éléments de loi «non islamiques» et non conformes aux normes afghanes. En raison des pressions exercées par diverses organisations de la société civile et des organisations de défense des droits des femmes et la communauté internationale, le gouvernement a agi en dehors du Parlement pour commencer à mettre en œuvre plusieurs dispositions de la loi. Dans le cadre de ces efforts, l’Afghanistan a mis en place des tribunaux spéciaux dans les provinces du 15, dotés de meilleures conditions de sécurité et d’une meilleure infrastructure, pour lutter contre la violence à l’égard des femmes. Dans les provinces restantes de 19, le département pénal (Dewan-e Jaza) s'attaque à la violence à l'égard des femmes, ce qui limite l'accès des femmes à la justice en raison de la prévalence de la corruption, des abus de pouvoir, du manque de professionnalisme et de la pression culturelle et familiale.

Cet engagement stipule que la Cour suprême concevra et mettra en place des tribunaux spéciaux supplémentaires dans les provinces de 12 (avec des femmes juges) pour traiter les crimes de violence au travail, les organisations de la société civile organisant des campagnes de sensibilisation. La représentante du gouvernement et la représentante des organisations de la société civile interrogées dans le cadre de cet engagement ont déclaré que davantage de femmes étaient disposées à porter leurs affaires devant les tribunaux d'exception au lieu de les renvoyer à Dewan-e Jaza, une division du département de justice pénale. Le représentant des organisations de la société civile a toutefois noté que cet accès avait nettement augmenté à Kaboul et dans quelques grandes villes, mais que dans la plupart des provinces, les femmes préfèrent toujours résoudre leurs affaires par le biais de systèmes traditionnels plutôt que par le recours aux tribunaux. Ceci est principalement dû à la culture Nang pour Ghairat questions qui peuvent correspondre aux coutumes traditionnelles autour de soi et de l’honneur de sa famille. Elle a souligné le défi que beaucoup de femmes ignorent de l'existence de tels tribunaux et de leurs mandats, soulignant ainsi le rôle important des campagnes de sensibilisation du public, l'une des activités centrales de l'engagement. La représentante du gouvernement a reconnu le rôle vital que les organisations de la société civile, en particulier les groupes de femmes, ont joué et doivent continuer à jouer dans cette initiative.

L'engagement est pertinent pour la participation civique car les OSC sont impliquées dans des campagnes de sensibilisation. Cet engagement peut être considéré comme pertinent pour l'accès à l'information en élargissant l'accès des femmes à l'information sur le système judiciaire et le programme général des droits de la femme.

L'engagement tel qu'il est écrit est suffisamment spécifique pour en vérifier la réalisation. Cependant, les parties prenantes interrogées par le chercheur de l'IRM ont soulevé un certain nombre de problèmes et de préoccupations pouvant affecter sa mise en œuvre. Tout d’abord, c’est la faible sécurité dans certaines provinces, ce qui, selon les intervenants, rend la mise en place des tribunaux de la guerre des victimes très lente, voire impossible. Étant donné que l'un des objectifs des tribunaux spéciaux est d'engager des femmes juges, les parties prenantes ont souligné que les femmes juges devraient être formées à Kaboul et envoyées dans les provinces. Toutefois, en raison de problèmes de sécurité dans les provinces, en particulier pour les femmes, de nombreuses femmes peuvent décider de ne pas suivre leurs formations à la fin de leur formation et de rester à Kaboul. La représentante des organisations de la société civile a également souligné les défis auxquels les femmes juges seront confrontées dans une société extrêmement patriarcale et conservatrice qui n'a pas toujours considéré comme approprié que des femmes siègent en tant que juges.

Le chercheur de l'IRM considère que l'impact potentiel de cet engagement est modéré s'il est mis en œuvre tel que conçu. Il existe actuellement des tribunaux 15 VaW (dans les provinces 34), qui couvrent moins de 50% des provinces. Les tribunaux 12 VaW supplémentaires porteront ce nombre à l’ensemble des provinces 27, soit environ 80% des provinces.

Dans un rapport récent, la Cour suprême afghane a annoncé que, dans trois ans, les affaires de violence à la source dans 7246 avaient été examinées, ce qui, selon elle, constituait un accomplissement lié à la mise en place de tribunaux spéciaux. Néanmoins, selon un rapport de la BBC, les habitants d’un tiers des districts (142 sur 400) en Afghanistan n’ont accès à aucun tribunal, encore moins aux tribunaux de guerre virtuelle. Cela signifie que, dans le meilleur des cas, seules les femmes des grandes villes auront accès aux tribunaux de la violence contre les femmes. La couverture et l'accessibilité constituent donc un autre défi important pour que cet engagement ait davantage d'impact potentiel.

Prochaines étapes

Compte tenu de la prévalence de la violence à l'égard des femmes en Afghanistan, le chercheur de l'IRM suggère que cet engagement soit pleinement mis en œuvre et que son maintien soit assuré en le hiérarchisant pour qu'il soit à nouveau inclus dans le prochain plan d'action. Les intervenants interrogés par le chercheur de l'IRM ont suggéré une série d'actions et de recommandations pour la mise en œuvre de cet engagement. Ceux-ci inclus:

  • Un futur plan d’action pourrait viser à augmenter de manière significative la couverture et l’accessibilité des tribunaux de la violence à la guerre. Si possible, donnez la priorité à l'inclusion des districts n'ayant accès à aucun tribunal.
  • Les pays ou entités donateurs pourraient prendre en compte les besoins spécifiques sur le terrain, en tenant compte des réalités existantes (y compris les pratiques culturelles), par opposition à la réalisation de leurs objectifs indépendamment du contexte local. La représentante du gouvernement a souligné ce défi auprès de la communauté des donateurs, en particulier en ce qui concerne l'importance de la construction de résidences réservées aux femmes pour les femmes juges. À son avis, la communauté des donateurs ne considérait pas cela comme une priorité, alors que du point de vue du représentant du gouvernement (et de celui des représentants des organisations de la société civile également), il s'agissait d'une condition préalable au bon fonctionnement des tribunaux de la VM.
  • Le gouvernement afghan, les communautés de donateurs et les organisations de la société civile pourraient prendre des mesures proactives pour renforcer la connectivité afin d’accélérer les communications avec les tribunaux de la violence à la guerre dans les provinces. En l'état actuel des choses, la simple communication entre les tribunaux de Kaboul et ceux des provinces peut parfois prendre jusqu'à deux mois. Ce système peut faciliter et accélérer la communication entre les tribunaux WaV et la Cour suprême de Kaboul et les tribunaux VAO d'autres provinces qui pourraient avoir besoin de consultations et de conseils, en particulier au début de leur mise en place.
AIHRC (2017-2018). Résumé du rapport sur la violence à l'égard des femmes: les causes, le contexte et la situation de la violence à l'égard des femmes en Afghanistan. Récupéré sur 23 Janvier, 2019 de https://www.aihrc.org.af/media/files/Research%20Reports/Summerry%20report-VAW-2017.pdf
Ibid.
Ibid, p. 4.
Lors de la conférence des donateurs de 2016 à Bruxelles sur l'Afghanistan, l'autonomisation des femmes a joué un rôle important pour que la communauté des donateurs puisse continuer à apporter son soutien. Pour plus d'informations, voir: https://www.europanu.nl/id/vk81pvtcwbu3/nieuws/brussels_conference_on_afghanistan?ctx=vgaxlcr0dzzr&s0e=vhdubxdwqrzw
République islamique d'Afghanistan, ministère de la Justice. (2009). Élimination de la violence à l'égard des femmes. Récupéré sur 19 Novembre 18, de: http://moj.gov.af/content/files/OfficialGazette/0901/OG_0989.pdf
Roehrs, Christine et Kouvo, Sari (16, mai 2013). Au bord du couteau: Le débat parlementaire imminent sur la loi sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Réseau d'analystes en Afghanistan. Retrouvé sur 19 November 18, de: http://www.afghanistan-analysts.org/on-a-knifes-edge-the-looming-parliamentary-debate-about-the-elimination-of-violence-against-women-law/
UNAMA (April 2015). La justice à travers les yeux des femmes afghanes: Des cas de violence à l'égard des femmes traités par la médiation et le jugement des tribunaux. Récupéré le janvier 23, 2019, de https://unama.unmissions.org/sites/default/files/unama_ohchr_justice_through_eyes_of_afghan_women_-15_april_2015.pdf
Entretien personnel, directeur des politiques et de la planification, Cour suprême, 23 octobre 2018, Kaboul.
Entretien personnel, responsable du plaidoyer, Réseau des femmes afghanes, 28 octobre 2018, Kaboul.
8AM quotidien (6 March 2019). Cour suprême: Plus de XWUMX affaires de VaW ont été examinées. Récupéré March 7000, 6, de https://8am.af/supreme-court-more-than-7000-cases-of-violence-against-women-have-been-raised/?fbclid=IwAR1itGMYKMzPURvD-ixSwEfO9clsFbjD9OB8mqIIK80zvBU5WeUdgzoR_h5
Hussaini, A. (23 Février 2019). Enquête de la BBC: les tribunaux n'existent pas dans un tiers des districts afghans. Récupéré 26 de février, 2019, de http://www.bbc.com/persian/afghanistan-47089204
Entretien personnel, directeur des politiques et de la planification, Cour suprême, 23 octobre 2018, Kaboul.
Ce type de résidence n'a encore jamais été construit, ce que le responsable gouvernemental considère comme l'une des raisons de la lenteur du fonctionnement des tribunaux de guerre virtuelle. (Communiquée par courrier électronique au chercheur de l'IRM par le directeur des politiques et de la planification à la Cour suprême, 25 January 2019).
La base de connaissances sur le gouvernement électronique des Nations Unies classe l'Afghanistan 177 sur 193 pour l'indice E-Governance et 145 sur 193 sur l'indice E-Participation. Voir la base de connaissances de l'ONU sur le gouvernement électronique. (2018). Récupéré le novembre 8, 2018, de https://publicadministration.un.org/egovkb/en-us/Data/Country-Information/id/1-Afghanistan 

Engagements

  1. Réviser la loi sur le recrutement et les pouvoirs des procureurs généraux

    AF0014, 2019, Anti-Corruption

  2. Réviser la loi sur le gouvernement local

    AF0015, 2019, Législation et réglementation

  3. Créer une commission anti-corruption

    AF0016, 2019, Anti-Corruption

  4. Projet de loi sur la propriété véritable

    AF0017, 2019, Anti-Corruption

  5. Portail de traitement des documents législatifs

    AF0018, 2019, Renforcement des capacités

  6. Suivi de l'éducation par les OSC

    AF0019, 2019, Gouvernement électronique

  7. Élaborer un système de plainte électronique pour le gouvernement local

    AF0020, 2019, Renforcement des capacités

  8. Réformer et renforcer les données sur l'éducation

    AF0021, 2019, Accès à l'information

  9. Participation à la budgétisation locale

    AF0022, 2019, Ouverture fiscale

  10. Système de collecte électronique des revenus

    AF0023, 2019, Renforcement des capacités

  11. Co-créer un curriculum universitaire

    AF0024, 2019, Éducation

  12. Système de promotion de la réforme des policiers

    AF0025, 2019, Gouvernement électronique

  13. Cadre de surveillance pour les grossistes en médicaments

    AF0026, 2019, Gouvernement électronique

  14. Surveillance des centres de santé privés et publics

    AF0027, 2019, Gouvernement électronique

  15. Participation au budget national

    AF0028, 2019, Ouverture fiscale

  16. Justice ouverte pour la lutte contre la corruption

    AF0029, 2019, Anti-Corruption

  17. Plan d'autonomisation des femmes

    AF0030, 2019, genre

  18. Création du Grand Conseil des femmes

    AF0031, 2019, genre

  19. Mécanisme de partenariat public dans le processus d'inspection

    AF0001, 2017, Renforcement des capacités

  20. Loi sur le traitement, la publication et l'exécution des documents législatifs

    AF0002, 2017, Législation et réglementation

  21. Les tribunaux pour lutter contre la violence à l'égard des femmes

    AF0003, 2017, Accès à la justice

  22. Conseils de partenariat public-policier

    AF0004, 2017, Renforcement des capacités

  23. Enregistrement des avoirs des fonctionnaires

    AF0005, 2017, Anti-Corruption

  24. Schéma d'établissement d'une entité d'accréditation de services de santé

    AF0006, 2017, Renforcement des capacités

  25. Politique nationale d'amélioration urbaine

    AF0007, 2017, Infrastructure et transport

  26. Politique de protection des femmes en situation de conflit et d'urgence

    AF0008, 2017, Ouverture fiscale

  27. Plan de surveillance de la société civile pour l'éducation et l'enseignement supérieur

    AF0009, 2017, Éducation

  28. Plan pour la création d'un comité mixte chargé de superviser la mise en œuvre de la stratégie anti-corruption

    AF0010, 2017, Anti-Corruption

  29. Renforcer le mécanisme d'information dans les agences gouvernementales 60

    AF0011, 2017, Accès à l'information

  30. Mise en place de contrats ouverts

    AF0012, 2017, Accès à l'information

  31. Participation du public aux projets du réseau routier

    AF0013, 2017, Infrastructure et transport

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!