Ignorer la navigation
Afghanistan

Schéma de création d'une entité d'accréditation de services de santé (AF0006)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action pour l'Afghanistan 2017-2019

Cycle du plan d'action: 2017

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Ministère de la santé publique (MoPH)

Institution (s) de soutien: Association nationale de santé publique, Institut national de santé publique, Association des sages-femmes afghanes, Association des hôpitaux, Association des instituts de santé privés, Association des pharmacies, autres organisations de la société civile concernées œuvrant pour la transparence et la responsabilité dans le secteur public et les organisations internationales de santé

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, E-gouvernement, Santé, Législation & Régulation, Législatives, Participation du public, Prestation de services publics, Mesures de responsabilité sociale et boucles de rétroaction

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport sur la conception de l'Afghanistan 2017-2019

En vedette: en attente de révision IRM

Premiers résultats: examen IRM en attente

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: accès à l'information, participation civique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Quel est le problème public que l'engagement va aborder?: Des rapports récents montrent que l'accès aux services de santé tertiaires est limité, tandis que les citoyens se plaignent de la détérioration des normes de prestation de services et de l'attitude inappropriée du personnel de santé. Cette situation a entraîné une baisse du niveau de confiance entre les prestataires de services de santé et leurs bénéficiaires, ce qui a entraîné une augmentation du nombre de personnes se rendant dans les pays voisins pour se faire soigner. Quel est l'engagement? Compte tenu des défis susmentionnés, le ministère de la Santé publique de la République islamique d'Afghanistan s'est engagé, lors des réunions consultatives de l'OGP, à développer le système d'accréditation des centres de santé en partenariat avec les OSC concernées. Le MSP établira une entité d’accréditation des services de santé sur la base de ce système.
Le développement de ce programme et la création consécutive de l'entité d'accréditation devraient permettre d'accroître l'accès aux services de santé tertiaires en Afghanistan. Cela aura pour effet d'accroître la confiance du public envers les prestataires de services de santé et de réduire le nombre de personnes qui devraient se rendre dans les pays voisins pour se faire soigner. Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public?: Le MoPH élaborera un programme d'accréditation des services de santé en partenariat avec les OSC, notamment l'Association nationale de santé publique d'Afghanistan, l'association des hôpitaux, l'association des sages-femmes afghanes, l'association des instituts de santé privés, l'institut national de santé publique, l'association des pharmacies et autres organisations concernées qui travaillent sur la transparence et la responsabilité dans le secteur public.
L’élaboration de ce programme devrait faciliter la création d’une entité d’accréditation des services de santé. La première étape de la mise en œuvre de cet engagement consiste à définir des normes de prestation de services au niveau national et à dispenser une formation au personnel (administratif et technique) des centres de santé. Deuxièmement, l'application de ces normes dans les centres de santé fera l'objet d'un suivi afin de garantir la satisfaction des bénéficiaires quant à la disponibilité et à la qualité des services dans chacun des centres surveillés. Troisièmement, sur la base des résultats du suivi, les centres de santé seront classés en fonction du niveau de qualité de leurs services. En conséquence, un rapport sur les résultats du classement sera préparé et communiqué aux citoyens chaque année.
Cela encouragera la concurrence entre les centres de santé publics et privés et entraînera une amélioration de la qualité de la prestation des services de santé, suivie d'un accès accru des citoyens à des services de santé de qualité;
Pourquoi cet engagement est-il pertinent pour les valeurs OGP ?: Cet engagement est pertinent avec trois valeurs: Open Government Partnership: le système d’accréditation pour la prestation de services de santé est développé en partenariat avec les organisations de la société civile concernées. D'autre part, la réalisation de l'enquête auprès des bénéficiaires ouvre la voie à un partenariat public et améliore la transparence et la responsabilisation dans la prestation des services de santé. Le ministère de la santé publique et les prestataires de services de santé évalués auront pour mandat de rendre la liste de classement des prestataires de services de santé et les normes de services de santé fondamentales accessibles au public via leurs sites Web et des dépliants .; Informations complémentaires: Le budget nécessaire à la mise en œuvre de cet engagement sera fourni par le budget du MSP.
Cet engagement est pertinent avec l'objectif 3 (assurer une vie saine et le bien-être) des objectifs de développement durable.
Cet engagement concerne également le cadre national pour la paix et le développement en Afghanistan.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

6. Élaboration et mise en œuvre d'un système d'établissement d'une entité d'agrément de services de santé en Afghanistan

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

«Des rapports récents montrent que l'accès aux services de santé tertiaires est limité, alors que les citoyens se plaignent de la détérioration des normes de prestation de services et de l'attitude inappropriée du personnel de santé. Cette situation a réduit le niveau de confiance entre les prestataires de services de santé et leurs bénéficiaires, ce qui a pour effet d’augmenter le nombre de personnes se rendant dans les pays voisins pour se faire soigner.

Compte tenu des défis susmentionnés, le Ministère de la santé publique de la République islamique d’Afghanistan s’est engagé, lors de réunions consultatives de l’OGP, à élaborer le programme d’accréditation des centres de santé en partenariat avec les organisations de la société civile concernées. Le MSP établira une entité d’accréditation des services de santé sur la base de ce système. Le développement de ce programme et la création consécutive de l'entité d'accréditation devraient permettre d'accroître l'accès aux services de santé tertiaires en Afghanistan. Cela aura pour effet d'accroître la confiance du public envers les prestataires de services de santé et de réduire le nombre de personnes qui devraient se rendre dans les pays voisins pour se faire soigner.

Activités marquantes et produits livrables vérifiables
  • Projet de programme d’accréditation des services de santé, qui devrait inclure les critères d’évaluation des prestataires de services de santé, les normes de services de santé fondamentales et le mécanisme de suivi du système par la société civile. Le programme d’accréditation des services de santé sera rendu accessible au public sur le site Web du ministère de la santé publique.
  • Organiser deux séances de consultation avec les organisations de la société civile concernées pour finaliser le programme d’accréditation des services de santé.
  • Présenter le schéma pour approbation au cabinet.
  • Mettre en place une entité d’accréditation des services de santé en Afghanistan. Cette entité aura pour mandat d'évaluer les prestataires de services de santé en fonction de critères établis, de les classer en fonction de la qualité de leurs services et de leur professionnalisme, ainsi que de mettre la liste de classement à la disposition du public.
  • Enregistrez et accréditez les centres de santé 20 dans le pays sur la base du programme d’accréditation des services de santé.
  • Donner des cours de formation 20 au personnel des centres enregistrés auprès de l'entité d'accréditation des services de santé.
  • L'entité d'accréditation des services de santé publiera et diffusera au grand public des brochures 10000 sur les normes de service de santé fondamentales.
  • Lancer une enquête pour évaluer le niveau de satisfaction des bénéficiaires vis-à-vis des services des prestataires de santé et publier la liste de classement des centres de santé. ”

Date de début: janvier 2018

Date de fin: Août 2019

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte complet du Plan d’action national pour l’Afghanistan, voir: https://www.opengovpartnership.org/commitment/06-scheme-establishing-health-service-accreditation-entity

Contexte et objectifs

En collaboration avec les organisations non gouvernementales œuvrant dans le secteur de la santé, le Ministère de la santé publique envisage d'élaborer et de mettre en œuvre un programme visant à créer une entité d'accréditation des services de santé en Afghanistan (l'entité), qui n'avait jamais existé auparavant.

L'un des principaux défis du secteur de la santé est le faible niveau de confiance des citoyens envers les prestataires de services de santé tertiaires. Les diagnostics souvent erronés et les prescriptions erronées ont conduit les citoyens à ne pas compter sur ces prestataires de services. En conséquence, de nombreux citoyens choisissent de se faire soigner dans les pays voisins, notamment en Inde, qui est devenue une plaque tournante pour les patients afghans. Comme d’autres services publics en Afghanistan, le MSP a commencé à reconstruire le système de santé publique en 2002. Avec l'appui des donateurs internationaux et des ONG, les services et indicateurs de santé se sont considérablement améliorés au fil des ans, en particulier dans les domaines de la mortalité maternelle et de la santé de l'enfant. Par exemple, dans 2002, il n'y avait que des sages-femmes 400 par rapport au 8000 qui existent aujourd'hui. De même, il existe des services de santé 3,150 par rapport à 300 dans 2002. Néanmoins, la qualité des soins de santé en Afghanistan continue d'être à la traîne par rapport aux autres pays de la région. Dans 2015, le MSP a publié une politique nationale de la santé sur cinq ans (2015-2020) tenant compte de l'inauguration du NUG et du conflit en cours dans le pays.

L'entité sera développée en tant qu'organisme indépendant et professionnel, qui sera certifié par une organisation internationale réputée afin de donner une légitimité supplémentaire à ses fonctions en Afghanistan. L'entité sera composée d'individus 12, dont la moitié représentera des entités non gouvernementales actives dans le secteur de la santé. Il développera un ensemble de critères qualitatifs et quantitatifs sur la base desquels ils pourront évaluer et accréditer les établissements de santé (après leur avoir fourni 3-6, une formation sur les meilleures pratiques internationales.) Le représentant de la société civile considère cet engagement comme une étape importante dans l'amélioration et la validation des services de santé et la normalisation des pratiques médicales, si elles sont mises en œuvre comme prévu.

Les informations de classement seront mises à la disposition du public via le site Web du MSP, les sites Web d'autres ONG impliquées dans le processus ainsi que par le biais des médias, complétées par des activités de diffusion et des enquêtes connexes. En tant que tel, cet engagement est pertinent par rapport à la valeur d'accès à l'information du PGO. Cet engagement concerne également la participation citoyenne en raison du rôle joué par les OSC et les ONG actives dans le secteur de la santé dans l’élaboration de la norme.

Les jalons et les activités de cet engagement sont globalement suffisamment spécifiques pour en vérifier la réalisation. La principale information manquante, toutefois, est le manque de clarté de la couverture. Par exemple, l'engagement ne précise pas si les prestataires sélectionnés par 20 qui bénéficieraient d'une formation et de cours d'enquêtes de satisfaction seraient limités à ceux de la ville de Kaboul. L'engagement ne précise pas non plus comment le gouvernement choisira et ciblera les bénéficiaires, ni les indicateurs qui seront utilisés par l'enquête pour déterminer la satisfaction des utilisateurs, et donc le classement. Le chercheur de l'IRM estime que l'impact potentiel de cet engagement est mineur en ce sens qu'il constitue une étape positive dans l'amélioration de la qualité des services fournis par les prestataires de santé. Cependant, il est insuffisant de relever d'autres défis ayant une incidence sur la qualité des prestataires de services de santé. Par exemple, l'engagement ne résout pas complètement les problèmes de qualité et de formation du personnel médical au-delà du processus d'accréditation. En outre, un représentant de la société civile interrogé par le chercheur de l'IRM a fait part de ses préoccupations concernant le niveau de corruption qui prévaut en Afghanistan, constituant un sérieux obstacle à cet engagement. Il a évoqué le risque de contrefaçon de documents ou de corruption de la part des services de santé (en particulier du secteur privé) afin d'obtenir l'accréditation de l'entité. Il est allé jusqu'à déclarer qu'il craignait que l'entité elle-même ne devienne un centre de corruption supplémentaire, en particulier dans le secteur de la santé, où la corruption a toujours été un problème grave. Selon lui, l'unique solution garantissant la transparence de l'entité réside dans la participation des OSC aux instances dirigeantes de l'entité, ainsi que tout au long du processus d'évaluation des prestataires de services de santé. Le prochain plan d’action pourrait comporter une disposition indiquant clairement les conséquences juridiques des actes de corruption liés à cet engagement. Le responsable gouvernemental interrogé par le chercheur de l'IRM a également déclaré que certaines personnes influentes pourraient jouer un rôle illégal dans l'établissement d'établissements de santé non standardisés. Une disposition légale peut avoir un effet dissuasif sur des actes de cette nature.

Prochaines étapes

Dans le prochain plan d'action, le chercheur de l'IRM suggère au gouvernement et aux organisations de la société civile de prendre les mesures suivantes:

  • Le gouvernement pourrait viser à inclure un élément de responsabilité publique. Par exemple, le gouvernement pourrait établir au sein de l'entité un mécanisme permettant aux citoyens d'exprimer leur mécontentement vis-à-vis des prestataires de services de santé accrédités par l'entité ou, plus généralement, avec des conséquences juridiques en cas de non-respect.
  • Pour remédier au déficit de confiance sous-jacent entre le public et les prestataires de services de santé, des formations pourraient être organisées à l'intention de ces derniers sur les critères d'agrément et les conditions à remplir pour garantir la fourniture de soins de qualité.
  • Pour accroître encore la transparence, l'entité pourrait obliger les prestataires de services de santé à rendre publiques les informations sur leurs soins et leurs services (documents enregistrés démontrant leur admissibilité à exercer, qualifications du personnel, informations sur les produits, etc.) via leurs sites Web ou d'autres moyens.
  • L'implication des organisations de la société civile pourrait tirer avantage d'aller au-delà de celles des ONG professionnelles ou des institutions du secteur de la santé. Cet engagement pourrait être bénéfique en impliquant au moins une organisation de la société civile ayant une expérience dans le domaine de la corruption et une autre ayant une expérience dans le domaine de la sensibilisation du public. La participation des OSC devrait être dans la direction de l'entité et dans toutes ses opérations.
  • Le prochain plan d'action gagnerait à préciser plus clairement la portée de l'engagement en termes de zones ciblées et de population, ainsi que les mesures spécifiques utilisées pour déterminer les niveaux de satisfaction du public.
  • Enfin, l'engagement de l'entité à publier un rapport annuel répertoriant toutes ses conclusions, notamment une enquête de base sur la satisfaction des prestataires de services de santé, les services de santé agréés, leur classement, les résultats des enquêtes publiques et toutes les autres informations utiles, gagnerait à l'engagement.
Entretien personnel, directeur des politiques et de la planification, ministère de la Santé publique, 23 octobre 2018, Kaboul.
Ibid.
Rahimzai, M. et al. (2014). Faire participer les prestataires de santé de première ligne à l’amélioration de la qualité des soins de santé à l’aide de collaboratifs d’amélioration des structures en Afghanistan: étude de cas. Journal de conflit et de santé, 8 (1), 8-21. Extrait Octobre 7, 2018, de https://conflictandhealth.biomedcentral.com/articles/10.1186/1752-1505-8-21
Ibid.
IRoA, ministère de la Santé publique. (2015). Politique nationale de la santé (2015-2020). Extrait Octobre 7, 2018, de http://moph.gov.af/Content/files/National%20health%20policy%202015-2020.pdf
Entretien personnel, directeur des politiques et de la planification, ministère de la Santé publique, 23 octobre 2018, Kaboul.
Ibid
Entretien avec Skype (suite), directeur de l'Organisation pour la démocratie et le développement en Afghanistan, 14 March 2019, Kaboul et l'Italie
Entretien avec Skype (suite), directeur de l'Organisation pour la démocratie et le développement en Afghanistan, 14 March 2019, Kaboul et l'Italie
Ibid.
Entretien personnel, directeur des politiques et de la planification, ministère de la Santé publique, 23 octobre 2018, Kaboul.

Engagements

  1. Réviser la loi sur le recrutement et les pouvoirs des procureurs généraux

    AF0014, 2019, Anti-Corruption

  2. Réviser la loi sur le gouvernement local

    AF0015, 2019, Législation et Réglementation

  3. Établir un engagement anti-corruption

    AF0016, 2019, Anti-Corruption

  4. Projet de loi sur la propriété véritable

    AF0017, 2019, Anti-Corruption

  5. Portail de traitement des documents législatifs

    AF0018, 2019, Renforcement des capacités

  6. Suivi de l'éducation par les OSC

    AF0019, 2019, Gouvernement électronique

  7. Élaborer un système de plainte électronique pour le gouvernement local

    AF0020, 2019, Renforcement des capacités

  8. Réformer et renforcer les données sur l'éducation

    AF0021, 2019, Accès à l'information

  9. Participation à la budgétisation locale

    AF0022, 2019, Ouverture fiscale

  10. Système de collecte électronique des revenus

    AF0023, 2019, Renforcement des capacités

  11. Co-créer un curriculum universitaire

    AF0024, 2019, Éducation

  12. Système de promotion de la réforme des policiers

    AF0025, 2019, Gouvernement électronique

  13. Cadre de surveillance pour les grossistes en médicaments

    AF0026, 2019, Gouvernement électronique

  14. Surveillance des centres de santé privés et publics

    AF0027, 2019, Gouvernement électronique

  15. Participation au budget national

    AF0028, 2019, Ouverture fiscale

  16. Justice ouverte pour la lutte contre la corruption

    AF0029, 2019, Anti-Corruption

  17. Plan d'autonomisation des femmes

    AF0030, 2019, genre

  18. Création du Grand Conseil des femmes

    AF0031, 2019, genre

  19. Mécanisme de partenariat public dans le processus d'inspection

    AF0001, 2017, Renforcement des capacités

  20. Loi sur le traitement, la publication et l'exécution des documents législatifs

    AF0002, 2017, Législation et Réglementation

  21. Les tribunaux pour lutter contre la violence à l'égard des femmes

    AF0003, 2017, Accès à la justice

  22. Conseils de partenariat public-policier

    AF0004, 2017, Renforcement des capacités

  23. Enregistrement des avoirs des fonctionnaires

    AF0005, 2017, Anti-Corruption

  24. Schéma d'établissement d'une entité d'accréditation de services de santé

    AF0006, 2017, Renforcement des capacités

  25. Politique nationale d'amélioration urbaine

    AF0007, 2017, Infrastructure et Transport

  26. Politique de protection des femmes en situation de conflit et d'urgence

    AF0008, 2017, Ouverture fiscale

  27. Plan de surveillance de la société civile pour l'éducation et l'enseignement supérieur

    AF0009, 2017, Éducation

  28. Plan pour la création d'un comité mixte chargé de superviser la mise en œuvre de la stratégie anti-corruption

    AF0010, 2017, Anti-Corruption

  29. Renforcer le mécanisme d'information dans les agences gouvernementales 60

    AF0011, 2017, Accès à l'information

  30. Mise en place de contrats ouverts

    AF0012, 2017, Accès à l'information

  31. Participation du public aux projets du réseau routier

    AF0013, 2017, Infrastructure et Transport

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!