Ignorer la navigation
Canada

Rapports obligatoires sur les extraits (CA0036)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Canada, Deuxième plan d'action, 2014-2016

Cycle du plan d'action : 2014

Statut : Inactif

Institutions

Institution principale : Ressources naturelles Canada

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Anti-Corruption, Industries d'extraction, Législation et réglementation, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Canada Rapport de fin de trimestre 2014-2016, Rapport de progrès du Canada 2014-2015

Étoilé : Oui Suivis

Premiers résultats : majeur Majeur

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : accès à l'information, participation civique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

Le gouvernement du Canada déposera un projet de loi sur les normes de déclaration obligatoires pour le secteur de l'extraction exigeant la déclaration de certains paiements aux gouvernements liés au développement commercial du pétrole, du gaz et des minéraux.

Résumé du statut de fin de session IRM

Engagement 7. Rapports obligatoires sur les extractifs (✪)

Texte d'engagement:

Le gouvernement du Canada déposera un projet de loi sur les normes de déclaration obligatoires pour le secteur de l'extraction exigeant la déclaration de certains paiements aux gouvernements liés au développement commercial du pétrole, du gaz et des minéraux.

En tant que pays doté d’une richesse abondante en ressources naturelles, le Canada comprend la nécessité d’ouverture et de responsabilité dans le développement des ressources, chez nous et à l’étranger. Le développement responsable attire les investissements, contribue à améliorer la réputation des entreprises extractives du Canada et renforce les partenariats internationaux.

Dans 2013, les dirigeants de G8 ont noté que, dans de nombreux pays en développement, le potentiel de croissance économique était énorme, grâce aux abondantes réserves de ressources naturelles. Le gouvernement du Canada respecte son engagement international envers l'établissement de normes de déclaration obligatoires par 2015 pour le secteur de l'extraction et fait sa part pour contribuer à relever les normes mondiales de transparence. Le relèvement des normes mondiales de transparence améliorera la responsabilisation du secteur et réduira la corruption et les autres activités illicites.

Le gouvernement du Canada établira des normes de rapport pour le secteur extractif, obligeant les entités extractives à faire rapport sur certains paiements versés à des gouvernements au Canada. Les entités extractives sont souvent tenues d'effectuer de tels paiements pour couvrir les droits de licence, les frais de location et d'entrée, les redevances et autres coûts. Les normes de déclaration obligatoires sensibiliseront davantage les Canadiens à la manière dont les revenus des sociétés extractives sont dépensés, ce qui favorise la transparence et la responsabilité sociale et aide à lutter contre la corruption.

En créant un environnement de reporting ouvert, avec des informations claires et compréhensibles mises à la disposition du public, il est possible d’accroître la transparence et la responsabilité en matière de développement des ressources partout où les entreprises extractives canadiennes exercent leurs activités.

Livrables à compléter dans 2014-16:

  • Présenter une nouvelle législation cela nécessitera que les entités extractives appliquent des normes de déclaration obligatoires et fassent rapport chaque année sur les paiements versés à tous les niveaux de gouvernement, aux niveaux national et international.
  • Ensure  engagement des parties prenantes sur l'établissement et la mise en œuvre de ces normes de déclaration obligatoires.
  • Exiger entités extractives pour publier des données sur les paiements qu’ils versent aux gouvernements du Canada et du monde entier.

Institution responsable: Ressources naturelles Canada

Institution (s) de soutien: Aucun

Date de début: Novembre 2014   Date de fin: 30 Juin 2016

Note éditoriale: Il s’agit d’un engagement étoilé, car il est mesurable, clairement pertinent pour les valeurs OGP telles qu’elles ont été rédigées, d’impact potentiel de transformation et a été mis en œuvre de manière substantielle ou complète.

But de l'engagement:

Cet engagement vise à établir une législation basée sur l'engagement des parties prenantes, afin d'améliorer les normes de reporting pour l'industrie extractive. En vertu de la loi, les entreprises extractives seraient tenues de publier des données sur les paiements qu’elles versent aux gouvernements du Canada et du monde entier.

STATUT

À moyen terme: substantiel

La première étape a été atteinte au cours de la première année du deuxième cycle du plan d’action. La loi sur les mesures de transparence dans le secteur extractif a été sanctionnée le 16 de décembre et est entrée en vigueur le 2014 de juin 1. Les activités de mobilisation référencées sous l'étape numéro deux étaient en cours au moment du rapport d'avancement à mi-parcours. La troisième étape a été franchie avec l'adoption de la nouvelle législation exigeant que les entités extractives publient des données chaque année dans les 2015 jours suivant la fin de leur exercice, à l'exception des gouvernements autochtones, qui bénéficient d'un report de deux ans.

Fin du mandat: substantiel

Ressources naturelles Canada (RNCan) a consulté les provinces, l'industrie et les intervenants de la société civile dans le but de franchir la deuxième étape et d'élaborer des outils de mise en œuvre pour favoriser le respect de la Loi sur les mesures de transparence de l'industrie extractive. Ces consultations ont été utilisées pour élaborer des spécifications de directives et de rapports techniques qui ont été publiées en ligne dans 1 March, 2016.  Loi sur les mesures de transparence dans le secteur extractif, http://www.nrcan.gc.ca/mining-materials/estma/18180  Des séances de mobilisation ont eu lieu dans 11 villes et ont réuni 70 représentants de l'industrie, plus de 20 représentants de la société civile et plus de 40 gouvernements autochtones et organisations autochtones nationales.  Résumé des sessions http://open.canada.ca/en/consultations/mandatory-reporting-standards-for-extractive-sector-what-we-heard  Le gouvernement du Canada a publié un document intitulé «Ce que nous avons entendu» basé sur ces activités de mobilisation.  Résumé des sessions http://open.canada.ca/en/consultations/mandatory-reporting-standards-for-extractive-sector-what-we-heard

Selon le gouvernement, des activités d'engagement sont en cours pour assurer la conformité avec la nouvelle législation et mieux comprendre l'impact de la législation sur des communautés spécifiques.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: majeur

La loi sur les mesures de transparence du secteur extractif (ESTMA) est entrée en vigueur le 1er juin 2015. La législation établit un cadre de transparence dans le secteur extractif qui conduira à la circulation de nouvelles informations découlant de ses nouvelles lignes directrices en matière de rapports. Les obligations de déclaration s'appliquent aux sociétés qui sont ou ont des titres cotés en bourse au Canada, qui ont un établissement au Canada, font des affaires au Canada ou ont des actifs au Canada. Les entreprises doivent également respecter deux des trois seuils minimaux suivants liés à la taille pour être incluses dans la déclaration obligatoire: au moins un de ses deux derniers exercices, l'entreprise doit (1) avoir au moins 20 millions de dollars canadiens d'actifs, (2 ) ont généré des revenus d'au moins 40 millions de dollars canadiens et / ou (3) emploient en moyenne au moins 250 employés.  Ressources naturelles Canada, http://www.nrcan.gc.ca/mining-materials/estma/18802#A2

Bien que la nouvelle législation et les nouveaux rapports nécessitent des rapports qui favorisent une transparence accrue, les acteurs de la société civile interrogés pour le rapport d'étape à mi-parcours ont souhaité que le gouvernement aille plus loin en mettant en œuvre l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE): ITIE prise en charge, elle ne met pas en œuvre la norme. La mise en œuvre de la norme favoriserait, entre autres, la participation des citoyens, simplifierait et améliorerait la possibilité pour les parties prenantes de trouver des informations sur les industries extractives. Dans le cadre de l'ITIE, il existe «un référentiel centralisé où les enregistrements peuvent être rapidement téléchargés et comparés». Dans la situation actuelle illustrée par l'engagement existant, la «conformité» du Canada implique que chaque entreprise conserve ses propres enregistrements «quelque part» et exige de toute personne intéressée réellement déterminer ce qui se passe pour retrouver chacun individuellement.  Canada Progress Report 2014-2015, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/1.Canada14-15_English_Final_0.pdf

On peut cependant noter que RNCan offre un répertoire central de liens vers des rapports. Comme les rapports sont soumis à RNCan en vertu de l'ESTMA, ils se trouvent à l'adresse suivante: http://www.nrcan.gc.ca/ESTMA.

Participation civique: majeur

Le gouvernement du Canada s'est engagé avec un certain nombre d'acteurs, notamment les provinces, l'industrie extractive et la société civile, dans le but d'élaborer des directives et des spécifications techniques concernant la transparence dans les industries extractives.  Outils pour les entreprises extractives, http://www.nrcan.gc.ca/mining-materials/estma/18192   Cet engagement a été porté par Ressources naturelles Canada avant même l'adoption de l'ESTMA. Selon le gouvernement, la participation des parties prenantes à la conformité est continue et devrait se poursuivre au cours des premières années de mise en œuvre.

Elle a suivi de bonnes pratiques d'engagement en publiant à la fois les commentaires reçus et un document «Ce que nous avons entendu» synthétisant les commentaires fournis.

Reportés?

Cet engagement a été reporté dans le troisième plan d'action de l'engagement 17 «Mettre en œuvre la loi sur les mesures de transparence du secteur extractif». Les jalons incluent:

  • Entreprendre des activités de sensibilisation avec les entités déclarantes pour assurer la connaissance et la compréhension des processus de publication de leurs rapports sur la base d'un modèle et d'un format cohérents.
  • Améliorez l'accès du public aux rapports publiés via une fenêtre en ligne commune.
  • Rechercher un alignement plus large de la stratégie ESTMA avec d'autres juridictions au Canada et dans le monde.  Troisième plan biennal du Canada au Open Government Partnership 2016 - 2018, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Canada_AP3.pdf

Engagements

Open Government Partnership