Ignorer la navigation
Ghana

RTI (GH0015)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Ghana, deuxième plan d'action, 2015-2017

Cycle du plan d'action: 2015

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Ministère des communications

Institution (s) de soutien: Association des journalistes du Ghana (GJA), Projet de loi sur la Coalition pour le droit à l'information (CRTI), Fondation des médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFA), Commission nationale des médias, CHRI

Domaines politiques

Accès à l'information, Droit à l'information

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de programme pour le Ghana 2015-2017, Ghana Rapport d'avancement à mi-parcours 2015-2017

Étoilé: non

Premiers résultats: n'a pas changé

Design i

Vérifiable: oui

Relatives aux valeurs OGP: Accès à l'information

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Dans le cadre du premier plan d'action 2013-2014, le gouvernement s'est engagé à adopter une loi sur le droit à l'information. Cependant, la mise en œuvre de cet engagement n'a pas été réalisée. Le gouvernement reconnaît toujours l'importance d'un accès sans entrave à l'information pour contribuer à la stabilité de la gouvernance et s'engage donc à adopter le projet de loi sur le droit à l'information d'ici décembre, 2016.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

2. Droit à l'information

Texte d'engagement:

Dans le cadre du premier plan d'action 2013-2014, le gouvernement s'est engagé à adopter une loi sur le droit à l'information. Cependant, la mise en œuvre de cet engagement n'a pas été réalisée. Le gouvernement reconnaît toujours l'importance d'un accès sans entrave à l'information pour contribuer à la stabilité de la gouvernance et s'engage donc à adopter le projet de loi sur le droit à l'information d'ici décembre, 2016.

· Tenir quatre réunions (4) avec le Parlement pour l'adoption du projet de loi sur le droit à l'information d'ici le mois de juin, 2016

· Organiser des forums régionaux de sensibilisation du public 10 sur les droits des citoyens en vertu de la loi sur le droit à l'information de 2017

Note éditoriale: Milestone 2.2 a été ajouté au tableau ci-dessous pour illustrer l'engagement pris par le «gouvernement… de promulguer le projet de loi sur le droit à l'information d'ici décembre, 2016».

Institution responsable: Ministère des communications

Institution (s) partenaire (s): Association des journalistes du Ghana (GJA), Projet de loi sur la coalition pour le droit à l'information (CRTI), Fondation des médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFA), Commission nationale des médias, Commonwealth Human Right Initiative (CHRI)

Date de début: June 2016 Date de fin: Décembre 2017

Contexte et objectifs

Cet engagement vise à faire adopter un projet de loi sur la liberté d’information sur lequel le Ghana travaille depuis 15 ans. Cet engagement figurait dans le plan d'action précédent mais n'a pas été rempli. Le Parlement précédent 2009 au Parlement 2012 a demandé aux parties prenantes (individus, organisations de la société civile et universités) de faire connaître leur point de vue sur le projet de loi. Les organisations de la société civile ont proposé des révisions qui incluaient des exemptions. Toutefois, le mandat du Parlement a pris fin avant de pouvoir terminer son examen du projet de loi. En mai, 2014, la commission parlementaire des affaires juridiques, constitutionnelles et parlementaires de l'époque, a organisé à Koforidua un forum réunissant toutes les parties prenantes ayant des préoccupations concernant le projet de loi. Le forum a examiné chaque article et examiné les propositions concernant le projet de loi. Les recommandations du forum ont été transmises au département du Procureur général en vue d'un examen et d'une révision éventuels du projet de loi. Les OSC qui ont pris part au processus ci-dessus étaient heureuses que leurs points de vue aient été intégrés dans le projet de loi révisé. L'une des conclusions de la première revue IRM: IRM (2015) Rapport d'avancement du Ghana, 2013 – 14

Même avec une disposition constitutionnelle garantissant la liberté d'information, la plupart des fonctionnaires et des institutions de l'État déterminent quand et à quelle heure fournir des informations. Certaines institutions refusent complètement les demandes malgré le fait que les informations demandées peuvent n’avoir aucune incidence sur la sécurité et soient facilement accessibles dans d’autres juridictions. Le projet de loi est le projet de loi sur le droit à l'information. «Passez le projet de loi sur le droit à l’information maintenant», accès 21 septembre, 2016) disponible à l’adresse: https://www.modernghana.com/news/656396/1/pass-the-right-to-information-bill-now.html Ce projet de loi prévoit l'accès aux informations officielles détenues par des institutions publiques ainsi que par des entités privées exerçant des fonctions publiques avec des fonds publics. Le projet de loi définit les conditions et les conditions dans lesquelles l'accès aux informations détenues par les institutions publiques doit être obtenu. Il établit la Commission du droit à l'information pour garantir l'indépendance du processus de révision. Il permet également le transfert des procédures d'appel et de révision des agents de contrôle de l'information internes de la Commission du droit à l'information à la Haute Cour.. «Passez le projet de loi sur le droit à l’information maintenant», accès 21 septembre, 2016) disponible à l’adresse: https://www.modernghana.com/news/656396/1/pass-the-right-to-information-bill-now.html

S'il est adopté et mis en œuvre, le projet de loi sur le droit à l'information pourrait contribuer à transformer le droit des citoyens à l'information. Les OSC estiment que le projet de loi sur le droit à l'information favorisera la participation démocratique, la transparence et contribuera à la lutte contre la corruption. S'il te plait regarde: https://www.newsghana.com.gh/accounting-to-the-people-must-be-through-the-right-to-information-law/ Dans l’ensemble, la loi contribuerait à accroître la transparence du système de gouvernance. Cela pourrait réduire la corruption car les actions de diverses autorités sont soumises à l'examen du public. ibid

Le ministère des Communications (MOC) est l'agence responsable de cet engagement et est donc responsable de tous les jalons. Le premier jalon ne mentionnait pas le format ni le but des réunions dans lesquelles le ministère engagerait le Parlement. Il n'est pas clair si ces réunions ont pour but d'influencer le Parlement pour qu'il accélère le traitement de la proposition de loi ou pour aider le Parlement à parvenir à un consensus sur le projet de loi. Si c’est le premier cas, le MOC n’est pas la bonne institution à diriger; les OSC, telles que le projet de loi sur la Coalition pour le droit à l'information (CRTI), sont mieux placées pour jouer ce rôle de plaidoyer. L'IRTC a joué un rôle dans l'amendement du projet de loi avant son envoi au Parlement. Si, toutefois, l'objectif est de parvenir à un consensus, il serait préférable que les organisations de la société civile et le ministère du Procureur général engagent le Parlement. Les organisations de la société civile avec lesquelles le chercheur a parlé de cet engagement dans le premier plan d’action ont indiqué que celles-ci avaient été menées en consultation avec le Parlement.

L'action visant à organiser des forums de sensibilisation sur les droits des citoyens en vertu d'une loi sur le droit à l'information est pertinente en ce sens que peu de personnes sont au courant du contenu et de l'importance d'une telle loi. Une plus grande sensibilisation à la loi permettra à davantage de personnes de connaître leurs droits et d'exiger des informations nécessaires de la part des institutions. En ce qui concerne l'impact potentiel, le chercheur a estimé que le jalon était un impact potentiel modéré, car une connaissance approfondie de la loi inciterait davantage de personnes à demander des informations aux institutions publiques et à ouvrir le gouvernement.

Aboutissement

Malgré les efforts déployés tant par l'exécutif que par le Parlement, le projet de loi n'a pas été adopté et l'engagement n'a donc pas été mené à son terme.

Le président Mahama, le président du Parlement et le chef de la majorité ont exprimé un certain engagement en faveur de l'adoption du projet de loi. Dans une interview avec le président en octobre 2015, il a déclaré: "Cela prend trop de temps et mon gouvernement accélère le processus aussi rapidement que possible ...". Le groupe n'est pas d'accord avec le président Mahama sur le projet de loi RTI (accès 21 septembre, 2016) disponible à l'adresse suivante: http://www.graphic.com.gh/news/general-news/group-disagrees-with-president-mahama-on-rti-bill.html En novembre 2015, le chef de la majorité a assuré que le projet de loi serait adopté au premier trimestre de 2016.. Le projet de loi sur le droit à l’information sera adopté l’année prochaine - Leader de la majorité (accès 21 septembre, 2016) disponible auprès de

: http://www.ghananewsagency.org/politics/right-to-information-bill-to-be-passed-next-year-majority-leader--96787 En août 2016, le président du Parlement a assuré au public que le Parlement s'était engagé à adopter le projet de loi.. Le Parlement adoptera le projet de loi RTI - Le Président assure (accès 21 septembre, 2016) disponible à l'adresse suivante: http://pulse.com.gh/news/right-to-information-bill-parliament-will-pass-rti-bill-speaker-assures-id5348768.html?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=pulse-ghana_web

Selon le président, le Cabinet avait approuvé le projet de loi et l'avait soumis au Parlement en mars 2016. Le projet de loi sur le droit à l'information a connu des revers - Le président Mahama (accès 21 septembre, 2016) disponible à l'adresse suivante: http://ghanapoliticsonline.com/right-information-bill-suffered-setbacks-president-mahama/ À l'époque, les médias ont rapporté que les députés avaient proposé une longue liste d'amendements au projet de loi pour examen. Le Parlement ghanéen reprend le projet de loi sur le droit à l'information (accès 21 septembre, 2016) disponible à l'adresse suivante: https://www.newsghana.com.gh/ghanas-parliament-revives-right-to-information-bill/ Le chercheur de l'IRM a donné suite aux amendements proposés mais les organisations de la société civile travaillant sur le projet de loi n'ont pas pu fournir d'informations sur leur nature.

Réunions avec le Parlement: Selon l'intimé au MdC Le chercheur de l'IRM s'est entretenu avec le personnel du ministère des Communications sur 22 Août, 2016 , les réunions n'ont pas eu lieu. L'intimé au MOC n'était pas clair sur le type de réunions à tenir. En outre, a-t-il déclaré, lorsqu'un projet de loi est au Parlement, il appartient exclusivement au Président et aux députés de décider qui engager. Par conséquent, il est difficile d’atteindre le premier jalon lorsque le Parlement n’a pas invité le ministère à discuter du projet de loi. Selon le défendeur du Parlement, le Parlement mène toujours des consultations publiques avant qu'un projet de loi ne soit adopté. ils invitent le public à commenter et invitent les parties prenantes concernées. Le chercheur a contacté une équipe du département de la recherche du Parlement sur 26 septembre, 2016 et a eu un entretien avec eux.

Passez la facture: Le Parlement a pris des mesures concernant le projet de loi au cours de la première partie de l'année, mais celui-ci n'a pas été adopté. Selon un communiqué de presse d'un groupe d'OSC:

En mars 2016, le Parlement a entamé l'examen du projet de loi avec les amendements proposés par le Comité restreint. Entre mars et juin, 2016, le Parlement n'a pu examiner 29 que des clauses d'amendement de 157. Par la suite, le Parlement a suspendu l'examen du projet de loi RTI sans aucune raison particulière et a entamé l'examen d'autres projets de loi, dont certains ont été adoptés. " La comptabilité auprès des citoyens doit s'inscrire dans la loi sur le droit à l'information (accès 21 septembre, 2016) disponible à l'adresse suivante: https://www.newsghana.com.gh/accounting-to-the-people-must-be-through-the-right-to-information-law/

En août 2016, les OSC ont alors appelé le président à adopter la loi le plus tôt possible..

Le président a publiquement attribué une partie du retard à l'échec d'un consensus sur la portée de l'exemption.. Le groupe n'est pas d'accord avec le président Mahama sur le projet de loi RTI (accès 21 septembre, 2016) disponible à l'adresse suivante: http://www.graphic.com.gh/news/general-news/group-disagrees-with-president-mahama-on-rti-bill.html Cependant, te leader de la majorité déclare que le retard est dû à un manque de moyens pour que les députés travaillent avec les organisations de la société civile et d'autres parties prenantes. Le projet de loi sur le droit à l'information sera adopté l'année prochaine - Leader de la majorité (accès 21 septembre, 2016) disponible à l'adresse suivante: http://www.ghananewsagency.org/politics/right-to-information-bill-to-be-passed-next-year-majority-leader--96787 Un membre haut placé de la commission des affaires juridiques et constitutionnelles du Parlement a déclaré que le projet de loi avait été retardé en raison de problèmes techniques, d'ambiguïtés, de clauses compliquées, de craintes et de désaccords liés à certaines de ses dispositions. Le droit à l'information facture en suspens (accès 21 Septembre, 2016) disponible à partir de: http://www.ghanaweb.com/GhanaHomePage/NewsArchive/Right-To-Information-Bill-in-limbo-455935

Un répondant d'une organisation de la société civile a déclaré que le gros problème semblait être le manque de tenue de registres appropriés des informations du gouvernement. Rencontre avec les organisations de la société civile sur la plate-forme pétrolière et gazière, 13, sept. 2016. Selon lui, la manière dont les institutions publiques gèrent et stockent les informations rend la récupération très difficile. Par conséquent, on craint que, lorsque la loi sera adoptée, en raison de problèmes de mauvaise gestion des archives, les institutions gouvernementales ne soient pas en mesure de divulguer des informations et que les citoyens auront ensuite recours aux tribunaux, ce qui créera des problèmes pour les institutions gouvernementales.

Au moment de la préparation de ce rapport, le Parlement était en pause. Lorsque le Parlement reprendra ses travaux en octobre 2016, il lui sera difficile de passer en revue toutes les clauses restantes pour faire adopter le projet de loi avant le début des campagnes électorales en décembre 2016.

Audiences publiques régionales: Le projet de loi n'ayant pas été adopté par le gouvernement, cette étape importante, axée sur les activités de diffusion, n'a pu être complétée.

Premiers résultats (le cas échéant)

Le projet de loi sur le droit à l'information n'a pas encore été adopté au cours de la période de mise en œuvre considérée.

Prochaines étapes

Le chercheur de l'IRM partage les points de vue de la société civile selon lesquels l'absence de la loi RTI et le retard actuel dans son adoption signifient que les Ghanéens continueront à lutter pour obtenir des informations de manière efficace et à tenir leurs dirigeants pour responsables. Pour que le projet de loi soit adopté, le gouvernement doit envisager de prendre des mesures plus rapides. Cet engagement manquait d'activités claires en matière de gestion des documents afin de fournir aux institutions un cadre pour gérer les informations afin qu'elles puissent efficacement fournir des informations lorsque la loi est adoptée. Si le gouvernement souhaite inclure cet engagement dans le prochain plan d'action, il devrait proposer des mesures efficaces pour que toutes les institutions améliorent leur comptabilité.

Pour aller de l'avant avec le projet de loi, le chercheur de l'IRM suggère de créer un groupe de travail comprenant des députés, des organisations de la société civile et d'autres parties prenantes, afin de résoudre certains problèmes identifiés comme des "aspects techniques, ambiguïtés, clauses restrictives et appréhensions concernant certaines de ces dispositions". Les communications peuvent fonctionner avec le comité spécial du Parlement chargé de l'information pour accélérer l'adoption du projet de loi.

Résumé du statut de fin de session IRM

2. Droit à l'information

Texte d'engagement:

Dans le cadre du premier plan d'action 2013-2014, le gouvernement s'est engagé à adopter une loi sur le droit à l'information. Cependant, la mise en œuvre de cet engagement n'a pas été réalisée. Le gouvernement reconnaît toujours l'importance d'un accès sans entrave à l'information pour contribuer à la stabilité de la gouvernance et s'engage donc à adopter le projet de loi sur le droit à l'information d'ici à décembre 2016.

  • Tenir quatre réunions avec le Parlement pour l'adoption du projet de loi sur le droit à l'information d'ici juin 2016
  • Organiser des forums régionaux de sensibilisation du public 10 sur les droits des citoyens en vertu de la loi sur le droit à l'information de 2017

Note éditoriale: Milestone 2.2 a été ajouté au tableau ci-dessous pour illustrer l'engagement pris par le «gouvernement… de promulguer le projet de loi sur le droit à l'information d'ici décembre, 2016».

Institution (s) responsable (s): Ministère des communications

Institution (s) partenaire (s): Association des journalistes du Ghana (GJA), Projet de loi sur la Coalition pour le droit à l'information (CRTI), Fondation des médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFWA), Commission nationale des médias, Commonwealth Human Rights Initiative (CHRI)

Date de début: juin 2016 Date de fin: décembre 2017

But de l'engagement:

Cet engagement visait à intensifier et à conclure un processus vieux de 18 et adopter le projet de loi sur le droit à l’information d’ici décembre 2016. L'adoption du projet de loi atténuerait les difficultés d'obtention d'informations officielles détenues par des institutions publiques ainsi que par des entités privées exerçant des fonctions publiques avec des fonds publics. D'autres jalons spécifiques connexes prévoyaient des engagements entre le ministère des Communications, le Parlement et la tenue d'audiences publiques régionales sur le projet de loi.

Statut

Mi-parcours: limité

Cet engagement a été mené à son terme à mi-parcours, car malgré les efforts déployés par l'exécutif, le Parlement et les organisations de la société civile, le projet de loi n'a pas été adopté. Selon un répondant du ministère des Communications (MoC), il n'y aurait eu aucune réunion avec le Parlement. et le répondant ou le chercheur de l'IRM ne savait pas quel type de réunion était prévu. Un groupe de représentants de la société civile a déclaré dans une déclaration à la presse que le Parlement n'avait pris en compte que 29 parmi les clauses d'amendement du projet de loi entre mars et juin 157, après quoi il avait suspendu l'examen du projet de loi sans indiquer de motif particulier. Les audiences publiques régionales censées être des activités de diffusion ne pouvaient pas être organisées, le gouvernement n’ayant pas adopté le projet de loi. Pour plus d'informations, consultez le rapport de mi-parcours IRM 2015 – 17.

Fin du mandat: limité

Les informations contenues dans cette section proviennent d’interviews avec la Coalition de la loi sur le droit à l’information (RTI), de la Commonwealth Human Rights Initiative et des reportages des médias sur le projet de loi.

L’achèvement de cet engagement est limité, car le projet de loi n’a pas été adopté au cours de la période considérée, en dépit, comme à mi-parcours, des assurances répétées de son engagement par le pouvoir exécutif. Cela suggérerait que la position du gouvernement à l'égard du projet de loi n'a pas changé sous la nouvelle direction du Ghana, et les acteurs de la société civile qui ont été interviewés étaient sceptiques quant à son adoption, compte tenu des événements survenus jusqu'à présent. Deux répondants non nommés d'OSC ont déclaré que le retard persistant du gouvernement semble provenir à la fois d'incertitude et de crainte concernant le projet de loi.

Lors d'une réunion à Paris en septembre, 2016, le président d'alors, John Mahama, a déclaré à propos du projet de loi RTI: «Je pense que nous devrions le compléter et le rendre disponible afin que les citoyens puissent disposer d'une base légale pour exiger des informations en cas de réticence à le faire. ” Les organisations de la société civile ont reproché à son administration de se précipiter à la dernière minute pour faire adopter le projet de loi avant de lui céder le pouvoir après une absence de plus de quatre ans. Selon une déclaration 2016 de décembre de la coalition RTI, le procureur général a incorporé les résultats des consultations avec le Parlement dans un nouveau projet de loi et l'a soumis au parlement le 18 d'octobre 2016, en demandant qu'il soit examiné en vertu d'un certificat d'urgence. Le Comité spécial des affaires constitutionnelles, juridiques et parlementaires a examiné le projet de loi sur 23 October 2016 et l'a soumis au Parlement sous 25 October 2016. Les membres minoritaires du Parlement ont objecté qu'il n'y avait pas de quorum, ce qui a par la suite retardé l'adoption du projet de loi. Compte tenu du retard, du changement du pouvoir exécutif intervenu en décembre 2016 et de la formation d'un nouveau parlement, le projet de loi RTI 2017 a été renvoyé au Cabinet et doit maintenant être présenté à l'Assemblée législative avant de pouvoir être adopté.

Au moment de la rédaction du présent document, le projet de loi est censé toujours être présenté au Cabinet. S'exprimant lors d'une réunion de Transparency International à Accra en février 2017, le vice-président Mahamud Bawumia a déclaré que le projet de loi RTI était l'une des nombreuses actions à mettre en œuvre par le gouvernement du nouveau parti patriotique (NPP) à 2017. Le président Akufo-Addo a exprimé des sentiments similaires lors d'une conférence Africa Open Data à Accra en juillet 2017. Le ministre des Affaires parlementaires, M. Osei Kyei Mensah-Bonsu, a déclaré lors d'une session de formation destinée aux journalistes début novembre que le Parlement s'attendait à ce que le Parlement achève ses travaux sur le projet de loi d'ici la deuxième réunion de sa prochaine session. être autour de Juillet 2017. Dans une interview avec le chercheur de l'IRM, la coalition RTI a exprimé sa frustration devant le manque de communication du gouvernement sur le projet de loi. Le ministère de l'Information a rejeté la demande de mises à jour de la coalition RTI et le procureur général l'a suspendue en attendant que le Cabinet ait achevé ses travaux. Il n'y a pas de protocole connu régissant la durée pendant laquelle les projets de loi peuvent rester au Cabinet. La coalition RTI continue de faire pression sur le gouvernement pour qu'il adopte le projet de loi sans plus tarder, soutenu par la rapidité avec laquelle le projet de loi sur le Bureau du Procureur spécial est devenu loi. L'adoption du projet de loi RTI devrait rester une priorité dans le prochain plan d'action.

Il est important de noter que le nouveau gouvernement a divisé l'ancien ministre des Communications en deux, créant un nouveau ministère de l'Information en janvier 2017, qui est désormais responsable de toutes les questions relatives au projet de loi sur l'accès à l'information.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Cet engagement visait à accroître la transparence de la gouvernance et la facilité d'accès du public aux informations officielles en adoptant le projet de loi RTI, en attente depuis au moins 15 années auparavant.

Cet objectif n'a pas été atteint car le projet de loi sur la RTI n'a pas été adopté et a été reporté à la mi-2018. En outre, certaines OSC ont dû s'appuyer sur des contacts personnels pour obtenir certaines informations publiques, telles que les plans de développement et les budgets des assemblées de district, qui auraient dû être facilement accessibles depuis des sources gouvernementales. Un répondant d'OSC a déclaré au chercheur de l'IRM qu'il était parfois demandé à des éditeurs d'acheter des copies de documents officiels à l'éditeur du gouvernement - une pratique qui pourrait créer un accès privilégié à l'information publique par des OSC disposant de plus de ressources. Dans un autre exemple, le chercheur de l'IRM n'a pas été en mesure d'accéder en ligne à la loi sur les sociétés (révisée) ni aux répondants des organisations de la société civile et des gouvernements.

Reportés?

Cet engagement est repris dans le plan d'action national 2017 – 19, à la condition supplémentaire que le ministère de l'Information élabore des stratégies pour mettre en œuvre la loi RTI d'ici à septembre 2018.


Abubakar Ibrahim, 'Sans le bureau du procureur spécial de RTI, la coalition sera frustrée', Myjoyonline, 29 September 2017, https://bit.ly/2GJxYmw

Le chercheur de l'IRM s'est entretenu avec le personnel du ministère des Communications sur 22 August 2016.

«La comptabilité envers les personnes doit passer par la loi sur le droit à l'information», NewsGhana, consulté 21 September 2016, https://www.newsghana.com.gh/accounting-to-the-people-must-be-through-the-right-to-information-law/

«La MFWA accueille favorablement le coup de pouce présidentiel pour RTI Passage in 2017», Fondation des médias pour l'Afrique de l'Ouest, 27 July 2017, http://www.mfwa.org/mfwa-welcomes-presidential-boost-for-rti-passage-in-2017/

Ugonna Ukaigwe, «RTI: occasion manquée pour le 6th Parlement, John Mahama», Class FM, janvier 2017, http://m.classfmonline.com/1.11071165

«Fiasco RTI: Blame Mahama — Coalition», classe FM en ligne, non datée, http://m.classfmonline.com/1.10668262

Priscilla S. Djentuh, «Le projet de loi RTI est nécessaire pour lutter contre la corruption dans le pays», Daily Graphic, 26 décembre 2016, consulté 20 octobre 2017, https://bit.ly/2qloRS0

Jonas Nyabor, «Nous allons adopter le projet de loi RTI cette année, Bawumia», 2 February 2017, citifmonline, http://citifmonline.com/2017/02/02/well-pass-rti-bill-this-year-bawumia/

Jonas Nyabor, «Adopter de toute urgence le projet de loi RTI comme pour le projet de loi sur les procureurs spéciaux - Coalition», citifmonline,

21 Novembre 2017, http://citifmonline.com/2017/11/21/pass-rti-bill-urgently-as-done-for-special-prosecutor-bill-coalition/

Duke Mensah Opoku, «Juillet 2018 dernière cible pour l'adoption de RTI Bill», citifmonline, 2 November 2017, http://citifmonline.com/2017/11/02/july-2018-latest-target-for-passage-of-rti-bill/

Jonas Nyabor, «Adopter de toute urgence le projet de loi RTI comme pour le projet de loi sur les procureurs spéciaux - Coalition», citifmonline,

21 Novembre 2017, http://citifmonline.com/2017/11/21/pass-rti-bill-urgently-as-done-for-special-prosecutor-bill-coalition/

Entretien du ministère des Communications par un chercheur de l'IRM, 24, novembre 2017.
Voir également Gideon Ahenkorah, «Le ministre de l'Information justifie les nominations de sous-ministres», Agence de presse du Ghana, 16 March 2017, https://bit.ly/2kcqIoa
et «NDC réclame la taille du gouvernement», Daily Guide, 20 April 2017, https://bit.ly/2qmBYm9

Entretien de PenPlusBytes par un chercheur de l'IRM, 22 December 2017.

Plan d'action national du Ghana 2017 – 2019, octobre 2017, page 8. https://www.opengovpartnership.org/documents/ghana-action-plan-2017-2019


Engagements

  1. Contrats ouverts et suivi des contrats

    GH0020, 2017, Anti-Corruption

  2. Transparence anti-corruption

    GH0021, 2017, Anti-Corruption

  3. Beneficial ownership

    GH0022, 2017, Anti-Corruption

  4. Transparence fiscale et responsabilité

    GH0023, 2017, Ouverture fiscale

  5. Transparence du secteur des industries extractives

    GH0024, 2017, Anti-Corruption

  6. Droit à l'information

    GH0025, 2017, Accès à l'information

  7. Participation civique et responsabilité

    GH0026, 2017, Ouverture fiscale

  8. Technologie et Innovation

    GH0027, 2017, Accès à l'information

  9. Engagement étoilé Contrats ouverts

    GH0014, 2015, Anti-Corruption

  10. RTI

    GH0015, 2015, Accès à l'information

  11. Participation citoyenne

    GH0016, 2015, Règlement ouvert

  12. Ouverture fiscale

    GH0017, 2015, Législation et Réglementation

  13. Engagement étoilé La gestion des recettes

    GH0018, 2015, Législation et Réglementation

  14. Open Data

    GH0019, 2015, Accès à l'information

  15. Responsabilité fiscale

    GH0001, 2013, Ouverture fiscale

  16. Transparence fiscale

    GH0002, 2013, Renforcement des capacités

  17. Droit à l'information

    GH0003, 2013, Accès à l'information

  18. Droits de l'homme et lutte contre la corruption

    GH0004, 2013, Anti-Corruption

  19. Gestion des revenus du secteur extractif

    GH0005, 2013, Anti-Corruption

  20. Surveillance des investissements

    GH0006, 2013, Anti-Corruption

  21. Participation citoyenne

    GH0007, 2013, Renforcement des capacités

  22. Code de déontologie

    GH0008, 2013, Anti-Corruption

  23. Rapports d'audit

    GH0009, 2013, Anti-Corruption

  24. Radiodiffusion nationale

    GH0010, 2013, Espace civique

  25. e-immigration

    GH0011, 2013, Accès à l'information

  26. Direction Financière

    GH0012, 2013, Accès à l'information

  27. Engagement étoilé Portail politique

    GH0013, 2013, Accès à l'information

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!