Ignorer la navigation
Ghana

Transparence du secteur des industries extractives (GH0024)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action du Ghana 2017-2019

Cycle du plan d'action : 2017

Statut : Inactif

Institutions

Institution chef de file : ministère des Finances, ministère des Terres et des Ressources naturelles, Commission des minéraux et Département du procureur général.

Institution(s) d'appui : Commission pétrolière, Ministère des collectivités locales et du développement rural et Vérificateur général ; Plateforme pétrolière et gazière, Comité d'intérêt public et de responsabilité, Institut de gouvernance des ressources naturelles (NRGI) et Centre africain de politique énergétique

Domaines politiques

Anti-Corruption, Industries d'extraction, Ouverture fiscale, Législation et réglementation, Publication des informations budgétaires / fiscales

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de mise en œuvre du Ghana 2017-2019, Rapport de conception du Ghana 2017-2019

Suivi : Non

Premiers résultats : marginaux

Design i

Vérifiable : Oui

Pertinent pour les valeurs OGP : accès à l'information

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Description

Quel est le problème public que l'engagement va aborder? Le Ghana dispose de ressources naturelles importantes (par exemple, de l'or et du pétrole). Malheureusement, le Ghana n’a pas été en mesure de libérer le potentiel de développement de ses ressources naturelles pour propulser la croissance économique et réduire l’extrême pauvreté de sa population. Même si des efforts sont déployés en matière de transparence dans la gestion des ressources du secteur extractif, il reste encore beaucoup à faire. Quel est l'engagement? L'engagement contribuera à l'élaboration de la loi LI for (MDF); finaliser la LI pour la PRMA; et aider le PIAC à appliquer ses recommandations .; Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public?: L'engagement est de rendre publiques toutes les informations sur l'utilisation des ressources du secteur extractif. En développant les LI pour les principaux documents juridiques du secteur extractif, ceux-ci peuvent être opérationnels. L’engagement fournit également des informations financières et non financières ainsi que l’état de mise en œuvre des projets financés par les recettes pétrolières afin que les citoyens puissent connaître l’utilisation des produits du secteur pétrolier. Les MMDA fourniront aux citoyens des informations sur l'utilisation des revenus provenant des redevances minières; Pourquoi cet engagement est-il pertinent pour les valeurs OGP?: Cet engagement aidera à divulguer plus d'informations sur l'utilisation des ressources du secteur de l'extraction. Cela contribuera également à améliorer les règles et les réglementations relatives au secteur de l'extraction afin d'assurer la transparence et la responsabilité.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

5. Transparence du secteur des industries extractives

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

«Le gouvernement a proposé d'adopter le projet de loi sur le Fonds de développement des minéraux (MDF) dans le deuxième plan d'action et cela a été réalisé. Cependant, il est nécessaire de poursuivre dans ce sens en élaborant des règlements pour la Loi sur le Fonds de développement des minéraux (MDFA). Dans le deuxième plan d'action, le gouvernement a également proposé d'élaborer des règlements (instruments législatifs) pour la loi de 2011 sur la gestion des revenus pétroliers (loi 815) afin d'opérationnaliser efficacement la loi modifiée afin de détailler comment les différentes clauses doivent être interprétées et appliquées. Le processus a débuté pendant la période du deuxième plan mais n'a pas été achevé. Le gouvernement s'engage à élaborer la loi sur les instruments législatifs pour le développement des minéraux et à compléter la LI pour la PRMA. Le PIAC sera également soutenu pour appliquer ses recommandations ».

Jalons / Activités:

  • Le ministère des Finances et l'AG doivent finaliser l'élaboration de la réglementation relative à la loi de 2011 sur la gestion des revenus pétroliers (loi 815) d'ici septembre 2018;
  • Le MoF et l'AG élaboreront des règlements pour le MDFA d'ici août 2019;
  • Le ministère des Finances doit fournir des informations financières et non financières ainsi que l'état de la mise en œuvre des projets financés par les revenus pétroliers d'ici novembre 2018
  • Ministère des Terres et des Ressources naturelles (MLNR) et la Commission des minéraux pour mettre en place les structures nécessaires à la gestion du MDF (conseil d'administration, gestionnaire de fonds et bureau) d'ici décembre 2018;
  • Le ministère des Finances et le Local Government Service (LGS) pour s'assurer que les assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA) fournissent des rapports trimestriels sur l'utilisation des redevances minières d'ici décembre 2018;
  • Le ministère des Finances et le Parlement examineront le mandat du PIAC afin de s'assurer que le PIAC applique ses recommandations d'ici juin 2018 ''

Date de début: novembre 2017

Date de fin: Août 2019

Le plan d'action est disponible dans ce lien

Aperçu de l'engagement

Vérifiabilité

Pertinence de la valeur OGP (telle que rédigée)

Impact potentiel

Aboutissement

At-il ouvert le gouvernement?

Pas assez spécifique pour être vérifiable

Suffisamment spécifique pour être vérifiable

Accès à l'information

Participation civique

Responsabilité publique

Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité

Aucun

Mineur

Moderate

transformatrice

Pas démarré

limité

Substantiel

Complété

Aggravé

N'a pas changé

Marginal

Majeur

Exceptionnel

5. Global

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Contexte et objectifs

Les revenus tirés de l'exploitation des ressources naturelles sont depuis longtemps une source essentielle de revenus dans l'économie du Ghana. De 2012 à 2016 seulement, les recettes minières ont totalisé au moins 1.59 milliard de dollars américains. (40) Ghana est le deuxième producteur d'or en Afrique et le neuvième producteur de diamants au monde. (41) Les revenus pétroliers ont dépassé pour la première fois les revenus miniers en 2013 après le début de la production pétrolière en 2011 (42) (le pétrole a été découvert pour la première fois en quantités commerciales en 2006). Les revenus des industries extractives ont fortement chuté en 2015, mais les revenus pétroliers et gaziers restent les ressources naturelles les plus lucratives. (43) Les organisations de la société civile comme le Natural Resource Governance Institute (NRGI) et le Ghana Oil and Gas for Inclusive Growth (GOGIG) craignent que l'indiscipline fiscale n'ait empiré à la lumière des revenus pétroliers censés apporter un soulagement économique et que la gestion publique de ces les revenus ne contribuent pas au développement national. (44)

Dans des entretiens séparés avec le chercheur de l'IRM, Nafi Chinery, responsable du programme de pays de l'Institut de gouvernance des ressources naturelles, et Jo Ann Sackey, analyste principale des politiques au Centre africain pour la politique énergétique, se sont interrogés sur la non-disponibilité aiguë de données contrats et de faibles niveaux d'achèvement de certains projets de développement financés par l'extraction, les citant comme la preuve que les deux lois ne sont pas mises en œuvre comme prévu. (45) Dans le cadre des efforts visant à maximiser les contributions au développement des revenus du Ghana tirés de ses ressources naturelles, le gouvernement a adopté deux lois: le Minerals Development Fund (MDF) Bill 2014 en février 2016 et le Petroleum Revenue Management Act 2011 (Act 815) (PRMA ) en août 2016. Il convient de noter que le gouvernement démocratique national sous Jerry Rawlings a créé le MDF en 1993, mais le fonds n'avait pas de soutien juridique, car il n'y avait pas de loi de soutien avant 2016. (46) Dans ce contexte, cet engagement vise à promouvoir une plus grande transparence et responsabilité dans la gestion des revenus des industries extractives au Ghana.

La PRMA a été mise en œuvre sans règlement pendant huit ans depuis son adoption, ce qui rend le développement proposé de règlements pour les deux lois critique. L'absence de réglementation peut être responsable de certaines lacunes identifiées par GOGIG dans la mise en œuvre du PRMA jusqu'à présent. (47) Dans un exemple, l'article 21 (3) stipule que «les dépenses des revenus pétroliers doivent donner la priorité mais sans s'y limiter» à une liste de 12 domaines. Comité de l'intérêt public et de la responsabilité (48) voit cela comme une marge de manœuvre que le gouvernement peut exploiter pour détourner les revenus vers des domaines non prioritaires ou non budgétaires susceptibles de créer ou d'aggraver des déséquilibres dans l'économie nationale. Les problèmes de transparence concernant l'utilisation du fonds d'amortissement, qui est censé détenir un pourcentage des revenus pétroliers du fonds de stabilisation, sont également en cause pour réduire les dettes venant à échéance et éviter les défauts de paiement ou le refinancement à des taux d'intérêt élevés. (49)

De plus, une étude menée par le Natural Resource Governance Institute a révélé que la mise en œuvre de la PRMA était confrontée à certains défis, notamment la divulgation des informations sur les projets telles que la valeur totale des contrats et les difficultés à comprendre et à interpréter la loi par les décideurs, en liant les revenus pétroliers à un un éventail plus large d'agences et de stratégies de gestion financière au niveau national. (50) D'autre part, selon M. Kwaku Asomah-Cheremeh, ministre des Terres et des Ressources naturelles, l'absence de réglementation de la loi de 2016 sur le Fonds de développement des minéraux (loi 921) et les ambiguïtés de la loi étaient devenues des obstacles majeurs pour garantir une transparence la mise en oeuvre. (51)

Cet engagement vise à rendre publiques toutes les informations sur l'utilisation des ressources du secteur extractif en fournissant des informations financières et non financières ainsi que l'état de la mise en œuvre des projets et en permettant le cadre juridique de la loi sur la gestion des revenus pétroliers et du fonds de développement minier.

Cet engagement est pertinent pour la valeur OGP de l'accès à l'information. Comme indiqué, les questions concernant l'accès à l'information sur l'état de la mise en œuvre des projets financés par les recettes pétrolières rendent la fourniture proposée d'informations financières et non financières, y compris sur l'utilisation des redevances minières, vitale dans l'intérêt de la transparence et pertinente pour la valeur OGP de accès à l'information. En ce qui concerne la responsabilité publique, l'engagement n'explique pas nécessairement comment les informations rapportées sur les projets (industries extractives) se traduiront par des conséquences ou des changements, en particulier à l'égard de ceux qui cachent l'information au public.

Tel que rédigé, cet engagement est en grande partie vérifiable. La vérifiabilité peut être évaluée, par exemple, en vérifiant si les règlements de la loi de 2011 sur la gestion des revenus pétroliers et du MDFA sont fournis. Des informations financières et non financières ainsi que l'état d'avancement de la mise en œuvre des projets financés par les recettes pétrolières doivent également être fournies pour que cet engagement soit vérifiable.

S'il est mis en œuvre tel qu'il est écrit, cet engagement contribuera à résoudre le problème du manque de transparence dans le secteur des industries extractives, mais pas dans sa totalité. Par conséquent, l'impact potentiel de cet engagement est codé comme «modéré». Selon Nafi Chinery et Jo Ann Sackey, (52) les jalons sont très pertinents et aideraient à atteindre les objectifs fixés s'ils sont mis en œuvre tels qu'ils sont rédigés. Ils ont tous deux déclaré au chercheur de l'IRM que les informations sur l'état de la mise en œuvre des projets financés par les revenus pétroliers faisaient cruellement défaut et ont donc applaudi ce jalon. Comme l'ont observé Nafi Chinery et Jo Ann Sackey dans des entretiens séparés, (53) Le secteur minier du Ghana est beaucoup moins structuré que celui du pétrole, ce qui nécessite un cadre réglementaire distinct pour s'assurer qu'il reçoit le même niveau d'examen que le pétrole. (54) De ce fait, la création des structures nécessaires à la gestion du MDF est essentielle pour son bon fonctionnement. Cependant, l'engagement ne traite pas des questions sous-jacentes telles que la politisation de la passation de marchés et l'attribution de projets aux copains du parti au pouvoir, dont certains sont difficiles à surveiller. (55)

L'activité finale de l'engagement, qui vise à revoir le mandat du PIAC pour s'assurer qu'il applique ses recommandations, est plus ambiguë que les autres. Le chercheur de l'IRM valide ainsi l'opinion du Comité de l'intérêt public et de la responsabilité selon laquelle, bien qu'il existe un certain niveau de transparence dans la gestion des revenus des ressources naturelles, la responsabilité fait défaut et devrait être au centre de toutes les interventions à venir. Fournir des informations sur les projets liés aux industries extractives est pertinent pour le pays et utile en tant qu'outil pour éviter une mauvaise gestion des fonds; Pourtant, comme indiqué précédemment, des activités / jalons plus spécifiques renforçant la responsabilité publique, par exemple, dans les cas où des informations sur des projets sont illégalement cachées au public, des mécanismes clairs pour poursuivre ces instances pourraient renforcer la portée de cet engagement. Il se peut que les règlements visent cette fin, mais cela ne peut être déduit, comme indiqué dans le plan d'action.

Prochaines étapes

  • Il est recommandé de poursuivre cet engagement, avec des améliorations dans les activités de responsabilité publique, avec des règles et des détails clairs, visant à poursuivre les fonctionnaires qui cachent / dissimulent illégalement des informations sur les industries extractives.
  • À l'avenir, le PAN pourrait mieux prendre en compte le large éventail de questions liées à ce thème, par exemple, le débat sur l'élaboration d'une législation distincte pour l'exploitation minière, et les aborder explicitement.
  • Pour apporter un changement tangible, la réglementation devra combler ces lacunes en collaboration avec des experts de la société civile tels que GOGIG, ACEP et PIAC qui ont mené des recherches approfondies et un plaidoyer national sur ces questions.
  • Il est important, à des fins d'évaluation pour les jalons futurs, de faire la distinction entre les niveaux de référence et les changements potentiels. Par exemple, l'activité d'examen du mandat du PIAC serait plus vérifiable si elle identifiait les lacunes existantes et en particulier la façon dont le ministère des Finances et le Parlement les aborderaient au cours de l'examen.
  • Les groupes de citoyens au sein des communautés où les projets de développement sont attribués doivent être intégrés dans les processus de suivi et informés des conditions contractuelles pour leur permettre de garantir que les entrepreneurs respectent les normes convenues et réalisent les projets assignés. Il est essentiel que les structures de mise en œuvre proposées du MDF et du PRMA soient soigneusement sélectionnées et autorisées à fonctionner de manière indépendante pour améliorer la transparence et la responsabilité et aider le Ghana à tirer le meilleur parti de ses ressources naturelles.

(31) Aisha Adam et Nafi Chinery, «Une nouvelle législation renforcera la gestion des revenus du Ghana. Voici quatre autres moyens d'améliorer la surveillance publique ', 12 février 2019, https://resourcegovernance.org/blog/new-legislation-will-bolster-ghana-revenue-management-here-are-four-more-ways-improve-public; Osei-Assibey, op. cit. ci-dessus, page 2.
(32) «Projet de loi sur la gestion des finances publiques adopté» Ghana Justice, 8 août 2016, https://www.ghanajustice.com/2016/08/public-financial-management-bill-passed-into-law/
(33) Ibid.
(34) «Communiqué de presse sur la formation du conseil budgétaire et du conseil de stabilité financière» IMANI, Centre pour la politique et l'éducation, 16 janvier 2019, https://imaniafrica.org/2019/01/16/press-release-on-the-formation-of-the-fiscal-council-and-financial-stability-council/
(35) Rapport du contrôleur et comptable général sur les comptes publics du fonds consolidé de l'exercice clos le 31 décembre 2016, http://www.cagd.gov.gh/portal/files/public_accounts/REPORT_OF_THE_CONTROLLER_AND_ACCOUNTANT_Published.pdf
(36) Gouvernement du Ghana, Public Financial Management Act, 2016 (Act 921). https://www.mofep.gov.gh/sites/default/files/reports/economic/PUBLIC%20FINANCIAL%20MANAGT.%20%20ACT%2C%202016.pdf, Article 1er, paragraphe 1.
(37) Osei-Assibey, op. cit. ci-dessus, page 2.
(38) «La gestion des finances publiques du Ghana agit pour accélérer l'action infranationale sur les LEDS», LEDS, 10 janvier 2018, http://ledsgp.org/2018/01/ghanas-public-financial-management-act-subnational-action/?loclang=en_gb
(39) Ibid.
(40) Données de la Ghana Chamber of Mines, citées dans Freeman Koryekpor Awlesu, `` Le secteur minier contribue à 1.59 milliard de dollars américains à l'économie nationale de 2012 à 2016 '', 4 décembre 2017, https://www.todaygh.com/mining-sector-contributes-us-1-59-billion-national-economy-2012-2016/
(44)Présentations des deux organisations lors de la session technique sur la nouvelle loi sur la responsabilité fiscale du Ghana, 11 avril 2019 au Coconut Grove Regency Hotel, Accra.
(45) Entretiens d'un chercheur de l'IRM avec Nafi Chinery, 31 janvier 2019 et Jo Ann Sackey, 13 février 2019.
(46) `` La loi ghanéenne sur les MDF retarde le développement des communautés minières '', 19 mars 2019, News Ghana, https://www.newsghana.com.gh/ghanas-mdf-law-delay-hampering-development-in-mining-communities/
(47) Présentation par le Comité de la responsabilité de l'intérêt public lors de la session technique sur la nouvelle loi sur la responsabilité fiscale du Ghana, 11 avril 2019 au Coconut Grove Regency Hotel, Accra.
(48) «Le Comité de l'intérêt public et de la responsabilité a été créé en vertu de l'article 51 de la PRMA, entre autres, pour surveiller et évaluer le respect de la loi. Le Comité a été inauguré et a commencé ses travaux le 15 septembre 2011. Source: http://www.piacghana.org/portal/2/3/history
(49) `` Terkper exhorte le gouvernement à tirer parti du fonds d'amortissement pour réduire les dettes venant à échéance '', 13 juin 2018, MyJoyOnline.com, https://www.myjoyonline.com/business/2018/june-13th/terkper-urges-govt-to-leverage-sinking-fund-to-reduce-maturing-debts.php
(50) Aisha Adam, «Ghana Petroleum Revenue Management Act: Back to Basics» Initiative de gouvernance des ressources naturelles. Avril 2017. https://resourcegovernance.org/sites/default/files/documents/ghana-petroleum-revenue-management_-act.pdf
(51) GD Zaney, Esq. ”Ghana: Conférence nationale sur la loi de 2016 sur le fonds de développement minier (loi 912) tenue à Accra”, Alla Africa, 28 mai 2019, https://allafrica.com/stories/201905280779.html
(52) Entretiens d'un chercheur de l'IRM avec Nafi Chinery, 31 janvier 2019 et Jo Ann Sackey, 13 février 2019.
(53) Entretiens d'un chercheur de l'IRM avec Nafi Chinery, 31 janvier 2019 et Jo Ann Sackey, 13 février 2019.
(54) Entretiens d'un chercheur de l'IRM avec Nafi Chinery, 31 janvier 2019 et Jo Ann Sackey, 13 février 2019.
(55) Entretien, Vitus Azeem, consultant indépendant et ancien coordinateur du défunt Center for Budget Advocacy et ancien directeur de la Ghana Integrity Initiative, 31 janvier 2019.

Résumé du statut de fin de session IRM

5. Transparence du secteur des industries extractives

Texte d'engagement: Le gouvernement a proposé d'adopter le projet de loi sur le Fonds de développement des minéraux (MDF) dans le deuxième plan d'action et cela a été réalisé. Cependant, il est nécessaire de poursuivre cet objectif en élaborant des règlements pour la Loi sur le Fonds de développement des minéraux (MDFA). Dans le deuxième plan d'action, le gouvernement a également proposé d'élaborer des règlements (instruments législatifs) pour la loi de 2011 sur la gestion des revenus pétroliers (loi 815) afin d'opérationnaliser efficacement la loi modifiée afin de détailler comment les différentes clauses doivent être interprétées et appliquées. Le processus a commencé pendant la période du deuxième plan mais n'a pas été achevé. Le gouvernement s'engage à élaborer la loi sur les instruments législatifs pour le développement des minéraux et à compléter la LI pour la PRMA. Le PIAC sera également soutenu pour appliquer ses recommandations.

Jalons / Activités:

  • Le ministère des Finances et l'AG doivent finaliser l'élaboration de la réglementation relative à la loi de 2011 sur la gestion des revenus pétroliers (loi 815) d'ici septembre 2018;
  • Le MoF et l'AG élaboreront des règlements pour le MDFA d'ici août 2019;
  • Le ministère des Finances doit fournir des informations financières et non financières ainsi que l'état des

la mise en œuvre des projets financés par les revenus pétroliers d'ici novembre 2018;

  • Ministère des Terres et des Ressources naturelles (MLNR) et la Commission des minéraux pour mettre en place les structures nécessaires à la gestion du MDF (conseil d'administration, gestionnaire de fonds et bureau) d'ici décembre 2018;
  • Le ministère des Finances et le Local Government Service (LGS) pour s'assurer que les assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA) fournissent des rapports trimestriels sur l'utilisation des redevances minières d'ici décembre 2018;
  • Le ministère des Finances et le Parlement examineront le mandat du PIAC pour s'assurer que le PIAC applique ses recommandations d'ici juin 2018

Note éditoriale: Pour le texte intégral du plan d'action 2017-2019 du Ghana, veuillez consulter: https://www.opengovpartnership.org/documents/ghana-action-plan-2017-2019/

Évaluation du rapport de conception de l'IRM

Évaluation du rapport de mise en œuvre de l'IRM

Vérifiable: Oui

Pertinent: Oui

o Accès à l'information

Impact potentiel: Moderate

Achèvement: limité

At-il ouvert le gouvernement? Marginal

Cet engagement visait à promouvoir une plus grande transparence et responsabilité dans la gestion des revenus des industries extractives au Ghana. Il a répondu aux préoccupations concernant la mauvaise gestion des ressources des dotations nationales des industries extractives (47) comme en témoigne «la non-disponibilité aiguë de données complètes sur les contrats financés par les industries extractives et les faibles niveaux d'achèvement de certains projets de développement financés par les industries extractives». (48) Les experts de la société civile estiment que cela indique que les lois sur les industries extractives «ne sont pas mises en œuvre comme prévu». (49)

Cet engagement avait une réalisation limitée. Aucun règlement n'a été adopté pour la Loi de 2011 sur la gestion des revenus pétroliers (Loi 815) ou la Loi de 2016 sur le Fonds de développement des minéraux (Loi 912). Cependant, le ministère des Finances a fourni des informations financières et non financières sur les projets financés par le pétrole en 2018 et 2019. (50) Le conseil d'administration du Minerals Development Fund a prêté serment en avril 2019, avec quatre mois de retard sur l'objectif, (51) mais le conseil ne semble pas être actif. Les progrès concernant les activités restantes n'ont pas pu être vérifiés. (52)

Gouvernemental (53) et acteurs de la société civile (54) considérait l'absence de réglementation à la fois pour la loi sur la gestion des revenus pétroliers (PRMA) et la loi de 2016 sur le fonds de développement des minéraux (loi 921) comme responsable des lacunes dans la mise en œuvre des deux lois et, par conséquent, de la mise en œuvre incomplète de cet engagement. (55) L'Institut de gouvernance des ressources naturelles a identifié les défis supplémentaires à la mise en œuvre de la PRMA: des difficultés à comprendre et à interpréter la loi par les décideurs, à relier les revenus pétroliers à un plus large éventail d'agences et à des stratégies inadéquates de gestion financière nationale. (56)

Cet engagement était pertinent pour la valeur OGP de l'accès à l'information et il a contribué à une amélioration marginale à cet égard. Le ministère des Finances publie des rapports annuels sur l'utilisation des revenus pétroliers qui peuvent être téléchargés sur son site Web. (57) Cependant, ces rapports ne contenaient pas de mises à jour détaillées sur la mise en œuvre des projets financés par le pétrole, et cette information n'a pu être trouvée auprès d'autres sources. Le chercheur de l'IRM n'a pas pu trouver de preuves accessibles au public de rapports trimestriels sur les redevances minières des MMDA. Cet engagement aurait eu un plus grand impact sur le gouvernement ouvert si le gouvernement avait pleinement mis en place les structures réglementaires et institutionnelles nécessaires à la transparence des industries extractives, telles que le Conseil du Fonds de développement des minéraux.

(48) Id.
(49) Nafi Chinery, entretien avec un chercheur de l'IRM, 31 janvier 2019; Jo Ann Sackey, entretien avec un chercheur de l'IRM, 13 février 2019.
(50) Ministère des finances, Rapport annuel 2018 sur les fonds pétroliers (2018), https://mofep.gov.gh/sites/default/files/reports/petroleum/2018-Petroleum-Annual-Report.pdf; Ministère des finances, Rapport annuel 2019 sur les fonds pétroliers (2019), https://mofep.gov.gh/sites/default/files/reports/petroleum/2019-Annual-Petroleum-Report.pdf.
(51) Timothy Ngnenbe, «Minerals Development Fund obtient un conseil d'administration» (Graphic Online, 12 avril 2019), https://www.graphic.com.gh/news/general-news/ghana-news-minerals-development-fund-gets-board.html.
(52) Le chercheur IRM n'a pas pu joindre le contact gouvernemental identifié comme chef de file dans le plan d'action 2017-2019 du Ghana pour plus d'informations.
(53) GD Zaney, «Ghana: National Conference on the Mineral Development Fund Act, 2016 (Act 912) Tenue à Accra» (AllAfrica, 28 mai 2019), https://allafrica.com/stories/201905280779.html.
(54) Public Interest Accountability Committee, présentation à la session technique sur la nouvelle loi sur la responsabilité fiscale du Ghana (Coconut Grove Regency Hotel, Accra: 11 avril 2019).
(55) Voir également Chris Adomako-Kwakye, «Négligence des zones minières au Ghana: les arguments en faveur d'une redistribution équitable des revenus des ressources» dans Bulletin de droit du Commonwealth 44, non. 4 (2018), 1−15, https://www.researchgate.net/publication/336193670_Neglect_of_mining_areas_in_Ghana_the_case_for_equitable_distribution_of_resource_revenue.
(56) Aisha Adam, «Ghana Petroleum Revenue Management Act: Back to Basics» (Initiative de gouvernance des ressources naturelles, avril 2017), https://resourcegovernance.org/sites/default/files/documents/ghana-petroleum-revenue-management_-act.pdf.
(57) Ministry of Finance, «Petroleum Reports» (consulté le 19 avril 2021), https://www.mofep.gov.gh/publications/petroleum-reports.

Engagements

  1. Contrats ouverts et suivi des contrats

    GH0020, 2017, Anti-Corruption

  2. Transparence anti-corruption

    GH0021, 2017, Anti-Corruption

  3. Beneficial ownership

    GH0022, 2017, Anti-Corruption

  4. Transparence fiscale et responsabilité

    GH0023, 2017, Ouverture fiscale

  5. Transparence du secteur des industries extractives

    GH0024, 2017, Anti-Corruption

  6. Droit à l'information

    GH0025, 2017, Accès à l'information

  7. Participation civique et responsabilité

    GH0026, 2017, Ouverture fiscale

  8. Technologie et Innovation

    GH0027, 2017, Accès à l'information

  9. Engagement étoilé Contrats ouverts

    GH0014, 2015, Anti-Corruption

  10. RTI

    GH0015, 2015, Accès à l'information

  11. Participation citoyenne

    GH0016, 2015, Participation publique

  12. Ouverture fiscale

    GH0017, 2015, Législation et réglementation

  13. Engagement étoilé La gestion des recettes

    GH0018, 2015, Législation et réglementation

  14. Open Data

    GH0019, 2015, Accès à l'information

  15. Responsabilité fiscale

    GH0001, 2013, Ouverture fiscale

  16. Transparence fiscale

    GH0002, 2013, Renforcement des capacités

  17. Droit à l'information

    GH0003, 2013, Accès à l'information

  18. Droits de l'homme et lutte contre la corruption

    GH0004, 2013, Anti-Corruption

  19. Gestion des revenus du secteur extractif

    GH0005, 2013, Anti-Corruption

  20. Surveillance des investissements

    GH0006, 2013, Anti-Corruption

  21. Participation citoyenne

    GH0007, 2013, Renforcement des capacités

  22. Code de déontologie

    GH0008, 2013, Anti-Corruption

  23. Rapports d'audit

    GH0009, 2013, Anti-Corruption

  24. Radiodiffusion nationale

    GH0010, 2013, Espace civique

  25. e-immigration

    GH0011, 2013, Accès à l'information

  26. Direction Financière

    GH0012, 2013, Accès à l'information

  27. Engagement étoilé Portail politique

    GH0013, 2013, Accès à l'information

Open Government Partnership