Ignorer la navigation
Ghana

Droit à l'information (GH0025)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action du Ghana 2017-2019

Cycle du plan d'action: 2017

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Parlement et ministère de l'information

Institution (s) de soutien: Coalition pour le projet de loi sur le droit à l'information (CRTI) Centre pour le développement démocratique et l'initiative des droits de l'homme du Commonwealth (CHRI)

Domaines politiques

Accès à l'information, Législation et réglementation, Droit à l'information

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de mise en œuvre du Ghana 2017-2019, Rapport de conception du Ghana 2017-2019

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: oui

Relatives aux valeurs OGP: Accès à l'information

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Description

Quel est le problème public que l'engagement traitera ?: La Constitution 1992 du Ghana garantit à tous le droit à l'information, parmi de nombreux autres droits. Les efforts pour adopter le projet de loi sur le droit à l'information ont commencé il y a presque deux décennies maintenant; Quel est l'engagement? L'engagement est d'adopter le projet de loi sur le droit à l'information; Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public? Le gouvernement s'est engagé à adopter une loi sur le droit à l'information dans le premier et le deuxième plan d'action. Cependant, le projet de loi RTI n'a pas été adopté. L'adoption du projet de loi aidera à répondre aux engagements non tenus des deux plans d'action précédents. Cet engagement contribue également à l'élaboration de stratégies pour la mise en œuvre du projet de loi RTI, de sorte que, une fois celui-ci adopté, les institutions publiques puissent fournir les informations nécessaires au public. Pourquoi cet engagement est-il pertinent pour les valeurs OGP ?: Cet engagement permet le droit à l'information.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

6. Droit à l'information

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

«Le gouvernement s'est engagé à promulguer une loi sur le droit à l'information (RTI) à la fois dans le premier et le deuxième plan d'action. Cependant, le projet de loi RTI n'a pas été adopté. Le gouvernement reconnaît toujours l'importance d'un accès sans entrave à l'information pour contribuer à la stabilité de la gouvernance et s'engage par conséquent à adopter le projet de loi sur le droit à l'information d'ici juin 2018.

Jalons / Activités:

  • Le Parlement doit adopter le projet de loi sur la RTI d'ici juin 2018; et,
  • Ministère de l'information pour élaborer des stratégies pour la mise en œuvre de la loi RTI d'ici septembre 2018.

Date de début: novembre 2017

Date de fin: septembre 2018

Le plan d'action est disponible dans ce lien

Aperçu de l'engagement

Vérifiabilité

Pertinence de la valeur OGP (telle que rédigée)

Impact potentiel

Aboutissement

At-il ouvert le gouvernement?

Pas assez spécifique pour être vérifiable

Suffisamment spécifique pour être vérifiable

Accès à l'information

Participation civique

Responsabilité publique

Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité

Aucun

Mineur

Moderate

transformatrice

Pas démarré

limité

Substantiel

Complété

Aggravé

N'a pas changé

Marginal

Majeur

Exceptionnel

6. Global

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Contexte et objectifs

Cet engagement est essentiel, car il porte sur tous les autres engagements du plan d'action actuel. Il vise à adopter le projet de loi sur le droit à l'information (RTI) et à créer des mécanismes pour le mettre en œuvre. Selon Francis Ametepey, un contributeur de Young Reporters for the Environment-Ghana, l'absence de mise en œuvre de la loi implique l'absence de mécanismes pour obliger les agences publiques à publier des informations. (56) Sans la loi, les citoyens sont privés d'un moyen de tenir les agents publics responsables de leurs actes en tant que fonctionnaires, ce qui peut encourager la violation des droits et des lois. (57) L'absence prolongée d'une loi substantielle a étouffé l'accès des citoyens à l'information, permettant à la corruption de prospérer et faisant obstacle à la participation populaire à la gouvernance, en particulier au niveau des collectivités territoriales. Elle a également contribué à des relations tendues entre l'État et la société civile.

Le Ghana a entamé le processus d'adoption d'une loi sur la RTI il y a près de deux décennies en 2002. Les gouvernements successifs ont depuis reconnu son importance pour la gouvernance, mais n'ont pas réussi à l'adopter, apparemment pour plusieurs raisons. (58) Dans des entretiens séparés, Ugonna Ukaigwe, coordinatrice de la plateforme des organisations de la société civile du Ghana sur les objectifs de développement durable (GCPS) et consultante auprès de la Coalition RTI, et Regina Amanfo-Tetteh, politologue et chargée de programme au Centre pour le développement démocratique-Ghana, a déclaré que le projet de loi est bloqué parce que les fonctionnaires ont peur de ses implications. (59) À leur avis, cela reflète un malentendu et une faible connaissance du droit à l'information.

Ugonna, Regina, et Awal Mohammed, chargé de programme pour la responsabilité sociale au Centre pour le développement démocratique-Ghana, (60) a également souligné, dans des entretiens séparés, le manque de volonté politique comme un obstacle majeur, expliquant comment plusieurs gouvernements ont promis de le faire passer pour une forme de marchandage politique avec une population de plus en plus consciente du point de vue politique. Un troisième point de discorde concerne les désaccords entre l'État et la société civile sur une partie du contenu du projet de loi. Par exemple, la Coalition RTI s'oppose au statut de protection spéciale des informations de la présidence au motif que ce bureau est vaste et que les protections bloqueraient l'accès aux informations critiques. En outre, une étude réalisée en 2018 par le Center for Law and Democracy, basé aux États-Unis, indique que les règles relatives aux appels sont contradictoires et situées dans différentes parties du projet de loi: l'article 38 suggère que les demandeurs peuvent faire appel directement aux tribunaux dans certains cas sans passer par la Commission de l’information alors qu’en vertu de l’article 68 (b), les demandeurs doivent épuiser le droit de révision avant de saisir les tribunaux. (61) Rien n'indique si cette contradiction sera résolue avant l'adoption du projet de loi. Le PAN 2017-19 reprend donc cet engagement dans l'espoir que le projet de loi sera enfin adopté et contribuera à résoudre les problèmes identifiés ci-dessus.

Cet engagement est pertinent par rapport à la valeur OGP de l'accès à l'information, car il cherche à adopter une loi permettant un meilleur accès à l'information dans le pays. En outre, l'engagement est vérifiable dans la mesure où son achèvement peut être vu en vérifiant si la loi sur l'information a été approuvée.

S'il est mis en œuvre tel qu'il est rédigé, cet engagement contribue à résoudre le manque de cadre juridique permettant aux citoyens d'avoir accès à une plus grande information, mais pas dans toute sa mesure. Par conséquent, l’impact potentiel de cet engagement est qualifié de «modéré». Comme le soutiennent les militants de RTI, plusieurs aspects de celui-ci devraient être revus pour qu'il soit véritablement transformateur. Ces aspects incluent le fait que les demandeurs devraient payer avant d'accéder aux informations et qu'il existe des exemptions sur les informations provenant de la présidence. (62) Ceci est important car ces exemptions couvrent certains ministères clés, notamment le suivi et l'évaluation, le développement des entreprises, la réorganisation régionale, le Zongo et le développement des centres-villes. Mme Amanfo-Tetteh s'est également déclarée préoccupée par le fait que le projet de loi n'intègre pas suffisamment les structures gouvernementales infranationales, ce qui implique que les citoyens aux niveaux régional et de district auraient un accès limité à l'information dans ces contextes. Des responsables publics comme KT Hammond, député d’Adansi Asokwa, sont profondément réticents à avoir une loi sur le RTI et ne comprennent pas pourquoi les citoyens ont besoin d’accéder à l’information publique. (63) Ces personnes peuvent essayer de contrecarrer la mise en œuvre, mais Ugonna Ukaigwe suggère que des niveaux élevés d'intérêt civique pourraient aider à faire appliquer l'action et à garantir la responsabilité.

L'adoption de la loi après près de 20 ans est mesurable et plausible et serait une réalisation importante car elle est le produit de compromis difficiles entre l'État, les acteurs de la société civile et d'autres parties intéressées (elle a évolué en réponse à des réactions diverses sur la années). Son adoption renforcerait le droit fondamental à l'information en créant une obligation légale pour le gouvernement de fournir des informations dans des délais fixés ou de faire face à des sanctions claires. Il fournirait également un soutien juridique aux demandes d'information des citoyens, qui devraient être élevées, en raison du niveau d'intérêt et d'engagement envers le plaidoyer en faveur de l'adoption du projet de loi.

Prochaines étapes

Cet engagement couvre un domaine politique important pour le pays. Pour faciliter une mise en œuvre réussie, cet engagement pourrait prendre en compte:

  1. Faciliter la mise en œuvre de cet engagement en ventilant les objectifs mondiaux en activités ciblées qui peuvent être poursuivies ou / et réalisées dans des délais fixés. Un exemple, suggéré par Ugonna Ukaigwe, serait de fixer des objectifs clairs sur la manière dont les agents publics seront préparés à comprendre comment la loi sur le RTI les affecterait et ses implications plus larges pour les relations État-société. Bien que de telles étapes ne soient pas nécessairement incluses dans les plans d'action ultérieurs, elles constituent de bonnes pratiques et peuvent contribuer à améliorer le climat d'accès à l'information avant l'adoption du projet de loi. Ils signalent également à la société civile que le gouvernement est déterminé à adopter le projet de loi.
  2. Assurer la mise en œuvre effective de cette loi et de toutes les autres lois et politiques dans n'importe quel pays afin que les citoyens puissent exercer pleinement leur droit d'accès à l'information. Que l'engagement soit adopté ou non, le gouvernement pourrait travailler à transformer la culture et le climat d'accès à l'information dans le pays en sensibilisant les représentants du gouvernement et le public au droit à l'information et à leurs droits et responsabilités respectifs. L'engagement continu et cohérent des citoyens par la Coalition RTI contribuera à approfondir le soutien aux avantages potentiels du projet de loi en matière de gouvernance et peut contribuer à rendre son adoption plus faisable.
  3. Promouvoir la compréhension et le dialogue entre les OSC et le gouvernement sur des sujets sensibles où il peut y avoir un désaccord sur la loi à travers des ateliers, des formations et des forums. Cela peut également inclure la sensibilisation des décideurs aux avantages d'avoir accès à l'information afin de réduire le scepticisme quant aux changements apportés par la loi et de promouvoir / appliquer la volonté politique, si possible. Certains travaux de plaidoyer / campagnes pourraient être bénéfiques.
  4. Mandater les agences gouvernementales pour se conformer à la RTI et allouer des ressources à cette fin.

(56) Francis Ametepey, «Le voyage du Ghana pour mettre en œuvre une nouvelle loi sur le droit à l'information», 5 avril 2019. Nous sommes agités, https://wearerestless.org/2019/04/05/ghanas-journey-to-implement-rti-law/
(57) Nwachukwu Egbunike, «Droit à l'information: avec sa nouvelle loi en place, le Ghana suivra-t-il le chemin du Nigéria?», Global Voices Advox, 27 mai 2019, https://advox.globalvoices.org/2019/05/27/right-to-information-with-its-new-law-in-place-will-ghana-go-the-way-of-nigeria/
(58) Center for Law and Democracy, `` Ghana: Analysis of the Right to Information Bill, 2018 '', juin 2018, https://www.law-democracy.org/live/wp-content/uploads/2018/06/Ghana.FOI_.Jun18.pdf (15 janvier 2019).
(59) Entretiens d'un chercheur de l'IRM avec Ugonna Ukaigwe, 15 janvier 2019 et Regina Amanfo, 29 janvier 2019.
(60) Entretien avec un chercheur de l'IRM, février 2019.
(61) Centre pour le droit et la démocratie, op. cit. supra.
(62) STAR Ghana, «Review RTI clause that shields information from Presidency - RTI Coalition», 1er juillet 2018, http://www.star-ghana.org/news-2/281-review-rti-clause-that-shields-information-from-presidency-rti-coalition
(63) Il a déclaré à plusieurs reprises en juillet 2015 et novembre 2018 que le Ghana n'était pas prêt pour la RTI, «le projet de loi est dangereux pour la gouvernance» et que le gouvernement «n'aura plus de secrets» une fois qu'il sera adopté. Efua Idan Osam, 3 juillet 2015, «Le Ghana n'est pas prêt pour RTI - KT Hammond», citifmonline.com, https://citifmonline.com/2015/07/03/ghana-not-ready-for-rti-kt-hammond/; Marian Ansah, 14 novembre 2018, «Je maintiens les commentaires sur le projet de loi RTI, critique-moi si tu veux» - KT Hammond, https://citinewsroom.com/2018/11/14/i-stand-by-comments-rti-bill-criticize-me-if-you-want-k-t-hammond/

Résumé du statut de fin de session IRM

6. Droit à l'information

Texte d'engagement: Le gouvernement s'est engagé à promulguer une loi sur le droit à l'information (RTI) à la fois dans le premier et le deuxième plan d'action. Cependant, le projet de loi RTI n'a pas été adopté. Le gouvernement reconnaît toujours l'importance d'un accès sans entrave à l'information pour contribuer à la stabilité de la gouvernance et s'engage par conséquent à adopter le projet de loi sur le droit à l'information d'ici juin 2018.

Jalons / Activités:

  • Le Parlement doit adopter le projet de loi sur la RTI d'ici juin 2018; et,
  • Ministère de l'Information pour développer des stratégies pour la mise en œuvre de la loi sur le RTI en

Septembre 2018.

Note éditoriale: Pour le texte intégral du plan d'action 2017-2019 du Ghana, veuillez consulter: https://www.opengovpartnership.org/documents/ghana-action-plan-2017-2019/

Évaluation du rapport de conception de l'IRM

Évaluation du rapport de mise en œuvre de l'IRM

Vérifiable: Oui

Pertinent: Oui

o Accès à l'information

Impact potentiel: Moderate

Achèvement: Substantiel

At-il ouvert le gouvernement? Marginal

Repris de plans d'actions successifs, cet engagement visait à faire adopter le projet de loi sur le droit à l'information (RTI) et à créer des mécanismes pour le mettre en œuvre. Pendant près de 20 ans, l'absence d'une loi de fond sur le droit à l'information au Ghana a étouffé l'accès des citoyens à l'information, permettant à la corruption de prospérer et entravant la participation populaire à la gouvernance, en particulier aux niveaux des gouvernements infranational et local. (58) Elle a également contribué à des relations tendues entre l'État et la société civile, cette dernière ayant des difficultés à demander des comptes aux agents publics en raison de leur réticence à fournir les informations demandées. (59)

Dans une réalisation majeure, le gouvernement ghanéen a finalement adopté la loi RTI de 2019 (loi 989) en mars 2019. (60) Le ministre de l'Information, M. Kojo Nkrumah, a déclaré que le gouvernement «préparait une feuille de route pour la mise en œuvre de la loi sur le RTI» qui exigerait, entre autres, la création d'une commission RTI et des unités d'information dans tous les bureaux publics, et le recrutement et la formation de l'information Officiers de ces unités avant janvier 2020. (61) Pourtant, des semaines avant la date limite, un communiqué de presse de la Fondation des médias pour l'Afrique de l'Ouest a remis en cause les retards dans la mise en œuvre de la feuille de route et a remis en question la faisabilité de le faire avant le 2 janvier 2020. (62) En résumé, la loi RTI a été adoptée, mais pas immédiatement mise en œuvre en raison des retards dans la création des infrastructures et de la résistance au partage d'informations par certains acteurs gouvernementaux. (63)

Un plaidoyer intense de la Coalition RTI des organisations de la société civile ghanéenne a joué un rôle déterminant dans l'adoption du projet de loi RTI. (64) Le moratoire d'un an sur la mise en œuvre peut provenir des mêmes raisons qui ont bloqué son adoption, la crainte des fonctionnaires des implications de la loi et un manque de volonté politique. (65) Les principaux responsables de la Commission RTI, le principal organe de mise en œuvre, n'étaient pas non plus en place à la fin de la période considérée. Selon la «feuille de route de mise en œuvre de RTI» révisée, (66) le gouvernement nommera les commissaires et les hauts fonctionnaires du RTI entre juin et septembre 2020, et ouvrira la Commission en août 2020.

Cet engagement a été codé comme pertinent pour l'accès à l'information. Selon le ministre de l'Information, Kojo Oppong Nkrumah, certaines entités gouvernementales mettent en œuvre la loi sur le RTI, bien que plus lentement que prévu. (67) Il a attribué cela aux retards dans le financement gouvernemental. (68) Comme indiqué dans le rapport de conception du Ghana 2017-2019, les militants de RTI ont critiqué l'exigence de paiement avant que le public puisse accéder aux informations, notant que cela limite l'accès à ceux qui peuvent se le permettre. (69) Malgré ces défis, cet engagement a introduit une infrastructure législative essentielle et a amené certains fonctionnaires à réfléchir et à agir de manière plus transparente. Pour ces raisons, «Did It Open Government» est considéré comme marginal. Cet engagement aurait eu un changement plus important si l'infrastructure opérationnelle nécessaire avait été mise en place par le biais de la Commission RTI, des unités d'information et des agents d'information. Ces institutions RTI auraient aidé à traduire la nouvelle législation en améliorations concrètes de la capacité des citoyens à accéder à l'information au Ghana.

(58) Titilope Ajayi, Rapport de conception du Ghana 2017-2019 (OGP, 1er avril 2021) 33, https://www.opengovpartnership.org/documents/ghana-design-report-2017-2019/.
(59) Titilope Ajayi, Mécanisme de rapport indépendant (IRM): Ghana End-of-Term Report 2016-2017 (OGP, 26 juin 2018) 23, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2018/10/Ghana_End-of-Term_Report_2015-2017.pdf.
(60) Musah Jafaru, «Droit à l'information - Projet de loi sur la RTI adopté» (Daily Graphic, 26 mars 2019), https://www.graphic.com.gh/news/politics/ghana-news-rti-bill-passed.html.
(61) Id. Une feuille de route révisée pour la mise en œuvre de RTI partagée avec le chercheur par Jerry Sam (directeur adjoint des programmes, PenPlusBytes et un membre organisationnel de la Coalition RTI) indique que le gouvernement nommera des commissaires et des hauts responsables de la Commission RTI entre juin et septembre 2020 et prévoit d'ouvrir la Commission en août 2020. Le chercheur de l'IRM n'a pas pu trouver ce document en ligne.
(62) Adizatu Maiga, «La mise en œuvre de la RTI au Ghana - Dans quelle mesure sommes-nous préparés?» (Toute l'Afrique, 18 décembre 2019), https://allafrica.com/stories/201912190839.html.
(63) GhanaWeb, «Commission RTI: un conseil d'administration retardé est une information refusée!» (2 mars 2020), https://www.ghanaweb.com/GhanaHomePage/NewsArchive/RTI-Commission-Delayed-governing-board-is-information-denied-882547.
(64) Id.
(65) Ugonna Ukaigwe (coordinatrice de la plateforme des organisations de la société civile du Ghana sur les objectifs de développement durable et consultante de la Coalition RTI), entretien avec un chercheur de l'IRM, 15 janvier 2019; Regina Amanfo-Tetteh (politologue et chargée de programme, Centre pour le développement démocratique-Ghana), entretien avec un chercheur de l'IRM, 29 janvier 2019; et Awal Mohammed (responsable du programme de responsabilité sociale, Center for Democratic Development-Ghana), entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 février 2019. Voir également Ghana Design Report 2017-2019.
(66) Jerry Sam, lire n.m. 4.
(67) Graphic.com.gh/, «Certaines institutions mettent en œuvre lentement la RTI - Oppong Nkrumah» (BusinessGhana, 10 février 2020), https://www.businessghana.com/site/news/general/205977/Some-institutions-implementing-RTI-slowly-Oppong-Nkrumah.
(68) Id. Pour citer un exemple, le refus de la commission électorale d'une demande de RTI par l'Honorable Parlementaire de la circonscription d'Ashaiman, M. Ernest Henry Norgbey, corrobore la lenteur de la mise en œuvre. Ghana RTI Coalition, «La réponse de la Commission électorale à la demande de droit à l'information est malheureuse - Coalition RTI» (2020), http://penplusbytes.org/electoral-commissions-response-to-right-to-information-request-is-unfortunate-rti-coalition/.
(69) Titilope Ajayi, Rapport de conception du Ghana 2017-201939.

Engagements

  1. Contrats ouverts et suivi des contrats

    GH0020, 2017, Anti-Corruption

  2. Transparence anti-corruption

    GH0021, 2017, Anti-Corruption

  3. Beneficial ownership

    GH0022, 2017, Anti-Corruption

  4. Transparence fiscale et responsabilité

    GH0023, 2017, Ouverture fiscale

  5. Transparence du secteur des industries extractives

    GH0024, 2017, Anti-Corruption

  6. Droit à l'information

    GH0025, 2017, Accès à l'information

  7. Participation civique et responsabilité

    GH0026, 2017, Ouverture fiscale

  8. Technologie et Innovation

    GH0027, 2017, Accès à l'information

  9. Engagement étoilé Contrats ouverts

    GH0014, 2015, Anti-Corruption

  10. RTI

    GH0015, 2015, Accès à l'information

  11. Participation citoyenne

    GH0016, 2015, Participation publique

  12. Ouverture fiscale

    GH0017, 2015, Législation et réglementation

  13. Engagement étoilé La gestion des recettes

    GH0018, 2015, Législation et réglementation

  14. Open Data

    GH0019, 2015, Accès à l'information

  15. Responsabilité fiscale

    GH0001, 2013, Ouverture fiscale

  16. Transparence fiscale

    GH0002, 2013, Renforcement des capacités

  17. Droit à l'information

    GH0003, 2013, Accès à l'information

  18. Droits de l'homme et lutte contre la corruption

    GH0004, 2013, Anti-Corruption

  19. Gestion des revenus du secteur extractif

    GH0005, 2013, Anti-Corruption

  20. Surveillance des investissements

    GH0006, 2013, Anti-Corruption

  21. Participation citoyenne

    GH0007, 2013, Renforcement des capacités

  22. Code de déontologie

    GH0008, 2013, Anti-Corruption

  23. Rapports d'audit

    GH0009, 2013, Anti-Corruption

  24. Radiodiffusion nationale

    GH0010, 2013, Espace civique

  25. e-immigration

    GH0011, 2013, Accès à l'information

  26. Direction Financière

    GH0012, 2013, Accès à l'information

  27. Engagement étoilé Portail politique

    GH0013, 2013, Accès à l'information

Open Government Partnership