Ignorer la navigation
Ghana

Participation civique et responsabilité (GH0026)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action du Ghana 2017-2019

Cycle du plan d'action: 2017

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Parlement, ministère des Gouvernements locaux et du Développement rural, bureau du chef du service des administrations locales et, ministère des Finances, FDU,

Institution (s) de soutien: Commission nationale de l'éducation civique (NCCE), Bureau du Premier Ministre, Bureau du Chef de la fonction publique (OHCS) et CHRAJ; ENVOYER Ghana, Centre pour le développement démocratique et Institut de gouvernance démocratique

Domaines politiques

Ouverture fiscale, Engagements locaux, Participation du public, Publication des informations budgétaires / fiscales, La responsabilité sociale

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de mise en œuvre du Ghana 2017-2019, Rapport de conception du Ghana 2017-2019

Étoilé: non

Premiers résultats: n'a pas changé

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: accès à l'information, participation civique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Description

Quel est le problème public que l'engagement traitera ?: Dans le cadre des efforts visant à renforcer l'engagement des citoyens au niveau sous-national, un cadre de planification et de budgétisation participatives a été élaboré par le service des administrations locales (LGS) pour guider les administrations métropolitaines et municipales. et assemblées de district (MMDA) en matière d’engagement des citoyens. La nouvelle loi sur la gouvernance locale (loi 936) adoptée par le Parlement sur 2016 consacre un chapitre entier à la participation populaire. Le Comité de coordination interministériel sur les collectivités locales a par conséquent élaboré un manuel et un plan d’action pour guider sa mise en œuvre. En 2013, le gouvernement du Ghana, par l’intermédiaire du Ministère des collectivités locales et du développement rural (MLGRD), a commencé à mettre en œuvre le projet de renforcement des capacités des collectivités locales (LGCSP) dans certaines assemblées métropolitaines et municipales (MMA) sélectionnées par 46. Un élément essentiel de ce projet est la création d’unités de responsabilité sociale, l’élaboration et l’utilisation de modèles de gestion des finances publiques par les assemblées participantes afin d’améliorer l’éducation, la communication et l’engagement des citoyens. Dans le deuxième plan d'action, le gouvernement proposait de créer des unités de service à la clientèle dans toutes les assemblées de district. Cette action a été substantiellement mise en œuvre. Il est nécessaire de faire avancer le processus afin de promouvoir une participation effective des citoyens au processus de prise de décision. Quel est l'engagement? L'engagement est de renforcer les mécanismes garantissant que les citoyens puissent recevoir les réactions des élus (membres du Parlement et membres de l'Assemblée); Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public?: Il s'agit d'élargir le processus d'engagement civique grâce à des moyens novateurs permettant aux citoyens de recevoir les réactions des élus (membres du Parlement et membres de l'Assemblée). En outre, les institutions décentralisées au niveau infranational doivent rendre des comptes aux citoyens en rendant compte annuellement de l'exécution du budget, afin d'inclure des informations non financières. Pourquoi cet engagement est-il pertinent par rapport aux valeurs de l'OGP?: Cet engagement contribuera à améliorer les possibilités pour le public d'influencer les décisions des élus (aux niveaux local et national). Cela contribuera également à améliorer la qualité et l'accessibilité de l'information au public.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

7. Participation civique et responsabilité

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

Dans le cadre des efforts visant à renforcer l'engagement des citoyens au niveau infranational, un cadre de planification et de budgétisation participative a été élaboré par le Service des collectivités locales (LGS) pour guider les assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA) dans l'engagement des citoyens. La nouvelle loi sur la gouvernance locale (loi 936) adoptée par le Parlement en 2016 consacre une section entière à la participation populaire. Le Comité de coordination interministériel sur l’administration locale a par conséquent élaboré un manuel et un plan d’action pour guider sa mise en œuvre.

En 2013, le gouvernement du Ghana, par l'intermédiaire du ministère des Gouvernements locaux et du Développement rural (MLGRD), a commencé la mise en œuvre du Projet d'appui aux capacités des collectivités locales (LGCSP) dans quelque 46 assemblées métropolitaines et municipales (MMA) sélectionnées. Une composante intégrale de ce projet est la création d'unités de responsabilité sociale (SA), le développement et l'utilisation de modèles de gestion des finances publiques par les assemblées participantes pour améliorer l'éducation, la communication et l'engagement des citoyens.

Dans le deuxième plan d'action, le gouvernement a proposé de créer des unités de service à la clientèle (CSU) dans toutes les assemblées de district. Cette action a été largement mise en œuvre. Le gouvernement s'est engagé à faire avancer ce processus afin de promouvoir une participation effective des citoyens aux processus décisionnels. Le gouvernement s'est engagé à renforcer les mécanismes visant à garantir que les citoyens peuvent recevoir les commentaires des élus (à la fois les députés et les députés de l'Assemblée). Cela peut être accompli par des moyens innovants qui garantissent l'engagement des citoyens et un espace civique ouvert. Les institutions décentralisées au niveau infranational doivent rendre des comptes aux citoyens en rendant compte annuellement de l'exécution du budget pour inclure des informations non financières ».

Jalons / Activités:

  • MLGRD par le biais du Service des collectivités locales (LGS) pour étendre la mise en place d'unités SA dans l'ensemble des 216 MMDA (46 métropolitains et municipalités ont déjà des unités de responsabilité et des personnes focales) d'ici décembre 2018;
  • MLGRD par le biais du Local Government Service (LGS) pour intégrer et renforcer les CSU et SA desks conformément au rôle de responsabilité sociale des MMDA d'ici août 2019;
  • MLGRD et LGS pour suivre la mise en œuvre du cadre de participation populaire (participation civique) d'ici mars 2019;
  • Le MLGRD et le Bureau du chef du service des collectivités locales pour s'assurer que tous les MMDA soutiennent adéquatement les unités de responsabilité et les unités de service à la clientèle pour obtenir les commentaires des citoyens d'ici août 2019;
  • L'unité de décentralisation fiscale (FDU) du MoF, le MLGRD et le LGS pour s'assurer que les MMDA rendent compte de manière exhaustive de l'exécution du budget (informations financières et non financières) chaque année aux citoyens d'ici mars 2019; et,
  • Le Parlement doit fournir des rapports trimestriels sur les pétitions et les commentaires reçus du public d'ici décembre 2018. »

Date de début: novembre 2017

Date de fin: Août 2019

Le plan d'action est disponible dans ce lien

Aperçu de l'engagement

Vérifiabilité

Pertinence de la valeur OGP (telle que rédigée)

Impact potentiel

Aboutissement

At-il ouvert le gouvernement?

Pas assez spécifique pour être vérifiable

Suffisamment spécifique pour être vérifiable

Accès à l'information

Participation civique

Responsabilité publique

Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité

Aucun

Mineur

Moderate

transformatrice

Pas démarré

limité

Substantiel

Complété

Aggravé

N'a pas changé

Marginal

Majeur

Exceptionnel

7. Global

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Contexte et objectifs

Cet engagement vise à améliorer la participation civique à la gouvernance, en particulier aux niveaux infranationaux où le lien État-société a été historiquement faible. (64) Pendant près de deux siècles, la gouvernance au Ghana est centrée sur la capitale, Accra. Les efforts de décentralisation ont eu des niveaux de succès variables. (65) Les interventions visant à renforcer les capacités des districts et à rapprocher le gouvernement de la population sont en cours, mais continuent de faire face à un faible engagement politique et à un savoir-faire technique, à la politisation et à des ressources insuffisantes. Par exemple, une étude menée dans neuf localités a révélé que certains membres de l'Assemblée n'étaient pas rémunérés, ce qui affectait leur capacité à rencontrer leurs électeurs. La frustration résulte également de l'incapacité des fonctionnaires à répondre aux attentes des citoyens vis-à-vis de la disponibilité des moyens. (66) Une autre évaluation du gouvernement local dans l'une des assemblées municipales du pays a révélé que peu d'opportunités étaient données aux communautés locales pour participer aux affaires pertinentes et, dans quelques cas, ont été ignorées. (67) Les analystes qui surveillent la décentralisation ont du mal à accéder aux informations vitales. (68)

Le PAN inclut donc cet engagement d'essayer d'améliorer la participation populaire et d'accroître la transparence de la gouvernance au niveau du district. L'implication des femmes est un défi notable, en particulier dans des contextes culturels comme la région du Nord où il est contraire aux normes traditionnelles pour les femmes d'être présentes dans certains espaces et de participer à des activités spécifiques. (69)

Pour promouvoir l'engagement civique au niveau local, cet engagement vise à renforcer les mécanismes garantissant que les citoyens peuvent recevoir des commentaires des élus en augmentant le nombre d'agences gouvernementales (unités sociales et de la fonction publique) pour recueillir les commentaires des citoyens en encourageant le Parlement à faire rapport sur pétitions et commentaires des citoyens et en rendant compte annuellement de l'exécution du budget. L'engagement porte sur l'infrastructure, les politiques et les processus. Cet engagement vise à institutionnaliser la participation civique à la gouvernance au niveau du gouvernement local en créant des structures désignées pour l'engagement État-citoyen et en fournissant des informations pour éclairer cette relation. Il pourrait contribuer à renforcer la participation civique au niveau local en stimulant le retour d'information des citoyens et en renforçant la sensibilisation des citoyens aux droits civiques du public et à l'existence et au fonctionnement des mécanismes de rétroaction.

Grâce à la mise en œuvre du cadre de participation populaire, Milestone III est lié à la politique et vise à ancrer la norme d'implication des citoyens dans la gouvernance. Les trois derniers jalons accordent la priorité au partage d'informations et sont des moyens potentiellement utiles pour promouvoir une plus grande participation civique dans les processus budgétaires et de gouvernance. Premièrement, les trois derniers jalons le font en aidant les unités de responsabilité et les unités de service à la clientèle à obtenir la rétroaction des citoyens afin d'évaluer leur propre rendement. Sur la base des résultats préliminaires de la mise en œuvre du Projet d'appui aux capacités des collectivités locales (LGCSP) en partenariat avec la Banque mondiale, les membres élus des assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA) sont tenus de s'adresser aux mandants dans les forums et les mairies concernant la exécution de projets. (70) Deuxièmement, les trois derniers jalons garantissent que le rapport des MMDA est publié chaque année de manière exhaustive sur l'exécution du budget (informations financières et non financières) aux citoyens. Troisièmement, la dernière étape oblige le Parlement à fournir des rapports trimestriels sur les pétitions et les commentaires reçus du public.

Les jalons de cet engagement sont clairement pertinents par rapport à la valeur OGP de la participation civique, car cet engagement vise à améliorer les mécanismes actuels du gouvernement pour collecter les contributions et les commentaires des citoyens. Cet engagement est également pertinent pour la valeur OGP de l'accès à l'information en ce qu'il vise à encourager les MMDA et le Parlement à fournir aux citoyens, via des rapports périodiques, des informations sur l'état de l'exécution du budget et les pétitions des citoyens. Bien que l'engagement se réfère à la responsabilité publique, le chercheur IRM n'a pu trouver aucune information permettant de déterminer si les mécanismes de recours et de correction nécessaires ont été mis en place pour les cas où les agents publics ne répondent pas efficacement aux besoins / plaintes des citoyens.

Cet engagement est en grande partie vérifiable. La vérifiabilité peut être évaluée en déterminant le nombre d'unités SA dans l'ensemble des 216 MMDA, en comptant le nombre de rapports mis à la disposition du public sur l'exécution du budget et le traitement par le Parlement des pétitions et des commentaires. Il convient de noter que la vérifiabilité des jalons II, III et IV est un peu moins claire. Pour résumer, l'engagement est vérifiable, mais il aiderait à renforcer son impact si les jalons proposés étaient plus précis sur ce qu'ils ont l'intention de réaliser et comment. Par exemple, il serait difficile d'évaluer la mise en œuvre de l'activité qui charge le ministère des Collectivités locales et du Développement rural «d'intégrer et de renforcer les CSU et les bureaux SA conformément au rôle de responsabilité sociale des MMDA» car elle ne fournit pas d'indicateurs avec qui pour mesurer l'intégration. De plus, on ne sait toujours pas comment la mise en œuvre du cadre de participation populaire sera mesurée.

S'il est mis en œuvre tel qu'il est rédigé, cet engagement contribue à fournir aux citoyens les commentaires des élus (à la fois les députés et les députés de l'Assemblée), mais pas dans leur totalité. Par conséquent, l'impact potentiel de cet engagement est mineur.

Les deux premiers objectifs concernent les changements structurels du cadre de participation civique. Le premier objectif est d'étendre la mise en place d'unités SA dans les 216 MMDA, et le PAN informe qu'il existe déjà 46 unités de responsabilité et personnes focales dans les MMDA. Selon les résultats de l'enquête intitulée «Enquête sur la perception des citoyens», menée dans les 46 MMDA pour évaluer l'opinion des citoyens sur la mise en œuvre du LGCSP, il y avait un engagement et une implication plus importants des MMDA avec les communautés locales qu'auparavant. (71) Bien qu'il soit nécessaire de renforcer l'interaction entre l'État et les citoyens au niveau infranational, la création de nouvelles structures peut être coûteuse. Il peut donc valoir la peine d'envisager, comme Awal l'a suggéré, d'attribuer le mandat de responsabilité sociale à une structure gouvernementale locale existante basée dans les communautés. Le deuxième objectif de la rubrique structure est d'intégrer et de renforcer les CSU et les bureaux SA conformément au rôle de responsabilité sociale des MMDA. Cela pourrait contribuer à assurer une certaine cohésion entre les différents acteurs de la responsabilité sociale au niveau des collectivités locales.

Il est nécessaire qu'une entité serve de liaison entre les structures du gouvernement local et les communautés. Cependant, on peut se demander si cela nécessite la création de nouvelles structures spéciales sous la forme d'unités de responsabilité sociale, car il existe des structures gouvernementales locales existantes qui peuvent se voir attribuer cette responsabilité et qui gagneraient à renforcer leurs capacités à s'engager avec les citoyens dans ce domaine. niveau. Awal Mohammed, responsable du programme de responsabilité sociale au Centre pour le développement démocratique-Ghana a déclaré au chercheur de l'IRM qu'en plus des avantages déclarés, la nomination d'une telle unité ou / et d'un agent existant pour gérer les relations communautaires est également un mécanisme de réduction des coûts. (72)

Cependant, la lenteur de la mise en place des unités de responsabilité sociale en 2015-2017 suggère que les Ghanéens auront un accès disparate à leurs structures de gouvernement local jusqu'à ce que toutes les unités soient toutes mises en place et pleinement fonctionnelles. L'impact potentiel des unités de responsabilité sociale dépendra de la qualité de leur mise en œuvre, de leur proactivité dans l'interaction avec les communautés et de la manière dont les citoyens les impliquent activement. Cela dépendra également du mandat et de la fonction des unités. En tant que tel, l'impact potentiel de l'engagement est évalué comme mineur. Comme Awal l'a souligné, la faible connaissance des droits et des responsabilités est un facteur commun à la fois au gouvernement et aux gouvernés. Il a également souligné une culture de déférence envers les personnes plus âgées, plus riches et plus puissantes et une attitude de résignation politique comme des facteurs qui empêchent les citoyens d'exiger des informations de leurs responsables locaux.

Prochaines étapes

Cet engagement pourrait inclure des activités visant à renforcer la volonté politique / et l'engagement des membres des assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA), qui est un ingrédient clé d'une gouvernance locale réussie. Cet engagement devrait être mis en œuvre dans les plans d'action ultérieurs, avec des améliorations en termes de traçabilité, de responsabilité publique et de participation civique.

  • À l'avenir, le PAN pourrait préciser, par exemple, ce qu'il entend par «soutenir adéquatement» en ce qui concerne l'étape IV. De plus, avec Milestone V, «rapporter de manière exhaustive» est vague et potentiellement déroutant et doit être clairement défini.
  • En outre, il serait utile d'engager des groupes de citoyens dans un dialogue sur les perspectives d'utiliser les coalitions des structures gouvernementales locales existantes et des groupes de la société civile, au lieu des unités de responsabilité sociale, pour assurer la liaison entre le gouvernement et sa population.
  • L'IRM recommande de proposer des jalons avec plus de précision sur ce qu'ils ont l'intention de réaliser et comment.
  • L'IRM recommande de fixer des objectifs numériques et qualitatifs pour chaque jalon concernant le type et le format des données à partager afin de faciliter l'accès et la compréhension afin de rendre les objectifs plus exploitables.
  • Il serait important d'inclure une exigence ou un mécanisme spécifique qui rende les membres des MMDA responsables au cas où ils ne parviendraient pas à répondre efficacement aux besoins de leurs mandants.
  • Il serait également souhaitable d'inclure d'autres activités qui aident les citoyens à prendre des décisions supplémentaires une fois qu'ils connaissent l'état de leurs mécanismes de rétroaction / de facilitation qui leur permettent d'exercer des pressions sur les parlementaires pour qu'ils répondent à leurs pétitions.
  • Plusieurs études et différentes sources coïncident en ce sens que l'efficacité de la prestation des services publics et l'engagement des citoyens par les fonctionnaires locaux sont cruciaux. À cet égard, il est important de veiller à ce que les agents publics répondent aux besoins des citoyens pour encourager l'implication et la participation citoyennes au niveau local.
(64) Entretien d'un chercheur de l'IRM avec Awal Mohammed, responsable du programme de responsabilité sociale, CDD Ghana, 8 février 2019.
(65) Munawwar Alam et Roger Koranteng (éd.), 2011, Décentralisation au Ghana. Londres, Royaume-Uni: Secrétariat du Commonwealth.
(66) Kwadwo Adusei-Asante, «L'état du système de gouvernement local du Ghana: le cas des membres de l'Assemblée», Université Edith Cowan - Research Gate, https://www.researchgate.net/publication/269811329_The_state_of_Ghana's_local_government_system_the_case_of_Assembly_Members
(67) Dominic Degraft Arthur, «Examiner les effets des défis de gouvernance dans le système de gouvernement local du Ghana: une étude de cas de l'Assemblée municipale de Mfantseman», Journal de l'administration publique américano-chinoise, juillet 2016, vol. 13, n ° 7, 454-465. https://www.davidpublisher.com/Public/uploads/Contribute/5857842e44a25.pdf
(68) Entretien d'un chercheur de l'IRM avec Awal Mohammed, 8 février 2019.
(69) Entretien d'un chercheur de l'IRM avec Awal Mohammed, 8 février 2019.
(70) «Lancement du réseau PFM sur la responsabilité sociale à Accra», Ghana News Agency, Ghana Online News, 1er octobre 2017 https://ghanaonlinenews.com/pfm-network-on-social responsabilité-lancée-à-accra /
(71) Ibid.
(72) Entretien d'un chercheur de l'IRM avec Awal Mohammed, 8 février 2019.

Résumé du statut de fin de session IRM

7. Participation civique et responsabilité

Texte d'engagement: Dans le cadre des efforts visant à renforcer l'engagement des citoyens au niveau infranational, un cadre de planification et de budgétisation participative a été élaboré par le Service des gouvernements locaux (LGS) pour guider les assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA) dans l'engagement des citoyens. La nouvelle loi sur la gouvernance locale (loi 936) adoptée par le Parlement en 2016 consacre une section entière à la participation populaire. Le Comité de coordination interministériel sur l’administration locale a par conséquent élaboré un manuel et un plan d’action pour guider sa mise en œuvre.

En 2013, le gouvernement du Ghana, par l'intermédiaire du ministère des Gouvernements locaux et du Développement rural (MLGRD), a commencé la mise en œuvre du Projet d'appui aux capacités des collectivités locales (LGCSP) dans quelque 46 assemblées métropolitaines et municipales (MMA) sélectionnées. Une composante intégrale de ce projet est la création d'unités de responsabilité sociale (SA), le développement et l'utilisation de modèles de gestion des finances publiques par les assemblées participantes pour améliorer l'éducation, la communication et l'engagement des citoyens.

Dans le deuxième plan d'action, le gouvernement a proposé de créer des unités de service à la clientèle (CSU) dans toutes les assemblées de district. Cette action a été largement mise en œuvre. Le gouvernement s'est engagé à faire avancer ce processus afin de promouvoir une participation effective des citoyens aux processus décisionnels. Le gouvernement s'est engagé à renforcer les mécanismes visant à garantir que les citoyens peuvent recevoir les commentaires des élus (à la fois les députés et les députés de l'Assemblée). Cela peut être accompli par des moyens innovants qui garantissent l'engagement des citoyens et un espace civique ouvert. Les institutions décentralisées au niveau infranational doivent rendre des comptes aux citoyens en rendant compte annuellement de l'exécution du budget afin d'inclure des informations non financières.

Jalons / Activités:

  • MLGRD par le biais du Service des collectivités locales (LGS) pour étendre la mise en place d'unités SA dans l'ensemble des 216 MMDA (46 métropolitains et municipalités ont déjà des unités de responsabilité et des personnes focales) d'ici décembre 2018;
  • MLGRD par le biais du Local Government Service (LGS) pour intégrer et renforcer les CSU et SA desks conformément au rôle de responsabilité sociale des MMDA d'ici août 2019;
  • MLGRD et LGS pour suivre la mise en œuvre du cadre de participation populaire (participation civique) d'ici mars 2019;
  • Le MLGRD et le Bureau du chef du service des collectivités locales pour s'assurer que tous les MMDA soutiennent adéquatement les unités de responsabilité et les unités de service à la clientèle pour obtenir les commentaires des citoyens d'ici août 2019;
  • L'unité de décentralisation fiscale (FDU) du MoF, le MLGRD et le LGS pour s'assurer que les MMDA rendent compte de manière exhaustive de l'exécution du budget (informations financières et non financières) chaque année aux citoyens d'ici mars 2019; et,
  • Le Parlement doit fournir des rapports trimestriels sur les pétitions et les commentaires reçus du public d'ici décembre 2018

Note éditoriale: Pour le texte intégral du plan d'action 2017-2019 du Ghana, veuillez consulter: https://www.opengovpartnership.org/documents/ghana-action-plan-2017-2019/

Évaluation du rapport de conception de l'IRM

Évaluation du rapport de mise en œuvre de l'IRM

Vérifiable: Oui

Pertinent: Oui

o Accès à l'information

o Participation civique

o Responsabilité publique

Impact potentiel: Mineur

Achèvement: limité

At-il ouvert le gouvernement? N'a pas changé

Cet engagement visait à améliorer la participation civique à la gouvernance, en particulier au niveau infranational où le lien État-société a été historiquement faible. Il a cherché à le faire en renforçant les structures formelles d'engagement avec le gouvernement local. (70) La gouvernance au Ghana est centrée dans la capitale, Accra, depuis près de deux siècles. Les efforts antérieurs de décentralisation ont connu des niveaux de succès variables, en raison du faible engagement politique entre les responsables des collectivités locales et leurs électeurs, une capacité technique inadéquate des premiers, la politisation des problèmes locaux et des ressources insuffisantes. (71)

La réalisation de cet engagement a été limitée à la fin de la période de mise en œuvre. Les progrès relatifs à trois des six activités (II, III et IV) n'ont pas pu être évalués car ils ont été évalués dans le rapport de conception 2017-2019 du Ghana comme manquant de spécificité. (72) De manière générale, ces trois activités concernaient l'intégration et le renforcement des structures de responsabilité sociale, en s'assurant que «tous les MMDA soutiennent adéquatement» ces structures «pour obtenir des retours des citoyens» et en surveillant la mise en œuvre du cadre de participation populaire (participation civique). (73) Le chercheur de l'IRM a constaté que le ministère des Gouvernements locaux et du Développement rural avait collaboré avec une OSC ghanéenne, CDD-Ghana, pour mettre en œuvre un audit social de 20 assemblées de district en 2019. (74) Une section du site Web du Parlement est consacrée aux lignes directrices à l'intention du public pour la soumission de pétitions et précise que les rapports sur les pétitions seront mis à disposition sur son site Web. (75) Cependant, le chercheur de l'IRM n'a trouvé aucune pétition ou rapport connexe sur le site Web. Les unités de responsabilité sociale qui existent ne sont pas fonctionnelles, (76) et les taux de reporting budgétaire des assemblées métropolitaines, municipales et de district (MMDA) varient en fonction des capacités du gouvernement local et des niveaux de transparence par district. (77)

Les progrès limités dans la mise en œuvre de cet engagement peuvent être attribués à un certain nombre de facteurs inhibiteurs. En tant que représentant de la société civile, Awal Mohammed, a souligné dans un entretien avec le chercheur de l'IRM, la faible connaissance des droits et des responsabilités est un facteur commun à la fois au gouvernement et aux gouvernés. (78) Il a également souligné une culture de déférence envers les personnes plus âgées, plus riches et plus puissantes, et une attitude de résignation politique, comme des facteurs qui empêchent les citoyens d'exiger des informations de leurs responsables locaux. Une étude du groupe de réflexion ghanéen Imani-Africa a révélé «des limites en matière de responsabilité et de transparence dans la gestion des dépenses locales» dans 15 MMDA à travers le Ghana, malgré les réformes récentes. (79) L'effet cumulatif de ces facteurs a été que les pratiques et les cultures existantes de participation civique au niveau local n'ont pas suffisamment changé pour atteindre les objectifs de cet engagement.

Cet engagement était pertinent pour trois valeurs du PGO: l'accès à l'information, la participation civique et la responsabilité publique. La mise en œuvre de l'engagement n'a pas entraîné une amélioration de l'accès à l'information, car il n'y avait aucune preuve que le Parlement publie des rapports sur les pétitions et les commentaires reçus du public.

Le chercheur n'a pas été en mesure de trouver des preuves concrètes que l'engagement a changé le statu quo de la participation civique à l'heure actuelle. Bien que les unités de responsabilité sociale et d'autres structures existent pour faciliter l'engagement du public dans la gouvernance au niveau local, elles n'étaient pas pleinement fonctionnelles, et la sensibilisation des citoyens à ces unités en tant que mécanismes de participation civique était limitée. La responsabilité publique est également considérée comme «n'a pas changé» pour les mêmes raisons que celles énoncées dans la participation civique. Sans participation active, les gouvernements locaux ne sont pas responsables devant les citoyens. Une augmentation mesurable de l'engagement des citoyens avec les plates-formes civiques du gouvernement local aurait abouti à un codage DOIG plus élevé. Les entretiens avec les parties prenantes indiquent qu'il est essentiel de remédier à la méconnaissance des citoyens de leurs droits et responsabilités et de s'attaquer à la faible culture de l'engagement civique pour parvenir à une plus grande participation du public au gouvernement local.

(70) Awal Mohammed (Responsable du programme de responsabilité sociale, CDD Ghana), entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 février 2019.
(71) Munawwar Alam et Roger Koranteng (éd.), Décentralisation au Ghana (Londres, Royaume-Uni: Secrétariat du Commonwealth, 2011).
(72) Titilope Ajayi, Rapport de conception du Ghana 2017-2019 (OGP, 1er avril 2021) 43−44, https://www.opengovpartnership.org/documents/ghana-design-report-2017-2019/.
(73) République du Ghana, Open Government Partnership: Plan d'action national pour la République du Ghana (OGP, octobre 2017) 9, https://www.opengovpartnership.org/documents/ghana-action-plan-2017-2019/.
(74) Ghana News Agency, «Centre for Democratic Development Implementing Social Auditing Programs» (BusinessGhana, 23 avril 2019), http://www.businessghana.com/site/news/General/185776/Centre-for-Democratic-Development-implementing-social-Auditing-programmes.
(75) Parlement du Ghana, «'Guide for petitions» (consulté le 19 avril 2021), https://www.parliament.gh/petition?read.
(76) Mohammed, entretien.
(77) Centre Imani pour la politique et l'éducation, Promouvoir la responsabilité sociale pour améliorer l'efficacité des dépenses au niveau des gouvernements locaux (13 janvier 2020), https://imaniafrica.org/2020/01/13/event-report-promoting-social-accountability-to-enhance-spending-efficiency-at-local-government-level/.
(78) Mohammed, entretien.
(79) Centre Imani pour la politique et l'éducation, Promouvoir la responsabilité sociale pour améliorer l'efficacité des dépenses au niveau des gouvernements locaux.

Engagements

  1. Contrats ouverts et suivi des contrats

    GH0020, 2017, Anti-Corruption

  2. Transparence anti-corruption

    GH0021, 2017, Anti-Corruption

  3. Beneficial ownership

    GH0022, 2017, Anti-Corruption

  4. Transparence fiscale et responsabilité

    GH0023, 2017, Ouverture fiscale

  5. Transparence du secteur des industries extractives

    GH0024, 2017, Anti-Corruption

  6. Droit à l'information

    GH0025, 2017, Accès à l'information

  7. Participation civique et responsabilité

    GH0026, 2017, Ouverture fiscale

  8. Technologie et Innovation

    GH0027, 2017, Accès à l'information

  9. Engagement étoilé Contrats ouverts

    GH0014, 2015, Anti-Corruption

  10. RTI

    GH0015, 2015, Accès à l'information

  11. Participation citoyenne

    GH0016, 2015, Participation publique

  12. Ouverture fiscale

    GH0017, 2015, Législation et réglementation

  13. Engagement étoilé La gestion des recettes

    GH0018, 2015, Législation et réglementation

  14. Open Data

    GH0019, 2015, Accès à l'information

  15. Responsabilité fiscale

    GH0001, 2013, Ouverture fiscale

  16. Transparence fiscale

    GH0002, 2013, Renforcement des capacités

  17. Droit à l'information

    GH0003, 2013, Accès à l'information

  18. Droits de l'homme et lutte contre la corruption

    GH0004, 2013, Anti-Corruption

  19. Gestion des revenus du secteur extractif

    GH0005, 2013, Anti-Corruption

  20. Surveillance des investissements

    GH0006, 2013, Anti-Corruption

  21. Participation citoyenne

    GH0007, 2013, Renforcement des capacités

  22. Code de déontologie

    GH0008, 2013, Anti-Corruption

  23. Rapports d'audit

    GH0009, 2013, Anti-Corruption

  24. Radiodiffusion nationale

    GH0010, 2013, Espace civique

  25. e-immigration

    GH0011, 2013, Accès à l'information

  26. Direction Financière

    GH0012, 2013, Accès à l'information

  27. Engagement étoilé Portail politique

    GH0013, 2013, Accès à l'information

Open Government Partnership