Ignorer la navigation
Kenya

Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique (KE0011)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national du Kenya 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Cabinet du procureur général et ministère de la Justice

Institution (s) de soutien: parquet et département de la justice Ministère de la fonction publique, de la jeunesse et du genre Bureau du président Bureau du directeur des poursuites pénales Commission de l'éthique et de la lutte contre la corruption Parlement et Sénat; Affaires contre la corruption Kenya (BACK) TI Kenya, Société internationale pour le développement (SID) Commission internationale des juristes Alliance du secteur privé du Kenya (KEPSA) Institut Katiba de l'Association des fabricants du Kenya (KAM), AfriCog Ushahidi

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, E-gouvernement, Justice, Justice pour OG, Législation & Régulation, Législatives, Participation du public, Objectifs de développement durable, Protections des dénonciateurs

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat du Kenya 2016-2018, Rapport à mi-parcours sur le Kenya 2016- 2018

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: non

Pertinent avec les valeurs du PGO: participation civique, responsabilité publique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Statu quo ou problème / problème à résoudre Malgré les nombreuses initiatives prises depuis dix ans pour lutter contre la corruption, la corruption au Kenya reste omniprésente et endémique. C'est l'un des plus grands défis auxquels le Kenya est confronté aujourd'hui. Cela compromet notre sécurité, nos systèmes de responsabilité, notre accès aux services, entre autres. S'attaquer à la fois à l'offre et à la demande de la corruption est un impératif nécessaire pour renforcer la responsabilité des affaires de corruption. Objectif principal Réduire au minimum la corruption et le gaspillage pour une meilleure prestation de services aux citoyens afin de réaliser les aspirations nationales énoncées dans le document national vision2030 du Kenya. Brève description de l'engagement L'application de la culture d'intégrité est essentielle pour lutter efficacement contre la corruption et minimiser son impact sur la société, contribuant ainsi à la réalisation de l'objectif 16 des ODD. Pour ce faire, toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur de la corruption doivent collaborer pour réduire le vice.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

2. Mécanismes préventifs et punitifs contre la corruption

Texte d'engagement:

Titre: 2. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

Statu quo ou problème abordé dans l'engagement: malgré la multiplication d'initiatives de lutte contre la corruption remontant à dix ans, la corruption au Kenya reste omniprésente et endémique. Ilest l'un des plus grands défis auxquels le Kenya est confronté aujourd'hui. Cela compromet notre sécurité, nos systèmes de responsabilité, notre accès aux services, entre autres. Combattre à la fois l’offre et la demande de la corruption est un impératif nécessaire pourbilité pour les affaires de corruption.

Objectif principal: Réduire au minimum la corruption et le gaspillage afin d'améliorer la prestation de services aux citoyens afin de réaliser les aspirations nationales énoncées dans la vision nationale du KenyaXXUMX

Jalons:

Anticorruption et Ethique Réformes réglementaires

Jalon 2.3. Réformes juridiques visant à améliorer l'efficacité de la loi sur l'éthique et la lutte contre la corruption et des lois sur le leadership et l'intégrité, la loi sur la criminalité économique, etc.

Jalon 2.6. Finaliser et adopter le cadre politique national sur l'éthique et la lutte contre la corruption.

Légiférer sur la protection des dénonciateurs

Jalon 2.4. Promulguer une loi sur la protection des dénonciateurs, un projet de loi anti-corruption et une loi relative aux fausses déclarations.

Partenariats anti-corruption

Jalon 2.1. Établir un partenariat public-privé pour le partage d'informations réunissant les gouvernements, la société civile et le secteur privé afin de détecter, prévenir et perturber la corruption

Jalon 2.7. Mettre en place et soutenir des campagnes sur les valeurs / éthiques de la société civile, des gouvernements et du secteur privé sur la lutte contre la corruption

Augmenter le suivi de la corruption

Jalon 2.2. Développer, avec la société civile et le secteur privé, un portail de suivi de projet axé sur la technologie permettant aux citoyens de participer à l’identification, à l’évaluation, au compte rendu et à la remontée de projets afin de renforcer la responsabilisation dans les initiatives gouvernementales.

Mettre en œuvre et appliquer des réglementations anti-corruption

Jalon 2.5. Application du code de déontologie pour les fournisseurs qui passent des marchés publics, y compris les facilitateurs professionnels (avocats et comptables)

Jalon 2.8. Faire respecter les dispositions du décret no 6 sur l'éthique et l'intégrité dans la fonction publique

Améliorer les mesures anticorruption préventives et punitives

Jalon 2.9. Renforcer les efforts structurés coordonnés menés par plusieurs agences pour lutter contre la corruption.

Note éditoriale: Milestone 2.10, 'Améliorer le classement de l'indice de perception de la corruption (IPC),' ne seront pas évalués, car il s’agit d’une activité ambitieuse ne comportant pas d’étapes mesurables ou vérifiables pour la mise en œuvre. L'IPC est un outil mis au point par Transparency International pour classer chaque année les pays en fonction de leur niveau de corruption perçu, tel que déterminé par les évaluations d'experts et les enquêtes d'opinion.

Notez aussi: Les jalons de cet engagement ont été regroupés en six groupes thématiques. Les jalons initiaux ont été réorganisés sous ces thèmes mais conservent les mêmes chiffres que dans le plan d'action.

Institutions responsables: Bureau du procureur général et ministère de la Justice; Ministère de la fonction publique, de la jeunesse et du genre; La présidence; Bureau du directeur des poursuites pénales; Commission d'éthique et de lutte contre la corruption; Parlement et Sénat; Entreprises contre la corruption au Kenya (BACK); TI Kenya; et la Commission internationale de juristes de la Société pour le développement international (SID); Alliance du secteur privé du Kenya (KEPSA); Association des fabricants du Kenya (KAM); Institut Katiba; AfriCog; Ushahidi

Date de début: Janvier 2016

Date de fin: Juin 2017

Contexte et objectifs

On estime que le Kenya perd chaque année jusqu'à concurrence de SH 608 milliards de personnes du fait de la corruption.[Note68: Reuters, "Le budget du Kenya dépensé en milliards de Sh608 est chaque année perdu pour la corruption - Le président de l'EACC, Kinisu" (The Star, 10, mars 2016) https://www.the-star.co.ke/news/2016/03/10/sh608-billion-of-kenya-budget-lost-to-corruption-every-year-eacc_c1310903.] La corruption constitue une menace majeure pour le paysla croissance économique, la démocratie et la stabilité de la société en épuisant les fonds qui pourraient être utilisés pour prestation de services publics vitaux, tels que santé, éducation, eau, assainissement et protection sociale.

Le programme de lutte contre la corruption était un élément clé du manifeste de la Coalition Jubilee dans 2013 et de la promesse de «nettoyer le gouvernement en introduisant certaines des lois anti-corruption les plus strictes au monde». Les dirigeants du Jubilé ont promis une tolérance zéro pour la corruption et des abus personnels, ainsi qu'un engagement à lever l'immunité parlementaire contre les accusations de corruption. En dépit de ces promesses, les principales agences de lutte contre la corruption n'ont jusqu'à présent pas réussi à empêcher ou à limiter le vol de biens publics et ont peu progressé dans la récupération des avoirs volés et encore moins de condamnations pour ceux qui ont volé ou encouragé le vol et l'utilisation abusive de ressources publiques.

Cet engagement n’était pas bien défini et comprenait un certain nombre d’activités jalons indépendantes. L'IRM les a regroupés sous six groupes thématiques afin de mieux évaluer leurs objectifs et leur achèvement. Tous sont liés à divers cadres nationaux de lutte contre la corruption, mais la plupart des activités décrites dans ce groupe sont ambitieuses et n'incluent pas d'étapes claires, concrètes et spécifiques pour progresser dans la mise en œuvre de politiques anticorruption. Plusieurs des activités d'engagement proposent également des réformes internes du gouvernement qui n'incluent pas d'élément public et qui, par conséquent, n'ont pas une pertinence claire pour les valeurs OGP.

Réformes réglementaires contre la corruption et l’éthique (jalons 2.3 et 2.6)

Le Kenya a adopté un certain nombre de lois anticorruption et d’éthique entre 2003 et 2012.[Note69: Au niveau national, le gouvernement a mis en œuvre des mesures anti-corruption et mis en place un cadre juridique anti-corruption. Dans 2003, la législation anti-corruption comprenait la loi sur la corruption et les crimes économiques, n ° 3 de 2003 (ACECA) et la loi sur la déontologie des agents publics, n ° 4 de 2003 (POEA). Plus tard, la loi sur les marchés publics et la destruction ont été adoptées dans 2005 et la loi sur le produit du crime et le blanchiment d'argent dans 2009. Le gouvernement a adopté la loi sur la commission indépendante d'éthique et de lutte contre la corruption (EACCA), la loi 2012 sur la gestion des finances publiques et la loi 2012 sur le leadership et l'intégrité après la promulgation de la constitution du 2010 au Kenya.] Malgré l'existence de lois sur l'éthique, De nombreux scandales de corruption ont récemment éclaté au Kenya, en particulier dans les domaines du financement public, de la fourniture de services et du secteur de la santé.[Note70: Cela impliquait le retrait frauduleux de milliards de shillings de la Banque centrale du Kenya (CBK) à titre d’indemnité d’exportation pour de l’or qui n’a jamais été exporté; Moses Njagih, 'Enquête auprès du National Youth Service (NYS) auprès de banques 6.3 payée par Sh28b' (Standard Digital, 27 Nov. 2016) https://www.standardmedia.co.ke/article/2000224870/national-youth-service-nys-probe-turns-to-sh6-3b-paid-through-28-banks; Eunice Kilonzo, 'La patronne du Fonds pour la jeunesse au centre du scandale Sh480m démissionne' (Daily Nation, 25, mars 2016) https://www.nation.co.ke/news/Embattled-Youth-Fund-chair-Bruce-Odhiambo-resigns/1056-3132994-920ovmz/index.html. ] Le principal défi est que les lois et les réglementations existantes sont dispersées entre différentes lois et sont donc appliquées par différents organismes. Le cadre juridique et institutionnel incohérent permettant de lutter contre la corruption autorise des pratiques abusives telles que la corruption, l'utilisation abusive des ressources de l'État et des ressources publiques, le blanchiment d'argent et le crime.[Note71: Le facteur monétaire dans la course aux urnes: rapport de suivi des élections générales à la 2007 (Coalition pour un financement politique responsable (CAPF), 2008).] S'ils sont pleinement mis en œuvre, les engagements proposés pourraient constituer un pas en avant dans l'amélioration de la coordination entre les agences gouvernementales et dans l'application effective des lois anti-corruption et des mécanismes de responsabilité. Toutefois, l'engagement ne précise pas quels organismes dirigeront les efforts de coordination, comment les lois seront mieux appliquées, ni comment les progrès pourraient être mesurés et contrôlés de manière significative. Par conséquent, la spécificité de cet engagement est faible, sa pertinence par rapport aux valeurs OGP ne peut pas être déterminée et son impact potentiel est mineur.

Législer la protection des dénonciateurs (Milestone 2.4)

Le but de cet engagement est de proposer, rédiger et promulguer trois lois. Le cadre actuel de protection des lanceurs d'alerte est régi par la loi 2003 sur la lutte contre la corruption et l'économie et par la loi 2006 sur la protection des témoins. Si une loi autonome était promulguée, elle pourrait consolider et réviser les dispositions des deux lois qui régissent actuellement la protection des lanceurs d'alerte. La nouvelle loi protégerait les citoyens de toutes les branches du gouvernement contre les représailles pour avoir divulgué volontairement des informations sur des activités malhonnêtes ou illégales se déroulant dans une organisation gouvernementale. Cela pourrait aider à renforcer la responsabilité du gouvernement envers le public.

Le projet de loi anti-corruption a été promulgué et prévoit la prévention, la recherche et la répression de la corruption. Le but de cette étape est de mettre pleinement en œuvre la loi existante. Le projet de loi sur les fausses revendications a déjà été rédigé et doit être adopté. Le projet de loi False Claims vise à donner aux particuliers, aux groupes de la société civile et aux autres parties intéressées le pouvoir et le pouvoir financier d’instituer une procédure de recouvrement des avoirs publics.

AntiPartenariats anti-corruption (Milestone 2.7 et 2.1)

La corruption au Kenya persiste malgré les mesures anti-corruption mises en œuvre par le gouvernement, telles que la promulgation d'une législation anti-corruption et de bonne gouvernance.[Note72: Cela comprend la loi sur la lutte contre la corruption et les crimes économiques, la loi sur l’éthique des agents publics 2003, la loi sur la gestion des finances publiques et la loi sur la vérification des comptes publics. Fort de la loi sur la lutte contre la corruption et les crimes économiques, le gouvernement a mis en place, en mai, le comité directeur de la campagne nationale de lutte contre la corruption, qui devait mener une campagne nationale visant à garantir la tolérance zéro en matière de corruption. Le 2004 de septembre, le Président, agissant en vertu de la loi susmentionnée, a approuvé la nomination du directeur et de trois directeurs adjoints à la nouvelle Commission anti-corruption du Kenya.] Les partenariats public-privé (PPP) et les campagnes anti-corruption et valeurs / éthique (Milestone 7) pourraient réunir le gouvernement, la société civile et le secteur privé afin de détecter et de perturber la corruption par le partage d'informations et la pression civique. Si elles sont pleinement mises en œuvre, les activités relevant de cet engagement pourraient renforcer la visibilité des efforts de lutte contre la corruption. Toutefois, dans leur libellé écrit, les jalons de l'engagement ne précisent pas clairement comment les citoyens seront engagés ou en quoi leur participation contribuerait à faire appliquer les conséquences pour les auteurs de corruption. Étant donné qu’un élément destiné au public n’est pas explicitement inclus dans le texte de l’engagement, ces jalons n’ont pas une pertinence claire pour les valeurs OGP.

En outre, avant l'élaboration du plan d'action, le gouvernement s'était associé à la société civile et à d'autres parties prenantes dans la lutte contre la corruption. Par exemple, À 2014, le gouvernement a mis en place un comité directeur de la campagne nationale de lutte contre la corruption, composé de représentants du gouvernement, d'OSC et du secteur privé, afin de garantir la tolérance zéro en matière de corruption.[Note73: Le comité de direction de la campagne a été établi via l’avis de la Gazette n ° 6707 du 19 de septembre 2014.] La campagne a utilisé des activités de sensibilisation pour sensibiliser le public à la lutte contre la corruption. Le gouvernement utilise également le mécanisme intégré de communication des plaintes du public (IPCRM).[Note74: Le mécanisme de traitement des plaintes est composé du Comité directeur de la campagne nationale anti-corruption, de la Commission sur la justice administrative, de la Commission nationale des droits de l'homme du Kenya, de la Commission nationale de l'intégration et de la cohésion et de Transparency International - Kenya. ] traiter les plaintes reçues par les principales institutions de l'État dans la lutte contre la corruption qui relèvent de leur mandat. Étant donné que des initiatives similaires ont déjà été menées, les jalonsL'impact potentiel est considéré comme mineur à nul. Les jalons sont ambitieux et ne précisent pas comment les efforts précédents dans ce domaine seront améliorés ou modifiés pour être plus efficaces.

Surveillance accrue de la corruption (Milestone 2.2)
Avant l'élaboration du plan d'action, aucun mécanisme officiel de surveillance de la corruption au niveau national n'existait pour les citoyens. Ce projet axé sur la technologie constituera un portail de surveillance permettant aux citoyens de participer à l’identification, à l’évaluation et au rapport des projets de lutte contre la corruption. Les citoyens seront en mesure de faire des commentaires pour renforcer la responsabilité dans les initiatives gouvernementales. Une surveillance menée par les citoyens pourrait accroître la responsabilité publique en permettant au public de jouer un rôle de surveillance. Cependant, l'engagement ne précise pas comment le portail sera développé, quelles informations il fournira ou comment les citoyens pourront participer au suivi de la corruption. Par conséquent, l'impact potentiel est mineur.

Mettre en œuvre et appliquer des règlements anti-corruption (jalons 2.5 et 2.8)

Cet engagement consiste à appliquer deux réglementations actuelles en matière de lutte contre la corruption. Premièrement, assurer le respect du code de déontologie des marchés publics et, deuxièmement, le décret n ° 6 sur l'éthique et l'intégrité dans la prestation des services publics. Cet engagement reste en grande partie ambitieux, car il n'inclut pas d'étapes spécifiques ni de changements pouvant donner lieu à une action pour appliquer les réglementations en vigueur. Les organismes gouvernementaux spécifiques chargés de surveiller la conformité ne sont pas nommés et aucun mécanisme de responsabilité n'est défini pour mesurer les progrès ou vérifier l'amélioration. Par conséquent, la spécificité est faible et l'impact potentiel est mineur.

Améliorer les mesures anti-corruption préventives et punitives (Milestone 2.9)

Baromètre mondial de la corruption (GCB) 2015 de Transparency International[Note75: Afrobaromètre, Personnes et corruption: Enquête sur l'Afrique 2015 - Baromètre mondial de la corruption, (Transparency International 1 Dec. 2015) https://www.transparency.org/whatwedo/publication/people_and_corruption_africa_survey_2015. ] indique que 70 pour cent des Kenyans pensent que le gouvernement fait un travail médiocre dans la gestion de la corruption, les statistiques montrant des taux de corruption en augmentation constante. Cet engagement vise à améliorer les mesures préventives et répressives contre la corruption, mais il n’inclut pas d’élément destiné au public et n’est donc pas clairement pertinent pour les valeurs OGP.

Aboutissement

Protection des dénonciateurs Législative 2.4: Limitée

Cet engagement visait à promulguer une nouvelle loi sur la protection des lanceurs d'alerte, le projet de loi anti-corruption et la législation relative aux fausses réclamations. Le bureau juridique de l'État, en étroite collaboration avec les parties prenantes, a accéléré la promulgation de plusieurs lois. La loi sur la corruption[Note76: Supplément n ° 197 de la Gazette kényane (Actes n ° 47) (Nairobi: L'imprimeur gouvernemental, 30 déc. 2016). a été rédigé et promulgué dans 23 December 2016. Le Bureau juridique de l'État a demandé l'avis d'acteurs et de parties prenantes étatiques et non étatiques, y compris des OSC telles que TI-Kenya. L’Association des fabricants du Kenya (KAM) a également participé à l’élaboration et à la promulgation de la loi sur la corruption 2016. La loi prévoit la prévention, la recherche et la répression de la corruption. Elle est entrée en vigueur le 13 de janvier 2017.

Le projet de loi sur la protection des lanceurs d'alerte,[Note77: Bureau du Procureur général et ministère de la Justice, «Développements au sein du cabinet juridique et du ministère de la justice» (2016) http://www.statelaw.go.ke/score-card/. ] qui avait été rédigé avant et modifié au cours de la période du plan d’action, n’a fait aucun progrès. UNE Le projet de loi sur les fausses revendications, qui avait également été rédigé avant le plan d'action, n'a pas progressé. Ces projets de loi n’avaient toujours pas été adoptés lorsque la onzième législature avait suspendu les élections d’août de 2017, et devront être réintroduits lors de la nouvelle douzième législature.

Jalons restants: aucun

Il n'y a aucune preuve publiquement disponible montrant que le gouvernement a entrepris des activités pour atteindre les objectifs soulignés sous les jalons 2.1, 2.2, 2.3, 2.5, 2.6, 2.7, 2.8 ou 2.9 au cours de la première année de mise en œuvre. Le chercheur a interviewé les acteurs impliqués et les institutions responsables telles que TI Kenya, la Société pour le développement international (SID), la Commission internationale de juristes, l'Association des fabricants du Kenya (KAM) et Ushahidi. Ces engagements sont fondés sur les initiatives en cours dans le cadre de la politique plus vaste de lutte contre la corruption au Kenya, mais il n’existe aucune preuve concrète de leur mise en œuvre.

Prochaines étapes

Un grand nombre des engagements anticorruption contenaient des objectifs ambitieux mais manquaient de mesures claires, mesurables et assorties de délais pour aller de l'avant et influer sur le changement.

Pour le prochain plan d'action, le chercheur de l'IRM recommande l'inclusion d'un thème sur la lutte contre la corruption avec des activités claires et mesurables qui ajoutent de la valeur aux politiques préexistantes et aux pratiques gouvernementales en matière de lutte contre la corruption.

Le gouvernement doit veiller à l'application effective des lois en vigueur contre la corruption. Pour garantir la responsabilité des institutions publiques chargées de la lutte contre la corruption, celles-ci devraient être soumises à la loi sur l'accès à l'information et se conformer à la divulgation.

De plus, les prochaines étapes de la mise en œuvre du portail anticorruption devraient consister à définir la principale institution chargée de superviser son développement et à préciser en détail comment le portail permettra aux citoyens de participer au suivi des projets anticorruption, de proposer des idées et de signaler les violations. Le gouvernement devrait permettre au public de donner son avis sur la manière de créer le portail et de définir des étapes claires et mesurables ainsi qu'un calendrier de mise en œuvre.

Résumé du statut de fin de session IRM

2. Mécanisme préventif et punitif contre la corruption

Texte d'engagement:

Titre: 2. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

Statu quo ou problème abordé par l'engagement: bien qu'il existe un certain nombre d'initiatives pour lutter contre la corruption depuis dix ans, la corruption au Kenya reste omniprésente et endémique. C'est l'un des plus grands défis auxquels le Kenya est confronté aujourd'hui. Cela mine notre sécurité, nos systèmes de responsabilité, notre accès aux services, entre autres. S'attaquer à la fois à l'offre et à la demande de la corruption est un impératif nécessaire pour renforcer la responsabilité dans les affaires de corruption.

Objectif principal: minimiser la corruption et le gaspillage pour une meilleure prestation de services aux citoyens afin de réaliser les aspirations nationales telles que contenues dans la vision nationale 2030 du Kenya.

Jalons:

Réformes de la réglementation anti-corruption et éthique

Jalon 2.3. Réformes juridiques visant à améliorer l'efficacité de la loi sur l'éthique et la lutte contre la corruption et des lois sur le leadership et l'intégrité, la loi sur la criminalité économique, etc.

Jalon 2.6. Finaliser et adopter le cadre politique national sur l'éthique et la lutte contre la corruption.

Légiférer sur la protection des dénonciateurs

Jalon 2.4. Promulguer une loi sur la protection des dénonciateurs, un projet de loi anti-corruption et une loi relative aux fausses déclarations.

Partenariats anti-corruption

Jalon 2.1. Établir un partenariat public-privé pour le partage d'informations réunissant les gouvernements, la société civile et le secteur privé afin de détecter, prévenir et perturber la corruption

Jalon 2.7. Monter et maintenir une campagne sur les valeurs / éthique menée par la société civile, le gouvernement et le secteur privé sur la lutte contre la corruption

Augmenter le suivi de la corruption

Jalon 2.2. Développer avec la société civile et le secteur privé, un portail de suivi de projet axé sur la technologie permettant aux citoyens de participer à l'identification, à l'évaluation, à l'établissement de rapports et à la rétroaction des projets pour renforcer la responsabilité dans les initiatives gouvernementales

Mettre en œuvre et appliquer les réglementations anti-corruption

Jalon 2.5. Application du code de déontologie pour les fournisseurs qui passent des marchés publics, y compris les facilitateurs professionnels (avocats et comptables)

Jalon 2.8. Faire respecter les dispositions du décret no 6 sur l'éthique et l'intégrité dans la fonction publique

Améliorer les mesures anti-corruption préventives et punitives

Jalon 2.9. Renforcer les efforts structurés coordonnés menés par plusieurs agences pour lutter contre la corruption.

Note éditoriale: L'étape 2.10, «Améliorer le classement de l'indice de perception de la corruption (IPC)», ne sera pas évaluée, car il s'agit d'une activité ambitieuse qui ne comporte pas d'étapes mesurables ou vérifiables pour la mise en œuvre. L'IPC est un outil développé par Transparency International pour classer chaque année les pays en fonction de leur niveau de corruption perçu, tel que déterminé par des évaluations d'experts et des enquêtes d'opinion.

Note également: Les jalons de cet engagement ont été regroupés en six groupes thématiques. Les jalons d'origine ont été réorganisés sous ces thèmes mais conservent les mêmes chiffres que dans le plan d'action.

Institutions responsables: Bureau du procureur général et ministère de la Justice; Ministère de la fonction publique, de la jeunesse et du genre; La présidence; Bureau du directeur des poursuites pénales; Commission d'éthique et de lutte contre la corruption; Parlement et Sénat; Business Against Corruption Kenya (RETOUR); TI Kenya; et Commission internationale de juristes de la Société pour le développement international (SID); Alliance du secteur privé du Kenya (KEPSA); Association kényane des fabricants (KAM); Institut Katiba; AfriCog; Ushahidi

Date de début: Janvier 2016

Date de fin: Juin 2017

But de l'engagement

Cet engagement comprenait un certain nombre d'activités visant à améliorer les politiques nationales de lutte contre la corruption. L'étape 2.4, en particulier, visait à proposer, rédiger et promulguer une législation concernant la protection des lanceurs d'alerte, la lutte contre la corruption et les fausses allégations. Il convient de noter, cependant, que la plupart des activités ne comportaient pas d'étapes spécifiques pour marquer les progrès accomplis vers la promulgation d'une législation et d'outils anti-corruption. En outre, les jalons reposaient sur des initiatives en cours dans le cadre d'une politique anticorruption plus large.

Statut

À mi-parcours: limité

Seul le Milestone 2.4 a connu des progrès à mi-parcours. Le projet de loi anti-corruption a été promulgué en décembre 2016, tandis que les fausses allégations et les projets de loi sur la protection des dénonciateurs ont été rédigés, mais pas adoptés. Les huit activités restantes n'ont pas démarré.

Fin du mandat: limité

Selon des représentants de la société civile interrogés tels que Transparency International (TI) Kenya, la Society for International Development (SID), la Commission internationale des juristes, l'Association kényane des fabricants (KAM) et Ushahidi, ainsi qu'un représentant interrogé du Ministère de la Justice au Bureau du Procureur général, rien n'indique que le gouvernement ait entrepris des activités supplémentaires pour mettre en œuvre les jalons au cours de la deuxième année.

Actuellement, le projet de loi sur la protection des dénonciateurs, qui avait été précédemment élaboré en 2016, est en cours d'adoption. Alors que la loi anti-corruption oblige les entreprises cotées à la Bourse de Nairobi à mettre en place des politiques de protection des lanceurs d'alerte, il existe peu d'informations sur la mise en œuvre par les entreprises dont l'application tardive des dispositions interdisant la corruption commerciale passive et active, telles que les incitations à obtenir des appels d'offres.

At-il ouvert le gouvernement?

Participation civique: n'a pas changé

Responsabilité publique: marginale

L'adoption de la loi anti-corruption de 2016 est une étape positive vers la lutte contre la corruption et les pots-de-vin au Kenya. La loi a des implications profondes sur les entreprises kényanes ainsi que sur les organisations étrangères faisant des affaires au Kenya. Il prévoit des exigences spécifiques que les entités privées doivent mettre en place pour prévenir la corruption. La loi prévoit également un cadre efficace de coordination et de responsabilisation en matière de prévention, d’enquête et de poursuite des actes de corruption. La loi crée une obligation légale pour une personne d'autorité dans une entité privée qui prend connaissance d'un acte de corruption pour signaler l'affaire à la Commission d'éthique et de lutte contre la corruption dans les 24 heures.

Bien qu'un projet de loi spécifique sur la protection des lanceurs d'alerte n'ait pas été adopté, la loi anti-corruption protège également les dénonciateurs et les témoins. L'article 21 impose une amende ne dépassant pas 1 million de shillings ou une peine d'emprisonnement ne dépassant pas un an à quiconque rétrograde, avertit, licencie, transfère dans des zones de travail défavorables ou harcèle et intimide de toute autre manière un dénonciateur ou un témoin.

Dans le manifeste de 2013 de la Coalition Jubilee, le gouvernement kenyan a promis une tolérance zéro pour la corruption et les abus à des fins personnelles, en plus de son engagement à supprimer l'immunité parlementaire aux accusations de corruption. Malgré ces promesses, les principales agences de lutte contre la corruption n'ont pas réussi à réduire le vol de biens publics, récupérer des biens volés ou condamner ceux qui ont volé ou encouragé l'utilisation abusive des ressources publiques. Selon un audit de la Commission d'éthique et de lutte contre la corruption, le Kenya perd chaque année un tiers de son budget national, environ 666 milliards de shillings, à cause de vols et de mauvaise gestion. Une analyse du rapport du vérificateur général par la société civile montre que seuls 590 milliards de shillings de dépenses publiques ont été correctement comptabilisés, soit 13% des dépenses totales. 4.2 billions de shillings, environ 87%, ont été perdus, n'ont pas été dépensés correctement ou n'ont pas été comptabilisés, ce qui montre que 368 milliards de shillings du billion de shillings sont dépensés sans aucune responsabilité. Les principaux scandales de corruption restent non résolus, notamment la Kenya Pipeline Company (KPC), le National Hospital Insurance Fund (NHIF), le National Youth Service (NYS), «Chicken Gate» et le détournement de fonds déconcentrés.

Reportés?

Cet engagement n'a pas été reporté dans le prochain plan d'action du Kenya. Cependant, le troisième plan d'action note que pour réaliser les engagements qui y figurent, qui sont conformes au programme des quatre grands gouvernements, les mesures anti-corruption doivent être un thème transversal.

Atelier régional / Conférence pour accélérer la mise en œuvre de la CNUCC, présenté par Sheryl Steckler, experte internationale sur la protection des lanceurs d'alerte (consultante ONUDC / PICS) et Constanze von Soehnen, spécialiste de la prévention du crime et de la justice pénale (ONUDC), mars 2018, https://www.unodc.org/images/ngos/Corruption/March_2018_Workshop_East_Atrica_presentation_draft_final.pptx.
Une entité privée comprend toute personne ou organisation qui n'est pas une entité publique, par exemple les entreprises constituées au Kenya qui exercent des activités au Kenya ou en dehors du Kenya, les entreprises étrangères qui exercent des activités en tout ou en partie au Kenya, les partenariats ou les organisations caritatives qui ont un lien avec le Kenya, etc. .
«The Bribery Act, 2016», Supplément de la Gazette du Kenya (n ° 197), République du Kenya, 30 décembre 2016, http://www.bowmanslaw.com/wp-content/uploads/2017/02/Bribery-Act-47-of-2016.pdf.
Manifeste du Jubilé 2017, Bureau du vice-président, 2017, http://deputypresident.go.ke/images/jpmanifesto2017.pdf.
"Sh1 billion - Chiffres choquants dans le pillage d'une nation", Standard Digital, 9 décembre 2018, https://bit.ly/37EzzIj.
«Action publique contre le vol aveugle et le gaspillage des ressources de l'État», Kenya Human Rights Commission, 1er novembre 2016, https://bit.ly/37DiSgh.
Brian Ngugi, «Experts: le vol, les déchets susceptibles de faire taire les appels à l'austérité», Daily Nation, 11 mars 2018, https://bit.ly/2DgZjfF.
Rapports de vérification du vérificateur général et rapports du contrôleur de l’exécution du budget du budget
Le «Big Four Agenda» fait référence aux domaines politiques auxquels le gouvernement kényan prévoit de consacrer une énergie et des ressources importantes au cours des cinq prochaines années, à savoir: la sécurité alimentaire, le logement abordable, la fabrication et les soins de santé universels pour une transformation socio-économique accélérée, une création d'emplois accrue et une meilleure qualité de vie pour tous les Kenyans. Pour plus d'informations, voir FAITS MARQUANTS DU GRAND QUATRE ORDRE DU JOUR DE SE PRÉSIDENT UHURU KENYATTA, ”Kenya Private Sector Alliance, 12 décembre 2017, https://bit.ly/34lxXkw.
«Eye on the 'Big Four': Budget Watch 2018/19 and the Medium Term», Bureau parlementaire du budget, République du Kenya, août 2018, http://www.parliament.go.ke/sites/default/files/2018-09/Budget%20Watch%202018.pdf.

Engagements

  1. Beneficial ownership

    KE0018, 2018, Accès à l'information

  2. Contrats ouverts

    KE0019, 2018, Accès à l'information

  3. Données géospatiales ouvertes pour le développement

    KE0020, 2018, Accès à l'information

  4. Participation du public

    KE0021, 2018, Renforcement des capacités

  5. Indices de gouvernance

    KE0022, 2018, Renforcement des capacités

  6. Résilience du gouvernement ouvert

    KE0023, 2018, Renforcement des capacités

  7. Développement plus transparent et participatif des politiques sur le climat aux niveaux national et sous-national

    KE0010, 2016, Accès à l'information

  8. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

    KE0011, 2016, Anti-Corruption

  9. Améliorer la transparence dans le processus législatif

    KE0012, 2016, gouvernement électronique

  10. Publier des contrats de pétrole et de gaz

    KE0013, 2016, Anti-Corruption

  11. Engagement étoilé Assurer une plus grande transparence autour des offres et des contrats

    KE0014, 2016, Anti-Corruption

  12. Créer un processus de passation des marchés publics transparent, une supervision publique des dépenses et assurer une utilisation optimale des ressources par rapport aux priorités des citoyens

    KE0015, 2016, Accès à l'information

  13. Améliorer l'accès aux informations budgétaires du gouvernement et créer des structures plus larges et plus inclusives pour la participation du public

    KE0016, 2016, gouvernement électronique

  14. Engagement étoilé Renforcer le droit à l'information

    KE0017, 2016, Accès à l'information

  15. Engagement étoilé Améliorer la transparence des processus électoraux: 1.A. Définition des limites électorales et nom.

    KE0001, 2012, Media & Telecommunications

  16. Améliorer la transparence des processus électoraux: 2.B. Information de vote en ligne

    KE0002, 2012, Accès à l'information

  17. Promotion de la participation publique: 1.B. Portail de prestation de services de bout en bout

    KE0003, 2012, gouvernement électronique

  18. Promouvoir la participation du public: 1.D. Portail public des plaintes

    KE0004, 2012, gouvernement électronique

  19. Promouvoir la participation du public: 2.C. Plan d'action du Kenya en ligne

    KE0005, 2012,

  20. Promouvoir la participation du public: 1.C. Open Data Portal

    KE0006, 2012, Accès à l'information

  21. Engagement étoilé Améliorer la transparence dans le système judiciaire: 2.A. Vérification publique des juges et système de répartition des affaires

    KE0007, 2012, gouvernement électronique

  22. Budgets ouverts: 3.a. Améliorer l'indice OBI du Kenya

    KE0008, 2012, Ouverture fiscale

  23. Budgets ouverts: 3.B. Augmenter la participation du public dans les processus budgétaires

    KE0009, 2012, Accès à l'information

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!