Ignorer la navigation
Kenya

Améliorer la transparence du processus législatif (KE0012)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national du Kenya 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution principale: Commission de service du Parlement, Assemblées de comté, Ministère de la Justice, Bureau de liaison législative et intergouvernementale (LILO), Conseil national pour le compte rendu de la loi.

Institution (s) de soutien: Gouvernements de comté, Présidence Mzalendo Trust, Réseau d'initiatives parlementaires, Kenya - Réseau d'OSC. Ushahidi

Domaines politiques

E-gouvernement, Législation et réglementation, Législatives, Parlements ouverts, Participation à l'élaboration des lois, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat du Kenya 2016-2018, Rapport à mi-parcours sur le Kenya 2016- 2018

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs de l'OGP: accès à l'information, participation civique, technologie

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Statu quo ou problème / question à résoudre Il est difficile pour le public d'accéder aux projets de loi déposés au Parlement. En outre, l'avis donné par les commissions parlementaires compétentes à la participation du public n'est pas suffisant. De plus, l'accès du public aux bâtiments du Parlement est fortement réglementé pour des raisons de sécurité. Les appels parlementaires aux mémorandums et aux invitations à des audiences publiques ne sont publiés dans les journaux qu’en tant que publicités auxquelles seulement environ 2% de la population kényane ont accès. Il serait plus efficace d'utiliser d'autres médias, tels que la radio et le téléphone portable, auxquels 80% des Kenyans ont accès, sont utilisés. Il est nécessaire d'améliorer le suivi des projets de loi, y compris les modifications en temps réel apportées aux différentes étapes du processus législatif. Actuellement, vous ne pouvez suivre que le processus du projet de loi par opposition au contenu. Brève description de l'engagement (limite de caractères 140) Adoptez une politique et une loi relatives à la participation du public afin de prescrire les voies, les seuils, les délais et les formats de participation des citoyens dans lesquels les informations parlementaires doivent être utilisées.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

3. Transparence législative dans les assemblées du parlement et du comté

Texte d'engagement:

Titre: 3. Améliorer la transparence du processus législatif au Parlement et à l'assemblée de comté

Il est difficile pour le public d'accéder aux projets de loi déposés au Parlement. En outre, l'avis donné par les commissions parlementaires compétentes à la participation du public n'est pas suffisant. De plus, l'accès du public aux bâtiments du Parlement est fortement réglementé pour des raisons de sécurité. Les appels parlementaires aux mémorandums et aux invitations aux audiences publiques ne sont publiés dans les journaux qu’à des publicités, auxquelles seuls environ 2% de la population kényane ont accès. Il serait plus efficace d'utiliser d'autres médias, tels que la radio et le téléphone portable, auxquels 80% des Kenyans ont accès, sont utilisés. Il est nécessaire d'améliorer le suivi des projets de loi, y compris les modifications apportées en temps réel aux différentes étapes du processus législatif. Actuellement, vous ne pouvez suivre que le processus du projet de loi par opposition au contenu.

Brève description de l'engagement

Promulguer une politique et une loi sur la participation du public afin de prescrire les voies, les seuils, les délais et les formats de participation des citoyens dans lesquels les informations parlementaires devraient être utilisées. En exploitant les informations par le biais de la technologie (sites Web, codes abrégés SMS, plates-formes de radio et de médias sociaux), les législateurs facilitent une prise de décision plus inclusive et offrent des pistes de rétroaction.

Jalons:

3.1. Promulguer une loi et une politique sur la participation publique afin de prescrire les voies, les délais et les seuils nécessaires

3.2. Fournir des copies suivies des projets de loi à chaque étape de la discussion au Parlement

3.3. Adopter des plateformes à code source ouvert pour améliorer la communication interne entre les parlements et les assemblées de comté et faciliter le partage d'informations avec le public

3.4. Publier les comptes rendus hebdomadaires des assemblées du Sénat, de l'Assemblée nationale, de l'Assemblée de comté et des commissions

3.5. Faciliter l'engagement des citoyens auprès du Parlement et de l'assemblée du comté via des médias alternatifs

3.6. Augmenter le Parlementde la participation du groupe de travail sur l'ouverture législative

Institutions responsables: Commission de service du Parlement; Assemblées de comté; Département de la Justice; Bureau de liaison législatif et intergouvernemental (LILO); et Conseil national du reportage juridique

Institutions d'appui: Gouvernements de comté, présidence Mzalendo Trust, réseau d'initiatives parlementaires, Kenya - réseau d'OSC. Ushahidi

Date de début: 1 Juillet 2016

Date de fin: 30 Juin 2018

Note éditoriale: Ce texte d’engagement a été abrégé pour plus de concision. Pour le texte intégral, voir le Plan d’action national du Kenya, 2016 – 18, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Kenya_AP2_2016_0.pdf.

Contexte et objectifs

Le processus législatif et budgétaire au Kenya a une histoire de secret et d’exclusion de la participation civique. Avec la promulgation de la constitution 2010,[Note78: Constitution du Kenya (2010) http://www.kenyalaw.org/Downloads/The%20Constitution%20of%20Kenya.pdf.] la participation du public est devenue un pilier crucial de la Constitution. L'article 118 (b) de la Constitution, lu conjointement avec la loi sur les finances publiques et la gestion et la loi sur les marchés publics, requiert la participation du public dans tous les domaines de la gouvernance, y compris le processus législatif, le processus budgétaire et le processus de passation des marchés. Cet engagement vise à donner aux citoyens plus de possibilités d'examiner un projet de loi et de donner son avis sur l'élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques. Cependant, comme rédigé, l'engagement pourrait être mieux défini et avoir une portée plus large pour réaliser des changements de transformation. Par conséquent, l'impact potentiel de l'engagement est globalement considéré comme modéré.

3.1. Promulguer des lois et des politiques sur la participation du public

Cette étape met l'accent sur la mise en œuvre d'une législation visant à élargir le cadre de participation du public. Tel qu'écrit, le texte ne précise pas si ces étapes renforceront les réglementations existantes pour garantir la participation du public au processus législatif, ou si de nouvelles lois seront adoptées pour renforcer ce domaine politique. Les objectifs incluent le développement de supports et de calendriers de participation des citoyens pour permettre au public de participer à la prise de décision législative. Ce jalon ne précise pas comment il sera exécuté et appliqué. En raison de l'ambiguïté quant à savoir si elle appliquera les règles existantes ou en élaborera de nouvelles, l'impact potentiel est mineur, car il est difficile de savoir comment les activités vont permettre aux pratiques du gouvernement d'aller au-delà de la base actuelle.

3.2. Fournir des copies suivies des projets de loi à chaque étape de la discussion au Parlement

Ce jalon vise à résoudre le problème de l'accès public aux copies suivies des projets de loi déposés au Parlement (à la fois à l'Assemblée nationale et au Sénat) en raison des frais d'utilisation requis. Les OSC ont noté que même le principal éditeur en ligne de lois au Kenya, Loi du Kenya[Note79: Kenya Law (consulté sur 21 février 2018) kenyalaw.org/kl/. ] effectue le processus d'achat des factures de la presse gouvernementale et ne peut y accéder avant que l'imprimante gouvernementale ne les mette à disposition. Le Sénat n'a pas la capacité suffisante pour divulguer et publier le Hansard de ses comités (le rapport officiel et les procès-verbaux des travaux parlementaires) pour que toutes les discussions sur les projets de loi soient prises en compte. Il est nécessaire d'améliorer le suivi des factures, y compris les modifications apportées en temps réel aux différentes étapes du processus législatif. Permettre au public de suivre les modifications apportées aux projets de loi tout au long du processus de rédaction est important pour l'accès à l'information et pourrait transformer la façon dont les citoyens suivent l'évolution de la législation.

3.3. Adopter des plateformes à code source ouvert pour améliorer la communication interne entre les parlements et les assemblées de comté et faciliter le partage d'informations avec le public

Ce jalon vise à résoudre le problème du partage d'informations et des réactions des assemblées parlementaires et des comtés. Actuellement, les comités parlementaires donnent un préavis insuffisant au public. Développer une plate-forme open source et utiliser d'autres moyens pour informer les citoyens de manière adéquate et leur donner la possibilité de faire des commentaires pourrait améliorer l'engagement civique au Kenya. Cependant, cet engagement inclut un langage ambitieux qui ne fournit pas d’étapes, de plans ou d’activités clairs qui pourraient être entrepris pour mettre en œuvre de tels changements; par conséquent, l'impact potentiel est mineur.

3.4. Publication hebdomadaire du Sénat, de l'Assemblée nationale, de l'assemblée plénière et des commissions» procédure

Ce jalon vise à assurer la publication des Hansards respectifs des séances plénières et des travaux des commissions du Sénat, de l’Assemblée nationale et de l’Assemblée de comté. C'est une pratique courante car le hansard est disponible sur le site Web parlementaire et les sites Web des comtés. Ce jalon ne changera aucune pratique gouvernementale et son impact potentiel n'en sera donc aucun car il maintiendra le statu quo.

3.5. Faciliter l'engagement des citoyens auprès du Parlement et de l'assemblée du comté via des médias alternatifs

Ce jalon vise à promouvoir l'utilisation par les gouvernements locaux et nationaux de médias alternatifs tels que les portails Web et les médias sociaux tels que YouTube. En utilisant la technologie, les assemblées du parlement et des comtés pourraient utiliser de nouveaux outils pour ouvrir leurs données législatives et permettre aux citoyens de mieux comprendre le processus législatif. Il est codé comme pertinent pour l’accès à l’information, la technologie et l’innovation. Cet engagement est vague et peu spécifique. Par conséquent, l'impact potentiel est mineur car il est difficile de savoir quel nouveau média sera utilisé et comment. De plus, le gouvernement utilise déjà des médias tels que YouTube ou Twitter pour fournir des informations. Ces plates-formes ne sont généralement pas destinées à recueillir les réactions du public et, telles qu'elles sont rédigées, ne sont pas clairement pertinentes pour la participation civique.

3.6. Augmenter le ParlementLa participation de la législature à la transparence[Note80: Open Government Partnership, 'Groupe de travail: Ouverture législative - À propos' (Washington, DC: OGP, 2018) https://www.opengovpartnership.org/about/working-groups/legislative-openness-0. ] groupe de travail

Actuellement, le Parlement participe activement au groupe de travail OGP sur la transparence de la législation par l’intermédiaire de législateurs, y compris l’hon. Johnson Sakaja, l'hon. Agnes Zani et l'hon. Jessica Mbalu. Le groupe de travail a pour objectif de promouvoir l'apprentissage par les pairs et de fournir un soutien technique pour aider les gouvernements participant au PGO à mettre en œuvre leurs engagements. Le groupe de travail sur l'ouverture de la législation se concentre sur l'approfondissement de l'échange de connaissances entre les gouvernements, les parlements, la société civile et les institutions internationales en ce qui concerne les opportunités et les défis associés à l'ouverture du processus législatif.[Note81: Open Government Partnership, 'Groupe de travail: Ouverture législative - Gouvernance' (Washington, DC: OGP, 2018) https://www.opengovpartnership.org/about/working-groups/legislative-openness/governance.] Ce jalon vise à accroître la participation de l'ensemble de la Chambre à ce groupe de travail afin de garantir la participation des législateurs aux efforts de réforme du gouvernement ouvert. Cependant, cette participation est liée aux processus internes du gouvernement et n'augmente pas directement les possibilités pour les citoyens de s'engager avec le gouvernement. Par conséquent, sa pertinence pour les valeurs OGP n’est pas claire.

Aboutissement

3.1. Adopter la législation et la politique de participation publique - limité

Une législation et une politique de participation publique autonome doit encore être promulguée. Cependant, un certain nombre de lois contiennent des dispositions sur la participation du public, notamment la Constitution. Au cours du premier Sénat,[Note82: Projet de loi sur la participation du public, 2016 (projets de loi du Sénat, 2016) http://www.parliament.go.ke/the-senate/house-business/senate-bills/item/3460-public-participation-bill-2016.] un projet de loi sur la participation du public a été publié sur 25 Novembre 2016[Note83: Supplément de la Gazette du Kenya n ° 175 (projets de loi du Sénat n ° 15) (Nairobi: l'imprimeur gouvernemental, 8 nov. 2016). et cela a traversé la première lecture. Il fournit un cadre général pour une participation effective du public afin de donner effet aux principes constitutionnels de la démocratie et aux dispositions constitutionnelles relatives à la participation de la population. Cependant, le Sénat a suspendu ses travaux pour les élections d’août 2017. L'Institute for Social Accountability, en étroite collaboration avec le gouvernement du comté de Nairobi, a élaboré un modèle de loi sur la participation du public et organisé des réunions pour débattre de la participation du public, y compris une conversation sur la politique de proposition de participation du comté du comté de Nairobi, organisée le 13 en juin au Basketball Cour dans le stade national de Nyayo.

3.2. Fournir des copies suivies des projets de loi à chaque étape de la discussion au Parlement - Achevée

L’Assemblée nationale et le Sénat, en étroite collaboration avec une société civile basée au Kenya, Mzalendo Trust,[Note84: Mzalendo Trust, une organisation non partisane, surveille le Parlement kényan avec pour mission de faciliter la participation du public aux processus parlementaires par le partage d'informations, la recherche et la mise en réseau.] A développé une plateforme Web appelée Dokeza,[Note85: Dokeza, 'Home' (Mzalendo, 2018) https://dokeza.mzalendo.com.] qui est swahili pour 'partagez votre idée.' Il s'agit d'un outil de suivi des factures annoté qui non seulement suit l'état d'avancement d'un projet de loi, mais aussi les amendements et la justification des amendements proposés à chaque étape de l'évolution d'une loi. Dokeza offre la possibilité de fournir des commentaires du public sur des projets de loi en cours de rédaction et donne des informations sur les audiences publiques à tenir. Dokeza a été approuvé par le Parlement, à la fois par l'Assemblée nationale et par le Sénat, en tant que plate-forme innovante.[Note86: Traditionnellement, le Parlement annonçait des appels à des mémorandums dans les principaux journaux (principalement Nation et The Standard) et donnait un maximum de six jours aux Kenyans pour soumettre leurs points de vue au Parlement par le biais de mémorandums écrits. La loi exige des contacts avec les journaux, mais leur portée est limitée car seuls les Kenyans de 500,000 achètent régulièrement ces journaux, ce qui entraîne une participation faible, voire nulle.

Dokeza cherche à: permettre au public d'exprimer ses opinions en tant qu'individus ou en tant que communautés informelles d'intérêt ou de pratique; permettre aux organisations à Nairobi et dans d’autres régions du pays de recueillir l’opinion publique et de rédiger des mémorandums dans les délais impartis par le Parlement; servir de dépositaire des commentaires du public sur divers appels de mémoires; donner aux membres du Parlement et aux institutions gouvernementales la possibilité de pratiquer une gestion ouverte des parties prenantes lors de la rédaction d'un projet de loi ou au cours de sa phase de participation du public; tester la loi sur l'accès à l'information en encourageant le Parlement, le Conseil national pour le compte rendu de lois, la Commission de réforme de la législation du Kenya, le procureur général et les imprimeurs du gouvernement à rendre les informations législatives accessibles au public dans des délais raisonnables et dans des formats conviviaux.] La plate-forme s'efforce de rendre interactifs les projets de loi de la phase de participation du public afin que les législateurs puissent interagir avec les citoyens pour améliorer les projets de loi en cours de discussion. Cependant, les assemblées de comté ne disposent pas d'une plate-forme similaire. Les comtés utilisent leurs sites Web pour publier les factures des comtés, mais ils ne peuvent pas être suivis au cours des étapes de développement. Par conséquent, il est possible d'améliorer encore les autorités locales.

3.3. Adopter des plateformes à code source ouvert pour améliorer la communication interne des assemblées de parlement et de comté et faciliter le partage d'informations avec le public - limité

Les assemblées du parlement et des comtés doivent encore adopter des plates-formes open source pour améliorer la communication avec le public. Le bureau de liaison du Sénat, qui relève du bureau du président, a déclaré qu'il travaillait à la mise en place d'un cadre de partage d'informations avec les assemblées coordonnées entre les officiers de liaison de comté dans les assemblées de comté 47, bien que les preuves de progrès ne soient pas publiquement disponibles. Selon un répondant du gouvernement, le site Web du Parlement doit être réorganisé pour fournir une plate-forme permettant de partager des informations avec le public, de renforcer l'engagement et de fournir une rétroaction instantanée via un outil de discussion en direct avec le public et les OSC concernant les activités législatives.

3.4. Publier les comptes rendus hebdomadaires des séances du Sénat, de l'Assemblée nationale, de l'Assemblée de comté et des commissions - substantielle

Le Sénat[Note87: Parlement du Kenya 'Hansard - The Senate' (consulté sur 21 février 2018) http://www.parliament.go.ke/index.php/the-senate/house-business/hansard. ] et Assemblée nationale,[Note88: 'Hansard - The National Assembly' du Parlement du Kenya (consulté sur 21 février 2018) http://www.parliament.go.ke/index.php/the-national-assembly/house-business/hansard. ] ont continué de publier leur hansard hebdomadaire. Les séances plénières hebdomadaires continuent d'être publiées sur le site web du Parlement le lendemain de chaque séance. Le site Web remodelé permettra éventuellement aux comités de diffuser leurs travaux également, mais cette étape n'a pas encore commencé. Au niveau des comtés, les assemblées de comtés publient leurs séances plénières hebdomadaires et leurs délibérations. Parmi les comtés qui publient figurent Elgeyo Marakwet.[Note89: Assemblée du comté d'Elgeyo-Marakwet, 'Hansard' (consulté 21 février 2018) http://www.emca.or.ke/hansard/.] Ce pays participe seul au programme pilote sous-national OGP et met en œuvre son propre plan d'action comportant cinq engagements.[Note90: Open Government Partnership'Elgeyo Marakwet, Kenya' (Washington: OGP 2018) https://www.opengovpartnership.org/countries/elgeyo-marakwet-kenya. ]

3.5. Faciliter l'engagement des citoyens auprès du Parlement et de l'assemblée du comté via des médias alternatifs - Achevée

Le Parlement et certaines assemblées de comté ont mis en place des sites Web interactifs et des comptes de médias sociaux comme moyen de participation des citoyens. Le Parlement utilise actuellement les médias sociaux pour engager le public via Twitter[Note91: 'L'Assemblée nationale du Kenya' (Twitter, consulté 21 février 2018) https://twitter.com/NAssemblyKE.] et Facebook.[Note92: 'Parlement du Kenya' (Facebook, consulté 21 février 2018) https://www.facebook.com/ParliamentKE/.] Récemment, le Parlement a activé un YouTube[Note93: 'Parlement du Kenya' (YouTube, consulté 21 février 2018) https://www.youtube.com/channel/UCXuseB7juWB7DIgTJcwtHFQ. ] compte par lequel le public peut voir les débats parlementaires. Cependant, cela n'a pas encore gagné en popularité. D'après ce rapport, le compte YouTube avait des abonnés 323 avec des vues 545 dans un pays d'environ 50 millions selon les estimations de l'ONU. Il peut être nécessaire de vulgariser les médias alternatifs en tant que mode de participation des citoyens au Parlement et aux assemblées de comté.

3.6. Augmenter le Parlementde la participation du groupe de travail sur l'ouverture législative - limité

Le Parlement a participé à certaines réunions du groupe de travail sur la transparence législative de l'OGP. Cependant, il pourrait être nécessaire d'adopter une approche plus coordonnée au sein du Parlement pour assurer une participation cohérente au groupe de travail.

Premiers résultats

La plateforme annotée de suivi des factures, 'Dokeza, 'est un outil utile pour suivre les projets de loi à chaque étape de la discussion et pour offrir au public l’occasion de donner son avis. Cette plate-forme met à disposition et interprète les projets de loi en phase de participation du public afin que le droit soit facilement compréhensible. Les Kenyans ont ensuite la possibilité de donner leur point de vue dans les différentes parties du projet de loi et même de partager leurs opinions sur les médias sociaux. La plateforme dispose actuellement d'une liste à jour des factures pouvant être suivies.[Note94: Dokeza, 'Home.' ]

Prochaines étapes

L'engagement en faveur de la transparence législative est opportun et pertinent pour renforcer la participation du public à l'élaboration des lois. Le prochain plan d'action peut élargir la portée du plan actuel pour fournir des engagements clairs et mesurables en faveur de l'ouverture du Parlement.

· Il est nécessaire d'institutionnaliser les avancées positives sur l'outil d'annotation de suivi des factures développé par Mzalendo Trust au sein du gouvernement pour assurer la durabilité et que le portail soit hébergé sur le site Web du Parlement et mis à jour régulièrement.

· Les comtés devraient progressivement mettre de côté des fonds pour assurer un budget adéquat pour la maintenance de l'outil d'annotation de suivi des factures.

· Bien qu'il existe un cadre juridique pour la participation au niveau du comté, les ressources et les incitations offertes aux responsables du comté sont insuffisantes pour que cette participation soit significative. En outre, les cadres participatifs devraient combler les lacunes qui subsistent au niveau des comtés, notamment en renforçant les réglementations formelles existantes (par exemple, en pénalisant les comtés qui ne se conforment pas) ou en trouvant d'autres moyens d'inciter et de soutenir ces espaces participatifs.

Résumé du statut de fin de session IRM

3. Transparence législative au Parlement et aux assemblées de comté

Texte d'engagement:

Titre: 3. Améliorer la transparence du processus législatif au Parlement et à l'Assemblée du comté.

Il est difficile pour le public d'accéder aux projets de loi déposés au Parlement. En outre, l'avis donné par les commissions parlementaires compétentes à la participation du public n'est pas suffisant. De plus, l'accès du public aux bâtiments du Parlement est fortement réglementé pour des raisons de sécurité. Les appels parlementaires aux mémorandums et aux invitations aux audiences publiques ne sont publiés dans les journaux qu’à des publicités, auxquelles seuls environ 2% de la population kényane ont accès. Il serait plus efficace d'utiliser d'autres médias, tels que la radio et le téléphone portable, auxquels 80% des Kenyans ont accès, sont utilisés. Il est nécessaire d'améliorer le suivi des projets de loi, y compris les modifications apportées en temps réel aux différentes étapes du processus législatif. Actuellement, vous ne pouvez suivre que le processus du projet de loi par opposition au contenu.

Brève description de l'engagement

Promulguer une politique et une loi sur la participation du public afin de prescrire les voies, les seuils, les délais et les formats de participation des citoyens dans lesquels les informations parlementaires devraient être utilisées. En exploitant les informations par le biais de la technologie (sites Web, codes abrégés SMS, plates-formes de radio et de médias sociaux), les législateurs facilitent une prise de décision plus inclusive et offrent des pistes de rétroaction.

Jalons:

  1. Adopter une législation et une politique de participation publique pour prescrire les avenues, les délais et le seuil nécessaires
  2. Fournir des copies suivies des projets de loi à chaque étape de la discussion au Parlement
  3. Adopter des plates-formes open source pour améliorer la communication interne des parlements et des assemblées de comté et faciliter également le partage d'informations avec le public
  4. Publier chaque semaine les délibérations du Sénat, de l'Assemblée nationale, de l'Assemblée du comté et des commissions
  5. Faciliter l'engagement des citoyens avec le Parlement et l'Assemblée du comté via des médias alternatifs
  6. Accroître la participation du Parlement au groupe de travail sur l'ouverture législative

Institutions responsables: Commission de service du Parlement; Assemblées de comté; Département de la Justice; Bureau de liaison législatif et intergouvernemental (LILO); et Conseil national du reportage juridique

Institutions de soutien: Gouvernements de comté, présidence Mzalendo Trust, réseau d'initiatives parlementaires, Kenya - réseau d'OSC. Ushahidi

Date de début: 1 Juillet 2016

Date de fin: 30 Juin 2018

Note éditoriale: Ce texte d'engagement a été abrégé par souci de concision. Pour le texte intégral, voir le plan d'action national 2016-18: https://www.opengovpartnership.org/sites/default/files/Kenya_AP2_2016_0.pdf.

But de l'engagement

L'article 118 (b) de la Constitution kényane exige la participation et l'implication du public dans tous les domaines de la gouvernance. Cet engagement visait à offrir aux citoyens plus d'occasions de réviser les projets de loi et de contribuer à l'élaboration et à la mise en œuvre des politiques publiques.

Statut

Mi-parcours: substantiel

À mi-parcours, l'état général de réalisation de cet engagement était substantiel. On ne sait toujours pas si l'étape 3.1 nécessite une meilleure mise en œuvre des lois existantes sur la participation du public ou l'élaboration et la promulgation de nouvelles politiques et lois. Au début de la période d'engagement, le Ministère de la déconcentration et de la planification et le Conseil des gouverneurs avaient déjà publié Directives de participation publique du comté. Alors que diverses initiatives ont été lancées (par exemple, une lecture au Sénat d'un nouveau projet de loi sur la participation du public en novembre 2016 et une consultation des parties prenantes sur la politique de participation proposée dans le comté de Nairobi), aucune n'a été achevée à mi-parcours.

S'appuyant sur la collaboration avec un membre du Parlement kényan qui a abouti à une participation civique réussie au projet de loi sur l'Autorité nationale pour l'emploi des jeunes, L'OSC de surveillance parlementaire Mzalendo a lancé la plateforme Dokeza en avril 2017. Cette initiative dirigée par les OSC est pertinente pour les jalons 3.2, 3.3 et 3.5, car elle permet à toute personne d'accéder aux projets de loi devant le Sénat et l'Assemblée nationale, indique quand les projets de loi sont «ouverts aux mémorandums» (c.-à-d. utilisateurs enregistrés pour publier des commentaires et fournir des notes explicatives sur les factures, si nécessaire. Mme Jessica Musila, Directrice en chef de Mzalendo, a affirmé que l'OSC avait obtenu l'opinion de divers acteurs gouvernementaux dans le développement de Dokeza et qu'elle était soutenue par les deux chambres du Parlement. L'élément de participation civique de la plate-forme Dokeza repose également sur un service SMS appelé «Bonga-na-Mzalendo», qui consiste à transmettre une simple question tirée des réformes législatives en cours à une base de données d'utilisateurs pouvant répondre par SMS, et diffusion d'informations via Twitter. Cependant, une plate-forme similaire n'a pas été développée pour les assemblées de comté.

Le Sénat et l'Assemblée nationale ont continué de publier leur hansard hebdomadaire (le rapport officiel et les procès-verbaux des délibérations parlementaires) sur le site Web du Parlement (étape 3.4), mais les plates-formes open source gouvernementales (étape 3.3) n'ont été adoptées ni au niveau national ni au niveau des comtés. . Le Parlement a continué d'utiliser les médias sociaux comme Facebook et Twitter pour mobiliser le public (étape 3.5) et a participé à certaines réunions du groupe de travail sur l'ouverture législative (étape 3.6). Pour plus d'informations, veuillez consulter le rapport d'étape 2016-2018 de l'IRM.

Fin du terme: substantiel

À la fin du terme, cet engagement était resté largement mis en œuvre. Un nouveau projet de loi sur la participation publique du Sénat a été publié le 5 mars 2018 (étape 3.1). Le projet de loi vise à fournir un cadre général pour la participation du public afin de donner effet aux principes de démocratie et de participation dans la Constitution kényane. Le projet de loi consacre les principes généraux de la participation du public et envisage en outre qu'un éventail d'autorités responsables élaborera des lignes directrices plus détaillées sur la participation du public pour leurs institutions respectives. Les principes généraux, par exemple, comprennent des garanties d'accès équitable à l'information; et le droit du public, des communautés et des organisations concernés par une décision d'être consultés et impliqués dans le processus décisionnel. Jusqu'à ce qu'une autorité responsable ait élaboré des lignes directrices plus spécifiques sur la participation du public pour l'institution du secteur public concernée, les lignes directrices générales énoncées dans le projet de loi s'appliquent. Le projet de loi prévoit que chaque autorité responsable préparera et publiera un rapport annuel sur les activités de participation du public et leurs résultats. À la fin de la période d'engagement, le projet de loi n'avait plus progressé au Parlement kényan au-delà de son introduction au Sénat.

Bien qu'affectée par l'accalmie de l'activité législative qui a suivi pendant et après les élections prolongées et problématiques de 2017 au Kenya, le site de Dokeza est resté fonctionnel dans la seconde moitié de la période d'engagement (étapes 3.2, 3.3 et 3.5). Au total, 24 projets de loi du Sénat et de l'Assemblée nationale datant de 2018 et 2019 ont été publiés sur le site pour un accès public et des commentaires. Les mêmes projets de loi ont été publiés sur le site Web du Parlement du Kenya, avec une fonctionnalité permettant de soumettre des commentaires. Les fonctions de suivi des factures sur les deux plates-formes ne sont cependant pas opérationnelles. Les modes d'engagement citoyen autour de la plateforme Dokeza (publication de factures, vidéos Youtube, service SMS, et pseudonymes Twitter) visent à favoriser la participation citoyenne. Par exemple, le projet de loi sur la santé mentale (amendement), 2018 a été publié sur la plateforme Dokeza et a reçu 11 commentaires en ligne. Une vidéo du sénateur parlant du projet de loi publiée sur Youtube a reçu 100 likes; 168 personnes ont répondu par SMS à une question relative au projet de loi; et deux hashtags Twitter sur le projet de loi ont enregistré respectivement 86,000 18,000 et XNUMX XNUMX impressions.

Aucun autre progrès n'a été réalisé en ce qui concerne les étapes 3.4 et 3.6.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: marginal

Participation civique: marginale

Au Kenya, la participation du public est déjà inscrite dans la Constitution et doit être respectée même en l'absence de législation habilitante. Cet engagement visait à améliorer la transparence des processus législatifs parlementaires et des comtés. Il est pertinent aux valeurs OGP d'accès à l'information et de participation du public. Avant l'engagement, les Kenyans devaient acheter des factures auprès de l'imprimeur du gouvernement et ne pouvaient pas y accéder avant que le gouvernement ne les rende disponibles. Les périodes de commentaires du public étaient très courtes et le public ne savait pas quand la période de commentaires était ouverte.

Les progrès accomplis dans le cadre de cet engagement ont conduit à une amélioration marginale de l'accès à l'information et de la participation civique. Certaines activités ont été achevées avant le début du plan d'action (comme l'étape 3.5), mais d'autres ont montré des progrès. Bien qu'une loi générale habilitant la participation publique n'ait pas encore été promulguée, un nouveau projet de loi sur la participation publique a été présenté au Sénat. Les projets de loi sont également accessibles sur le site du Parlement kenyan et via la plateforme Dokeza. La plate-forme Dokeza indique plus clairement quand un projet de loi est «ouvert aux mémorandums», et ses modes intégrés de stimulation de la participation civique aux processus législatifs ont eu des résultats positifs.

Cependant, bien qu'il existe un cadre juridique pour la participation au niveau des comtés, les ressources et les incitations pour les fonctionnaires des comtés sont insuffisantes pour assurer une participation significative. Par conséquent, les comtés pourraient mettre de côté des fonds pour garantir un budget adéquat pour maintenir l'outil d'annotation de suivi des factures. En outre, les cadres participatifs pourraient combler les lacunes qui existent encore au niveau des comtés, en particulier en renforçant les réglementations formelles existantes (par exemple en pénalisant les comtés qui ne se conforment pas) ou en trouvant d'autres moyens d'encourager et de soutenir ces espaces participatifs.

Reportés?

Cet engagement n'a pas été reporté dans le prochain plan d'action du Kenya.

«The Constitution of Kenya», National Council for Law Reporting with the Authority of the Attorney-General, http://extwprlegs1.fao.org/docs/pdf/ken127322.pdf.
«County Public Participation Guidelines», Ministère de la dévolution et de la planification et Conseil des gouverneurs, janvier 2016, http://www.hakijamii.com/wp-content/uploads/2016/05/County-Public-Participation.pdf.
Selon Mme Jessica Musila, directrice en chef de Mzalendo, le député a contacté Mzalendo, qui a facilité la participation du public en développant une vidéo Youtube sur le projet de loi et en rédigeant une enquête. En une semaine, ils ont reçu les réponses de 17,000 2016 personnes. Ces réponses ont informé les notes du député à l'intention du Parlement et ont été prises en compte dans l'adoption de la loi de 8 sur l'Autorité nationale de l'emploi. Mme Jessica Musila, Mzalendo, entretien avec un chercheur de l'IRM, 2019 avril XNUMX.
«Dokeza», Mzalendo, https://dokeza.mzalendo.com.
Voir, par exemple, les «projets de loi de l'Assemblée nationale» sur la plateforme Dokeza à l'adresse https://dokeza.mzalendo.com/bills/assembly/.
Ibid, Mme Jessica Musila.
«Kenya Progress Report 2016-2018», Independent Reporting Mechanism, 6 juin 2018, p. 36-37, https://www.opengovpartnership.org/sites/default/files/Kenya_MidTerm-Report_2016-2018.pdf.
découvrir Supplément de la Gazette du Kenya N 17 (projets de loi du Sénat n 4), 5 mars 2018, http://kenyalaw.org/kl/fileadmin/pdfdownloads/bills/2018/PublicParticipationBill_2018.pdf.
Ibid, Projet de loi sur la participation du public, section 4.
Idem, section 5. Les secrétaires de cabinet, par exemple, sont chargés d'élaborer des directives plus spécifiques pour les ministères.
Idem, article 6 (3).
Idem, section 8.
Ibid, Mme Jessica Musila.
Voir, par exemple, «National Assembly Bills», Dokeza, Mzalendo, https://dokeza.mzalendo.com/bills/assembly/.
Voir, par exemple, «Bills», Assemblée nationale de la République du Kenya, http://www.parliament.go.ke/the-national-assembly/house-business/bills.
Voir «Projet de loi sur la santé mentale (amendement)», Dokeza, Mzalendo, mis à jour le 1er février 2019, https://dokeza.mzalendo.com/bills/bill-act-parliament-amend-mental-health-act-and-co/.
Ibid, Mme Jessica Musila.
Idem.

Engagements

  1. Beneficial ownership

    KE0018, 2018, Accès à l'information

  2. Contrats ouverts

    KE0019, 2018, Accès à l'information

  3. Données géospatiales ouvertes pour le développement

    KE0020, 2018, Accès à l'information

  4. Participation du public

    KE0021, 2018, Renforcement des capacités

  5. Indices de gouvernance

    KE0022, 2018, Renforcement des capacités

  6. Résilience du gouvernement ouvert

    KE0023, 2018, Renforcement des capacités

  7. Développement plus transparent et participatif des politiques sur le climat aux niveaux national et sous-national

    KE0010, 2016, Accès à l'information

  8. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

    KE0011, 2016, Anti-Corruption

  9. Améliorer la transparence dans le processus législatif

    KE0012, 2016, gouvernement électronique

  10. Publier des contrats de pétrole et de gaz

    KE0013, 2016, Anti-Corruption

  11. Engagement étoilé Assurer une plus grande transparence autour des offres et des contrats

    KE0014, 2016, Anti-Corruption

  12. Créer un processus de passation des marchés publics transparent, une supervision publique des dépenses et assurer une utilisation optimale des ressources par rapport aux priorités des citoyens

    KE0015, 2016, Accès à l'information

  13. Améliorer l'accès aux informations budgétaires du gouvernement et créer des structures plus larges et plus inclusives pour la participation du public

    KE0016, 2016, gouvernement électronique

  14. Engagement étoilé Renforcer le droit à l'information

    KE0017, 2016, Accès à l'information

  15. Engagement étoilé Améliorer la transparence des processus électoraux: 1.A. Définition des limites électorales et nom.

    KE0001, 2012, Médias et télécommunications

  16. Améliorer la transparence des processus électoraux: 2.B. Information de vote en ligne

    KE0002, 2012, Accès à l'information

  17. Promotion de la participation publique: 1.B. Portail de prestation de services de bout en bout

    KE0003, 2012, gouvernement électronique

  18. Promouvoir la participation du public: 1.D. Portail public des plaintes

    KE0004, 2012, gouvernement électronique

  19. Promouvoir la participation du public: 2.C. Plan d'action du Kenya en ligne

    KE0005, 2012,

  20. Promouvoir la participation du public: 1.C. Open Data Portal

    KE0006, 2012, Accès à l'information

  21. Engagement étoilé Améliorer la transparence dans le système judiciaire: 2.A. Vérification publique des juges et système de répartition des affaires

    KE0007, 2012, gouvernement électronique

  22. Budgets ouverts: 3.a. Améliorer l'indice OBI du Kenya

    KE0008, 2012, Ouverture fiscale

  23. Budgets ouverts: 3.B. Augmenter la participation du public dans les processus budgétaires

    KE0009, 2012, Accès à l'information

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!