Ignorer la navigation
Kenya

Publication de contrats pétroliers et gaziers (KE0013)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national du Kenya 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution directrice: ministère des Mines

Institution (s) de soutien: ministère des Mines, bureau du procureur général et département d'État à la justice; Transparency International (TI - Kenya), Société pour le développement international (SID), Fondation kenyane pour le pétrole et le gaz Fondation Hivos Institut pour le droit et la gouvernance environnementale (ILEG)

Domaines politiques

Anti-Corruption, Industries d'extraction, Ouverture fiscale, Participation du public, Publication des informations budgétaires / fiscales

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat du Kenya 2016-2018, Rapport à mi-parcours sur le Kenya 2016- 2018

Étoilé: non

Premiers résultats: n'a pas changé

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: accès à l'information, participation civique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Statu quo ou problème abordé par l'engagement Les entreprises exerçant des activités extractives (principalement étrangères) ont eu tendance à ne pas divulguer leurs informations et revenus de prospection, apparemment responsables devant leurs actionnaires. Étant donné que les ressources naturelles doivent profiter à l'ensemble des écosystèmes et à la chaîne de valeur, de nouveaux partenariats sont nécessaires entre le gouvernement et l'industrie des ressources naturelles afin de garantir que les contribuables reçoivent tous les shillings dus à l'extraction de nos ressources naturelles. Une telle conformité garantira également une répartition équitable des produits d'extraction et une réduction des conflits potentiels. La divulgation proactive d'informations aux autorités locales et aux citoyens est également nécessaire pour assurer une meilleure gestion des ressources naturelles. Objectif principal Améliorer les systèmes de gouvernance des ressources naturelles afin d’assurer la transparence et la responsabilité du secteur extractif. Brève description de l'engagement Divulguer des informations contractuelles et des revenus provenant de l'industrie du pétrole et du gaz

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

4. Publication de contrats pétroliers et gaziers

Texte d'engagement:

Titre: 4. Publier des contrats de pétrole et de gaz, y compris des informations sur les revenus, afin de garantir la transparence et la responsabilité du secteur extractif

Statu quo ou problème: Les entreprises du secteur extractif (essentiellement étrangères) ont eu tendance à ne pas divulguer leurs informations et leurs revenus de prospection, apparemment responsables devant leurs actionnaires. Étant donné que les ressources naturelles doivent profiter à l'ensemble des écosystèmes et à la chaîne de valeur, de nouveaux partenariats sont nécessaires entre le gouvernement et l'industrie des ressources naturelles afin de garantir que les contribuables reçoivent tous les shillings dus à l'extraction de nos ressources naturelles. Une telle conformité garantira également une répartition équitable des produits d'extraction et une réduction des conflits potentiels. La divulgation proactive d'informations aux autorités locales et aux citoyens est également nécessaire pour assurer une meilleure gestion des ressources naturelles.

Objectif principal: Améliorer les systèmes de gouvernance des ressources naturelles afin d’assurer la transparence et la responsabilité du secteur extractif.

Brève description de l'engagement: Divulguer des informations contractuelles et des revenus provenant de l'industrie du pétrole et du gaz

Jalons:

4.1. Adopter et mettre en œuvre un cadre politique et législatif progressif et transparent pour les activités extractives en amont, à mi-parcours et en aval: notamment la publication des contrats dans l'industrie du pétrole et du gaz

4.2. Rendre les informations sur les processus décisionnels et les flux financiers liés aux industries extractives accessibles au public et utilisables.

4.3. Organisez des réunions régulières avec la société civile, le secteur privé et les gouvernements de comté afin de renforcer leur compréhension de l'ITIE.

4.4. Organiser des revues trimestrielles au niveau local et avec d'autres grands champions de l'ITIE afin d'évaluer les progrès et l'état de préparation en vue de la signature de l'ITIE.

Institution responsable: Ministère des mines

Institutions d'appui: Ministère des Mines; Bureau du Procureur général et Département d'État de la justice; Transparency International (TI - Kenya); Société pour le développement international (SID); Kenya Oil & Gas Coalition; Fondation Hivos; et Institut pour le droit et la gouvernance environnementale (ILEG)

Date de début: 30 Juin 2016

Date de fin: 30 mai 2018

Contexte et objectifs

Cet engagement traite de la transparence et de la responsabilité dans le secteur des industries extractives. Le Kenya est un pays riche en ressources et la découverte récente de nouvelles sources de pétrole brut et de gaz naturel accroît l'urgence de la mise en place d'une politique transparente sur les industries extractives.

4.1. Adopter et mettre en œuvre un cadre progressif et transparent pour les activités extractives: en particulier, publication de contrats dans l'industrie du pétrole et du gaz

En l'absence d'un cadre réglementaire approprié garantissant que le pays ne subisse pas la "malédiction des ressources naturelles", l'industrie pétrolière et gazière est un domaine du droit en pleine expansion au Kenya. Le gouvernement a mis en place des lois et des règlements qui régiront les sociétés qui se sont vues attribuer ou ont l'intention de demander des droits de prospection pétrolière au Kenya. L’exploration et la production de pétrole et de gaz sont principalement régies par la loi sur le pétrole (exploration et production), 1986 Cap 308[Note95: Loi sur le pétrole (exploration et production), Cap 308, disponible à l'adresse kenyalaw.org/lex/actview.xql?actid=CAP.%20308.] Et ses règlements. Le gouvernement kenyan n'a pas encore produit de rapport national sur la mise en œuvre des contrats publics. L'absence de tels rapports entrave l'examen du public de la mise en œuvre des contrats. Adopter un cadre légal[Note96: La législation qui est cruciale pour la gouvernance de ce secteur comprend: la loi minière 2016; Constitution du Kenya 2010; Loi sur le pétrole (exploration et production), Cap 308; Loi sur l'énergie; Loi sur la gestion et la coordination de l’environnement (EMCA); Loi de l'impôt sur le revenu; Loi sur la formation industrielle, Cap 237; Loi sur la sécurité et la santé au travail, Cap 514; Acte foncier, Cap 280; et Règlement sur le pétrole (exploration et production) (fonds de formation), 2006.], la publication de contrats de pétrole et de gaz pourrait fournir de meilleurs biens et services, dissuader la fraude et la corruption et faire économiser temps et argent au gouvernement kényan. Le secteur pétrolier et gazier était auparavant soumis au secret et la publication de contrats reviendrait à ouvrir la voie à des informations auparavant non divulguées sur les processus de passation de marché dans les secteurs pétrolier et gazier.

4.2. Rendre les informations sur les processus décisionnels et les flux financiers liés aux industries extractives accessibles au public et utilisables

Depuis la récente découverte de pétrole dans le comté de Turkana, les parties prenantes du secteur des industries extractives réclament un cadre législatif complet et consolidé pour permettre de suivre les recettes du secteur et permettre aux Kenyans de comprendre sa contribution à l’économie. La loi minière 2016[Note97: Supplément n ° 71 de la Gazette kényane (Actes n ° 12) (Nairobi: L'imprimeur gouvernemental, 13 May 2016). ] a été adoptée au début de 12 afin de trouver un équilibre entre l’intérêt des investisseurs, l’intérêt public et les obligations financières des détenteurs de droits miniers. Cette étape vise à publier des informations clés sur les décisions et les flux financiers dans le secteur de l'extraction, informations qui n'étaient pas disponibles auparavant. Par conséquent, si cette étape est franchie, cette étape pourrait constituer une transformation en vue de mettre à disposition de nouvelles informations et de contribuer aux discussions sur la gestion responsable du secteur de l'extraction.

4.3. Organiser des réunions régulières avec la société civile, le secteur privé et les gouvernements de comté afin de renforcer leur compréhension de l'ITIE

L’Initiative pour la transparence de l’industrie extractive (ITIE) est une norme qui permet de publier des informations sur les industries pétrolière, gazière et minière. La norme ITIE oblige les pays et les entreprises à divulguer des informations sur les principales étapes de la gouvernance des revenus pétroliers, gaziers et miniers, y compris les contrats et licences, la production, la collecte des revenus, l'allocation, les dépenses publiques et les avantages publics. Cela est pertinent pour la valeur de la participation civique du PGO. Son impact est codé mineur car la portée de la participation du public n’est pas claire. Le jalon ne précise pas la fréquence des réunions, le format de discussion, qui sera responsable de les convoquer et qui sera invité.

4.4. Organiser des revues trimestrielles au niveau local et avec d'autres grands champions de l'ITIE afin d'évaluer les progrès et l'état de préparation en vue de la signature de l'ITIE.

Cette étape clé vise à créer un environnement favorable qui conduira au Kenya à adopter les normes ITIE. La signature de l'ITIE montrera l'engagement du gouvernement à renforcer la transparence et la responsabilité dans le secteur extractif. Actuellement, les pays 50 sont conformes à l'ITIE et trois autres se sont engagés à poser leur candidature. À l'heure actuelle, le Kenya n'est ni conforme ni candidat. Cette étape a un impact potentiel mineur, car sa mise en œuvre complète pourrait constituer une étape supplémentaire dans le renforcement de la responsabilité vis-à-vis des parties prenantes, en particulier des communautés touchées par l'exploitation minière. À mesure que le Kenya s'emploie à renforcer l'efficacité et la bonne application des lois pétrolières et minières, un projet pilote de l'ITIE constituerait un grand pas en avant.

Aboutissement

4.1. Adopter et mettre en œuvre une politique progressive et transparente pour les activités extractives: en particulier, publication de contrats dans l'industrie du pétrole et du gaz - limité

Cet engagement a connu des progrès limités. Le processus de présentation du projet de loi 2017 sur le pétrole (exploration, mise en valeur et production) devant le Parlement a été long. Un comité technique relevant du ministère de l'Énergie a préparé ce nouveau projet de loi sur le pétrole après avoir examiné la loi sur l'exploration et la production pétrolière de 1986. Le 23 du 13 septembre, le président Uhuru Kenyatta a fait part à l'Assemblée nationale de son refus d'accepter le projet de loi sur le pétrole (exploration, développement et production).[Note98: https://citizentv.co.ke/news/uhuru-not-genuine-on-petroleum-bill-raila-150572/. ] Ensuite, une version modifiée du projet de loi a de nouveau été proposée et a fait l’objet d’une première lecture à l’Assemblée nationale le 8 November 2017. Il n'a pas avancé et a été retiré en raison de désaccords et d'erreurs dans le projet sur les pourcentages de partage des revenus. Un nouveau projet avec des structures de recettes révisées a été republié et présenté de nouveau à l'Assemblée nationale le 6 de décembre 2017, et une première lecture était prévue pour le mois de février 2018.[Note99: http://kenyalaw.org/kl/fileadmin/pdfdownloads/bills/2017/Petroleum_Exploration_DevelopmentandProductionBill_2017.pdf. ]

Cependant, étant donné que cette étape consiste à adopter et à mettre en œuvre une politique sur les industries extractives, elle reste limitée, car sa mise en œuvre en est encore à ses débuts. En vertu de la loi, le gouvernement créera l'Autorité de réglementation du pétrole en amont (UPRA) et le Comité consultatif national sur le pétrole en amont (NUPAC). Il prévoit également l'attribution de blocs d'exploration par le biais d'appels d'offres concurrentiels. En outre, la loi exige que le secrétaire du Cabinet élabore un cadre pour la production de rapports, la transparence et la responsabilité dans le secteur. Cela nécessite la publication de tous les accords, enregistrements, comptes annuels, rapports sur les revenus, redevances, taxes, redevances et autres charges, paiements correspondants du support de données et d'informations effectué par un contractant et paiements reçus par le gouvernement national, les gouvernements de comté et les communautés locales. Une fois que la société d’exploration a déclaré une découverte commerciale, le secrétaire à l’Energie approuvera le plan de développement du champ, qui doit être ratifié par le Parlement. En ce qui concerne le partage des revenus, le gouvernement national conservera 75 pour cent des bénéfices tirés du pétrole et du gaz commerciaux produits, le gouvernement du pays hôte recevant 20 pour cent et la communauté locale 5 pour cent. Plus tard, les gouvernements des comtés devront légiférer pour former un conseil d'administration et réglementer l'utilisation prudente des fonds reçus.

Milestones 4.2., 4.3. Et 4.4.

Ces jalons n'ont pas été démarrés au cours de la première année de mise en œuvre. Aucune mesure n'a été prise pour publier des informations sur les processus décisionnels ou financiers liés aux industries extractives (4.2), le gouvernement n'a pas chargé une agence d'organiser des réunions régulières avec la société civile, le secteur privé et les gouvernements de comté au sujet de l'ITIE (4.3) et Il n'y a aucune preuve publiquement disponible qu'un examen trimestriel de la préparation du Kenya à l'ITIE a eu lieu (4.4).

La Plate-forme de la société civile du Kenya sur le pétrole et le gaz (KCSPOG) a écrit une lettre au président Uhuru Kenyatta sur la transparence et la responsabilité dans le secteur en ce qui concerne l'information et la gestion des contrats.[Note100: Plate-forme de la société civile kényane sur le pétrole et le gaz, 'Kenya s'engage à mettre en œuvre l'ITIE' (KCSPOG, 6 Aug.2015) kcspog.org/kenya-commits-to-implementing-eiti/.] Kenyatta a ensuite référencé la lettre une déclaration officielle. Cependant, à part une mention officielle, il n'y a pas eu d'autres résultats.

Premiers résultats

Il n'y a pas de premiers résultats pour ces engagements. Avant le plan d'action, le gouvernement avait mis en place un cadre juridique et politique exhaustif régissant l'industrie pétrolière et gazière, mais des lacunes législatives subsistaient concernant la publication des contrats publics avec l'industrie pétrolière et gazière. La prochaine étape consiste à assurer une mise en œuvre et une application correctes et efficaces. Compte tenu du manque de progrès sur les autres étapes, il n'y a pas encore de résultats préliminaires disponibles. Cela pourrait être attribué à la transition de personnel au sein du ministère des Mines, qui a entraîné le transfert du champion clé de l'OGP dans un autre ministère.

Prochaines étapes

Les organisations de la société civile interrogées dans le cadre de ce rapport estiment que le gouvernement du Kenya devrait tenir cet engagement dans son prochain plan d'action. Ils recommandent:

Pour s'assurer que les redevances, les revenus miniers et la gestion des rentes minérales sont en place, le gouvernement doit mettre en place un système approprié pour publier ces informations. Cela devrait inclure la désagrégation des montants versés aux gouvernements sous-nationaux de ceux allant au gouvernement national et l'identification des différents types et sources. Plus précisément, indiquez les noms des sociétés dans leur localité, les taxes perçues auprès de chaque société, le type de revenu, la date de paiement, le lieu d’extraction et le calcul de la part infranationale.

Le ministère des Mines doit veiller à ce que les informations sur les contrats soient rendues publiques conformément à la politique gouvernementale par le biais de contrats ouverts. Cela nécessitera la publication des contrats dans la norme Open Contracting Data Standard (OCDS).

Résumé du statut de fin de session IRM

4. Publication des contrats pétroliers et gaziers

Texte d'engagement:

Titre: 4. Publier des contrats pétroliers et gaziers, y compris des informations sur les revenus pour assurer la transparence et la responsabilité du secteur extractif.

Statu quo ou problème: Les entreprises du secteur extractif (essentiellement étrangères) ont eu tendance à ne pas divulguer leurs informations et leurs revenus de prospection, apparemment responsables devant leurs actionnaires. Étant donné que les ressources naturelles doivent profiter à l'ensemble des écosystèmes et à la chaîne de valeur, de nouveaux partenariats sont nécessaires entre le gouvernement et l'industrie des ressources naturelles afin de garantir que les contribuables reçoivent tous les shillings dus à l'extraction de nos ressources naturelles. Une telle conformité garantira également une répartition équitable des produits d'extraction et une réduction des conflits potentiels. La divulgation proactive d'informations aux autorités locales et aux citoyens est également nécessaire pour assurer une meilleure gestion des ressources naturelles.

Objectif principal: Améliorer les systèmes de gouvernance des ressources naturelles afin d’assurer la transparence et la responsabilité du secteur extractif.

Brève description de l'engagement: Divulguer les informations contractuelles et les revenus provenant de l'industrie pétrolière et gazière.

Jalons:

  1. Adopter et mettre en œuvre un cadre politique et législatif progressif et transparent pour, activités extractives intermédiaires et aval: notamment publication de contrats au sein de l'industrie pétrolière et gazière
  2. Rendre les informations sur la prise de décision et les flux financiers liés aux industries extractives accessibles au public et utilisables.
  3. Tenir des réunions régulières avec la société civile, le secteur privé et les gouvernements des comtés pour renforcer leur compréhension de l'ITIE.
  4. Tenir des examens trimestriels au niveau local et avec d'autres grands champions de l'ITIE pour examiner les progrès et la préparation en vue de la signature de l'ITIE

Institution responsable: Ministère des mines

Institutions de soutien: Ministère des Mines; Bureau du Procureur général et Département d'État de la justice; Transparency International (TI - Kenya); Société pour le développement international (SID); Kenya Oil & Gas Coalition; Fondation Hivos; et Institut pour le droit et la gouvernance environnementale (ILEG)

Date de début: 30 Juin 2016

Date de fin: 30 mai 2018

But de l'engagement

Le Kenya est un pays riche en ressources et la découverte récente de pétrole brut et de gaz naturel augmente l'urgence de développer une politique d'extraction transparente. Cet engagement visait à créer le cadre juridique nécessaire pour la divulgation des informations contractuelles et des revenus provenant de l'industrie pétrolière et gazière.

Statut

À mi-parcours: limité

À mi-parcours, cet engagement a vu des progrès limités sur l'étape 4.1. Cela a été attribué à la transition du personnel au sein du ministère des Mines, où le point de contact clé du PGO a été transféré dans un autre ministère. Le projet de loi sur le pétrole n'a pas avancé et a été retiré en raison de désaccords et d'erreurs dans le projet concernant les pourcentages de partage des revenus. Un nouveau projet avec des structures de revenus révisées a été republié et réintroduit à l'Assemblée nationale le 6 décembre 2017, et une première lecture était prévue pour février 2018. L'étape 4.2 était également incomplète à mi-parcours, le ministère des Mines n'ayant fait aucun progrès dans la publication des données , contrats ou informations financières. À ce moment-là, le gouvernement devait mettre en place le système approprié pour publier les informations sur les revenus et veiller à ce que les informations sur les contrats soient rendues publiques et réunies.

Les jalons 4.3 et 4.4 n'ont pas été lancés à mi-parcours. Le gouvernement n'a pas désigné d'agence pour organiser des réunions régulières avec la société civile, le secteur privé et les gouvernements des comtés concernant l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), et il n'y a aucune preuve publiquement disponible que des examens trimestriels de la préparation du Kenya à l'ITIE aient eu lieu. Pour plus d'informations, veuillez consulter le rapport d'étape 2016-2018 de l'IRM.

Fin du mandat: limité

La mise en œuvre est restée limitée à la fin du mandat. Pour l'étape 4.1, le projet de loi de 2017 sur le pétrole (exploration, production et développement) a été déposé en janvier 2018 devant l'Assemblée nationale. Le Comité départemental de l'énergie a tenu des audiences publiques et accepté les mémoires du public en mars 2018. L'Assemblée nationale a adopté le projet de loi en juillet 2018, et il a été renvoyé au Sénat en août 2018. Cependant, le projet de loi a été retardé au Sénat en raison de négociations entre le président et le gouverneur du comté de Turkana sur la question de la répartition des revenus. Le 19 mai 2018, un accord a été conclu selon lequel le gouvernement national prendrait 75% des revenus, tandis que le gouvernement du comté en prendrait 20% et la communauté locale 5%. L'accord a supprimé les plafonds précédemment litigieux dans le projet de loi de 2015 qui auraient limité les allocations de comté et de communauté en fonction des montants reçus du gouvernement national au cours de l'exercice. Au Sénat, le projet de loi sur le pétrole est passé à l'étape de la commission en août 2018, et la commission de l'énergie a tenu une audition publique et a demandé des mémorandums entre le 21 et le 22 août 2018.

La loi sur le pétrole a ensuite été adoptée et a reçu l'avis conforme du Président le 12 mars 2019. La loi traite des accords pétroliers aux articles 17, 18 et 19. Bien que la loi prévoie une certaine transparence (par exemple lorsque le secrétaire du Cabinet a l'intention de négocier directement avec un entrepreneur, il doit publier un avis de cette intention Gazette et inviter des objections ), il n'exige pas que les contrats pétroliers et gaziers soient publiés.

Selon le PDG d'Upstream Oil & Gas Ltd, le projet de loi sur le contenu local de 2018 pourrait également fournir un cadre législatif pour faciliter l'appropriation, le contrôle et le financement au niveau local des activités liées à l'exploitation du gaz, du pétrole et d'autres ressources pétrolières, conformément à l'étape 4.1. Ce projet de loi introduit plusieurs règles et directives dans l'industrie pétrolière et gazière en amont du Kenya afin de protéger et de promouvoir la croissance locale. Ceux-ci inclus:

  • Renforcer la participation des populations locales à la chaîne de valeur de l'industrie extractive,
  • Faciliter le développement d'une main-d'œuvre compétitive, compétente et durable au sein de l'industrie extractive,
  • Améliorer l'appropriation locale et l'utilisation des actifs et services locaux dans l'industrie extractive, et
  • Maximiser la valeur ajoutée grâce au développement de contenu local et à la participation locale aux opérations de l'industrie extractive.

Les jalons 4.3 et 4.4 de l'ITIE n'avaient pas encore commencé à la fin du mandat.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Participation civique: n'a pas changé

Avant le plan d'action, le gouvernement a mis en place un cadre juridique complet pour régir l'industrie pétrolière et gazière. Le secteur pétrolier et gazier en amont était régi par des lois telles que la Constitution du Kenya, les règlements de la loi sur le pétrole (exploration et production) pris en vertu de la loi sur le pétrole et la neuvième annexe de la loi de l'impôt sur le revenu. Cependant, des lacunes législatives existaient dans ces lois concernant la publication des marchés publics avec l'industrie pétrolière et gazière. L'adoption de la Constitution du Kenya en 2010 a inauguré une nouvelle ère de gouvernance et de gestion des ressources naturelles au Kenya. Les hydrocarbures et le pétrole brut, qui étaient auparavant la propriété de l'État, sont maintenant la propriété du peuple kenyan (géré pour lui par l'État). Pour effectuer le changement constitutionnel relatif aux ressources naturelles, l'Assemblée nationale a introduit en 2013 le projet de loi sur le pétrole de 2013. Le projet de loi sur le pétrole de 2013 visait à abroger la loi sur le pétrole (exploration et production) qui a commencé en 2013. Depuis 1984, il y a quatre tentatives législatives visant à obtenir un nouveau régime juridique pétrolier et gazier au Kenya. La dernière tentative remonte à janvier 2013.

Le jalon 4.1 n'a pas conduit à des améliorations de l'accès à l'information ou de la participation civique car le Petroleum Bill, 2017 n'a pas encore été adopté. L'objectif du projet de loi sur le pétrole est de réglementer la négociation et la conclusion d'accords pétroliers par le gouvernement concernant les opérations pétrolières. Cependant, une fois adoptée, la loi pourrait prévoir un cadre de participation et d'implication du public, en particulier pour les communautés locales et dans le partage des revenus, et améliorerait également la gestion des revenus du secteur extractif.

Reportés?

Cet engagement n'a pas été reporté dans le prochain plan d'action du Kenya. Il est recommandé de poursuivre cet engagement dans le prochain plan d'action avec des mesures prises pour publier des informations sur le pétrole et le gaz, compte tenu notamment de leur importance au Kenya.

«Kenya Progress Report 2016-2018», Independent Reporting Mechanism, 6 juin 2018, p. 40-41, https://www.opengovpartnership.org/sites/default/files/Kenya_MidTerm-Report_2016-2018.pdf.
«Update: Petroleum Act, 2019», Kenya Civil Society Platform on Oil and Gas, 4 avril 2019, http://kcspog.org/update-petroleum-act-2019/. Plateforme de la société civile kényane sur le pétrole et le gaz `` Mise à jour: Loi sur le pétrole, 2019 '',
Idem
Idem, article 18 (4).
Il s'agit d'un projet de loi qui réglementera la propriété, le contrôle et le financement locaux du gaz, du pétrole et des ressources naturelles.
Joe Watson Gakuo, «Le pétrole et le gaz ont un énorme potentiel en 2018», The Star, 12 janvier 2018, https://www.the-star.co.ke/counties/2018-01-11-oil-and-gas-has-huge-potential-in-2018/.

Engagements

  1. Beneficial ownership

    KE0018, 2018, Accès à l'information

  2. Contrats ouverts

    KE0019, 2018, Accès à l'information

  3. Données géospatiales ouvertes pour le développement

    KE0020, 2018, Accès à l'information

  4. Participation du public

    KE0021, 2018, Renforcement des capacités

  5. Indices de gouvernance

    KE0022, 2018, Renforcement des capacités

  6. Résilience du gouvernement ouvert

    KE0023, 2018, Renforcement des capacités

  7. Développement plus transparent et participatif des politiques sur le climat aux niveaux national et sous-national

    KE0010, 2016, Accès à l'information

  8. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

    KE0011, 2016, Anti-Corruption

  9. Améliorer la transparence dans le processus législatif

    KE0012, 2016, gouvernement électronique

  10. Publier des contrats de pétrole et de gaz

    KE0013, 2016, Anti-Corruption

  11. Engagement étoilé Assurer une plus grande transparence autour des offres et des contrats

    KE0014, 2016, Anti-Corruption

  12. Créer un processus de passation des marchés publics transparent, une supervision publique des dépenses et assurer une utilisation optimale des ressources par rapport aux priorités des citoyens

    KE0015, 2016, Accès à l'information

  13. Améliorer l'accès aux informations budgétaires du gouvernement et créer des structures plus larges et plus inclusives pour la participation du public

    KE0016, 2016, gouvernement électronique

  14. Engagement étoilé Renforcer le droit à l'information

    KE0017, 2016, Accès à l'information

  15. Engagement étoilé Améliorer la transparence des processus électoraux: 1.A. Définition des limites électorales et nom.

    KE0001, 2012, Médias et télécommunications

  16. Améliorer la transparence des processus électoraux: 2.B. Information de vote en ligne

    KE0002, 2012, Accès à l'information

  17. Promotion de la participation publique: 1.B. Portail de prestation de services de bout en bout

    KE0003, 2012, gouvernement électronique

  18. Promouvoir la participation du public: 1.D. Portail public des plaintes

    KE0004, 2012, gouvernement électronique

  19. Promouvoir la participation du public: 2.C. Plan d'action du Kenya en ligne

    KE0005, 2012,

  20. Promouvoir la participation du public: 1.C. Open Data Portal

    KE0006, 2012, Accès à l'information

  21. Engagement étoilé Améliorer la transparence dans le système judiciaire: 2.A. Vérification publique des juges et système de répartition des affaires

    KE0007, 2012, gouvernement électronique

  22. Budgets ouverts: 3.a. Améliorer l'indice OBI du Kenya

    KE0008, 2012, Ouverture fiscale

  23. Budgets ouverts: 3.B. Augmenter la participation du public dans les processus budgétaires

    KE0009, 2012, Accès à l'information

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!