Ignorer la navigation
Kenya

Propriété effective (KE0018)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action du Kenya 2018-2020

Cycle du plan d'action : 2018

Statut : Actif

Institutions

Institution principale : Bureau du procureur général (AG),

Institution(s) de soutien : Autres acteurs impliqués - gouvernement Ministère des TIC, ICTA Autres acteurs impliqués - OSC, secteur privé, groupes de travail, Multilatérales, etc. INFONET Africa, Transparency International (K) et Humanistic Institute for Cooperation with Developing Countries (Hivos) East Afrique.

Domaines politiques

Accès à l'information, Anti-Corruption, Beneficial ownership, E-gouvernement, Législation et réglementation, Open Data, Secteur privé

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de conception du Kenya 2018-2020

En vedette : en attente d'examen IRM

Premiers résultats : en attente de l'examen du MII

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : accès à l'information, responsabilité publique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement : en attente de l'examen IRM

Description

Engagement 1: Propriété effective
Nous publierons un registre public central des bénéficiaires effectifs des sociétés
information opérant en République du Kenya
Objectif
Le registre de propriété effective proposé apportera une plus grande transparence dans les services
Kenya.
Statu quo
Nous collectons actuellement ces informations mais ne les publions pas de manière centralisée et ouverte.
accessible et dans un format lisible par machine.
Ambition
La Loi sur les compagnies, 2015 («la Loi») a été modifiée par les compagnies
Loi (modifiée), 2017, visant à promouvoir la transparence dans la propriété des entreprises
Le Kenya comme engagé dans le deuxième programme-cadre OGP du Kenya. La loi comprend maintenant une définition de
bénéficiaire effectif et exige que chaque entreprise tienne un registre de ses membres qui
doit inclure des informations relatives aux bénéficiaires effectifs de la société et doit être
déposée auprès du registraire des sociétés dans les 30 jours suivant sa préparation et dans les
14 jours en cas de modification. Le président en juin 2018 par décret
2 de 2018 a également demandé à toutes les entités souhaitant fournir des biens, des travaux et des services
les gouvernements des comtés et des comtés doivent divulguer leur propriété effective
Informations en ligne pour examen public.
Organisation d'exécution principale
Bureau du procureur général (AG),
Contact:
Mme Mariam Shighadi Mwakio,
Email: mwakiomariam@gmail.com
+254 721 585 443
Chronologie
Septembre 2018 à mai 2020
Valeurs OGP
Accès à l'information, Responsabilité publique
Page 18 de 30
Engagement nouveau ou en cours
En cours
Autres acteurs impliqués - gouvernement
Ministère des TIC, ICTA
Autres acteurs impliqués - OSC, secteur privé, groupes de travail, organisations multilatérales, etc.
INFONET Africa, Transparency International (K) et Humanistic Institute for
Coopération avec les pays en développement (Hivos) d’Afrique de l’Est.
Jalons vérifiables et mesurables pour
remplir l'engagement
Nouveau ou
appels
Date de début Date de fin
1. Procéder à une évaluation nationale des risques,
consulter les parties prenantes externes (par exemple
institutions financières, entreprises ou professions non financières désignées
Secteur privé et les ONG
Nouveau octobre
2018
Février
2019
2. Élaborer des règlements qui régissent et
donner effet à la propriété bénéficiaire
législation
Nouveau septembre
2018
Décembre
2018
3. Développer un environnement ouvert, accessible et
lisible par la machine
registre de propriété aux normes BO
Décembre en cours
2018
Juillet
2020
4. Etablir un registre central des étrangers
et les entreprises locales enchérir sur public
contrats et achat de propriété
Nouveau janvier
2019
Mai
2020
5. Construire un module sur le bénéfique
Registre de propriété Information de
entreprises et individus condamnés
de corruption et de pratiques de corruption
Nouveau août
2019
Décembre
2019

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

1. Propriété effective

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

«Nous publierons un registre public central des informations sur les bénéficiaires effectifs des entreprises opérant dans la République du Kenya»

Objectif: Le registre des bénéficiaires effectifs proposé apportera une plus grande transparence des services au Kenya.

Milestones

  1. Mener une évaluation nationale des risques, consulter les parties prenantes externes (par exemple les institutions financières, les entreprises ou professions non financières désignées (EPNFD), le secteur privé et les ONG
  2. Élaborer des règlements qui régissent et donnent effet à la législation sur la propriété effective
  3. Développer un registre des bénéficiaires effectifs ouvert, accessible et lisible par machine sur les normes BO
  4. Créer un registre central des entreprises étrangères et locales qui soumissionnent sur les marchés publics et achètent des propriétés
  5. Construire un module sur le registre de la propriété effective Informations sur les entreprises et les individus condamnés pour pots-de-vin et pratiques de corruption

Date de début: Septembre 2018

Date de fin: Mai 2020

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte complet de l'engagement, voir: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2018/12/KENYA_Action-Plan_2018-2020_0.pdf

Aperçu de l'engagement

Vérifiabilité

Pertinence de la valeur OGP (telle que rédigée)

Impact potentiel

Aboutissement

At-il ouvert le gouvernement?

Pas assez spécifique pour être vérifiable

Suffisamment spécifique pour être vérifiable

Accès à l'information

Participation civique

Responsabilité publique

Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité

Aucun

Mineur

Moderate

transformatrice

Pas démarré

limité

Substantiel

Complété

Aggravé

N'a pas changé

Marginal

Majeur

Exceptionnel

1. Global

X

X

X

X

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Contexte et objectifs

Le Kenya est actuellement classé 144e sur 180 pays selon l'indice de perception de la corruption 2018 (1) ce qui suggère qu'en dépit de l'arsenal des engagements pris et des initiatives prises au cours de la dernière décennie, la corruption continue d'avoir un impact significatif sur le pays et ses citoyens. Le Kenya est également de plus en plus décrit comme étant à haut risque d'activités de blanchiment d'argent et Indice de Bâle AML. Cela concerne en particulier la qualité de son cadre institutionnel et législatif en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. (2) Le président du Kenya a donc déclaré la corruption une menace nationale en 2015 (3) (4) et en 2016, le pouvoir judiciaire a répondu à ces réalités en créant une division de lutte contre la corruption et les crimes économiques à la Haute Cour. (5) (6) En 2019, le président a renouvelé une fois de plus son engagement et celui du gouvernement à lutter contre le vice. (7) La publication d'un registre public central des bénéficiaires effectifs (BO) était une extension de cet engagement.

L'engagement sur BO découle également des assurances données par l'ancien procureur général, Githu Muigai, lors du sommet anti-corruption de Londres en 2016, qui engageraient le pays à dénoncer et réduire la corruption du secteur public et à arrêter les flux financiers illicites. (8) Le PAN III poursuit cette ambition en élargissant la portée de l'engagement pris précédemment dans le PAN II afin de remédier à l'inaccessibilité des informations collectées sur les bénéficiaires effectifs. (9) Ce défi était en partie causé par une clause de l'article 104 de la loi sur les sociétés (2015), qui était en contradiction avec les exigences relatives à la divulgation et à la transparence des entreprises. De plus, le registre des sociétés ne saisissait pas les informations sur les bénéficiaires effectifs et ne disposait pas des outils pour saisir ces informations. (10) L'évaluation du PAN II a également identifié d'autres domaines nécessitant une attention, tels que: l'ouverture des «processus de passation de marchés IFMIS», l'audit des informations soumises sur la propriété effective et le renforcement du cadre réglementaire autour de la propriété effective. (11) Les étapes décrites dans le cadre de cet engagement concernent certains de ces domaines. En plus de cela, l'engagement portera également sur la publication d'informations sur les achats de biens ou de biens immobiliers, bien que le portail ne contienne actuellement que des informations relatives au développement des infrastructures et ne reflète pas les transactions immobilières. L'espoir est aussi que 'Usajili ' sera éventuellement lié au Portail d'information sur les marchés publics et que ces plateformes seront rendues encore plus accessibles au public. Il s'agit de préoccupations qui décrivaient l'accès à l'ensemble de la base de données comme étant uniquement activé pour les forces de l'ordre. (12)

Le Kenya a depuis réalisé des progrès significatifs en ce qui concerne le développement de la législation sur les BO grâce à la promulgation de la Loi sur les sociétés (modification) (2017), la proposition Projet de loi modifiant les lois, (2018) et l’équipe de Règlement sur les sociétés (informations sur la propriété effective) (2019). Les activités proposées dans le cadre du PNA III y contribueront en outre en procédant à des évaluations des risques, en élaborant des réglementations associées, en établissant un registre central ouvert des bénéficiaires, avec des modules mettant en lumière les personnes d'intérêt et les personnes reconnues coupables de crimes à cet égard. Un registre supplémentaire sera également développé avec une composante sur les transactions impliquant à la fois des entités locales et étrangères et couvrant l'achat de biens publics, étant donné que l'acquisition de biens immobiliers est souvent liée à des stratagèmes de blanchiment d'argent. (13) (14) (15) Depuis septembre 2019, le registre électronique BO a également été développé et un site de démonstration a été présenté à diverses parties prenantes. (16)

Comme indiqué dans le plan d'action, les objectifs, les résultats attendus et les activités sont clairs et peuvent être objectivement vérifiés. En ce qui concerne la spécificité, les jalons décrivent diverses dimensions de qualité des processus qui seront entrepris, en utilisant «ouverture», «consultative», «accessibilité» et «lisibilité par machine des registres» comme descripteurs du registre BO. Le niveau de spécificité concernant certaines de ses diverses activités peut toutefois s'améliorer, notamment en délimitant la portée, l'objectif et / ou les délais de mise en œuvre. L'engagement est pertinent par rapport à la valeur OGP de l'accès à l'information via le registre des bénéficiaires effectifs. En plus de cela, la réalisation des étapes quatre et cinq créera également un référentiel d'informations pertinentes. L'engagement témoigne également de la valeur OGP de la responsabilité publique en visant à élaborer des règlements qui «donneront effet à la législation sur la propriété effective». La réglementation déterminera également, dans une certaine mesure, la qualité des informations soumises au registraire des sociétés et éventuellement ce qui sera divulgué. En outre, les règlements établiront des normes par rapport auxquelles l'État et d'autres entités peuvent être tenus de rendre des comptes. (17)

La contribution des registres des bénéficiaires effectifs à la lutte contre la corruption a été bien documentée, les initiatives des BO contribuant à résoudre les problèmes de conflit d'intérêts, à retracer les flux financiers illicites, à récupérer les avoirs volés et à réduire les coûts liés à l'application de la loi. (18) (19) L'établissement d'un registre des bénéficiaires effectifs est une étape clé dans la bonne direction et pourrait avoir un impact transformateur à long terme. Cependant, l'engagement a été évalué comme ayant un impact «modéré» pour diverses raisons.

Premièrement, l'accessibilité au registre n'est pas clairement définie. On craint que le projet de règlement actuel n'introduise des restrictions d'accès en ayant un accès limité aux services répressifs ou aux «autorités compétentes», comme on les appelle communément. (20) De plus, l'accès peut être subordonné au paiement de frais administratifs. (21) (22) Selon un responsable, ces préoccupations sont actuellement traitées par la création de deux canaux ou moyens d'accès aux informations BO basés sur les normes BO mondiales: un canal sera une recherche de base qui peut être effectuée par n'importe quel citoyen, gratuitement. Le deuxième canal est une recherche officielle, qui est considérée comme plus étendue et sera facturée des frais de Kes. 500 (5 $). La recherche officielle ne peut cependant être accessible qu'aux personnes considérées comme des autorités compétentes. (23) Bien que ces frais puissent être considérés comme minimes, l'allocation est généralement en dehors du domaine des meilleures pratiques acceptables. De plus, bien que l'accès du public soit implicite dans l'objectif, il n'y a cependant aucune mention explicite de ce à quoi le public aura spécifiquement accès. À l'exception de la quatrième étape, la notion d'accès public n'est explicitement mentionnée dans aucune étape.

Deuxièmement, la justification de la cinquième étape est bien comprise et est soutenue par divers autres efforts tels que la création du Groupe de travail sur l'évaluation nationale des risques liés au blanchiment d'argent et au financement du terrorisme en mars 2019. Cependant, les taux de condamnation pour corruption au Kenya sont généralement faibles au Kenya. plus encore pour les personnes de haut niveau impliquées dans des pots-de-vin et des actes de corruption. (24) (25) (26) Cela a été attribué à divers facteurs, notamment: le mauvais traitement des preuves, les dossiers d'arrestation, la lenteur des procédures judiciaires et les contestations du système de justice pénale. (27) (28) La réalisation de cette étape dépend donc de facteurs externes importants sur lesquels le service d'enregistrement des entreprises a très peu de contrôle.

En ce qui concerne la première étape, un fonctionnaire du gouvernement a indiqué que l'évaluation des risques avait été entreprise en 2018, avant le lancement du PAN actuel. (29) Cela a été mené principalement via la convocation de quatre forums organisés dans trois des principales villes du Kenya. Ces forums ont été suivis, sur invitation, par des membres du secteur privé, de la fraternité juridique, de la société civile et des représentants du gouvernement (au niveau national et du comté). (30) Les principes de la propriété effective indiquent qu'une évaluation des risques devrait produire «une compréhension claire des types de personnes morales et des arrangements qui existent dans le pays, de leur processus de formation et d'enregistrement, de leurs différentes formes et structures et des risques qu'ils posent sont à la base d'une évaluation substantielle des risques. » (31) Par conséquent, si l'approche participative est appréciée, il n'est pas certain qu'elle déterminerait de manière adéquate le niveau de risque présent.

L'élargissement de la portée de la participation du public serait également le bienvenu, même si les limitations de ressources sont probablement un facteur qui a contribué à la participation limitée. On dit également que le projet de règlement actuel est muet sur le nombre, la fréquence et la méthodologie que ces évaluations des risques devraient adopter. (32) En plus de cela, les préoccupations soulevées lors des forums `` d'évaluation des risques '' en 2018 concernaient également les questions de protection des données, de sécurité et de confidentialité. On ne sait pas comment ces préoccupations seront abordées, bien qu'un projet de loi sur la protection des données (2018) ait été publié. (33) Enfin, on ne sait pas non plus si des lacunes particulières de la Loi ont été abordées dans les lignes directrices, telles que des clauses qui pourraient voir les parties se cacher derrière des actionnaires mandataires. (34) Ceux-ci doivent être abordés.

Prochaines étapes

Les jalons peuvent être encore améliorés en les rendant plus spécifiques. Par exemple, la première étape vise à entreprendre une évaluation des risques. Cependant, l’objectif de cette évaluation des risques n’est pas clair malgré les indications indiquant que ces évaluations devraient cibler divers «arrangements ou personnes», par exemple le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme ou les personnes morales. (35) (36) Cela améliorerait la compréhension de la nature des menaces et des risques sous-jacents, et établirait une base de référence pour évaluer les progrès. La fréquence de ces évaluations n'est pas non plus claire dans le plan actuel. La deuxième étape pourrait également être renforcée en veillant à ce que les réglementations soient élaborées conformément aux meilleures pratiques. (37) En plus de ceux-ci, le gouvernement et la société civile peuvent prendre diverses mesures pour renforcer l'impact de cet engagement en:

  • Réexaminer la méthodologie d'évaluation des risques et veiller à ce que les évaluations des risques soient effectuées chaque année avec les résultats publiés dans le domaine public.
  • Créer un lien entre la «déclaration patrimoniale des agents publics et le registre BO comme recommandé dans le PAN II.
  • Réintroduire l'audit ou la vérification du registre BO comme cela a été soulevé dans le PAN II, étant donné que le registre dépendra uniquement de la véracité des informations soumises au portail. Les initiatives au titre de cet engagement pourraient être élargies pour inclure des processus de vérification, d'intégration, de maintenance et de surveillance solides, comme cela a été recommandé.
  • Développer un module qui permet au public de fournir des commentaires ou des commentaires.

(1) Transparency International (2019) Indice de perception de la corruption 2018. https://tikenya.org/wp-content/uploads/2019/01/2018-Corruption-Perception-Index.pdf
(2) Département d'État des États-Unis (2019) Rapport sur la stratégie internationale de contrôle des stupéfiants, volume II, blanchiment d'argent. Bureau des affaires internationales de stupéfiants et d'application de la loi https://www.state.gov/wp-content/uploads/2019/03/INCSR-Vol-INCSR-Vol.-2-pdf.pdf
(3) Nsehe, M (2015) La corruption et les «soumissionnaires» amènent l'économie kényane à ses genoux. Forbes, le 1er décembre 2015 https://www.forbes.com/sites/mfonobongnsehe/2015/12/01/corruption-and-tenderpreneurs-bring-kenyas-economy-to-its-knees/#6cd46b15abea
(4) Le président du PSCU (2015), Uhuru Kenyatta, déclare la corruption comme une menace pour la sécurité nationale, The Standard, 23 novembre 2015. https://www.standardmedia.co.ke/article/2000183336/uhuru-declares-corruption-a-national-security-threat
(5) Département d'État des États-Unis (2019) Rapport sur la stratégie internationale de contrôle des stupéfiants, volume II, blanchiment d'argent. Bureau des affaires internationales de stupéfiants et d'application de la loi https://www.state.gov/wp-content/uploads/2019/03/INCSR-Vol-INCSR-Vol.-2-pdf.pdf
(6) Basel Institute on Governance (2019) Basel AML Index 2019: Un classement par pays et une revue des risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme dans le monde International Center for Asset Recovery. Disponible à: https://www.baselgovernance.org/sites/default/files/2019-08/Basel%20AML%20Index%202019.pdf
(7) La présidence (2019) Discours de Son Excellence l'hon. Uhuru Kenyatta, CGH, président et commandant en chef des forces de défense de la République du Kenya lors de l'Initiative multisectorielle contre la corruption - Conférence nationale anti-corruption à Bomas of Kenya, le 25 janvier 2019. Disponible sur http://www.president.go.ke/2019/01/25/speech-by-his-excellency-hon-uhuru-kenyatta-c-g-h-president-and-commander-in-chief-of-the-defence-forces-of-the-republic-of-kenya-during-the-multisectoral-initiative-against-corruption-national-an/
(8) Bureau du procureur général et ministère de la Justice (2016) Le Kenya participe au Sommet anti-corruption au Royaume-Uni, 13e 13 mai 2016, Département de la communication publique. https://www.statelaw.go.ke/kenya-attends-anti-corruption-summit-in-uk/
(9) Kenya OGP Steering Committee (2016) République du Kenya Open Government Partnership Plan d'action national II juillet 2016 - juin 2018. Disponible sur: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2017/04/Kenya_AP2_2016_0.pdf
(10) Transparency International -Kenya (2017) Towards Beneficial Ownership Transparency in Kenya an Assessment of the Legal Framework. Disponible à: https://tikenya.org/wp-content/uploads/2017/11/beneficial-ownership.pdf
(11) Mécanisme de rapport indépendant (IRM) (2018) Kenya Progress Report 2016-2018. Open Government Partnership. Disponible à l'adresse: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2018/05/Kenya_MidTerm-Report_2016-2018_for-public-comment.pdf
(12) Transparency International UK, Accès à l'application de la loi internationale, Suivi des engagements anti-corruption https://www.anticorruptionpledgetracker.com/commitments/access-to-international-law-enforcement-6/
(13) Omondi, D (2019) Comment la répression de la CBK contre l'argent sale a coïncidé avec la crise de l'immobilier. The Standard Digital 13 octobre 2019. https://www.standardmedia.co.ke/business/article/2001345336/how-cbk-crackdown-on-dirty-cash-coincided-with-slump-in-real-estate
(15) Gumba, DEO (2019) Le Kenya doit faire plus que simplement trouver de l'argent. Institute Of Security Studies, 18 juin 2019. Disponible sur: https://issafrica.org/iss-today/kenya-must-do-more-than-just-find-the-money
(16) Entretien 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 31 ansst Août 2019.
(17) Le règlement sur les sociétés (informations sur la propriété effective) (2019), https://brs.go.ke/assets/downloads/Companies%20(Beneficial%20Ownership%20Information)%20Regulations,%202018.pdf
(18) Open Ownership (2017) Tirer les leçons du registre public des bénéficiaires effectifs du Royaume-Uni. Disponible à https://www.openownership.org/uploads/learning-the-lessons.pdf
(19) ONUDC (2017) Suivi de la déclaration de Saint-Pétersbourg: Rapport de la réunion du groupe international d'experts sur la transparence des bénéficiaires effectifs, tenue à Vienne du 3 au 4 octobre 2017, Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption, septième session , Autriche, 6-10 novembre 2017. Disponible à: https://www.unodc.org/documents/treaties/UNCAC/COSP/session7/V1707523e.pdf
(20) Transparency International UK (2019) Access to International Law Enforcement. Disponible à: https://www.anticorruptionpledgetracker.com/commitments/access-to-international-law-enforcement-6/
(21) Le règlement sur les sociétés (informations sur la propriété effective) (2019), https://brs.go.ke/assets/downloads/Companies%20(Beneficial%20Ownership%20Information)%20Regulations,%202018.pdf
(22) Transparency International -Kenya (2017) Towards Beneficial Ownership Transparency in Kenya an Assessment of the Legal Framework. Disponible à: https://tikenya.org/wp-content/uploads/2017/11/beneficial-ownership.pdf
(23) Entretien 8, entretien avec un chercheur IRM,
(24) Gumba, DEO (2019) Le Kenya doit faire plus que simplement trouver de l'argent. Institute of Security Studies, 18 juin 2019. Disponible sur: https://issafrica.org/iss-today/kenya-must-do-more-than-just-find-the-money
(25) World Politics Review (2019) Kenyatta prend-il enfin au sérieux la lutte contre la corruption au Kenya? World Politics Review, 16 septembre 2019, https://www.worldpoliticsreview.com/trend-lines/28192/is-kenyatta-finally-getting-serious-about-tackling-corruption-in-kenya
(26) Ngenye, G. (2018) Trouver un remède au système de justice pénale du Kenya. Le pouvoir judiciaire, 27 janvier 2018. Disponible à l'adresse: https://www.judiciary.go.ke/finding-a-cure-of-kenyas-criminal-justice-system/
(27) Ngenye, G. (2018) Trouver un remède au système de justice pénale du Kenya. Le pouvoir judiciaire, 27 janvier 2018. Disponible à l'adresse: https://www.judiciary.go.ke/finding-a-cure-of-kenyas-criminal-justice-system/
(28) CIJ (2018) Réformes de la justice pénale : problèmes et options pour le Kenya. https://icj-kenya.org/news/latest-news/184-criminal-justice-reforms-issues-and-options-for-kenya
(29) Entretien 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 31 ansst Août 2019.
(30) Entretien 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 31 ansst Août 2019.
(31) Transparency International (2015) Beneficial Ownership Principles, G20 Position Paper. Disponible à: https://www.transparency.org/files/content/activity/2015_TI_G20PositionPaper_BeneficialOwnership.pdf
(32) Entretien 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 31 ansst Août 2019.
(33) Entretien 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 31 ansst Août 2019.
(34) Transparency International -Kenya (2017) Towards Beneficial Ownership Transparency in Kenya an Assessment of the Legal Framework. Disponible à: https://tikenya.org/wp-content/uploads/2017/11/Beneficial-Ownership.pdf
(35) Transparency International (2015) Beneficial Ownership Principles, G20 Position Paper. Disponible à: https://www.transparency.org/files/content/activity/2015_TI_G20PositionPaper_BeneficialOwnership.pdf
(36) Groupe d'action financière (2014) Orientations du GAFI Transparence et propriété effective. GAFI / OCDE. Disponible à: http://www.fatf-gafi.org/media/fatf/documents/reports/Guidance-transparency-beneficial-ownership.pdf
(37) Transparency International (2015) Beneficial Ownership Principles, G20 Position Paper. Disponible à: https://www.transparency.org/files/content/activity/2015_TI_G20PositionPaper_BeneficialOwnership.pdf

Engagements

  1. Créer un registre public des bénéficiaires effectifs

    KE0024, 2020, Accès à l'information

  2. Mettre en œuvre un système de gouvernement électronique en adoptant la norme de données sur les contrats ouverts

    KE0025, 2020, Accès à l'information

  3. Publier des données ouvertes pour stimuler l'innovation dans la prestation et le développement des services publics

    KE0026, 2020, Accès à l'information

  4. Accroître les efforts pour promouvoir la participation du public au processus législatif

    KE0027, 2020, Espace civique

  5. Appliquer le mécanisme d'examen par les pairs du comté pour améliorer la prestation des services publics

    KE0028, 2020, gouvernement électronique

  6. Mettre en œuvre la Loi sur l'accès à l'information

    KE0029, 2020, Accès à l'information

  7. Mettre en œuvre une législation pour améliorer l'accès à la justice

    KE0030, 2020, Accès à la justice

  8. Construire le soutien institutionnel de l'OGP

    KE0031, 2020, Renforcement des capacités

  9. Beneficial ownership

    KE0018, 2018, Accès à l'information

  10. Contrats ouverts

    KE0019, 2018, Accès à l'information

  11. Données géospatiales ouvertes pour le développement

    KE0020, 2018, Accès à l'information

  12. Participation du public

    KE0021, 2018, Renforcement des capacités

  13. Indices de gouvernance

    KE0022, 2018, Renforcement des capacités

  14. Résilience du gouvernement ouvert

    KE0023, 2018, Renforcement des capacités

  15. Développement plus transparent et participatif des politiques sur le climat aux niveaux national et sous-national

    KE0010, 2016, Accès à l'information

  16. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

    KE0011, 2016, Anti-Corruption

  17. Améliorer la transparence dans le processus législatif

    KE0012, 2016, gouvernement électronique

  18. Publier des contrats de pétrole et de gaz

    KE0013, 2016, Anti-Corruption

  19. Engagement étoilé Assurer une plus grande transparence autour des offres et des contrats

    KE0014, 2016, Anti-Corruption

  20. Créer un processus de passation des marchés publics transparent, une supervision publique des dépenses et assurer une utilisation optimale des ressources par rapport aux priorités des citoyens

    KE0015, 2016, Accès à l'information

  21. Améliorer l'accès aux informations budgétaires du gouvernement et créer des structures plus larges et plus inclusives pour la participation du public

    KE0016, 2016, gouvernement électronique

  22. Engagement étoilé Renforcer le droit à l'information

    KE0017, 2016, Accès à l'information

  23. Engagement étoilé Améliorer la transparence des processus électoraux: 1.A. Définition des limites électorales et nom.

    KE0001, 2012, Médias et télécommunications

  24. Améliorer la transparence des processus électoraux: 2.B. Information de vote en ligne

    KE0002, 2012, Accès à l'information

  25. Promotion de la participation publique: 1.B. Portail de prestation de services de bout en bout

    KE0003, 2012, gouvernement électronique

  26. Promouvoir la participation du public: 1.D. Portail public des plaintes

    KE0004, 2012, gouvernement électronique

  27. Promouvoir la participation du public: 2.C. Plan d'action du Kenya en ligne

    KE0005, 2012, Participation du public

  28. Promouvoir la participation du public: 1.C. Open Data Portal

    KE0006, 2012, Accès à l'information

  29. Engagement étoilé Améliorer la transparence dans le système judiciaire: 2.A. Vérification publique des juges et système de répartition des affaires

    KE0007, 2012, gouvernement électronique

  30. Budgets ouverts: 3.a. Améliorer l'indice OBI du Kenya

    KE0008, 2012, Ouverture fiscale

  31. Budgets ouverts: 3.B. Augmenter la participation du public dans les processus budgétaires

    KE0009, 2012, Accès à l'information

Open Government Partnership