Ignorer la navigation
Kenya

Données géospatiales ouvertes pour le développement (KE0020)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action du Kenya 2018-2020

Cycle du plan d'action: 2018

Statut: actif

Institutions

Institution principale: Agence spatiale du Kenya (KSA), ICT Authority (ICTA)

Institution (s) de soutien: Autres acteurs impliqués - gouvernement Bureau du vice-président, gouvernement du comté de Vihiga Autres acteurs impliqués - OSC, secteur privé, groupes de travail, initiatives multilatérales de développement (DI), Institut des finances publiques du Kenya (IPFK), Partenariat budgétaire international (IBP), Université Strathmore, Institut de recherche sur le développement local (LDRI), Institut de l'Afrique de l'Est à l'Aga Khan, Partenariat mondial pour le développement durable (GPSDD), ESRI, Groupe sur l'observation de la Terre (GEO), Digital Earth Africa (BRIGADE DES STUPÉFIANTS

Domaines politiques

Accès à l'information, Prise de décision automatisée, Gouvernance numérique, E-gouvernement, Environnement et climat, Santé, Droits fonciers et aménagement du territoire, Open Data, Participation du public, Prestation de services publics, Eau et assainissement

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de conception du Kenya 2018-2020

En vedette: en attente de révision IRM

Premiers résultats: examen IRM en attente

Conception i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs de l'OGP: accès à l'information, à la technologie

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement: examen IRM en attente

Description

Engagement 3: Ouvrir des données géospatiales pour
DÉVELOPPEMENT
Nous allons abaisser la barrière et augmenter l’accès aux données géospatiales pour soutenir la santé,
Gestion des catastrophes, sécurité alimentaire et nutritionnelle.
Objectif
Promouvoir l’utilisation transparente et responsable des observations de la Terre et des données géospatiales.
informations permettant aux universitaires, citoyens, innovateurs et autres communautés de données
exploiter sa capacité d'utilisation dans les domaines de la santé, de l'agriculture, de l'eau et de l'aménagement du territoire
gestion des catastrophes, conservation de l'environnement et changement climatique.
Statu quo
Analyse prête Observations de la Terre Les données et informations ne sont actuellement pas disponibles.
données accessibles telles que les agriculteurs, les agents de santé, les premiers intervenants arides
catastrophe. Ces informations sont souvent disponibles pour les communautés scientifiques ou derrière une
paywall.
Ambition
L’initiative contribuera à fournir un accès gratuit aux données d'analyse disponibles dans des normes ouvertes,
notamment la publication et le partage d’algorithmes destinés à être réutilisés, dans le cadre du tout premier Africa Open
Data Cube (ARDC) et d’autres technologies et plates-formes géospatiales à l’échelle. Cette volonté
permettre aux innovateurs de tirer parti des observations de la Terre pour créer des produits plus
contexte spécifique pour combler les lacunes dans les services offerts aux agriculteurs, aux décideurs, aux agents de santé
de chaque jour la prise de décision et d'action.
Organisation d'exécution principale
Agence spatiale du Kenya (KSA), autorité des TIC (ICTA)
Contact:
Major Andrew Otieno Nyawade
Ingénieur spatial,
Agence spatiale du Kenya (KSA) au ministère de la Défense
Tél. 254721970543
Courriel : andrew.nyawade@gmail.com
la Chronologie
Septembre 2018 à mai 2020
Valeurs OGP
Accès à l'information, Responsabilité publique, Utilisation de la technologie
Page 22 de 30
Engagement nouveau ou en cours
Nouveauté
Autres acteurs impliqués - gouvernement
Bureau du vice-président du gouvernement du comté de Vihiga
Autres acteurs impliqués - OSC, secteur privé, groupes de travail, organisations multilatérales, etc.
Development Initiatives (DI), Institut des finances publiques du Kenya (IPFK), International
Partenariat budgétaire (IBP), Université Strathmore, Institut de recherche sur le développement local
(East Africa Institute) à l’Aga Khan, Partenariat mondial pour le développement durable (LDRI),
Données de développement (GPSDD), ESRI, Groupe sur l'observation de la Terre (GEO), Terre numérique
Afrique (DEA).
Jalons vérifiables et mesurables pour
remplir l'engagement
Nouveau ou
appels
Date de début Date de fin
10. Établir et maintenir un système approprié
plate-forme de coopération public-privé sur
Observations de la Terre et Géo-Spatial
Informations
Nouveau janvier
2019
Août
2020
11. Développer des brouillons de données géospatiales ouvertes
des directives et des normes pour assurer
interopérabilité et accessibilité
Nouveau décembre
2018
Août
2020
12. Améliorer l'accès aux données géospatiales ouvertes
à travers le cube de données en Afrique en travaillant
avec des chercheurs, des innovateurs, des données
scientifiques pour développer des outils et partager leur
outils, connaissances et technologies par
une plate-forme ouverte.
Décembre en cours
2018
Août
2020
13. Inclure les informations géographiques du capital
projets dans les budgets des comtés.
Nouveau juin
2019
Juillet
2020
14. Co-créer un espace géospatial / terrestre ouvert ciblé
observations applications pour répondre à la
Grandes priorités de la politique 4 via des appels ouverts
et des défis.
Nouveau janvier
2019
Août
2020

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

3. Ouvrir les données géospatiales pour le développement

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

«Nous abaisserons la barrière et améliorerons l'accès aux données géospatiales pour soutenir la santé, la gestion des catastrophes, la sécurité alimentaire et nutritionnelle»

Objectif

Promouvoir une utilisation transparente et responsable des observations de la Terre et des informations géospatiales pour permettre aux universités, aux citoyens, aux innovateurs et aux autres communautés de données d'exploiter sa capacité à utiliser ses capacités dans les domaines de la santé, de l'agriculture, de l'eau, de la planification de l'utilisation des terres, de la gestion des catastrophes, de la conservation de l'environnement et du climat. monnaie.

Milestones

  1. Établir et maintenir une plate-forme de coopération public-privé appropriée sur les observations de la Terre et les informations géospatiales.
  2. Élaborer un projet de lignes directrices et de normes sur les données géospatiales ouvertes pour garantir l'interopérabilité et l'accessibilité.
  3. Améliorez l'accès aux données géospatiales ouvertes via le Africa Data Cube en travaillant avec des chercheurs, des innovateurs et des scientifiques des données pour développer des outils et partager leurs outils, leurs connaissances et leur technologie via une plate-forme ouverte.
  4. Inclure les informations géographiques des projets d'immobilisations dans les budgets des comtés.
  5. Co-créer des applications ouvertes et ciblées d'observation géospatiale / terrestre pour répondre aux priorités politiques des quatre grands par le biais d'appels ouverts et de défis.

Date de début: Septembre 2018

Date de fin: Août 2020

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte complet de l'engagement, voir: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2018/12/KENYA_Action-Plan_2018-2020_0.pdf

Aperçu de l'engagement

Vérifiabilité

Pertinence de la valeur OGP (telle que rédigée)

Impact potentiel

Aboutissement

At-il ouvert le gouvernement?

Pas assez spécifique pour être vérifiable

Suffisamment spécifique pour être vérifiable

Accès à l'information

Participation civique

Responsabilité publique

Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité

Aucun

Mineur

Moderate

transformatrice

Pas démarré

limité

Substantiel

Complété

Aggravé

N'a pas changé

Marginal

Majeur

Exceptionnel

1. Global

X

X

X

X

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Contexte et objectifs

La production et l'utilisation de données géospatiales dans les domaines de la santé, de la sécurité alimentaire et de la gestion des catastrophes ont considérablement progressé au fil des ans, leur valeur pour la prise de décision étant de plus en plus appréciée. (58) (59) (60) (61) (62) L'élaboration et la mise en œuvre de politiques ont souffert du fait de ne pas exploiter ces technologies. (63) Diverses mesures ont été prises pour mieux intégrer les données SIG dans la planification du développement, notamment l'adoption d'une législation qui exige que les gouvernements des comtés élaborent des plans spatiaux sur dix ans qui doivent être intégrés dans le plan de développement intégré du comté (CIDP). (64) (65) (66) Les engagements du Kenya dans le cadre du PGO continuent d'étendre ces efforts, en s'appuyant sur le PAN II qui visait spécifiquement à ouvrir des ensembles de données sur la foresterie et le changement climatique et des informations géospatiales. Le PAN III cible à son tour quatre domaines supplémentaires, à savoir: la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la gestion des catastrophes et la santé.

Le Kenya, par l'intermédiaire du bureau du vice-président, est actuellement un champion de la révolution des données pour le développement durable. Diverses initiatives sont donc entreprises à cet égard, notamment la participation au Cube de données régional pour l'Afrique (ARDC). L'ARDC permet la capture d'images à haute résolution, le traitement à distance et la production de sorties prêtes à l'analyse qui facilitent l'utilisation des données d'observation de la Terre. L'ADRC a été lancé au Kenya en mai 2018 et également adopté par quatre autres pays africains, à savoir la Tanzanie, la Sierra Leone, le Ghana et le Sénégal. (67) Diverses limitations du cube ont été identifiées, telles que les limitations du nombre d'utilisateurs capables d'accéder au cube dans une instance spécifique. Un système plus robuste, Digital Earth Africa (DEA), (68) a donc été adopté qui pourrait gérer des images de résolution encore plus élevée, héberger un plus large éventail de données ou d'ensembles de données et offrir plus de flexibilité et d'options de réplicabilité. (69) La DEA peut être considérée comme une extension de l'ARDC à l'ensemble du continent. Une fois que l'ARDC et la DEA seront pleinement opérationnels, l'Agence spatiale kényane deviendra un centre d'échange pour les données géospatiales, en les dirigeant si nécessaire vers d'autres agences gouvernementales et d'autres parties. Cela conduirait à une plus grande efficacité, en particulier en ce qui concerne la coordination et éviterait le chevauchement des efforts. (70)

Selon le PAN actuel, les informations géospatiales ne sont ni disponibles ni accessibles à des communautés de données spécifiques telles que les agriculteurs, les agents de santé et les premiers intervenants. (71) L'engagement vise donc à améliorer l'accessibilité des données afin de permettre aux citoyens «d'exploiter leur capacité d'utilisation» dans la prise de décision et dans la réduction des «lacunes de service». (72) À cet égard, le groupe de travail sur les données géospatiales élabore actuellement cinq cas d'utilisation ou études de cas examinant l'application de la technologie spatiale pour relever les défis de l'agriculture, de la qualité et de l'étendue de l'eau, de l'urbanisation, du couvert forestier et de la dégradation des terres. L'élaboration de ces études de cas est principalement dirigée par des agences gouvernementales telles que le ministère de l'Agriculture; Ministère des transports, des infrastructures, du logement et du développement urbain et des travaux publics; ou la Commission foncière nationale. Les autres agences impliquées comprennent le Conseil des gouverneurs (CoG), ONU Habitat; Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et certaines organisations du secteur privé. Les communautés locales ont été présentées comme des consommateurs de ces produits. (73)

Les jalons de l'engagement sont tous vérifiables. Cependant, leur spécificité pourrait être améliorée en mentionnant le type de dimensions spatiales qui sera considéré pour chaque domaine considéré. La nature de la coopération «public-privé» pourrait également être précisée. La onzième étape pourrait également aller plus loin pour clarifier s'il y aura l'élaboration de nouvelles normes ou si le Kenya adoptera des normes élaborées par des organisations internationales d'élaboration de normes pour l'information géospatiale telles que l'Open Geospatial Consortium (OGC). (74) La construction de l'étape XNUMX pourrait également s'améliorer car elle ne précise pas actuellement si les informations sur les projets d'investissement porteront sur tous les domaines thématiques mentionnés (c'est-à-dire l'alimentation, la santé et la gestion des catastrophes) ou si le champ d'application sera plus restreint. La manière dont cela se traduira par une utilisation par les acteurs locaux n'est pas non plus expliquée.

L'engagement tel qu'il est formulé reflète les valeurs du PGO que sont «l'accès à l'information» et «l'utilisation de la technologie et de l'innovation pour l'ouverture et la responsabilité». Le cube de données régional pour l'Afrique, dans le cadre du Partenariat mondial pour des données durables, élargira l'accès aux données géospatiales dans les domaines décrits dans le programme Big 4 du Kenya et au-delà. Les étapes 12 et 13 offrent également au gouvernement et à d'autres acteurs la possibilité de s'engager dans une divulgation proactive des données. Il est important de noter que l'utilisation de ces plates-formes et données en question sera encore améliorée grâce à l'appel ouvert et aux défis présentés à l'étape quatorze. En ce qui concerne «l'utilisation de la technologie et de l'innovation pour l'ouverture et la responsabilité», l'élaboration de lignes directrices sur les données géospatiales ouvertes présente divers avantages: par exemple, la nature ouverte de ces lignes directrices sur les données signifie qu'elles sont polyvalentes et peuvent être régulièrement mises à jour de manière rentable. , réduisent ou répartissent les risques et sont capables de répondre et de s’adapter aux problèmes émergents qui prévalent. (75) Cette approche permettrait de relever les défis du gouvernement en matière d'interopérabilité et d'accessibilité dans une communauté open source hautement transparente parmi d'autres avantages.

Il est donc envisagé que l'engagement pourrait avoir un impact «mineur» étant donné son encadrement dans le PAN actuel. Certains éléments indiquent que l'engagement présente de nouvelles opportunités de collaboration et / ou de cocréation, comme indiqué aux jalons XNUMX et XNUMX. De plus, la nature même des plates-formes couramment utilisées dans ce travail, telles que GitHub ou l'ARDC lui-même, oblige les membres de la communauté à interagir, à partager leurs connaissances et leurs innovations, et permet d'emprunter et de reproduire la même chose ailleurs. (76)Selon toutes les indications, la communauté qui émerge maintenant de l'engagement est une communauté dynamique et florissante. (77) Cependant, il en faudrait davantage pour garantir l'utilisation de ces données par les groupes cibles et les communautés décrits dans le PAN. Par exemple, l'accès au cube est décrit comme gratuit, bien qu'il ne soit pas clair quels coûts cachés ou obstacles à l'accès peuvent être encourus en essayant d'accéder au cube dans notre contexte. Dans l'état actuel des choses, une personne nécessitant un accès doit recevoir les informations d'identification pour accéder au cube d'un agent de l'Agence spatiale kényane ou de la Division géospatiale et des données après avoir suivi un processus de vérification de base. (78)

En plus de cela, l'engagement ne précise pas comment les données seront partagées avec les communautés politiques et professionnelles et les citoyens en dehors de la portée technique de l'initiative. Les sentiments partagés lors d'une réunion de la société civile ont révélé que les acteurs de la société civile ne comprenaient pas bien l'engagement et étaient incapables d'exprimer sa valeur ou son potentiel. (79) Un participant a fait remarquer que les discussions autour de l'engagement se sont principalement concentrées sur le matériel en termes de développement de l'infrastructure SIG lorsque la discussion doit se déplacer vers le service public. (80) Les jalons semblent donc être constructifs dans des espaces spécialisés plutôt que de décrire les étapes qui seront entreprises pour s'assurer que les citoyens peuvent utiliser les données pour participer à la prise de décision. On peut soutenir que les outils et les produits de connaissance ou les extrants découlant des jalons XNUMX et XNUMX pourraient être conditionnés pour être consommés par ces communautés. Cependant, cela n'est pas garanti et pourrait avoir le potentiel d'aliéner davantage les communautés en question si elles ne sont pas habilitées ou habilitées à consommer et à utiliser ce qui est mis à disposition. Des travaux sont déjà entrepris à cet égard par l'Agence spatiale kényane qui a commencé à former principalement les communautés de données à l'utilisation de l'ARDC. Ces efforts devraient être intégrés dans la conception des PAN car ils sont un élément essentiel en ce qui concerne l'utilisation de ces plates-formes.

Deuxièmement, si l'accès aux données géospatiales peut augmenter, l'impact des engagements est difficile à déterminer étant donné que le PNA ne fournit pas une base de référence adéquate, c'est-à-dire que le PNA ne décrit ni l'étendue ni le volume des données disponibles ni leur pertinence actuelle pour les domaines ou secteurs en question. .

Troisièmement, diverses raisons expliquant l'accès et l'utilisation limités des informations SIG dans diverses juridictions ont été documentées, notamment des barrières institutionnelles telles que la culture organisationnelle; des formalités administratives importantes pour accéder aux données du SIG du gouvernement; capacité technique limitée; ou les limites de l'infrastructure de données (matériel et logiciel) au sein du gouvernement, comme cela a été identifié dans de nombreux comtés du Kenya. (81) (82) Les ensembles de données géospatiales ont également été décrits comme manquant de volume, de portée ou de diversité. Par exemple, une étude indique que la couverture universelle au Kenya n'est pas la norme et que les données existent principalement sous la forme d'informations sur les parcelles de terrain et de cartes de développement qui sont principalement développées pour les zones urbaines. De plus, la plupart de ces cartes existent en format papier et non en format SIG numérique. (83) Alors que les jalons dix et treize visent à remédier à certains de ces goulots d'étranglement, des défis subsistent et ont des implications importantes pour la réalisation de l'objectif tel que décrit. Enfin, si les efforts visant à promouvoir la responsabilisation, à travers l'élaboration de lignes directrices et de normes ouvertes sur les données géospatiales, sont louables, l'absence d'un cadre réglementaire signifie qu'il n'y a peut-être pas d'obligation claire pour le gouvernement de produire ou de fournir systématiquement ces données développé des normes de données.

Prochaines étapes

L'engagement pourrait avoir un impact potentiel à long terme s'il est capable de combler le fossé entre l'innovation et l'utilisation par les décideurs politiques et les communautés locales afin de combler les lacunes actuelles en matière de services et d'aider à la prise de décision au quotidien. À cette fin, les plans d'action ultérieurs devraient viser à combler cette lacune ainsi qu'à élaborer un cadre politique et un plan de durabilité. (84) Le chercheur de l'IRM recommande que les engagements futurs dans ce domaine prennent en compte:

  • Renforcer la capacité des agriculteurs, des agents de santé et des premiers intervenants, des bureaucrates et de la société civile à comprendre et à consommer des données géospatiales. (85)
  • Développer un plan et une stratégie pour atteindre les communautés professionnelles, politiques et locales qui ne relèvent pas de la portée technique de l'initiative. Cela pourrait inclure des forums dans lesquels divers acteurs discutent de la confluence entre le SIG, les données d'observation de la Terre et une question spécifique au secteur.
  • Relier les cas d'utilisateurs ou les études de cas aux processus de participation du public.
  • Établir un cadre réglementaire pour la production et l'utilisation de données géospatiales afin de répondre aux préoccupations liées au partage des données et à la sécurité des données en ce qui concerne les informations géospatiales. Celles-ci devraient être harmonisées avec le projet de directives d'aménagement du territoire pour le Kenya (2017), le projet de loi sur la protection des données (2018), la loi sur l'informatique et la cybercriminalité (2018) et la loi sur l'accès à l'information (2016). Un cadre national de politique géospatiale est également nécessaire pour définir la structure de gouvernance et les mécanismes de coordination autour de l'initiative sur les données spatiales. (86)

(58) Robin TA, Khan MA, Kabir N, et al Rahaman, SK, Karim, A., Mannan, II, George, J., Rashid, I., (2019) Utilisation de l'analyse spatiale et du SIG pour améliorer la planification et l'allocation des ressources dans un district rural du Bangladesh, BMJ Global Health 2019; 4: 5
(59) ICMA, ESRI (2018) A Guide For Smart Communities: Using GIS Technology for Local Government. Washington DC: Gestion de l'Association internationale de gestion des villes / comtés https://icma.org/sites/default/files/18-137%20GIS%20e-Primer%20Report_final.pdf
(60) Mesgari, MS, Masoomi, Z. (2008) Applications mondiales du SIG en santé publique en tant que système d'aide à la décision et ses limites. Sciences appliquées en Iran, 3 (1): 73-77, 2008 https://pdfs.semanticscholar.org/23a4/c0a45ea59dd554aa0daef9a106e37293e9b6.pdf
(61) Fradelos, EC, Papathanasiou, IV, Mitsi, D., Tsaras, K., Kleisiaris CF, Kourkouta, L. (2014) Health Based Geographic Information Systems (GIS) and their Applications. ACTA INFORM MED. 22 (6): 402-405. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4315644/

Engagements

  1. Créer un registre public des bénéficiaires effectifs

    KE0024, 2020, Accès à l'information

  2. Mettre en œuvre un système de gouvernement électronique en adoptant la norme de données sur les contrats ouverts

    KE0025, 2020, Accès à l'information

  3. Publier des données ouvertes pour stimuler l'innovation dans la prestation et le développement des services publics

    KE0026, 2020, Accès à l'information

  4. Accroître les efforts pour promouvoir la participation du public au processus législatif

    KE0027, 2020, gouvernement électronique

  5. Appliquer le mécanisme d'examen par les pairs du comté pour améliorer la prestation des services publics

    KE0028, 2020, gouvernement électronique

  6. Mettre en œuvre la Loi sur l'accès à l'information

    KE0029, 2020, Accès à l'information

  7. Mettre en œuvre une législation pour améliorer l'accès à la justice

    KE0030, 2020, Accès à la justice

  8. Construire le soutien institutionnel de l'OGP

    KE0031, 2020, Renforcement des capacités

  9. Beneficial ownership

    KE0018, 2018, Accès à l'information

  10. Contrats ouverts

    KE0019, 2018, Accès à l'information

  11. Données géospatiales ouvertes pour le développement

    KE0020, 2018, Accès à l'information

  12. Participation du public

    KE0021, 2018, Renforcement des capacités

  13. Indices de gouvernance

    KE0022, 2018, Renforcement des capacités

  14. Résilience du gouvernement ouvert

    KE0023, 2018, Renforcement des capacités

  15. Développement plus transparent et participatif des politiques sur le climat aux niveaux national et sous-national

    KE0010, 2016, Accès à l'information

  16. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

    KE0011, 2016, Anti-Corruption

  17. Améliorer la transparence dans le processus législatif

    KE0012, 2016, gouvernement électronique

  18. Publier des contrats de pétrole et de gaz

    KE0013, 2016, Anti-Corruption

  19. Engagement étoilé Assurer une plus grande transparence autour des offres et des contrats

    KE0014, 2016, Anti-Corruption

  20. Créer un processus de passation des marchés publics transparent, une supervision publique des dépenses et assurer une utilisation optimale des ressources par rapport aux priorités des citoyens

    KE0015, 2016, Accès à l'information

  21. Améliorer l'accès aux informations budgétaires du gouvernement et créer des structures plus larges et plus inclusives pour la participation du public

    KE0016, 2016, gouvernement électronique

  22. Engagement étoilé Renforcer le droit à l'information

    KE0017, 2016, Accès à l'information

  23. Engagement étoilé Améliorer la transparence des processus électoraux: 1.A. Définition des limites électorales et nom.

    KE0001, 2012, Médias et télécommunications

  24. Améliorer la transparence des processus électoraux: 2.B. Information de vote en ligne

    KE0002, 2012, Accès à l'information

  25. Promotion de la participation publique: 1.B. Portail de prestation de services de bout en bout

    KE0003, 2012, gouvernement électronique

  26. Promouvoir la participation du public: 1.D. Portail public des plaintes

    KE0004, 2012, gouvernement électronique

  27. Promouvoir la participation du public: 2.C. Plan d'action du Kenya en ligne

    KE0005, 2012, Participation du public

  28. Promouvoir la participation du public: 1.C. Open Data Portal

    KE0006, 2012, Accès à l'information

  29. Engagement étoilé Améliorer la transparence dans le système judiciaire: 2.A. Vérification publique des juges et système de répartition des affaires

    KE0007, 2012, gouvernement électronique

  30. Budgets ouverts: 3.a. Améliorer l'indice OBI du Kenya

    KE0008, 2012, Ouverture fiscale

  31. Budgets ouverts: 3.B. Augmenter la participation du public dans les processus budgétaires

    KE0009, 2012, Accès à l'information

Open Government Partnership