Ignorer la navigation
Lettonie

Fonctionnaires responsables des ressources publiques (LV0022)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national de la Lettonie 2015-2017

Cycle du plan d'action: 2015

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Ministère des finances, Bureau de la prévention et de la lutte contre la corruption

Institution (s) de soutien: Ministère de la justice

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Les conflits d'intérêts

Revue IRM

Rapport IRM: Lettonie Rapport de fin de trimestre 2015-2017, Rapport d'avancement à mi-parcours de la Lettonie 2015-2017

Étoilé: non

Premiers résultats: empire

Design i

Vérifiable: non

Relatives aux valeurs OGP: Accès à l'information

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Statu quo: les actions des agents publics disposant de fonds et de biens appartenant à l’État ou aux administrations locales, ainsi que les opérations effectuées par les institutions publiques, devraient être évaluées en fonction du respect de la législation, afin de détecter les cas de mauvaise gestion, d’abus de pouvoir, d’abus de pouvoir pour un gain personnel non acquis ou pour celui des autres personnes. Contrôler la prévention des conflits d’intérêts dans les actes des agents de l’État et le respect des interdictions et restrictions supplémentaires énoncées dans la législation en ce qui concerne les agents de la fonction publique. Objectif principal: lutter contre la corruption par la force de la loi et par le soutien de l'opinion publique. Pour ce faire, le pouvoir public est utilisé avec intégrité dans l'intérêt de l'État et de la communauté. En cas de violations de la loi «sur la prévention du conflit d'intérêts dans les agissements des agents publics», poursuivre en justice les agents publics - organiser des audiences administratives, faire valoir la responsabilité pour violation des dispositions relatives à la prévention de la corruption, demander des dommages-intérêts aux agents pour perte résultant de leurs actions.
Les tâches suivantes ont été définies:
• Envisager la possibilité de permettre au public d'accéder en ligne à l'information sur tous les contrats signés par les autorités publiques concernant la fourniture de biens et de services, ainsi que sur d'autres marchés, et élaborer des recommandations pour garantir de telles mesures;
• Envisager la possibilité d'introduire des mécanismes de contrôle ou d'exécution plus efficaces pour contrôler les activités des agents publics chargés de la gestion des fonds publics, notamment la responsabilité administrative en cas de mauvaise utilisation (gaspillage) des biens publics et des fonds par les agents;
• Analyser les risques de mauvaise utilisation des fonds et de corruption dans les marchés publics sous le seuil et les achats non couverts par la législation externe et formuler des recommandations pour la réduction des risques.
Évaluer la législation relative à l'incrimination de la corruption et, conformément aux problèmes recensés dans les pratiques d'application de la loi, élaborer un projet de loi visant à appliquer plus efficacement les dispositions relatives à la responsabilité relatives aux actes illicites commis avec des fonds et des biens publics.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

5. Mettre en place des mécanismes de contrôle ou d'exécution plus efficaces du contrôle des activités des fonctionnaires chargés de la gestion des ressources publiques

Texte d'engagement:

Statu quo: les actions des agents publics disposant de fonds et de biens appartenant à l’État ou aux administrations locales, ainsi que les opérations effectuées par les institutions publiques, devraient être évaluées en fonction du respect de la législation, afin de détecter les cas de mauvaise gestion, d’abus de pouvoir, d’abus de pouvoir pour un gain personnel non acquis ou pour celui des autres personnes. Contrôler la prévention des conflits d’intérêts dans les actes des agents de l’État et le respect des interdictions et restrictions supplémentaires énoncées dans la législation en ce qui concerne les agents de la fonction publique.

Objectif principal: lutter contre la corruption par la force de la loi et par le soutien de l'opinion publique. Pour ce faire, le pouvoir public est utilisé avec intégrité dans l'intérêt de l'État et de la communauté. En cas de violations de la loi «sur la prévention du conflit d'intérêts dans les agissements des agents publics», poursuivre en justice les agents publics - organiser des audiences administratives, faire valoir la responsabilité pour violation des dispositions relatives à la prévention de la corruption, demander des dommages-intérêts aux agents pour perte résultant de leurs actions. Les tâches suivantes ont été définies:

• Envisager la possibilité de permettre au public d'accéder en ligne à l'information sur tous les contrats signés par les autorités publiques concernant la fourniture de biens et de services, ainsi que sur d'autres marchés, et élaborer des recommandations pour garantir de telles mesures;

• Envisager la possibilité d'introduire des mécanismes de contrôle ou d'exécution plus efficaces pour contrôler les activités des agents publics chargés de la gestion des fonds publics, c'est-à-dire la responsabilité administrative en cas de mauvaise utilisation (gaspillage) des biens publics et des fonds par les agents;

• Analyser les risques de mauvaise utilisation des fonds et de corruption dans les marchés publics sous le seuil et les achats non couverts par la législation externe et formuler des recommandations pour la réduction des risques.

• Évaluer la législation sur l'incrimination de la corruption et, conformément aux problèmes identifiés dans les pratiques d'application de la loi, élaborer un projet de loi visant à appliquer plus efficacement les dispositions en matière de responsabilité relatives aux actes illicites commis avec des fonds et des biens publics.

Institution responsable: Ministère des finances, Bureau de la prévention et de la lutte contre la corruption

Institution (s) de soutien): Ministère de la Justice

Date de début: 2014 ....................   Date de fin: 2018

Contexte et objectifs

La corruption est l’un des problèmes les plus difficiles à appréhender et à prouver. Le bureau d'audit de l'État indique les ministères et les institutions qui auraient pu utiliser les fonds publics plus efficacement. Portail officiel du gouvernement, http://m.lvportals.lv/visi/viedokli?id=277754?show=coment.  Par exemple, un vaste projet d'investissement visant à créer un espace numérique pour la gestion des écoles, d'un coût de X millions d'euros, a été interrompu et s'est avéré inefficace sous 3.5 après n'avoir donné aucun résultat. Portail de gestion d'école, https://www.e-klase.lv/lv/zina/zinas/aktualitates/portala-skolaslv-projekta-zaudeti-35-miljoni-eiro/.  No one has been found guilty of corruption and there are no systemic approaches in place to eliminate such practices. The head of the State Audit Office, Elita Krūmiņa, stated that there are no precise figures on corruption available, Portail officiel du gouvernement, http://m.lvportals.lv/visi/viedokli?id=277754?show=coment.  mais a cité d'autres exemples de mauvaise utilisation des fonds. Reportage Media (TV), http://skaties.lv/zinas/latvija/sabiedriba/neprofesionalitate-un-neieinteresetiba-tie-ir-galvenie-iemesli-valsts-lidzeklu-izskerdesanai-secina-vk/.  Il existe des cas avérés d’activités illégales, tels que des frais payés pour des services sans vérifier leur livraison, des frais recouvrés sans les pièces justificatives nécessaires et des fonds transférés sur des comptes bancaires privés pour des services reçus d’une personne morale. Portail officiel du gouvernement, http://m.lvportals.lv/visi/viedokli?id=277754?show=coment.

To deal with these issues, the commitment seeks to establish legal and technical measures to eliminate risks for the misuse of public funds. The Corruption Prevention and Combating Bureau (CPCB) offers four courses of action to do so:

  • Assurer une plus grande transparence des marchés publics aux niveaux national et local en les rendant publics.
  • Mettre en place un mécanisme d'application qui oblige les agents publics qui utilisent mal les fonds à rembourser la perte estimée au budget de l'État.
  • Analysez les risques liés aux contrats d'approvisionnement à bas prix et formulez des suggestions sur la manière de les éliminer.
  • Améliorer le cadre juridique garantissant la responsabilité pour l'utilisation inefficace des ressources publiques.

Dans ce groupe d'actions, une seule activité comporte un élément destiné au public: la publication des contrats de marché, qui est pertinente pour l'accès à l'information. Les autres actions, bien que censées augmenter l'utilisation efficace des ressources publiques, n'ont aucun lien clair avec les valeurs de l'OGP d'accès à l'information, de participation civique ou de responsabilité publique. Les étapes clés sont directement liées à la responsabilisation des représentants du gouvernement, mais elles ne précisent pas les voies par lesquelles le public peut participer ou surveiller les activités du gouvernement. En conséquence, l'engagement ne concerne que l'accès à l'information.

The specificity of the commitment is low because it is not clear how the milestones will be met. Their timelines are not defined, there are no starting points for the activities, and the actions lack concrete deliverables to be achieved during the period of the action plan. For example, the government does not specify how it will analyze the risks of misuse of funds, criminalize corruption, or develop recommendations for increased public access to contracts. Since it is possible to construe the general direction of the proposed actions, the IRM researcher considers the specificity of the commitment to be low.

Even if fully implemented as written, the proposed activities would amount to only minor improvements in the management of public resources. This is largely due to the vagueness of the expected outcomes. For instance, two milestones call for the development of recommendations, without specifying if or how they could be implemented. Furthermore, the milestones are written in such a way as to not promise concrete results. They begin with “consider a possibility,” “analyse risks,” and “assess legislation.”

The IRM researcher believes that the enforcement mechanisms and criminalization of corruption proposed in the second and fourth milestones would have greater effect if more cases of misuse of funds were disclosed. This would require complementary measures to strengthen the CPCB’s investigative capacity. Although the first milestone calls only for developing recommendations for the publication of contracts, the disclosure of contracts itself would bring about greater transparency and data for journalists and the general public. All contracts already exist in digital form, hence, publishing them should not be difficult. 

Aboutissement

Dans des entretiens avec un agent du CPCB, Entretien avec Sintija Helviga Eihvalde, Bureau de la prévention et de la lutte contre la corruption, 18 August 2016.  le chercheur IRM a constaté les progrès suivants:

  • La  publication de tous les contrats n'a pas encore commencé. La date limite de mise en œuvre a été reportée à la fin du mois de décembre 2020. 
  • Le jalon sur responsabilité administrative est en cours de développement par le Bureau d’audit de l’État. Le bureau a proposé des amendements permettant aux institutions de réclamer le remboursement de ressources publiques mal utilisées à des agents corrompus. Ces amendements sont en cours de discussion au Parlement et ne sont pas accessibles au public. La date limite pour la mise en œuvre est la fin du mois de décembre 2017.
  • Le CPCB insiste sur le fait que, pour contrôler les ressources dépensées pour les marchés publics, le seuil d'application de la loi sur les marchés publics ne doit pas être abaissé. Les commentaires du bureau sur le projet de loi sur les marchés publics n'ont pas été pris en compte par le Cabinet des ministres. L'agent du CPCB interrogé affirme que le bureau présentera à nouveau les mêmes arguments lorsque le projet sera examiné au Parlement.
  • Les amendements au code pénal ont été élaborés par un groupe de travail dirigé par le ministère de la justice. Les amendements clarifient le sens du mot «dommages importants» pour tenir les fonctionnaires gouvernementaux pénalement responsables du mauvais usage des fonds. Les modifications sont entrées en vigueur le 3 de décembre et sont publiées dans la base de données de la loi officielle en letton. Portail officiel de la loi, http://likumi.lv/ta/id/277894-grozijumi-likuma-par-kriminallikuma-speka-stasanas-un-piemerosanas-kartibu-.

Selon les informations fournies par le CPCB, toutes les activités se déroulent comme prévu. L'agent du CPCB interrogé a révélé que près de 30% des contrats sous le seuil actuel des fonds publics sont potentiellement à risque d'abus. Si le seuil est relevé, comme proposé dans le projet de loi sur les marchés publics, le CPCB affirme que le montant des ressources publiques sous risque augmentera. La solution du CPCB consiste à maintenir le seuil et / ou à appliquer des procédures plus simples pour les achats inférieurs au seuil.

Lors de l'élaboration du plan d'action, les ONG ont insisté pour inclure la première activité dans l'engagement. Cependant, étant donné le manque de progrès, il n'y a pas eu de commentaires. En ce qui concerne les autres activités, Delna a examiné et commenté les projets d’amendements au Cabinet des ministres et a participé aux réunions des commissions parlementaires. Les représentants de Delna n'ont pas non plus d'opinions différentes de celles du CPCB.

Premiers résultats (le cas échéant)

Il est trop tôt pour discuter des résultats pour les trois premiers jalons. Les amendements au code pénal n'ont pas encore été appliqués. Les représentants du CPCB et des ONG s'accordent pour dire que l'amendement constituait une étape mineure, quoique décisive, dans l'application de la responsabilité pénale en cas de préjudice grave.

Prochaines étapes

La première étape est pertinente pour OGP et devrait être incluse dans le prochain plan d'action. Ceci est important car il s’agit d’une priorité des ONG pour le plan actuel.

Le chercheur de l'IRM a noté qu'une activité distincte, visant à éliminer l'utilisation abusive des fonds publics par les ONG, avait été incluse dans le premier plan d'action. Cela a été critiqué par les ONG car les mesures proposées par le CPCB s’appliqueraient à toutes les ONG indépendamment de leur utilisation des fonds publics. L'activité ne figure pas dans le deuxième plan d'action, mais reste à l'ordre du jour du CPCB et devrait faire l'objet de discussions approfondies avec les ONG.

Résumé du statut de fin de session IRM

Engagement 5. Finances publiques

Texte d'engagement:

Mettre en place des mécanismes de supervision plus efficaces du contrôle des activités des fonctionnaires chargés de la gestion des ressources publiques

La conformité des actions des agents publics avec les biens et les fonds de l'État ou des administrations locales, ainsi que les transactions effectuées par les institutions publiques doivent être évaluées de manière à détecter toute mauvaise gestion, tout abus de pouvoir, tout abus de pouvoir pour un gain personnel non acquis ou pour le compte d'autrui. Surveiller la prévention des conflits d’intérêts dans les actes des agents de l’État et le respect des interdictions et restrictions supplémentaires énoncées dans les textes réglementaires concernant les agents de la fonction publique.

Objectif principal: lutter contre la corruption par la force de la loi et avec le soutien de l'opinion publique, afin de garantir que le pouvoir public soit utilisé avec intégrité dans l'intérêt de l'État et de la communauté. Contrôler la prévention des conflits d’intérêts dans les actes des agents de l’État et le respect des interdictions et restrictions supplémentaires énoncées dans la législation en ce qui concerne les agents de la fonction publique. En cas de violations de la loi sur la prévention des conflits d'intérêts dans les actes commis par des agents de l'État, afin de poursuivre en justice des agents de l'État - tenir des audiences administratives, faire valoir les obligations en cas de violations dans le domaine de la prévention de la corruption, demander des dommages-intérêts à des agents de l'État selon les procédures établies par la loi à l’égard des pertes résultant de leurs actes.

Pour atteindre ces objectifs, des tâches spécifiques ont été définies dans les «Directives pour la prévention et la lutte contre la corruption sous 2015-2020» (ci-après dénommées «les instructions»), approuvées par l’ordre du Cabinet des ministres de 16 juillet 2015:

• Envisager la possibilité de permettre au public d'accéder en ligne à l'information sur tous les contrats signés par les autorités publiques portant sur la fourniture de biens et de services, ainsi que sur les autres accords, le cas échéant, et d'élaborer des recommandations pour garantir ces mesures (date limite de mise en œuvre dans les orientations: 31.12.2020) ;

• Envisager la possibilité d’introduire des mécanismes de contrôle ou d’application plus efficaces pour contrôler les activités des agents publics chargés de la gestion des fonds publics, y compris déterminer la responsabilité administrative liée à l'utilisation abusive (dépenses inutiles) de biens et fonds publics par des agents publics (date limite pour la mise en œuvre dans les directives: 31.12.2017);

• Analyser les risques de mauvaise utilisation des fonds, ainsi que les risques de corruption dans les marchés publics inférieurs au seuil et les achats non couverts par la législation externe et formuler des recommandations pour la réduction des risques (délai de mise en œuvre défini dans les directives: 31.12.2016);

Autres mesures:

• Évaluer les actes législatifs sur l'incrimination de la corruption et, conformément aux problèmes identifiés dans les pratiques d'application de la loi, élaborer un projet de loi visant à appliquer plus efficacement les dispositions en matière de responsabilité relatives aux actes illicites commis avec des fonds et des biens publics.

• Amélioration du mécanisme de prévention des conflits d’intérêts.

Institutions responsables: Bureau de la prévention et de la lutte contre la corruption, Ministère des finances

Institution de soutien:

Date de début: 2015 ..................... ...................... Date de fin: 2020

Note éditoriale: Le texte d'engagement ci-dessus est tiré de la version mise à jour du plan d'action, publiée en octobre 2016 et disponible à l'adresse http://bit.ly/2EK34dH. La version originale du plan d'action est disponible ici: http://bit.ly/2ptZ0sq. Pour voir les changements entre les deux versions, visitez le site http://bit.ly/2FPvK4r.

But de l'engagement

Cet engagement vise à établir des mesures juridiques et techniques pour éliminer les risques d’utilisation abusive des fonds publics. Dans la version initiale du deuxième plan d'action, le ministère des Finances et le CPCB proposaient quatre actions visant à réduire les risques d'abus de ressources publiques:

  • Assurer une plus grande transparence des contrats d'approvisionnement aux niveaux national et local en rendant ces contrats publics.
  • Mettre en place un mécanisme d'application obligeant les agents publics qui utilisent mal les fonds à rembourser la perte estimée dans le budget de l'État.
  • Analysez les risques liés aux contrats d'approvisionnement à bas prix et formulez des suggestions sur la manière de les éliminer.
  • Fixer des seuils pour engager la responsabilité pénale en cas d'utilisation inefficace des ressources publiques.

Dans la version révisée du deuxième plan d'action, le gouvernement a proposé un cinquième jalon supplémentaire lié à l'amélioration des mécanismes de prévention des conflits d'intérêts. Cependant, le cinquième jalon ne précise pas quels mécanismes seront améliorés, ni comment, ni si le public participera au processus. Pour ces raisons, le jalon est considéré comme vague et dépourvu de pertinence pour les valeurs OGP, de la même manière que trois des quatre jalons initiaux énumérés ci-dessus (le premier jalon, qui vise à divulguer les contrats publics, est le seul jalon qui soit pertinent. aux valeurs OGP). La version révisée du plan d'action comprenait également des échéanciers pour chacune des étapes précédentes, reflétés dans le texte d'engagement ci-dessus.

Statut

Mi-parcours: limité

Les éléments suivants reflètent le statut de l'engagement au milieu de 2016:

  • La publication de tous les contrats n’avait pas encore commencé. La date limite de mise en œuvre a été reportée à la fin du mois de décembre 2020.
  • L’audit de l’État a franchi une étape importante en matière de responsabilité administrative. Le bureau avait mis au point des amendements à la loi sur l'audit public, qui étaient en cours de discussion au Parlement. Les amendements proposaient de permettre aux institutions de réclamer aux agents responsables le remboursement de fonds publics mal utilisés. La date limite pour la mise en œuvre de cette étape était la fin du mois de décembre 2017.
  • La CPCB a insisté sur le fait que, pour maîtriser les ressources consacrées aux marchés publics, le seuil d'application de la loi sur les marchés publics ne pouvait être relevé. Cette position est reflétée dans les commentaires du CPCB relatifs au projet de loi sur les marchés publics qui n’ont pas été examinés par le Cabinet des ministres ou la Saeima.
  • Le ministère de la Justice a dirigé un groupe de travail qui a mis au point des amendements au code pénal. Les amendements expliquent comment mesurer les dommages graves causés par un agent public passible d'une peine pénale. Les amendements criminalisent également l'utilisation abusive de ressources publiques si le dommage est supérieur à l'équivalent du salaire minimum 10. Cette étape a été considérée comme terminée.

Pour plus d'informations, voir le rapport de mi-parcours IRM 2015 – 2016. Open Government Partnership, Mécanisme indépendant d'information: rapport d'avancement de la Lettonie 2015 – 2016, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Latvia_Progress-Report_2015-2017_for-public-comment_0.pdf.

Fin du mandat: substantiel

Cet engagement s'étend au-delà de la période de mise en œuvre de deux ans. La mise en œuvre de l'engagement au cours de la deuxième année du plan d'action a connu des développements importants, qui respectent tous le calendrier des activités des institutions responsables. Selon les informations fournies par le CPCB, toutes les tâches prévues pour juillet 2015 - juin 2017 ont été remplies.

  1. Le Parlement a adopté des amendements à la loi sur les marchés publics (article 60 [10] et 1 [23]) et à la loi sur la passation des marchés de services publics. «Loi sur les marchés publics des prestataires de services publics», législation de la République de Lettonie, portail officiel du droit, https://likumi.lv/doc.php?id=288730. Depuis le 1 March 2017, la loi sur les marchés publics exige la publication non seulement des plans d’achat, mais également de tous les documents relatifs aux marchés publics. À compter de 1 de janvier 2019, la soumission électronique des offres sera nécessaire pour toutes les procédures de passation de marché. En outre, le Cabinet des ministres a adopté une réglementation sur les marchés publics électroniques qui imposera la publication des informations relatives aux marchés publics dans un format de données ouvertes (article 3.10). «Règles relatives aux marchés publics», législation de la République de Lettonie, https://likumi.lv/doc.php?id=289087. Conformément à la réglementation, l'Office des marchés publics a commencé à publier des données sur les achats et les contrats passés dans la section des données ouvertes de sa page Web. «Service Open Data du Bureau de surveillance des achats (Open IUB)», Service de données ouvertes, Bureau de surveillance des achats, http://open.iub.gov.lv/. et sur la version bêta du portail de données ouvertes construit dans le cadre du premier engagement. Bien que tous les contrats n'aient pas encore été publiés, cette étape demandait uniquement d'envisager «une possibilité permettant au public d'accéder en ligne à l'information sur tous les contrats». Pour cette raison, l'étape est considérée comme terminée.
  2. Au Parlement, des amendements à la loi sur le contrôle des comptes publics établissent une responsabilité administrative pour les fonctionnaires qui utilisent les fonds publics à mauvais escient. Les amendements ont été examinés par la commission compétente, débattus en plénière et sont en bonne voie pour un débat final en plénière. «Amendements à la loi sur le contrôle de l'État», Parlement, http://titania.saeima.lv/LIVS12/SaeimaLIVS12.nsf/0/9C377236DD263414C225808A004A0A56?OpenDocument. En conséquence, la mise en œuvre de l'activité est à l'heure.
  3. Le Bureau de surveillance des achats, en coopération avec le ministère des Finances, a élaboré des directives pour l’acquisition de services publics se situant sous le seuil d’achat régi par la loi. «Iepirkumu Vadlinijas Sabiedrisko Pakalpojumu Sniedzejiem», ministère des Finances, http://m.esfondi.lv/upload/0_vadlinijas.pdf. et par le Cabinet des ministres. «Dispositions sur les seuils de valeur des marchés publics», législation de la République de Lettonie, https://likumi.lv/ta/id/289083-noteikumi-par-publisko-iepirkumu-ligumcenu-robezvertibam. Les directives décrivent des procédures simples, telles que la publication de l’intention de signer un contrat, permettant d’assurer des chances égales à tous les fournisseurs de services. Les lignes directrices ne sont pas juridiquement contraignantes mais servent de référence aux autorités d'audit. Les institutions ont donc intérêt à leur obéir. En outre, le CPCB a élaboré des modifications à la loi sur les marchés publics imposant aux institutions gouvernementales de publier dans la base de données du Bureau de surveillance des achats des informations sur tous les services acquis dépassant 500 euros et les travaux de construction supérieurs à 1,000 euros. Cependant, les amendements ont été rejetés par le Parlement. CPCB, communication écrite, 13 septembre 2017.
  4. Le Parlement a adopté des amendements au droit pénal (articles 320 et 321) «Droit pénal», législation de la République de Lettonie, https://likumi.lv/doc.php?id=88966. élaborés par le ministère de la Justice et prévoyant des amendes plus lourdes et une charge de la preuve plus aisée en cas d’utilisation abusive des ressources publiques. Les modifications n'étaient pas en vigueur à la fin du plan d'action, mais sont néanmoins entrées en vigueur le 1 de janvier 2018.
  5. Selon le CPCB, il a élaboré un amendement à la loi sur les conflits d’intérêts des agents publics (article 18), «Prévention des conflits d’intérêts dans les activités des agents de l’État», Législation de la République de Lettonie, https://likumi.lv/doc.php?id=61913. qui a été approuvé par le Parlement. La CPCB a indiqué que l'amendement définissait les actions impliquant des ressources publiques, facilitant ainsi l'application de la responsabilité administrative. Toutefois, l’amendement à l’article 18 de la loi a été adopté le 21 May 2015 et est entré en vigueur le 17 juin 2015, avant la soumission de cette étape importante en octobre 2016. De plus, l'article qui semble le plus conforme aux informations fournies par le CPCB est l'article 20 (8). Ibid. qui stipule que le Cabinet des ministres édicte des réglementations sur les mécanismes de contrôle interne afin de réduire les risques de corruption et de conflits d'intérêts. Le règlement correspondant, Règlement du Cabinet n °. 630 «Le règlement sur les principales exigences du système de contrôle interne en matière de prévention de la corruption et des conflits d’intérêts dans les institutions publiques» a bien été adopté. Portail officiel de la loi, https://likumi.lv/doc.php?id=294518 Cependant, il a été publié et est entré en vigueur le 17 Octobre 2017, après la clôture du plan d'action.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: aggravé

Avant l'adoption de la nouvelle réglementation dans le cadre de cet engagement, aucun système d'approvisionnement électronique n'était en place. Les données sur les achats antérieurs, si elles étaient disponibles, ne pouvaient être obtenues que par la recherche de divers fichiers sur le site Web du Bureau de surveillance des achats. Cependant, les noms des bénéficiaires réels des contrats ne peuvent pas être tirés de la documentation des marchés publics. Janis Volberts, «Delna: Ko Latvija var Mācīties no Panamas Papīru Skandāla», Diena, 7 April 2016, https://www.diena.lv/raksts/latvija/viedokli/_delna_-ko-latvija-var-macities-no-_panamas-papiru_-skandala-14136331. À l’époque, l’exigence de divulgation des documents d’achat s’appliquait si l’acquisition de biens et de services était supérieure à 4,000 euros ou si les travaux de construction étaient supérieurs à 14,000 euros. Les informations sur les marchés et les marchés dépassant ces seuils devaient être publiées sur le site Web du Bureau de surveillance des achats, ainsi que sur le site Web de l'institution contractante.

Cet engagement vise à lutter contre la corruption et le détournement de fonds publics de plusieurs manières, mais un seul de ses jalons - la divulgation des contrats publics - comportait un élément destiné au public qui correspond à la valeur de l'accès à l'information du PGO. Pour plus d'informations, voir le rapport de mi-parcours IRM 2015 – 2016.

L'engagement a abouti à des résultats mitigés. D'une part, le gouvernement a lancé un système d'approvisionnement électronique. "Mise en garde! L’utilisation du système d’appel d’offres électronique pour les procédures d’achat a débuté le 01.10.2017 », Bureau de contrôle des achats, https://www.iub.gov.lv/lv/node/705. Le lancement de ce système améliore régulièrement l'accessibilité aux informations sur les achats, même si le système ne peut pas être utilisé pour évaluer les modifications des pratiques gouvernementales à la fin de la période du plan d'action (1 July 2017), depuis le lancement du système le 1 October 2017.

Le gouvernement a également adopté des règlements qui augmentent la quantité d'informations à divulguer pour certains contrats, ce qui constitue une réalisation importante. Toutefois, ces nouvelles exigences s’appliquent uniquement aux biens et services d’un montant supérieur à 144,000 euros et les travaux de construction d’un montant supérieur à 5,548,000 euros. «Dispositions sur les seuils de valeur des marchés publics», https://likumi.lv/ta/id/289083-noteikumi-par-publisko-iepirkumu-ligumcenu-robezvertibam. Les nouvelles directives gouvernementales sur les bonnes pratiques “Iepirkumu Vadlinijas Sabiedrisko Pakalpojumu Sniedzejiem,” http://m.esfondi.lv/upload/0_vadlinijas.pdf. recommande de publier des informations sur les marchés pour des biens et services d'un montant supérieur à 42,000 euros et pour des travaux de construction d'un montant supérieur à 170,000 euros. Les informations sur les marchés pour les marchés ne respectant pas ces seuils ne doivent pas obligatoirement être publiées sur le site Web de l'Office de surveillance des achats. Au lieu de cela, ces informations pourraient être compilées et affichées ailleurs, par exemple sur le site Web d'une institution gouvernementale individuelle. Cela signifie qu’une quantité importante d’informations sur les marchés dépassant les anciens seuils (euros 4,000 pour les biens et services et euros 14,000 pour les travaux de construction) ne sera plus accessible au public dans un lieu centralisé.

Néanmoins, il est important de mentionner qu’au fil du temps, il faudra publier davantage d’informations sur les marchés. À compter du 1 d’avril 2018, les seuils de divulgation des informations requises seront plus bas: contrats de travaux publics (170,000 euros - 5,548,00 euros); marchés publics de fournitures ou de services (euros 42,000 - euros 144,000. Les seuils seront encore abaissés le 1 de janvier. 2019: marchés publics de travaux (20,000 euros - 170,000 euros); marchés publics de fournitures ou de services (10,000 euros - 42,000 euros) Malgré cette tendance positive au fil du temps, la clôture du plan d’action (July 2017) a nécessité moins de documents contractuels qu’au début. De plus, même lorsque le système de passation électronique des marchés est complètement mis en place, être plus élevé qu'au début du plan d'action.

Les experts anticorruption de Delna, site de la section locale de Transparency International, insistent sur le fait que les seuils élevés augmentent le risque de corruption et réduisent le niveau de transparence du processus de passation des marchés. Janis Volberts, «L'augmentation du seuil des marchés publics augmentera le risque de corruption», Par Likumu un Valsti, 24 October 2016, http://www.lvportals.lv/visi/viedokli/282763-publiska-iepirkuma-slieksna-celsana-palielinas-korupcijas-riskus/. Une proportion importante des opérations de passation de marchés publics ne sont désormais plus soumises aux procédures de publicité, par rapport au statu quo qui prévalait avant l’adoption de la nouvelle réglementation. Le CPCB a exprimé ces préoccupations et en a informé le chercheur lors d'entretiens pour le rapport de mi-parcours, mais ni le Cabinet des ministres ni le Parlement n'ont tenu compte des suggestions du bureau.

En fin de compte, le nouveau système de passation électronique des marchés, ainsi que les exigences relatives à la publication des achats planifiés et à la publication des jeux de données ouverts, peuvent potentiellement améliorer la transparence à long terme. Cependant, à court terme, une plus grande proportion de transactions ne sera pas facilement accessible au public car les seuils de divulgation ont augmenté. Pour cette raison, le chercheur de l'IRM estime qu'à la fin de la période du plan d'action (2017 de juillet), la mise en œuvre de cet engagement avait aggravé le niveau d'accès à l'information dans le pays. Enfin, si les autres étapes de l’engagement (liées aux responsabilités administratives, à la criminalisation de la corruption et aux conflits d’intérêts) pourraient permettre une meilleure utilisation des ressources publiques, il s’agit de mesures internes qui ne sont pas directement liées aux valeurs de l’OGP et n’ont donc pas été respectées. changer le niveau d'ouverture du gouvernement.

Reportés?

Le prochain plan d'action comprend un engagement en matière de transparence des marchés publics. En particulier, l’engagement est axé sur l’amélioration de la transparence des informations sur les marchés publics qui relèvent du nouveau seuil de divulgation obligatoire mentionné ci-dessus, ainsi que sur la transparence des contrats conclus et de leurs modifications.


Engagements

  1. Transparence dans les marchés publics et les contrats

    LV0040, 2019, Accès à l'information

  2. Open Data

    LV0041, 2019, Accès à l'information

  3. Transparence dans le lobbying

    LV0042, 2019, Renforcement des capacités

  4. Gouvernement municipal ouvert

    LV0043, 2019, Gouvernement électronique

  5. Engagement du public dans l'élaboration des politiques

    LV0044, 2019, Renforcement des capacités

  6. Mesures anti-corruption

    LV0045, 2019, Anti-Corruption

  7. Participation du public à la prise de décision

    LV0028, 2017, Accès à l'information

  8. Services juridiques en ligne

    LV0029, 2017, Accès à l'information

  9. Open Data

    LV0030, 2017, Accès à l'information

  10. Transparence du lobbying

    LV0031, 2017, Renforcement des capacités

  11. Transparence budgétaire

    LV0032, 2017, Gouvernement électronique

  12. Protections des dénonciateurs

    LV0033, 2017, Anti-Corruption

  13. Ethique en gestion publique

    LV0034, 2017, Renforcement des capacités

  14. Zéro bureaucratie

    LV0035, 2017, Législation et réglementation

  15. Marchés publics ouverts

    LV0036, 2017, Accès à l'information

  16. Transparence dans la gestion de l'état

    LV0037, 2017, Accès à l'information

  17. Beneficial ownership

    LV0038, 2017, Anti-Corruption

  18. Gouvernance fondée sur des preuves

    LV0039, 2017, Renforcement des capacités

  19. Engagement étoilé Note conceptuelle sur la publication des données

    LV0018, 2015, Accès à l'information

  20. Portail rédaction de législature et élaboration de documents de planification

    LV0019, 2015, Gouvernement électronique

  21. Pages Web de la plate-forme unificatrice

    LV0020, 2015, Gouvernement électronique

  22. Engagement étoilé Transparence de la sélection des candidats aux conseils d'administration des entreprises d'entités publiques

    LV0021, 2015, Législation et réglementation

  23. Fonctionnaires responsables des ressources publiques

    LV0022, 2015, Anti-Corruption

  24. Modèle durable de financement des ONG

    LV0023, 2015, Espace civique

  25. Engagement étoilé Collection en ligne de signatures sur les référendums

    LV0024, 2015, Gouvernement électronique

  26. Projet de loi sur la protection des lanceurs d'alerte

    LV0025, 2015, Anti-Corruption

  27. Évaluation du système de financement des partis politiques

    LV0026, 2015, Intégrité politique

  28. Code de déontologie et manuel de l'employé des administrations publiques pour le secteur public

    LV0027, 2015, Renforcement des capacités

  29. Fonds des ONG

    LV0001, 2012, Renforcement des capacités

  30. Renforcer les partenaires sociaux

    LV0002, 2012, Participation publique

  31. Droit syndical

    LV0003, 2012, Espace civique

  32. Co-travail des ONG

    LV0004, 2012, Espace civique

  33. Modèle d'engagement du public

    LV0005, 2012, Règlement ouvert

  34. Points d'accès Internet

    LV0006, 2012, Gouvernement électronique

  35. Évaluation de la fonction publique

    LV0007, 2012, Prestation de services publics

  36. Améliorer les services électroniques

    LV0008, 2012, Gouvernement électronique

  37. E-services de transport

    LV0009, 2012, Gouvernement électronique

  38. Divulgation de l'actif

    LV0010, 2012, Anti-Corruption

  39. Loi sur le lobbying

    LV0011, 2012, Législation et réglementation

  40. Protection des dénonciateurs

    LV0012, 2012, Anti-Corruption

  41. Contrôle des subventions publiques

    LV0013, 2012, secteur privé

  42. Gestion des entreprises appartenant à l'État

    LV0014, 2012, secteur privé

  43. Plateforme unique pour les sites Web et les informations du gouvernement

    LV0015, 2012, Gouvernement électronique

  44. Radiodiffusion en ligne du Cabinet et du Parlement

    LV0016, 2012, Gouvernement électronique

  45. Site Web pour la participation publique

    LV0017, 2012, Gouvernement électronique

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!