Ignorer la navigation
Lettonie

Évaluation du système de financement des partis politiques (LV0026)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national de la Lettonie 2015-2017

Cycle du plan d'action: 2015

Statut: inactif

Institutions

Institution directrice: Bureau de prévention et de lutte contre la corruption

Institution (s) de soutien: NA

Domaines politiques

Intégrité politique

Revue IRM

Rapport IRM: Lettonie Rapport de fin de trimestre 2015-2017, Rapport d'avancement à mi-parcours de la Lettonie 2015-2017

Étoilé: non

Premiers résultats: n'a pas changé

Design i

Vérifiable: non

Pertinent par rapport aux valeurs OGP: non pertinent

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Statu quo: la loi sur le financement des organisations politiques (partis) stipule que les organisations politiques peuvent être financées par le budget de l'État et définit certaines conditions pour recevoir et utiliser les fonds.
Déterminer si l’allocation des fonds du budget de l’État a atteint l’objectif principal - la réduction de l’impact des principaux donateurs en politique, ainsi que l’identification des types de dépenses des partis pouvant être financés par l’État - le fonctionnement du système de financement les organisations politiques et les partis doivent être évalués, les inconvénients et les problèmes existants identifiés, et les solutions proposées pour remédier à la situation.
Objectif principal: limiter le pouvoir de l'argent en politique.

Les travaux visant à atteindre cet objectif seront réalisés dans le cadre de huit mesures.
1. Évaluer le fonctionnement du système de financement des partis politiques et des organisations politiques à la suite des amendements à la loi sur le financement des organisations politiques (partis) en ce qui concerne l'affectation des fonds du budget de l'État aux partis politiques, et élaborer des recommandations pour assurer le fonctionnement des partis les périodes entre les élections, réduisent la dépendance des partis à l’égard des dons importants et favorisent l’attrait des petites contributions.

2. Assurer la transparence des activités financières des organisations politiques (partis) en renforçant l'efficacité des mécanismes de mise en œuvre de la responsabilité pour les violations et en imposant des sanctions moins sévères pour les infractions administratives moins graves dans le domaine du financement des partis politiques, incl. envisager une possibilité de réduire la charge administrative.

3. Sur la base des demandes reçues et des contrôles effectués par le Bureau de la prévention et de la lutte contre la corruption (KNAB), analyser les manifestations de campagnes secrètes préélectorales au cours des périodes préélectorales précédentes et formuler des recommandations concernant les modifications législatives visant à prévenir le risque de corruption. campagne secrète.

4. Créer et mettre en service un système de déclaration électronique des partis politiques.

5. Sur la base d'une analyse antérieure sur les questions d'intérêt pour les partis et les autres participants aux élections pendant la période préélectorale et les jours des élections, charger le CPCB / KNAB de produire un matériel méthodologique pour les partis politiques.

6. Formuler des recommandations pour réduire l'impact croissant des intérêts privés sur le processus législatif et promouvoir la transparence du lobbying, ainsi que rendre publiques les procédures à suivre par les fonctionnaires (y compris les parlementaires) pour communiquer avec les lobbyistes et autres parties prenantes qui tentent d'influencer le processus.

7. Évaluer l'impact du lobbying sur la loi relative au budget de l'Etat, au secteur de la construction, aux procédures de faillite et à d'autres secteurs, et formuler des recommandations pour réduire l'impact d'un lobbying disproportionné.

8. Évaluer le cadre juridique relatif à la divulgation de l'identité d'un donateur et fixer une limite au montant d'un don, en dessous de laquelle les informations du donneur ne sont pas rendues publiques, favorisant ainsi la participation des petits donateurs à la fourniture d'une assistance financière aux organisations politiques.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

9. Évaluation du système de financement des partis politiques

Texte d'engagement:

Statu quo: la loi sur le financement des organisations politiques (partis) stipule que les organisations politiques peuvent être financées par le budget de l'État et définit certaines conditions pour recevoir et utiliser les fonds. Déterminer si l’allocation des fonds du budget de l’État a atteint l’objectif principal - la réduction de l’impact des principaux donateurs en politique, ainsi que l’identification des types de dépenses des partis pouvant être financés par l’État - le fonctionnement du système de financement les organisations politiques et les partis doivent être évalués, les inconvénients et les problèmes existants identifiés, et les solutions proposées pour remédier à la situation.

Objectif principal: limiter le pouvoir de l'argent en politique. Les travaux visant à atteindre cet objectif seront réalisés dans le cadre de huit mesures.

1. Évaluer le fonctionnement du système de financement des partis politiques et des organisations politiques à la suite des amendements à la loi sur le financement des organisations politiques (partis) en ce qui concerne l'affectation des fonds du budget de l'État aux partis politiques, et élaborer des recommandations pour assurer le fonctionnement des partis les périodes entre les élections, réduisent la dépendance des partis à l’égard des dons importants et favorisent l’attrait des petites contributions.

2. Assurer la transparence des activités financières des organisations politiques (partis) en renforçant l'efficacité des mécanismes de mise en œuvre de la responsabilité pour les violations et en imposant des sanctions moins sévères pour les infractions administratives moins graves dans le domaine du financement des partis politiques, incl. envisager une possibilité de réduire la charge administrative.

3. Sur la base des demandes reçues et des contrôles effectués par le Bureau de la prévention et de la lutte contre la corruption (KNAB), analyser les manifestations de campagnes secrètes préélectorales au cours des périodes préélectorales précédentes et formuler des recommandations concernant les modifications législatives visant à prévenir le risque de corruption. campagne secrète.

4. Créer et mettre en service un système de déclaration électronique des partis politiques.

5. Sur la base d'une analyse antérieure sur les questions d'intérêt pour les partis et les autres participants aux élections pendant la période préélectorale et les jours des élections, charger le CPCB / KNAB de produire un matériel méthodologique pour les partis politiques.

6. Formuler des recommandations pour réduire l'impact croissant des intérêts privés sur le processus législatif et promouvoir la transparence du lobbying, ainsi que rendre publiques les procédures à suivre par les fonctionnaires (y compris les parlementaires) pour communiquer avec les lobbyistes et autres parties prenantes qui tentent d'influencer le processus.

7. Évaluer l'impact du lobbying sur la loi relative au budget de l'Etat, au secteur de la construction, aux procédures de faillite et à d'autres secteurs, et formuler des recommandations pour réduire l'impact d'un lobbying disproportionné.

8. Évaluer le cadre juridique relatif à la divulgation de l'identité d'un donateur et fixer une limite au montant d'un don, en dessous de laquelle les informations du donneur ne sont pas rendues publiques, favorisant ainsi la participation des petits donateurs à la fourniture d'une assistance financière aux organisations politiques.

Institution responsable: Bureau de prévention et de lutte contre la corruption (CPCB)

Institution (s) de soutien): N / A

Date de début: 2014 .................... Date de fin: 2020

Contexte et objectifs

En Lettonie, il n’existe que peu de subventions gouvernementales aux partis politiques. Ces subventions ont commencé en 2012 et équivalent à peu près à EUR 0,3 par habitant. Les subventions limitées aident à expliquer pourquoi les partis politiques dépendent des dons privés et sont susceptibles à l'influence de l'argent. En réponse à ce problème, les ONG ont suggéré que le gouvernement évalue l’impact de ses subventions sur les partis politiques et propose de modifier si nécessaire le cadre OGP. Entretien avec Iveta Kažoka, Centre de la politique «Providus», 22 August 2016. Les ONG ont proposé cela dans le deuxième plan d'action. À leur avis, des subventions gouvernementales supplémentaires permettraient à davantage de partis politiques professionnels de développer leurs ressources humaines pour des décisions politiques bien conçues à long terme. Le gouvernement a repris la proposition des ONG, en l’incluant dans le plan d’action ainsi que d’autres activités qui devraient avoir lieu avant la fin de l’évaluation.

L’engagement pris par le gouvernement a pour objectif de réduire le rôle de l’argent privé en politique, en particulier celui des grands donateurs privés ou d’origine mal définie. Il y a huit étapes pour atteindre l'objectif:

1.Evaluation de l'impact des subventions gouvernementales aux partis politiques sur la situation actuelle;

2.Des mécanismes de responsabilité plus efficaces en cas de violation du financement des partis politiques, y compris la réduction au minimum des sanctions pour les violations administratives moins importantes;

3.Solutions pour réduire les campagnes préélectorales secrètes;

4.Un système électronique pour les finances des partis;

5.Manuel à l’intention des partis politiques sur le cadre juridique de leurs activités;

6. Transparence accrue dans le lobbying;

7.Evaluation de l'impact du lobbying dans divers domaines; et

8.Un seuil pour la taille des dons anonymes.

Globalement, la spécificité des mesures proposées est faible. Bien qu'il existe des produits concrets, tels qu'un système électronique pour les déclarations financières des partis politiques et un manuel à l'intention des partis politiques, la plupart des jalons sont vagues et peu détaillés. Par exemple, de nombreuses étapes jalons visent à «évaluer» les systèmes et les réglementations, mais n'indiquent pas comment cela sera effectué ni à quoi ressemblera le produit final. D'autres jalons ont pour objectif de «fournir des recommandations». Dans ces cas, il est difficile de déterminer comment ces recommandations seront élaborées ou mises en œuvre.

L'impact potentiel de l'engagement est également difficile à prévoir en raison de son caractère vague. Par exemple, en fonction de leur contenu, les mesures visant à réglementer le lobbying pourraient être efficaces ou totalement inefficaces. Les activités de l'engagement pourraient toutes conduire à des résultats positifs, tels que la réduction de l'influence de l'argent en politique, mais elles ne contiennent pas d'élément faisant face au public. Les actions proposées sont toutes internes au gouvernement et, en tant que telles, ne sont pas considérées comme pertinentes par rapport à la valeur d'un gouvernement ouvert.

Aboutissement

Après la première année de mise en œuvre, il n’existe presque plus de résultats concrets de l’engagement d’analyser et de discuter. La lacune la plus importante est qu’aucune analyse n’a été menée pour déterminer si l’octroi de subventions du budget de l’État aux partis politiques constitue une politique efficace.

Bien que le CPCB ait préparé plusieurs amendements législatifs, aucune de ces propositions n’est disponible publiquement ou n’a été approuvée à ce jour par le Cabinet des ministres ou le Parlement. La réalisation de l'engagement est donc considérée comme limitée. Deux jalons qui auraient dû conduire à de nouvelles politiques - les évaluations des subventions gouvernementales existantes aux partis politiques et de l'impact du lobbying - n'ont pas encore commencé. Cependant, toutes les activités de l'engagement sont des mesures politiques à long terme, que l'agence responsable considère comme respectées.

La CPCB rapporte les progrès suivants pour chaque jalon:

  • La CPCB a fixé à 31 December 2016 la date limite pour la évaluation financement des partis politiques par l’Etat. Au lieu d'une évaluation, toutefois, le gouvernement a élaboré des amendements à la loi sur le financement des partis politiques, selon lesquels une personne ne doit pas donner la totalité de ses revenus déclarés. Le gouvernement tente d'empêcher les grands donateurs de distribuer des ressources à de faux «petits donateurs» qui font ensuite des dons aux partis politiques. Les amendements ont été soumis à une commission parlementaire et ne sont pas publics.
  • Responsabilité effective les mesures visent à réduire les sanctions à l'encontre des partis politiques pour les infractions administratives mineures. La date limite fixée par le CPCB est 31 December 2016. Le CPCB a élaboré des projets de directives qui ne sont pas encore en vigueur ni disponibles publiquement pour commentaires.
  • Le CPCB a participé aux réunions des comités parlementaires et développe des amendements sur l'agitation secrète. Sa date limite est le 31 de décembre 2016. Les brouillons ne sont pas encore publiquement disponibles pour commentaires.
  • L'introduction d'un déclaration électronique des ressources des partis politiques est en cours. Cela ne changera pas les informations divulguées par les partis politiques ni leur disponibilité publique (les informations ont déjà été soumises et publiées par le CPCB). La mesure réduira le fardeau administratif du Bureau et modifiera la manière dont les partis politiques communiquent leurs informations financières au gouvernement. De ce fait, il ne met aucune information supplémentaire à la disposition du public, mais vise à améliorer l'efficacité du Bureau. La date limite fixée par le CPCB est 31 December 2017.
  • Le CPCB a élaboré un méthodologie pour les partis politiques décrivant les lois et les règlements à respecter avant les élections. Le matériel a été présenté à un comité parlementaire; il n'est ni publié ni disponible au public. Cette mesure n'est pas pertinente pour OGP et explique seulement la loi aux partis politiques. La date limite du CPCB était 31 December 2015. Le chercheur de l'IRM estime que l'achèvement est substantiel, car il suffit que le matériel soit accessible au public pour que le jalon soit complet.
  • Le réglementation du lobbying a une longue histoire en Lettonie. C'était l'un des jalons anti-corruption inclus dans le premier plan d'action. Le CPCB a présenté un projet de loi sur la transparence du lobbying, ouvert à la consultation d'autres ministères et d'ONG sur 14 July 2012. Cependant, il n'y avait pas d'accord sur le projet entre les ministères. Le premier rapport d'autoévaluation suggérait que l'engagement était mis en œuvre, mais le projet n'avait pas encore été approuvé par le Cabinet des ministres et le Parlement. En conséquence, le Premier ministre a adopté une résolution sur 25 October 2014 afin que le lobbying soit réglementé par le biais d'amendements aux lois existantes. Un groupe de travail composé d'experts du CPCB et du ministère de la Justice a proposé des modifications à la loi sur l'ordre public. Page d'accueil du Cabinet des ministres, http://tap.mk.gov.lv/lv/mk/tap/?pid=40390230.  et règlement du Parlement Page d'accueil du Cabinet des ministres, http://tap.mk.gov.lv/lv/mk/tap/?pid=40390231. sur 26 Mai 2016. Les discussions entre les ministères et la commission parlementaire n'ont pas encore abouti à une solution viable. La date limite fixée par le CPCB est 31 December 2016.
  • La CPCB s'est engagée à évaluer l'impact du lobbying dans divers domaines politiques, tels que la construction et l’établissement du budget de l’État. Cette activité n'a pas commencé. La date limite du CPCB est 31 December 2018.
  • Le CPCB s’emploie actuellement à fixer un seuil permettant aux dons aux partis politiques de rester anonymes. Cependant, il n'y a pas de résultats concrets à ce stade. La date limite est fixée à 31 December 2016.
Premiers résultats (le cas échéant)

Comme les activités ne sont pas encore terminées, il n'y a pas de résultats à évaluer. L'observation générale du chercheur IRM et des ONG interrogées Iveta Kažoka, Centre de la politique «Providus», 22 August 2016; Jānis Volberts, section locale de TI «Delna», 22 August 2016; Liene Gātere, section locale de TI «Delna», 22 August 2016; Jānis Veide, section locale de TI «Delna», 22 August 2016. est-ce que les évaluations des subventions gouvernementales et du lobbying aideraient à élaborer des politiques connexes. Ces politiques reposeraient sur une analyse des pratiques existantes, ce qui renforcerait les arguments en faveur de leur approbation et de leur mise en œuvre.

Prochaines étapes

Le chercheur de l'IRM recommande de donner la priorité aux évaluations des subventions gouvernementales sur l'État et à l'impact du lobbying sur la politique lettone. Les politiques qui s’attaquent à l’influence de l’argent en politique devraient être fondées sur les résultats et les recommandations de ces analyses. Sans études sous-jacentes, des mesures telles que des mécanismes plus efficaces de contrôle de la responsabilité et des seuils pour les dons anonymes proposés dans cet engagement pourraient être formulés de manière à aggraver le statu quo. Le chercheur de l'IRM recommande de mettre l'accent sur un nombre réduit de jalons ayant un impact plus important, qui spécifient les résultats attendus et la manière dont ils seront atteints (plutôt que des actions vagues) dans le prochain plan.

Résumé du statut de fin de session IRM

Engagement 9. Financement des partis politiques

Texte d'engagement:

Évaluation du système de financement des partis politiques

La loi sur le financement des organisations politiques (partis) stipule que les organisations politiques peuvent être financées par le budget de l'État et, dans le même temps, définit certaines conditions préalables à la réception et à l'utilisation des fonds. Déterminer si l’allocation des fonds du budget de l’État a atteint l’objectif principal - réduire l’impact des principaux donateurs en politique, ainsi que déterminer les types de dépenses pouvant être financées par l’État - le fonctionnement du système de financement des dépenses politiques. les organisations et les parties doivent être évaluées en identifiant les inconvénients et les problèmes existants, ainsi qu'en proposant des solutions pour remédier à la situation.

L'objectif principal est de limiter le pouvoir de l'argent en politique.

Pour atteindre cet objectif, les travaux seront entrepris dans le cadre de huit sous-tâches, qui sont incluses dans les «Directives pour la prévention et la lutte contre la corruption sous 2015-2020» (ci-après dénommées les «Directives») approuvées par l’ordre du Cabinet des ministres. de 16 July 2015:

1. Évaluer le fonctionnement du système de financement des partis politiques et des organisations politiques suite aux amendements à la loi sur le financement des organisations politiques (partis) en ce qui concerne l'affectation des fonds du budget de l'État aux partis politiques, et élaborer des recommandations pour assurer le fonctionnement des partis politiques entre élections, réduire la dépendance des partis à l’égard des dons à grande échelle et promouvoir l’attrait des petites contributions (date limite pour la mise en œuvre de la tâche décrite dans les directives: 31.12.2016)

2. Assurer la transparence des activités financières des organisations politiques (partis) en renforçant l'efficacité des mécanismes d'imposition de la responsabilité pour les violations et en imposant des sanctions moins sévères pour les infractions administratives moindres dans le domaine du financement des partis politiques, incl. examiner la possibilité de réduire la charge administrative (date limite pour la mise en œuvre de la tâche dans les directives: 31.12.2016).

3. Sur la base des demandes reçues et des contrôles effectués par le KNAB [CPCB], analyser les manifestations de la campagne préélectorale secrète au cours des périodes préélectorales précédentes et formuler des recommandations concernant les modifications législatives visant à prévenir le risque de campagne déguisée (Date limite). pour la mise en œuvre de la tâche dans les directives: 31.12.2016).

4. Assurer la création et la mise en œuvre du système de déclaration électronique des partis politiques en Lettonie (date limite pour la mise en œuvre de la tâche décrite dans les lignes directrices: 31.12.2016).

5. Sur la base d'une analyse antérieure sur les questions d'intérêt pour les partis et les autres participants aux élections pendant la période préélectorale et les jours des élections, le KNAB doit produire un matériel méthodologique destiné aux partis politiques afin de garantir une interprétation et une application correctes des actes législatifs contraignants. lors de la préparation des élections, ainsi que pour la publication de ces informations (date limite pour la mise en œuvre de la tâche définie dans les directives: 31.12.2015).

6. Évaluer l'impact du lobbying sur la loi relative au budget de l'État, à la construction, aux procédures administratives en cas d'insolvabilité et à d'autres secteurs, et formuler des recommandations pour réduire l'impact d'un lobbying disproportionné (date limite pour la mise en œuvre de la tâche décrite dans les directives: 31.12.2018).

7. Évaluer le cadre juridique relatif à la publication de l'identité des donateurs et fixer une limite au montant d'un don; en dessous de laquelle les informations sur le donateur ne sont pas rendues publiques, favorisant ainsi la participation de petits donateurs au financement d'organisations politiques ( Date limite pour la mise en œuvre de la tâche dans les directives: 31.12.2016).

Institution responsable: Bureau de prévention et de lutte contre la corruption

Institution de soutien: N / A

Date de début: 2014 ..................... ...................... Date de fin: 2017

Note éditoriale: Le texte d'engagement ci-dessus est tiré de la version mise à jour du plan d'action, publiée en octobre 2016 et disponible à l'adresse http://bit.ly/2EK34dH. La version originale du plan d'action est disponible à l'adresse suivante: http://bit.ly/2ptZ0sq. Pour voir les changements entre les deux versions, visitez le site http://bit.ly/2FPvK4r.

But de l'engagement

Le montant des subventions gouvernementales aux partis politiques est faible en Lettonie. Les subventions ont commencé en 2012 et s'élèvent à 0.71 euros par vote reçu par les partis politiques lors des précédentes élections législatives. Les subventions limitées aident à expliquer pourquoi les partis politiques dépendent des dons privés et sont sensibles à l’influence de l’argent. En réponse à ce problème, les ONG ont suggéré que le gouvernement évalue l'impact de ses subventions sur les partis politiques et propose des modifications dans le cadre de l'OGP, si nécessaire. Iveta Kažoka (Policy Center Providus), interview réalisée par 22 August 2016, chercheur à l'IRM. Les ONG ont proposé ces actions comme un engagement dans le deuxième plan d'action. À leur avis, des subventions gouvernementales supplémentaires permettraient à un plus grand nombre de partis politiques professionnels de développer des ressources humaines pour des décisions politiques bien conçues et à long terme. Le gouvernement a accepté la proposition des ONG, mais il l'a incluse dans le plan d'action avec des activités qui ne comportent aucun élément faisant face au public.

En général, l'objectif de l'engagement est de réduire le rôle de l'argent privé en politique, en particulier celui des grands donateurs privés ou d'origine peu claire. Huit étapes sont envisagées pour atteindre l'objectif:

  • Une évaluation de l'impact des subventions gouvernementales aux partis politiques sur la situation actuelle;
  • Mécanismes de responsabilité plus efficaces pour les violations du financement des partis politiques, y compris la réduction au minimum des sanctions pour les violations administratives moins graves;
  • Des solutions pour réduire les campagnes préélectorales secrètes;
  • Un système électronique pour déclarer les finances des partis;
  • Un manuel pour les partis politiques sur le cadre juridique de leurs activités;
  • Transparence accrue dans le lobbying;
  • Une évaluation de l'impact du lobbying dans divers domaines; et
  • Un seuil pour la taille des dons anonymes.

La seule modification de fond apportée au texte d’engagement dans la version mise à jour du plan d’action réside dans l’établissement de calendriers clairs pour chacune des étapes, comme indiqué dans le texte d’engagement ci-dessus.

Statut

Mi-parcours: limité

Bien que le CPCB ait préparé plusieurs amendements législatifs, aucune de ces propositions n’était publiquement disponible ni approuvée par le Cabinet des ministres ou le Parlement. En conséquence, la réalisation de l'engagement a été jugée limitée.

La CPCB a signalé les progrès suivants pour chaque jalon:

  • Au lieu de l’évaluation des subventions gouvernementales, la CPCB a rendu compte de l’amendement de la loi sur le financement des partis politiques, précisant qu’une personne ne doit pas donner la totalité de ses revenus déclarés. De cette manière, le gouvernement cherche à empêcher les grands donateurs de distribuer des ressources à de faux petits donateurs, qui font ensuite des dons aux partis politiques. Les amendements avaient été soumis à une commission du Parlement, mais ne l'avaient pas encore été à mi-parcours du plan d'action (ils avaient été adoptés puis adoptés par le Parlement après la clôture du plan d'action sur 26 October 2017).
  • Des mesures efficaces de responsabilité visent à réduire les sanctions imposées aux partis politiques pour des infractions administratives mineures. Le CPCB a créé des lignes directrices provisoires qui n'étaient pas en vigueur et n'étaient pas encore accessibles au public pour commentaires.
  • Le CPCB a participé aux réunions des comités du Parlement et était en train d'élaborer des amendements sur l'agitation secrète. Les brouillons n'étaient pas publiquement disponibles pour commenter.
  • L'introduction d'un mécanisme de déclaration électronique des ressources des partis politiques était en cours. Cela ne changera pas les informations divulguées par les partis politiques ni la disponibilité publique de ces informations - les informations sont déjà soumises et rendues publiques par le CPCB. La mesure réduira le fardeau administratif du bureau et modifiera la manière dont les partis politiques divulguent leurs informations financières au gouvernement. En conséquence, la mesure vise à améliorer l'efficacité du bureau.
  • Le CPCB avait élaboré une méthodologie pour les partis politiques, décrivant les lois et règlements à respecter avant les élections. Le matériel a été présenté à un comité du Parlement. Il n’a pas été publié ni mis à la disposition du public à la mi-parcours du plan d’action (July 2016).
  • Octobre 25, le Premier ministre a adopté une résolution demandant que la réglementation du lobbying soit assurée par le biais d'amendements aux lois existantes. Un groupe de travail composé d'experts du CPCB et du ministère de la Justice a été créé. Ce groupe a publié pour débattre des amendements à la loi sur l'ordre public «Projet de loi« Amendements à la loi sur la structure de l'administration publique »,« Propositions législatives, Projet de législation du Cabinet des ministres de la République de Lettonie, http://tap.mk.gov.lv/lv/mk/tap/?pid=40390230. et au règlement du Parlement «Projet de loi« Amendements au rôle de procédure de la Saeima »,« Propositions législatives, Projet de législation du Cabinet des ministres, http://tap.mk.gov.lv/lv/mk/tap/?pid=40390231. sur 26 Mai 2016. Les discussions entre les ministères et au sein du comité du Parlement n'avaient pas abouti à une solution viable.
  • La CPCB s'est engagée à évaluer l'impact du lobbying sur divers domaines politiques, tels que la construction et le développement du budget de l'État. L'activité n'avait pas été commencée.
  • Selon la CPCB, elle travaillait à la définition d'un seuil en dessous duquel les dons aux partis politiques resteraient anonymes. Cependant, aucun résultat concret n’a été obtenu lors de l’évaluation à mi-parcours.

Pour plus d'informations, voir le rapport de mi-parcours IRM 2015 – 2016. «Rapport d'avancement à mi-parcours de la Lettonie 2015 – 2016,» Open Government Partnership, https://www.opengovpartnership.org/documents/latvia-mid-term-progress-report-2015-2017.

Fin du mandat: Limité

  • Le Parlement a adopté des amendements au code administratif de la Lettonie (article 276) «Code des infractions administratives lettons», législation de la République de Lettonie, https://likumi.lv/doc.php?id=89648. pour assurer la responsabilité effective. En conséquence, les partis politiques qui commettent des infractions administratives mineures se voient désormais imposer des sanctions moins sévères, ce qui allège le fardeau administratif imposé aux institutions chargées de faire respecter la loi. Le jalon est terminé.
  • Le Parlement a adopté des amendements sur l'agitation secrète. «Amendements à la loi sur la campagne préélectorale», Législation de la République de Lettonie, https://likumi.lv/ta/id/283154-grozijumi-prieksvelesanu-agitacijas-likuma. Elle fixait des règles pour la distribution de documents imprimés dans des boîtes aux lettres privées, interdisait l'utilisation de maisons et d'institutions publiques à des fins de distribution de documents et établissait des règles de tarification pour les supports publicitaires sur des espaces privés. Les modifications étaient en vigueur à compter de 15 July 2016. Par conséquent, le jalon est terminé.
  • L'introduction d'un système de déclaration électronique est liée aux amendements en suspens à la loi sur le financement des partis politiques au Parlement. «Amendements à la loi sur le financement des partis politiques», Projets juridiques, Parlement, http://titania.saeima.lv/LIVS12/saeimalivs12.nsf/webAll?SearchView&Query=([NumberTxt] = 910 / Lp12) & SearchMax = 0 & SearchOrder = 4. Par conséquent, la mise en œuvre du jalon est limitée.
  • Le CPCB a organisé un séminaire pour les partis politiques sur 21 December 2016 «Informations pour les militants», Campagne préélectorale, CPCB, https://www.knab.gov.lv/lv/finances/campaigning/media/. et publié la méthodologie pour les partis politiques, qui contient des directives pour les périodes préélectorales. «Prieksvelesanu Agitacijas Likuma Piemerosanas Vadlinijas Atbilstosi KNAB Kompetencei», CPCB, https://www.knab.gov.lv/upload/partijam_nesaistitam_personam/pofkn_reklamdevejiem_21.12.pdf.
  • Les efforts de réglementation du lobbying n'ont pas abouti à des amendements approuvés, comme indiqué dans le rapport précédent. Le CPCB a élaboré de nouveaux amendements au règlement du Parlement «Amendements au registre de procédures Saeima», Legal Projects, Parlement, http://titania.saeima.lv/LIVS12/saeimalivs12.nsf/webAll?SearchView&Query=([NumberTxt] = 922 / Lp12) & SearchMax = 0 & SearchOrder = 4. et les a soumis au Comité juridique du Parlement. Cependant, le contenu des amendements n’est pas accessible au public. Selon les informations fournies par le CPCB, CPCB, communication écrite, 13 septembre 2017. les amendements proposés réglementent la communication des députés avec les lobbyistes et autres personnes cherchant à influencer les projets de loi et le processus législatif. Étant donné qu'il n'y a aucun progrès à ce stade, la mise en œuvre de cette étape est limitée.
  • L'évaluation de l'impact du lobbying n'a pas encore commencé, le droit letton ne définissant toujours pas le lobbying.
  • Le CPCB a élaboré des amendements à la loi sur le financement des partis politiques afin de fixer un seuil pour la taille des dons anonymes. Les amendements ont été adoptés en deuxième lecture par le Parlement le 22 June 2017. Toutefois, l'adoption des amendements par le Parlement et la proclamation de la loi ont eu lieu après la clôture du plan d'action (26 October 2017 et 8 November 2017, respectivement).

Dans l’ensemble, la mise en œuvre de l’engagement est limitée car plusieurs activités n’ont pas été démarrées et que deux des principales activités susceptibles de faire évoluer les affaires comme d’habitude en termes d’argent dans la vie politique lettonne ont peu progressé. Plus précisément, l’étude analytique de l’impact des subventions gouvernementales sur le travail des partis politiques n’a pas été entamée ni inscrite à l’ordre du jour du CPCB, et la réglementation du lobbying a débouché sur plusieurs propositions, mais aucun résultat.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Participation civique: n'a pas changé

Responsabilité publique: n'a pas changé

Bien que les activités proposées par le gouvernement dans cet engagement soient des réformes positives, elles ne sont pas directement pertinentes pour un gouvernement ouvert. Par conséquent, les niveaux d’accès à l’information, de participation civique et de responsabilité publique n’ont pas changé.

Reportés?

Le troisième plan d’action comprend un engagement à «élaborer des règlements exigeant la transparence des projets de lois et de politiques en matière de lobbying». Plan d'action national de la Lettonie 2017-2019, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Latvia_National-Action-Plan_2017-2019_LAT.pdf Il se concentrera sur la tenue de discussions sur l'impact du lobbying dans la prise de décision et la mise en œuvre de mesures de sensibilisation du public.

Pour l’avenir, le chercheur de l’IRM recommande de hiérarchiser les évaluations des subventions gouvernementales aux partis politiques et de l’impact du lobbying sur la politique lettone. Pour s'assurer que ces activités sont pertinentes pour un gouvernement ouvert, le gouvernement pourrait s'engager à impliquer des organisations de la société civile dans l'évaluation, à rendre publics les résultats de l'évaluation et / ou à publier des données sur les effets du lobbying. Les politiques qui traitent de l’influence de l’argent en politique devraient être fondées sur les résultats et les recommandations de ces analyses. Sans études sous-jacentes, des mesures telles que les mécanismes plus efficaces de mise en œuvre de la responsabilité et les seuils pour les dons anonymes proposés dans cet engagement pourraient être formulés de manière à aggraver le statu quo. En outre, le chercheur de l'IRM recommande de mettre l'accent sur moins d'activités à impact plus élevé qui spécifient les résultats attendus et la manière dont elles seront réalisées, plutôt que sur des actions plus vagues.


Engagements

  1. Transparence dans les marchés publics et les contrats

    LV0040, 2019, Accès à l'information

  2. Open Data

    LV0041, 2019, Accès à l'information

  3. Transparence dans le lobbying

    LV0042, 2019, Renforcement des capacités

  4. Gouvernement municipal ouvert

    LV0043, 2019, Gouvernement électronique

  5. Engagement du public dans l'élaboration des politiques

    LV0044, 2019, Renforcement des capacités

  6. Mesures anti-corruption

    LV0045, 2019, Anti-Corruption

  7. Participation du public à la prise de décision

    LV0028, 2017, Accès à l'information

  8. Services juridiques en ligne

    LV0029, 2017, Accès à l'information

  9. Open Data

    LV0030, 2017, Accès à l'information

  10. Transparence du lobbying

    LV0031, 2017, Renforcement des capacités

  11. Transparence budgétaire

    LV0032, 2017, Gouvernement électronique

  12. Protections des dénonciateurs

    LV0033, 2017, Anti-Corruption

  13. Ethique en gestion publique

    LV0034, 2017, Renforcement des capacités

  14. Zéro bureaucratie

    LV0035, 2017, Législation et Réglementation

  15. Marchés publics ouverts

    LV0036, 2017, Accès à l'information

  16. Transparence dans la gestion de l'état

    LV0037, 2017, Accès à l'information

  17. Beneficial ownership

    LV0038, 2017, Anti-Corruption

  18. Gouvernance fondée sur des preuves

    LV0039, 2017, Renforcement des capacités

  19. Engagement étoilé Note conceptuelle sur la publication des données

    LV0018, 2015, Accès à l'information

  20. Portail rédaction de législature et élaboration de documents de planification

    LV0019, 2015, Gouvernement électronique

  21. Pages Web de la plate-forme unificatrice

    LV0020, 2015, Gouvernement électronique

  22. Engagement étoilé Transparence de la sélection des candidats aux conseils d'administration des entreprises d'entités publiques

    LV0021, 2015, Législation et Réglementation

  23. Fonctionnaires responsables des ressources publiques

    LV0022, 2015, Anti-Corruption

  24. Modèle durable de financement des ONG

    LV0023, 2015, Espace civique

  25. Engagement étoilé Collection en ligne de signatures sur les référendums

    LV0024, 2015, Gouvernement électronique

  26. Projet de loi sur la protection des lanceurs d'alerte

    LV0025, 2015, Anti-Corruption

  27. Évaluation du système de financement des partis politiques

    LV0026, 2015, Intégrité politique

  28. Code de déontologie et manuel de l'employé des administrations publiques pour le secteur public

    LV0027, 2015, Renforcement des capacités

  29. Fonds des ONG

    LV0001, 2012, Renforcement des capacités

  30. Renforcer les partenaires sociaux

    LV0002, 2012, Participation publique

  31. Droit syndical

    LV0003, 2012, Espace civique

  32. Co-travail des ONG

    LV0004, 2012, Espace civique

  33. Modèle d'engagement du public

    LV0005, 2012, Règlement ouvert

  34. Points d'accès Internet

    LV0006, 2012, Gouvernement électronique

  35. Évaluation de la fonction publique

    LV0007, 2012, Prestation de services publics

  36. Améliorer les services électroniques

    LV0008, 2012, Gouvernement électronique

  37. E-services de transport

    LV0009, 2012, Gouvernement électronique

  38. Divulgation de l'actif

    LV0010, 2012, Anti-Corruption

  39. Loi sur le lobbying

    LV0011, 2012, Législation et Réglementation

  40. Protection des dénonciateurs

    LV0012, 2012, Anti-Corruption

  41. Contrôle des subventions publiques

    LV0013, 2012, secteur privé

  42. Gestion des entreprises appartenant à l'État

    LV0014, 2012, secteur privé

  43. Plateforme unique pour les sites Web et les informations du gouvernement

    LV0015, 2012, Gouvernement électronique

  44. Radiodiffusion en ligne du Cabinet et du Parlement

    LV0016, 2012, Gouvernement électronique

  45. Site Web pour la participation publique

    LV0017, 2012, Gouvernement électronique

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!