Ignorer la navigation
Maroc

Participation citoyenne (MO0016)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action marocain 2018-2020

Cycle du plan d'action : 2018

Statut : Actif

Institutions

Institution chef de file : Ministère délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé des relations avec le Parlement et la société civile. Porte-parole du gouvernement

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, Objectifs de développement durable

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de conception du Maroc 2018-2020

En vedette : en attente d'examen IRM

Premiers résultats : en attente de l'examen du MII

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : accès à l'information, participation civique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement : en attente de l'examen IRM

Détails

Renforcer la participation citoyenne à travers l'appropriation par la société civile des mécanismes de la démocratie participative
30 Juillet 2018 - 30 Juin 2020
Agence d'exécution principale / acteur
Ministère délégué auprès du chef de gouvernement, chargé des relations avec le Parlement et la société civile. Porte-parole du gouvernement
Description de l'engagement
Quel est le problème public en réponse duquel l'engagement a été pris?
L'adoption par 2011 de la constitution par le biais d'un référendum national a conféré aux citoyens et à la société civile de nouveaux rôles en termes de participation à l'élaboration, à la mise en œuvre, au contrôle et à l'évaluation des politiques publiques. Le gouvernement a adopté de nouvelles lois organiques sur la démocratie participative qui définissent les mécanismes par lesquels les citoyens et les associations exercent leur droit de déposer des pétitions et des motions législatives. Ces dispositions législatives à elles seules ne suffisent pas pour atteindre un niveau de participation effective des citoyens qui réponde aux objectifs fixés par les législateurs marocains. La sensibilisation et le renforcement des capacités des acteurs civils (citoyens et associations) sont également nécessaires pour renforcer concrètement ces mécanismes participatifs.
Quel est l'engagement?
Cet engagement consiste à faciliter l'appropriation des mécanismes de participation citoyenne par les acteurs civils (citoyens et associations) afin de parvenir à un exercice réel, effectif et généralisé, tant au niveau national que local. Cela se fera par: ▪ la réalisation d’une campagne de sensibilisation et de concertation dans les douze régions, par le biais de réunions ouvertes (réunions 10) avec des acteurs civils et par la distribution de publications, de brochures et de guides sur le sujet de la démocratie participative (pétitions); et motions législatives); ▪ Planifier un programme de formation détaillé (à la fois théorique et pratique) sur la démocratie participative sur une période de deux ans (2018-2020) avec un accent particulier sur l'exercice des droits de pétition et des motions législatives. ▪ organiser des séminaires de formation sur la démocratie participative (pétitions et motions législatives) dans les douze régions. L'objectif est de former chaque année: ➢ les responsables d'associations 1,200 au processus de dépôt de pétitions et de motions législatives, sélectionnés dans toutes les régions 12 du Royaume en plusieurs phases: ▪ Première phase: acteurs 360 issus d'associations; ▪ phase deux: acteurs 560 issus d'associations; ▪ Troisième phase: acteurs 280 issus d'associations. ➢ Organiser un programme annuel de formation de formateurs ciblant les formateurs de l'association 100 sur les sujets suivants:
démocratie participative (pétitions et motions législatives); ▪ l'élaboration, la mise en œuvre, la supervision et l'évaluation des politiques publiques; ▪ Techniques de plaidoyer pour déposer des plaintes, des projets et des poursuites devant les autorités publiques nationales et locales; ▪ Techniques d'animation, de communication et de formation
Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public?
Une formation théorique et pratique à la démocratie participative conduira à l'appropriation de tous les mécanismes participatifs par les acteurs civils et à leur participation effective au processus décisionnel lié aux politiques et projets publics.
Pourquoi cet engagement est-il pertinent pour les valeurs OGP?
Cet engagement est une mesure efficace qui facilitera et encouragera la participation des citoyens grâce à la maîtrise du cadre juridique, des processus et des techniques permettant de bien exercer les mécanismes de démocratie participative.
Informations complémentaires
Le budget est pris en charge par le ministère chargé des relations avec le Parlement et la société civile; ● un lien étroit avec l'axe 1st du programme gouvernemental visant à promouvoir la participation des citoyens; ● lien avec le programme Pays-OCDE; ● Lien avec les objectifs SDG 16 et 17; ● Programme d'appui à la société civile financé par l'Union européenne; ● Programme du PNUAD sur la participation des citoyens et la régionalisation avancée, en collaboration avec le Ministère de l'intérieur et UNIFEM. ● Engagement lié: Engagement 14
Activité clé avec un produit livrable vérifiable
Formateur de formations
Formations sur la démocratie participative
Juillet 2018 Juillet 2020
Octobre 2018 Juin 2020
Coordonnées du point focal
Nom du point focal (chef de projet)
Monsieur Noureddine Zaalami
Titre et département
Ministère délégué auprès du chef de gouvernement, chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement.
Email et téléphone
zaalaminoureddine2020@gmail.com, n.zaalami@mcrpsc.gov.ma / + 212661796552
Autres acteurs
NA

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

Engagement 10 : Mécanisme de traitement des plaintes relatives à la fonction publique

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

« L'engagement doit :

  • Augmenter le nombre d'organismes gouvernementaux qui ont adopté le mécanisme de réception, de suivi et de traitement des plaintes, observations et suggestions des utilisateurs.
  • Permettre la rédaction et la publication de rapports périodiques qui mettent en lumière les plaintes, observations et suggestions formulées par les usagers, ainsi que les efforts déployés par les différents organismes gouvernementaux pour améliorer la prestation des services publics à partir des données recueillies.

Cet engagement passe également par la mise en place d'un processus de suivi et d'évaluation :

  • Accompagnement technique des nouveaux organismes rejoignant la plateforme
  • La formation des nouveaux organismes rejoignant la plateforme
  • La préparation par chaque organisme gouvernemental d'un rapport annuel sur les plaintes, observations et suggestions reçues des utilisateurs qui contient notamment :
    • Une classification des plaintes, observations et suggestions selon les types de services publics fournis
    • Une liste de mesures adoptées ou à adopter par l'organisme gouvernemental pour améliorer ces services publics.
  • La préparation d'un rapport de synthèse par le Ministère de l'Economie, des Finances et des Réformes de l'Administration sur la base des rapports sectoriels spécifiés et des indicateurs créés sur http://www.chikaya.ma plate-forme.
  • La publication des rapports sectoriels et du rapport de synthèse après leur approbation.

Les indicateurs de performance de cet engagement sont :

  1. Augmenter de 50 % le nombre d'organismes gouvernementaux participants, soit de 61 à 90 organismes gouvernementaux,
  2. Assurer un taux de réponse aux réclamations de 70%
  3. Garantir le respect d'un délai de réponse légal de 70%
  4. Assurer un niveau de qualité de réponse avec un taux de réclamations renouvelées de 10 % ».

Jalons:

  • Support technique aux nouveaux organismes rejoignant la plateforme
  • Former les nouvelles instances rejoignant la plateforme,
  • Préparer un guide pour gérer les plaintes, les observations et les suggestions des utilisateurs
  • Distribuer le guide de gestion des plaintes des utilisateurs, des observations et des suggestions aux administrations gouvernementales concernées
  • Préparer les rapports annuels spécifiques au secteur.
  • Consolider les rapports annuels sectoriels et préparer le rapport de synthèse annuel,
  • Soumettre le rapport de synthèse au chef du gouvernement
  • Publication de la synthèse et des rapports sectoriels."

Date de début: 30 Juin 2018

Date de fin: 30 Juin 2020

Note éditoriale: la description de l'engagement fournie ci-dessus est une version abrégée du texte de l'engagement, veuillez consulter le plan d'action complet ici : https://www.opengovpartnership.org/documents/morocco-action-plan-2018-2020/

Aperçu de l'engagement

Vérifiabilité

Pertinence de la valeur OGP (telle que rédigée)

Impact potentiel

Aboutissement

At-il ouvert le gouvernement?

Pas assez spécifique pour être vérifiable

Suffisamment spécifique pour être vérifiable

Accès à l'information

Participation civique

Responsabilité publique

Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité

Aucun

Mineur

Moderate

transformatrice

Pas démarré

limité

Substantiel

Complété

Aggravé

N'a pas changé

Marginal

Majeur

Exceptionnel

10. Global

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

                                         

Contexte et objectifs

Chikaya.ma est une plateforme nationale lancée le 9 janvier 2018 pour traiter les suggestions, plaintes et observations des utilisateurs. Chikaya vise à fournir une plate-forme en ligne commune au gouvernement pour collecter et répondre aux plaintes liées aux services publics. Ce portail visait à rendre le gouvernement plus responsable et aligné sur les besoins des citoyens. Cet engagement complète les engagements 8 et 9 de ce plan d'action.

Avant le décret « Chikaya » (n° 2-17-265 relatif à la réception et au traitement des plaintes et suggestions du public), de nombreuses plaintes de citoyens devaient être soumises sous forme de demande formelle écrite, en personne, à l'administration locale. concerné. Certaines administrations ont proposé la soumission en ligne. (95) Alors qu'il y avait une hotline pour les demandes des citoyens (3737) ainsi que le site public.ma, les procédures de dépôt de plaintes n'étaient pas claires. Chaque administration a collecté séparément des statistiques sur les plaintes et les suggestions, ce qui rend impossible d'avoir une image globale de la prestation de services et de la réactivité du gouvernement. Il y avait aussi la plateforme Fikra.ma (idea.ma en anglais), qui permettait aux citoyens de soumettre des idées de politique publique. Cependant, le projet « est passé entre les mailles du filet » et est considéré comme inactif.

Le Plan numérique national de 2013 a défini les différentes stratégies sur la façon d'utiliser la technologie pour améliorer la qualité de la prestation de services et traiter les suggestions ou les plaintes. (96) Ce plan a fourni le cadre de la plate-forme Chikaya. Chikaya a multiplié les canaux de contribution des citoyens aux services gouvernementaux. Selon Badr Afif en 2019, le ministère de l'Intérieur a traité 7,000 60 plaintes l'année dernière. Le délai de réponse actuel de Chikaya.ma est de 15 jours, avec une moyenne de XNUMX jours. (97)

Cependant, la plate-forme Chikaya a été confrontée à des défis depuis son lancement. Les longs délais de réponse ont fait que de nombreuses plaintes sont restées sans réponse. (98) Certaines OSC interrogées ont trouvé que les instructions sur la façon d'utiliser la plateforme n'étaient pas claires. Par exemple, une personne interrogée a mentionné que l'accès à la réponse du gouvernement était protégé par un mot de passe. Dans d'autres cas, Omal El Hyani, élu du conseil local de Rabat, affirme que lorsqu'il a envoyé une demande urgente en avril, il n'a reçu de réponse que trois mois plus tard. (99) Sofia Rais commente que le nombre de cas pris en charge par Chikaya est institutionnellement limité. De plus, le journaliste et acteur de MSF Mohammed El Aouni ajoute que Chikaya n'inclut pas les communes et localités locales, donc sa portée est au mieux limitée. (100) Au 9 janvier 2019, 232 administrations sont censées faire partie du portail, mais au moment de la rédaction de ce rapport, 143 administrations ont adhéré.

Ikram Himmi déclare que la pleine mise en œuvre de l'engagement contribuera aux réformes administratives et à l'amélioration des services publics pour les citoyens. En outre, l'engagement comprend un outil d'évaluation des besoins pour répondre aux attentes des citoyens, un rapport annuel sectoriel sur la manière dont les administrations ont amélioré les services et un guide sur la manière de répondre aux commentaires des citoyens. Enfin, les réformes seront adossées à un seuil statistique, lié par décret officiel et basé sur des normes internationales, pour apporter des réponses rapides aux plaintes et retours des citoyens. (101)

Cet engagement devrait avoir un impact potentiel modéré sur la capacité des citoyens à s'engager avec le gouvernement pour une meilleure prestation de services publics. S'il est mis en œuvre tel que rédigé, l'engagement contribuerait à résoudre le problème du manque de canaux numériques par lesquels les citoyens peuvent directement déposer des plaintes et des suggestions. Cet engagement vise à accroître la convivialité de la plateforme Chikaya et à renforcer la capacité des citoyens à déposer des plaintes de service public. Cette refonte vise également à améliorer la réactivité des gouvernements aux plaintes des citoyens, qui seront transmises à l'administration appropriée pour réponse.

Cet engagement est lié aux valeurs OGP d'accès à l'information, de participation civique et d'utilisation de la technologie et de l'innovation pour plus de transparence et de responsabilité. C'est un forum public dans lequel les citoyens peuvent exprimer leurs préoccupations et permet une interaction modérée avec les institutions gouvernementales, ainsi que la participation civique pour la formulation des politiques publiques. Cet engagement est vérifiable puisqu'il précise un objectif de 232 administrations utilisant la plateforme, ainsi que des taux de satisfaction et de réponse minimum.

Selon Mohammed Laouni, cet engagement est considéré comme un début positif pour lancer la participation civique et être responsable. Cependant, il soutient que le portail n'inclut pas les communes et collectivités locales, donc l'impact ne serait pas majeur. (102) De plus, Sofia Rais note que pour cet engagement, le nombre de cas qui ont été traités et répondus correctement sur Chikaya était faible. (103)

À l'avenir, le gouvernement devrait donner la priorité à une stratégie de communication pour s'assurer que les citoyens sont conscients de leurs droits en ce qui concerne les services publics et comment accéder aux mécanismes de recours tels que le portail de plaintes. Le gouvernement devrait également continuer à former les agents publics sur leurs obligations de prestation de services, leurs responsabilités de transmettre ou de répondre aux plaintes et l'existence de la plate-forme.

(95) Ikram Himmi, Chef de division, Simplification Procedures and Ethics Support, Ministry of Administration Reform and Civil Service, entretien avec un chercheur de l'IRM, 6 mars 2019.
(97) Badr Afif, ministère de l'Intérieur, entretien avec un chercheur de l'IRM, 12 mars 2019.
(98) Ikram Himmi, Chef de division, Simplification Procedures and Ethics Support, Ministry of Administration Reform and Civil Service, entretien avec un chercheur de l'IRM, 6 mars 2019.
(99) Omar El Hyani, membre élu du Conseil municipal de Rabat, entretien avec un chercheur de l'IRM, 22 mars 2019.
(100) Sofia Rais, directrice par intérim de Droit et Justice, entretien avec une chercheuse de l'IRM, 12 février 2019 ; Mohammed Laouni, journaliste et membre du comité de pilotage de l'OGP Maroc, entretien avec un chercheur de l'IRM, 11 mars 2019.
(101) Ikram Himmi, Chef de division, Simplification Procedures and Ethics Support, Ministry of Administration Reform and Civil Service, entretien avec un chercheur de l'IRM, 6 mars 2019.
(102) Mohammed Laouni, journaliste et membre du comité de pilotage de l'OGP Maroc, entretien avec un chercheur de l'IRM, 11 mars 2019.
(103) Sofia Rais, directrice par intérim de Droit et Justice, entretien avec une chercheuse de l'IRM, 12 février 2019.

Engagements

Open Government Partnership