Ignorer la navigation
Nouvelle-Zélande

Évaluation du système national d'intégrité (NZ0003)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Nouvelle-Zélande, Premier plan d'action, 2014-16

Cycle du plan d'action: 2014

Statut: inactif

Institutions

Institution directrice: State Services Commission

Institution (s) de soutien: Transparency International NZ (TINZ)

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d’année néo-zélandais 2014-2016, Rapport d'étape IRM de la Nouvelle-Zélande 2014-2015

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: participation civique, responsabilité publique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Le troisième élément de notre plan d'action est le travail que nous entreprenons avec Transparency International New Zealand (TINZ), l'organisation de la société civile qui s'emploie à identifier et à lutter contre la corruption. Dans 2013, TINZ a produit une évaluation du système d’intégrité national néo-zélandais qui a abouti à un rapport détaillé qui a formulé une série de recommandations concernant les «piliers» 12 du système d’intégrité de la Nouvelle-Zélande. Ces piliers sont le législatif, l'exécutif, le judiciaire, le secteur public, les forces de l'ordre, la gestion électorale, le médiateur, les institutions de contrôle, les partis politiques, les médias, la société civile et les entreprises.
Le travail avec TINZ au cours des deux prochaines années impliquera un dialogue permanent sur l’évaluation du système d’intégrité national de TINZ et une collaboration avec TINZ et d’autres parties prenantes pour examiner les recommandations et y donner suite (pour plus de détails sur les recommandations, voir l’Annexe B).

Résumé du statut de fin de session IRM

3. Réponse au rapport de Transparency International

Texte d'engagement:

Rapport d'évaluation du système national d'intégrité - Consulter et rendre compte aux ministres en février 2015

Note éditoriale: Ce langage est tiré du tableau de la page 5 du plan d’action national.

Le troisième élément de notre plan d'action est le travail que nous entreprenons avec Transparency International New Zealand (TINZ), l'organisation de la société civile qui s'emploie à identifier et à lutter contre la corruption. Dans 2013, TINZ a produit une évaluation du système national d’intégrité (rapport NIS) qui a abouti à un rapport détaillé qui a formulé une série de recommandations sur les «piliers» 12 du système d’intégrité de la Nouvelle-Zélande. Ces piliers sont le législatif, l'exécutif, le judiciaire, le secteur public, les forces de l'ordre, la gestion électorale, le médiateur, les institutions de contrôle, les partis politiques, les médias, la société civile et les entreprises.

Pour travailler avec TINZ au cours des deux prochaines années, il faudra engager un dialogue permanent sur l’évaluation du système d’intégrité national de TINZ et travailler avec TINZ et d’autres parties prenantes pour examiner les recommandations et y donner suite.

Note éditoriale: Ce langage est tiré de la page 10 du plan d’action national.

Institution responsable: State Services Commission

Institution (s) partenaire (s): Transparency International NZ (TINZ)

Date de début: 1er juillet 2014 ......... Date de fin: 30 juin 2016

But de l'engagement:

Cet engagement vise à évaluer le rapport sur les systèmes d’intégrité nationaux (rapport sur les NEI) de Transparency International New Zealand (TINZ) et à y donner suite. Le rapport NIS[Remarque: 31: Transparency International Nouvelle-Zélande, Intergrity Plus 2013, Évaluation du système national d’intégrité de la Nouvelle-Zélande, décembre 2013. http://www.transparency.org.nz/docs/2013/Integrity-Plus-2013-New-Zealand-National-Integrity-System-Assessment.pdf.] contenait un large éventail de recommandations sur les politiques en matière de transparence, d’intégrité et de responsabilité gouvernementales, de financement électoral, de dénonciation, de financement parlementaire, de passation des marchés, de lutte contre la corruption et d’autres questions vitales pour la démocratie. Le gouvernement s'est engagé à mener à bien une évaluation et des consultations avec TINZ sur les détails du rapport. Il existe sept recommandations globales, dont beaucoup pourraient améliorer considérablement l’accès à l’information, la participation citoyenne et la responsabilité publique si elles étaient appliquées. Ils ont été résumés dans le rapport d'avancement de l'IRM comme suit:[Note 32: IRM: Rapport d’avancement de la Nouvelle-Zélande 2014-2015, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/IRMReport_NEWZEALAND_ONLINE%C6%92.pdf, 31-32.]

1.     Élaborer une stratégie nationale globale de lutte contre la corruption en partenariat avec la société civile et le monde des affaires, associée à une ratification rapide de la Convention des Nations Unies contre la corruption.

2.     Lancer un programme pangouvernemental de vaste consultation publique pour élaborer un ambitieux plan d'action de la Nouvelle-Zélande pour le monde Open Government Partnership.

3.     Renforcer les systèmes de transparence, d'intégrité et de responsabilité du Parlement, de l'exécutif politique (le Cabinet) et du gouvernement local.

4.     Renforcer le rôle du secteur public permanent en ce qui concerne les marchés publics, les systèmes d'intégrité et de responsabilisation et les processus de politique publique.

5.     Soutenir, renforcer et améliorer les rôles de la Commission électorale, du pouvoir judiciaire et du médiateur dans le maintien des systèmes d'intégrité.

6.     Le monde des affaires, les médias et les organisations non gouvernementales devraient jouer un rôle plus actif dans le renforcement des systèmes d'intégrité, en s'attaquant aux risques de corruption.

7.     Mener des évaluations et des recherches plus poussées dans les domaines prioritaires pour mieux comprendre comment renforcer davantage les systèmes d'intégrité.

Le rapport de la SNI contient également une série de sous-recommandations, notamment:

           Soumettre le Parlement à la loi sur l'information officielle;

           Réformer les règles de financement des campagnes; et

           Renforcer la transparence dans les marchés publics.

Le but de cet engagement était d'examiner le rapport de la SNI et, en consultation avec TINZ et les autres parties prenantes concernées, d'identifier toutes les actions que le gouvernement pourrait devoir entreprendre pour répondre aux préoccupations et recommandations de TINZ.

L'évaluation de cet engagement présente un défi, car le gouvernement ne s'est engagé qu'à dialoguer et à «réagir» au rapport de la SNI dans un rapport aux ministres. La position dans 2014 était que ces actions ne s'étaient pas produites. Cependant, l'engagement de dialoguer et de faire rapport aux ministres ne comportait pas de critères clairement définis ni d'autres éléments mesurables permettant d'évaluer l'effet sur les valeurs de la PGO.

Le chercheur de l'IRM a évalué cet engagement en examinant la qualité du dialogue entre le gouvernement, TINZ et les autres parties prenantes, ainsi que la production et la ponctualité du rapport aux ministres.

Statut

Mi-parcours: limité

Le gouvernement a respecté son engagement de rencontrer régulièrement TINZ pour discuter du rapport sur la SNI. Cependant, il n'a rencontré aucune autre partie prenante, comme le prévoyait l'engagement, et n'a pas rendu compte de sa réponse aux ministres en février 2015, comme promis. Cela a été reporté au début du 2016. TINZ était très satisfait des consultations initiales mais était préoccupé par le fait qu’elles semblaient se terminer assez brutalement sans plus de communication.

Dans son rapport d’autoévaluation à mi-parcours,[Note 33: Rapport d’auto-évaluation à mi-parcours de la Nouvelle-Zélande, http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/OGP-NZ-Mid-term-Self-Assessment-Jan2016a.pdf. ] le gouvernement a déterminé que de nombreuses recommandations de TINZ sont déjà appliquées. TINZ n'a pas accepté cette évaluation et, dans le rapport d'avancement de l'IRM,[Note 34: IRM: Rapport d’avancement de la Nouvelle-Zélande 2014-2015, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/IRMReport_NEWZEALAND_ONLINE%C6%92.pdf, 32.] le chercheur a trouvé peu de preuves à l’appui de l’achèvement, concluant qu’il restait beaucoup à faire pour que des progrès significatifs soient réalisés en ce qui concerne les recommandations TINZ. Il est toutefois important de noter qu'aucun progrès de ce type n'a été promis dans le cadre de cet engagement.

Fin du mandat: substantiel

Le gouvernement n'a tenu aucune réunion et n'a eu aucune communication avec TINZ au sujet de cet engagement de 8 June 2015 jusqu'à ce qu'il ait finalisé sa réponse en septembre 2016. Le gouvernement n'a consulté aucun autre intervenant externe et a précisé que, lorsqu'il avait promis dans le plan d'action de consulter «TINZ et d'autres parties prenantes», il s'agissait de TINZ et des agences gouvernementales.[Note 35: Commission des services d’État, réponse de la Loi sur l’information officielle à un chercheur en IRM, 19 August 2016, 4.] Le chercheur de l'IRM n'a pas accepté cela comme étant clair dans le libellé de l'engagement et a noté que le gouvernement déclare ne pas disposer de documents attestant de consultations avec d'autres agences.[Note 36: Ibid.]

Des responsables gouvernementaux déclarent qu'après avoir consulté TINZ au sujet de ses propositions relatives aux NEI, ils ont rendu compte de leurs recommandations au ministre le 21 June 2016.[Note 37: Commission des services d’État, réponse de la Loi sur l’information officielle à un chercheur en IRM, 19 August 2016, 4.] C'était 16 mois après la date promise dans le plan d'action. Le chercheur de l'IRM a demandé une copie de ce rapport. Le gouvernement a initialement refusé de le fournir, invoquant des motifs de rétention en vertu de lois sur l'information officielle qui protègent la fourniture d'avis confidentiels et d'opinions libres et franches. Le gouvernement ne croyait pas que l'intérêt du public à la publication du rapport l'emportait sur les torts que ce dernier pourrait causer.[Note 38: Ibid.] Cependant, le rapport a été mis à la disposition du chercheur IRM sur 20 September 2016 et a depuis été publié sur la page Web OGP de la State Services Commission.[Note 39: Le rapport final d’auto-évaluation du gouvernement indique qu’il a été rendu public sur https://www.ssc.govt.nz/tinz, 3 Octobre 2016. Open Government Partnership Rapport final d'auto-évaluation de la Nouvelle-Zélande Premier plan d'action national 2014 – 16, http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/New%20Zealand%20OGP%20final%20self-assessment%20report.pdf, 21.]

Le rapport n'est pas daté. Il répond point par point aux recommandations TINZ, généralement en résumant les actions prises par le gouvernement, avant et après le rapport NIS, qui sont pertinentes pour les recommandations TINZ.

Le chercheur IRM constate que cet engagement est en grande partie achevé. Un dialogue sur le rapport NIS a eu lieu, mais uniquement avec TINZ et non avec les autres parties prenantes, et s'est arrêté avant la finalisation du rapport aux ministres. Ce rapport est terminé et traite des recommandations de TINZ, même s’il ne répond pas à chacune d’elles. Il n'est pas daté, il n'y a aucune preuve claire de la date à laquelle il a été présenté aux ministres. Toutefois, selon le gouvernement, le plan d’action ne devait pas être rendu public avant trois mois, bien après la fin de la période d’engagement OGP, au moins 16 mois.

At-il ouvert le gouvernement?

Participation civique: marginale

Responsabilité publique: n'a pas changé

Le gouvernement s'est engagé à discuter du rapport sur les NEI avec TINZ et d'autres et à en rendre compte aux ministres afin d'examiner et de donner suite à des recommandations de grande portée concernant diverses institutions, lois et politiques vitales pour la démocratie. En consultant TINZ, en donnant suite à leurs recommandations et en mettant en œuvre certains changements du rapport de la SNI, il y a eu un changement marginal dans la pratique gouvernementale, qui incarne la participation civique à l'action.

TINZ a constaté des progrès dans la mise en œuvre de certaines de ses recommandations clés, notamment la ratification de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC), l’adoption de la loi sur la criminalité organisée et la lutte contre la corruption. Open Government Partnershipet l'élaboration d'un plan d'action national pour le PGO. Il reconnaît également le travail considérable accompli, notamment par la Commission des services d’État, pour identifier les recommandations et y donner suite. Cependant, TINZ reste préoccupé par le fait que le gouvernement n’a pas répondu aux graves problèmes évoqués dans le rapport de la SNI dans de nombreux domaines où des mesures sont nécessaires pour les mettre en œuvre. Plusieurs recommandations appelaient à une large consultation publique, mais rien ne prouve que des consultations aient eu lieu. En outre, TINZ a constaté que le gouvernement avait mal compris ou ignoré certaines recommandations. Par conséquent, du fait que le gouvernement n’avait engagé qu’une collaboration limitée avec une seule organisation de la société civile pour donner suite au rapport de la SNI, l’amélioration de la participation civique était marginale.

En s'acquittant de cet engagement, le gouvernement n'a pas réussi à créer une boucle de rétroaction permettant de faire participer un large éventail de parties prenantes non gouvernementales au processus d'examen des progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations des SNI. Le dialogue en cours aurait pu être utilisé pour impliquer un éventail de parties prenantes dans l’évaluation et la mise en œuvre des recommandations de la SNI, en créant peut-être même un mécanisme de responsabilisation. Cependant, cela ne s'est pas produit et le gouvernement n'a pas communiqué avec TINZ ni d'autres parties prenantes pendant la seconde moitié de la période d'engagement.

Le chercheur de l'IRM a conclu que l'effet global sur l'ouverture du gouvernement selon les valeurs de l'OGP était au mieux marginal, et partage l'avis de TINZ, convaincu que la réponse au rapport sur la SNI représente une opportunité manquée pour le gouvernement de donner suite à ce qui aurait pu être un engagement véritablement transformateur. .

Reportés?

Le deuxième plan d'action du gouvernement n'a pas encore été publié. Il n’est pas clair si l’une des recommandations de la SNI sera incluse. Le rapport d’avancement de la GIR énonce certaines recommandations des NEI qui, selon TINZ, devraient être considérées comme prioritaires.[Note 40: IRM: Rapport d’avancement de la Nouvelle-Zélande 2014 – 2015, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/IRMReport_NEWZEALAND_ONLINE%C6%92.pdf, 34.] La soumission de TINZ sur le deuxième plan d'action appelle à un degré d'ambition plus élevé et à une plus grande réactivité vis-à-vis des souhaits des citoyens. Il demande également que des progrès soient accomplis sur de nombreuses recommandations de la SNI., y compris des canaux sûrs pour les lanceurs d'alerte, un budget pour les citoyens, la transparence des partis politiques, la gestion des conflits, une meilleure intégration du Traité de Waitangi et des rapports environnementaux et sociaux. Ses autres priorités, dont beaucoup reflètent les recommandations du rapport d'avancement de la GIR, sont les suivantes:

Améliorer l'engagement avec les citoyens—Développer des canaux de communication, segmentés pour différents attributs de citoyens, en utilisant les processus existants (améliorés) du public, de la société civile, des gouvernements locaux et numériques, et en construisant de nouveaux processus où se trouvent actuellement de grands groupes de citoyens marginalisés.

Améliorer l'intégrité publique—Gérer plus efficacement les ressources publiques et réformer les lois sur l'information officielle en les étendant aux organes parlementaires et en adoptant la recommandation de la Commission du droit de créer une autorité de l'information officielle chargée de la formation, de la culture, des conseils, des meilleures pratiques et de l'identification des réformes nécessaires. Renforcer l'intégrité du secteur public permanent en ce qui concerne les marchés publics, etc. Examiner la législation anticorruption en vigueur, y compris une discussion sur l'examen de l'inconduite dans les fonctions publiques et l'extension de la loi sur l'information officielle à un Code de conduite parlementaire ou guide pour les relations entre les ministres et les fonctionnaires compléter le manuel du Cabinet.

Renforcer les dispositifs de gouvernance de l'exécutif et du parlement- Soutenir et renforcer les rôles de la Commission électorale, du pouvoir judiciaire et du médiateur. Créer un ensemble de pratiques robustes à l'échelle du gouvernement en collaboration avec la société civile concernant la consultation publique en temps opportun sur les nouveaux projets de loi, réglementations et politiques; les baser sur les meilleures pratiques internationales; les rendre obligatoires dans la mesure du possible; et inclure un mécanisme efficace de résolution des plaintes ou un ombudsman.

Voix ouvertes- Élaborer une politique publique intergouvernementale permettant officiellement aux fonctionnaires, à la société civile et à tous ceux qui bénéficient d'un financement public de s'exprimer sur des problèmes publics importants sans faire l'objet de représailles. Au lieu de faire taire la société civile, trouvez un mécanisme pour co-créer avec elle.

Augmenter la responsabilité des entreprises- Engager et encourager les entreprises, les communautés, les ONG et les médias à jouer un rôle plus proactif dans la mise en place de systèmes d'intégrité solides. Créer un groupe de travail sur l’intégrité intersectorielle pour élaborer et appliquer une stratégie. Élaborer un cadre spécifique de lutte contre la corruption et la bonne gouvernance pour les entreprises afin d’établir les meilleures pratiques en matière de commerce et de veiller à ce que les entreprises néo-zélandaises soient au courant des meilleures pratiques internationales.

Le chercheur de l'IRM recommande que des activités concrètes et mesurables à l'appui de ces activités soient utiles si elles sont incluses dans le prochain plan d'action. L'engagement pris dans le premier plan d'action n'était pas suffisamment ambitieux et ne prévoyait pas de résultats spécifiques avec des effets concrets clairs sur la responsabilité et la participation civique.


Engagements

  1. Engagement avec le Parlement

    NZ0012, 2018, renforcement des capacités

  2. Parlement des jeunes

    NZ0013, 2018, renforcement des capacités

  3. Boîte à outils pour les sortants

    NZ0014, 2018, renforcement des capacités

  4. Rendre la législation secondaire de la Nouvelle-Zélande facilement accessible

    NZ0015, 2018, Gouvernement électronique

  5. Participation du public à l'élaboration de politiques

    NZ0016, 2018, renforcement des capacités

  6. Conception des services

    NZ0017, 2018, renforcement des capacités

  7. Informations officielles

    NZ0018, 2018, Accès à l'information

  8. Examen de l'utilisation des algorithmes par le gouvernement

    NZ0019, 2018, Prise de décision automatisée

  9. Transparence des pratiques de données

    NZ0020, 2018, renforcement des capacités

  10. Surveillance des pratiques de gestion de l'information

    NZ0021, 2018, Législation et réglementation

  11. Open Data Organisations gouvernementales

    NZ0022, 2018, Accès à l'information

  12. Approvisionnement ouvert

    NZ0023, 2018, Accès à l'information

  13. Budget ouvert

    NZ0005, 2016, Accès à l'information

  14. Améliorer les pratiques d'information officielles

    NZ0006, 2016, Accès à l'information

  15. Améliorer l'accès aux données ouvertes et les principes

    NZ0007, 2016, Accès à l'information

  16. Suivi des progrès et des résultats de la diffusion de données sur un gouvernement ouvert

    NZ0008, 2016, Accès à l'information

  17. Engagement continu pour OGP

    NZ0009, 2016, renforcement des capacités

  18. Engagement étoilé Améliorer l'accès à la législation

    NZ0010, 2016, renforcement des capacités

  19. Améliorer les pratiques politiques

    NZ0011, 2016, renforcement des capacités

  20. Résultat BPS 10 - Les Néo-Zélandais peuvent finaliser facilement leurs transactions avec le gouvernement dans un environnement numérique

    NZ0001, 2014, Gouvernement électronique

  21. Stratégie d'action TIC 13 - Ouverture par défaut: réutilisation active d'actifs informationnels

    NZ0002, 2014, Accès à l'information

  22. Évaluation du système national d'intégrité

    NZ0003, 2014, Anti-Corruption

  23. L'accord de relation Kia TūTahi

    NZ0004, 2014, renforcement des capacités

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!