Ignorer la navigation
Nouvelle-Zélande

Améliorer les pratiques d'information officielles (NZ0006)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Deuxième plan d'action national de la Nouvelle-Zélande 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Commission des services publics, Ministère de la justice

Institution (s) de soutien: NA

Domaines politiques

Accès à l'information, Capacité? bâtiment, E-gouvernement, Droit à l'information

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d’année néo-zélandais 2016-2018, Rapport à mi-parcours pour la Nouvelle-Zélande 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: accès à l'information, responsabilité publique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Amélioration des pratiques en matière d’information officielle Nous améliorerons les pratiques des agences gouvernementales en ce qui concerne les demandes d’information officielle en vertu de la Loi sur l’information officielle. Objectif: Rendre l’information gouvernementale plus accessible en adoptant un ensemble cohérent de pratiques des agences en réponse aux demandes d’informations officielles. Statu quo: la pratique concernant la manière dont les agences traitent les demandes d'informations officielles n'est pas uniforme, les agences sont alourdies par la charge administrative liée aux demandes d'informations officielles et les utilisateurs ont du mal à naviguer dans les systèmes. Ambition: Nous nous sommes engagés à améliorer la manière dont le gouvernement répond aux demandes d'informations officielles.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

2. Améliorer les pratiques d'information officielles

Jalons:

Assurez-vous que les informations sur l'OIA (comment faire une demande, etc.) et que les réponses aux demandes sont facilement accessibles sur les sites Web des agences. Cela pourrait inclure le développement de pages Web uniques sur l’OIA pour les agences

Publier des statistiques OIA (combien de demandes, le temps nécessaire pour répondre, etc.)

Élaborer un énoncé clair de la politique du gouvernement sur la publication proactive des documents du Cabinet et des documents connexes

Élaborer une suite de mesures cohérentes sur le rendement du Bureau de l'évaluation

Améliorer l'accès aux informations officielles en publiant les réponses aux demandes sur les sites Web gouvernementaux et en élaborant des principes pour une diffusion plus proactive

Les organismes recevront un appui pour élaborer des directives et une formation appropriées.

Institution responsable: Commission des services de l'Etat

Institution (s) de soutien: ministère de la Justice

Date de début: Octobre 2016.

Date de fin: June 2018

Contexte et objectifs

La loi néo-zélandaise sur les informations officielles 1982 (OIA) et la loi portant modification de la loi relative aux informations officielles des administrations locales 1987 (LGOIMA) ont chacune instauré un régime de transparence au sein des gouvernements central et local.[Note102: Loi sur l’information officielle 1982, Bureau du conseiller parlementaire de la Nouvelle-Zélande, http://www.legislation.govt.nz/act/public/1982/0156/latest/DLM64785.html?src=qs; Loi sur les informations et réunions officielles des administrations locales 1987, Bureau du conseiller parlementaire de la Nouvelle-Zélande, http://www.legislation.govt.nz/act/public/1987/0174/latest/DLM122242.html?src=qs.] Ils ont modifié la pratique gouvernementale consistant à passer de la dissimulation à la divulgation d'informations officielles, à moins qu'il n'y ait de bonnes raisons de ne pas le faire, et les citoyens bénéficient depuis trente ans de ce changement radical en faveur de l'ouverture. Les agences gouvernementales ont des pratiques standard pour se conformer à ces lois. Au cours de cette période, Internet et la technologie ont rendu l’information beaucoup plus facilement accessible. Les Néo-Zélandais ont maintenant accru les attentes du public en matière d'ouverture; ils cherchent à diffuser de manière proactive des informations sans que quiconque en fasse la demande et de nombreux organismes publics et entités des autorités locales opèrent désormais sur le marché où ils traitent avec des organisations privées ou sont en concurrence avec celles-ci.[Note103: Le droit de savoir du public: Examen de la législation sur l’information officielle, Commission du droit, June 2012, http://www.lawcom.govt.nz/sites/default/files/projectAvailableFormats/NZLC%20R125.pdf, 8.]

Les modifications proposées par la Commission du droit néo-zélandaise indépendante dans 2012 pour mettre à jour la législation et son application n'ont pas été adoptées par le gouvernement de l'époque. Il s’agit notamment d’améliorer les directives sur la législation, de simplifier les motifs de rétention peu clairs, de mieux protéger les informations commercialement sensibles, d’encourager la divulgation proactive des informations publiques, d’améliorer les processus opérationnels, de mettre en place des fonctions de supervision légales et de clarifier la portée de la législation..[Note104: Id, p377.]

Le rôle des ministres et de leurs bureaux dans la décision des agences de divulguer les informations demandées dans le cadre de l'OIA fait l'objet de commentaires publics. La presse 17 de juin, dans 2017, a déclaré que «les abus et les retards de l’évaluation interne sont malheureusement devenus presque routiniers.[Note105: Philip Matthews, 'Editorial: Il n'y a aucune excuse pour retarder l'information officielle,' Stuff, 17 June 2017, https://www.stuff.co.nz/the-press/opinion/93759469/Editorial-There-is-no-excuse-for-delaying-official-information.] L'ancien Premier ministre John Key admis dans 2014 que le gouvernement préfère attendre la totalité des journées de travail 20 s'il est dans son intérêt de le faire ».[Note106: https://www.radionz.co.nz/news/political/257009/pm-admits-govt-uses-delaying-tactics.] Les résultats préliminaires des réponses de 640 à un sondage sur l'administration publique réalisé par les universités Massey et Victoria de Wellington indiquent que »il ressort également de notre analyse initiale que la loi sur l'information officielle influe sur le comportement de certains ministères ou agences et de certains bureaux [ministériels] de Beehive ». [Note107: Dr Chris Eichbaum, lecteur au gouvernement à la Victoria University of Wellington; Dominion Post, 8 August 2017, https://www.victoria.ac.nz/news/2017/08/free-and-frank-advice-fast-disappearing.] Les chercheurs ont commenté que "dans la mesure où certaines actions des" conseillers politiques "font partie du problème, des mesures pourraient être prises pour enrayer celles de nature cavalière et veiller à ce que ceux qui occupent ces postes privilégiés soient conscients de leurs responsabilités, notamment: ne pas compromettre la capacité des autres à s'acquitter des leurs ».[Note108: Id.]

L'ancien Premier ministre, Sir Geoffrey Palmer, a exprimé son point de vue sur 24 August 2017 selon lequel "il existe des obstacles à l'obtention d'informations qui, dans une démocratie moderne, sont vraiment très dangereuses",[Note109: 1 News sur 6, TVNZ, 24 August 2017.] Nous avons ensuite approfondi cette question lors d’une discussion avec le chercheur IRM sur 1 September 2017, affirmant que «le système était en panne» et que «l’OIA était un terrain de jeu pour les ministres, que cela n’était pas constitutionnel et que c’était le cas depuis plus de 25 ans. que neuf ans ». Il a proposé d'élargir l'OIA aux services parlementaires et au bureau du greffier, d'exclure le processus de circonscription et de mettre en place une autorité de l'information chargée d'administrer l'OIA, souscrivant à la recommandation administrative 2012 de la New Zealand Law Commission. À l'exception du travail des députés pour le compte de leurs électeurs, les activités des services parlementaires et du bureau du greffier seraient couvertes par l'OIA. Cela inclut les bureaux ministériels et a également été soulevé par d’autres, entérinant les soumissions présentées par le public lors de l’élaboration de ce plan d’action, qui visaient également à améliorer les processus, les données de performance, la diffusion proactive des informations officielles et le renforcement de la formation.

Cet engagement est conforme aux valeurs du PCF que sont l'accès à l'information et la responsabilité publique. Il répond à toutes les demandes d’information dans le cadre de l’OIA, couvre les publications d’informations proactives et réactives et vise à renforcer le droit à l’information. Cela concerne la responsabilité publique, car le gouvernement publiera des informations qui invitent des agences spécifiques à justifier leurs actions, notamment le nombre de demandes reçues et le temps nécessaire à l’agence pour y répondre. Le chercheur de l'IRM a noté que le gouvernement avait mis à jour l'ambition de cet engagement dans son document d'autoévaluation à mi-parcours de 2017 afin d'inclure «l'amélioration de la participation du public à la prise de décision», sans toutefois prévoir d'actions participatives pour y parvenir.

Les activités prévues dans le cadre de cet engagement sont claires, objectivement vérifiables et directement liées à l'objectif déclaré. L’objectif de l’engagement est soutenu par l’élaboration et la fourniture d’une OIA commune et d’une politique de diffusion proactive, de principes, de ressources, de conseils et de formation. Des politiques claires et des pratiques cohérentes sont susceptibles de réduire le fardeau administratif des agences lié aux demandes d'informations officielles et d'aider le public à naviguer plus facilement dans les systèmes d'EI individuels des agences. Chaque activité contient des livrables clairs; Cependant, l'engagement n'indique pas comment le gouvernement mesurera la prise en compte de ces changements par les agences, ni ne prévoit un processus permettant de solliciter les commentaires du public. En outre, l'engagement ne tient pas compte de la portée plus large de l'OIA, du rôle du ministre ou des questions culturelles soulevées par les citoyens (et l'examen précédent). Un changement plus transformateur inclurait également des opportunités technologiques, telles que la création d'un site Web unique pour le gouvernement où le public peut faire facilement des demandes d'EI et trouver les réponses des agences en un seul endroit.

Si pleinement mis en œuvre, cet engagement aurait un impact potentiel modéré. On pourrait faire valoir que ces travaux ne font que mettre à jour la formation, les processus et les ressources existants en matière d'EOI, et ont donc un impact mineur. Cependant, le chercheur de l'IRM considère qu'il est essentiel de rendre compte régulièrement des taux de réponse des agences à l'OIA, de publier de manière proactive les documents du Cabinet et les documents connexes, et de promouvoir la diffusion proactive des réponses aux demandes d'OIA. Le pouvoir exécutif fort et actif du Commissaire aux services d’État et de l’Ombudsman, comme indiqué dans leurs déclarations publiques et l’inclusion des entités de la Couronne statutaires auxquelles l’OIA s’applique, suggère qu’ils considèrent cet engagement comme un engagement majeur.[Note110: "Éditorial: les autorités protestent contre la loi sur l'information officielle", The Dominion Post, 7 February 2017, https://www.stuff.co.nz/dominion-post/comment/editorials/89075405/editorial-officials-are-ratting-on-the-official-information-act. ]. Ne pas inclure le Bureau de l’Ombudsman en tant qu’institution d’appui est une omission.

L'engagement est limité dans sa portée. Les changements transformateurs seraient réalisés si les ministres et les dirigeants s'engageaient à modifier la législation pour englober les services parlementaires et le bureau du greffier, tout en protégeant le privilège parlementaire, tout en encourageant le changement culturel à instaurer un gouvernement ouvert dans l'ensemble du secteur public. Cette solution serait facilitée par la mise à disposition d’un site Web interministériel de demande et d’intervention du Bureau de l’évaluation, ou d’un autre site virtuel. processus..

Aboutissement

À la fin de la première année, la mise en œuvre de l'engagement est en grande partie achevée et dans les délais. Le rôle du médiateur dans ce travail a été clarifié. Trois des activités énumérées sont entièrement terminées: les agences ont reçu des informations sur l’OIA et les réponses aux demandes facilement accessibles sur leur site Web; Les statistiques de l'OIA ont été publiées; et politique élaborée pour la diffusion proactive d'informations. En particulier:

La State Services Commission (SSC) et le Bureau du Médiateur ont annoncé un travail commun visant à améliorer la réactivité de l'OIA sur 20 October 2016.[Note111: «Déclaration à la presse: travail conjoint pour améliorer la réactivité de l'OIA», State Services Commission, 20 October 2016, http://www.ssc.govt.nz/media-statement-joint-work-improve-oia-responsiveness.] Sur 29 June 2017, la SSC a publié informations de guidage pour les agences gouvernementales à placer sur leurs propres sites Web. Ce guide contient des conseils pour ceux qui demandent des informations officielles. SPC a fourni à toutes les agences un modèle .html pour en faciliter l’accès.[Note112: http://www.ogp.org.nz/our-progress/publications-reports/supporting-materials/.]

En janvier, 2017, la SSC a publié des statistiques sur l’OIA provenant d’agences gouvernementales 110,[Note113: http://www.ssc.govt.nz/official-information-statistics. Notez que ce site ne répertorie que la version la plus récente.] et le médiateur a publié les plaintes du Bureau des enquêtes concernant des ministres et des organismes.[Note114: http://www.ombudsman.parliament.nz/resources-and-publications/oia-complaints-data. Rapport semestriel] Ces statistiques, qui seront mises à jour tous les six mois, constituent un tableau de bord de la responsabilité. Le public peut voir à quel point chaque agence applique l’API et quelles agences rendent l’information de plus en plus accessible.

· Le ministère du Premier ministre et le Cabinet (DPMC) ont mis à jour le manuel du Cabinet afin d'inclure la politique gouvernementale relative à la publication proactive des documents du Cabinet.[Note115: Manuel du Cabinet: 2017, Cabinet Office, https://www.dpmc.govt.nz/sites/default/files/2017-06/cabinet-manual-2017.pdf, paragraphes 8.14-8.19.] et SPC et la DPMC ont publié des directives sur la publication proactive d'informations officielles sur leurs sites Web.[Note116: 'CabGuide: publication proactive des documents du Cabinet', département du Premier ministre et du Cabinet, 11 August 2017, https://dpmc.govt.nz/publications/proactive-release-cabinet-material; «Publication proactive d'informations officielles: Guide de l'agence», State Services Commission, https://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/OIA%20PROACTIVE%20GUIDANCE.pdf.]

La DPMC a publié 15, un avis du Bureau du Cabinet (3) sur la publication proactive des documents du Cabinet sur le site Web interne du gouvernement, mais pas publiquement. Ces déclarations de politique sont claires mais pas obligatoire, ce qui signifie que les agences peuvent choisir de ne pas les appliquer. Ils déclarent que les documents du Cabinet et les procès-verbaux mai être publié de manière proactive avec l’approbation du ministre du portefeuille concerné. Tous les documents du Cabinet entrent dans le champ d’application, à l’exception des ceux concernant les voyages, les nominations et les lois ministérielles à l’étranger (projets de loi et de règlements).

Des progrès ont été accomplis vers une série de mesures cohérentes concernant le rendement et le soutien du Bureau, telles que l’élaboration d’orientations appropriées et la formation des agences. Le SSC a assuré le chercheur du domaine IRM qu'il avait travaillé sur les définitions avec les agences et qu'il achevait actuellement la mise au point d'un outil d'auto-évaluation d'agence sur la capacité d'informations officielles. Le SSC teste cet outil d'autoévaluation avec les agences et a développé un prototype d'outil d'autoévaluation. Le chercheur de l'IRM suggère qu'il serait utile que ces outils d'auto-évaluation soient testés avec le public.

Bien que les objectifs de cet engagement n'incluent pas le travail de l'ombudsman, le programme de travail du Bureau pour la période couverte par cet examen est pertinent. On notera en particulier le 2017 de juillet Protocole modèle sur le traitement des demandes d'EID impliquant des ministres[Note117: Bureau de l’Ombudsman. Protocole modèle sur le traitement des demandes d'EID impliquant des ministres, http://www.ombudsman.parliament.nz/system/paperclip/document_files/document_files/2395/original/model_protocol_july_2017.pdf?1509069063.] à lire avec le guide actualisé sur Traitement des demandes d'OIA impliquant des ministres.[Note118: Bureau de l’Ombudsman. Traiter les demandes d'OIA impliquant des ministres, http://www.ombudsman.parliament.nz/system/paperclip/document_files/document_files/2285/original/oia_requests_involving_ministers_july_2017.pdf?1501125635.] Le Médiateur a déclaré que ces directives avaient été élaborées à la suite des problèmes identifiés dans le rapport de son prédécesseur. Pas un jeu de cache-cache.[Note119: Bureau de l’Ombudsman, Pas un jeu de cache-cache, Décembre 2015, http://www.ombudsman.parliament.nz/ckeditor_assets/attachments/399/oia_report_not_a_game_of_hide_and_seek.pdf?1449533820.] Le Bureau a également ouvert une enquête sur le traitement par une agence d'une demande d'OIA en réponse aux préoccupations du public à la suite d'une suggestion des médias selon laquelle le cabinet du ministre serait indûment ingéré dans la décision de rejeter la demande.[Note120: http://www.ombudsman.parliament.nz/system/paperclip/document_files/document_files/2403/original/456080_-_kiwirail_s_processing_of_a_request_for_official_information__v2_.pdf?1510089478.] Il revoit et met à jour régulièrement les directives du Bureau, fournit des conseils et une formation, et publie des notes de cas et des avis complets.[Note121: Bureau de l’Ombudsman. Soumission à l'OGP du rapport d'avancement du GRI IRM Nouvelle-Zélande, version 2016-2018, pour commentaires publics.]

Premiers résultats

Le gouvernement a fait des progrès significatifs dans son ambition d'améliorer les pratiques de ces agences en matière de EID. Les propositions statistiques de l’OIA font l’objet d’une couverture médiatique continue.[Note122: «Éditorial: un nouveau plan visant à protéger la liberté d’information fonctionnera-t-il vraiment?», The Dominion Post, 24 October 2016, https://www.stuff.co.nz/dominion-post/comment/editorials/85627024/editorial-will-a-new-plan-to-rescue-freedom-of-information-really-work.] mais les autres activités ont eu peu de publicité en dehors des rapports au PAE et des déclarations des médias sur le site Web de SPC.[Note123: Comment les agences répondront aux demandes d’informations, 'State Services Commission, 29 June 2017, https://www.ssc.govt.nz/how-agencies-will-respond-information-requests; «Conseils pour demander des informations officielles», State Services Commission, 29 June 2017, https://www.ssc.govt.nz/tips-requesting-official-information.] À la fin de la période d’évaluation 30 de juin, le chercheur en IRM avait évalué l’impact précoce des activités d’engagement achevées n os 2, 3 et 5:

Activité deux: Les statistiques de l'OIA ont été publiées par le SSC et le médiateur en janvier 2017 et comprenaient des informations telles que les demandes consignées complétées au cours de la période (y compris les demandes transférées ultérieurement à une autre agence), la mesure dans laquelle les réponses ont été fournies dans les délais prescrits par la loi, et plus. Des informations supplémentaires sur les différences entre les agences ont également été publiées avec les statistiques. Les statistiques publiées par l'OIA ont été publiées dans les journaux métropolitains et les intervenants interrogés ont eu des réponses positives.

Troisième activité: Un intervenant externe a fait remarquer que le gouvernement avait unilatéralement créé la politique gouvernementale sur la publication proactive des documents du Cabinet (et des documents connexes) et que cette politique n’était pas contraignante. Comme le libellé de la politique semble privilégier la protection plutôt que la publication, le même intervenant a demandé des directives spécifiques pour promouvoir la diffusion proactive dans les agences.[Note124: Steven Price, 21 August 2017, entretien avec un chercheur de l'IRM.] De même, un autre intervenant a proposé un processus et un calendrier réguliers pour le rapport du Cabinet. libérer..

Activité cinq: Neuf (27%) des départements 33 interrogés publient les réponses aux demandes d’OIA sur leurs sites Web. Le Trésor et Statistics New Zealand le font depuis 2015.

En résumé, les parties prenantes ont généralement considéré cet engagement comme un premier pas louable dans la mise au point d'une pratique commune en matière de conformité à la législation sur les EIDH à l'échelle du gouvernement. Certains n'y ont vu qu'un geste symbolique et souhaitaient que le gouvernement prenne des mesures plus énergiques en faveur des objectifs de l'OIA. D'autres ont estimé que les changements de politique proposés renforçaient l'OIA et recherchaient des actions dans le prochain plan d'action pour les mettre en œuvre. Internet New Zealand a noté l’âge de la législation sur l’OIA, notant que il a été écrit avant la création d'Internet, et a recommandé "d'examiner son intention, de renforcer la présomption de divulgation, puis de laisser la technologie fonctionner".[Note125: Internet Nouvelle-Zélande, 6, septembre 2017, entretien avec un chercheur de l'IRM.]

Prochaines étapes

Le chercheur de l'IRM a recommandé au nouveau gouvernement de confirmer une déclaration claire de la politique gouvernementale sur la publication proactive des documents du Cabinet (et des documents connexes), cette politique ne s'appliquant qu'au gouvernement antérieur à 23, septembre 2017. Le chercheur de l'IRM recommande que le prochain plan d'action donne la priorité à trois aspects essentiels: il devrait spécifier les étapes permettant de surveiller l'adoption de ces actions par les agences, il devrait vérifier si cet engagement a été à la hauteur de ses ambitions en sollicitant les réactions du public et s'attaquer à la question du OIA en suspens. questions soulevées par les parties prenantes. Les activités suivantes sont recommandées:

inclure dans les futures statistiques de conformité de l'OIA le nombre de demandes bloquées, le temps réel nécessaire pour répondre (y compris l'application d'un processus de réponse sous 20) et le nombre de demandes transférées aux cabinets des ministres;

entamer des travaux pour modifier la législation sur l'OIA afin d'inclure les services parlementaires et le bureau du greffier, tout en conservant le privilège parlementaire, conformément aux recommandations du rapport de la Commission du droit dans 2012[Note126: Le droit du public de savoir: Révision de la législation sur l’information officielle, Commission du droit, Recommandations, http://www.lawcom.govt.nz/sites/default/files/projectAvailableFormats/NZLC%20R125.pdf, 124-129.] et d’autres, et s’appuyant sur des développements administratifs et législatifs depuis lors, tels que la Loi sur le privilège parlementaire 2014;

ajouter la publication proactive à l'intention de l'OIA et de LGOIMA, simplifier les motifs de rétention peu clairs et mieux protéger les informations commercialement sensibles;

répondre à la question d'acte gouvernemental soulevée dans les rapports de la Commission du droit, ainsi que par d'autres, qui demande s'il est nécessaire de créer une autorité de l'information avec fonctions de contrôle légales, et détermine si le Bureau de l’Ombudsman et le SSC ont assumé ces rôles, ainsi que leurs conséquences;

examiner et fournir un site Web de requête et de réponse de l'OIA intergouvernemental (y compris le gouvernement local) ou un processus virtuel pour y parvenir; et

créer un programme de changement culturel encourageant les représentants du gouvernement à appliquer les nouvelles directives et à adopter les principes de gouvernement ouvert énoncés dans le BAI; LGOIMA.

Résumé du statut de fin de session IRM

2. Améliorer les pratiques d'information officielles

But de l'engagement:

En répondant aux demandes de 1982 (Loi sur l'information officielle) en vertu de la Loi sur l'information officielle, le gouvernement s'est efforcé de rendre l'information du gouvernement plus accessible. [Note15: Voir la définition d’information officielle à http://www.legislation.govt.nz/act/public/1982/0156/latest/whole.html#DL..., paragraphe 2 (1)] Plus spécifiquement, l’engagement visait à améliorer les directives du Bureau sur l’évaluation et à faciliter l’accès aux sites Web des agences. L'engagement a également appelé à l'élaboration d'une politique sur la publication proactive des documents du Cabinet et à la fourniture d'orientations et de formations pour aider les agences à se conformer à la loi.

Statut

À mi-parcours: Substantiel

Le gouvernement a terminé les jalons 1-3. La State Services Commission (SSC) a préparé des directives en ligne pour que les agences publient sur leurs sites Web. Les instructions couvraient la manière de soumettre une demande en vertu de la Loi sur les informations officielles et la manière dont la réponse devrait être fournie (Milestone 1). SPC a commencé à publier des statistiques de conformité OIA (Milestone 2) tous les six mois. Le Bureau de l’Ombudsman a publié des statistiques sur les plaintes déposées contre des ministres et des agences et publié toute une gamme de directives du Bureau sur son site Web. Le gouvernement national a ajouté une politique relative à la diffusion proactive d'informations dans le manuel du Cabinet 2017 (Milestone 3). Pour plus d'informations, voir le rapport de mi-parcours IRM 2016 – 2018. [Note16: “Mécanisme indépendant de reporting: Rapport d’avancement de la Nouvelle-Zélande 2016 – 2018,” Open Government Partnership, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/New-Zealand_MidTe....]

Fin du mandat: Achevée

Le gouvernement a atteint tous les jalons. La SSC et le Bureau de l'Ombudsman ont publié des directives et des statistiques biannuelles sur les réponses à la Loi sur l'information officielle (Milestone 2). Le nouveau gouvernement de coalition a renforcé la politique de publication proactive des documents du Cabinet en septembre 2018 (Milestone 3). [Note17: «Le gouvernement publiera de manière proactive les documents du Cabinet et la publication d’un plan d’action pour un gouvernement ouvert», Communiqués, Beehive.govt.nz, https://www.beehive.govt.nz/release/government-proactively-release-cabin....] SPC a publié des directives détaillées sur le rendement (Milestone 4), [Note18: «Statistiques de la loi sur la sélection et la notification des informations officielles: guide des agences», Commission des services d’État, http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/Selection-Reporting-of-OIA-Statis..., consulté le 17 novembre 2018.]principes et conseils pour la diffusion proactive (Milestone 5). Il a également fourni des ressources de formation, [Note19: “Divulgation proactive des informations officielles: conseils des agences,” State Services Commission, https://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/OIA%20PROACTIVE%20GUIDANCE.pdf, accédé à 23 Novembre 2018.] une boîte à outils de développement des capacités, [Note20: «Capability Development Toolkit», Commission des services d’état, http://ssc.govt.nz/official-information-toolkit, accédé à 23 Novembre 2018.] et des études de cas décrivant les meilleures pratiques de l’OIA (tous Milestone 6). [Note21: “La centralisation de la fonction OIA - la réussite du ministère de l'Éducation”, State Services Commission, http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/oia-case-study-education.pdf; «Diffusion proactive de données et d’informations détaillées sur l’industrie - L’approche de l’autorité de l’électricité», State Services Commission, http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/oia-case-study-electricity-author... La SSC a coordonné deux forums OIA à 2017 pour le personnel des agences gouvernementales soumis à l’OIA, a organisé des ateliers en décembre sur son site Web. boîte à outils de développement des capacités et organisé un forum sur la publication proactive en août 2018 (Milestones 5 et 6). [Note22: “OIA Forum”, Commission des services d’État, http://ssc.govt.nz/oia-forum, accédé à 10 July 2018.]

Les forums et ateliers, destinés à toutes les entités de la Couronne et à tous les ministères assujettis à l'OIA, ont attiré de nombreux participants, tout comme les événements d'initiation à l'OIA pour le personnel ministériel après l'élection générale de septembre 2017. [Note23: Courriel de la Commission des services d’État sur 15 de novembre. 2018 que le personnel de 60 a assisté au forum de la loi sur l’information officielle de 2017 de janvier. 42 a participé au forum de 2017 de mai. Atelier 42 de décembre, 2017 a assisté au forum des leaders 35 OIA du mois d'août sur la publication proactive, 2017 a assisté au forum des praticiens 84 du mois d'août et 2017 a assisté au forum des dirigeants 150 d'octobre sur la publication proactive des documents du Cabinet.]

Le Bureau de l'ombudsman a poursuivi ses travaux parallèles, ce qui ne faisait pas partie de l'engagement de ce plan d'action. Il publiait régulièrement des statistiques sur les plaintes, la législation sur l'OIA et des guides thématiques, fournissait des conseils et une formation, et publiait des notes de cas et des opinions complètes. [Note24: “Guides”, Bureau de l’Ombudsman, http://www.ombudsman.parliament.nz/resources-and-publications/guides.] Ses guides sur la législation officielle en matière d’information publiés au cours de cette période couvraient la manière de donner des conseils libres et francs, [Note25: «Nouveaux guides - Motifs de rétention du« bon gouvernement »», Bureau de l'ombudsman, 1 March 2018, http://www.ombudsman.parliament.nz/newsroom/item/new-guides-good-governm... répondre à des demandes frivoles ou vexatoires, [Note26: “Nouveau guide - Frivole, vexatoire et trivial”, Bureau de l’Ombudsman, 18 June 2018, http://www.ombudsman.parliament.nz/newsroom/item/new-guide-frivolous-vex... et comment protéger les conseils confidentiels. [Note27: http://www.ombudsman.parliament.nz/system/paperclip/document_files/docum..., consulté le 19 juillet 2018.] Les activités et les pratiques du bureau en matière d'audit des capacités et des pratiques des agences en matière d'évaluation de la conformité incluent désormais des agences relevant de la loi sur l'information et les réunions officielles des administrations locales de 1987. [Note28: “Trois nouvelles enquêtes OIA / LGOIMA en cours — L’avis du public est recherché”, Bureau de l’Ombudsman, 9, octobre 2018, http://www.ombudsman.parliament.nz/newsroom/item/three-new-oia-lgoima-in..., consulté le 11 octobre 2018.]

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: marginal
Responsabilité publique: marginale

Le gouvernement a déclaré publiquement qu'il souhaitait améliorer les pratiques de la Loi sur l'information officielle afin de remédier à la frustration du public à l'égard de ses demandes. L'ombudsman et le chef du département du Premier ministre et du Cabinet ont déclaré que «nous travaillons à mettre de l'ordre dans nos affaires». [Note29: Andrew Kibblewhite et Peter Boshier, «Conseils libres et francs et la Loi sur l'information officielle: un équilibre des principes concurrents d'un bon gouvernement», Policy Quarterly 14, no. 2 (May 2018): 3 – 9, https://www.victoria.ac.nz/__data/assets/pdf_file/0006/1500828/Kibblewhi....]Les enquêtes indépendantes menées par l'ombudsman continuent de promouvoir la responsabilité publique. [Note30: Par exemple: «Demande de document relatif aux négociations de coalition entre les syndicats et la Nouvelle-Zélande d’abord,», Bureau de l’Ombudsman, 14 December 2017, http://www.ombudsman.parliament.nz/system/paperclip/document_files/docum..., consulté le 19 juillet 2018.]Le Commissaire aux services d’Etat cherche régulièrement de meilleurs résultats auprès des agences gouvernementales. [Note31: Par exemple, «Publication des dernières statistiques concernant la loi sur l’information officielle», Commission des services d’état, 5 septembre 2018, http://ssc.govt.nz/latest-official-information-act-statistics-released.]

En ce qui concerne l'accès à l'information, des conseils pratiques on comment faire une demande d'EID semble plus cohérent. Une recherche documentaire effectuée par le chercheur IRM révèle que 31 des sites Web départementaux de 34 (pourcentage 91) offre au moins une adresse électronique OIA. Vingt-six (76 pourcent) offrent le même conseil ou une demande similaire de demande d’évaluation d’impact. [Note32: Recherche IRM des sites Web d'agences du gouvernement central sur 6 September 2017 et 9 July 2018.] Cependant, un quart offre des conseils inadéquats. Trois (9 pourcent) ne renvoient pas du tout les téléspectateurs à l'OIA, [Note33: Bureau de révision de l'éducation, Ministère des peuples du Pacifique et Agence d'investissement social.] et cinq (15%) ne fournissent qu’une adresse électronique. [Note34: Bureau des avocats de la Couronne, Bureau de la sécurité des communications gouvernementales, Ministère de l'éducation, Ministère des affaires étrangères et du commerce et Ministère des transports.] Une petite minorité - y compris Oranga Tamariki, le ministère de la Défense et la Commission des services d’État (SSC) - a demandé à l’OIA de fournir des informations sur les pages d’accueil de son site Web.

La conformité pour les réponses aux demandes de routine du Bureau de l’évaluation s’est légèrement améliorée. [Note35: «Publication des dernières statistiques concernant la Loi sur l'information officielle».] Certains départements divulguent plus d'informations. Une recherche documentaire réalisée par le chercheur IRM révèle que 12 (35 pour cent) des départements 34 fournit désormais des réponses OIA en ligne (en hausse par rapport à 27 en juin 2017). Neuf (26 pourcent) publient de manière proactive des informations officielles en ligne. Toutefois, depuis 5 August 2018, seuls sept départements de services publics (21%) sont entièrement conformes. Autrement dit, ils publient des conseils sur la manière de formuler des demandes d’OIA et des réponses à ces demandes, et publient de manière proactive des informations officielles. [Note36: Ministère du commerce, de l'innovation et de l'emploi - groupe de l'immigration; Ministère de l'Éducation (même si les demandes de conseils sont minimes), ministère des Industries primaires (bien que des diffusions proactives intermittentes), ministère du Développement social, Oranga Tamariki, Commission des services publics et du Trésor.] Il convient de noter que le nombre de plaintes adressées à l’Ombudsman concernant des agences prorogeant le délai de réponse à une demande d’OIA a augmenté de 150%. [Note37: Voir l’analyse de Andrew Ecclestone à https://proactivelyopen.org/2018/09/04/openness-and-official-information..., 4 septembre 2018.]

Le Conseil des syndicats a noté les progrès accomplis par certains ministères pour une publication proactive des informations officielles. Cependant, il a noté que ces progrès avaient été inégaux. Le conseil a conclu qu'en l'absence d'instructions claires ou contraignantes du gouvernement, les progrès en matière de publication proactive ont été marginaux.. [Note38: courriel adressé à la chercheuse du Conseil des syndicats du mois d’Irm, 12 October 2018.]

Certaines parties prenantes signalent que les demandes d’évaluation autres que les informations de routine «continuent d’être traitées avec obstruction et avec retard». [Note39: Twitter, #FixTheOIA, 20 July 2018. ] Un journaliste chevronné a déclaré que "toute information susceptible d'être sensible politiquement à leurs maîtres politiques ou à l'agence elle-même semble toujours être dissimulée". [Note40: En réponse à l'enquête par courriel adressée aux journalistes par le chercheur IRM, 19 July 2018.] D'autres ont fait état d'une réticence à divulguer ou à rédiger activement les informations officielles demandées dans le cadre de l'OIA. Par exemple, une personne interrogée a déclaré que 100 avait rédigé un pourcentage de document officiel. [Note41: Zac Fleming, “Zac a déposé une OIA et It Came Painted Black”, RNZ, 20 July 2018, https://www.radionz.co.nz/national/programmes/checkpoint/audio/201865454... Bien que la rédaction puisse être requise dans certains cas, le processus de décision semble incohérent.

L’opération Burnham en Afghanistan est un exemple permanent de rétention d’informations. Août 21, les troupes du Service aérien spécial néo-zélandais et les forces d'autres pays ont été déployées dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité. [Note42: Journal d'investigation en cours faisant état d'allégations selon lesquelles les forces néo-zélandaises auraient commis des crimes de guerre contre des civils dans deux villages, de nombreuses demandes d'OIA des médias et une enquête de l'ombudsman.] Un examen en cours de Sir Terence Arnold, ancien juge de la Cour suprême, et de Sir Geoffrey Palmer, ancien Premier ministre, porte entre autres sur l'exactitude des déclarations publiques faites par les forces de défense néo-zélandaises. [Note43: «Approbation d’une enquête sur l’opération Burnham», Beehive.govt.nz, 11 April 2018, https://www.beehive.govt.nz/release/approval-inquiry-operation-burnham]

En ce qui concerne la responsabilité publique, le gouvernement de coalition a créé un portefeuille de gouvernement ouvert et [Note44: Le ministre des Services d’État a aussi un portefeuille spécifique de gouvernement ouvert.] a maintenu la politique du gouvernement précédent en matière de diffusion proactive. Le gouvernement a également annoncé que les documents du Cabinet seraient publiés de manière proactive dans les jours ouvrables 30 suivant la décision du cabinet, à moins qu'il n'y ait de bonnes raisons de ne pas les publier. [Note45: «Le gouvernement publiera de manière proactive les documents du Cabinet et la publication d’un plan d’action pour un gouvernement ouvert», Beehive.govt.nz, 18, septembre 2018, https://www.beehive.govt.nz/release/government-proactively-release-cabin....]Un résumé des journaux ministériels sera également publié. [Note46: «Le gouvernement publiera de manière proactive les journaux ministériels», Beehive.govt.nz, 10 December 2018, https://www.beehive.govt.nz/release/government-proactively-release-minis...

Néanmoins, des journalistes chevronnés ont exprimé leur préoccupation à propos de la responsabilité publique. Un journaliste a écrit que les responsables ou les ministres ne sont pas tenus responsables pour "entrave, retard et violation flagrante de la loi". Ce même journaliste a écrit qu '"il n'y a pas de peine pour ceux qui ne respectent pas les exigences de la loi. » [Note47: «La coalition a-t-elle tenu sa promesse de gouvernement ouvert?», Revue nationale des entreprises, 5 July 2018, https://www.nbr.co.nz/clare-curran.]La Public Service Association, qui représente les travailleurs 70,000 du gouvernement central, veut que le nombre de L'OIA demande à être rendu public, "car ce serait un contrôle de qualité utile". [Note48: «L’amélioration de l’OIA est une bonne nouvelle, mais il en faut plus», Scoop Politics, 27 February 2018, http://www.scoop.co.nz/stories/PO1802/S00323/oia-improvement-good-news-b....]

En résumé, à ce stade, il y a un changement marginal. L'amélioration de la pratique gouvernementale nécessite plus de temps et de nouveaux changements dans les rapports sur l'évaluation de l'impact sur le développement et la mesure des résultats cohérents. Par exemple, le gouvernement pourrait signaler plus de sur le nombre et la durée des extensions notifiées aux demandes d’OIA dans ses rapports de conformité. [Note49: Mark Hanna, «Les informations officielles gardées secrètes trop longtemps», Univers honnête, 20 August 2018, https://honestuniverse.com/2018/08/20/official-information-kept-secret-t... L'impact des directives du SSC sur les statistiques de l'OIA, incitant les agences à collecter plus de données que celles rapportées dans les statistiques actuelles, n'est pas encore évident. [Note50: «Statistiques de la loi sur la sélection et la notification des informations officielles: guide des agences», Commission des services d’État, http://ssc.govt.nz/sites/all/files/Selection-Reporting-of-OIA-Statistics....] La nombre de plaintes (697) dans le 2018 du mois de septembre de l'Ombudsman statistiques de plaintes se leva Pour cent 30 à partir de la période 2016 de juillet à décembre (plaintes relatives à 538). [Note51: “L’Ombudsman publie les dernières données OIA”, Bureau de l’Ombudsman, 5 September 2018, http://www.ombudsman.parliament.nz/newsroom/item/ombudsman-releases-late..., consulté le 23 novembre 2018.] Cette augmentation soutient le plaidoyer 2018 de septembre du Commissaire aux services d’État pour une meilleure pratique. [Note52: Voir la note 17.]

Reportés?

Le chercheur de l'IRM recommande au commissaire aux services publics d'ajouter des mesures d'évaluation de la transparence du gouvernement aux contrats de performance conclus avec tous les directeurs généraux des départements de la fonction publique. Cela renforcerait sa déclaration selon laquelle «les Néo-Zélandais s'attendent à ce que les agences gouvernementales soient ouvertes et transparentes.T. " [Note53: Commissaire aux services d’État, http://www.ssc.govt.nz/official-information-act-response-times-continue-..., 27 février 2018.]

L’engagement 7 dans le plan d’action national 2018 – 2020 pourrait donner au gouvernement des conseils sur la nécessité d’entamer un examen officiel de la législation en matière d’information officielle. Cela augmenterait également progressivement la diffusion proactive d'informations. Engagement 7 mettrait en œuvre la politique du gouvernement consistant à publier de manière proactive les documents du Cabinet dans les jours 30 suivant les décisions finales (sauf s'il existe de bonnes raisons de retenir des documents spécifiques).

La recommandation mise à jour suivante du rapport à mi-parcours IRM reste pertinente pour le présent engagement 7:

Commencer les travaux de modification de la législation sur l’OIA afin d’englober les services parlementaires, le bureau du greffier, le médiateur, le contrôleur et le vérificateur général, tout en conservant le privilège parlementaire, conformément aux recommandations du rapport de la Commission du droit dans 2012 et autres, et en s’appuyant sur développements administratifs et législatifs depuis lors, tels que la Loi sur le privilège parlementaire 2014.


Engagements

  1. Engagement avec le Parlement

    NZ0012, 2018, renforcement des capacités

  2. Parlement des jeunes

    NZ0013, 2018, renforcement des capacités

  3. Boîte à outils pour les sortants

    NZ0014, 2018, renforcement des capacités

  4. Rendre la législation secondaire de la Nouvelle-Zélande facilement accessible

    NZ0015, 2018, Gouvernement électronique

  5. Participation du public à l'élaboration de politiques

    NZ0016, 2018, renforcement des capacités

  6. Conception des services

    NZ0017, 2018, renforcement des capacités

  7. Informations officielles

    NZ0018, 2018, Accès à l'information

  8. Examen de l'utilisation des algorithmes par le gouvernement

    NZ0019, 2018, Prise de décision automatisée

  9. Transparence des pratiques de données

    NZ0020, 2018, renforcement des capacités

  10. Surveillance des pratiques de gestion de l'information

    NZ0021, 2018, Législation et réglementation

  11. Open Data Organisations gouvernementales

    NZ0022, 2018, Accès à l'information

  12. Approvisionnement ouvert

    NZ0023, 2018, Accès à l'information

  13. Budget ouvert

    NZ0005, 2016, Accès à l'information

  14. Améliorer les pratiques d'information officielles

    NZ0006, 2016, Accès à l'information

  15. Améliorer l'accès aux données ouvertes et les principes

    NZ0007, 2016, Accès à l'information

  16. Suivi des progrès et des résultats de la diffusion de données sur un gouvernement ouvert

    NZ0008, 2016, Accès à l'information

  17. Engagement continu pour OGP

    NZ0009, 2016, renforcement des capacités

  18. Engagement étoilé Améliorer l'accès à la législation

    NZ0010, 2016, renforcement des capacités

  19. Améliorer les pratiques politiques

    NZ0011, 2016, renforcement des capacités

  20. Résultat BPS 10 - Les Néo-Zélandais peuvent finaliser facilement leurs transactions avec le gouvernement dans un environnement numérique

    NZ0001, 2014, Gouvernement électronique

  21. Stratégie d'action TIC 13 - Ouverture par défaut: réutilisation active d'actifs informationnels

    NZ0002, 2014, Accès à l'information

  22. Évaluation du système national d'intégrité

    NZ0003, 2014, Anti-Corruption

  23. L'accord de relation Kia TūTahi

    NZ0004, 2014, renforcement des capacités

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!