Ignorer la navigation
Nouvelle-Zélande

Engagement continu pour OGP (NZ0009)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Deuxième plan d'action national de la Nouvelle-Zélande 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution directrice: State Services Commission

Institution (s) de soutien: NA

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d’année néo-zélandais 2016-2018, Rapport à mi-parcours pour la Nouvelle-Zélande 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs de l'OGP: participation civique, technologie

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Engagement continu pour OGP Nous allons construire une plateforme flexible et durable pour un engagement entre le gouvernement néo-zélandais et les communautés néo-zélandaises à travers le monde. Open Government Partnership. Objectif: veiller à ce que le gouvernement et les communautés soient en mesure de s’engager sur des thèmes de gouvernement ouvert en utilisant diverses méthodes stables, notamment des plates-formes en ligne, des réunions face à face et d’autres forums, dans le cadre d’un plan de mobilisation plus large. Statu quo: en facilitant l'élaboration du plan d'action national néo-zélandais pour l'OGP, la State Services Commission (SSC) a créé une plateforme en ligne pour dialoguer avec les communautés néo-zélandaises, en utilisant à la fois des outils gouvernementaux et des logiciels fournis par un fournisseur indépendant. La SSC veut s’appuyer sur cela pour améliorer l’engagement au cours du prochain plan d’action. Il est également assisté dans son travail par un groupe consultatif d'experts indépendant et un groupe de fonctionnaires. La SSC a l'intention d'élargir les moyens par lesquels les gens peuvent s'impliquer pendant la durée du plan. Ambition: La SSC s'est engagée à mettre en place une plate-forme stable et adaptée permettant aux Néo-Zélandais de dialoguer avec leur gouvernement, en utilisant la technologie et les canaux que les citoyens s'attendent à utiliser dans une société moderne. Il travaillera sur des moyens de gérer la participation de la Nouvelle-Zélande à l'OGP qui traduira un esprit de co-création avec les communautés.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

5. Engagement continu pour OGP

Jalons:

Travailler avec le ministère de l'Intérieur pour améliorer l'accès du gouvernement aux outils numériques d'engagement du public et à leur utilisation

Travailler avec le comité consultatif d'experts pour décider de la meilleure manière de rendre compte des progrès accomplis par rapport aux étapes clés du plan d'action global

S'engager avec les Néo-Zélandais pour développer l'approche du prochain plan.

Institution responsable: Commission des services de l'Etat

Institution (s) de soutien: Département des affaires intérieures

Date de début: Octobre 2016

Date de fin: Juin 2018

Contexte et objectifs

Le gouvernement propose "une série de documents d'orientation pour aider le secteur public à dialoguer efficacement avec le public afin d'accroître la transparence et de soutenir un gouvernement participatif".[Note142: 'Orientation sur l'engagement et la consultation', Gouvernement néo-zélandais: ministère de l'Intérieur, consulté17 January 2018, https://www.dia.govt.nz/Engagement-and-consultation. ] Son guide d’engagement en ligne, publié en septembre 2015,[Note143: "Engagement en ligne", Boîte à outils Web du gouvernement néo-zélandais, 24 July 2017, https://webtoolkit.govt.nz/guidance/online-engagement/.] est le point de départ des agences. Govt.nz fournit une liste de consultation pour les agences gouvernementales centrales et locales et le public.[Note144: 'Engagement avec le gouvernement', Gouvernement néo-zélandais, 27 April 2017, https://www.govt.nz/browse/engaging-with-government/.] Le service gouvernemental d'engagement en ligne du gouvernement (GOES) est l'outil logiciel d'enquête construit sur la plate-forme Web commune du gouvernement. D'autres agences ont leurs propres outils, plates-formes ou processus d'engagement avec le public.

Lors de l'élaboration de ce plan d'action, le SSC a utilisé deux plates-formes: GOES et l'outil utilisé par Engage2. Alors que le gouvernement utilisait ces deux plates-formes existantes pour élargir la portée de la participation, certains intervenants ont estimé que cette approche compliquait leur capacité à participer à l'élaboration du plan d'action, tandis que d'autres étaient frustrés par le processus de saisie de plusieurs soumissions et souhaitaient présenter des exposés officiels. -ligne les soumissions qu'ils avaient classées par ordre de priorité.[Note145: HuiE !, 5 July 2017, entretien avec un chercheur de l'IRM.] On s'est également demandé pourquoi le site d'un contractant externe avait été utilisé.[Note146: Jan Rivers, 11 Juillet 2017, Laurence Millar, 7 Septembre 2017, entretiens avec un chercheur IRM.] Toutes les parties prenantes souhaitaient un engagement continu pour OGP sur une longue période, utilisant une variété de mécanismes, une communication à double sens et retour d'information- tous fondés sur des valeurs de partenariat et de co-création.

Cet engagement vise à refléter "un esprit de co-création avec les communautés" lors de l'élaboration et de la mise en œuvre des futurs plans d'action OGP. L'ambition affichée est la création d'une plate-forme stable et durable permettant aux Néo-Zélandais de dialoguer avec le gouvernement, "en utilisant la technologie et les canaux que les gens s'attendent à utiliser dans une société moderne". Il est dirigé par la très influente Commission des services d’État (SSC), avec l’aide du Département de l’intérieur (DIA). Il devra également travailler avec le ministère du Premier ministre et du Cabinet (DPMC) pour aligner les conseils du gouvernement en matière de participation aux activités de l'engagement 7.

Cet engagement répond aux valeurs de participation civique, de technologie et d’innovation de l’OGP. Le gouvernement améliore les possibilités et les capacités du public d'influencer les décisions et de créer conjointement le prochain plan d'action. L’innovation technologique est prévue pour faire progresser la transparence et la responsabilisation, en ouvrant une série d’informations interactives permettant de dialoguer avec le public et en élaborant conjointement les prochains engagements du PGO.

La spécificité de l'engagement est moyenne. Alors que le texte d'engagement est assez clair en ce qui concerne la plate-forme en ligne pour promouvoir un engagement entre le gouvernement néo-zélandais et les communautés, le lecteur doit interpréter la manière dont les activités énumérées sont pertinentes par rapport à l'objectif global. Par exemple, l'objectif énumère certaines méthodes d'engagement (par exemple, les plateformes en ligne, les réunions en face à face), mais les activités répertoriées ne garantissent pas que ces méthodes d'engagement seront appliquées. En outre, il n’est pas simple de mesurer le résultat final obtenu.

Si pleinement mis en œuvre, cet engagement aurait un impact potentiel modéré. Un objectif clé pour OGP est de pouvoir entendre le public. Comme les données refléteraient des informations sur le public, elles pourraient constituer un point de départ pour un retour d’information plus large. On espère qu'un public mieux informé pourra mieux exprimer ses points de vue. Bien que cet engagement puisse permettre de manière significative et positive la co-création avec les parties prenantes lors de la création de plans d'action OGP, le texte d'engagement n'indique pas si cette plate-forme sera utilisée pour d'autres domaines politiques. Bien que la participation et l’engagement dans le processus OGP soient importants, cet engagement ne transforme pas les décisions du gouvernement et de la société civile en matière de politique générale. problèmes.

Aboutissement

À la fin de la première année de mise en œuvre, la SSC a entamé ses travaux avec la DIA afin d'améliorer l'accès des outils numériques d'engagement du public par le gouvernement. DIA a examiné et analysé le processus d'engagement actuel du gouvernement. Leur rapport préliminaire, fourni au chercheur IRM sur 26 September 2017, mais non publié au cours de la période considérée, conclut qu'il existe une demande plus large d'outils qui couvrent une variété de méthodes d'engagement, telles que la co-conception et la conception participative. Ces méthodes centrées sur l'utilisateur favorisent une meilleure prise de décision, une mise en œuvre plus efficace des politiques, l'engagement social et la confiance dans le gouvernement. Le projet d’examen a également souligné que les agences auraient intérêt à avoir une source unique de conseils et d’orientations sur les consultations et l’engagement.[Note147:. 'Review: Projet pilote GOES (Government Online Engagement Service), Département de l'intérieur de la Nouvelle-Zélande, septembre 2017. Non publié.]

Les prochaines étapes proposées par DIA dans le projet de révision sont les suivantes: «un élément de découverte permettant d'identifier et de définir les options permettant d'étendre le service d'engagement numérique au-delà du projet pilote de service d'engagement en ligne (GOES) actuel; et la suppression progressive de l'outil logiciel GOES afin de «soutenir la conversation et la participation délibérante entre citoyens de la manière 2».[Note148: Id.] Des entretiens avec le public sont prévus.

Le gouvernement a achevé ses travaux avec le Groupe consultatif d'experts (EAP) afin de décider de la meilleure manière de rendre compte des progrès réalisés dans le cadre des étapes clés du plan d'action global. Les fonctionnaires se rapportent maintenant au PAE en utilisant un modèle commun, et ces rapports sont publiés sur le site Web d’OGPNZ après approbation par la précédente réunion du PAE.[Note149: 'Our Progress', Gouvernement ouvert: Nouvelle-Zélande, consulté 17 January 2018, http://www.ogp.org.nz/our-progress/.]

L'activité visant à engager le dialogue avec les Néo-Zélandais pour développer l'approche du prochain plan d'action a été lancée avant la date officielle d'octobre 2017. Cela a été fait pour permettre des progrès avant les élections générales de 23 de septembre 2017. Le rapport d'autoévaluation à mi-parcours du gouvernement indique que la SSC a jeté les bases du prochain plan en "recueillant les informations des principaux groupes de parties prenantes, en créant un flux d'informations plus dynamique pour les NZers" et en "œuvrant à la sécurisation de une plate-forme numérique pour la coproduction et des services de conseil neutres pour faciliter la coproduction "du prochain plan d'action".[Note150: Plan d’action national 2016-18 Auto-évaluation à mi-parcours, Open Government Partnership: Nouvelle-Zélande, 2 October 2017, http://www.ogp.org.nz/assets/publications/New-Zealand-Mid-term-self-assessment-2016-18.pdf.] Il indique que les responsables principaux de l'engagement et le ministère des Entreprises, de l'Innovation et de l'Emploi se rencontrent régulièrement pour évaluer les initiatives internationales telles que le travail d'engagement de la fondation britannique NESTA. Ils cherchent comment "attirer des voix au-delà des" suspects habituels "les plus faciles à atteindre.

Plusieurs organisations de parties prenantes (HuiE !, CommVoices, Association de la fonction publique, Syndicats combinés, Volunteering NZ) ont informé le chercheur de l'IRM qu'elles se réunissaient régulièrement avec la SSC avant le lancement officiel d'octobre 2017.

Le travail avec DIA sur les outils numériques pour un meilleur engagement avec les Néo-Zélandais et l'engagement avec les Néo-Zélandais pour développer l'approche du prochain plan feront l'objet d'un rapport plus détaillé dans le rapport de fin de mandat.

Premiers résultats

Le projet d'examen par le gouvernement de son processus d'engagement actuel vise à réaliser un changement transformateur à l'échelle du système par le biais d'une conversation bilatérale avec les citoyens et d'une participation délibérante. Le chercheur de l'IRM considère que les entretiens prévus «permettent de s'assurer que l'engagement du gouvernement est véritablement centré sur les personnes et qu'il est plus facile de participer». [Note151:. «Examen: projet pilote GOES (Government Online Engagement Service), ministère de l'Intérieur de la Nouvelle-Zélande. ] être une étape bienvenue.

Certains intervenants interrogés par le chercheur de l'IRM estiment que le site Web d'OGPNZ est difficile à naviguer. Ils souhaitent que le travail d'OGP et les progrès réalisés sur les engagements soient rendus publics par le biais d'autres médias sociaux. . Certains cherchent la possibilité pour un groupe plus large du public de co-créer le prochain plan d'action.[Note152: Cath Wallace et Jan Rivers, ECO, 11 July 2017, entretien avec un chercheur de l'IRM.] D'autres cherchent à inclure des activités d'engagement en dehors de Wellington.[Note153: Fuimaono Tuiasau 20 July 2017, entretien avec un chercheur de l'IRM.] Ils approuvent les activités de l'engagement d'utiliser diverses méthodes stables et un processus de plan d'action OGP basé sur un partenariat entre le gouvernement et le public. Certains cherchent une infrastructure sociale plus forte pour permettre une communication ouverte entre les groupes de la société civile et suivre les progrès du plan d'action du PGO,[Note154: Michael Macaulay, professeur associé, Université Victoria de Wellington 12 July 2017; John Hall, Conseil de la Fiducie de bienfaisance pour les services sociaux Fortress, 7 July 2017, entretiens avec un chercheur de l'IRM.] une bonne plate-forme simple et claire, et pas seulement un lieu de discussion, "utilisant une technologie plus personnalisée conçue pour soutenir la délibération" et informant tous ceux qui ont délibéré sur ce qui a été fait et pourquoi les idées ont été rejetées,[Note155: Max Rashbrooke, 16 August 2017, entretien avec un chercheur de l'IRM.] et une appréciation de la «copropriété avec le public».[Note156: Miriam Lips, professeure de gouvernement numérique à l'Université Victoria de Wellington, 25 August 2017, entretien avec un chercheur de l'IRM.] Internet New Zealand n'a préconisé qu'une seule plate-forme et a demandé: «Pourquoi la construire nous-mêmes?[Note157: Jordan Carter, Jay Daley et Debbie Monahan, Internet Nouvelle-Zélande, 6 septembre, 2017, entretien avec un chercheur de l'IRM.] Certains intervenants sont sceptiques quant à l'engagement du gouvernement de co-créer le prochain plan d'action.

Étant donné le retard dans la publication de la revue, le chercheur de l'IRM se demande si l'intention d'améliorer les outils numériques d'engagement du public d'ici le début de l'élaboration du prochain plan d'action (2018 de janvier) est réalisable. Le SSC a par la suite indiqué que la préparation du processus d’engagement du public en vue de l’élaboration du prochain plan d’action national était en cours. Il utilisera les outils numériques et alimentera les informations développées au cours de cette étape dans la planification de la mission. La date d'arrivée de Milestone est le June 2018. Le CSD a également déclaré que ce travail n'était pas lié au prochain plan d'action national.[Note158: Commentaire de SPC lors de l'examen préalable à la publication, 22 December 2017.]

Une série de rapports d'avancement relatifs aux étapes clés de l'OGP a été publiée dans la section What's Happening du site Web OGP de la Nouvelle-Zélande en utilisant le format convenu avec le Groupe consultatif d'experts.[Note159: 'Our Progress', Open Government: New Zealand.]

De nombreuses parties prenantes interrogées par le chercheur de l'IRM ont expliqué comment la participation des OGP pouvait remédier à la tension apparente entre la démocratie représentative et la démocratie participative (ou délibérative). démocratie. Ils ont noté que le système gouvernemental représentatif de la Nouvelle-Zélande exige la participation du public à la prise de décision et à la politique, et ont donné des exemples de conditions de consultation dans de nombreuses lois néo-zélandaises (par exemple, la loi sur les collectivités locales, la loi sur la gestion des ressources, la loi sur la conservation) et des institutions (par exemple, des comités restreints, des pétitions). , liberté de la presse). Ils ont décrit la démocratie délibérative comme une approche de questions particulièrement difficiles, complétant les institutions existantes entre les élections, et non comme un substitut de la démocratie représentative, et ils ont hâte de l'utiliser pour élaborer le prochain plan. Ils ont cherché une stratégie de communication OGP dans les deux sens, incluant l'écoute des points de vue de chaque groupe afin que tous gagnent en confiance.[Note160: Max Rashbrooke, 16 August 2017; Sir Geoffrey Palmer, 25 August 2017; Simon Wright, 31 August; Laurence Millar, 7 September 2017, entretiens avec un chercheur de l'IRM.]

Prochaines étapes

Le chercheur de l'IRM recommande que cet engagement soit complété dans la période restante du plan d'action et que les activités d'engagement 1 et 3 soient mises à jour pour garantir l'élaboration efficace du prochain plan d'action. Ces recommandations s'appuient sur les commentaires des entretiens avec les parties prenantes. Pour la première activité d’engagement, le SSC devrait renforcer ses travaux avec le Département de l’intérieur en sélectionnant une série d’outils et de procédures à utiliser pour la mobilisation du public auprès des administrations centrale et locales. Pour l'activité trois, l'engagement avec les Néo-Zélandais devrait être modifié pour englober la «co-création». L'élaboration d'un plan d'action devrait inclure une plus grande participation participative. En ce qui concerne la deuxième activité d’engagement achevée, le chercheur en GRI recommande d’ajouter au modèle un rapport sur chaque jalon par rapport à sa date de fin, afin de faciliter l’établissement de rapports sur les progrès du PGO.

Le chercheur de l'IRM note également que les activités prévues par cet engagement sont essentielles pour qu'un pays puisse participer au programme OGP. Par conséquent, il est souhaitable que le gouvernement développe avec succès une plate-forme durable en tant que mécanisme OGP permettant de créer et de mettre en œuvre un plan d'action efficace, et de le faire en tant qu'activité opérationnelle régulière du programme OGP plutôt que de l'inclure en tant qu'engagement du plan d'action. L'IRM évalue le mécanisme de consultation au cours de l'élaboration et de la mise en œuvre du plan d'action dans un chapitre distinct du rapport sur l'IRM (voir 3.3 Engagement de la société civile).

Résumé du statut de fin de session IRM

5. Engagement continu pour OGP

But de l'engagement:

Le gouvernement visait à créer un niveau de participation plus sophistiqué avec le public autour du Open Government Partnership. En particulier, le gouvernement a cherché à améliorer son accès aux outils numériques d’engagement du public et à leur utilisation. Elle prévoyait également de décider de la meilleure manière de faire rapport au groupe consultatif d'experts sur les progrès réalisés par les objectifs intermédiaires et de faire participer le public à l'approche proposée pour le prochain plan d'action.

Statut

À mi-parcours: limité

À la mi-parcours, les jalons 1 et 3 ont commencé et le jalon Xestone est terminé. Le ministère de l'Intérieur (DIA) a achevé son examen préliminaire du processus actuel d'engagement du gouvernement, qui utilisait un outil d'enquête pilote. Mais le ministère n'a pas publié la revue à ce moment-là (Milestone 2). le La State Services Commission (SSC) et le groupe consultatif d'experts (EAP) ont convenu que les rapports d'étape sur l'état d'avancement des travaux des responsables seraient publiés dans un format standard sur le site Web d'OGP New Zealand. Les rapports seraient publiés après approbation du PAE (Milestone 2). [Note80: “Open Government Partnership Compte rendu de la réunion du comité consultatif d'experts, «State Services Commission», 5 December 2016, http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/Expert%20Advisory%20Panel%20-%20minutes%205%20December.pdf. ] Également à mi-parcours, le CSC a commencé à engager le dialogue avec les Néo-Zélandais sur le prochain plan d'action (Milestone 3). Pour plus d'informations, voir le rapport de mi-parcours IRM 2016 – 2018. [Note81: “Mécanisme indépendant de reporting: Rapport d’avancement de la Nouvelle-Zélande 2016 – 2018,” Open Government Partnership, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/New-Zealand_MidTerm_2016-2018.pdf. ]

Fin du mandat: Achevée

La SSC et la DIA ont achevé leurs travaux sur les jalons 1 et 3. Le jalon 1 comprenait trois activités. Le premier était l'examen par la DIA de l'outil de sondage pilote du gouvernement, qui a été publié. L'examen a révélé que les agences gouvernementales avaient besoin de toutes les orientations du gouvernement, d'un meilleur accès aux outils numériques et d'une formation sur les outils et les méthodes de facilitation disponibles. [Note82: «Examen: projet pilote des services d’engagement du gouvernement en ligne», ministère de l’Intérieur, septembre 2017, https://www.digital.govt.nz/assets/Uploads/GOES-review-and-recommendations-v6-1.pdf. ] Les commentaires des membres du public sont sortis du cadre de cet examen.

La DIA a ensuite entrepris un projet de découverte de six semaines pour comprendre comment les technologies numériques peuvent au mieux soutenir la participation du public au gouvernement. DIA parlé à des citoyens de 195, à neuf organisations non gouvernementales et à des agences gouvernementales de 20. [Note83: “Open Government Partnership Nouvelle-Zélande: Plan d’action national Auto-évaluation finale 2016 – 18 », Open Government Partnership Nouvelle Zélande, novembre 2018, 26, http://www.ogp.org.nz/assets/Publications/52cf8fb192/National-Action-Plan-2016-18-End-term-Self-assessment.pdf.] Son poids record Le rapport a conclu que "nous voulons aller au-delà de l'information et de la consultation pour atteindre un niveau d'engagement plus sophistiqué, y compris la participation du public à la création conjointe de politiques, à la conception conjointe de produits et services publics et d'initiatives citoyennes". [Note84: https://www.digital.govt.nz/standards-and-guidance/engagement/online-engagement/research-how-digital-can-support-participation-in-government/research-project-overview/ ]

Enfin, DIA a testé des outils d’engagement du public et publié des conseils et des principes d’engagement. [Note85: “Évaluations des risques réalisées par les agences”, Orientations et ressources, ICT.govt.nz, https://www.ict.govt.nz/guidance-and-resources/using-cloud-services/assess-the-risks-of-cloud-services/risk-assessments-completed-by-agencies/; «Principes de participation - brouillon», Recherche: Comment le numérique peut-il soutenir la participation au gouvernement, Digital.govt.nz, dernière mise à jour de 20, juin 2018, https://www.digital.govt.nz/standards-and-guidance/engagement/online-engagement/research-how-digital-can-support-participation-in-government/participation-principles-draft/, accédé à 8 August 2018.] Il a ajouté le produit décisionnel Loomio de la Nouvelle-Zélande et l'outil de consultation Delib Citizen Space [Note86: Loomio, https://loomio.org; Delib, https://www.citizenspace.com/info, accédé à 8 August 2018.] à son nouveau service d’achats en ligne, Marketplace. (Marché lancé en octobre 2018. [Note87: Marketplace, https://marketplace.govt.nz/, accédé à 9 Octobre 2018.])

Le gouvernement note que ces activités ont achevé le jalon 1. Il n'envisage aucun travail supplémentaire. DIA déclare que les conclusions du rapport du projet de découverte informeront tout programme futur évoluant vers la création conjointe de politiques, la conception conjointe de services et de produits publics, d'initiatives citoyennes ou de mesures du changement. [Note88: Courriel de SPC à OGP en réponse au projet de rapport de fin de mandat du GRI IRM, 20 December 2018.] Les responsables de la DIA ont informé le chercheur de l'IRM d'une financement infructueux pour poursuivre ce travail d’engagement du public. Ils ont déclaré que leurs travaux étaient désormais axés sur le Digital Inclusion Blueprint de la Nouvelle-Zélande. [Note89: https://www.digital.govt.nz/blog/building-a-blueprint-for-digital-inclusion/] et le Service Innovation Lab. [Note90: “Messages étiquetés comme Service Innovation Lab”, Digital.govt.nz, https://www.digital.govt.nz/blog/tag/service-innovation-lab, accédé à 21 August 2018.] Les fonctionnaires ont également indiqué qu’ils préparaient une autre offre de financement faisant appel à l’engagement du public pour le prochain exercice. [Note91: Karl McDiarmid et Christine Bennett (département de l'Intérieur), entretien avec un chercheur de l'IRM, 20 August 2018.]

SPC a terminé Milestone 3. Le fournisseur externe a chargé la SSC d’engager avec les Néo-Zélandais l’approche du prochain plan d’action par plusieurs canaux. Celles-ci comprenaient un sondage en ligne préalable à l'engagement auprès de presque tous les répondants 800, des entrevues avec des représentants d'organisations communautaires et le comité consultatif d'experts. TIl a ensuite lancé un engagement formel concernant le prochain plan d’action sur 4 April 2018. [Note92: “Comment un plan est développé”, Open Government Partnership Nouvelle-Zélande, http://www.ogp.org.nz/new-zealands-plan/how-a-plan-is-developed/. ] Le nouveau ministre, le ministre des Services d’État, a poursuivi cette approche. Le troisième plan d'action national a été publié en décembre 2018 et sera évalué par l'IRM dans 2019.

Techniquement, le gouvernement a franchi les jalons de cet engagement. Toutefois, la DIA n’a pas encore réalisé sa propre ambition de faire progresser participation du public à la création conjointe de politiques, à la conception commune de services et de produits publics et d'initiatives citoyennes. Compte tenu de l'engagement du gouvernement de coalition en faveur d'un gouvernement ouvert et d'une participation citoyenne, le chercheur de l'IRM recommande au gouvernement de définir des priorités et de financer d'autres activités d'engagement du public.

At-il ouvert le gouvernement?

Participation civique: Marginal

Tous les acteurs de la société civile interrogés par le chercheur de l'IRM, y compris les membres du groupe consultatif d'experts (EAP), ont constaté une amélioration de l'engagement en faveur de la transparence gouvernementale et de l'engagement du public à la suite du changement de gouvernement intervenu en octobre 2017. Le président du PAE a déclaré que l'élaboration du plan d'action 2018 – 2020 constituait «un pas en avant dans la bonne direction». [Note93: Entretien avec le chercheur IRM, 5 July 2018.] Les membres du PAE ont noté que les responsables du gouvernement du gouvernement étaient amicaux et réceptifs. Ils ont également noté que le processus d'élaboration du plan d'action 2018 – 2020 était meilleur que les années précédentes, malgré l'absence de financement ou de ressources supplémentaires pour ce travail. Les membres du PAE ont signalé que le nouveau plan d'action avait été soumis au public par 449, bien que ce soit principalement lors d'ateliers publics. Pour le plan d'action 2016 – 2018, des soumissions publiques 87 ont été effectuées. [Note94: voir le rapport de mi-parcours d’IRM, https://www.opengovpartnership.org/report/new-zealand-mid-term-report-2016-2018-year-1, page 21.] Dans le plan d'action 2018 – 2020, le PAE stipule que «nous souhaitons que l'approche de l'engagement soit développée plus avant» et que nous cherchions «autant de voix que possible de nos communautés». [Note95: “Troisième plan d'action national” Open Government Partnership Nouvelle-Zélande, http://www.ogp.org.nz/new-zealands-plan/third-national-action-plan-2018-2020/. ]

Le président du PAE a déclaré au chercheur en IRM que les membres du PAE étaient maintenant prêts à promouvoir activement le PGO dans leurs communautés. En effet, «le nouveau gouvernement est authentique et authentique d’entendre ce que leurs communautés disent». [Note96: Lors d'une réunion avec les représentants de l'EAP et de PVC sur 8 August 2018.] Un autre membre du PAE a constaté des progrès dans la résolution de «la tension apparente entre démocratie représentative et démocratie participative (ou délibérative)» évoquée dans le rapport à mi-parcours du MRI. [Note97: voir le rapport à mi-parcours de l'IRM sur le plan d'action national OGP de la Nouvelle-Zélande, 2016 – 2018, page 52, http://www.ogp.org.nz/new-zealands-plan/second-national-action-plan/. ]

La publication en ligne des rapports d'étape trimestriels des responsables du PAE au PAE a permis d'améliorer l'accès à l'information. Les parties prenantes se félicitent de l'amélioration de la conception du site Web OGP de la Nouvelle-Zélande.

En ce qui concerne la participation civique, le gouvernement de coalition consulte le public. Les recherches documentaires effectuées par le chercheur IRM indiquent une utilisation accrue de plates-formes d’enquêtes telles que Delib et Survey Monkey. Le gouvernement a également accru l'utilisation des médias sociaux et de la vidéo. La consultation sur l'avenir de la fiscalité est un exemple d'utilisation de ce type. [Note98: “Future of Tax”, Groupe de travail sur la fiscalité, https://taxworkinggroup.govt.nz/have-your-say-future-tax, accédé à 10 Octobre 2018.] et l'utilisation par le ministère de l'Éducation de l'utilisation des médias sociaux lors de sa conversation sur l'éducation. [Note99: «Education Conversation», Korero Matauranga, https://consultation.education.govt.nz/education/korero-matauranga/, accédé à 8 August 2018.] Ces exemples donnent à penser que le gouvernement s’est davantage engagé qu’en septembre 2017.

Ces activités d'engagement semblent être une caractéristique de l'approche de gouvernement ouvert du gouvernement de coalition. C'est-à-dire qu'ils ne semblent pas être le résultat de l'ambition de cet engagement de faire progresser la Nouvelle-Zélande vers une démocratie participative et une véritable co-création et co-conception. Lors de la rédaction de ce rapport, le chercheur de l'IRM n'avait pas trouvé de preuve permettant d'établir un lien direct entre les activités de consultation accrues du gouvernement central et l'objectif et les activités de cet engagement. Cela soutient les commentaires du Conseil des syndicats. Le conseil a déclaré qu'il:

Attribueraient ces développements à un changement de style de politique et de gouvernance du nouveau gouvernement par rapport à 2017. Certains aspects du plan d’action 2016-18 OGP sont cohérents avec ces développements, mais n’ont eu qu’un impact marginal dans la conduite du changement. ” [Note100: courriel adressé à la chercheuse du Conseil des syndicats du mois d’Irm, 12 October 2018.]

Le manque de financement pour les travaux futurs conforte cette conclusion.

Le chercheur de l'IRM note que cet engagement complète l'engagement de ce plan d'action 2016-2018. Le travail de 7 visant à améliorer la connaissance des outils et techniques que les décideurs peuvent utiliser pour créer une politique plus ouverte et dirigée par l'utilisateur. Le chercheur de l'IRM reconnaît également l'énoncé du plan d'action 2018 – 2020 selon lequel «à l'échelle du gouvernement, les responsabilités liées à la participation du public ont évolué séparément et sont quelque peu ponctuelles». [Note101: “Troisième plan d'action national” Open Government Partnership Nouvelle-Zélande, 24, http://www.ogp.org.nz/new-zealands-plan/third-national-action-plan-2018-2020/.]

Reportés?

Le gouvernement a accepté la recommandation du rapport à mi-parcours du chercheur de l'IRM. Le rapport avait recommandé que le gouvernement fournisse, en tant qu'activité opérationnelle régulière de l'OGP, une plate-forme permanente de l'OGP afin de collaborer avec les Néo-Zélandais à l'élaboration du prochain plan. Cela nécessitera que la Commission des services d’État continue de définir des priorités et d’allouer des fonds suffisants pour permettre au gouvernement de s’acquitter pleinement de ses obligations. Responsabilités OGP.


Engagements

  1. Engagement avec le Parlement

    NZ0012, 2018, renforcement des capacités

  2. Parlement des jeunes

    NZ0013, 2018, renforcement des capacités

  3. Boîte à outils pour les sortants

    NZ0014, 2018, renforcement des capacités

  4. Rendre la législation secondaire de la Nouvelle-Zélande facilement accessible

    NZ0015, 2018, Gouvernement électronique

  5. Participation du public à l'élaboration de politiques

    NZ0016, 2018, renforcement des capacités

  6. Conception des services

    NZ0017, 2018, renforcement des capacités

  7. Informations officielles

    NZ0018, 2018, Accès à l'information

  8. Examen de l'utilisation des algorithmes par le gouvernement

    NZ0019, 2018, Prise de décision automatisée

  9. Transparence des pratiques de données

    NZ0020, 2018, renforcement des capacités

  10. Surveillance des pratiques de gestion de l'information

    NZ0021, 2018, Législation et réglementation

  11. Open Data Organisations gouvernementales

    NZ0022, 2018, Accès à l'information

  12. Approvisionnement ouvert

    NZ0023, 2018, Accès à l'information

  13. Budget ouvert

    NZ0005, 2016, Accès à l'information

  14. Améliorer les pratiques d'information officielles

    NZ0006, 2016, Accès à l'information

  15. Améliorer l'accès aux données ouvertes et les principes

    NZ0007, 2016, Accès à l'information

  16. Suivi des progrès et des résultats de la diffusion de données sur un gouvernement ouvert

    NZ0008, 2016, Accès à l'information

  17. Engagement continu pour OGP

    NZ0009, 2016, renforcement des capacités

  18. Engagement étoilé Améliorer l'accès à la législation

    NZ0010, 2016, renforcement des capacités

  19. Améliorer les pratiques politiques

    NZ0011, 2016, renforcement des capacités

  20. Résultat BPS 10 - Les Néo-Zélandais peuvent finaliser facilement leurs transactions avec le gouvernement dans un environnement numérique

    NZ0001, 2014, Gouvernement électronique

  21. Stratégie d'action TIC 13 - Ouverture par défaut: réutilisation active d'actifs informationnels

    NZ0002, 2014, Accès à l'information

  22. Évaluation du système national d'intégrité

    NZ0003, 2014, Anti-Corruption

  23. L'accord de relation Kia TūTahi

    NZ0004, 2014, renforcement des capacités

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!