Ignorer la navigation
Nigeria

Registre de la propriété bénéficiaire (NG0006)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national du Nigeria 2017-2019

Cycle du plan d'action : 2017

Statut : Inactif

Institutions

Institution principale : Commission des affaires corporatives (CAC)

Institution(s) de soutien : Initiative pour la transparence des industries extractives du Nigéria (NEITI), ministère des Ressources pétrolières, Nigerian National Petroleum Corporation, ministère des Mines et de l'Acier, Commission indépendante des pratiques de corruption et autres infractions connexes (ICPC), Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) ), Bureau du code de conduite (CCB), Service fédéral des impôts (FIRS), CBN, ministère des Affaires étrangères, ministère de la Justice, Agence nationale de développement des technologies de l'information, Bureau du comptable général de la Fédération, Bureau de l'auditeur- Général de la Fédération. Public What You Pay (PCQVP), Centre africain pour le leadership, la stratégie et le développement (Centre LSD), Digital Forensics, Réseau africain pour la justice économique et environnementale (ANEEJ), PCQVP, WANGONet, CISLAC, Commission nigériane de la sécurité et des échanges, NACCIMA, Connecting Lens Initiative, Society for Forensic Accounting and Fraud Prevention, BudgIT, Public and Private Development Centre, PGL, Professional Women Accountants of Nigeria, Micro, Small, Medium Enterprises Advocacy and Support Initiative, Association of National Accountants of Nigeria (ANAN), SFAFP, PROWAN

Domaines politiques

Lutte contre la corruption et intégrité, Beneficial ownership, Renforcement des capacités, Ouverture fiscale, Secteur privé, Participation du public, Publication des informations budgétaires / fiscales

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de mise en œuvre du Nigéria 2017-2019, Rapport de conception du Nigéria 2017-2019

Suivi : Non

Premiers résultats : marginaux

Site Web i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : accès à l'information, participation civique, technologie

Impact potentiel:

Implémentation i

Achèvement:

Description

Le Nigéria s’engage à créer un registre qui permettra d’identifier les personnes physiques qui possèdent, contrôlent ou bénéficient directement ou indirectement des avantages de la personne morale.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

6. Etablir un registre central public des bénéficiaires effectifs des entreprises

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

«Le Nigéria s'engage à établir un registre qui permettra d'identifier les personnes physiques qui possèdent, contrôlent ou bénéficient directement ou indirectement des avantages de la personne morale.»

Jalons:

6.1. L'ACC entamera des consultations, des ateliers et un processus d'établissement du registre des bénéficiaires effectifs.

6.2. Renforcement des capacités en matière de propriété effective pour les agents publics, la société civile et les journalistes d'investigation.

6.3. Création d'un registre des bénéficiaires conçu selon des normes de données ouvertes.

6.4. Mise à jour régulière du registre à l'aide d'une technologie innovante.

6.5. Diffusion d'informations sur la propriété effective.

6.6. Établir des règles claires sur la propriété effective, constituer un comité de coordination avec CAC et NEITI en tant qu'organisations chefs de file.

Date de début: January 2017 Date de fin: Décembre 2019

Le plan d'action est disponible ici:

Contexte et objectifs

Cet engagement vise à améliorer la participation civique grâce à l'accès aux informations sur les bénéficiaires effectifs via un registre utilisant des normes de données ouvertes.

Au Nigéria, le manque d'exigences de diligence raisonnable concernant la propriété effective a été lié au blanchiment d'argent, au trafic de drogue, au terrorisme et à la corruption. [68] Selon Kolawole Banwo (CISLAC), les gens utilisent des procurations et des fronts pour enregistrer les entreprises et les propriétaires légaux ne sont généralement pas ceux qui contrôlent et bénéficient des entreprises. Il y a beaucoup d'ingérence politique dans les décisions économiques et commerciales, et les fonctionnaires utilisent leur position pour s'enrichir davantage par le biais de processus d'approvisionnement ou d'acquisition d'actifs et de propriétés. [69] Banwo estime que ces informations devraient être publiques, car ce qui garantit la transparence, c'est le contrôle du public. [70] Le Nigéria a une longue histoire d'engagement avec le Groupe d'action financière (GAFI) [71] et le Groupe d'action intergouvernemental contre le blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest (GIABA). Cet engagement a comblé certaines des lacunes juridiques et institutionnelles liées à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. [72]

Mais la loi, telle que définie dans la Loi sur les sociétés et les affaires connexes, Cap 59, 1990 (CAMA), ne prévoit pas l'identification systématique des bénéficiaires effectifs, ni l'établissement d'un registre des bénéficiaires effectifs accessible au public. Par exemple, l'article 94 de la CAMA permet à une société ouverte d'exiger qu'un membre de cette société divulgue la capacité en laquelle il détient des actions de la société et s'il les détient autrement en tant que bénéficiaire effectif. L'article 95 traite de la notification d'une propriété substantielle et non bénéficiaire. Ces dispositions reflètent un souci de concentration et de contrôle, plutôt que de transparence et de responsabilité. Ils n'ont pas empêché de faux fronts dans le registre des sociétés tenu par la Commission des affaires corporatives (CAC) [73] et des allégations de grande corruption continuent de faire surface. Par exemple, en 2015, les médias ont rapporté que 15 ex-gouverneurs qui avaient remporté des sièges au Sénat lors des élections du pays avaient détourné et blanchi 172 milliards de nairas. [74] En 2016, les Panama Papers ont révélé que 106 Nigérians et entreprises détenaient des sociétés et des actifs dans des paradis fiscaux offshore. [75]

En mai 2016, le président Buhari a salué l'initiative nigériane pour la transparence des industries extractives (NEITI) et leurs efforts pour mettre en œuvre la divulgation de la propriété réelle dans les industries extractives (la NEITI a publié sa feuille de route à cet égard en décembre 2016, voir engagement 3). [76] et a annoncé qu'une obligation de divulgation serait étendue à d'autres secteurs. [77]

L'engagement 6 concerne trois valeurs de l'OGP (accès à l'information, participation civique et technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité). Un registre des bénéficiaires effectifs conçu selon des normes de données ouvertes, ainsi que la création de règles claires et la diffusion d'informations sur les bénéficiaires effectifs, devraient favoriser l'accès à l'information et à la technologie et l'innovation pour la transparence et la responsabilité. Des consultations et des ateliers solides sur la création du registre favoriseraient la participation civique.

Dans l'ensemble, l'engagement est suffisamment spécifique pour être vérifiable, bien que les jalons 6.1, 6.2 et 6.5 manquent de détails importants. Milestone 6.1 n'indique pas expressément que des consultations auront lieu avec la société civile et le «renforcement des capacités» envisagé par Milestone 6.2 est vague. Le jalon 6.5 ne précise pas comment les informations sur les bénéficiaires effectifs seront diffusées auprès du public, mais cela est important compte tenu de la nature technique des informations. L'étape 6.4 pourrait être plus mesurable en spécifiant la fréquence à laquelle le registre serait mis à jour.

Les parties prenantes de la société civile sont d'avis que l'engagement aura un impact transformateur. [78] Le Nigéria devrait réaliser des réformes en matière de propriété effective grâce au soutien politique du président Buhari, aux côtés des capacités institutionnelles et techniques de la CAC, du Bureau des marchés publics et de la Banque centrale du Nigéria. [79] Cependant, bien que le jalon 6.6 mentionne la nécessité de «règles claires» sur la propriété effective, le fait de ne pas mentionner les réformes législatives, en particulier de la CAMA, réduit l'impact potentiel de l'engagement à «modéré».

Prochaines étapes

Cet engagement couvre un domaine politique critique pour le pays. Les engagements futurs dans ce domaine pourraient comprendre:

  • Un calendrier et une stratégie spécifiques pour la réforme législative; cela est essentiel pour réaliser l'ambition de ce domaine politique. Une analyse claire des lacunes dans le cadre juridique actuel serait utile pour identifier les ajustements nécessaires pour permettre des réformes de la propriété effective au Nigéria;
  • Envisager d'articuler une stratégie pour la coordination et l'engagement des agences publiques, en particulier les agences pertinentes comme la CAC, le BPP et la Banque centrale du Nigéria. Leur implication et leur collaboration sont essentielles pour réaliser la mise en œuvre de cet objectif politique; et
  • Fixer des objectifs concrets pour mettre à jour le registre et promouvoir son utilisation.
[68] Groupe d'action intergouvernemental contre le blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest, Rapport d'évaluation mutuelle: Lutte contre le blanchiment d'argent et lutte contre le financement du terrorisme: Nigéria (7 mai 2008), 9, https://www.giaba.org/media/f/99_giab--rapport-annuel-ang-ok-1-.pdf.
[69] Kolawole Banwo (CISLAC), entretien avec un chercheur de l'IRM, 27 février 2019.
[70] Id.
[71] AG Abubakar (Dir. Compliance, Corporate Affairs Commission), entretien avec un chercheur de l'IRM, 14 novembre 2018
[72] Découvrir l' Ehi Eric Esoimeme, «Le projet de loi nigérian sur le blanchiment d'argent (prévention et interdiction), 2016: une évaluation critique» Journal of Money Blanchiment Control 20 non. 1 (2016).
[73] Abubakar, entretien.
[74] Punch «Des cas de fraude N172bn contre d'anciens gouverneurs devenus sénateurs» (MaDailyGist.ng, 16 mai 2015), https://madailygist.ng/2015/n172bn-fraud-cases-against-ex-governors-turned-senators-a-must-read/.
[75] Nicholas Ibekwe «Papiers #Panama: le Nigéria accepte d'exposer les propriétaires véritables d'entreprises» (Temps Premium 12 mai 2016), https://www.premiumtimesng.com/news/headlines/203324-panamapapers-nigeria-agrees-expose-beneficial-owners-companies.html.
[76] NEITI, Feuille de route sur la mise en œuvre de la divulgation de la propriété réelle au Nigéria (Décembre 2016), https://eiti.org/files/documents/neiti-bor-281216.pdf.
[77] Ibekwe.
[78] Banwo; Edwin Ikhuredia (One Campagin), entretien avec un chercheur de l'IRM, 28 février 2019.
[79] Réseau Africain pour l'Environnement et la Justice Economique «La transparence de la propriété effective est-elle possible au Nigeria?» (11 juil.2017), http://www.aneej.org/beneficial-ownership-transparency-possible-nigeria/.

Résumé du statut de fin de session IRM

6. Créer un registre central public des bénéficiaires effectifs des entreprises

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

«Le Nigéria s'engage à établir un registre qui permettra d'identifier les personnes physiques qui possèdent, contrôlent ou bénéficient directement ou indirectement des avantages de la personne morale.»

Jalons:

6.1 Le CCC doit commencer les consultations, les ateliers et le processus d'établissement du registre de la propriété effective.

6.2 Renforcement des capacités en matière de propriété effective des agents publics, de la société civile et des journalistes d'investigation.

6.3 Établissement d'un registre des bénéficiaires conçu selon des normes de données ouvertes

6.4 Mise à jour régulière du registre à l'aide d'une technologie innovante.

6.5 Diffusion d'informations sur la propriété effective.

6.6 Établir des règles claires sur la propriété effective, constituer un comité de coordination avec la CAC et la NEITI en tant qu'organisations chefs de file.

Évaluation du rapport de conception de l'IRM

Évaluation du rapport de mise en œuvre de l'IRM

●        Vérifiable: Oui

●        Pertinent: Oui

o Accès à l'information, participation civique, technologie et innovation pour la participation et la responsabilité

●        Impact potentiel: Moderate

●        Achèvement: limité

●        At-il ouvert le gouvernement? Marginal

Cet engagement visait à renforcer la participation civique en fournissant des informations sur les bénéficiaires effectifs par le biais d'un registre conçu conformément aux normes de données ouvertes.

La mise en œuvre de cet engagement a été limitée, car une part considérable de ses livrables dépendait de l'élaboration du registre des bénéficiaires effectifs. [69] Le gouvernement n'a pas encore établi le registre des bénéficiaires effectifs pour les personnes morales. Cependant, la Commission des affaires corporatives (CAC) a collaboré avec l'Initiative de transparence des industries extractives du Nigéria et l'Office du cadastre minier pour développer et déployer le registre de propriété effective pour les entreprises du secteur extractif. [70] La création du registre du secteur extractif dans le cadre de l'Engagement XNUMX permet aux citoyens d'accéder à des informations sur les propriétaires d'entreprises qui n'étaient pas disponibles auparavant.

Les jalons liés à la sensibilisation du public, à la formation du gouvernement et à l'établissement de lignes directrices ont été partiellement mis en œuvre. La CAC s'est associée au CSO, Open Ownership, dans le cadre d'un voyage d'étude à la Company House du Royaume-Uni. L'ACC a par la suite remanié son formulaire de déclaration annuelle pour saisir les informations sur les bénéficiaires effectifs. [71] Il est important de noter que le gouvernement a abrogé et remplacé la Loi sur les sociétés et les affaires connexes (CAMA) afin de fournir un soutien juridique à la divulgation des informations sur les bénéficiaires effectifs. L'adoption du projet de loi a été brièvement retardée en raison des préoccupations du Bureau du procureur général de la Fédération. [72] Cependant, les préoccupations ont été abordées et le projet de loi a été soumis de nouveau et signé en 2020, en dehors de la période de mise en œuvre. [73]

Cet engagement a légèrement modifié les pratiques de propriété effective. Le gouvernement du Nigéria a franchi des étapes importantes vers un cadre juridique solide pour soutenir la divulgation de la propriété effective. Cependant, le fait que le registre n'ait pas été créé signifie que les citoyens n'ont pas encore accès aux informations sur les bénéficiaires effectifs. L'adoption de la nouvelle loi CAMA et la poursuite de cet engagement dans le prochain plan d'action permettront au gouvernement de faire des progrès substantiels vers la transparence de la propriété effective au Nigéria.

[69] Daily Trust, «CAC NEITI, Others UnVeil Beneficial Ownership Register», https://dailytrust.com/cac-neiti-others-to-unveil-beneficial-ownership-register.
[70] Initiative pour la transparence des industries extractives du Nigéria, «À propos du registre de propriété effective pour l'industrie extractive» (ITIE, 2019), https://bo.neiti.gov.ng/; PM News, «La NEITI dévoile les propriétaires des actifs pétroliers et miniers du Nigéria» (12 déc.2019), https://www.pmnewsnigeria.com/2019/12/12/neiti-unveils-owners-of-nigerias-oil-mining-assets/.
[71] Alliance ouverte, «Derrière les livres fermés - Une étude de cas de l'engagement de transparence budgétaire de l'OGP au Nigéria» (2019), https://openalliance.ng/resources/documents/.
[72] QueenEsther Iroanusi, «Buhari écrit au Sénat, demande un amendement à la loi CAMA» (Premium Times, 28 nov. 2019), https://www.premiumtimesng.com/news/headlines/365624-buhari-writes-senate-seeks-amendment-of-cama-law.html
[73] NewsDirect, «La CAC appelle le FG à approuver le projet de loi CAMA» (Nigerian News Direct, 10 janvier 2020), http://nigeriannewsdirect.com/cac-calls-on-fg-to-assent-cama-bill/.

Engagements

Open Government Partnership