Ignorer la navigation
Nigéria

Liberté d'association, de réunion et d'expression (NG0027)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action du Nigéria 2019-2022

Cycle du plan d'action : 2019

Statut:

Institutions

Institution chef de file : Commission nationale des droits de l'homme

Institution(s) d'appui : Ministère du budget et de la planification nationale, Assemblée nationale, Ministère de l'information, Commission des affaires corporatives, Service fédéral des recettes intérieures, Unité spéciale de contrôle sur le blanchiment d'argent, Unité nigériane de renseignement financier, Conseil des rapports financiers, Département des services d'État, Police nigériane, armée nigériane, défense civile, Agence nationale d'orientation, Bureau des réformes de la fonction publique (BPSR). Spaces for Change, Media Rights Agenda, Paradigm Initiative, Réseau nigérian d'ONG, Amnesty International, PLAC, CISLAC, CDD, Forum des ONGI, SERAP, NOPRIN, EiE.

Domaines politiques

Espace civique, Ouverture fiscale, La liberté de réunion, Liberté d'association, Liberté d'expression, Droits Humains, Justice, Législation, Police et correction, Participation du public, Taxe estimée

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport sur les résultats du Nigeria 2019-2022, Rapport de conception du Nigéria 2019-2021

Premiers résultats : pas encore de premiers résultats à signaler

prête pour les séismes i

Vérifiable : Oui

Pertinent pour les valeurs OGP : Oui

Ambition (voir définition): Haut

Implémentation i

Achèvement:

Description

Brève description:
Cet engagement garantira que les citoyens et les organisations de citoyens peuvent informer et influencer les politiques et les actions du gouvernement grâce à leur liberté de s'associer, de se réunir et de s'exprimer librement, encourageant ainsi un partenariat constant entre les secteurs public, privé et tiers.

Problème général:
Liberté d'association, de réunion et d'expression tout en étant modérée au Nigéria, les citoyens commencent à assister à une augmentation des attaques contre les journalistes, les blogueurs, les influenceurs en ligne et les défenseurs des droits de l'homme qui expriment leur inquiétude ou dénoncent les manquements du gouvernement ou sont contre les politiques, le non-respect des droits des citoyens aux manifestations et assemblées et propositions sur les cadres / lois / réglementations réglementaires de la société civile susceptibles de créer des obstacles au fonctionnement indépendant et efficace des organisations formelles de la société civile.

Problème OGP spécifique:
1. Faible niveau de voix des citoyens dans le processus d'élaboration des politiques.
2. Faible protection contre l'arrestation indue de citoyens et d'acteurs non étatiques.
3. Faible engagement des citoyens et de la société civile à tous les niveaux de prise de décision gouvernementale.
4. Faible relation société civile-gouvernement.

Justification de l'engagement:
De nombreux engagements de l'OGP bénéficieront d'un espace civique ouvert pour son succès, par exemple l'ouverture des systèmes et des processus gouvernementaux, la lutte contre la corruption et les flux illicites ne peuvent être ressentis à l'échelle du gouvernement sans des citoyens actifs, des médias et des acteurs non étatiques qui peuvent utiliser des données et des informations pour tenir les gouvernements responsables. Les citoyens ne peuvent pas fournir d'informations au gouvernement sur ses politiques et ses programmes lorsque la crainte d'être arrêté, bâillonné et restreint existe quant à sa capacité de s'exprimer librement et ouvertement. Le public ne peut pas exprimer ou discuter librement des questions d'intérêt public lorsqu'il existe des restrictions à sa capacité de se réunir et / ou de protester.

Objectif principal:
Veiller à ce que les citoyens et les organisations de citoyens puissent se réunir, s'associer et exprimer librement leurs opinions sur les politiques et programmes gouvernementaux.

Impact prévu:
L'amélioration de la participation des citoyens et la création d'un environnement propice au plaidoyer, notamment en travaillant collectivement pour un gouvernement ouvert et réactif, garantissent la protection des libertés civiles fondamentales telles que la liberté d'association, de réunion et d'expression.

Voir le plan d'action pour les activités marquantes

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

13. Améliorer l'espace opérationnel de la société civile

Objectif principal

«Faire en sorte que les citoyens et les organisations de citoyens puissent librement se réunir, s'associer et exprimer leurs opinions sur les politiques et programmes gouvernementaux.»

Milestones

  1. Travailler avec des régulateurs tels que CAC, FIRS et SCUML pour enregistrer les OSC, en particulier celles qui travaillent sur les questions de gouvernance et de droits, dans un délai fixé sur des motifs clairs et légitimes.
  2. Plaider pour des garanties adéquates contre la supervision indue des OSC et des médias, telles que les inspections et les recherches aléatoires, les demandes ponctuelles d'informations, les exigences de signalement lourdes ou invasives, etc.
  3. Établir une stratégie pour le développement d'une relation efficace entre les OSC et le gouvernement grâce à l'inclusion et au déblocage en temps opportun d'une ligne de financement dans le budget national
  4. Travailler avec FIRS pour s'assurer que le traitement fiscal et les conditions d'éligibilité des OSC sont clairs dans la loi et la réglementation afin de promouvoir un traitement fiscal cohérent et impartial
  5. Travailler avec la police nigériane et d'autres agences de sécurité pour développer un guide sur les manifestations pacifiques et les rassemblements qui est conforme aux normes juridiques internationales et de l'ACPHR.

Note éditoriale: Pour le texte complet de cet engagement, veuillez consulter le plan d'action du Nigéria à l'adresse https://www.opengovpartnership.org/documents/nigeria-action-plan-2019-2021/

 

Analyse des engagements

Cet engagement vise à favoriser la réalisation du droit à la liberté de réunion, d'association et d'expression. Il comprend cinq étapes pour aider les OSC à s'enregistrer, inclure une ligne de financement budgétaire national pour les OSC et clarifier le traitement fiscal des OSC. L'engagement prévoit également de plaider en faveur de garanties pour protéger les OSC contre une supervision indue, ainsi que d'élaborer un guide sur les manifestations pacifiques en partenariat avec la police et les forces de sécurité. Cet engagement est pertinent pour la valeur OGP de la participation civique, car il vise à améliorer l'environnement opérationnel de la société civile.

S'il est mis en œuvre tel qu'il est écrit, cet engagement pourrait avoir un impact potentiel modéré sur l'élargissement de l'espace civique du Nigéria, que Civicus Monitor qualifie actuellement d '«obstrué». Les jalons en matière d'enregistrement et de financement pourraient apporter des améliorations notables au statu quo. Les améliorations prévues dans le processus d'enregistrement des OSC pourraient aider à combler le déficit d'enregistrement des OSC et réduire le fardeau administratif de l'enregistrement d'une organisation. Le Nigeria Network of ONG (NNNGO) et le Centre africain pour le leadership, la stratégie et le développement (Centre LSD) signalent des défis bureaucratiques à l'enregistrement des OSC, y compris un processus chronophage et des restrictions sur les constitutions et les noms des organisations. Selon l'indice de durabilité des organisations de la société civile 2018, les OSC perçues comme critiques à l'égard du gouvernement ou perçues comme présentant des risques pour la sécurité font face à des difficultés d'enregistrement. Les OSC qui ne s'enregistrent pas ne peuvent pas accéder aux fonds des donateurs, ce qui signifie que rectifier le processus d'enregistrement pourrait également bénéficier au financement des OSC. De même, la clarification prévue du traitement fiscal des OSC pourrait améliorer les opérations des OSC. Selon le Nigeria Network of ONG, le code fiscal du Nigeria est appliqué de manière incohérente aux OSC, avec des écarts substantiels entre les États, contribuant à 53% des OSC signalant un manque de compréhension du système fiscal et à 67% des OSC ne payant pas d'impôts. Le Nigéria n'offre pas de déductions fiscales pour les dons aux OSC, exacerbant les limites du financement local.

Les orientations prévues sur les manifestations pacifiques et le recours à une force minimale pourraient aider à faciliter le dialogue sur la réalisation du droit de réunion et clarifier la conduite attendue de la police. Il y a un besoin de réforme dans ce secteur étant donné l'obstruction du gouvernement aux manifestations contre les autorités. Cependant, le Réseau sur la réforme de la police au Nigéria (NOPRIN) s'attend à un impact limité étant donné que le modus operandi de la police et des agences de sécurité nigérianes est resté relativement inchangé malgré de nombreuses formations précédentes, des changements législatifs et des documents d'orientation.

En outre, cet engagement ne traite pas directement des facteurs critiques menaçant la liberté de réunion et d'expression, tels que le projet de loi sur les manipulations de mensonges sur Internet et autres questions connexes et le projet de loi sur la Commission nationale pour l'interdiction des discours de haine.

Pour s'assurer que cet engagement peut produire des résultats tangibles pour améliorer le processus d'enregistrement des OSC, il sera important que la Commission des droits de l'homme permette aux OSC et aux autres agences concernées de s'entendre sur ce qu'est une approche raisonnable de l'enregistrement des OSC. et quels changements spécifiques doivent être apportés par qui.

  • L'IRM recommande de se concentrer sur la garantie de l'adhésion des institutions publiques responsables à la mise en œuvre de garanties pour la protection de l'espace civique et d'un environnement opérationnel favorable pour les OSC. Il s'agit notamment de changements dans l'enregistrement des OSC, la réforme fiscale et la réforme de la police.
  • En outre, l'IRM recommande de prendre en considération les appels des groupes de la société civile nigériane à retirer le projet de loi sur les manipulations de mensonges sur Internet et autres questions connexes et le projet de loi sur l'interdiction des discours de haine sur Internet, car ces projets de loi menacent l'espace civique en ligne et la liberté d'expression. .
  • Pour améliorer la responsabilité de la police, le NOPRIN recommande d'assurer une représentation légitime des OSC dans le Fonds d'affectation spéciale pour la police, qui soutient la formation de la police, l'achat d'équipement et d'autres questions relatives au personnel de la police.
Oluseyi Babatunde Oyebisi (Nigeria Network of NGO), entretien avec IRM, 6 juillet 2020; Uchenna Arisukwu (Centre africain pour le leadership, la stratégie et le développement), entretien avec IRM, 25 juin 2020.
«Organisation de la société civile 2018. Indice de durabilité. Pour l'Afrique subsaharienne. 10e édition - novembre 2019 », USAID, ICNL, FHI 360, en https://www.fhi360.org/sites/default/files/media/documents/resource-csosi-2018-africa-report.pdf, p.170.
Oluseyi Babatunde Oyebisi (Nigeria Network of NGO), entretien avec IRM, 6 juillet 2020.
Évaluation nationale de l'environnement favorable (EENA), Rapport national: Nigéria, CIVICUS, avril 2015, dans https://www.civicus.org/images/EENA_Nigeria.pdf. P.44 ..
Oluseyi Babatunde Oyebisi (Nigeria Network of NGO), entretien avec IRM, 6 juillet 2020.
«Organisation de la société civile 2018. Indice de durabilité. Pour l'Afrique subsaharienne. 10e édition - novembre 2019, »USAID, ICNL, FHI 360, en https://www.fhi360.org/sites/default/files/media/documents/resource-csosi-2018-africa-report.pdf, p.172.
«Lois sur le droit de réunion pacifique. Nigéria, ”Droit de réunion, en https://www.rightofassembly.info/country/nigeria
Ikule Emmanuel (The Network on Police Reform in Nigeria), entretien avec IRM, 9 juillet 2020.
«Nigeria», International Center for Not-For-Profit Law Civic Freedom Monitor, 5 avril 2020, https://www.icnl.org/resources/civic-freedom-monitor/nigeria; Gabriel Ewepu, «Une OSC appelle au retrait des projets de loi menaçant les droits des citoyens à la liberté et à l'expression numériques», Vanguard, 28 juin 2020, https://www.vanguardngr.com/2020/06/cso-calls-for-withdrawal-of-bills-threatening-citizens-rights-to-digital-freedom-expression/; «Nigeria», ICNL, en https://www.icnl.org/resources/civic-freedom-monitor/nigeria

Résumé du statut de fin de session IRM

Engagement 13. Améliorer l'espace opérationnel de la société civile

Vérifiable: Oui

A-t-il une optique de gouvernement ouvert? Oui

Impact potentiel: Modérés

Achèvement: limité

At-il ouvert le gouvernement? Aucun premier résultat à signaler pour l’instant

Cet engagement visait à garantir que les citoyens et les OSC puissent plus librement se rassembler, s'associer et exprimer leurs points de vue. En réponse aux manifestations #EndSARS, les étapes 6 à 8 ont été ajoutées en 2021 pour améliorer les relations entre les citoyens et la police. En raison de la mise en œuvre limitée de cet engagement, ses activités ont été reportées au troisième plan d'action OGP du Nigéria.

L'engagement révisé visait à abroger et à remplacer la Loi sur la Commission des services de police (étape 6). En juin 2020, le président Buhari a signé la loi de 2020 sur la police, qui vise à renforcer la responsabilité, la transparence et le respect des droits de l’homme dans le maintien de l’ordre. La loi renforce la responsabilité de la police à certains égards et élargit ses pouvoirs à d’autres. Les éléments liés au leadership et aux pouvoirs de la Commission des services de police restent légalement contestés. Un représentant de la Commission des services de police a souligné que la capacité de la commission à s'acquitter de son rôle de surveillance reste limitée en raison du manque de leadership et de ressources civiles.

Les dialogues trimestriels entre la police et les citoyens n’ont pas eu lieu comme prévu dans le plan d’action révisé (étape 7). Cependant, le 22 septembre 2022, un mois après la fin de la période de mise en œuvre, la NOA et le Réseau nigérian des organisations non gouvernementales (NNNGO) ont co-organisé un dialogue citoyen-police dans le but de recueillir les préoccupations des citoyens sur le maintien de l'ordre, renforcer le respect par la police des droits des citoyens en vertu de la loi sur la police et d'autres obligations, et identifier les prochaines étapes. Il y avait 60 participants représentant le gouvernement, la société civile et la police, dont un représentant au nom du ministre de l'OGP, le prince Clem Agba, et une présence virtuelle du directeur général de NOA Garba Abari. NNNGO a noté qu'un mémorandum des résultats des discussions de la réunion serait transmis aux autorités compétentes pour action. La Commission nationale des droits de l'homme (NHRC) du Nigéria a continué de mener des audits dans les commissariats de police et de produire des rapports sur leur statut et les mesures correctives (étape 8). L'IRM n'a trouvé aucune preuve que la NHRC ait élaboré un guide sur les manifestations et rassemblements pacifiques (étape 5). Cette activité a été reportée dans le prochain plan d'action.

L'IRM n'a trouvé que peu de preuves de progrès dans les activités restantes, qui visaient à simplifier et clarifier les réglementations de la société civile, en particulier en ce qui concerne les obligations fiscales et d'enregistrement des OSC. L'IRM n'a trouvé aucune preuve que la Commission des affaires corporatives (CAC) ou un autre organisme gouvernemental ait fourni des directives d'enregistrement des OSC (étape 1). Cependant, l'organisme Agents for Citizen-Driven Transformation (EU-ACT) du British Council a produit un guide pour l'enregistrement des OSC au Nigeria. L'IRM n'a pas non plus trouvé de preuves sur le budget alloué ou la planification pour développer une stratégie de collaboration gouvernement-société civile (étape 3). L'étape 4, qui visait à garantir que le traitement fiscal des OSC soit clair, cohérent et impartial, n'était pas spécifique. Cependant, en 2020, le FIRS a publié en ligne une brochure sur les obligations fiscales des ONG. En 2021, la FIRS a organisé un webinaire en partenariat avec EU-ACT pour clarifier les obligations fiscales des OSC. La société civile soutient que les exigences fiscales restent compliquées et lourdes malgré ces efforts.

Enfin, la NHRC s'est engagée à plaider en faveur d'une supervision gouvernementale excessive des OSC et des médias (étape 2). Cependant, l'IRM n'a trouvé aucune preuve d'activités menées par la NHRC directement liées à cette étape importante. Un représentant du NHRC a déclaré que bon nombre des jalons ne relevaient pas du mandat du NHRC. La loi de 2020 sur les sociétés et les questions connexes, bien qu’elle constitue une étape importante en matière de transparence des entreprises et de facilité de faire des affaires, a suscité l’inquiétude de la société civile et des groupes religieux. La société civile et les organisations religieuses ont fait part de leurs préoccupations concernant l'article 839, qui donne au CAC un large mandat légal pour révoquer les administrateurs et nommer des directeurs intérimaires si cela est dans « l'intérêt public ». Au cours de la période de mise en œuvre, l'observateur de l'espace civique de CIVICUS a déclassé le Nigéria de « obstrué » à « réprimé ». Cette note indique que le travail de plaidoyer de la société civile est régulièrement entravé et que les manifestations pacifiques sont susceptibles de faire l'objet d'une force excessive. CSO Publish What Your Pay a noté que la société civile et les organisations médiatiques travaillant dans les régions riches en pétrole continuent d'être harcelées par les forces de l'ordre étatiques et fédérales.

Journal officiel de la République fédérale du Nigeria, 2020, « Nigeria Police Act 2020 », 21 septembre 2020, https://placbillstrack.org/upload/Police%20Act,%202020.pdf.
Ifeoluwa Adediran, « Pouvoir de la police : nouvelle loi sur la police, mêmes agents », Prime Times Nigéria, 19 décembre 2020, https://www.premiumtimesng.com/news/more-news/432118-police-power-new-police-act-same-officers.html; "La Commission des services de police du Nigéria nie soutenir la prolongation du mandat d'IG. Arise News, 24 January 2023, https://www.arise.tv/nigerias-police-service-commission-denies-backing-igs-tenure-elongation/.
Rapport sur le dialogue police-citoyens. Hôtel Denis, Wuse II, Abuja. 22 septembre 2022. Document partagé avec l'IRM par l'Agence Nationale d'Orientation.
Rapport sur le dialogue police-citoyens. Hôtel Denis, Wuse II, Abuja. 22 septembre 2022. Document partagé avec l'IRM par l'Agence Nationale d'Orientation.
« Publications », site Web de la Commission nationale des droits de l'homme, consulté le 10 mai 2023, https://www.nigeriarights.gov.ng/publications/more.html?start=4.
La Commission nationale des droits de l'homme n'a pas répondu à une demande d'entretien ou d'enquête du MII sur l'achèvement des activités au titre de cet engagement envoyée par courrier électronique.
Agents d'une transformation axée sur les citoyens, Création de l'entité juridique et élaboration d'une constitution dans une OSC au Nigeria, consulté le 10 mai 2023, https://www.justice-security.ng/sites/default/files/act_toolkit_establishing_legal_entity_and_constitution.pdf.
Service fédéral des impôts, « Obligations fiscales des organisations non gouvernementales (ONG) », novembre 2020, https://firs.gov.ng/wp-content/uploads/2020/11/Guide-for-NGOs.pdf.
Kabir Yusuf, « L'UE s'associe au FIRS pour sensibiliser les OSC aux responsabilités et à la conformité fiscales » Temps PremiumNigéria, 17 September 2021, https://www.premiumtimesng.com/news/more-news/485376-eu-partners-firs-to-sensitise-csos-on-tax-responsibilities-compliance.html?tztc=1.
Gabriel Ewepu, « Les OSC réagissent et veulent que le FIRS reconsidère sa décision sur une nouvelle campagne fiscale », avant-garde, 19 September 2021, https://www.vanguardngr.com/2021/09/csos-react-want-firs-to-reconsider-move-on-new-tax-drive/; Michael Olugbode, « EU-ACT et CAC expriment leurs inquiétudes concernant le faible respect par les OSC du Nigeria des lois en vigueur » Ce jour en direct, 20 January 2023, https://www.thisdaylive.com/index.php/2023/01/20/eu-act-cac-express-concern-over-low-compliance-by-csos-in-nigeria-to-extant-laws/.
Commission nationale des droits de l'homme du Nigéria. Réponse par courrier électronique à l'enquête IRM. 9 mars 2023.
Centre de défense politique et juridique (PLAC), « Analyse de la réglementation des organisations à but non lucratif, enregistrées en tant que fiduciaires incorporés dans la « Partie F » de la nouvelle CAMA », septembre 2020, https://placng.org/i/wp-content/uploads/2020/09/CAMA-Analysis.pdf.
« Nigeria », site Web de suivi national de CIVICUS, consulté le 10 mai 2023, https://monitor.civicus.org/country/nigeria/.
Otitolaye, entretien.

Engagements

Open Government Partnership