Ignorer la navigation
Macédoine du Nord

Accès à la justice pour les victimes de violence domestique (MK0163)

Tour d'Horizon

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action de Macédoine du Nord 2021-2023

Cycle du plan d'action : 2021

Statut:

Institutions

Institution chef de file : MoJ - Secteur de la justice (tribunaux et parquets), MLSP (Centres de travail social, Bureau du travail social), MoI (Secteur de l'analyse, Police)

Institution(s) d'appui : Ministères/Agences MISA OSC, secteur privé, groupes multilatéraux et groupes de travail Association pour l'émancipation, la solidarité et l'égalité des femmes - ESE

Domaines politiques

Accès à la justice, Renforcement des capacités, Sexe, La violence sexiste, Inclusion, Judiciaire, Justice, Objectifs de développement durable, Jeunes

Revue IRM

Rapport IRM: Examen du plan d'action de la Macédoine du Nord 2021-2023

Premiers résultats : examen du MII en attente

Conception i

Vérifiable : Oui

Pertinent pour les valeurs OGP : Oui

Ambition (voir définition): Pas de données

Implémentation i

Achèvement : en attente d'examen par le MII

Description

Quel problème public est abordé par l'engagement ? Manque de transparence et de responsabilité parmi les institutions compétentes impliquées dans le système de protection contre la violence sexiste à l'égard des femmes et la violence domestique, ce qui contribue à une protection inefficace des femmes qui ont subi des violences domestiques pendant une plus longue période. L'absence de tenue de registres séparés et adéquats sur la violence sexiste à l'égard des femmes et la violence domestique est un problème systémique qui empêche le suivi de l'état actuel des choses, la détection des tendances et la planification adéquate des lois et des politiques de prévention et de protection des femmes qui ont souffert la violence domestique. Cela empêche l'identification des problèmes spécifiques rencontrés par les femmes victimes de violence domestique en matière d'accès à la justice, ce qui entraîne l'adoption et la mise en œuvre de lois et de politiques qui n'assurent pas une protection efficace contre la violence domestique. Alors que la violence domestique est réglementée par la loi adoptée en 2004 et que les institutions compétentes sont légalement tenues de tenir des registres séparés sur les cas de violence domestique, dans la pratique, il n'existe pas de registres séparés ni d'informations publiques sur l'état des affaires concernant la violence domestique. Le chapitre IV, article 28 de la loi sur la prévention et la protection contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique stipule l'obligation d'établir des dossiers séparés sur la violence sexiste à l'égard des femmes et la violence domestique par les ministères, institutions et LSGU concernés. En outre, la loi prévoit une obligation pour le MLSP de préciser la forme et le contenu du modèle de collecte de données auprès des institutions compétentes, en accord avec le ministre de l'intérieur, le ministre de la justice et le ministre de la santé. Malgré ces obligations légales, la pratique montre l'absence d'un système adéquat de collecte de données et de publication régulière de données par les institutions susmentionnées. Les tribunaux et les parquets ne tiennent pas de dossiers séparés sur les affaires civiles et pénales liées à la violence sexiste à l'égard des femmes et à la violence domestique dans le cadre du système existant (ACMIS) et ne s'engagent pas dans la publication régulière des données et des mesures prises par les juges. Différentes pratiques sont en place pour la tenue des dossiers dans les tribunaux en ce qui concerne les procédures civiles pour l'octroi de mesures de protection temporaires. En vertu de l'ACMIS, l'attribution des affaires de violence domestique à un juge particulier ne permet pas à celui-ci d'être informé des autres procédures judiciaires menées pour la même affaire (ce qui est nécessaire pour l'adoption d'un verdict adéquat). Dans le même temps, il n'est pas possible de consulter les verdicts des tribunaux dans les affaires de violence domestique sur le portail judiciaire (sud.mk). La nouvelle loi5 ne prévoit pas d'obligation pour les tribunaux et les parquets de tenir des dossiers séparés sur la violence sexiste à l'égard des femmes et la violence domestique, ce qui pourrait être facilité par un modèle préalablement conçu, élaboré et approuvé par le ministère de la Justice. Le Ministère de l'intérieur ne publie pas de données sur les cas de violence domestique enregistrés en tant qu'actes criminels, plaintes et délits. Il est important de noter qu'il y a 10 ans, le Ministère de l'intérieur avait pour pratique positive de publier des données trimestrielles sur la violence domestique au niveau des secteurs des affaires intérieures. De plus, il n'existe pas de registre des auteurs de violence domestique qui informerait le personnel expert des institutions compétentes pour intervenir dans les cas de violence sexiste à l'égard des femmes et de violence domestique. Les SWC n'ont pas de système adéquat pour la collecte et la publication des données. Le site Web du MLSP ne fournit que des informations sur les cas signalés au cours des mois de mai et juin 2020, mais ceux-ci sont plutôt généraux et ne permettent pas un aperçu plus détaillé de la situation en matière de violence domestique dans l'État et des mesures prises par les SWC pour protéger femmes qui ont subi des violences conjugales. Par ailleurs, les derniers rapports sur la performance des centres d'action sociale publiés par le Bureau d'action sociale concernent l'année 2015. Même le Bureau a établi que les SWC ne tiennent pas de dossiers adéquats sur les cas de violence domestique, c'est-à-dire il y a une divergence entre les données obtenues à partir de la base de données LIRIKUS et les données recueillies par les questionnaires distribués aux SWC. 5 Articles 29 et 30 de la loi sur la prévention et la protection contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (Journal officiel no. 08-524/1 du 27.01.2021) 93 En outre, le public n'a pas accès aux informations sur les mesures temporaires émises et appliquées pour la protection contre la violence domestique, qui sert de mécanisme de prévention qui affecte directement la diminution du taux de violence domestique dans la société .

Objectif principal de l'engagement L'objectif principal de l'engagement est d'établir des dossiers séparés sur les cas de violence domestique par les ministères compétents et les institutions impliquées dans le système de protection. Outre l'amélioration de la transparence et de la responsabilisation des institutions, cet engagement contribuera également à un meilleur accès à la justice pour les femmes victimes de violences domestiques, sachant qu'une collecte continue de données unifiées permettrait d'établir les besoins juridiques spécifiques des victimes, c'est-à-dire servirait de référence pour la planification, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation futurs des politiques, des lois et des pratiques. À cet égard, il est important de noter que les propositions visant à améliorer le système de collecte et de publication des données sur la violence domestique sont élaborées sur la base des expériences pertinentes des femmes qui ont subi des violences domestiques, ainsi que des expériences des praticiens des institutions compétentes. Vous trouverez ci-dessous l'élaboration des activités et des résultats attendus. 1. Le système ACMIS des tribunaux est amélioré avec l'introduction de dossiers séparés sur les cas de violence domestique avec des données ventilées sur les victimes de violence domestique aux fins de : • publication régulière de données sur le nombre et le type de cas, données sur les victimes par région (urbaine/rurale) ), communauté ethnique; • informer les juges des différentes décisions judiciaires relatives à la même affaire de violence domestique qui ont été ou sont encore portées devant le tribunal compétent (par exemple, le juge agissant dans une procédure civile pour l'octroi de mesures de protection temporaires devrait recevoir des informations sur l'ouverture parallèle de procédures pénales dans le même cas); • attribuer toutes les procédures civiles liées à la violence domestique au même juge, par exemple, les procédures de divorce de mariage, les droits de garde sur les enfants et la délivrance de mesures de protection temporaires ; • publication régulière des verdicts pénaux et civils sur la protection contre la violence domestique et introduction d'une fonction de navigation par mot-clé « violence domestique » ; • publication régulière de données accessibles au public sur le nombre et le type de requêtes en exonération du paiement des frais de justice et des taxes, le nombre et le type de requêtes approuvées, le montant des frais de justice et des taxes exonérés ; 2. Ouverture accrue du tribunal par la nomination d'un juge de garde (et d'un sténographe) pour l'émission de mesures de protection temporaires pendant les week-ends et les jours fériés. 94 3. Promotion d'un système de collecte de données sur la violence domestique dans les CES et la police, avec des statistiques ventilées sur les victimes et la publication régulière d'informations accessibles au public sur la violence domestique. 4. Le Ministère de l'intérieur devrait revoir et améliorer les modèles existants (infractions pénales, délits et plaintes) afin de collecter des données plus détaillées sur la violence domestique concernant : le nombre d'infractions pénales, de délits et de plaintes ; informations de base sur les victimes (lieu de résidence urbain/rural ; niveau d'instruction ; statut professionnel ; communauté ethnique) ; des informations de base sur les auteurs de violence domestique, afin d'introduire des dossiers séparés et de publier des données sur les tendances en ce qui concerne les requêtes pour des accusations pénales liées à des « lésions corporelles » de l'article 130, paragraphe 2 du Code pénal qui ont été retirées et soumises à nouveau. Introduire également une tenue de registres séparée et publier des données sur le nombre de mesures de protection urgentes prises par la police et liées à « l'éloignement des auteurs violents du domicile et la délivrance d'ordonnances d'éloignement ». • mettre en place un registre des auteurs de violence domestique afin d'informer les experts des institutions qui interviennent dans les affaires de violence domestique ; • publication trimestrielle de données par les SWC sur les cas de violence domestique avec des données ventilées sur les victimes, le nombre et le type de mesures par région (urbaine/rurale) et communauté ethnique ; • Les SWC doivent introduire des dossiers séparés sur les cas qui nécessitent l'émission de mesures de protection temporaires et publier régulièrement des données sur le nombre de ces cas, le nombre de requêtes déposées devant le tribunal et de mesures temporaires émises, pour publier des documents confirmant que des mesures temporaires sont en place pour victimes de pouvoir déposer elles-mêmes des requêtes devant le tribunal. 5.

Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public? L'établissement de dossiers séparés sur les cas de violence domestique dans toutes les institutions compétentes contribuera directement à accroître la transparence et la responsabilité des institutions. Le système mis en place pour la collecte de données permettra un suivi régulier de l'état des lieux, une gestion adéquate des besoins des victimes et une planification fondée sur des preuves des politiques et des lois de l'État.

En quoi l'engagement est-il pertinent pour les valeurs OGP ? L'ENGAGEMENT EST IMPORTANT POUR LA TRANSPARENCE parce qu'il permet d'accéder à des informations nouvelles et plus nombreuses, améliore la qualité de l'information, améliore l'accès à l'information publique, c'est-à-dire facilite le droit à l'information. L'ENGAGEMENT EST IMPORTANT POUR LA PARTICIPATION CIVILE car il améliore les possibilités et les conditions de participation et d'impact du public dans la prise de décision, crée ou améliore l'environnement propice à la société civile. L'ENGAGEMENT EST IMPORTANT POUR LA RESPONSABILITÉ PUBLIQUE parce qu'il crée ou améliore les règles, réglementations et mécanismes de responsabilité pour les agents publics.

Informations supplémentaires Budget requis/garanti pour la mise en œuvre de l'engagement Il est important de noter que la mise en œuvre de l'engagement proposé ne nécessite pas de fonds budgétaires. À savoir, les mises à niveau du système existant de collecte de données dans les SWC (activités 1, 3 et 4) nécessitent le lancement de processus internes dans les ministères compétents, c'est-à-dire la définition de modèles et leur utilisation dans la pratique. La mise en œuvre de l'activité 2, c'est-à-dire la nomination d'un juge de service pour prendre des mesures dans les affaires de violence domestique pendant les week-ends et les jours fériés, est déjà une pratique établie dans un certain nombre de tribunaux de base et la même chose devrait être reproduite par d'autres tribunaux. Lien avec d'autres programmes gouvernementaux, plan de développement national ou autres plans sectoriels/locaux L'engagement est pleinement aligné sur les stratégies et programmes nationaux qui régissent l'égalité des sexes aux niveaux international et régional. Il est également aligné sur le plan d'action pour la mise en œuvre de la Convention ratifiée du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (Convention d'Istanbul). Lien avec les Objectifs de développement durable des Nations Unies ODD16 : Paix, justice et institutions solides Cible ODD 16.3 : Promouvoir l'état de droit aux niveaux national et international et assurer l'égalité d'accès à la justice pour tous Lien avec la Stratégie anticorruption, les Objectifs de développement durable des Nations Unies, etc. des registres séparés et la publication régulière de données sur la violence domestique contribuent directement à la mise en œuvre de la cible 16.3 des ODD : promouvoir l'état de droit et l'égalité d'accès à la justice pour tous. En particulier, la mise en œuvre de cet objectif de développement durable dans l'État nécessite des données régulières sur la situation des catégories vulnérables de citoyens, y compris les femmes victimes de violence domestique. Ces données devraient servir de référence pour l'élaboration d'un plan national de mise en œuvre de l'ODD16.3., c'est-à-dire un plan de promotion de l'accès à la justice pour les groupes de citoyens vulnérables. Au cours des dernières années, l'Association ESE et Coalition Margins, avec le soutien de la Fondation Open Society - Macédoine (FOSM), ont travaillé à l'accélération du processus de mise en œuvre de l'ODD 16.3 par le gouvernement. À cet égard, les efforts de plaidoyer visent à établir un système de collecte de données sur la situation des groupes de citoyens vulnérables.

No. Indicateurs d'étape Titulaire de l'activité Date de début Date de fin 4.3.1 Organiser des réunions de travail pour compléter les règles de procédures judiciaires par le ministère de la Justice 1. Nombre d'ajouts au règlement de procédure des tribunaux 2. Nombre d'ajouts à ACMIS MoJ Octobre 2021 Décembre 2021 96 4.3.2 Dossiers séparés et publication trimestrielle de données sur les affaires de violence domestique 1. Nombre d'affaires pénales et civiles 2. Nombre et type de décisions de justice Ministère de la justice/Tribunaux de base Juin 2022 Août 2023 4.3.3 Nomination des juges de service dans tous les tribunaux de base 1. Nombre de juges en fonction nommés Tribunaux de base Octobre 2021 Décembre 2022 4.3.4 Mise en place du groupe de travail et organisation des réunions de travail pour revoir et amender les modèles pertinents (infractions pénales, délits et plaintes) utilisés pour la collecte des données par la police 1. Nombre de modèles révisés pour la collecte de données sur la violence domestique utilisés par la police Ministère de l'intérieur (secteur de l'analyse) Octobre 2021 Mars 2022 Code criminel) déposée et retirée; Enregistrements séparés et publication de données sur la mesure de protection « éloignement de l'auteur du domicile et ordonnance d'éloignement » délivrés et appliqués 4.3.5. Nombre d'infractions pénales, de délits et de plaintes 2. Nombre de requêtes pour infraction pénale – lésions corporelles (Art.130, al.2 du Code pénal) publiées 3. Nombre de mesures de protection urgentes émises et appliquées « éloignement de l'auteur du domicile et ordonnances restrictives » MdI (Secteur de l'analyse) juin 2022 août 2023 97 4.3.6 Organisation de réunions de travail et coordination avec le MdI, le MJ et le MdS pour le développement de la collecte de données modèle et rapports trimestriels sur la violence domestique par les SWC, y compris des informations détaillées sur le nombre de cas où des mesures de protection temporaires étaient nécessaires, proposées, modifiées, révoquées ou prolongées 1.Nombre de réunions de travail tenues pour l'élaboration du modèle 2. Nombre de parties prenantes impliquées dans le processus d'élaboration du modèle de collecte de données MLSP (Bureau du travail social) Octobre 2021 Mars 2022 modification ou révocation des mesures de protection temporaire 4.3.7. Nombre de cas de violence domestique signalés 2. Nombre de cas qui comprenaient l'émission, la modification ou la révocation de mesures de protection temporaire MLSP, SWC (Bureau of Social Work) Octobre 2021 Août 2023 4.3.8 Adoption de lignes directrices sur la publication régulière obligatoire de données sur la violence domestique par la police et les SWC 1. Nombre de réunions tenues et directives sur le signalement régulier des cas de violence domestique adoptées 2. Nombre d'experts impliqués dans le processus d'adoption des lignes directrices MoI (Sector for Analytics) MLSP (Bureau of Social Work) Mars 2022 Mai 2022 4.3.9 Création d'un système électronique de collecte et d'échange de données entre les SWC, les tribunaux, la police et les établissements de santé en ce qui concerne les mesures de protection temporaire 1. Nombre d'essais 2. Nombre de modifications techniques et d'ajouts 3.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

Examen du plan d'action


Engagement 4.3 : Accès à la justice pour les femmes victimes de violence domestique

● Vérifiable : Oui

● A-t-il une optique de gouvernement ouvert ? Oui

● Potentiel de résultats : Substantiel

[Ministère de la justice, Ministère du travail et de la politique sociale, Ministère de l'intérieur, Association des tribunaux de première instance pour l'émancipation, la solidarité et l'égalité des femmes, Centres d'aide sociale]

Pour une description complète de l'engagement, voir Engagement 4.3 dans le plan d'action ici.

Contexte et objectifs:

Cet engagement améliore l'accès à la justice pour les femmes victimes de violence domestique. Il y parviendra principalement en améliorant les pratiques de collecte et de publication des données des institutions publiques (ministères, tribunaux et parquet) et de la police sur les cas et les victimes de violence domestique. Le ministère de la Justice (MoJ) adoptera des règlements prescrits par la loi et introduira des dossiers séparés sur les cas de violence domestique avec des données désagrégées sur les victimes de violence domestique devant les tribunaux et le ministère public, et les tribunaux et les procureurs recueilleront et établiront les données accessibles au public. Cela impliquera de publier des données sur le nombre et le type de cas, des données sur les victimes par région et par communauté ethnique. Les tribunaux et le ministère public publieront également les verdicts pénaux et civils sur la protection contre la violence domestique et publieront des données sur les demandes d'exonération du paiement des frais de justice et des taxes, les demandes approuvées, le montant des frais de justice et les taxes exonérées. Les centres de protection sociale (CSW) introduiront des dossiers séparés sur les cas nécessitant l'émission de mesures de protection temporaires et publieront des données sur ces cas.

Le ministère de l'Intérieur (MoI) examinera les modèles existants utilisés pour la collecte de données par la police (infractions pénales, délits et plaintes) et élargira la portée des données collectées. Le Ministère de l'intérieur introduira également des dossiers séparés sur les requêtes pour l'infraction pénale de « lésions corporelles » et introduira des dossiers séparés sur les mesures de protection qui sont émises et appliquées. Le ministère du Travail et de la Politique sociale (MLSP) créera un système électronique de collecte et d'échange de données entre les CTS, les tribunaux, la police et les établissements de santé concernant les mesures de protection temporaire. Le MLSP et le ministère de l'Intérieur adopteront des lignes directrices sur la publication régulière obligatoire de données sur la violence domestique par la police et les SWC. Enfin, les tribunaux nommeront des juges pour émettre des mesures de protection temporaires pendant les week-ends et les jours fériés.

Actuellement, les données sur les cas de violence domestique ne sont pas disponibles dans un format unifié ni publiées régulièrement, même si certaines institutions conservent les informations en interne. Bien que les tribunaux recueillent des données, il n'y a pas de pratique systématique dans la collecte de preuves de violence familiale et il n'existe aucun dossier pour de tels cas. Il est donc difficile pour les tribunaux de rechercher des informations sur ces affaires. Les informations publiques issues de cet engagement comprendront le sexe, l'âge, l'éducation, la nationalité, l'emploi, le lieu de résidence (ville ou village) et la relation avec le délinquant. Chaque institution recueillera des données en fonction du type de travail qu'elle effectue. Par exemple, les tribunaux recueilleront des données sur le nombre d'affaires, les verdicts et les mesures de protection temporaires en ajoutant des notes supplémentaires indiquant les cas de violence domestique. Les données de toutes les institutions seront mises à jour tous les trimestres.

Conformément à la loi sur la prévention et la protection contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, le MLSP prendra en charge les données pertinentes des institutions impliquées dans la protection des victimes de violence domestique en utilisant la plate-forme nationale d'interopérabilité – l'autoroute de l'information macédonienne – pour l'analyse et le traitement statistique. Les tribunaux et les organes de poursuite sont chargés de tenir des dossiers séparés sur les cas de violence sexiste à l'égard des femmes et les victimes de violence domestique.

L'engagement a été proposé par ESE. Bien qu'il y ait eu des discussions actives avec le MoI, le MoJ et le MLSP sur sa portée, l'engagement a été accepté dans le plan d'action tel que proposé. L'engagement est pertinent pour la valeur OGP de transparence, car il améliorera les pratiques de publication de données du gouvernement liées aux cas de violence domestique. Les jalons sont vérifiables et l'engagement fournit des détails sur les données qui seront publiées.

Potentiel de résultats: Substantiel

Cet engagement fournira aux institutions publiques et au secteur de la justice une image plus complète des procédures juridiques et administratives que les victimes utilisent lorsqu'elles demandent une protection. La synchronisation complète des données aidera les institutions publiques, les tribunaux et la police à identifier les tendances et à améliorer la manière dont ils traitent ces affaires et dont ils offrent une protection juridique aux victimes. Ainsi, cet engagement permettra aux tribunaux de mieux comprendre s'il existe plusieurs affaires en cours pour les victimes de violence domestique (criminelles et civiles). Les tribunaux échangeront des informations au sein du système et sauront s'il y a plusieurs cas pour la même victime, comme une affaire pénale contre l'auteur, une affaire de divorce, une affaire d'ordonnance restrictive ou une affaire de garde. Cela peut considérablement améliorer le traitement des dossiers. Par exemple, si une ordonnance restrictive est demandée et que le tribunal constate qu'il y a une affaire pénale en cours impliquant les mêmes parties, le tribunal peut émettre l'ordonnance plus rapidement. Les données aideront également la police à surveiller les cas où la victime retire ses accusations et, en fin de compte, à réduire l'écart entre le nombre de cas initiés et le nombre de cas terminés. En outre, l'identification des problèmes spécifiques rencontrés par les victimes en matière d'accès à la justice pourrait déboucher sur des politiques qui garantissent une meilleure protection efficace contre la violence domestique.

Jusqu'à présent, il y avait peu d'informations sur l'efficacité globale des mesures juridiques existantes en Macédoine du Nord concernant les cas de violence domestique. La société civile aura, pour la première fois, accès à des informations plus complètes et actualisées sur la nature des affaires, la démographie des victimes et les mesures préventives prises par les institutions publiques et le secteur de la justice. Cela permettra à la société civile de mieux suivre les actions entreprises par toutes les institutions impliquées et de mieux comprendre les défis auxquels sont confrontées les victimes de violence domestique dans la recherche d'une protection juridique. Pour les SWC, un système de données systématisé aidera à émettre des mesures de protection temporaires plus efficacement et à contrôler plus efficacement l'exécution de ces mesures dans la pratique. Enfin, une meilleure tenue des dossiers et une meilleure collecte des données par le MLSP, les tribunaux, le ministère public et la police pourraient faciliter un traitement plus rapide et plus efficace des affaires et, en fin de compte, protéger les victimes contre d'autres préjudices. Ainsi, cet engagement profite également aux victimes de violence domestique.

D'autres activités relevant de cet engagement pourraient également être importantes. Alors que certains tribunaux ont des juges en service, cela est volontaire; il est nécessaire que cela devienne une exigence officielle pour chaque tribunal. La présence d'un juge de permanence pour les affaires de violence domestique dans chaque tribunal (y compris le soir et le week-end) offrira une protection plus rapide et plus efficace aux victimes. La police établira le registre des auteurs de violence domestique, car le but est que les institutions et les tribunaux l'utilisent pour prendre des décisions afin de protéger les victimes plus rapidement et à travers différentes procédures judiciaires.

Opportunités, défis et recommandations pendant la mise en œuvre

Un représentant d'ESE est convaincu que cet engagement sera mis en œuvre avec succès, à condition que le financement soit suffisant. Le soutien de la société civile pendant la mise en œuvre sera important pour garantir des résultats solides. Le groupe de travail prévu pour développer des modèles de rapport sera composé de représentants du MoJ (coordinateur), du MoI, du MLSP et de l'ESE, et d'autres OSC seront consultées pendant la mise en œuvre. Il est possible d'améliorer l'équilibre des membres, car il peut y avoir trop de membres du MLSP, ce qui peut affecter la productivité du groupe. Il peut également y avoir d'autres défis, notamment en ce qui concerne le manque d'éducation de la police, des SWC, des tribunaux, du ministère public et des autres institutions concernées. ESE travaillera avec ces institutions à travers des formations et des ateliers.

Cet engagement aborde un sujet important à l'intersection du genre et de la justice, un sujet rarement vu dans les plans d'action du PGO, mais qui est devenu encore plus saillant pendant la pandémie de COVID-19. Néanmoins, un défi clé, une meilleure gestion des données, n'est qu'un premier pas vers l'accès à la justice pour les victimes. Cela nécessite que les parties prenantes conçoivent de manière proactive des mécanismes de justice d'une manière qui atteigne et fonctionne pour les victimes et leur situation. Il est également important de veiller à ce que les données recueillies soient utilisées pour déterminer les services de justice nécessaires aux victimes de violence domestique. Ces approches centrées sur les personnes dans la conception des services de justice ont un impact sur l'ouverture du gouvernement.

Le MII recommande les prochaines étapes suivantes :

Formaliser le travail des acteurs autour de la collecte et de la synchronisation des données. La prochaine étape de cet engagement consiste à collecter les données pertinentes et à échanger des informations entre les institutions. Cet engagement nécessitera une coordination et une communication étroites entre les ministères, les tribunaux, le ministère public, la police, les SWC et les OSC autour de la collecte de données et des rapports trimestriels. Ainsi, il peut être avantageux pour ces parties prenantes de formaliser leur travail et d'établir un comité unique qui supervisera la mise en œuvre de l'engagement. Par exemple, dans le plan d'action 2018-2020 de l'Uruguay, le gouvernement et la société civile ont créé un observatoire pour documenter la manière dont les ressources publiques sont utilisées contre la violence sexiste et rationaliser les normes pour les agences qui travaillent dans ce domaine.

Mettre en œuvre des normes élevées pour la gestion des données, y compris la résolution des problèmes potentiels de confidentialité des données. Des normes élevées de gestion de ces données sont nécessaires et la protection de la vie privée des individus est une préoccupation majeure. Des protocoles doivent être en place pour protéger la vie privée des victimes et de ceux qui signalent des cas afin qu'aucune information ne puisse révéler l'identité des personnes impliquées. Tout le personnel manipulant ces données doit être correctement formé à ces protocoles. Enfin, les parties prenantes pourraient coordonner leurs efforts avec celles impliquées dans l'Engagement 3.6 (traite des êtres humains). Il peut y avoir un chevauchement entre les affaires de violence domestique et de traite des êtres humains, en particulier en ce qui concerne les enfants victimes, ce qui pourrait aider les autorités à enquêter à leur sujet.

Aller au-delà de la transparence et de la gestion des données en améliorant l'accès des victimes aux mécanismes de justice. Bien que la transparence et la gestion des cas de violence domestique soient essentielles, la Macédoine du Nord pourrait intégrer des mécanismes pour améliorer la responsabilité publique dans ces cas. À titre d'exemple, la Serbie crée une plate-forme dans son plan d'action 2020-2022 permettant aux individus de signaler la violence domestique impliquant des enfants, que les autorités sont tenues de traiter et de rendre compte de leurs progrès. En outre, pendant la mise en œuvre, les parties prenantes pourraient se joindre aux groupes de femmes, aux groupes de justice et aux acteurs gouvernementaux concernés pour examiner les performances du secteur de la justice dans les affaires de violence domestique (telles que le taux de poursuites et les affaires non résolues).

Envisagez de recourir à des tribunaux spécialisés et à des unités de police pour poursuivre la violence domestique. La violence domestique implique souvent une intersectionnalité avec le sexe, l'âge, le handicap, le lieu, le revenu et le statut de minorité. Cela peut devenir un désavantage cumulatif dans l'accès à la justice. Par exemple, les femmes handicapées et issues de la communauté rom pourraient avoir moins accès aux services sociaux et aux systèmes de soutien qu'une personne qui est singulièrement une femme, handicapée ou rom.

Développer et encourager des processus alternatifs pour résoudre les cas de violence domestique plus rapidement et équitablement. Même lorsqu'il existe des tribunaux spécialisés, l'accès peut être difficile ou indésirable pour les victimes soit en raison du coût (si elles comptent sur leur partenaire pour un soutien financier), soit par crainte de représailles, soit par crainte de retards. La Macédoine du Nord pourrait envisager d'adopter des mécanismes de justice alternatifs tels que des programmes parajuridiques communautaires ou des mécanismes de règlement des différends pour résoudre les cas de violence domestique. À titre d'exemple, l'Argentine a créé le Corps des avocats des victimes de violence sexiste pour promouvoir de meilleures réponses au niveau national. Il offre un accès rapide à des conseils et à un soutien juridiques gratuits et de qualité, et met les victimes en contact avec un groupe d'avocats spécialisés, sensibles au genre et bien informés. Le Corps est un effort conjoint du gouvernement, des associations professionnelles et de la société civile. Dans son plan d'action 2014-2016, l'Irlande s'est engagée à encourager les modes alternatifs de résolution des conflits pour accélérer le processus de résolution des problèmes juridiques. En outre, l'unité de soutien d'OGP peut mettre en relation les parties prenantes de la Macédoine du Nord avec des organisations telles que l'Organisation internationale de droit du développement pour discuter d'autres exemples de mécanismes de résolution alternatifs.

Découvrez l'impact de la pandémie de COVID-19 et d'autres phénomènes sociaux sur la violence domestique. Certains phénomènes et événements sociaux (tels que les événements sportifs) peuvent augmenter la violence domestique. La demande mondiale d'assistance judiciaire par les victimes de violence domestique a augmenté pendant la pandémie de COVID-19. La société civile et les SWC de Macédoine du Nord pourraient utiliser les données de cet engagement pour enquêter sur l'impact des événements sociaux sur la violence domestique et les recours qui en ont découlé. La Macédoine du Nord pourrait également explorer les moyens d'atteindre les victimes pendant les pandémies. En Croatie, le ministère de l'Intérieur et le Centre de protection de l'enfance et de la jeunesse de Zagreb ont lancé une campagne pour encourager le signalement du nombre croissant de cas de violence domestique pendant la pandémie.

Stojan Misev (ESE), entretien avec l'IRM, 3 mars 2022.
Ibid.
Gouvernement de Macédoine du Nord, loi n° 08-524/1, Journal officiel de la République de Macédoine du Nord, n° 21, (29 janvier 2021).
Misev, entretien.
Ibid.
Ibid.
Ibid.
Ibid.
OGP, "Uruguay : Données ouvertes sur la violence sexiste (UY0103)" (2018), https://www.opengovpartnership.org/members/uruguay/commitments/UY0103/.
OGP, «Serbie: développer un système électronique de signalement de la violence à l'égard des enfants (RS0049)» (2020), https://www.opengovpartnership.org/members/serbia/commitments/RS0049/.
Le Groupe de haut niveau sur la justice pour les femmes, Rapport du Groupe de haut niveau sur la justice pour les femmes (ONU Femmes, OIDD, Banque mondiale et Groupe de travail sur la justice, mars 2019), 58, https://www.justice.sdg16.plus/_files/ugd/6c192f_b931d73c685f47808922b29c241394f6.pdf
OGP, « Irlande : Améliorer l'accès à la justice : Réduire les coûts (IE0033) » (2016), https://www.opengovpartnership.org/members/ireland/commitments/IE0033/.
FNUAP et al., Impact de la pandémie de COVID-19 sur la planification familiale et mettre fin à la violence sexiste, aux mutilations génitales féminines et au mariage des enfants (Avril 2020), https://www.unfpa.org/resources/impact-covid-19-pandemic-family-planning-and-ending-gender-based-violence-female-genital.
Centre de protection de l'enfance et de la jeunesse de Zagreb, « Kampanja 'Iza Vrata': Prepoznaj Miju u svom ulazu i nazovi 192 » [Campagne « Derrière la porte » : Reconnaissez Mia dans votre entrée et appelez le 192] (YouTube, 10 avril 2020), https://www.youtube.com/watch?v=hYPX8QwwzB8

Engagements

Open Government Partnership