Ignorer la navigation
Norvège

Réutilisation des informations du secteur public (PSI) (NO0040)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action de la Norvège 2013-2015

Cycle du plan d'action : 2013

Statut : Inactif

Institutions

Institution chef de file : le ministère de l'Administration gouvernementale, de la Réforme et des Affaires religieuses

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Accès à l'information, Capacité? bâtiment, E-gouvernement, Open Data

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de période Norvège 2014-2015, Norvège: deuxième rapport d'étape sur l'IRM 2013-2014

Suivi : Non

Premiers résultats : n'a pas changé

Design i

Vérifiable : Non

En rapport avec les valeurs OGP : accès à l'information, technologie

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

L’administration publique norvégienne s’efforce de libérer le potentiel de la PSI. Tout
agences subordonnées sont requis par des instructions communes fournies par le
gouvernement de mettre à la disposition du public des données accessibles appropriées et existantes.

1. Toutes les entreprises d’État sont tenues de rendre publiques les données afin qu’elles puissent être
utilisé par d’autres, c’est-à-dire publié électroniquement dans un format convivial.
2. Le gouvernement a récemment publié un appel d'offres pour une analyse socioéconomique de la disponibilité des données géospatiales publiques en Norvège, fondée sur des cas. Le but
L’analyse consiste à identifier d’autres moyens de faciliter la publication des
données spatiales par rapport à la situation actuelle. L'analyse devrait
déterminer quelle option offre la meilleure solution économique globale. L'étude
devrait être prêt par Q2 2014.

Résumé du statut de fin de session IRM

5. Réutilisation des informations du secteur public (PSI)

Texte d'engagement:

[...]

DESCRIPTION D'ENGAGEMENT
1. Toutes les entreprises d’État sont tenues de mettre à disposition des données publiques afin qu’elles puissent être utilisées par des tiers, c’est-à-dire publiées électroniquement dans un format convivial.

2. Le gouvernement a récemment publié un appel d'offres pour une analyse socioéconomique de la disponibilité des données géospatiales publiques en Norvège, fondée sur des cas. L'objectif de l'analyse est d'identifier d'autres moyens de faciliter la publication de données spatiales par rapport à la situation actuelle. L'analyse devrait déterminer quelle option offre la meilleure solution économique globale. L'étude devrait être prête pour Q2 2014.

Institution responsable: ministère de l'Administration gouvernementale, de la Réforme et des Affaires religieuses

Institution (s) de soutien: Aucune

Date de début: En cours Date de fin: En cours (juillet 2014 pour la diffusion publique de l'analyse)

Note éditoriale: Le texte des engagements a été abrégé pour des raisons de mise en forme. Pour le texte intégral de l'engagement, veuillez consulter http://bit.ly/1QlVIja.

Objectif politique

Selon l'auto-évaluation de la mise en œuvre du plan d'action par le gouvernement norvégien, le premier volet de cet engagement consiste à élargir l'accès à l'information publique de plusieurs secteurs sociaux, renforçant ainsi l'efficacité de l'administration publique, facilitant l'innovation et améliorant la responsabilité publique. Selon la même auto-évaluation, le deuxième élément, qui implique la conclusion d’une étude exploratoire sur les mécanismes alternatifs de publication de données géospatiales, vise à comprendre les avantages socio-économiques que l’on pourrait obtenir en publiant ces données gratuitement. Cet objectif repose sur la présomption que les données géographiques sont largement réutilisées par les développeurs d'applications et les fournisseurs de services tiers. Les résultats de l'étude fourniraient vraisemblablement au ministère des Gouvernements locaux et de la Modernisation (KMD) la justification de la poursuite de la publication gratuite de données géographiques.

Statut

À moyen terme: substantiel
En ce qui concerne le premier jalon, le gouvernement a organisé une audition sur la mise en œuvre de la directive de la Commission européenne sur la réutilisation des données du secteur public et a examiné les soumissions soumises à cette consultation. Il avait également lancé un processus d'évaluation du système norvégien de licences de données publiques. À la suite de la deuxième étape, l’analyse de la disponibilité des données géospatiales publiques en Norvège a été reçue et était à l’étude.

Fin de période: substantielle
Le premier jalon de l'engagement («Toutes les entreprises d'État sont tenues de rendre publiques les données disponibles») est difficile à évaluer car les «entreprises d'État», «données» et «rendre public» ne sont pas définis. En outre, malgré la forte augmentation de la publication de données du secteur public sur les licences ouvertes ces dernières années (le portail national de données ouvertes héberge des ensembles de données provenant d’agences publiques 82).[Remarque 31: «Data.norge.no», Agence pour la gestion publique et le gouvernement électronique, consulté en septembre 13, 2016, http://data.norge.no/organisasjoner. ]), aucun mécanisme de réglementation n’oblige l’ensemble des acteurs publics à mettre à disposition toutes les données, comme l’implique cet engagement. La deuxième composante de l'engagement (sous-traiter une étude exploratoire) est terminée. Un rapport suggérant les avantages économiques de la diffusion gratuite de données cartographiques est disponible sur le site Web du gouvernement.[Note 32: “Gratis kartdata lønner seg”, Ministère des collectivités locales et de la modernisation, consulté en septembre 4, 2016, https://www.regjeringen.no/no/aktuelt/Gratis-kartdata-lonner-seg/id754369/.]

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Les activités entreprises dans le cadre des deux composantes n’ont pas amélioré la qualité ni la quantité des informations divulguées par le gouvernement. Le chercheur de l'IRM n'a pas pu identifier de modifications significatives du cadre réglementaire norvégien relatif à la production de données par des entités publiques. Tout instrument juridique obligeant les agences à publier des données serait introduit dans les prochaines modifications de la loi sur la liberté de l'information (voir engagement 15). Il convient de noter que la culture institutionnelle reste largement opposée à un tel mécanisme et le responsable de cet engagement a décrit un débat parlementaire au cours duquel de nombreux représentants de ministères ont exprimé leur crainte qu'un tel mécanisme ne crée une charge excessive pour les organismes publics. En juin, 2016, le médiateur civil norvégien a critiqué un gouvernement municipal norvégien pour avoir refusé de diffuser des données du secteur public sous forme de tableur, au motif qu'elles pourraient être manipulées.[Remarque 33: "Fylkesmannens saksbehandlingstid est entré dans la liste des utilisateurs," Sivilombudsmannen (juillet 1, 2016), consulté en septembre 12, 2016, https://www.sivilombudsmannen.no/uttalelser/fylkesmannens-saksbehandlingstid-ved-behandling-av-klage-i-innsynssak-article4429-114.html. ] Ces exemples donnent à penser qu'en l'absence d'une loi contraignant les agences à divulguer des informations, la culture institutionnelle de nombreux organismes publics constitue un obstacle majeur à la réalisation du premier volet de cet engagement. En ce qui concerne le deuxième volet, le chercheur de l'IRM n'a pas identifié de changement dans la politique norvégienne en matière de publication de données géospatiales, ce qui pourrait découler de la conclusion d'un contrat avec l'étude de géodonnées.

Reportés?

Cet engagement n'a pas été repris dans le troisième plan d'action national du gouvernement norvégien, disponible sur le site Web de l'OGP.[Note 34: ”Troisième plan d'action de la Norvège Open Government Partnership Ministère des collectivités locales et de la modernisation, consulté en septembre 4, 2016, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Norway_2016-17_NAP.pdf.]


Engagements

Open Government Partnership