Ignorer la navigation
Norvège

Simplification et administration numérique des arrangements pour les ONG (NO0044)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action de la Norvège 2013-2015

Cycle du plan d'action : 2013

Statut : Inactif

Institutions

Institution chef de file : Ministère de la Culture

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, Espace civique, E-gouvernement, Liberté d'association

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de période Norvège 2014-2015, Norvège: deuxième rapport d'étape sur l'IRM 2013-2014

Suivi : Non

Premiers résultats : n'a pas changé

Design i

Vérifiable : Oui

Pertinent pour les valeurs OGP : accès à l'information

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

Les ONG sont des acteurs indépendants de la société civile. Dans le même temps, la Norvège a une longue
tradition d'interaction étroite entre le secteur associatif et les pouvoirs publics dans
un certain nombre de domaines différents. Afin de promouvoir une plus grande prévisibilité et une approche commune
compréhension mutuelle dans l’interaction et le dialogue entre les autorités et les ONG, une
Une déclaration de principes doit être préparée. La déclaration de principes doit inclure les
rôle des ONG dans la société norvégienne et les particularités de la participation volontaire
travail. La déclaration de principes sera fondée sur les principes fondamentaux énoncés dans
dans le «Code de bonne pratique pour la participation civile du Conseil de l'Europe au Conseil de l'Europe».
Processus décisionnel »préparé par des ONG internationales
Le ministère de la Culture s’efforcera de faire en sorte que les exigences en matière de
les applications et les rapports pour les organisations bénévoles sont simplifiés là où
Le cas échéant, les informations concernant les régimes de subventions de l’État sont facilement disponibles et
qu'à long terme, davantage de régimes sont liés au registre des organisations à but non lucratif
Organisations.

Résumé du statut de fin de session IRM

9. Simplification et administration numérique des arrangements pour les ONG

Texte d'engagement:

[...]

DESCRIPTION D'ENGAGEMENT
Le ministère de la Culture s'efforcera de simplifier, le cas échéant, les exigences en matière de candidatures et de rapports pour les organisations bénévoles, de rendre facilement accessibles les informations relatives aux programmes de subventions de l'État et, à long terme, de relier davantage de programmes au registre des organisations non gouvernementales. Organisations à but non lucratif.

RÉFÉRENCE D'IMPACT CLÉ
Un plus grand nombre de programmes de soutien pour les organisations bénévoles doit, à long terme, être lié au Registre des organisations à but non lucratif.

Institution responsable: Ministère de la culture

Institution (s) de soutien: Aucune

Date de début: 1 janvier 2013 Date de fin: 31 décembre 2015

Note éditoriale: Le texte des engagements a été abrégé pour des raisons de mise en forme. Pour le texte intégral de l'engagement, veuillez consulter http://bit.ly/1QlVIja.

Objectif politique

Comme dans la plupart des pays où les organisations de la société civile reçoivent des subventions de la part des gouvernements, les processus et la paperasse entourant les demandes et les rapports pour un tel financement peuvent être fastidieux. En décembre 2013, l'Association des ONG de Norvège (Frivillighet Norge) a émis 11 demandes de simplification des relations entre le gouvernement norvégien et la société civile.[Remarque 52: «Frivillighet Norges organise ses voyages en janvier,» Frivillighet Norge, décembre 6, 2013, consulté en septembre 9, 2016, http://bit.ly/L6ph8Y. ] Néanmoins, les représentants de la société civile consultés pour ce rapport ont indiqué que la lourdeur de la paperasserie et les processus bureaucratiques posaient moins de problèmes de financement pour le gouvernement norvégien que pour les autres financements gouvernementaux.[Note 53: Stian Slotterøy Johnsen (secrétaire général, Association norvégienne des organisations bénévoles), entretien avec Christopher Wilson, entretien téléphonique, 13 septembre 2016; Joachim Nahem (directeur de la politique financière, IKT-Norvège), entretien avec Christopher Wilson, réunion en personne, bureaux de l'Institut international de droit et de politique, 23 mars 2016; et Liv Freihow (directrice exécutive, Transparency International Norway), entretien avec Christopher Wilson, réunion en personne, bureaux de l'Institut international de droit et de politique, 12 mars 2016.] Néanmoins, cet engagement vise à simplifier les procédures relatives aux systèmes de subventions permettant aux organisations de la société civile (OSC) de solliciter des ressources financières gouvernementales en extrayant automatiquement les informations du registre national dans lequel toutes les OSC norvégiennes sont enregistrées. Cette procédure évite aux OSC de ressaisir les mêmes informations chaque fois qu'ils soumettent une demande de subvention.

Statut

À moyen terme: substantiel
Le ministère de la Culture a indiqué qu'il avait publié un aperçu des programmes de subventions pour les organisations de volontaires et un guide sur la manière d'améliorer les programmes de subventions pour les organisations axées sur les enfants et les jeunes. Le ministère a encouragé toutes les agences gouvernementales à revoir leurs processus d’appui de la société civile afin d’identifier les possibilités de simplification.

Fin de période: substantielle
Le ministère de la Culture a publié les résultats de ses processus de révision
dans un rapport du gouvernement en mai 2016.[Remarque 54: «Enklere tilskuddsordninger for frivillige organisasjoner», ministère de la Culture, mis à jour en mai 26, 2016, consulté en septembre 4, 2016, http://bit.ly/1DnGbtv. ] Bien que le ministère ait publié ce rapport après la période de mise en œuvre du plan d'action, son contenu suggère que de vastes efforts étaient en cours pour identifier les possibilités de simplification au cours de la période de mise en œuvre. Ces efforts incluaient presque des initiatives 30 dans neuf agences gouvernementales. Parmi ceux-ci, des informations sont disponibles pour 16 sur les initiatives, qui ont tendance à être articulées dans un langage général sur la révision des cadres, sans résultats mesurables, et avec peu de liens directs avec le registre national, comme décrit dans cet engagement..[Note 55: Ibid. ]

Les points focaux des ministères pour cet engagement décrivent une étroite collaboration entre le ministère, le Conseil national des organisations de jeunesse et d’enfants (Landsrådet pour Noregs barneog), l’association norvégienne des organisations de la société civile et la Confédération des sports de Norvège (Cette collaboration a pour objectif prioritaire d’intégrer les registres individuels de la société civile au registre national des organisations de bénévoles. Cela a conduit à des procédures de déclaration simplifiées sur le registre national,[Remarque 56: “Forenklet skjema for foreninger”, Brønnøysundregisteret, consulté en septembre 9, 2016, https://www.brreg.no/produkter-og-tjenester/skjemakatalog/skjema-for-foreninger/. ] bien que le travail d'intégration soit en cours.  En tant que tel, cet engagement est censé avoir accompli des progrès considérables.

At-il ouvert le gouvernement?       

Accès à l'information: n'a pas changé

Telle qu'elle a été mise en œuvre, l'engagement n'a pas changé la pratique du gouvernement en termes de quantité ou de qualité des informations divulguées à la société civile. Les processus visés par cet engagement ont une grande incidence sur les activités et l'allocation de ressources aux OSC et n'affectent qu'indirectement l'interaction de la société civile et du gouvernement. Des entretiens avec des représentants d'OSC norvégiennes ont montré que les acteurs des OSC ne considéraient pas que les processus de candidature et de reporting étaient particulièrement problématiques au départ, ou qu'ils n'aient aucun impact sur le gouvernement ouvert. [Note 57: Stian Slotterøy Johnsen (secrétaire général, Association norvégienne des organisations bénévoles), entretien avec Christopher Wilson, entretien téléphonique, 13 septembre 2016; Joachim Nahem (directeur de la politique financière, IKT-Norvège), entretien avec Christopher Wilson, réunion en personne, bureaux de l'Institut international de droit et de politique, 23 mars 2016; et Liv Freihow (directrice exécutive, Transparency International Norway), entretien avec Christopher Wilson, réunion en personne, bureaux de l'Institut international de droit et de politique, 12 mars 2016.] Les représentants de la société civile norvégienne notent que l'amélioration la plus importante de leurs relations avec le gouvernement consisterait à prioriser le financement de base et restreint plutôt que le financement de projet. Cette hiérarchisation permettrait aux ONG de jouer le rôle de chien de garde nécessaire pour des sociétés démocratiques et ouvertes, mais de plus en plus difficile en période d'austérité et avec un financement spécifique à un projet. Bien que le gouvernement ait indiqué sa volonté d'aller dans cette direction lors de réunions avec la société civile, aucune action spécifique n'a été entreprise. Les acteurs de la société civile décrivent les activités de cet engagement comme un point de départ important pour améliorer et simplifier les processus administratifs.[Note 58: “Dieu commence à rien et à rien”, Frivillighet Norge, novembre 4, 2014, consulté en septembre 9, 2016, http://bit.ly/1ztIQOH. ]

Reportés?

Cet engagement n'a pas été repris dans le troisième plan d'action national du gouvernement norvégien, disponible sur le site Web de l'OGP.[Note 59: ”Troisième plan d'action de la Norvège Open Government Partnership Ministère des collectivités locales et de la modernisation, consulté en septembre 4, 2016, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Norway_2016-17_NAP.pdf.]


Engagements

Open Government Partnership