Ignorer la navigation
Norvège

Rapports pays par pays (NO0052)

Présentation

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national de la Norvège 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Ministère des finances

Institution (s) de soutien: En attente d'évaluation au ministère

Domaines politiques

Industries d'extraction, Transparence fiscale, Législation & Régulation, Secteur privé

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de période Norvège 2016-2018, Rapport à mi-parcours de la Norvège 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: examen IRM en attente

Conception i

Vérifiable: non

Relatives aux valeurs OGP: Accès à l'information

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Contexte: Seules quelques sociétés norvégiennes concernées sont couvertes par la réglementation en vigueur. 1. Commencez à évaluer les réglementations norvégiennes pays par pays. 2. Déterminer comment les informations pertinentes relatives à la déclaration pays par pays des filiales et des fonctions de support dans les pays tiers devraient être présentées dans les comptes. 3. Étudier les moyens de mettre en place une supervision des entités avec des obligations de déclaration conformément à la réglementation pays par pays. Statu quo ou problème / question à traiter: le Parlement norvégien a adopté de nouvelles règles en décembre 2013 sur les "rapports pays par pays" (LLR), telles que proposées par le ministère des Finances, cf. Soutenir. 1 LS (2013-2014) Chap. 20. La proposition annonçait que le ministère des Finances avait l'intention d'évaluer la réglementation norvégienne pays par pays après trois ans. Dans la résolution no. 792 ((2014-2015), le parlement norvégien a demandé au gouvernement de réexaminer les effets du règlement sur les déclarations de RDA, mesurés par rapport à l'objectif du parlement de mettre en évidence la planification fiscale défavorable et de garantir que les informations pertinentes relatives aux déclarations pays par pays fournies par les filiales et les fonctions de support dans les pays tiers sont présentées dans les comptes. Le Parlement a également demandé au gouvernement d'enquêter sur la manière de mettre en place une surveillance des entités avec l'obligation de faire rapport conformément à la réglementation pays par pays. Objectif principal: La réglementation pays par pays a pour objectif premier de contribuer à une plus grande transparence des activités des entreprises qui extraient des ressources naturelles non renouvelables afin de fournir à la population des différents pays où de telles activités sont menées, tenir les autorités responsables de l'administration publique des revenus tirés des ressources naturelles du pays. Un autre objectif de la réglementation est d’attirer l’attention sur une planification fiscale défavorable. Brève description de l’engagement (limite de caractères 140): le gouvernement est d’avis que l’évaluation des règlements LLR devrait être fondée sur les rapports LLR d’au moins deux exercices, à savoir: pour les exercices 2014 et 2015, et il devrait être possible de compléter au plus tard le printemps 2017. Le gouvernement examinera également la manière dont les informations pertinentes relatives aux rapports sur les niveaux de solvabilité LLR des filiales et des fonctions de support dans des pays tiers seront présentés dans la comptabilité, ainsi que les systèmes de contrôle éventuels, dans le but de présenter les modifications réglementaires nécessaires au cours de 2016. Pertinence: La préparation de la réglementation LLR pourrait renforcer la transparence en ce qui concerne les flux de capitaux des sociétés opérant dans les industries extractives. Une transparence accrue pourrait offrir un meilleur accès aux informations permettant de garantir que la société civile sera de plus en plus capable de demander des comptes aux autorités pour la gestion des ressources naturelles du pays dans le pays où les sociétés exercent leurs activités. L’accès à davantage d’informations sur les sociétés / sociétés pourrait également contribuer à accroître la transparence, mettant ainsi en évidence toute planification fiscale. Ambition: la Norvège souhaite évaluer et améliorer ses réglementations en matière de LRV et apporter son expérience à l'UE dans le cadre de l'évaluation que l'UE envisage de mener sur sa propre législation 2017 / 2018.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

8. Rapports pays par pays

Texte d'engagement:

Titre: 8. Rapports pays par pays: étudier comment les informations pertinentes relatives aux rapports pays par pays des filiales et des fonctions de support dans les pays tiers devraient être présentées dans les comptes, ainsi que les systèmes de contrôle possibles.

Contexte: Seules quelques sociétés norvégiennes concernées sont couvertes par la réglementation en vigueur. 1. Commencez à évaluer les réglementations norvégiennes pays par pays. 2. Déterminer comment les informations pertinentes relatives à la déclaration pays par pays des filiales et des fonctions de support dans les pays tiers devraient être présentées dans les comptes. 3. Étudier les moyens de mettre en place une supervision des entités avec des obligations de déclaration conformément à la réglementation pays par pays.

Statu quo ou problème / question à traiter: le Parlement norvégien a adopté de nouvelles règles en décembre 2013 sur la «déclaration pays par pays» (LLR), telles que proposées par le ministère des Finances, cf. Prop. 1 LS (2013-2014) Chap. 20. La proposition annonçait que le ministère des Finances avait l'intention d'évaluer la réglementation norvégienne pays par pays après trois ans. Dans la résolution no. 792 ((2014-2015), le parlement norvégien a demandé au gouvernement d’examiner les effets du règlement sur le reporting des LLR, mesurés par rapport à l’objectif du parlement de mettre en évidence une planification fiscale défavorable et de garantir que les informations pertinentes relatives au reporting pays par pays fournies par les filiales et les fonctions de support dans les pays tiers sont présentées dans les comptes. Le Parlement a également demandé au gouvernement de rechercher les moyens de mettre en place une surveillance des entités soumises à l'obligation de faire rapport conformément à la réglementation pays par pays.

Objectif principal: La réglementation pays par pays a pour objectif premier de contribuer à une plus grande transparence des activités des entreprises qui extraient des ressources naturelles non renouvelables afin de fournir à la population des différents pays où de telles activités sont menées, tenir les autorités responsables de l'administration publique des revenus tirés des ressources naturelles du pays. Un autre objectif de la réglementation est d’attirer l’attention sur une planification fiscale défavorable.

Description succincte de l'engagement: le gouvernement estime que l'évaluation des réglementations LLR devrait être fondée sur les rapports LLR de deux exercices au moins, à savoir les exercices 2014 et 2015, et qu'il devrait être possible de les compléter au plus tard au printemps 2017. Le gouvernement examinera également la manière dont les informations pertinentes relatives aux rapports sur les niveaux de solvabilité LLR des filiales et des fonctions de support dans des pays tiers seront présentés dans la comptabilité, ainsi que les systèmes de contrôle éventuels, dans le but de présenter les modifications réglementaires nécessaires au cours de 2016.

Pertinence: La préparation de la réglementation LLR pourrait renforcer la transparence en ce qui concerne les flux de capitaux des sociétés opérant dans les industries extractives. Une transparence accrue pourrait offrir un meilleur accès aux informations permettant de garantir que la société civile sera de plus en plus capable de demander des comptes aux autorités pour la gestion des ressources naturelles du pays dans le pays où les sociétés exercent leurs activités. L’accès à davantage d’informations sur les sociétés / sociétés pourrait également contribuer à accroître la transparence, mettant ainsi en évidence toute planification fiscale.

Ambition: la Norvège souhaite évaluer et améliorer ses réglementations en matière de LRV et apporter son expérience à l'UE dans le cadre de l'évaluation que l'UE envisage de mener sur sa propre législation en 2017 / 2018

Institution responsable: Ministère des Finances

Institution (s) de soutien: En attente d'évaluation au ministère

Date de début: Mai 2015 Date de fin: Juin 2017

Contexte et objectifs

La déclaration pays par pays (CBCR) est un moyen d'accroître la transparence par rapport au mode de fonctionnement des industries extractives à travers le monde. Les organisations de la société civile et les autres parties prenantes en Norvège considèrent cette question comme critique, en particulier en raison du risque d'évasion fiscale. En raison de la complexité de ce problème, cependant, il n’est pas très pris en compte.[Remarque: entretien téléphonique avec Mona Thowsen, Publiez ce que vous payez en Norvège, 30 November 2017.] Dans 2013, le Parlement norvégien (Storting) a adopté le règlement sur le reporting par pays (CBCR). Depuis lors, les industries extractives sont tenues de publier dans leurs rapports annuels les données du CBCR, qui indiquent les flux de revenus, les coûts, les taxes payées et les frais d’inscription par pays dans lequel elles sont implantées.

Dans 2015, le parlement norvégien a décidé que le gouvernement devrait examiner les effets de la réglementation CBCR. Cet engagement vise à examiner l'incidence du CBCR sur l'atténuation de la planification fiscale adverse et à examiner de quelle manière les informations pertinentes émanant de filiales et de fonctions de support dans des pays tiers peuvent être incluses dans le CBCR.[Remarque: http://www.publishwhatyoupay.no/en/node/16781. ] L'un des objectifs est de fournir un compte rendu de ce que le ministère considère comme les informations pertinentes du CBCR.

Cet engagement est pertinent par rapport à la valeur d'accès à l'information du PGO, puisque le CBCR est un outil utile pour accéder à des informations sur les grandes sociétés norvégiennes ayant des activités multinationales. La spécificité de cet engagement est faible, car le libellé de l'engagement suggère des aspirations à l'amélioration de la réglementation existante mais ne s'engage pas nécessairement pour des étapes spécifiques vérifiables visant à résoudre le problème. Par conséquent, son impact potentiel est mineur.

Aboutissement

À compter de 2017, toutes les entreprises multinationales norvégiennes dont le revenu annuel est supérieur à NOK 6,5 milliards doivent fournir le RAC pour tous les pays dans lesquels elles exercent leurs activités dans les mois 12 qui suivent la fin de l'exercice comptable.[Note: voir http://www.skatteetaten.no/en/business-and-organisation/reporting-and-industries/Internprising/cbc-reporting/. ] Avant ce changement, le CBCR s'appliquait uniquement aux entreprises extractives.

Selon les parties prenantes et les organisations de la société civile, la réglementation actuelle relative à la réglementation communautaire en matière de sécurité présente plusieurs faiblesses. Publish What You Pay Norway (PCQVP) affirme que la réglementation en vigueur protège les paradis fiscaux, puisque le CBCR n'est pas requis dans les cas où les impôts payés sont inférieurs à XK XX X NOK par exercice financier et qu'il ne fait pas partie des états financiers des sociétés.[Remarque: entretien téléphonique avec Mona Thowsen, Publiez ce que vous payez en Norvège, 30, novembre 2017. Voir également http://www.publishwhatyoupay.no/en/node/17147. ] Dans son commentaire à l'audience 2017 sur l'évaluation du CBCR, le réseau de justice fiscale (TJN) a soutenu que le régime actuel du CBCR n'incluait pas un nombre suffisant de sociétés et que le CBCR pour les industries extractives et le CBCR à des fins fiscales devraient être harmonisés.[Remarque: le commentaire de TJN et les autres commentaires reçus sont disponibles à l'adresse https://www.regjeringen.no/no/dokumenter/horing-av-evalueringsrapport-om-land-for-land-rapportering-regelverket/id2576639/.]

En dehors de la période d’évaluation du présent rapport, le gouvernement a entamé des consultations sur l’évaluation du règlement CBCR au cours de l’automne 2017, le délai étant fixé à 7, décembre 2017, pour observations.[Note: voir https://www.regjeringen.no/no/dokumenter/horing-av-evalueringsrapport-om-land-for-land-rapportering-regelverket/id2576639/ et

https://www.regjeringen.no/contentassets/355189369a02429cb74ff85f09ac777a/evalueringsrapport-llr.pdf. ] Selon le rapport d'auto-évaluation fourni par le ministère des Finances, l'engagement a été respecté et les modifications législatives entrées en vigueur le 1 July 2017. Avec le document de consultation, l'engagement semble être à l'heure.

Prochaines étapes

Étant donné que le CBCR est en mesure d'accroître la responsabilité des entreprises aux niveaux national et mondial, il est recommandé que le gouvernement continue à travailler pour améliorer les règlements du CBCR. Le chercheur de l'IRM recommande de poursuivre cet engagement dans le prochain plan d'action, en précisant davantage les résultats attendus.

Résumé du statut de fin de session IRM

8. Rapports pays par pays

Texte d'engagement:

Étudier la manière dont les informations pertinentes relatives à la déclaration pays par pays des filiales et des fonctions de support dans les pays tiers devraient être présentées dans les comptes, ainsi que les systèmes de contrôle éventuels.

Contexte: Seules quelques sociétés norvégiennes concernées sont couvertes par la réglementation en vigueur. 1. Commencez à évaluer les réglementations norvégiennes pays par pays. 2. Déterminer comment les informations pertinentes relatives à la déclaration pays par pays des filiales et des fonctions de support dans les pays tiers devraient être présentées dans les comptes. 3. Étudier les moyens de mettre en place une supervision des entités avec des obligations de déclaration conformément à la réglementation pays par pays.

Statu quo ou problème / question à traiter: le Parlement norvégien a adopté de nouvelles règles en décembre 2013 sur la «déclaration pays par pays» (LLR), telles que proposées par le ministère des Finances, cf. Prop. 1 LS (2013-2014) Chap. 20. La proposition annonçait que le ministère des Finances avait l'intention d'évaluer la réglementation norvégienne pays par pays après trois ans. Dans la résolution no. 792 ((2014-2015), le parlement norvégien a demandé au gouvernement d’examiner les effets du règlement sur le reporting des LLR, mesurés par rapport à l’objectif du parlement de mettre en évidence une planification fiscale défavorable et de garantir que les informations pertinentes relatives au reporting pays par pays fournies par les filiales et les fonctions de support dans les pays tiers sont présentées dans les comptes. Le Parlement a également demandé au gouvernement de rechercher les moyens de mettre en place une surveillance des entités soumises à l'obligation de faire rapport conformément à la réglementation pays par pays.

Objectif principal: La réglementation pays par pays a pour objectif premier de contribuer à une plus grande transparence des activités des entreprises qui extraient des ressources naturelles non renouvelables afin de fournir à la population des différents pays où de telles activités sont menées, tenir les autorités responsables de l'administration publique des revenus tirés des ressources naturelles du pays. Un autre objectif de la réglementation est d’attirer l’attention sur une planification fiscale défavorable.

Description succincte de l'engagement: le gouvernement estime que l'évaluation des réglementations LLR devrait être fondée sur les rapports LLR de deux exercices au moins, à savoir les exercices 2014 et 2015, et qu'il devrait être possible de les compléter au plus tard au printemps 2017. Le gouvernement examinera également la manière dont les informations pertinentes relatives aux rapports sur les niveaux de solvabilité LLR des filiales et des fonctions de support dans des pays tiers seront présentés dans la comptabilité, ainsi que les systèmes de contrôle éventuels, dans le but de présenter les modifications réglementaires nécessaires au cours de 2016.

Pertinence: La préparation de la réglementation LLR pourrait renforcer la transparence en ce qui concerne les flux de capitaux des sociétés opérant dans les industries extractives. Une transparence accrue pourrait offrir un meilleur accès aux informations permettant de garantir que la société civile sera de plus en plus capable de demander des comptes aux autorités pour la gestion des ressources naturelles du pays dans le pays où les sociétés exercent leurs activités. L’accès à davantage d’informations sur les sociétés / sociétés pourrait également contribuer à accroître la transparence, mettant ainsi en évidence toute planification fiscale.

Ambition: la Norvège souhaite évaluer et améliorer ses réglementations en matière de LRV et apporter son expérience à l'UE dans le cadre de l'évaluation que l'UE envisage de mener sur sa propre législation en 2017 / 2018

Institution responsable: Ministère des Finances

Institution (s) de soutien: En attente d'évaluation au ministère

Date de début: Mai 2015 Date de fin: Juin 2017

But de l'engagement:

La déclaration pays par pays (CBCR) est un moyen d'accroître la transparence sur le fonctionnement des industries extractives à travers le monde. Dans 2015, le Parlement norvégien a décidé que le gouvernement devrait examiner les effets de la réglementation CBCR. Cet engagement vise à examiner l'incidence du CBCR sur l'atténuation de la planification fiscale adverse et à examiner de quelle manière les informations pertinentes émanant de filiales et de fonctions de support dans des pays tiers peuvent être incluses dans le CBCR.[Note31: Communiqué de presse de PCQVP Norvège, http://www.publishwhatyoupay.no/en/node/16781. ]

Statut

À mi-parcours: limité

Le gouvernement a présenté des modifications aux règlements de la CBCR qui sont entrées en vigueur le 1 de janvier 2017. À partir de 2017, toutes les entreprises multinationales norvégiennes dont le revenu annuel est supérieur à NOK 6.5 milliards ont été obligées de fournir le RAC pour tous les pays dans lesquels elles exercent leurs activités au cours des mois 12 qui suivent la fin de l'exercice comptable.[Note32: CBCR, https://www.skatteetaten.no/en/business-and-organisation/reporting-and-industries/bransjer-med-egne-regler/internprising/country-by-country-reporting/. ] Avant ce changement, le CBCR s'appliquait uniquement aux entreprises extractives. Pour plus d'informations, consultez le rapport de mi-parcours IRM 2016 – 2017.

Fin du mandat: Achevée

Les modifications législatives apportées à la loi sur le commerce des valeurs mobilières sont entrées en vigueur le 1 de juillet 2017 et des consultations sur l'évaluation de la réglementation CBCR ont été menées lors d'une audience publique tenue à l'automne 2017.[Note33: Entretien téléphonique avec engagement du chef de la politique politique, Marianne Irgens, ministère des Finances, 9, octobre 2018. Le document de consultation, https://www.regjeringen.no/no/dokumenter/horing-av-evalueringsrapport-om-land-for-land-rapportering-regelverket/id2576639/ et

https://www.regjeringen.no/contentassets/355189369a02429cb74ff85f09ac777a/evalueringsrapport-llr.pdf. ] Ce que le gouvernement a fait en ce qui concerne les informations fournies par l'audience n'est pas clair.[Note34: D'après un entretien téléphonique avec Marianne Irgens, ministère des Finances, 9, octobre 2018. ]

L'engagement est complété puisque le gouvernement a mis en œuvre les modifications apportées à la réglementation et aux lois, et que l'évaluation a eu lieu.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: marginal

Avec la nouvelle réglementation CBCR entrée en vigueur à partir de juillet 2017, le nombre de sociétés devant soumettre des données CBCR a été élargi. Mais les préoccupations des parties prenantes concernant, par exemple, la qualité de la manière dont l’évaluation couvre la planification fiscale défavorable[Note35: La lettre de Publiez ce que vous payez en Norvège (en norvégien uniquement), page 3, https://www.regjeringen.no/no/dokumenter/horing-av-evalueringsrapport-om-land-for-land-rapportering-regelverket/id2576639/?expand=horingssvar&lastvisited=c81ffc55-1417-49df-be8e-e5c8d8ca49e5 ] et d'autres critiques indiquent que la mesure dans laquelle cet engagement contribue à des changements significatifs pourrait être contestée. En outre, les limites du cadre réglementaire existant, telles que l'exemption de déclaration des pays où moins de NOK 800,000 est payée en taxes,[Note36: lettre du réseau de justice fiscale, https://www.regjeringen.no/no/dokumenter/horing-av-evalueringsrapport-om-land-for-land-rapportering-regelverket/id2576639/?uid=1dc79f1f-1ed6-4e74-89e0-2a402f264e1b&expand=horingssvar&lastvisited=c81ffc55-1417-49df-be8e-e5c8d8ca49e5 ] suggère que, dans l'ensemble, cet engagement n'a conduit qu'à une amélioration marginale de la pratique consistant à ouvrir l'accès à l'information.

Reportés?

Cet engagement ne sera pas reporté dans le prochain plan d'action, mais étant donné que le CBCR est en mesure d'accroître la responsabilité des entreprises aux niveaux national et mondial, il est recommandé que le gouvernement continue à travailler pour améliorer la réglementation du CBCR.


Engagements

  1. Archivage de documents

    NO0054, 2019, Renforcement des capacités

  2. Mise à disposition de statistiques énergétiques

    NO0055, 2019, Gouvernement électronique

  3. Accès électronique et expansion

    NO0056, 2019, Droit à l'information

  4. Données culturelles ouvertes

    NO0057, 2019, Gouvernement électronique

  5. Planification spatiale numérique

    NO0058, 2019, Gouvernement électronique

  6. Rationaliser les marchés publics

    NO0059, 2019, Gouvernement électronique

  7. Prévenir la corruption

    NO0060, 2019, Institutions anti-corruption

  8. Registre de la propriété bénéficiaire

    NO0061, 2019, Propriétaire bénéficiaire

  9. Orientation de l'utilisateur

    NO0045, 2016, Renforcement des capacités

  10. Documents publics électroniques (OEP)

    NO0046, 2016, Gouvernement électronique

  11. Transparence concernant les informations environnementales

    NO0047, 2016, Gouvernement électronique

  12. Engagement étoilé Divulgation des données financières

    NO0048, 2016, Gouvernement électronique

  13. Transparence concernant les fonds Rainforest

    NO0049, 2016, Gouvernement électronique

  14. Propriété des actions des employés de l'Etat

    NO0050, 2016, Institutions anti-corruption

  15. Promouvoir la liberté d'expression et les médias indépendants

    NO0051, 2016, Espace civique

  16. Rapport pays par pays

    NO0052, 2016, Industries extractives

  17. S'inscrire à la propriété ultime

    NO0053, 2016, Institutions anti-corruption

  18. Examen public et consultation publique

    NO0020, 2013, Renforcement des capacités

  19. Enregistrement et conservation de la documentation numérique produite par des organismes publics

    NO0021, 2013, Gouvernement électronique

  20. Enquête auprès des citoyens norvégiens (Innbyggerundersøkelsen)

    NO0022, 2013, Participation publique

  21. Dénonciation

    NO0023, 2013, Protections des dénonciateurs

  22. Renforcement de l'échange d'informations pour une prévention et une lutte plus efficaces contre le crime

    NO0024, 2013, Justice

  23. Renforcement de la transparence des pouvoirs publics et de l'administration

    NO0025, 2013, Renforcement des capacités

  24. Gouvernement en ligne de mire

    NO0026, 2013, Gouvernement électronique

  25. Langage juridique simple

    NO0027, 2013, Renforcement des capacités

  26. Portail norvégien des subventions (MFA)

    NO0028, 2013, Aide

  27. Une convention ou un accord international sur la transparence financière

    NO0029, 2013, secteur privé

  28. Réduire les conflits d'intérêts - Réglementation sur l'après-mandat

    NO0030, 2013, Conflits d’intérêts

  29. Centre pour l'intégrité dans le secteur de la défense

    NO0031, 2013, Sécurité

  30. Un meilleur aperçu des comités, des conseils et des conseils - Un meilleur accès du public à l’information et de meilleures possibilités d’utilisation ultérieure

    NO0032, 2013, Gouvernement électronique

  31. Moderniser la gouvernance publique

    NO0033, 2013, Renforcement des capacités

  32. Transparence dans la gestion des revenus pétroliers et gaziers

    NO0034, 2013, Industries extractives

  33. Transparence dans la gestion de la caisse de retraite du gouvernement

    NO0035, 2013, Gouvernement électronique

  34. Efforts de transparence et de lutte contre la corruption

    NO0036, 2013, Institutions anti-corruption

  35. Le secteur municipal

    NO0037, 2013, Éducation

  36. “Simplifier” (“Enkelt Og Greit”)

    NO0038, 2013, Gouvernement électronique

  37. Documents publics électroniques (OEP) - (Offentlig Elektronisk Postjournal)

    NO0039, 2013, Gouvernement électronique

  38. Réutilisation des informations du secteur public (PSI)

    NO0040, 2013, Renforcement des capacités

  39. Accès aux données sur la santé

    NO0041, 2013, Gouvernement électronique

  40. Renouvellement du site Web du gouvernement (Regjeringen.No - Government.No)

    NO0042, 2013, Gouvernement électronique

  41. Déclaration de principes pour l'interaction et le dialogue avec les ONG

    NO0043, 2013, Renforcement des capacités

  42. Simplification et administration numérique des arrangements pour les ONG

    NO0044, 2013, Renforcement des capacités

  43. Un secteur public ouvert et un gouvernement inclusif

    NO0001, 2011, Renforcement des capacités

  44. Mesures visant à promouvoir l'égalité des sexes et la pleine participation des femmes à la vie civique, au secteur privé, à l'administration publique et aux processus politiques.

    NO0002, 2011, genre

  45. Égalité des sexes - Participation dans le secteur privé

    NO0003, 2011, genre

  46. Augmenter la représentation des femmes dans les gouvernements locaux

    NO0004, 2011, genre

  47. Programme d'égalité de genre

    NO0005, 2011, genre

  48. Égalité des sexes - Inclusion des femmes immigrantes

    NO0006, 2011, genre

  49. Égalité des sexes - Combattre les stéréotypes sexistes

    NO0007, 2011, genre

  50. Égalité des sexes - Initiatives des jeunes

    NO0008, 2011, genre

  51. Égalité des sexes - Combattre la violence domestique

    NO0009, 2011, genre

  52. Transparence dans la gestion des revenus pétroliers et gaziers / Transparence financière

    NO0010, 2011, Aide

  53. Transparence dans la gestion des recettes pétrolières et gazières / Transparence financière - Fonds de pension gouvernemental mondial

    NO0011, 2011, transparence fiscale

  54. Transparence dans la gestion des recettes pétrolières et gazières / Transparence financière - Lutte contre l'évasion fiscale

    NO0012, 2011, transparence fiscale

  55. Transparence dans la gestion des revenus pétroliers et gaziers / Transparence financière - Sociétés multinationales

    NO0013, 2011, transparence fiscale

  56. Un secteur public ouvert et un gouvernement inclusif - Créer une politique de communication centrale

    NO0014, 2011, transparence fiscale

  57. Un secteur public ouvert et un gouvernement inclusif

    NO0015, 2011, Gouvernement électronique

  58. Un secteur public ouvert et un gouvernement inclusif - Utilisation des données publiques

    NO0016, 2011, Participation publique

  59. Un secteur public ouvert et un gouvernement inclusif - Publication statistique nationale

    NO0017, 2011, Open Data

  60. Un secteur public ouvert et un gouvernement inclusif - Sondage national sur l'opinion publique

    NO0018, 2011, Gestion des enregistrements

  61. Un secteur public ouvert et un gouvernement inclusif

    NO0019, 2011, Participation publique

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!