Ignorer la navigation
Paris, France

Un budget participatif plus inclusif (PAR0001)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Paris, France Plan d'action

Cycle du plan d'action: 2017

Statut: inactif

Institutions

Institution principale: DDCT

Institution (s) de soutien: Direction générale des systèmes d'information Direction de la politique de la Ville Service de la participation citoyenne Mairies d'arrondissement Associations: 4D, CO-VILLE, CAUE, SYNLAB Université: Paris Sorbonne Atelier parisien d'urbanisme

Domaines politiques

Ouverture fiscale, Communautés marginalisées, Participation du public, Participation du public au budget / à la politique budgétaire, Sous-national

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport final IRM Paris 2017

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent par rapport aux valeurs du PGO: la participation citoyenne

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Problème couvert par l'engagement: La participation de toutes les catégories d'habitants parisiens au budget participatif peut être renforcée, afin de renforcer la représentativité de ce système et de consolider les chances de succès électoral des projets soumis par les habitants les plus éloignés de la participation citoyenne; OBJECTIF PRINCIPAL: 1. Mieux comprendre le rôle des habitants, des collectifs et des quartiers ouvriers dans le budget participatif (soumission de propositions, participation au vote, etc.) 2. Renforcer la participation des districts ouvriers et des groupes prioritaires, en particulier des plus précaires, au budget participatif; DESCRIPTION DE L’ENGAGEMENT: Répondre à l’objectif 1: L’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) a réalisé une étude sur le budget participatif 2015 de Paris en 2016. Leurs travaux ont porté sur la nature des propositions soumises, leur localisation, les thèmes prédominants ... Une étude complémentaire pourrait être réalisée dans 2017, en se concentrant sur la sociologie du budget participatif: qui participe (âge, lieu, etc.), quels ensembles d'acteurs il révèle (rôle des conseils de quartier, lieu des associations, etc.), qui plébiscite quoi (croisement entre les électeurs numériques et les projets pour lesquels ils ont voté ...). Pour répondre à Objective 2, la Ville qui souhaite: • mobiliser les associations et les étudiants en ingénierie conseil pour toucher les habitants des quartiers populaires et les impliquer dans l’émergence de quartiers à propositions et les impliquer dans l’émergence de propositions du 2017 participatif budget • donner de la visibilité aux propositions des quartiers populaires du budget participatif parisien et augmenter leurs chances de succès; PERTINENCE: Cet engagement est susceptible de renforcer la participation de tous les citoyens au développement des politiques publiques de la Ville de Paris, en renforçant la diversité des perspectives et en consolidant la capacité de tous à participer à son budget participatif ("empowerment" ") ; AMBITION: Par une approche combinant l’étude des dynamiques sociologiques existantes et la mise en œuvre d’actions visant à accompagner les habitants dans le budget participatif, l’ambition est de renforcer la place de toutes les catégories d’habitants dans ce système, de proposer aux les habitants les plus éloignés de la participation citoyenne ont les moyens de s’impliquer et de renforcer les solidarités entre tous les quartiers de Paris. ÉTAPES DE LA MISE EN ŒUVRE: 1. APPEL DE PROPOSITIONS AUX ASSOCIATIONS 2. DÉVELOPPEMENT DU PARTENARIAT AVEC L’UNIVERSITÉ DE SORBONNE 3. ATELIERS DE CO-CONSTRUCTION AVEC DES HABITANTS 4. RÉALISATION DE L'ÉTUDE SUR LA SOCIOLOGIE DU BUDGET PARTICIPATIF 5. VOTE DU BUDGET PARTICIPATIF 6. RESTITUTION DE L’ETUDE SUR LA SOCIOLOGIE DU BUDGET PARTICIPATIF 1. JUIN 2016 2. NOVEMBRE 2016 3. DÉCEMBRE 2016 4. JANVIER 2017 5. SEPTEMBRE 2017 6. NOVEMBRE 2017 1. SEPTEMBRE 2016 2. NOVEMBRE 2016 3. PEUT 2017 4. OCTOBRE 2017 5. OCTOBRE 2017 6.

Résumé du statut de fin de session IRM

1. Un budget participatif plus inclusif

Texte d'engagement:

Objectifs:

  1. Mieux comprendre le rôle des habitants, des collectifs et des quartiers populaires dans le budget participatif (soumission de propositions, participation au vote, etc.)
  2. Renforcer la participation des districts ouvriers et des groupes prioritaires, en particulier les plus précaires, au budget participatif

Pour rencontrer Objective 1:

L'Atelier Parisien d'Urbanisme (APUR) a réalisé une étude sur le budget participatif 2015 de Paris en 2016. Leurs travaux ont porté sur la nature des propositions soumises, leur localisation, les thèmes prédominants…

Une étude complémentaire pourrait être réalisée dans 2017, en se concentrant sur la sociologie du budget participatif: qui participe (âge, lieu, etc.), quels ensembles d'acteurs il révèle (rôle des conseils de quartier, lieu des associations, etc.), qui plébiscite quoi (croisement entre les électeurs numériques et les projets pour lesquels ils ont voté ...).

Pour répondre à Objective 2, la Ville souhaite:

 mobiliser des associations et des étudiants en ingénierie conseil pour toucher les habitants des quartiers populaires et les impliquer dans l'émergence de propositions de budget participatif 2017

 donner de la visibilité aux propositions des quartiers populaires du budget participatif parisien et augmenter leurs chances de succès

Milestones

1. Appel à propositions aux associations

2. Développement du partenariat avec l'Université Sorbonne

3. Ateliers de co-construction avec les habitants

4. Réalisation de l'étude sur la sociologie du budget participatif

5. Vote du budget participatif

6. Restitution [debriefing] de l'étude de sociologie du budget participatif

Aperçu de l'engagement

 

 

 

But de l'engagement

Objectif général et pertinence

La Ville de Paris a tiré les enseignements des recherches menées par letelier parisien d'urbanisme (APUR) que, bien qu’il existe une pratique de budgétisation participative, il existe un «biais social» parmi les participants au processus de budgétisation. http://www.apur.org/sites/default/files/documents/budget_participatif_paris_analyse_projets_2015.pdf (P 22) Par conséquent, il a été constaté que les projets de budgétisation ignoraient les besoins spécifiques des quartiers populaires de Paris, tels que les problèmes de pauvreté et de sécurité. L'objectif de cet engagement est d'accroître la sensibilisation et la participation au processus de budgétisation parmi les parisiens de la classe ouvrière. Ce faisant, l'engagement vise à garantir que les futures propositions budgétaires tiennent mieux compte des intérêts et des besoins de ces communautés.

En 2017, le budget alloué au financement de projets proposés par les citoyens dans le budget participatif de Paris s’élève à plus de EUR 100 (environ 5% du budget de la Ville), à ​​partir desquels 30% est destiné à financer des projets dans les quartiers populaires. https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/le-budget-participatif-.html Bien que Paris ait constaté une augmentation de la participation des communautés ouvrières à 2016 par rapport à 2015 (de 5% à 7%), l'administration parisienne continue de donner la priorité à la promotion de la participation des communautés sous-représentées et à la participation des citoyens à l'exécution du budget. http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/10/05/budget-participatif-la-capitale-fait-le-pari-des-projets-citoyens_5008490_823448.html

Le gouvernement parisien entend y parvenir en mettant en œuvre des initiatives publiques spécifiques, telles que des ateliers municipaux organisés dans des quartiers défavorisés, pour aider les habitants à concevoir des propositions qui correspondent à leurs priorités et à améliorer les chances d’adoption de leurs propositions. Cet engagement concerne une participation civique plus large afin d’assurer une contribution significative des membres intéressés du public aux décisions du gouvernement. Cela augmente également les chances des Parisiens de la classe ouvrière de se faire entendre. Cet engagement est donc pertinent pour la participation civique.

Spécificité et impact potentiel

Le niveau de spécificité de cet engagement est considéré moyen. En effet, les activités prévues, telles que l'appel à propositions aux associations et aux ateliers, et la réalisation de l'étude sociologique sur le budget participatif sont objectivement vérifiables. Cependant, comme écrit, chaque activité n'explique pas clairement comment elles contribueront à la réalisation de l'objectif global de l'engagement ni comment elles se dérouleront. L’engagement, tel qu’il est écrit, nécessite une certaine interprétation de la part du lecteur pour comprendre l’impact des activités sur le problème politique identifié, en raison de l’absence d’indicateurs ou de procédures mesurables pour orienter l’évaluation.

Si cet engagement était pleinement mis en œuvre tel que rédigé, il pourrait avoir une mineur impact sur l'amélioration de la capacité des citoyens de la classe ouvrière d'influencer la planification du budget de la ville et ainsi changer les conditions de vie de leur quartier. La Ville de Paris a déjà mené des efforts pour promouvoir la participation des communautés de la classe ouvrière au budget participatif ces dernières années. Cet engagement constitue un pas positif vers la poursuite de tels efforts impliquant d'autres segments de la société, tels que la population étudiante. Cependant, étant donné le manque de précision sur la mesure dans laquelle cet engagement pourrait atteindre les communautés de la classe ouvrière et le manque de détails sur sa différence par rapport aux mesures existantes, le chercheur de l'IRM estime qu'il pourrait représenter une étape positive, mais progressive, vers la réalisation des objectifs suivants: l'objectif identifié. De plus, cet engagement a une portée limitée. L'allocation de fonds pour financer les propositions votées n'est qu'un aspect de la budgétisation participative, que Paris a développée ces dernières années. Cependant, le gouvernement pourrait viser à mener un exercice plus large de consultation et de budgétisation participative au cours des différentes étapes du processus de budgétisation afin de renforcer la participation des différentes parties prenantes (y compris les parisiens de la classe ouvrière et les autres communautés) dans les stratégies budgétaires, les priorités et la prise de décision. processus.

Aboutissement
Substantiel

Le premier jalon - l'appel à propositions aux associations - a été achevé. Il a été lancé en mars 2017 et s'est terminé en mai 2017. Le gouvernement a donné 100,000 € à six associations (Co-City, ICI, CAUE, 4D / Petits Debrouillards, La Fabrik coopérative / Traverses, La Maison des Fougères / Khiasma) pour les aider à organiser des ateliers dans lesquels les citoyens, en particulier dans les quartiers populaires , a reçu de l'aide pour concevoir des propositions retenues, comme détaillé ci-dessous https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?document_id=3212&portlet_id=165 .

Deuxième étape, un partenariat a été établi avec le programme principal 2, spécialisé dans la consultation publique («sous-parcours Ingénierie de la concertation ») à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Concrètement, les étudiants ont aidé un collège (Collège Guillaume Budé) d'un quartier ouvrier dans le développement de leur projet. https://budgetparticipatif.paris.fr/bp//jsp/site/Portal.jsp?page=idee&campagne=D&idee=1755 pour le budget participatif, bien qu'il ait finalement été rejeté par les citoyens lors du vote ouvert afin de déterminer les propositions gagnantes https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?document_id=3749&portlet_id=158 .

La troisième étape - les ateliers avec les habitants - a conduit à une série d’actions menées par les associations financées dans le cadre de l’appel à propositions (première étape). Par exemple, le CAUE a organisé des marches avec les habitants des quartiers populaires pour identifier les projets prioritaires conçus par la suite lors d'ateliers participatifs. 4D / les Petits Débrouillards a organisé des ateliers pour aider les enfants du district de 19th à développer leurs projets. https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?document_id=3222&portlet_id=159 . Les agents en charge du budget participatif ont énuméré des projets 76 soutenus par les six associations financées dans l’appel à propositions: 37 ont été sélectionnés, 24 n’a pas été sélectionné car ils ne respectaient pas les critères d’éligibilité (en tant que projet d’intérêt général, la compétence de la ville de Paris) et 15 ont été associés à d’autres projets Les agents en charge du budget participatif ont fourni au chercheur IRM un fichier tableur répertoriant tous les projets tutorés par les associations 6. La feuille de calcul peut être trouvée dans le référentiel en ligne: https://goo.gl/hWCTQ7. .

La quatrième étape - l'étude complémentaire sur la sociologie du budget participatif - devrait être publiée en janvier 2018, selon Ari Brodach, responsable du budget participatif à la ville de Paris, lors d'une conversation par courrier électronique avec le chercheur IRM sur 22 novembre 2018 .

À la cinquième étape, les résultats du budget participatif ont été annoncés sur 5 Octobre 2017 https://www.paris.fr/resultatsbudgetparticipatif . Selon Pauline Véron, adjointe au maire chargée de la participation citoyenne, 66 des projets 196 est dédié aux quartiers populaires avec plus de millions d'euros de financement https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/plugins/download/BP2017-DossierDePresse.pdf .

La sixième étape restait en suspens car le Atelier parisien d'urbanisme (APUR) n’avait pas été publiée à la fin du plan d’action.

Étant donné que la plupart des étapes ont été franchies, le chercheur de l'IRM estime que la réalisation de cet engagement est dans l'ensemble substantielle.

Premiers résultats: a-t-il ouvert le gouvernement?
Participation civique: marginale

Selon les recherches de l'Atelier parisien d'urbanisme (APUR), il existe un «biais social» dans les efforts de budgétisation participative, qui tendent à négliger les besoins des quartiers populaires à Paris. Pour remédier à ce problème, le gouvernement avait pour objectif de mobiliser les associations et les étudiants afin qu'ils atteignent les quartiers populaires et les impliquent davantage dans le processus de budgétisation participative.

En ce qui concerne la valeur de la participation civique de l'OGP, le chercheur en IRM n'a pu trouver que des preuves marginales de changements dans les pratiques gouvernementales. D'une part, comme expliqué dans la section Statut ci-dessus, le gouvernement a financé plusieurs organisations travaillant directement avec les habitants des quartiers populaires afin de sensibiliser à la budgétisation participative et de soutenir la conception de propositions. Les organisations ont utilisé des méthodes telles que des ateliers, des jeux et des marches pour engager les communautés locales et développer des idées. https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?document_id=3222&portlet_id=159 Cette assistance a abouti à des propositions 76 (sur un total de 484), parmi lesquelles 37 ont finalement été sélectionnées.

D'autre part, une action concrète auprès des communautés de la classe ouvrière dans le cadre du budget participatif n'est pas entièrement nouvelle. Le gouvernement municipal a commencé par allouer une partie du budget participatif aux districts de la classe ouvrière de 2016, lorsque des millions d'euros ont été consacrés à ces districts. https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/plugins/download/BP2016-DossierDePresse.pdf Au cours de cette année, les 6,370 des quartiers populaires (ou 14.1 pour cent de la population totale de la ville) ont voté pour des projets. https://www.apur.org/fr/nos-travaux/budget-participatif-paris-participe Ceci est significatif si l’on considère que globalement, les habitants des quartiers populaires constituent 16% de la population parisienne. Ibid. En ce sens, le gouvernement avait déjà fait de grands progrès au début du plan d'action.

De plus, les résultats 2017 ne diffèrent pas beaucoup de ceux de 2016. Alors qu'un tiers des projets récompensés (66 sur 196) et plus d'un tiers du budget participatif (millions d'euros 33,4 sur un total de millions d'euros 92) étaient consacrés aux quartiers populaires de 2017 Dans cette édition du budget participatif, la ville de Paris a utilisé un label spécifique sur son site internet pour distinguer les projets dédiés aux quartiers populaires. Ces chiffres sont tirés de la , il ne s’agit que d’une légère augmentation par rapport à 2016, lorsque des projets 58 et un million d’euros 30 ont été alloués à des quartiers populaires https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/plugins/download/BP2016-DossierDePresse.pdf . En conséquence, alors que la Ville de Paris déploie des efforts considérables pour assurer la diversité de son budget participatif, il est impossible de conclure à un changement majeur résultant de cet engagement.

Néanmoins, il est difficile d'évaluer les premiers résultats de cet engagement sans la publication de l'étude APUR, qui pourrait fournir une évaluation scientifique de la participation des districts de la classe ouvrière au budget participatif. Par exemple, on ne sait pas combien de résidents de quartiers populaires ont participé au processus 2017 ni combien ont voté par rapport au processus 2016. Le chercheur de l'IRM a demandé la première version de l'étude, mais cette demande a été refusée par le service chargé du budget participatif, qui a plutôt envoyé des cartes. Ari Brodach, responsable du budget participatif, a utilisé une carte choroplète du nombre d'électeurs pour chaque IRIS, la plus petite entité statistique pour les zones urbaines en France, afin de démontrer la mobilisation des électeurs dans les quartiers populaires. Cependant, cette carte n’est pas directement interprétable car la population d’IRIS varie de 1600 à 3300 à Paris. http://opendata.apur.org/datasets/iris-demographie?geometry=1.985%2C48.828%2C2.504%2C48.907&selectedAttribute=P12_POP .

En fin de compte, le rayonnement dans les districts ouvriers est notable, mais il existe peu de preuves permettant de penser que cet engagement a considérablement amélioré les chances des habitants des districts ouvriers dans le budget participatif.

Recommandations

La nouvelle étude sociologique menée par APUR fournira des informations intéressantes pour comprendre comment un budget participatif peut devenir un outil permettant aux habitants des quartiers populaires de réformer leur environnement urbain. Le chercheur de l'IRM suggère de partager ces résultats avec les réseaux d'OSC dès qu'ils seront disponibles, la budgétisation participative étant l'une des actions clés menées dans les plans d'action infranationaux.

Par ailleurs, pour permettre aux chercheurs au-delà de l'APUR de mener des études sur la sociologie du budget participatif, la ville de Paris peut améliorer la transparence du processus en publiant des données ouvertes anonymisées sur les électeurs et les projets. Au cours d'un atelier de l'Ecole des Données, https://ecoledesdonnees.org/le-projet/ un projet de la société civile qui propose des cours et des ateliers, les participants ont énuméré une série de suggestions visant à aider les citoyens à mieux comprendre le budget participatif avec des données ouvertes. Par exemple, ils ont suggéré de publier des ensembles de données sur l'avancement des projets sélectionnés, les statistiques du site Web sur le budget participatif, les votes anonymes et la liste complète des projets, y compris ceux qui n'ont pas été sélectionnés. https://fr.okfn.org/2017/11/13/atelier-citoyen-budget-participatif-quelles-donnees-pour-quelles-analyses/ .

 

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!