Ignorer la navigation
République de Corée

Système anti-corruption public-privé (KR0036)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action de la République de Corée 2018-2020

Cycle du plan d'action : 2018

Statut : Actif

Institutions

Institution chef de file : Division de la coopération des ONG et des entreprises, Commission anti-corruption et des droits civils (ACRC)

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Secteur privé, Participation du public, Gouvernance réglementaire, La responsabilité sociale

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de conception de la République de Corée 2018-2020

En vedette : en attente d'examen IRM

Premiers résultats : en attente de l'examen du MII

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : participation civique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement : en attente de l'examen IRM

Description

Mise en place d'un système de partenariat anti-corruption en partenariat public-privé
Engagement Date de début et de fin septembre 1, 2018 ~ août 31, 2020
Agence d'exécution principale / Acteur
Division de la coopération entre les ONG et les entreprises, Commission anti-corruption et des droits civils (ACRC)
Description de l'engagement
Quel est le problème public que l'engagement traitera?
Dans l'indice 2017 sur la corruption (IPC) publié par Transparency International, la Corée a classé 51st parmi les pays 180 étudiés, avec un score de 54 sur 100, et parmi les pays de l'OCDE, elle a classé 29 sur les pays 35 niveau de transparence nationale malgré les mesures prises par le gouvernement, y compris l'introduction du système de divulgation de l'information financière des fonctionnaires, le renforcement du code de conduite des fonctionnaires et la promulgation et le respect de la loi anti-corruption. Les politiques anticorruption de la Corée ont principalement visé à éliminer la corruption des fonctionnaires et à renforcer les sanctions; ils ont donc conduit à la négligence et à l'indifférence des fonctionnaires, ce qui a amené le public à perdre confiance en eux. La sphère publique n'est pas le seul secteur sujet à la corruption; pourtant, les politiques anti-corruption du gouvernement ont trop ciblé les fonctionnaires, tandis que la corruption dans d'autres domaines a été négligée. Par conséquent, une nouvelle approche de la lutte contre la corruption impliquant plusieurs parties prenantes est nécessaire au lieu des efforts dirigés par le gouvernement. Dans cet esprit, l'administration de la Lune a présenté diverses mesures de politique anticorruption alternatives et a adopté comme objectif politique "la mise en place d'un système de partenariat public-privé anticorruption associant le gouvernement et les citoyens".
Quel est l'engagement?
Le but de cet engagement est d'établir un système de gouvernance durable et anticorruption avec la participation du public. Pour ce faire, un organe de coopération entre le secteur public et le secteur privé reflétant les opinions du public dans les politiques et continuant à appliquer des politiques anti-corruption devrait être créé et appliqué; un système permettant au public de participer aux politiques anti-corruption et de communiquer devrait être créé; une campagne nationale pour une société transparente devrait être menée. La mise en œuvre de cet engagement rendra effectivement possible la gouvernance des secteurs public et privé et la participation du public. Le public sera de mieux en mieux informé des politiques de lutte contre la corruption et du niveau d'intégrité de la société.
Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public?
Les moyens suivants sont spécifiques à la mise en œuvre de l'engagement: 1) un comité de partenariat public-privé contre la corruption, composé de représentants du secteur public, de l'économie, des fonctions, de la société civile, du monde universitaire et de la presse, devrait être créé et participer au processus de proposition, d'inspection et évaluation des politiques anti-corruption. 2) Un «comité de surveillance public pour des politiques transparentes» devrait être créé et mis en œuvre pour réexaminer des mesures complètes de lutte contre la corruption et des mesures importantes de chaque service ayant un impact important sur le public, du point de vue du public; de même, la People's Idea Box, une plate-forme technologique pour les propositions politiques, devrait être utilisée pour promouvoir la participation du public, par exemple en évaluant la lutte contre la corruption et la transparence des politiques. 3) «L’accord sur la société transparente» devrait être mis en place à tous les niveaux de la société, par fonction et par région, afin de permettre la diffusion de la culture transparente.
Pourquoi cet engagement est-il pertinent pour les valeurs OGP?
Participation citoyenne / anti-corruption
Échange et apprentissage entre pairs
N/A
Informations complémentaires,
C'est un élément clé des tâches politiques du gouvernement (tâche 2: Réformer la lutte anti-corruption pour une Corée sans corruption) et il est inclus dans le "Plan quinquennal complet de lutte contre la corruption".
Activité de jalon avec un produit livrable vérifiable
Trouver un programme politique anticorruption par le biais d'un comité de partenariat public-privé pour une société transparente
Le public surveille les politiques transparentes
Trouver et discuter des politiques anti-corruption en utilisant la "Boîte à idées des personnes" à tout moment
Soutenir la signature de l'accord de société transparente par fonction et par région et collaborer avec les parties concernées
Refléter les résultats de la surveillance publique sur les initiatives transparentes dans les politiques
Nom de la personne responsable de l'agence d'exécution
Hyeon-min, Choi
Titre, division
Directeur adjoint, Division de la coopération entre ONG et entreprises
Courriel et téléphone
samaguya@korea.kr, + 82-44-200-7162
Autres acteurs impliqués, acteurs de l'Etat impliqués
N/A

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

1. Mise en place d'un système anticorruption de partenariat public-privé

Texte d'engagement:

"Mise en place d'un système anticorruption de partenariat public-privé"

Le but de cet engagement est d'établir un système de gouvernance anti-corruption durable avec la participation du public. Pour ce faire, un organisme de coopération public-privé qui reflète les opinions du public dans les politiques et continue de mettre en œuvre des politiques de lutte contre la corruption devrait être créé et géré; un système permettant au public de participer aux politiques de lutte contre la corruption et de communiquer devrait être créé; une campagne nationale pour une société transparente devrait être menée. Dans la mise en œuvre des politiques de lutte contre la corruption, la gouvernance public-privé et la participation du public seront effectivement rendues possibles grâce à la mise en œuvre de cet engagement, et l'appréciation du public sur les politiques de lutte contre la corruption et le niveau d'intégrité dans toute la société augmentera à terme.

Voici des moyens spécifiques de mettre en œuvre l'engagement:

1) Un comité de partenariat public-privé contre la corruption impliquant des représentants du secteur public, de l'économie, de la fonction, de la société civile, du monde universitaire et de la presse devrait être créé et participer au processus de proposition, d'inspection et d'évaluation des politiques de lutte contre la corruption.

2) «Le panel public de suivi des politiques transparentes» devrait être créé et géré pour réexaminer les mesures anti-corruption globales et les mesures importantes de chaque département qui ont un impact important sur le public, du point de vue du public; De plus, la People's Idea Box, une plate-forme en ligne pour les propositions politiques, devrait être utilisée pour promouvoir la participation du public, comme l'évaluation des politiques de lutte contre la corruption et de transparence.

3) «L'accord de société transparente» devrait être conclu à tous les niveaux de la société par fonction et par région afin que la culture transparente puisse se propager.

Jalons:

  • Trouver un programme politique anticorruption par le biais d'un comité de partenariat public-privé pour une société transparente
  • Le contrôle public des politiques transparentes
  • Trouver et discuter des politiques anti-corruption en utilisant à tout moment la `` Boîte à idées du peuple ''
  • Soutenir la signature de l'accord de société transparente par fonction et par région et collaborer avec les parties concernées
  • Refléter les résultats de la surveillance publique sur les initiatives transparentes dans les politiques

Date de début: 1 septembre 2018 Date de fin: À suivre

Note éditoriale: pour le texte intégral de l'engagement, veuillez consulter 4e plan d'action national de la Corée 2018-2020 at https://bit.ly/2JvQr98.

Aperçu de l'engagement

Vérifiabilité

Pertinence de la valeur OGP (telle que rédigée)

Impact potentiel

Aboutissement

At-il ouvert le gouvernement?

Pas assez spécifique pour être vérifiable

Suffisamment spécifique pour être vérifiable

Accès à l'information

Participation civique

Responsabilité publique

Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité

Aucun

Mineur

Moderate

transformatrice

Pas démarré

limité

Substantiel

Complété

Aggravé

N'a pas changé

Marginal

Majeur

Exceptionnel

1. Global

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Contexte et objectifs

Le but de cet engagement est de réformer le système anticorruption en augmentant la participation du public. Cet objectif sera atteint grâce à une série d'initiatives complémentaires, notamment la formation d'un comité de partenariat public-privé contre la corruption, la création d'un comité de surveillance public pour examiner les mesures anticorruption et la signature d'un «accord de société transparent» pour bâtir une culture de transparence à tous les niveaux de la société. Le gouvernement considère la réforme anticorruption comme une priorité et a inclus cet engagement dans son plan quinquennal complet de lutte contre la corruption.

Les poursuites engagées contre d'anciens présidents, Park Geun-Hye et Lee Myung-bak, pour corruption ont révélé l'existence de la corruption en Corée du Sud. (1) En 2018, selon l'indice de perception de la corruption de Transparency International, la Corée du Sud a obtenu un score de 57 sur 100, reflétant une perception publique de niveaux modérés de corruption dans le secteur public. (2) Ceci malgré les nombreux efforts du gouvernement pour lutter contre la corruption, notamment la divulgation des finances des hauts fonctionnaires, l'introduction d'une loi anti-corruption et d'autres politiques anti-corruption.

Grâce à cet engagement, selon la Commission anticorruption et des droits civils (ACRC), le comité multipartite sera chargé de définir le programme global de lutte contre la corruption en Corée du Sud et de proposer des réformes connexes. (3) Selon les règlements introduits avant la formulation de cet engagement, le comité comprendra des représentants du gouvernement, de la société civile, des médias, du monde universitaire, des groupes d'intérêt public et du secteur privé. Le panel public de suivi, quant à lui, comprendra des acteurs citoyens ayant un intérêt particulier à éradiquer la corruption et à promouvoir l'intégrité. Ce groupe représentatif bénévole, sélectionné parmi un pool de candidats par l'ACRC, sera régulièrement consulté par l'ACRC sur l'efficacité des politiques de lutte contre la corruption et d'intégrité. (4)

Bien que la mise en place d'un comité public-privé, la création d'un panel public de suivi et l'utilisation de la plateforme en ligne soient généralement des activités vérifiables, la plupart des étapes de cet engagement manquent de spécificité. Par exemple, les rôles et les compétences du comité et du groupe d'experts ne sont pas précisés dans le texte d'engagement et la manière dont le gouvernement fera la promotion de la plateforme en ligne est peu claire. Le gouvernement a cependant confirmé que People's Idea Box (5) est une plateforme en ligne, qui a été activement utilisée par les citoyens. (6) Les jalons ne proposent pas non plus de date de fin et servent donc largement à refléter un engagement large, mais vague, en faveur de la réforme anticorruption dans le pays.

Cet engagement est pertinent par rapport à la valeur OGP de la participation civique car il offre aux citoyens la possibilité de participer et d'informer l'élaboration des politiques de lutte contre la corruption. Celles-ci comprennent la création d'un comité multipartite chargé de proposer, d'inspecter et d'évaluer les politiques anticorruption; le fonctionnement du groupe public de surveillance pour surveiller et fournir des informations en retour sur l'efficacité de ces politiques; et l'utilisation de la People's Idea Box, (7) une plateforme en ligne permettant aux citoyens de soumettre des propositions politiques.

Au moment où cet engagement a été conçu, le public n'avait que peu de chances de participer de manière significative à l'élaboration ou à la mise en œuvre de politiques anticorruption. Selon Transparency International, les canaux permettant aux citoyens et à la société civile de participer aux processus d'élaboration des politiques consistaient en grande partie à fournir des commentaires ou des propositions. (8) Par exemple, la boîte à idées populaire préexistante recevait des propositions politiques, y compris celles relatives à la lutte contre la corruption. (9) Cependant, on ne savait pas si ces propositions éclairaient régulièrement la prise de décision.

Cet engagement aura un impact potentiel modéré sur l'augmentation de la participation des citoyens à la réforme de la lutte contre la corruption. Le fonctionnement du comité multipartite et du panel public de suivi s'appuiera sur une participation citoyenne modeste préexistante à la lutte contre la corruption, en permettant aux citoyens de diriger le programme politique et de surveiller sa mise en œuvre. (10) Le fonctionnement continu et l'expansion potentielle de la boîte à idées du peuple complèteront ces efforts et continueront de fournir aux citoyens un canal fiable pour soumettre des propositions politiques pour examen. En outre, l'accord de société transparent, bien que non juridiquement contraignant, entend aller au-delà d'un acte déclaratif ponctuel, pour rassembler un réseau d'acteurs engagés dans la lutte contre la corruption. (11)

Bien que ces initiatives représentent des avancées importantes dans le renforcement de la participation des citoyens aux efforts de lutte contre la corruption, la spécificité limitée de plusieurs jalons empêche une évaluation complète de l'impact potentiel de l'engagement. La clarté limitée sur la portée du comité multipartite dans la proposition de réformes et sur la mesure dans laquelle le groupe de suivi public peut influencer la prise de décision, par exemple, a une incidence directe sur la question de savoir si cet engagement conduira à un changement significatif du statu quo. Il est également pertinent de noter dans ce contexte que certaines étapes (1.1 - 1.3) incluses dans cet engagement ont été franchies avant son introduction.

Prochaines étapes

Si cet engagement propose un certain nombre de mesures potentiellement prometteuses pour accroître la participation du public aux efforts de lutte contre la corruption, un manque de spécificité quant à la nature et à la portée de ces mesures limite une évaluation approfondie de l'impact potentiel.

Si cet engagement se concrétise dans les futurs plans d'action, l'IRM recommande d'introduire des jalons plus spécifiques et mesurables, avec un accent particulier sur les initiatives qui soulignent clairement le rôle du conseil multipartite et du groupe de surveillance public pour influencer la prise de décision.

(1) Benjamin Haas, "L'ancien président sud-coréen emprisonné pendant 15 ans pour corruption" (The Guardian, 5 octobre 2018), https://www.theguardian.com/world/2018/oct/05/south-korean-president-jailed-15-years-corruption-lee-myung-bak.
(2) Transparence Internationale, Corruption Perceptions Index (2018), https://www.transparency.org/cpi2018.
(3) Commission coréenne de lutte contre la corruption et des droits civils, "Promouvoir le partenariat public-privé"(consulté en juillet 2020), http://www.acrc.go.kr/en/board.do?command=searchDetail&method=searchList&menuId=02031605.
(4) Id.
(5) Korean Anti-Corruption and Civil Rights Commission, "e-People (www.epeople.go.kr)" (consulté en juillet 2020), http://www.acrc.go.kr/en/board.do?command=searchDetail&method=searchList&menuId=020208.
(6) Ministère de l'intérieur et de la sécurité, «Pre-publication comments on draft South Korea IRM Design Report 2018-2020», Independent Reporting Mechanism, juillet 2020
(7) Korean Anti-Corruption and Civil Rights Commission, "e-People (www.epeople.go.kr)" (consulté en juillet 2020), http://www.acrc.go.kr/en/board.do?command=searchDetail&method=searchList&menuId=020208.
(8) Sanghak Lee (Transparency International South Korea), entretien avec un chercheur de l'IRM, 3 juin 2020.
(9) Commission coréenne de lutte contre la corruption et des droits civils, Bulletin de transparence de l'ACRC en Corée (17 mai 2018), http://www.acrc.go.kr/en/board.do?command=searchDetailPrint&menuId=020503&boardNum=69734&confId=63.
(10) Lee, interview.
(11) Id.

Engagements

  1. Système anti-corruption public-privé

    KR0036, 2018, Anti-corruption

  2. Système de gestion des lieux de performance

    KR0037, 2018, Accès à l'information

  3. Système de politique de nom réel

    KR0038, 2018, Accès à l'information

  4. Système d'inspection de sécurité

    KR0039, 2018, Pétitions électroniques

  5. Système de diplomatie publique

    KR0040, 2018, Participation publique

  6. Forum de communication ouvert

    KR0041, 2018, Gouvernement électronique

  7. Participation citoyenne à l'élaboration des politiques

    KR0042, 2018, Gouvernement électronique

  8. Divulgation de la quantité de substance nocive contenue dans les aliments

    KR0043, 2018, Accès à l'information

  9. Open Data

    KR0044, 2018, Accès à l'information

  10. Disposition des ressources du patrimoine culturel

    KR0045, 2018, Infrastructure et transport

  11. Open National Priority Data

    KR0046, 2018, Accès à l'information

  12. Gestion de la qualité des données publiques

    KR0047, 2018, Accès à l'information

  13. Conformité volontaire Administration des douanes

    KR0048, 2018, Renforcement des capacités

  14. Organisation Divulgation d'informations en ligne

    KR0022, 2016, Accès à l'information

  15. Informations sous forme originale

    KR0023, 2016, Accès à l'information

  16. Modèle standard pour les informations préliminaires

    KR0024, 2016, Accès à l'information

  17. Divulgation des données nationales

    KR0025, 2016, Accès à l'information

  18. Gestion de la qualité des données publiques

    KR0026, 2016, Accès à l'information

  19. Utilisation libre du format ouvert

    KR0027, 2016, Accès à l'information

  20. Normes de données ouvertes

    KR0028, 2016, Accès à l'information

  21. Groupes de citoyens Conception de services gouvernementaux

    KR0029, 2016, Renforcement des capacités

  22. Environnement du service gouvernemental

    KR0030, 2016, Gouvernement électronique

  23. Portails de services citoyens

    KR0031, 2016, Renforcement des capacités

  24. Application de services aux citoyens

    KR0032, 2016, Anti-corruption

  25. Recherche sur la corruption dans le secteur public

    KR0033, 2016, Gouvernement électronique

  26. Accessibilité des citoyens aux statistiques de la LPHO

    KR0034, 2016, Aide

  27. Divulgation d'informations sur les aides internationales

    KR0035, 2016, Aide

  28. Renforcement de la collaboration public-privé

    KR0017, 2014, Gouvernement électronique

  29. Fournir des services personnalisés

    KR0018, 2014, Communautés marginalisées

  30. Améliorer la divulgation de l'information

    KR0019, 2014, Accès à l'information

  31. Renforcement de l'éthique de la fonction publique

    KR0020, 2014, Anti-corruption

  32. Encourager le secteur privé à utiliser les données publiques

    KR0021, 2014, Accès à l'information

  33. Fourniture de divers services publics

    KR0001, 2012, Gouvernement électronique

  34. Renforcement de la surveillance citoyenne du gouvernement

    KR0002, 2012, Ouverture fiscale

  35. Utiliser les personnes électroniques pour promouvoir la participation du public à l'élaboration des politiques

    KR0003, 2012, Participation publique

  36. Promouvoir le système de proposition pour recevoir électroniquement les commentaires du public

    KR0004, 2012, Gouvernement électronique

  37. Élaborer un manuel sur la recherche d'un consensus entre diverses parties prenantes

    KR0005, 2012, Gouvernement électronique

  38. Effectuer des visites sur le terrain pour interagir directement avec les intervenants

    KR0006, 2012, Gouvernement électronique

  39. Simplifiez les formulaires de demande en ligne des affaires civiles

    KR0007, 2012, Gouvernement électronique

  40. Affiner le portail pour qu'il soit plus convivial

    KR0008, 2012,

  41. Personnaliser les services en ligne pour les entreprises

    KR0009, 2012, secteur privé

  42. Mettre en place un hub en ligne des affaires civiles pour fournir des services 24-hour

    KR0010, 2012, Gouvernement électronique

  43. Divulguer des informations critiques sur l'alimentation, l'environnement et l'éducation

    KR0011, 2012, Gouvernement électronique

  44. Engager les OSC sur les informations pertinentes à divulguer

    KR0012, 2012, Participation publique

  45. Renforcer la divulgation d'actifs pour les fonctionnaires

    KR0013, 2012, Anti-corruption

  46. Surveiller les restrictions sur l'emploi post-public

    KR0014, 2012, Anti-corruption

  47. Publication d'informations publiques à l'usage du secteur privé sur le portail de partage de données

    KR0015, 2012, Gouvernement électronique

  48. Impliquer les citoyens dans les processus administratifs et budgétaires

    KR0016, 2012, Gouvernement électronique

Open Government Partnership