Ignorer la navigation
Serbie

Formations et campagnes de protection des lanceurs d'alerte (RS0006)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Premier plan d'action pour la Serbie 2014-2015

Cycle du plan d'action : 2014

Statut : Inactif

Institutions

Institution chef de file : Ministère de la justice

Institution(s) de soutien : Agence de lutte contre la corruption Bureau de gestion des ressources humaines Organisations de la société civile

Domaines politiques

Anti-Corruption, Législation et réglementation, Protections des dénonciateurs

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat pour la Serbie 2014-2016, Serbie Rapport d'avancement 2014-2016

Suivi : Non

Premiers résultats : marginaux

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : accès à l'information, responsabilité publique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

Il est de plus en plus nécessaire de détecter la corruption, tandis que les possibilités sont réduites en raison du manque de protection adéquate des personnes disposées à fournir certaines informations sur la corruption dont elles ont une connaissance directe.
La protection actuelle des lanceurs d'alerte est régie par les dispositions de plusieurs lois et règlements (loi sur la fonction publique, loi sur le libre accès à l'information d'intérêt public et loi sur l'agence anticorruption, le règlement sur la protection des personnes soupçonnées de corruption). et sa portée est limitée pour plusieurs raisons (définition de la personne bénéficiant de la protection, étendue de la protection, cas dans lesquels une protection est fournie, champ de sanctions non réglementé pour les personnes qui se vengent, qui sont indemnisées ou qui décernent des lanceurs d'alerte) . Par conséquent, il est nécessaire d'établir un cadre juridique uniforme en adoptant une législation qui réglementera ce domaine de manière globale. En outre, il est nécessaire de renforcer la confiance du public et des personnes qui sont des lanceurs d'alerte potentiels, afin que leur pleine protection soit assurée par l'adoption de la loi. En ce sens, le ministère chargé de la justice a élaboré un projet de loi sur la protection des lanceurs d'alerte, mené le débat public et rédigé le texte du projet de loi soumis au gouvernement. Le gouvernement a formulé le projet de loi et l'a soumis à l'Assemblée nationale pour examen et adoption de la loi.

Résumé du statut de fin de session IRM

Engagement 6. Formations et campagnes de protection des lanceurs d'alerte

Texte d'engagement:

     1. Formation professionnelle des fonctionnaires des organes de l'administration publique et des employés des collectivités locales sur les procédures et l'importance de la protection des lanceurs d'alerte en tant que prévention de la corruption

                        une. développer un programme de formation professionnelle pour les fonctionnaires et les
employés des unités gouvernementales

                        b. assurer la formation professionnelle des fonctionnaires et de l'autonomie locale
unités employés

      2. Mener une campagne de sensibilisation des citoyens aux droits et à la protection des
dénonciateurs;

                        une. développer un programme pour la campagne

                        b. adoption du programme de la campagne

                        c. mise en œuvre du programme de la campagne

Institution (s) responsable (s): Ministère de la justice

Institution (s) de soutien: Agence de lutte contre la corruption; Bureau de gestion des ressources humaines; Les OSC

Date de début: Trimestre II 2015 Date de fin: En cours

 

But de l'engagement:

L’engagement visait à améliorer les connaissances des fonctionnaires et des fonctionnaires des administrations locales autonomes sur les droits et la protection des dénonciateurs grâce à des formations adéquates dispensées par le Bureau de la gestion des ressources humaines. Il visait également à informer le grand public par le biais d'une campagne de sensibilisation.

 

Statut

Mi-parcours: substantiel

Le rapport d'autoévaluation du gouvernement indiquait que des formations étaient organisées pour les fonctionnaires, mais les chercheurs de l'IRM n'ont pas pu trouver de réponse fiable sur la question de savoir si des formations étaient organisées pour les employés des collectivités locales, combien avaient été organisées, combien de temps avaient-elles été organisées, ou combien de fonctionnaires ont assisté. La campagne de sensibilisation à la loi sur la protection des lanceurs d'alerte a été menée en juin 2015 avec le soutien du projet de réforme judiciaire et de responsabilisation du gouvernement de l'USAID (JRGA).[Note 24: Site Web de la campagne, [serbe] http://uzbunjivaci.rs/postupak.html ] Le site de la campagne fournit des informations claires et concises sur le rôle, les droits et la protection des lanceurs d'alerte. Pour plus d'informations, voir le rapport IRM à mi-parcours de 2014-2015 en Serbie.

Fin du mandat: substantiel

Bien que la campagne de sensibilisation ait été menée à bien au cours de la première année et après la fin de la campagne, les formations destinées aux fonctionnaires sont restées limitées. Les chercheurs de l'IRM n'ont pas été en mesure de confirmer le nombre de formations organisées pour les fonctionnaires et les agents de l'autonomie locale, mais des médias ont confirmé que des formations avaient été organisées sur 500 à l'intention des juges.[Remarque 25: «Vous êtes déjà parti dans Novom Sadu», RTV, 19 September 2016, http://bit.ly/2gaLeEH] Les formations devaient se poursuivre dans 2016 et la prochaine formation organisée par le Bureau de la gestion des ressources humaines est prévue pour 25 octobre 2016.[Note 26: Le site web ne donne pas d'informations détaillées sur les formations passées. «Programme de formation», Bureau de gestion des ressources humaines, République de Serbie, http://bit.ly/2g7ioTY ]

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: marginal

Responsabilité publique: marginale

Les lanceurs d'alerte sont des acteurs clés dans la lutte contre la corruption, mais le niveau de protection et de sensibilisation à leurs droits a découragé les lanceurs d'alerte potentiels. Une loi visant à protéger les dénonciateurs n'a été adoptée que dans 2014. En ce qui concerne les objectifs de cet engagement, les formations définies dans cet engagement sont toujours en cours et l'impact de la campagne ne peut être évalué de manière exhaustive qu'à long terme. L'évaluation de l'impact de la campagne de sensibilisation nécessiterait des données longitudinales sur les tendances en matière de dénonciation en Serbie, qui ne sont actuellement pas disponibles, car la loi est encore relativement nouvelle et les données existent uniquement pour 2014 et 2015. Le médiateur serbe a évoqué cette conclusion dans son rapport annuel 2015. En particulier, le médiateur a déclaré qu'il était trop tôt pour évaluer l'impact de la loi, mais que le nombre de personnes sollicitant une protection en vertu de la loi est passé de trois personnes sur 2014 à 13.[Note 27: Protecteur des citoyens: Ombudsman de la Serbie, “Annual Report 2015”, République de Serbie, 15 March 2016, http://bit.ly/2eUdkGE] Toutefois, les effets de cet engagement ont été limités étant donné que, lors de la réunion consultative de l'IRM en septembre 2015, des représentants de la société civile ont décrit les problèmes liés à la loi.[Note 28: “La réunion consultative des organisations de la société civile sur le gouvernement ouvert en Serbie”, http://bit.ly/2eU95eb ] Les représentants des organisations de la société civile ont fait remarquer qu'il n'était peut-être pas suffisant de convaincre les citoyens de devenir des lanceurs d'alerte, car ils mettaient l'accent sur la prévention de la corruption plutôt que sur la protection des citoyens.[Note 29: “La réunion consultative des organisations de la société civile sur le gouvernement ouvert en Serbie”, http://bit.ly/2eU95eb] et la loi n'était pas assez précise pour les protéger s'ils dénoncent une corruption.[Note 30: “Zaštita Uzbunjivača u Srbiji [Protection des lanceurs d'alerte en Serbie]”, Centre d'études euro-atlantiques (CEAS), June 2015, [serbe] http://bit.ly/2fdJDLI]

Globalement, cet engagement a eu un effet marginal sur l'accès à l'information dans le contexte de la sensibilisation et de la protection des lanceurs d'alerte. L’effet marginal est mieux perçu dans l’augmentation limitée du nombre de personnes demandant la protection de la loi. Cela peut s'expliquer par le fait que la campagne a duré peu de temps et que le site Web promotionnel de la campagne, bien que concret, informatif et accessible, ne permet pas une interaction avec les citoyens (par exemple, pour poser des questions ou douter). .[Note 31: Site Web de la campagne, [serbe] http://uzbunjivaci.rs/postupak.html]

En encourageant la prévention de la corruption par le biais du cadre juridique, mais avec une sensibilisation limitée, cet engagement a eu un effet marginal sur le nombre de personnes se livrant à la dénonciation, avec 10 supplémentaires par rapport à l'année précédente.

Néanmoins, les chercheurs de l'IRM ont noté que les effets à long terme de cet engagement et de ses activités connexes pourraient accroître l'ouverture du gouvernement. Cela dépend en grande partie de la manière dont la loi est appliquée. Plus précisément, l'impact de l'engagement pourrait augmenter avec une application adéquate et lorsque les citoyens et les représentants du gouvernement s'habitueraient au cadre juridique, à la pratique de la dénonciation et à la protection des lanceurs d'alerte, concept relativement nouveau en Serbie étant donné que la loi sur la protection des dénonciateurs entré en vigueur uniquement dans 2014.[Note 32: Igor Jovanović, «Les dénonciateurs ont une meilleure protection en Serbie», News, Balkan Insight, 5 June 2015, http://bit.ly/2gaPAfd]

Reportés?

Bien que l'engagement n'ait pas été tenu, ni l'engagement ni les engagements relatifs à la protection des lanceurs d'alerte sont inclus dans le plan d’action 2016-2018.


Engagements

Open Government Partnership