Ignorer la navigation
Seychelles

Mise en œuvre de la Loi sur l'accès à l'information (SYC0002)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action des Seychelles 2019-2021

Cycle du plan d'action: 2019

Statut: actif

Institutions

Institution chef de file: Commission de l'information

Institution (s) d'appui: Bureau du vice-président Département de l'information Commission de l'information Département des technologies de l'information et de la communication Département de l'éducation Département des affaires juridiques Plates-formes de la société civile (CEPS)

Domaines politiques

Accès à l'information, Capacité? bâtiment, E-gouvernement, Communautés marginalisées, Droit à l'information

Revue IRM

Rapport IRM: Examen IRM en attente

En vedette: en attente de révision IRM

Premiers résultats: examen IRM en attente

Conception i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs de l'OGP: accès à l'information, à la technologie

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement: examen IRM en attente

Description

Quel est le problème public que l'engagement traitera?
Suite à la promulgation de la loi de 2018 sur l'accès à l'information, les autorités publiques et leurs fonctionnaires respectifs ont du mal à mettre en œuvre la nouvelle loi, ce qui les empêche de fournir efficacement au public les informations dont ils ont besoin. Les organismes publics ne savent toujours pas comment procéder quand ils répondent à une demande du public et le public ne comprend pas son droit en matière d'accès à l'information et ce qui est et ce qui n'est pas autorisé par cette nouvelle loi. Le retard dans la mise en place de la Commission de l'information, comme l'exige la loi, a également provoqué un recul dans la mise en œuvre de la nouvelle loi, car le Département de l'information, placé sous la tutelle du vice-président, a dû intervenir pour aider les organismes publics, quoique: lui-même devant naviguer dans un territoire inconnu. Il y a également des retards dans la mise en place d'une page Web ATI pour une divulgation proactive, et la mauvaise gestion des informations et des dossiers pose constamment de nombreux problèmes lorsque le public demande des informations ou leurs fichiers. Les organisations de la société civile ne sont pas équipées pour mieux aider les citoyens à exercer leurs droits en matière d'accessibilité à l'information. À l'heure actuelle, les citoyens ne sont pas pleinement sensibilisés à la Loi sur l'accès à l'information et à la façon de se procurer les informations / dossiers dont ils ont besoin.

Quel est l'engagement?
Les autorités publiques et leurs fonctionnaires respectifs devront être formés et sensibilisés aux principes et processus de la loi sur l'accès à l'information. Cela comprend la garantie de l'autonomie des responsables de l'information nommés. Les citoyens devront également être sensibilisés à leurs droits par rapport à leur droit constitutionnel d'accéder à l'information publique, à la loi sur l'accès à l'information elle-même et aux avantages qu'elle peut leur apporter. Les commissaires à l'information devraient également être formés à ce qui est exigé de la commission de l'information à ses débuts; le rôle de la Commission et des responsables de l'information; le rôle de sensibilisation et d'éducation de la Commission; le traitement des dossiers d'appel renvoyés à la Commission et la rédaction du rapport de suivi et d'évaluation de la Commission. Le gouvernement devra évaluer la situation actuelle et l'état des documents publics dans toutes leurs entités, et également effectuer une évaluation du type de systèmes d'information de gestion et de procédures et mécanismes de saisie de données existants, pour permettre la réalisation de l'ATI. Le gouvernement devra également élaborer un cadre législatif simple mais cohérent pour la gestion et l'accès aux informations gouvernementales dans le spectre du gouvernement numérique, par le biais de réformes échelonnées (à commencer par la législation réglementant les archives), soutenues par des politiques et des pratiques efficaces et efficientes.
Les organisations de la société civile devront être formées et équipées pour sensibiliser et éduquer activement les citoyens / la société. Les campagnes de sensibilisation des citoyens, à commencer par les écoles et tous les établissements d'enseignement jusqu'aux personnes âgées et aux personnes handicapées, doivent connaître ce droit constitutionnel et comment l'exercer.

Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public?
L'engagement fournira aux autorités publiques, aux responsables de l'information, les bons outils / matériels pour aider la demande d'information du public. En outre, il permettra aux citoyens et aux organisations de la société civile de collaborer avec les responsables gouvernementaux pour remédier aux irrégularités concernant la diffusion d'informations. La Commission de l'information serait également mieux placée pour savoir comment fonctionner en tant que Commission et comprendre son rôle vis-à-vis des entités publiques, des responsables de l'information et du public. Une société bien éduquée et sensibilisée grâce à des registres accessibles et des systèmes d'information de gestion mis en place par le biais de politiques et de lois, d'un secrétariat du CEPS renforcé et équipé et d'autres plateformes de la société civile pour faciliter le processus, rendra l'accès à l'information transparent, efficace et opportun.

Pourquoi cet engagement est-il pertinent pour les valeurs OGP?
Cet engagement est pertinent pour l'accès à l'information et la participation civique car il favorisera la transparence, autonomisera les citoyens, combattra la corruption et exploitera les nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. Un système de gestion des dossiers et une version simplifiée de la loi seront créés pour mettre les informations publiques à la disposition des citoyens, ainsi que pour améliorer la qualité des informations dirigées par les bureaux du gouvernement, garantissant l'institutionnalisation de la responsabilité et la bonne gouvernance.

Informations complémentaires
Les engagements du PAN sont conformes à la Vision 2033 des Seychelles et à la première stratégie nationale de développement (NDS). La mise en œuvre de cet engagement sera contrôlée par le Comité RBM.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

2. Mise en œuvre de la Loi sur l'accès à l'information

Les autorités publiques et leurs représentants respectifs devront être formés et sensibilisés aux principes et processus de la Loi sur l'accès à l'information. Cela comprend la garantie de l'autonomie des responsables de l'information nommés.

Les citoyens devront également être sensibilisés à leurs droits par rapport à leur droit constitutionnel d'accéder à l'information publique, à la Loi sur l'accès à l'information elle-même et à la manière dont elle peut leur être bénéfique.

Les commissaires à l’information devraient également être formés à ce qui est demandé à la Commission de l’information à ses débuts; le rôle de la Commission et des agents d'information; le rôle de sensibilisation et d'éducation de la Commission; le traitement des dossiers de recours renvoyés à la Commission et la rédaction du rapport de suivi et d'évaluation de la Commission.

Le gouvernement devra évaluer la situation actuelle et l'état des archives publiques dans toutes ses entités, et également procéder à une évaluation du type de systèmes d'information de gestion et des procédures et mécanismes de saisie des données existants, pour permettre l'accès à l'information.

Le gouvernement devra également élaborer un cadre législatif simple mais cohérent pour la gestion et l'accès à l'information gouvernementale dans le cadre du gouvernement numérique, au moyen de réformes par étapes (en commençant par la législation régissant les archives), appuyées par des politiques et des pratiques efficaces et efficientes.

Les organisations de la société civile devront être formées et équipées pour sensibiliser et éduquer activement les citoyens / la société.

Les campagnes de sensibilisation des citoyens, à partir des écoles et de tous les établissements d'enseignement jusqu'aux personnes âgées et aux personnes handicapées, doivent connaître ce droit constitutionnel et comment l'exercer.

Objectif principal

Cet engagement fournira aux autorités publiques et aux responsables de l'information les outils / matériels appropriés pour répondre à la demande d'information du public. En outre, il offrira aux citoyens et aux organisations de la société civile la possibilité de collaborer avec des représentants du gouvernement pour remédier aux irrégularités concernant la distribution d'informations.

La commission d'information serait également mieux placée pour savoir comment fonctionner en tant que commission et comprendre son rôle vis-à-vis des entités publiques, des responsables de l'information et du public.

Une société bien éduquée et sensibilisée grâce à des registres accessibles et des systèmes d'information de gestion mis en place par le biais de politiques et de lois, un secrétariat du CEPS renforcé et équipé et d'autres plates-formes de la société civile pour faciliter le processus, rendra l'accès à l'information transparent, efficace et opportun.

Milestones

  • La Commission de l’information (en collaboration avec le Département de l’information) mènera des programmes de formation à l’intention de tous les agents de l’information en vue de l’exercice de leurs fonctions en vertu de la Loi sur les thèmes suivants:
    1. Valeur de l'ATI et son rôle
    2. Recevoir et répondre aux demandes
    3. Divulgation proactive
    4. Gestion des documents
  • La Commission de l’information (en collaboration avec le Département de l’information) pour faciliter la formation des commissaires à l’accès à l’information et du personnel de la Commission de l’information par des personnes-ressources des commissions de l’accès à l’information de juridictions comparables.
  • Commission de l’information (en collaboration avec le Département de l’information) pour sensibiliser et former les autorités publiques afin de changer l’esprit du secret en un état de participation civique, de responsabilité et d’assistance aux citoyens.
  • Une évaluation des dossiers gouvernementaux dans l'ensemble de l'exécutif a lieu pour informer le gouvernement de l'état des dossiers et des mesures nécessaires.
  • Une page Web d'accès à l'information pour la divulgation proactive dans chaque entité gouvernementale.
  • DICT a mis en place dans chaque entité gouvernementale un système d'information de gestion.
  • La Commission de l’information (en collaboration avec le Département de l’information) affectera des OSC spécifiques à l’éducation et la sensibilisation des citoyens.
  • La Commission de l’information (en collaboration avec le Département de l’information) veillera à ce que des campagnes de sensibilisation des citoyens aient lieu, à partir des écoles et de tous les établissements d’enseignement, y compris les personnes âgées et les personnes handicapées.
  • Former et équiper la société civile pour mener les campagnes de sensibilisation.

Note éditoriale: Pour le texte complet de cet engagement, veuillez consulter le plan d'action des Seychelles à l'adresse https://www.opengovpartnership.org/documents/seychelles-action-plan-2019-2021/.

Évaluation du rapport de conception de l'IRM

Vérifiable:

Oui

Pertinent:

Accès à l'information, à la technologie et à l'innovation pour la transparence et la responsabilité

Impact potentiel:

Moderate

Analyse des engagements

Le droit d'accéder à l'information est garanti par l'article 28 de la Constitution des Seychelles. La Loi sur l'accès à l'information (ATI) a été promulguée en juillet 2018 et suivie de la création de la Commission de l'information. (36) La société civile seychelloise atteste avoir fait pression en faveur de la loi aux niveaux national et international, y compris par le biais du Rapporteur spécial sur la liberté d'expression et l'accès à l'information (ATI) pour l'Afrique en 2015. (37) Grâce à la Constitution et à la Loi sur l'accès à l'information, les citoyens ont droit à l'information détenue par des organismes publics et peuvent l'obtenir soit par une divulgation proactive et régulière par le gouvernement, soit par une divulgation réactive en réponse aux informations demandées et déposées par les canaux appropriés. (38) Les responsables de l'information sont nommés par nomination par les entités publiques et servent de travailleurs de première ligne dans la mise en œuvre de la loi. (39)

Un changement progressif vers des conditions favorisant l'accès à l'information semble être en cours malgré l'absence de cadre de mise en œuvre accompagnant la Loi sur l'accès à l'information. (40) Selon un fonctionnaire de la Commission de l'information, l'utilisation de la loi par les citoyens et les membres de l'Assemblée nationale avait déjà dépassé les attentes dès la première année de mise en œuvre, avec 3,000 800 demandes d'informations déposées, bien au-delà de l'objectif de 900 à XNUMX demandes. (41) L'Initiative pour la transparence des Seychelles (TI-S) a été la clé pour y parvenir, car elle a fait la promotion de la loi et a fourni des orientations. TI-S a également conclu un partenariat avec la Commission de l'information pour mener diverses activités promotionnelles. (42) Parmi les autres efforts qui ont pu y contribuer, citons la publication des noms des responsables de l'information dans le journal et le lancement du site Web de la Commission de l'information. (43) et des activités de sensibilisation telles qu'un séminaire télévisé, une célébration télévisée de la Journée de l'accès universel à l'information et une formation aux médias. (44) Ces efforts sont conformes aux priorités stratégiques du Département des technologies de l'information et des communications (DICT) pour 2019-2021, qui comprennent, entre autres, aider les MDA à se conformer à la Loi sur l'accès à l'information, promouvoir une meilleure utilisation des sites Web gouvernementaux et éliminer les obstacles. qui entravent la mise en œuvre de la loi. (45)

Toutes les agences gouvernementales sont tenues de divulguer de manière proactive les informations publiques et de soumettre leurs plans de publication d'informations à la Commission de l'information (46) et créer une page Web ATI. (47) Avant le PNA, les Seychelles s'étaient engagées à améliorer la divulgation proactive dans leur stratégie des Seychelles 2017, déclarant qu'elles établiraient un système de communication intra-gouvernemental qui améliorerait les communications entre les agents publics à travers les MDA gouvernementaux. Le même système hébergerait les données numérisées du Bureau du registraire général, faisant ainsi office de portail de données ouvertes. (48) Un bureau d'information du public «à guichet unique» serait également créé. (49)

Pour pérenniser ces premiers acquis, l'engagement vise à résoudre plusieurs problèmes majeurs liés à l'accès à l'information. L'échec de la mise en œuvre a été une préoccupation commune à l'échelle mondiale en ce qui concerne la législation relative à l'accès à l'information, la plupart des pays mettant en œuvre la législation relative à l'accès à l'information connaissant diverses difficultés. (50) La même chose peut être dite aux Seychelles, où divers comptes suggèrent un non-respect de la bureaucratie à cet égard, en particulier lorsqu'il s'agit de cas de corruption, même avec des sanctions claires en place conformément aux articles 63 (3) ou 67 de la loi sur l'accès à l'information. . (51)

Les responsables gouvernementaux et les représentants de la société civile ont cité des retards importants dans la réception des réponses à leurs demandes d’information. Les agents d'information offrent souvent des excuses pour ne pas pouvoir accéder à certaines informations, car le dossier se trouve `` sur le bureau d'un ministre / commissaire '' (52), que les documents ont été détruits par `` champignon, incendie ou inondation '' (53) de refuser une demande en raison d'obstacles juridiques ou du fait que certaines informations ne relèvent pas du mandat d'une institution particulière de demander. (54) Selon un responsable de la Commission vérité, réconciliation et unité nationale (TRNUC), il subsiste une réticence arbitraire à divulguer certaines informations alors que la loi est en vigueur. (55) Les responsables de l'information ont également été décrits comme participant à une culture de «camouflage» par crainte de réactions négatives, de perte d'emploi et / ou de poursuites judiciaires qui pourraient suivre la divulgation de certaines informations. Les hauts fonctionnaires sont à leur tour décrits comme réticents à mettre en œuvre la loi en raison d'une perte perçue de pouvoir et de prestige. (56) Ces problèmes sont évidents lors de l'évaluation de la divulgation proactive; Les MDA et les agents publics ne parviennent souvent pas à se conformer aux exigences de divulgation proactive, telles que celles observées à partir de la faible déclaration des actifs, dans laquelle les agents du gouvernement ont tendance à se conformer uniquement lorsqu'ils sont confrontés à des conséquences juridiques (57) TI-S a également noté l'absence de l'état d'esprit nécessaire à une forte divulgation proactive et la réticence à partager des informations et à être tenue pour responsable en tant que facteurs. (58)

Il existe également d'autres défis institutionnels et structurels - Reporters sans frontières déclare que la législation seychelloise sur l'accès à l'information est affaiblie par les exemptions de la loi qui permettent aux agents publics de contourner les «questions sensibles» au nom de la sécurité nationale ou du maintien de l'économie. (59) La loi sur les secrets officiels des Seychelles aggrave encore ce problème. Associées à une mauvaise qualité de l'information, ces réalités érodent la confiance du public dans la capacité du gouvernement à honorer son engagement. (60) De même, certains problèmes sont causés par l'absence de procédures de transfert appropriées pour les membres du personnel entrants et sortants, ce qui oblige souvent les candidats à recommencer leurs demandes d'informations. Les membres de la société civile ont décrit des cas dans lesquels ils donnaient suite aux demandes après de nombreux mois de retard, pour recevoir une réponse indiquant que l'officier affecté à leur affaire était parti plusieurs mois plus tôt. (61) Sinon, les demandeurs d'accès à l'information sont laissés dans l'incertitude, avec leurs demandes d'accès à l'information en suspens. (62) Les dispositions de la loi ont été blâmées pour cela étant donné que la loi lie la responsabilité d'une réponse à un individu plutôt qu'à un bureau. À cela s'ajoute le fait que les responsables de l'information ont une autorité limitée et sont incapables de donner suite aux demandes ou de divulguer des informations de manière proactive sans obtenir une autorisation plus élevée. (63) On craint également que de nombreux responsables de l’information soient des fonctionnaires subalternes qui manquent souvent des compétences requises pour exercer leurs fonctions (64) et leur timidité est exacerbée par la culture bureaucratique qui oblige les fonctionnaires à «s'aligner». Un autre goulot d'étranglement peut être dû au fait que les agents de l'information ont souvent d'autres rôles au sein de leurs services qui reçoivent une plus grande priorité et également à la structure de rémunération des «indemnités». (65) L'impact du COVID-19 sur l'économie a conduit au retrait de cette allocation, ce qui pourrait affecter les taux de réponse futurs. (66)

Les Seychelles possèdent également une infrastructure d'accès à l'information faible et une mauvaise gestion des archives. (67) Les documents sont généralement stockés dans d'anciens bâtiments ou conteneurs, ce qui entraîne la destruction des documents par les moisissures et les champignons. (68) Alternativement, les informations peuvent être disponibles mais dans un format inaccessible. (69) L'accès à certains types d'informations gouvernementales reste également difficile. (70) Bien que l'on espère que le nouveau projet de loi sur les archives publiques résoudra certains de ces problèmes, (71) les ressources et le financement présentent également des défis supplémentaires, la Commission de l'information fonctionnant avec un budget restreint et des ressources limitées. (72) Un scepticisme supplémentaire à l'égard de la loi existe suite à la décision du ministère des Finances, du Commerce, de l'Investissement et de la Planification économique de réduire le budget, ce qui pourrait sérieusement retarder la mise en place de systèmes d'information de gestion. (73) Pendant ce temps, le public a également du mal à comprendre où vérifier les informations, où soumettre une demande d'informations, l'étendue de ses droits à l'information et jusqu'où il peut aller pour revendiquer ces droits. (74)

L'engagement est vérifiable mais pourrait être renforcé en incluant des dimensions qui mettent en évidence la portée de la formation, par exemple, les nombres à former, la nature et la forme des campagnes de sensibilisation à entreprendre, ou comment la formation des membres de la société civile se déroulerait en cascade. L'engagement est pertinent aux valeurs du PGO d'accès à l'information et à la technologie et à l'innovation pour l'ouverture et la responsabilité. En ce qui concerne ce dernier, les jalons atteignent cet objectif en introduisant des systèmes d'information de gestion et en améliorant les sites Web gouvernementaux grâce à l'introduction de pages Web d'accès à l'information. Il serait important que le gouvernement examine comment ces derniers interagissent avec d'autres portails de données ouvertes du gouvernement. En ce qui concerne l'accès à l'information, l'engagement introduit une multitude d'interventions qui ciblent les systèmes de travail internes et l'environnement de travail, en se concentrant sur le renforcement de la capacité interne du gouvernement à atteindre ces objectifs. Les parties prenantes interrogées par le chercheur de l'IRM sont assez optimistes quant à la mise en œuvre intégrale de cet engagement et pensent que cet engagement conduira à la production d'informations, déclenchera une demande d'informations et pourrait encourager une plus grande participation du public. (75)

L'engagement est considéré comme ayant un impact potentiel modéré. L'engagement décrit les étapes initiales pertinentes vers la mise en œuvre de la loi, telles que la formation des fonctionnaires et l'évaluation des documents gouvernementaux. Cependant, il ne résout pas les contraintes budgétaires et la diminution des ressources. En outre, s'éloigner d'une culture organisationnelle du secret et de la structure d'incitation existante nécessitera des actions allant au-delà de la formation technique. La mise en œuvre efficace de la Loi sur l'accès à l'information serait facilitée par la prise en compte de certains facteurs critiques, notamment l'analyse de l'expérience utilisateur et la consommation de données; clarifier la manière dont la commission d'information, le médiateur, les citoyens et les autorités publiques se recoupent au sein de l'écosystème de l'ATI; rechercher la volonté politique et le leadership; disposer de mécanismes de contrôle indépendants, non partisans et dotés de ressources suffisantes; et l'établissement et la mise en œuvre de sanctions sévères en cas de non-conformité. (76) Sensibiliser les médias à un examen plus approfondi pourrait également être utile pour s'assurer que les demandes d'accès à l'information conduisent à une analyse et à une synthèse des questions qui facilitent le débat public plutôt que de favoriser la politique partisane ou l'auto-agrandissement. (77) Les étapes techniques de cet engagement seront plus efficaces lorsqu'elles seront associées à un soutien politique de haut niveau et à un engagement actif des médias et de la société civile.

Prochaines étapes

Pour être transformateur, l'engagement devrait répondre à certaines des préoccupations énoncées afin d'améliorer la transparence et la responsabilité du gouvernement. La Commission de l’information et la DICT doivent élaborer un cadre de mise en œuvre pour guider l’approche par étapes pour résoudre certains des problèmes les plus systémiques. Des liens avec le cadre de gestion de la performance devraient également être établis en tant qu'indicateurs de greffage sur l'accès à l'information au sein du système de gestion de la performance pour assurer une amélioration continue, (78) comme un système de récompenses pour des performances exemplaires.

La Commission de l’information pourrait s’associer à la société civile pour rechercher des moyens d’élargir ses pouvoirs afin de contrôler, instruire et sanctionner le gouvernement et soumettre son évaluation lors de la révision de la loi. La Commission de l’information pourrait également explorer des mesures pratiques pour dissuader ou combattre les agents de l’information ou les tentatives d’autres responsables gouvernementaux de jouer avec le système. Il faudrait également tenir compte de la qualité de la divulgation proactive et de la qualité des informations fournies, en particulier en ce qui concerne leur validité, leur format et leur lisibilité. Le niveau de divulgation requis peut être prédéterminé avec certaines catégories d'informations devant être divulguées au minimum. Alternativement, les niveaux de divulgation peuvent être basés sur la quantité de demande pour des types particuliers d'informations, comme la pratique dans des pays comme le Mexique. (79) La Commission de l’information pourrait déterminer quelles catégories d’informations sont considérées comme minimales. Plus important encore, le gouvernement devra également s'attaquer aux problèmes de financement et de ressources humaines de la Commission. S'attaquer à ces différentes voies exigera une collaboration étroite entre la Commission de l'information et la société civile et entre les agences gouvernementales.

En ce qui concerne la sensibilisation, les parties prenantes interrogées ont indiqué que les efforts de sensibilisation indiquent également aux citoyens jusqu'où s'étend leur droit, plutôt que de fournir uniquement des informations générales, étant donné que les citoyens ne comprennent pas jusqu'où ils peuvent aller pour revendiquer leur droit à l'information. Pour éliminer certaines des barrières culturelles dans la mise en œuvre de la loi, il a été suggéré que la formation sur l'accès à l'information soit greffée dans les programmes d'enseignement de base, les enfants étant informés de leurs droits d'accès à l'information. Au sein du gouvernement, il a été suggéré de dispenser une formation obligatoire à tout le personnel lors du recrutement, quel que soit son poste. Cela pourrait aider les représentants du gouvernement à mieux comprendre et à respecter le droit du public à l'information sur le long terme.

(36) "President Faure Assents to the Access to Information Act 2018" (Bureau du Président des Seychelles, juil.2018), http://www.statehouse.gov.sc/news/4044/president-faure-assents-to-the-access-to-information-act-2018.
(37) «Livre blanc sur le projet de loi sur le droit à l'information - Préparé par le CEPS» (Citizen Engagement Platform Seychelles, février 2017), http://www.civilsociety.sc/2017/02/white-paper-on-right-to-information-bill-prepared-by-ceps/.
(38) "Le président Faure approuve la loi sur l'accès à l'information 2018".
(39) Commission d'information des Seychelles, entretien avec un chercheur de l'IRM, 9 juin 2020; "La Commission de l'information célèbre la Journée de l'accès universel à l'information" (Seychelles Nation, sept. 2019), http://www.nation.sc/articles/1761/information-commission-celebrates-universal-access-to-information-day.
(40) Commission d'information des Seychelles, entretien; Daniel Laurence, "Le projet de loi garantissant la liberté de l'information est approuvé par les législateurs des Seychelles" (Seychelles News Agency, mai 2018), http://www.seychellesnewsagency.com/articles/9190/Bill+guaranteeing+freedom+of+information+is+approved+by+lawmakers+in+Seychelles.
(41) Commission d'information des Seychelles, entretien.
(42) Transparency Initiative Seychelles, entretien avec un chercheur de l'IRM, 16 juin 2020.
(44) "La Commission de l'Information célèbre la Journée de l'Accès Universel à l'Information".
(45) "Déclarations budgétaires basées sur la performance des programmes: Ministères, départements et agences, volume I" (Ministère des finances, du commerce, de l'investissement et de la planification économique, 2018), http://www.finance.gov.sc/uploads/national_budget/PPBB%20Volume%201.pdf, P 56.
(46) "Loi sur l'accès à l'information" (Gouvernement de la République des Seychelles, 2018), https://seylii.org/sc/ACT%204%20OF%202018.PDF.
(47) "Seychelles OGP National Action Plan 2019-2021" (Gouvernement de la République des Seychelles, 2019), https://www.opengovpartnership.org/documents/seychelles-action-plan-2019-2021/.
(48) André Standing, «Seychelles Feasibility Study» (Fisheries Transparency Initiative, 2016), http://fisheriestransparency.org/wp-content/uploads/2016/06/FiTI_FeasibilityStudy_Seychelles_final_20160608.pdf, P 13.
(49) «Déclarations budgétaires basées sur la performance du programme», p. 56.
(50) Maíra Martini, "Lois sur le droit à l'information: impact et mise en œuvre" (U4 Anti-Corruption Resource Centre, mai 2014), https://www.u4.no/publications/right-to-information-laws-impact-and-implementation.pdf; Gilbert Sendugwa & Tammy O'Connor, «Global Right to Information Update: An Analysis by Region» (Freedom of Information Access Network, juil. 2013), https://www.access-info.org/wp-content/uploads/global_right_to_information_update_28-8-2013.pdf.
(51) «Loi sur l'accès à l'information»; "2015 Country Reports on Human Rights Practices: Seychelles" (Département d'État des États-Unis, avril 2016), https://www.refworld.org/docid/57161210c.html.
(52) Transparency Initiative Seychelles, entretien.
(53) Commission vérité, réconciliation et unité nationale des Seychelles, entretien avec un chercheur de l'IRM, 17 juin 2020.
(54) Ibid .; Citizen Engagement Platform Seychelles, entretien avec un chercheur de l'IRM, 3 juin 2020.
(55) Commission vérité, réconciliation et unité nationale des Seychelles, entretien.
(56) Ibid .; Citizen Engagement Platform Seychelles, entretien avec un chercheur de l'IRM, 3 juin 2020.
(57) «La liberté dans le monde 2018: Seychelles» (Freedom House, 2018), https://www.refworld.org/country,,,, SYC ,, 5b2cb84b4,0.html.
(58) Transparency Initiative Seychelles, entretien.
(59) "Seychelles: Preserving the Paradise Image at All Costs" (Reporters sans frontières, consulté en juin 2020), https://rsf.org/en/seychelles.
(60) Commission vérité, réconciliation et unité nationale des Seychelles, entretien; Transparency Initiative Seychelles, entretien; Beymie Bonnelame, "Les Seychelles obtiennent la note la plus élevée en Afrique subsaharienne sur l'indice de corruption, selon le groupe" (Seychelles News Agency, janvier 2020), http://www.seychellesnewsagency.com/articles/12306/Seychelles+earns+highest+mark+in+sub-Saharan+Africa+on+corruption+index,+group+says.
(61) Transparency Initiative Seychelles, entretien.
(62) Ibid.
(63) Ibid .; Commission vérité, réconciliation et unité nationale des Seychelles, entretien; Citizen Engagement Platform Seychelles, entretien.
(64) Commission d'information des Seychelles, entretien; Commission vérité, réconciliation et unité nationale des Seychelles, entretien.
(65) Transparency Initiative Seychelles, entretien.
(66) Transparency Initiative Seychelles, entretien.
(67) «Plan d'action national du PGO des Seychelles 2019-2021»; "Déclarations budgétaires basées sur la performance du programme".
(68) Commission d'information des Seychelles, entretien; Citizen Engagement Platform Seychelles, entretien.
(69) Commission d'information des Seychelles, entretien.
(70) Commission vérité, réconciliation et unité nationale des Seychelles, entretien; Patsy Athanase, [traduction] «La Commission des Seychelles n'est pas un tribunal, elle cherche à combler les divisions» (Justice Info. Mars 2020), https://www.justiceinfo.net/en/truth-commissions/44041-gabrielle-louise-mcintyre-the-seychelles-commission-is-not-a-court-it-seeks-to-bridge-divisions.html; «Relever les défis de la productivité, de la participation et des performances des Seychelles» (Banque mondiale, août 2017), https://www.worldbank.org/en/country/seychelles/publication/meeting-seychelles-productivity-participation-and-performance-challenges.
(71) Commission d'information des Seychelles, entretien.
(72) Transparency Initiative Seychelles, entretien.
(73) Commission d'information des Seychelles, entretien.
(74) Transparency Initiative Seychelles, entretien; Commission vérité, réconciliation et unité nationale des Seychelles, entretien.
(75) Citizen Engagement Platform Seychelles, entretien; Commission vérité, réconciliation et unité nationale des Seychelles, entretien; Commission d'information des Seychelles, entretien.
(76) Laura Neuman et Richard Calland, «Faire fonctionner le droit de l’accès à l’information: les défis de la mise en œuvre» (dans Ann Florini (éd.), Le droit de savoir: transparence pour un monde ouvert, 2007), New York: Columbia University Press, pp. 179-213; Martini, "Lois sur le droit à l'information".
(77) Laurence, "Le projet de loi garantissant l'accès à l'information est approuvé".
(78) «Plan d'action national du PGO des Seychelles 2019-2021»; Martini, "Lois sur le droit à l'information".
(79) Neuman & Calland, «Faire fonctionner la loi sur l'accès à l'information»; Martini, «Lois sur le droit à l'information»; "L'approche latino-américaine de la transparence et de l'accès à l'information" (Evidence and Lessons from Latin America, 2011), http://foiadvocates.net/wp-content/uploads/Guide_TheLatinAmericanApproachtoTransparencyandAccesstoInformation.pdf; Helen Darbishire, "Dix défis pour le droit à l'information à l'ère des méga-fuites" (dans Tarlach McGonagle et Yvonne Donders (éd.), Les Nations Unies et la liberté d'expression et d'information: perspectives critiques, 2015), Amsterdam: Universiteit van Amsterdam, https://www.access-info.org/wp-content/uploads/CriticalPerspectivesonRightofAccesstoInfo_HelenDarbishire.pdf;

Open Government Partnership