Ignorer la navigation
Sri Lanka

Renforcer le cadre anticorruption pour accroître la participation constructive du public (LK0016)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national du Sri Lanka 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Bureau du président, CIABOC (Commission indépendante)

Institution (s) de soutien: FCID, ministère public, toutes les organisations et coalitions intéressées par la lutte contre la corruption (société civile, secteur privé)

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Capacité? bâtiment, Ouverture fiscale, Transparence fiscale, Législation & Régulation, Surveillance des politiques budgétaires / fiscales, Secteur privé

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d’exercice au Sri Lanka 2016-2018, Rapport à mi-parcours sur le Sri Lanka 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Conception i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: accès à l'information, participation civique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

La lutte contre la corruption est un élément crucial et indissociable du gouvernement ouvert et doit être abordée sous le double angle de l'appréhension et de la prévention. La reconnaissance de la prévalence de la corruption dans le secteur public et ailleurs constitue un précédent nécessaire pour traiter le problème de manière globale. Une approche multipartite est nécessaire pour garantir que la méthode de résolution du problème soit représentative et participative, tout en garantissant un cadre législatif solide et conforme aux obligations de la CNUCC pour le Sri Lanka. Questions à traiter: 1.Assurer la conformité avec la Constitution (Article 156A) et les obligations de la CNUCC de l’État, y compris la nécessité d’inclure le secteur privé dans le cadre de lutte contre la corruption mentionné dans le Jalon 1. 2.Assurer la coordination et le partage d'informations entre les différentes agences de lutte contre la corruption. 3.L'absence d'évaluation et de conclusions à publier sur la nécessité de disposer d'un groupe d'enquêteurs indépendants sur les questions de corruption. 4.L'absence de stratégie nationale de prévention de la corruption. 5.Nécessité de réglementer le financement des campagnes politiques, y compris la divulgation des donateurs et des fournisseurs de ressources. 6.Inaptitude à diffuser les déclarations de patrimoine accessibles au public. 7.Adresser la déconnexion dans le mandat des enquêtes sur la corruption et les enquêtes de blanchiment d’argent. 8.La nécessité de modifier la section 17 de la loi CIABOC afin de partager des informations entre les organes d’enquête sur la corruption. Objectif principal: renforcer le cadre de lutte contre la corruption et faciliter la concertation tripartite; public, privé, surveillance par la société civile et appropriation des efforts de lutte contre la corruption.1. Le gouvernement organisera un sommet national sur la lutte contre la corruption New December 20164.
a) Le CIABOC soumettra au ministère des Finances un budget de ses dépenses prévisionnelles pour la prévention et la lutte contre la corruption pour l'année, avec des justifications publiques.
Nouveau Août 2016 Août 2016
Mai 2017 Juin 2017
Mai 2018 Juin 2018
b) Le gouvernement doit allouer les provisions budgétaires demandées dans ses prévisions budgétaires nationales annuelles avec des justifications publiques en cas de divergence.
Nouveau novembre 2016 décembre 2016
Nov. 2017 déc. 2017
c) Le CIABOC doit rendre compte publiquement des allocations de dépenses annuelles et des dépenses de l'exercice 2017, sans préjudice des enquêtes en cours. Nouveau janvier 2018 Mars 20189. Le CIABOC doit mettre en place un conseil interinstitutions pour la prévention de la corruption, qui, en consultation avec la société civile et le secteur privé, sera responsable de l'ensemble des activités de prévention de la corruption au Sri Lanka. Le conseil facilitera la contribution de l’État, du secteur privé et de la société civile à l’élaboration d’un plan d’action sur deux ans pour la prévention de la corruption. Ce plan d'action assignera des objectifs de mise en œuvre à l'échelle de l'État, du secteur privé et de la société civile à entreprendre pour:
a) Intégrer la prévention de la corruption dans tous les organismes publics,
b) Assurer des rôles de supervision clairs ainsi que de suivi et d'évaluation,
c) Fournir des ressources suffisantes pour la prévention de la corruption,
d) Fonder le plan d'action en matière de prévention sur une évaluation globale et robuste du système de lutte contre la corruption (par exemple, Évaluation du système national d'intégrité),
e) Permettre une participation significative des acteurs non étatiques, en particulier de la société civile, à la conception du plan d'action Nouveau janvier 2017 juin 2018
10. Le gouvernement doit présenter une déclaration / serment de tolérance zéro à l’égard de la corruption, qui doit figurer bien en évidence dans les entrées de tous les bureaux de l’État, ainsi que les coordonnées de la hotline des plaintes du CIABOC. Nouveau octobre 2016 sept. 2017

Résumé du statut de fin de session IRM

16. Participation du public au cadre anti-corruption

Texte d'engagement:

Renforcer le cadre anticorruption pour accroître la participation constructive du public (première partie)

[...]

Objectif principal:

Jalons:

  • 1 Le gouvernement organisera un sommet national sur la lutte contre la corruption.
  • 2
  1. a) le CIABOC à soumettre au ministère des Finances un budget de ses dépenses prévisionnelles pour la prévention et la lutte contre la corruption pour l'année, avec des justifications publiques;
  2. b) le gouvernement doit allouer les provisions budgétaires demandées dans ses prévisions budgétaires annuelles avec des justifications publiques en cas de divergence;
  3. c) Le CIABOC doit rendre compte publiquement des allocations de dépenses annuelles et des dépenses de l'exercice 2017, sans préjudice des enquêtes en cours.
  • 3 CIABOC va mettre en place un conseil interinstitutions pour la prévention de la corruption, qui, en consultation avec la société civile et le secteur privé, sera responsable de l'ensemble des activités de prévention de la corruption au Sri Lanka. Le conseil facilitera la contribution de l’État, du secteur privé et de la société civile à l’élaboration d’un plan d’action sur deux ans pour la prévention de la corruption. Ce plan d'action assignera des objectifs de mise en œuvre à l'échelle de l'État, du secteur privé et de la société civile à entreprendre pour:
  1. Intégrer la prévention de la corruption dans les agences publiques,
  2. Assurer des rôles de supervision clairs ainsi que de suivi et d'évaluation,
  3. Fournir des ressources suffisantes pour la prévention de la corruption,
  4. Fonder le plan d'action en matière de prévention sur une évaluation globale et robuste du système de lutte contre la corruption (par exemple, Évaluation du système national d'intégrité),
  5. Permettre une participation significative des acteurs non étatiques, en particulier de la société civile, à la conception du plan d'action.
  • Le gouvernement 4 doit présenter une déclaration / serment de tolérance zéro à l'égard de la corruption, qui doit figurer bien en évidence dans les entrées de tous les bureaux de l'État, avec les coordonnées de la ligne directe du CIABOC pour les plaintes.

Institution responsable: Commission d'enquête sur les allégations de corruption ou de corruption (CIABOC)

Institution de soutien: Transparency International Sri Lanka (TISL)

Date de début: August 2016 ....... Date de fin: Juin 2018

Note de la rédaction: Le texte de l'engagement a été abrégé pour des raisons de mise en forme. Pour le texte intégral de l'engagement, voir le Plan d'action national du Sri Lanka 2016 – 2018 à l'adresse http://bit.ly/2wv3jXR.

But de l'engagement:

Cet engagement visait à renforcer le cadre anticorruption en augmentant la participation constructive du public aux activités et aux processus anticorruption. Les parties prenantes des gouvernements et de la société civile ont prévu que, grâce à cet engagement, le public serait en mesure de contribuer à une mise en œuvre plus efficace des décisions de lutte contre la corruption, d'exercer un contrôle et de mettre en place des mécanismes de responsabilisation.

Statut

Mi-parcours: limité

L’engagement a été mené à bien à mi-parcours. La Commission d’enquête sur les allégations de corruption et de corruption (CIABOC) a confirmé que le gouvernement avait organisé un sommet national sur la lutte contre la corruption le 9 de décembre, afin de marquer la Journée nationale de lutte contre la corruption (Jalon 2016). Cependant, tous les autres éléments de cet engagement sont restés incomplets ou n'ont pas encore commencé.

Le CIABOC a soumis et reçu des allocations pour les dépenses prévues dans le budget national en 2016 et 2017 (Milestone 16.2). Le gouvernement a également inclus les détails pertinents dans les prévisions budgétaires complètes publiées pour l'exercice 2018. Le CIABOC a également publié un rapport annuel trilingue en 2016 contenant des informations de base sur les dépenses du CIABOC. Cependant, un représentant de Transparency International Sri Lanka (TISL) a noté que les preuves de la justification publique du budget étaient limitées.

Le CIABOC n’a pas mis en place de conseil interinstitutions pour la prévention de la corruption chargé de mener la campagne de prévention de la corruption et de superviser l’élaboration d’un plan d’action pour la prévention de la corruption (Milestone 16.3). Bien que le CIABOC ait convoqué un groupe divers de parties prenantes pour délibérer sur les mécanismes potentiels de prévention de la corruption, TISL a noté que peu de développements concrets, voire aucun, découlaient de cette discussion. Le CIABOC et TISL ont également confirmé qu'il n'y avait pas eu de discussions formelles sur l'introduction d'une déclaration ou d'un serment de tolérance zéro à mi-parcours (Milestone 16.4).

Fin du mandat: Limité

À la fin de son mandat, la mise en œuvre de l'engagement restait limitée.

Jalon 16.1: terminé.

Jalon 16.2: Selon un représentant de TISL, le CIABOC n’a publié aucune autre information sur son budget; au-delà des informations standard relatives aux estimations budgétaires nationales communiquées à mi-parcours.

Jalon 16.3: En décembre 2017, le CIABOC a annoncé publiquement son intention d'élaborer un plan d'action national de lutte contre la corruption. Le CIABOC a invité les citoyens intéressés à soumettre leurs suggestions et propositions par courrier postal, courrier électronique, fax ou un formulaire sur le site Web du CIABOC. La société civile a noté que la participation des citoyens au processus de formulation de suggestions et de propositions était limitée.

À la fin du mandat, TISL a confirmé que le plan d'action contre la corruption était toujours en cours d'élaboration et que son contenu n'était pas encore finalisé. Les discussions en faveur du développement, cependant, ont été inclusives et ont incorporé les contributions de la société civile. Bien que le CIABOC n'ait pas créé de conseil de prévention interinstitutions pour diriger l'ensemble de la campagne de prévention de la corruption, TISL a suggéré que le plan prospectif était susceptible de mettre l'accent sur la coopération interinstitutions dans la mise en œuvre.

Jalon 16.4: Selon TISL, les premières discussions sur l’élaboration du plan ont également laissé entendre que la déclaration ou le serment de tolérance zéro en matière de corruption figurerait probablement parmi les priorités concomitantes.

Le CIABOC n'a pas pu être joint pour commenter.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: marginal

Participation civique: marginale

Au début du plan d'action, la participation du public au cadre anticorruption était limitée. Les gens percevaient des niveaux élevés de corruption dans le secteur public, avec certaines institutions publiques, telles que la police et les douanes, faisant preuve d'une plus grande propension à la corruption. Reflétant ces sentiments, le Sri Lanka a été classé 95 parmi les pays 176 selon l'indice de perception de la corruption 2016, perdant les places 12 de 2015. Dans l'indice 2017, le Sri Lanka a obtenu des points 2 et a progressé de places 4 pour être classé 91 parmi les pays 180. Bien que ce classement serve de point de comparaison imparfait en raison de l’évolution annuelle du nombre de pays considérés, il suggère néanmoins une amélioration marginale de la perception de la corruption par les citoyens au Sri Lanka. Compte tenu des résultats limités, il est toutefois peu probable que cette amélioration soit imputable à cet engagement.

Cet engagement visait à introduire la participation du public dans le cadre de la lutte contre la corruption et à contribuer ainsi directement à l’ouverture du gouvernement. S'il était pleinement mis en œuvre, l'engagement aurait amélioré la transparence financière et l'accès à l'information en ouvrant le budget du CIABOC à l'examen du public. Bien que la société civile ait noté que le CIABOC n’avait pas pleinement mis en œuvre cette activité, la publication des prévisions budgétaires et des dépenses y afférentes a permis à cet engagement d'améliorer légèrement l'accès à l'information.

De même, la création d'un Conseil interinstitutions pour la prévention de la corruption aurait été une occasion sans précédent pour la société civile de participer à la prise de décisions en matière de lutte contre la corruption. Bien que le CIABOC n’ait pas créé ce conseil, les citoyens et les représentants concernés de la société civile ont été invités à soumettre des suggestions et à participer aux discussions en vue de l’élaboration du plan d’action pour la prévention de la corruption. La société civile a convenu qu'il s'agissait d'une amélioration marginale de la participation civique.

Reportés?

Le deuxième plan d'action du Sri Lanka n'a pas été publié au moment de la rédaction du présent rapport.

Dans le rapport d’avancement à mi-parcours 2016 – 2017 IRM, le chercheur en IRM a recommandé que cet engagement soit pleinement mis en œuvre. Cependant, le chercheur a également proposé un certain nombre de mesures supplémentaires pour renforcer l'engagement et renforcer l'impact potentiel. Celles-ci comprennent: l’introduction de dispositions et de protocoles pour la participation du public au processus budgétaire du CIABOC; mettre en place des mécanismes destinés au public pour enregistrer les plaintes relatives à ce processus; élargir la portée du plan d'action pour la prévention de la corruption pour englober le programme plus vaste de lutte contre la corruption; et la nomination d'un comité multipartite indépendant chargé de suivre et d'évaluer la mise en œuvre du plan d'action en matière de prévention.

Dans le plan d'action, tous les jalons liés à la corruption sont énumérés dans un seul engagement. Pour plus de clarté, ces jalons ont été séparés dans le présent rapport en six engagements différents (engagements 16 – 21), chacun explorant des composants distincts du cadre de lutte contre la corruption.

Sarath Jayamanne (Commission d'enquête sur les allégations de corruption), entretien réalisé par un chercheur de l'IRM, 20 September 2017; Asoka Obeyesekere (Transparency International Sri Lanka), interview réalisée par 29 August 2017, chercheur à l'IRM.

A. Mallawaarachchi, «Sommet national contre la corruption le 9 de décembre» (Nouvelles quotidiennes) http://dailynews.lk/2016/12/01/local/100709.

Prévisions budgétaires 2018 - Volume I (ministère des Finances, exercice financier 2018) 39, http://bit.ly/2rPTG5v.

Rapport annuel sur la corruption et la corruption - 2016 (Commission d'enquête sur les allégations de corruption ou de corruption, 2016) 87, https://www.ciaboc.gov.lk/images/annual_reports/Annual_Report_2016.pdf.

Sankhitha Gunaratne (Transparency International Sri Lanka), interview réalisée par 17 October 2017, chercheur à l'IRM.

Jayamanne, interview; Gunaratne, interview.

Gunaratne, interview.

Jayamanne, interview; Gunaratne, interview.

Maheshi Herat (Transparency International Sri Lanka), entretien réalisé par 27 September 2018, chercheur à l'IRM.

A. Mallawaarachchi, «Plan d'action national de lutte contre la corruption» (Daily News, 28 décembre 2017) http://bit.ly/2BzZsYq.

«Suggestions et propositions relatives au plan d'action national visant à éliminer la corruption au Sri Lanka» (Commission d'enquête sur les allégations de corruption ou de corruption, 2017) https://www.ciaboc.gov.lk/contact/suggestions.

Herat, interview.

Id.

Id.

Id.

Le chercheur de l'IRM a tenté à plusieurs reprises de joindre les représentants concernés en août et septembre 2018. Les tentatives ont été faites par téléphone et par courrier électronique.

«Le Sri Lanka devient plus corrompu» (Daily Mirror, 25 January 2017) http://bit.ly/2k31ICt.

«Les Sri Lankais versent plus de pots-de-vin à la police: TI» (Daily Mirror, 11 March 2017) http://bit.ly/2GDAw6f.

Indice de perception de la corruption (Transparency International, 25 January 2017) http://bit.ly/2j3Y63K.

Indice de perception de la corruption (Transparency International, 2 February 2018) https://bit.ly/2BJaDBF.

Herat, interview.

Rapport annuel sur la corruption et la corruption - 2016 (Commission d'enquête sur les allégations de corruption ou de corruption, 2016) 87, https://www.ciaboc.gov.lk/images/annual_reports/Annual_Report_2016.pdf.

Obeyesekere, entretien; Gunaratne, interview.

Herat, interview.


Engagements

  1. Les agents de l'intégrité vont réduire la corruption et la corruption

    LK0024, 2019, Renforcement des capacités

  2. Système de déclaration d'actif

    LK0025, 2019, Anti-Corruption

  3. Augmenter l'utilisation de RTI

    LK0026, 2019, Gouvernement électronique

  4. Participation citoyenne en santé

    LK0027, 2019, Gouvernement électronique

  5. Campagne contre la consommation de drogue par les jeunes

    LK0028, 2019, Éducation

  6. Open Data

    LK0029, 2019, Gouvernement électronique

  7. Politique de soutien à l'agriculture

    LK0030, 2019, Renforcement des capacités

  8. Participation des personnes handicapées

    LK0031, 2019, aménagement du territoire et aménagement du territoire

  9. Projet de loi sur les droits des personnes handicapées

    LK0032, 2019, Législation et Réglementation

  10. Planification de la gestion des catastrophes

    LK0033, 2019, Renforcement des capacités

  11. Politique environnementale nationale

    LK0034, 2019, Environnement et climat

  12. Mise en oeuvre de la CEDAW

    LK0035, 2019, Renforcement des capacités

  13. Livraison de service locale

    LK0036, 2019, Gouvernement électronique

  14. Commentaires sur le bus public

    LK0037, 2019, Gouvernement électronique

  15. Mise en œuvre de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant de manière participative

    LK0038, 2019, Législation et Réglementation

  16. Améliorer l'accès du public aux stratégies préventives et curatives de lutte contre l'insuffisance rénale chronique

    LK0001, 2016, Santé

  17. Politique transparente visant à fournir des médicaments sûrs et abordables pour tous

    LK0002, 2016, Renforcement des capacités

  18. Performance sanitaire nationale

    LK0003, 2016, Renforcement des capacités

  19. Assurer la transparence et l'impartialité de la politique et du processus de recrutement des enseignants au Sri Lanka

    LK0004, 2016, Renforcement des capacités

  20. Améliorer les services du centre d'information gouvernemental (GIC-1919) pour une gouvernance inclusive, transparente, responsable et efficace, en utilisant les TIC comme catalyseur

    LK0005, 2016, Renforcement des capacités

  21. Promouvoir le concept de données ouvertes et apporter les avantages aux citoyens grâce aux TIC

    LK0006, 2016, Renforcement des capacités

  22. Amendements de la loi nationale sur l'environnement (NEA)

    LK0007, 2016, Anti-Corruption

  23. Conservation de la côte

    LK0008, 2016, Renforcement des capacités

  24. Protection de la flore et de la faune

    LK0009, 2016, Renforcement des capacités

  25. Système de passation des marchés transparent et responsable pour les autorités locales au Sri Lanka

    LK0010, 2016, Renforcement des capacités

  26. Mise en œuvre du système d'approvisionnement des autorités locales

    LK0011, 2016, Ouverture fiscale

  27. Plan de travail annuel du Ministère de la condition de la femme et de l’enfant prévoyant l’inclusion d’un processus transparent et responsable pour l’application de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW). Observations finales.

    LK0012, 2016, Sexe

  28. Mise en œuvre de la CEDAW - Responsabilité

    LK0013, 2016, Sexe

  29. CEDAW - Inclusion

    LK0014, 2016, Sexe

  30. Renforcer la participation des femmes au processus de prise de décision politique au niveau local

    LK0015, 2016, Renforcement des capacités

  31. Renforcer le cadre anticorruption pour accroître la participation constructive du public

    LK0016, 2016, Anti-Corruption

  32. Mettre en œuvre la CNUCC

    LK0017, 2016, Anti-Corruption

  33. Coordination entre les agences anti-corruption

    LK0018, 2016, Anti-Corruption

  34. La corruption et le blanchiment d'argent

    LK0019, 2016, Anti-Corruption

  35. Campagne de financement

    LK0020, 2016, Anti-Corruption

  36. Diffuser la déclaration d'actif

    LK0021, 2016, Anti-Corruption

  37. Engagement étoilé La promulgation et la mise en œuvre de la loi RTI

    LK0022, 2016, Anti-Corruption

  38. Divulgation Proactive

    LK0023, 2016, Législation et Réglementation

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!