Ignorer la navigation
Tunisie

Développement d'une plate-forme électronique intégrée de signalement des pétitions de droit civil et de la corruption (TN0002)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Tunisie, Premier plan d'action, 2014-16

Cycle du plan d'action : 2014

Statut : Inactif

Institutions

Institution chef de file : Secrétariat d'État chargé de la gouvernance et de la fonction publique (La Cellule e-Gouvernement et le bureau central des relations avec les citoyens).

Institution(s) d'appui : Le comité de gouvernance et de lutte contre la corruption, Tous les ministères concernés.

Domaines politiques

E-gouvernement, Pétitions électroniques, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d'année en Tunisie 2014-2016, Rapport d'étape IRM Tunisie 2014-2015

Suivi : Non

Premiers résultats : n'a pas changé

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : participation civique, responsabilité publique, technologie

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

Cette plateforme contribuera à lutter contre la corruption et à promouvoir la participation des citoyens. Utilisant plusieurs canaux (site Web, centre d'appels, SMS, visites directes de citoyens, ...), le système sera un canal permettant de recevoir les plaintes des citoyens et de signaler les cas de corruption. Ces plaintes seront envoyées à différentes structures publiques aux niveaux central, régional et local. Le système assure le suivi de la requête tout au long du processus de traitement.
Le système permettra la publication de données sur les pétitions reçues et traitées par catégorie de pétition et par domaine. Il permettra aux citoyens de suivre leur processus de traitement des requêtes et sera conçu selon une approche participative impliquant des représentants de la société civile.
Ce système sera mis en œuvre par étapes pour couvrir toutes les structures publiques. Le premier concerne le nombre de ministères pilotes à déterminer ultérieurement.

Résumé du statut de fin de session IRM

2: plate-forme électronique de pétition civile et de rapports sur la corruption

Texte d'engagement: Cette plateforme contribuera à lutter contre la corruption et à promouvoir la participation des citoyens. Utilisant plusieurs canaux (site Web, centre d'appels, SMS, visites directes des citoyens), le système servira de point de contact pour recevoir les plaintes des citoyens et signaler les cas de corruption. Ces plaintes seront envoyées à différentes structures publiques aux niveaux central, régional et local. Le système assure le suivi de la requête tout au long du processus de traitement.

Le système permettra la publication de données sur les pétitions reçues et traitées par catégorie de pétition et par domaine. Il permettra aux citoyens de suivre leur processus de traitement des requêtes et sera conçu selon une approche participative impliquant des représentants de la société civile.

Ce système sera mis en œuvre par étapes pour couvrir toutes les structures publiques. Le premier concerne le nombre de ministères pilotes qui seront déterminés ultérieurement.

Institution (s) responsable (s): Secrétariat d’État chargé de la gouvernance et de la fonction publique (Unité du gouvernement et Bureau central des relations avec les citoyens).

Institution (s) de soutien: Le Comité Gouvernance et Lutte Contre la Corruption, tous les ministères impliqués.

Date de début: septembre 2014 Date de fin: juin 2016

Objectif de l'engagement

Cet engagement visait à créer une plate-forme que les citoyens pourraient utiliser pour signaler les cas de corruption. La plate-forme devait combiner plusieurs canaux de signalement - SMS, un site Web, un centre d'appels et le contact direct avec une institution publique. Dans 2014, lorsque cet engagement était inclus dans le plan d'action, le seul moyen de signaler une corruption était de porter plainte auprès du bureau de la police locale ou de la signaler aux plates-formes de ministères spécifiques, tels que le ministère des Transports.[Remarque: 10: le site Web du ministère des Transports pour signaler les cas de corruption est http://bit.ly/2roVg9Z.] De plus, les citoyens qui signalent des cas de corruption à la police n'ont jamais appris comment ils étaient traités.

Statut

Mi-parcours: limité

Selon le rapport d'autoévaluation du gouvernement, une loi sur les requêtes civiles était en cours d'élaboration sous la supervision d'un service central de la présidence du gouvernement et du Bureau central des relations avec les citoyens. Cependant, aucun budget n'a été approuvé pour la mise en œuvre du système de pétition civile. L'Agence de coopération internationale de la Corée du Sud (KOICA) s'est engagée à financer le projet, mais a peu progressé à mi-parcours. Le gouvernement n'a ni publié les exigences techniques de la plate-forme, ni partagé d'informations sur les détails de sa coopération avec KOICA.


Fin du mandat: Limité

L'accord de coopération a été signé et le descriptif de conception de la plate-forme a été finalisé à la fin de 2016. KOICA a fourni un montant de 5 USD pour la première phase de la mise en œuvre technique de la plate-forme. Cette phase a débuté en février 2016, tandis que la mise en œuvre technique devait commencer en janvier 2017. L’achèvement de la deuxième et dernière phase est prévu pour la fin de 2017. Le rapport d'auto-évaluation du gouvernement indique que la plate-forme doit encore être développée et que le personnel doit être formé.

Dix agences gouvernementales envisagent d'utiliser la plate-forme après son lancement et prêt à l'emploi. Ceux-ci comprennent le Bureau central des relations avec les citoyens, le Comité national de lutte contre la corruption et les bureaux pilotes des relations avec les citoyens dans les ministères, les gouvernorats et les sociétés d'État.

At-il ouvert le gouvernement?

Participation civique: n'a pas changé

Responsabilité publique: n'a pas changé

S'il avait été mis en œuvre, cet engagement aurait eu un impact majeur sur la lutte contre la corruption. La plate-forme créerait de multiples canaux permettant aux citoyens de signaler les cas de corruption et de les traiter via les ministères respectifs. Si l'administration publique était tenue de fournir des informations en retour sur les affaires liées à la corruption, cela instaurerait une culture de responsabilité publique au sein du gouvernement et contribuerait à renforcer la confiance du public.

À la fin du plan d'action, toutefois, la plate-forme n'avait pas encore été développée. En conséquence, l'engagement n'a pas amélioré la participation citoyenne ni la responsabilisation publique. L'ONG tunisienne Al Bawsala et d'autres représentants de la société civile ont rencontré Oubaid Briki, le nouveau ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance. Al Bawsala a indiqué que le ministre était disposé à faire progresser la mise en œuvre de l'engagement, y compris la plate-forme électronique de pétition civile et de rapports sur la corruption. Cependant, les progrès auraient été bloqués en raison de la résistance de certains directeurs du ministère.[Note 11: Entretien d'Al Bawsala avec le chercheur IRM, 1 February 2017.]

Les représentants de la société civile estiment que l'introduction du système électronique de pétition civile et de la plate-forme de signalement de la corruption est une priorité.[Note 12: Ibid.] Selon les membres de l’ONG e-Gov Society, il est très important d’accélérer le traitement des plaintes et de le faire gérer de manière indépendante par des experts.

Reportés?

Cet engagement a été reporté dans le deuxième plan d'action (engagement 10). Le libellé du nouvel engagement est similaire, sauf qu'il est explicitement indiqué que la plate-forme sera conçue avec la participation de représentants de la société civile. Le chercheur IRM recommande d’accélérer les travaux sur la plate-forme en gardant à l’esprit les points suivants:

       Un effort de promotion plus proactif est nécessaire pour impliquer le public dans la plate-forme anti-corruption, car sa facilité d'utilisation dépendrait de la sensibilisation des citoyens à l'outil.

       Suivre les progrès sur la mise en œuvre de l'engagement. Ses résultats doivent être mesurés par rapport à des indicateurs de succès spécifiques, tels que le nombre d'utilisateurs de la plateforme de reporting., le pourcentage de cas signalés et résolus, et le délai moyen de traitement d'un dossier et de ses résultats.


Engagements

Open Government Partnership