Ignorer la navigation
Tunisie

Améliorer la participation des personnes au processus de prise de décision (TN0010)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Tunisie, Premier plan d'action, 2014-16

Cycle du plan d'action : 2014

Statut : Inactif

Institutions

Institution chef de file : La Présidence du Gouvernement (La Direction Générale des Réformes Administratives et des Etudes Prospectives, les Services du Conseil Juridique) ; Le secrétariat d'État chargé de la gouvernance et de la fonction publique (Cellule e-Gouvernement)

Institution(s) d'appui : Toutes les structures publiques concernées

Domaines politiques

E-gouvernement, Participation du public, Gouvernance réglementaire

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d'année en Tunisie 2014-2016, Rapport d'étape IRM Tunisie 2014-2015

Suivi : Non

Premiers résultats : n'a pas changé

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : accès à l'information, participation civique, technologie

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

CommitmentCet engagement consiste à préparer le cadre juridique de la participation et à développer un portail de participation en ligne.
Les consultations seront examinées avant toute prise de décision publique majeure et avant la rédaction juridique. Ce cadre devrait déterminer les différentes étapes de l’adoption de la législation (lois, décrets,…) et identifier les intervenants et le rôle de chacun d’eux dans le processus, selon un calendrier prédéfini.
Développer un portail de participation électronique
Cette plateforme facilitera la communication et l’interaction avec les différents utilisateurs de l’administration. Plusieurs canaux de communication seront adoptés pour leur permettre d’exprimer leurs opinions, de faire des suggestions, de partager leurs idées sur la formulation des politiques et programmes publics et de suivre leur mise en œuvre. Le développement du portail se fera selon une approche participative impliquant des représentants de la société civile.

Résumé du statut de fin de session IRM

10: Participation citoyenne à la prise de décision

Texte d'engagement: Cet engagement consiste à préparer le cadre juridique de la consultation publique et à développer un portail de participation électronique.

       Préparer un cadre juridique pour la consultation publique:

Les consultations seront examinées avant toute prise de décision publique majeure et avant la rédaction juridique. Ce cadre devrait déterminer les différentes étapes de l’adoption de la législation (lois, décrets,…), ainsi que l’identification des intervenants et du rôle de chacun d’eux dans le processus, selon un calendrier prédéfini.

Responsable Institution (s): La présidence du gouvernement (Direction générale des réformes et des études prospectives, Services de conseil juridique)

       Développer un portail de participation électronique:

Cette plateforme facilitera la communication et l’interaction avec les différents utilisateurs de l’administration. Plusieurs canaux de communication seront adoptés pour leur permettre d’exprimer leurs opinions, de faire des suggestions, de partager leurs idées sur la formulation des politiques et programmes publics et de suivre leur mise en œuvre. Le développement du portail se fera selon une approche participative impliquant des représentants de la société civile.

Institution (s) responsable (s): Secrétariat d'Etat chargé de la gouvernance et de la fonction publique (Unité e-Gov)

Institution (s) de soutien: Toutes les structures publiques concernées

Date de début: juillet 2014 Date de fin: février 2016

Objectif de l'engagement

Cet engagement visait à élaborer une loi pour permettre des consultations publiques en ligne et à créer le premier portail de participation en ligne afin d'améliorer l'engagement civique dans les processus décisionnels clés. 

Statut

Mi-parcours: limité

Une première version du portail de participation électronique a été mise en place sous 2012 (http://www.consultations-publiques.tn). Même s'il ne permettait pas aux citoyens de voir ce que d'autres disaient et manquait de mécanismes de suivi de la mise en œuvre des réformes proposées, il était utilisé pour mener plusieurs consultations publiques. Par exemple, il a été utilisé pour les réformes relatives à la sécurité sociale et à la justice. Au cours d'entretiens, plusieurs organisations de la société civile se sont plaintes des efforts limités déployés par le gouvernement pour faire connaître les consultations en cours et mieux faire connaître l'initiative.[Note 35: Forum des parties prenantes organisé par le chercheur IRM, septembre 2015.] Certains ont critiqué le fait que les citoyens souffrant de certains handicaps physiques ne pouvaient pas accéder au portail de consultation, ainsi que le manque de publicité concernant le portail pour les expatriés. Pour plus d'informations, consultez le rapport d'avancement à mi-parcours IRM 2014-2015.[Note 36: OGP, Rapport d’avancement à mi-parcours de la IRM en Tunisie, 2014-15, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Tunisia2014-15_IRM%20Progress%20Report_Eng.pdf.]

Fin du mandat: Limité

En raison du rapport d’autoévaluation du gouvernement, une consultation publique en ligne a été organisée au début de 2016.[Note 37: Pour la consultation publique, voir http://www.consultations-publiques.tn/index.php?option=com_content&view=article&id=212:2016-04-18-05-57-35&catid=78:consultation2016.] discuter du cadre juridique pour mener des consultations publiques en ligne. Les résultats des consultations n'ont pas été rendus publics. Selon Mme Imen Tazarki, directrice de l'administration générale de la réforme et des études administratives prospectives, un décret sur la consultation publique contenant des articles sur 16 a été élaboré au cours du second semestre de 2016.[Note 38: voir la page web Tunisie OGP, http://www.ogptunisie.gov.tn/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=37&Itemid=242] Cela s'est produit en dehors de la période d'évaluation du présent rapport. Le décret devait être publié au Journal officiel de la République tunisienne (JORT) en novembre 2016. Cependant, en avril 2017, le décret était toujours en cours de révision par le tribunal administratif.

En juillet, 2016, le portail de participation électronique, qui constituait la deuxième partie de cet engagement, n’était pas encore pleinement opérationnel. L'autoévaluation du gouvernement a indiqué qu'un comité technique testait et évaluait le portail.[Remarque 39: Pour le plan d’action 2016-2018, voir la page de pays Tunisie OGP: https://www.opengovpartnership.org/country/tunisia/assessment.

]

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Participation civique: n'a pas changé

Le l'élaboration d'un cadre juridique et la création d'un portail de participation en ligne pourraient avoir un impact majeur sur la participation citoyenne à la prise de décision, tout en améliorant l'accès à l'information dans le processus de rédaction législative. Ni le cadre législatif, ni le portail électronique sur la participation n'ont été complètement développés et, par conséquent, le statu quo n'a pas changé. Les membres de la société civile qui participent aux réunions du comité directeur national suivent l'évolution du décret sur la consultation publique. Cependant, ils restent sceptiques quant à la date de lancement de 2017.

Reportés?

Cet engagement n'a pas été inclus dans le deuxième plan d'action. Néanmoins, étant donné l’importance des outils de participation citoyenne dans la Tunisie post-révolutionnaire, le chercheur de l’IRM estime que le gouvernement devrait compléter le portail et le publier afin que les citoyens et les organisations de la société civile puissent l’utiliser pour suivre et consulter les lois.


Engagements

Open Government Partnership