Ignorer la navigation
Tunisie

Développement d'une plate-forme électronique intégrée de signalement des pétitions de droit civil et de la corruption (TN0030)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Deuxième plan d'action national tunisien 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Ministère chargé de la fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption (Unité de l'administration électronique et bureau central des relations avec les citoyens).

Institution (s) de soutien: NA

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Capacité? bâtiment, E-gouvernement, Pétitions électroniques, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d'année en Tunisie 2016-2018, Rapport à mi-parcours de la Tunisie 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Conception i

Vérifiable: oui

Relatif aux valeurs du PGO: accès à l'information, participation civique, responsabilité publique, technologie

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Développement d'une plate-forme électronique intégrée de pétition civile et de rapports sur la corruption

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

10. Développer une plate-forme électronique intégrée de pétition civile et de signalement de la corruption (e-people)

Texte d'engagement:

Contribuer aux efforts de lutte contre la corruption et de promotion de la participation citoyenne.

Le système sera un guichet unique pour recevoir les plaintes des citoyens et signaler les cas de corruption. Ces plaintes seront transmises à différentes structures publiques aux niveaux central, régional et local. Le système assure le suivi de ces pétitions tout au long du processus de traitement.

En outre, cette plateforme permettra la publication de statistiques précises et catégorisées sur les plaintes et les notifications de cas de corruption traitées par différentes structures publiques.

Jalons:

  • Développer la plateforme et l'utiliser comme phase pilote dans 10 structures dont l'Autorité Nationale Anti-Corruption et le Bureau Central en charge de la relation avec les citoyens

Institution responsable: Présidence du gouvernement

Institution (s) de soutien:

Comme mentionné dans le plan d'action: L'Autorité nationale anti-corruption, Al Bawsala, je regarde

Comme évalué: Anti-Corruption and Civil Rights Korea, République de Corée

Date de début: Juin 2016           Date de fin: Mars 2018

Contexte et objectifs

Cet engagement a été repris du premier plan d'action tunisien. En décembre 2012, la lutte contre la corruption et les droits civils de la Corée a conclu un protocole d'accord avec le gouvernement tunisien, via son bureau du Premier ministre, pour échanger des experts en gouvernance et aider la Tunisie à lutter contre la corruption. L'un des projets sélectionnés était «e-people», une plate-forme où les citoyens pouvaient interagir avec l'administration, déposer des plaintes concernant sa prestation de services et suggérer des améliorations. (38) Les e-personnes existent déjà en Corée https://www.epeople.go.kr/ et l'idée derrière cette coopération était d'appliquer le même modèle en Tunisie.

Pour signaler un cas de corruption à l'ACA, il faut utiliser des méthodes classiques, telles que téléphoner à une hotline gratuite ou déposer une plainte en personne. L'ONG tunisienne I-Watch a développé une plateforme en ligne nommée Bilkamcha qui permet à quiconque de signaler un cas de corruption. I-Watch assurait ensuite le suivi, enquêtait et renvoyait l'affaire au tribunal.

Le titre de l'engagement pourrait être trompeur. Contrairement à la version coréenne, E-people Tunisia ne comprend pas de volet pétition. En fait, le système juridique tunisien ne dispose pas de mécanisme de pétition civile. Par ailleurs, I-Watch et Al Bawsala, les deux principales OSC anti-corruption en Tunisie, répertoriées comme partenaires dans l'engagement de ce plan d'action, n'ont pas participé à la mise en œuvre de cet engagement.

Cet engagement est conforme aux valeurs du PGO, à savoir l'accès à l'information, la participation civique et la responsabilité publique. Il offre aux citoyens la possibilité de signaler les cas d'inconduite et de corruption dans l'administration publique et d'accéder aux statistiques sur la manière dont les cas ont été résolus. L'engagement mentionne également la responsabilité du gouvernement de donner suite aux demandes reçues, ce qui rend cet engagement pertinent pour la reddition de comptes au public.

S'il était pleinement mis en œuvre, cet engagement aurait un impact potentiel modéré. Dans le contexte de niveaux élevés de corruption dans le secteur public, la mise à disposition d'une plateforme électronique permettant aux citoyens de signaler les cas de corruption pourrait être un outil important si le gouvernement devait donner suite aux plaintes soumises. Cependant, la mise en place institutionnelle de l'appropriation de la plateforme inquiète les principales OSC anti-corruption du fait que la mise en œuvre de cet engagement relève de la présidence du gouvernement. À leur avis, cela constitue un conflit d'intérêts puisque la plateforme est hébergée et gérée par l'Unité des relations avec le citoyen, qui relève de la présidence du gouvernement et examine les rapports sur les fautes ou la corruption au sein du gouvernement, plutôt qu'un organisme indépendant. , agence anti-corruption, qui serait mieux placée pour traiter ces plaintes. De plus, les OSC ont des inquiétudes concernant la confidentialité et la sécurité de la plateforme. En raison des plaintes des OSC, l'ACA s'est retirée de cet engagement et a rejoint les voix de la société civile qui demandent un audit et une forme d'engagement du gouvernement qui garantira la confidentialité des rapports des citoyens.

Aboutissement

Cet engagement a été réalisé dans une mesure limitée. Après la première année de mise en œuvre du plan d'action, la plateforme était à un stade avancé de préparation. L'Agence coréenne de coopération internationale (KOICA) a alloué 5 millions USD pour mener à bien cet engagement avec la présidence du gouvernement tunisien. Au moment de la rédaction du présent document, le site Web était en ligne, mais toutes ses sections n'étaient pas fonctionnelles.

Néanmoins, la gouvernance de la plateforme reste un problème. Les OSC et l'ACA estiment que la plateforme ne doit pas être hébergée et gérée par la présidence. Du point de vue du gouvernement, cet engagement est une opportunité qui fournirait un outil d'interaction avec les citoyens et ainsi initierait des programmes d'auto-amélioration. Les OSC ne sont pas convaincues que le gouvernement sera en mesure de sanctionner efficacement les abus tout en garantissant la confidentialité des plaignants. (39)

Les jalons précisent que la plateforme aurait une phase pilote et serait mise en œuvre dans 10 installations. Au moment de l'évaluation, ce n'était pas le cas.

Prochaines étapes

Pour que l'engagement soit reporté au prochain plan d'action, celui-ci doit être reformulé en tenant compte des préoccupations des OSC et de l'ACA. Le chercheur IRM recommande ce qui suit:

  • Le gouvernement devrait consulter l'ACA et les OSC pour parvenir à un terrain d'entente sur la gouvernance de la plateforme. Le serveur hôte de cette solution doit être une autorité neutre et indépendante qui pourrait garantir la confidentialité et la sécurité.
  • Définir un double back-end pour la plate-forme, permettant à ACA de recevoir et de gérer les plaintes soumises sur des cas de corruption.
(39) Entretien avec les OSC du comité multipartite OGP Tunisie, mai 2018

Résumé du statut de fin de session IRM

10. Élaboration d'une plateforme électronique intégrée de signalement des plaintes civiles et de la corruption (e-people)

Texte d'engagement:

Cette plateforme contribuera à lutter contre la corruption et à promouvoir la participation citoyenne. Utilisant plusieurs canaux (site Web, centre d'appels, SMS, visites directes des citoyens), le système sera un guichet unique pour recevoir les plaintes des citoyens et signaler les cas de corruption. Ces plaintes seront transmises aux différentes structures publiques aux niveaux central, régional et local. Le système assure le suivi de ces pétitions tout au long du processus de traitement. En outre, cette plate-forme permettra la publication de statistiques précises et catégorisées sur les plaintes et les notifications de cas de corruption traitées par différentes structures publiques.

Milestones:

Ce système sera mis en œuvre par étapes pour couvrir toutes les structures publiques. Le premier concerne 10 structures publiques pilotes.

Institution responsable: Présidence du gouvernement

Date de début: Juin 2016 Date de fin: Mars 2018

Note éditoriale: Ceci est une version abrégée du texte d'engagement. Pour le texte complet d'engagement du Plan d'action national de la Tunisie, voir ici.

But de l'engagement:

Cet engagement a été reporté du premier plan d'action. L'engagement visait à améliorer l'interaction entre les citoyens et le gouvernement en fournissant un guichet unique pour signaler la corruption.

Pour signaler des incidents de corruption en Tunisie, il faut utiliser des méthodes traditionnelles, comme téléphoner à une ligne téléphonique gratuite ou déposer une plainte en personne. Il n'est pas possible de soumettre des rapports via une plateforme en ligne. Cet engagement visait à fournir une plateforme en ligne permettant aux citoyens de soumettre des rapports via un portail Web et de recevoir des réponses du gouvernement.

Statut

À mi-parcours: limité

L'achèvement de l'engagement a été limité par l'évaluation à mi-parcours. Le site Web a été lancé et la plate-forme a fonctionné techniquement. La conception de l'engagement était censée être utilisée conjointement par le gouvernement et l'Autorité anti-corruption pour examiner les rapports et y apporter des réponses. Cependant, la gouvernance de la plateforme restait un sujet de controverse. Cette circonstance a retardé la pleine mise en œuvre de l'engagement. Les OSC et l'Autorité anti-corruption ont fait valoir que le gouvernement ne devrait pas gérer la plate-forme, car il pourrait se ranger du côté de ses propres institutions. En outre, les OSC estimaient que le gouvernement ne serait pas en mesure de sanctionner les abus tout en garantissant la confidentialité des plaignants. (47)

Fin du mandat: Substantiel

À la fin du mandat, la réalisation de cet engagement était substantielle. Le site Web a été lancé et fonctionnel. Cependant, le site Web n'a répertorié aucun rapport de corruption ni aucune suggestion d'amélioration comme indiqué dans l'engagement.

Lors de certaines tentatives du chercheur IRM pour accéder au site, le navigateur a affiché des erreurs techniques et n'a pas chargé le contenu. Néanmoins, le site Web est disponible. Il nécessite un nom d'utilisateur et un mot de passe de connexion. Il permet à l'utilisateur de soumettre une demande ou un rapport, puis de suivre sa progression. Le public peut utiliser le système pour soumettre une demande, une plainte ou un rapport. Ils peuvent sélectionner l'institution gouvernementale à laquelle s'adresser. L'utilisateur peut sélectionner son canal préféré pour la notification, vérifier le statut, examiner la réponse à la soumission et à la fin répondre à une enquête de satisfaction des utilisateurs. (48)

Selon le rapport d'auto-évaluation de fin de mandat du gouvernement, la plateforme a été lancée avec des liens avec dix agences gouvernementales pendant la période de mise en œuvre du plan d'action. (49)

Selon les conclusions du chercheur IRM, le gouvernement et les OSC ne sont pas parvenus à un accord sur la gouvernance de la plateforme.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Participation civique: marginale

Responsabilité publique: n'a pas changé

La centralisation d'un canal pour recevoir les plaintes ou les rapports des citoyens est un changement positif dans la pratique gouvernementale pour impliquer les citoyens. Cependant, l'application du portail était encore récente et en phase de développement pilote. Le lien avec les institutions gouvernementales susceptibles de recevoir des plaintes, des demandes ou des rapports de citoyens était limité à dix. Le site nécessite un nom d'utilisateur et un mot de passe pour se connecter, ce qui peut dissuader ou créer des barrières à l'entrée. Bien que des rapports puissent être soumis, il n'y a pas de rapports disponibles ou de recommandations de changement, ce qui ne change pas les pratiques de responsabilisation.

Reportés?

Cet engagement est considéré comme complété par le gouvernement et n'a donc pas été reporté.

(49) OGP, Tunisie Rapport d'auto-évaluation de fin de trimestre 2016-2018, http://www.ogptunisie.gov.tn/en/?p=1154

Engagements

  1. Droit à l'information

    TN0036, 2018, Accès à l'information

  2. Open Data Framework

    TN0037, 2018, Accès à l'information

  3. Accès à l'information géographique

    TN0038, 2018, Accès à l'information

  4. Données de transport ouvertes

    TN0039, 2018, Accès à l'information

  5. Améliorer la gouvernance des ressources en eau

    TN0040, 2018, gouvernement électronique

  6. Rejoindre l'ITIE

    TN0041, 2018, Anti-Corruption

  7. Contrats ouverts dans les hydrocarbures

    TN0042, 2018, Accès à l'information

  8. Cadre anti-corruption

    TN0043, 2018, Anti-Corruption

  9. Budgets participatifs

    TN0044, 2018, Anti-Corruption

  10. Participation des jeunes

    TN0045, 2018, Communautés marginalisées

  11. Mettre en œuvre des initiatives pour appliquer le PGO au niveau local

    TN0046, 2018, gouvernement électronique

  12. Services administratifs en ligne

    TN0047, 2018, renforcement des capacités

  13. Accès à la fonction publique

    TN0048, 2018, renforcement des capacités

  14. Rejoindre l'Initiative de Transparence des Industries Extractives "ITIE"

    TN0021, 2016, Anti-Corruption

  15. Moderniser le cadre réglementaire pour faire respecter le droit à l'accès à l'information

    TN0022, 2016, Accès à l'information

  16. L'achèvement du cadre juridique et réglementaire des données ouvertes au niveau national

    TN0023, 2016, Accès à l'information

  17. Améliorer la transparence et l'ouverture du gouvernement local

    TN0024, 2016, Accès à l'information

  18. Améliorer la transparence dans le secteur culturel: «culture ouverte»

    TN0025, 2016, Accès à l'information

  19. Améliorer la transparence dans le secteur de l'environnement et du développement durable

    TN0026, 2016, Accès à l'information

  20. Améliorer la transparence dans le secteur des transports

    TN0027, 2016, Accès à l'information

  21. Promouvoir la transparence financière et fiscale

    TN0028, 2016, Ouverture fiscale

  22. Élaborer un cadre juridique pour les pétitions des citoyens

    TN0029, 2016, renforcement des capacités

  23. Développement d'une plate-forme électronique intégrée de signalement des pétitions de droit civil et de la corruption

    TN0030, 2016, Anti-Corruption

  24. Développer de nouveaux mécanismes pour promouvoir les interactions avec les jeunes et leur permettre de poursuivre le dialogue sur les politiques publiques

    TN0031, 2016, renforcement des capacités

  25. Adoption du référentiel de gouvernement d'entreprise au niveau sectoriel

    TN0032, 2016, renforcement des capacités

  26. Développer des applications mobiles pouvant être téléchargées sur le téléphone mobile pour renforcer la transparence des activités gouvernementales et une approche participative

    TN0033, 2016, renforcement des capacités

  27. Améliorer l'accès aux archives

    TN0034, 2016, renforcement des capacités

  28. Mise au point d'un mécanisme électronique pour assurer la transparence du recrutement de fonctionnaires

    TN0035, 2016, renforcement des capacités

  29. Renforcement du cadre juridique pour la lutte contre la corruption

    TN0001, 2014, Anti-Corruption

  30. Développement d'une plate-forme électronique intégrée de signalement des pétitions de droit civil et de la corruption

    TN0002, 2014, gouvernement électronique

  31. Publication d'un rapport annuel sur les activités d'audit dans le secteur public

    TN0003, 2014, Anti-Corruption

  32. Révision du cadre juridique de la protection des données à caractère personnel et garantie de la conformité avec l'article 24 de la Constitution tunisienne

    TN0004, 2014, Accès à l'information

  33. Développer un portail de données ouvert

    TN0005, 2014, Accès à l'information

  34. Préparation d'un référentiel national de gouvernance d'entreprise

    TN0006, 2014, gouvernement électronique

  35. Établir un cadre juridique qui régit la communication et l'interaction au sein du secteur public et entre les structures publiques et les citoyens avec l'utilisation des TIC

    TN0007, 2014, gouvernement électronique

  36. Simplifier les procédures administratives

    TN0008, 2014, gouvernement électronique

  37. Développer un certain nombre de services administratifs en ligne

    TN0009, 2014, gouvernement électronique

  38. Renforcer la participation des personnes au processus de prise de décision

    TN0010, 2014, gouvernement électronique

  39. Renforcement des capacités des fonctionnaires et des citoyens dans le domaine de la gouvernance ouverte

    TN0011, 2014, renforcement des capacités

  40. Création d'une structure spécialisée dans la formation dans le domaine de la gouvernance

    TN0012, 2014, renforcement des capacités

  41. Publication des rapports budgétaires

    TN0013, 2014, Anti-Corruption

  42. Développement du système de budget ouvert

    TN0014, 2014, Ouverture fiscale

  43. Utilisation des données extraites de l'application dédiée à la gestion budgétaire (Adeb) dans le secteur public

    TN0015, 2014, Anti-Corruption

  44. Publication de rapports liés à l'attribution et à l'exécution de marchés publics et aux résultats d'audit

    TN0016, 2014, Anti-Corruption

  45. Publication des recommandations incluses dans les rapports d'audit des marchés publics

    TN0017, 2014, Anti-Corruption

  46. Développement d'une plate-forme "Open Data" dédiée à l'information traitant des investissements dans les secteurs pétrolier et minier

    TN0018, 2014, Accès à l'information

  47. Améliorer la transparence dans le domaine des projets d'infrastructure

    TN0019, 2014, Accès à l'information

  48. Consacrer la transparence dans le domaine de l'environnement

    TN0020, 2014, Accès à l'information

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!