Ignorer la navigation
Tunisie

Cadre anti-corruption (TN0043)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action pour la Tunisie 2018-2020

Cycle du plan d'action : 2018

Statut : Actif

Institutions

Institution chef de file : L'Autorité nationale de lutte contre la corruption, - La direction de la gouvernance à la Présidence du Gouvernement

Institution(s) de soutien : Le parlement OSC, secteur privé, multilatéraux, groupes de travail - Coalition civile contre la corruption

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Divulgation de l'actif, Les conflits d'intérêts, Législation et réglementation, Parlements ouverts, Protections des dénonciateurs

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport sur les résultats de la transition de la Tunisie 2018-2020, Rapport de conception de la Tunisie 2018-2020

Suivi : Non

Premiers résultats : marginaux

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : la responsabilité publique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

Établir des mécanismes réglementaires et organisationnels contribuant à l'application de l'intégrité dans le secteur public et à la lutte contre la corruption Source de financement /
Relation avec d'autres programmes et politiques
Source de financement: budget de l'Etat
Étapes et agenda d'exécution
Début octobre 2018
Fin octobre 2018
Contacts
Nom de la personne responsable de l'agence d'exécution
1. M. Chaouki Tabib
2. Walid El Fehri
Titre et département
1. Président de l'Autorité Nationale Anti-Corruption
2. Directeur des questions de gouvernance à la présidence de la
Gouvernemental
Adresse e-mail
1. contact@inlucc.tn
2. walid.elfehri@pm.gov.tn

Autres acteurs impliqués
Pouvoir législatif
- Le Parlement
OSC, secteur privé, organisations multilatérales, groupes de travail
- Coalition civile contre la corruption

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

8. Mettre en place des mécanismes contribuant à l'application de l'intégrité dans le secteur public et à la lutte contre la corruption

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

« L'intégrité dans le secteur public et la lutte contre la corruption administrative sont considérées parmi les priorités de tous les acteurs administratifs ainsi que d'autres acteurs tels que les associations et les organisations non gouvernementales actives dans ce domaine. Afin de poursuivre les réformes réalisées, et compte tenu des plaintes et des critiques sur la corruption dans le secteur public, cet engagement vise à contribuer à résoudre ce problème à travers la mise en œuvre de deux projets. »

Jalons:

  • Prise de décrets réglementaires concernant les nouvelles lois anti-corruption, à savoir :
    • Loi organique sur le signalement de la corruption et la protection des lanceurs d'alerte,
    • Loi sur la déclaration de patrimoine et la prévention de l'enrichissement illicite et des conflits d'intérêts dans le secteur public,
  • La création de l'« Autorité de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption » constitutionnelle.

Institution responsable: L'Autorité nationale de lutte contre la corruption, La direction de la gouvernance à la Présidence du Gouvernement

Institution (s) de soutien: Le parlement, Coalition civile contre la corruption

Date de début: Octobre 2018                               Date de fin: Août 2020

Note éditoriale: Il s'agit d'une version partielle du texte de l'engagement. Pour le texte complet de l'engagement du plan d'action national tunisien, voir ici.

Aperçu de l'engagement

Vérifiabilité

Pertinence de la valeur OGP (telle que rédigée)

Impact potentiel

Aboutissement

At-il ouvert le gouvernement?

Pas assez spécifique pour être vérifiable

Suffisamment spécifique pour être vérifiable

Accès à l'information

Participation civique

Responsabilité publique

Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité

Aucun

Mineur

Moderate

transformatrice

Pas démarré

limité

Substantiel

Complété

Aggravé

N'a pas changé

Marginal

Majeur

Exceptionnel

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Évalué à la fin du cycle du plan d'action.

                                       

Contexte et objectifs

Cet engagement vise à lutter contre la corruption dans le secteur public. La Tunisie a pris des mesures progressives pour lutter contre la corruption en 2016 et au début de 2017. Celles-ci incluent l'adoption d'une loi sur la liberté d'information, l'adoption d'une stratégie nationale de lutte contre la corruption, l'habilitation de l'Autorité nationale de lutte contre la corruption à s'acquitter de son mandat et l'adoption de la loi sur la protection des lanceurs d'alerte en février 2017 . (36) La loi sur la protection des lanceurs d'alerte établit des mécanismes et des procédures pour dénoncer la corruption et protège les lanceurs d'alerte contre tout acte de représailles à leur encontre, considéré comme des délits punissables. La loi protège également les fonctionnaires contre les représailles de leurs supérieurs hiérarchiques. (37) En outre, le parlement tunisien a adopté en juillet 2018 une loi de déclaration de patrimoine qui oblige les hommes politiques, les médias et les ONG à déclarer leurs biens à l'Autorité pour la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption (Instance nationale de lutte contre la corruption—INLUCC). (38)

L'INLUCC était un organisme temporaire de lutte contre la corruption qui a été mis en place immédiatement après la révolution de 2011 pour enquêter sur la corruption sous le régime de Ben Ali. Cet organe a été institutionnalisé par la constitution de 2014. L'INLUCC enquête sur les cas de corruption dans les secteurs public et privé et les renvoie aux ministères des États, aux organisations compétentes et aux tribunaux. L'INLUCC manque de ressources et de personnel. En juillet 2017, le président de la commission, Chawki Tabib, a témoigné devant la commission des finances, de la planification et du développement du parlement que le budget (moins de 2 millions de dinars ou 820,000 XNUMX USD) était insuffisant pour mener à bien son mandat de mener des enquêtes, soutenir la société civile, et créer un centre de recherche. (39)

Cet engagement comprend deux étapes. La première étape porte sur la promulgation de décrets réglementaires concernant les nouvelles lois anticorruption. La deuxième étape consiste à établir l'« Autorité de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption » constitutionnelle. Alors que le premier jalon est spécifique et vérifiable, le deuxième jalon ne fournit pas suffisamment d'informations sur ce que l'on entend par « établir » l'autorité.

Cet engagement est pertinent pour la valeur OGP de la responsabilité publique, car il vise à opérationnaliser de nouvelles lois anticorruption contribuant à la protection des dénonciateurs, à la déclaration des actifs et des passifs du secteur public et à la prévention de l'enrichissement illicite et des conflits d'intérêts.

Cet engagement pourrait représenter une étape majeure dans la lutte contre la corruption dans le secteur public. La publication de décrets réglementaires est une mesure nécessaire qui peut accélérer la mise en œuvre des lois anticorruption. Cependant, leur efficacité dépend de leur inclusion de mécanismes d'exécution, qui n'est pas clarifié par l'engagement. En termes d'établissement de l'autorité constitutionnelle de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, l'impact de cette étape est ambigu. Étant donné que l'INLUCC existe depuis 2011 et a été institutionnalisé par la constitution de 2014, il n'est pas clair si l'engagement vise à renforcer la structure juridique de l'INLUCC ou simplement à fournir des ressources opérationnelles supplémentaires, telles que le budget ou le personnel.

Étape suivante

Pour les engagements futurs dans ce domaine politique, le gouvernement pourrait accroître l'impact grâce aux mesures suivantes :

  • Promouvoir un processus de consultation publique sur la nouvelle législation pour lutter contre la corruption ;
  • Publier de manière proactive des déclarations de patrimoine ou d'autres informations pertinentes pouvant contribuer à faciliter le contrôle par les organisations de la société civile ;
  • Fournir de plus amples informations sur la mise en place de l'autorité de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption et si elle vise à s'appuyer sur les travaux antérieurs de l'INLUCC.
(36) « Moyen-Orient et Afrique du Nord : un déclin très drastique », Transparency International, 25 janvier 2017, https://www.transparency.org/news/feature/mena_a_very_drastic_decline.
(38) « La Tunisie approuve la loi sur l'enrichissement illégal pour renforcer la lutte contre la corruption », Tarek Amara, Reuters, 17 juillet 2018.
(39) « Centre de ressources anti-corruption U4 », Tunisie, https://www.u4.no/publications/country-profile-tunisia.

Engagements

Open Government Partnership