Ignorer la navigation
États-Unis

Construisez des communautés plus sûres avec les données ouvertes de la police (US0088)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action des États-Unis 2015-2017

Cycle du plan d'action : 2015

Statut:

Institutions

Institution chef de file : Bureau de la politique scientifique et technologique et Conseil de la politique intérieure

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Accès à l'information, Justice, Open Data, Police et correction, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport IRM de fin de terme aux États-Unis 2015-2017, Rapport à mi-parcours pour les États-Unis 2015-2017

Premiers résultats : Majeur Majeurs

Conception i

Vérifiable : Oui

Pertinent pour les valeurs OGP : Oui

Ambition (voir définition): Haut

Implémentation i

Achèvement:

Description

En réponse aux recommandations du groupe de travail du président sur le 21st Century Policing, les États-Unis encouragent une communauté de pratiques à l'échelle nationale pour mettre en évidence et relier les innovations locales en matière de données ouvertes dans les organismes chargés de l'application de la loi afin de renforcer la confiance de la communauté et de créer une nouvelle culture de transparence proactive dans le maintien de l'ordre. . Le Bureau de la politique scientifique et technologique et le Conseil de la politique intérieure ont collaboré à la Police Data Initiative en collaboration avec les gouvernements fédéral, provinciaux et locaux et la société civile pour publier de manière proactive des données sur la police, notamment des données sur les incidents ventilées par groupe protégé. Ce travail a pour objectif d’améliorer la confiance, d’apporter une meilleure compréhension et une meilleure analyse des efforts de maintien de l’ordre et, en fin de compte, de créer des solutions pour renforcer la sécurité publique et réduire les préjugés et le recours inutile à la force lors du maintien de l’ordre. À l'heure actuelle, les juridictions participant à 26, notamment la Nouvelle-Orléans, Knoxville et Newport News, travaillent aux côtés de technologues, chercheurs, experts en données et concepteurs renommés pour identifier et surmonter les obstacles existants à l'efficacité de la police et à la sécurité de la communauté. Le Bureau de la politique scientifique et technologique et le Conseil de la politique intérieure continueront d’élargir l’Initiative relative aux données de la police pour y inclure de nouvelles juridictions. Ils exploreront les possibilités de travailler plus étroitement avec les partenaires des États et travailleront à créer davantage de ressources telles que des manuels de lecture et des outils technologiques pour aider les juridictions à extraire et à publier facilement des données.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

Pour plus de détails sur ces engagements, voir le rapport: https://www.opengovpartnership.org/documents/united-states-mid-term-report-2015-2017/

Résumé du statut de fin de session IRM

✪ Engagement 36. Police Open Data

Texte d'engagement:

Construisez des communautés plus sûres et plus fortes avec les données ouvertes de la police

En réponse aux recommandations du groupe de travail du président sur le 21st Century Policing, les États-Unis encouragent une communauté de pratiques à l'échelle nationale pour mettre en évidence et relier les innovations locales en matière de données ouvertes dans les organismes chargés de l'application de la loi afin de renforcer la confiance de la communauté et de créer une nouvelle culture de transparence proactive dans le maintien de l'ordre. . Le Bureau de la politique scientifique et technologique et le Conseil de la politique intérieure ont collaboré à la Police Data Initiative en collaboration avec les gouvernements fédéral, provinciaux et locaux et la société civile pour publier de manière proactive des données sur la police, notamment des données sur les incidents ventilées par groupe protégé. Ce travail a pour objectif d’améliorer la confiance, d’apporter une meilleure compréhension et une meilleure analyse des efforts de maintien de l’ordre et, en fin de compte, de créer des solutions pour renforcer la sécurité publique et réduire les préjugés et le recours inutile à la force lors du maintien de l’ordre. À l'heure actuelle, les juridictions participant à 26, notamment la Nouvelle-Orléans, Knoxville et Newport News, travaillent aux côtés de technologues, chercheurs, experts en données et concepteurs renommés pour identifier et surmonter les obstacles existants à l'efficacité de la police et à la sécurité de la communauté. Le Bureau de la politique scientifique et technologique et le Conseil de la politique intérieure continueront d’élargir l’Initiative relative aux données de la police pour y inclure de nouvelles juridictions. Ils exploreront les possibilités de travailler plus étroitement avec les partenaires des États et travailleront à créer davantage de ressources telles que des manuels de lecture et des outils technologiques pour aider les juridictions à extraire et à publier facilement des données.

Institutions responsables: Conseil de politique intérieure (DPC), Bureau de la gestion budgétaire et du budget (OMB), Bureau de la politique de la science et de la technologie (OSTP)

Institutions de soutien: Dirigeants des forces de l'ordre des États, des comtés et des villes, des universités, des fondations, des organisations à but non lucratif et des technologues

Date de début: Non précisé ....... Date de fin: Non Précisé

Note éditoriale: Cet engagement est un engagement étoilé, car il est mesurable, clairement lié aux valeurs OGP telles qu’elles ont été rédigées, a un impact potentiel de transformation et est mis en œuvre de manière substantielle ou complète.

But de l'engagement

En réponse à la baisse de confiance du public dans la police et appelle à une plus grande transparence des activités de maintien de l'ordre, cet engagement visait le Bureau de la politique de la science et de la technologie et le Conseil de la politique intérieure à élargir l'Initiative relative aux données de la police —Une communauté d'agences chargées de l'application de la loi, de technologues et de chercheurs qui publient des ensembles de données sur les activités de maintien de l'ordre — pour inclure d'autres juridictions, explorer les possibilités de collaborer plus étroitement avec les partenaires des États et développer des ressources pour les aider à extraire et à publier des données. Ce faisant, l'engagement visait à améliorer la confiance dans la police, à exploiter les données pour améliorer les efforts des services de police, à renforcer la sécurité publique et à réduire les préjugés et le recours inutile à la force.

Statut

À mi-parcours: Substantiel

À mi-parcours, le gouvernement avait considérablement progressé dans la réalisation de cet engagement. En juin 2016 (un peu plus d’un an après le lancement de la Police Data Initiative), l’initiative s’était étendue pour inclure le nombre total de juridictions participantes 57, couvrant environ 40 millions de personnes, et avait publié des jeux de données 136 pertinent pour le maintien de l'ordre. En outre, l'équipe de direction de l'Initiative de recherche sur les données de la police a invité des représentants de la loi et de la société civile membres de 180 à débattre des enseignements tirés dans le cadre des efforts de divulgation des données de la police. Les preuves concrètes des efforts déployés pour développer des ressources afin de faciliter l'extraction et la publication des données de police sont restées en suspens à mi-parcours.

Fin du mandat: substantiel

À la fin du mandat, les progrès dans cet engagement restaient substantiels. Bien que l'initiative ait été étendue à d'autres juridictions et ensembles de données, des progrès limités ont été réalisés dans le développement de ressources d'extraction et de publication de données. Plus précisément, en septembre 2017, la Police Data Initiative s’était élargie pour inclure le nombre total de juridictions participantes 135 et avait publié des jeux de données 295, ce qui représentait une augmentation supérieure à 100 pour les deux comptes. L’initiative a également commencé à faire le lien avec diverses ressources technologiques pour faciliter l’extraction, la publication et l’analyse de données policières via la section Ressources de son site Web. L’un de ces outils, l’outil de nettoyage des données Open Fine, peut être utilisé pour explorer et nettoyer des données, et pour les lier à divers services Web. Cependant, la majorité des ressources présentées sur le site se rapportent à l'analyse de données, par opposition à l'extraction ou à la publication de données, et sont donc moins pertinentes dans le contexte de cet engagement, compte tenu de l'accent mis sur ce dernier.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: majeur

Participation civique: marginale

Cet engagement a ouvert de manière significative le gouvernement en matière d'accès à l'information et a ouvert le gouvernement de manière plus marginale en ce qui concerne la participation civique.

Comme décrit ci-dessus, la publication par la Police Data des ensembles de données de la police 295 dans les juridictions 135 représente un effort sans précédent pour la collecte et la publication de données policières dans un référentiel centralisé par rapport au statu quo qui prévalait au début de la période de référence (qui coïncide à peu près avec le Lancement de la Police Data Initiative). La publication de plusieurs séries de données sur l'utilisation des forces de police et des fusillades impliquant des officiers est particulièrement remarquable. La disponibilité de ce type d’information est très limitée aux États-Unis, malgré les demandes du public pour une plus grande divulgation. En réponse à une demande de commentaires sur cet engagement, un représentant de la Police Data Initiative a souligné l’importance de ces ensembles de données comme «point de départ» des discussions sur la police nationale, dans le but d’apporter de la transparence et des données à ces discussions.

La qualité des données auxquelles le public a désormais accès reste néanmoins une préoccupation majeure, notamment en ce qui concerne la cohérence de la terminologie des données de police et la couverture temporelle et substantielle des données de police dans les différentes juridictions. Seth Stoughton, professeur à la faculté de droit de l’Université de Caroline du Sud qui mène des recherches sur le maintien de l’ordre, a fait remarquer au cours d’une interview donnée à la National Public Radio (NPR) à propos de la Police Data Initiative que «la police est partout sur la carte». avec leurs stats. Par exemple, certains considèrent le tir à l'arme blanche comme un recours à la force, d'autres non. Et s’ils signalent tout ce qu’ils considèrent être un recours à la force, il peut être quasiment impossible d’obtenir une comparaison significative »entre les ensembles de données contrôlés.

En ce qui concerne la couverture des données, Jeff Asher, journaliste spécialisé dans l'analyse du crime pour FiveThirtyEight, souligne une série de problèmes connexes dans son analyse de la disponibilité des données sur les incidents criminels déclarés par quatre villes de la Police Data Initiative (Charlotte, Caroline du Nord; Indianapolis, Indiana). (Newark, New Jersey; et Orlando, Floride), notant que certains «n’ont pas encore commencé à mettre en ligne les données actuelles sur les incidents, ne fournissent que des données historiques ou affichent des informations sur certains types d’incidents uniquement», ce qui entrave la capacité des parties prenantes des analyses plus rigoureuses.

La diffusion publique des données policières par l'Initiative sur les données policières soulève également des problèmes de confidentialité dans la mesure où l'identité des individus peut être tirée des données. Comme l'a décrit la technologue en chef de la Federal Trade Commission Lorrie Cranor, lors d'une table ronde organisée dans le cadre d'un événement de la Maison Blanche, Opportunities & Challenges: Open Police Data and Assuring the Safety and Security of Victims of Intimate Partner Violence and Sexual Assault, «of La possibilité que les personnes qui accèdent aux données policières ouvertes puissent identifier les victimes de crimes ou révéler leur emplacement est particulièrement préoccupante. Pour les victimes de violence domestique et d'agression sexuelle, cela pourrait mettre leur sûreté et leur sécurité en danger », soulignant la nécessité pour l'Initiative de données policières d'élaborer des lignes directrices que les juridictions participantes peuvent utiliser pour« désidentifier »les données. Ensemble, ces questions, sur lesquelles la Police Data Initiative doit encore élaborer des plans pour s’y attaquer explicitement, limiter le codage de «exceptionnel» pour cet aspect de l’engagement.

En ce qui concerne la participation citoyenne, le rapport d'avancement souligne plusieurs cas dans lesquels la Police Data Initiative a commencé à collaborer avec le public dans le cadre d'initiatives connexes, telles qu'un événement de codage destiné aux jeunes à la Nouvelle-Orléans destiné à engager les jeunes dans des efforts de création d'applications à l'aide de: Données de la Police Data Initiative, et un événement organisé par le service de police d'Orlando et auquel ont assisté des représentants des initiatives de collecte de données de la police et des défenseurs des victimes d'agression sexuelle et de violence domestique pour commencer à discuter des «données pouvant et devant être rendues publiques». Ces engagements, bien que prometteurs, sont des activités ponctuelles. Bien que la fréquence de ces activités augmente probablement avec le temps, un mécanisme d'engagement plus institutionnalisé serait nécessaire pour faciliter une plus grande ouverture du gouvernement en ce qui concerne la participation civique.

Reportés?

Au moment de la rédaction du présent rapport, le gouvernement américain n'avait pas encore publié son quatrième plan d'action national. Il est donc difficile de savoir si cet engagement sera respecté. Le gouvernement devrait néanmoins poursuivre ses efforts pour augmenter le nombre de juridictions participant à la Police Data Initiative et à la diffusion publique des ensembles de données sur la police, tout en déployant des efforts plus concertés pour améliorer la qualité des données et répondre aux préoccupations pertinentes en matière de protection de la vie privée. La Police Data Initiative devrait également travailler à développer des outils facilitant l'extraction et la publication de données, en complément du développement d'outils facilitant l'analyse des données.

Jones, M. Jeffrey. "Aux États-Unis, la confiance dans la police est la plus faible des années 22." Gallup. Voir http://www.gallup.com/poll/183704/confidence-police-lowest-years.aspx. Consulté 27 June 2017.

McKesson, DeRay. "Opinion: Washington doit dire la vérité sur la violence policière." Washington post. 16 June 2015, http://wapo.st/2vjn3xV.

Police Data Initiative. "Page d'accueil." https://www.policedatainitiative.org/. Consulté 9 Octobre 2017.

Voir une version archivée du site Web Police Data Initiative de June 2016, disponible ici: https://web.archive.org/web/20160617230746/http:/publicsafetydataportal.org/participating-agencies/.

Wardell, Clarence et Denise Ross. «Année de progrès de la Police Data Initiative: comment nous nous appuyons sur l'appel du président à tirer parti des données ouvertes pour accroître la confiance entre la police et les citoyens.» Technique. https://bit.ly/2HpiJiZ. Consulté 27 June 2017.

Voir une version archivée du site Web Police Data Initiative de June 2016, disponible ici: https://web.archive.org/web/20160617230746/http:/publicsafetydataportal.org/participating-agencies/.

Doom, Alyssa et Damian Ortellado. «Leçons tirées d'une année d'ouverture des données de la police», Fondation Sunlight. 4 peut 2016. https://sunlightfoundation.com/2016/05/04/lessons-learned-from-a-year-of-opening-police-data/Consulté 28 June 2017.

Police Data Initiative. "Jeux de données." https://www.policedatainitiative.org/datasets/. Consulté 24 September 2017.

Police Data Initiative. "Ressources." https://www.policedatainitiative.org/resources/. Consulté 24 September 2017. Voir spécifiquement la sous-section «Outils».

Caplan, Robyn et al. «Open Data, le système de justice pénale et la Police Data Initiative». Datacivilrights.org. 27 Octobre 2015, http://www.datacivilrights.org/pubs/2015-1027/Open_Data_Police_Data_Initiative.pdf.

Grothaus, Michael. "Les États-Unis ne suivent pas les décès de policiers, alors les citoyens le font." Fast Company. 18 June 2015, http://www.fastcompany.com/3045724/fatal-encounters-crowdsourcing-deaths-by-police.

Commentaires écrits fournis au chercheur IRM, 27 October 2017.

Kaste, Martin. «Data Initiative vise à contribuer à la transparence des forces de police.» Radio publique nationale. 28 Avril 2016. http://www.npr.org/2016/04/28/475985461/data-initiative-aims-to-help-with-police-force-transparency. Consulté 30 September 2017.

Asher, Jeff. «Quelles villes partagent le plus de données sur la criminalité» fivethirtyeight. 28 Décembre 2015. https://fivethirtyeight.com/features/which-cities-share-the-most-crime-data/. Consulté 30 September 2017.

Voir la discussion dans Cranor, Lorrie. «Risques de ré-identification des données de police ouvertes». DigitalGov. 17 peut 2016. https://www.digitalgov.gov/2016/05/17/open-police-data-re-identification-risks/. Consulté 30 September 2017.

En ce qui concerne la protection de la vie privée, Technology First, une initiative gérée par le projet Safety Net du Réseau national de lutte contre la violence domestique, dont la mission consiste à ensemble de ressources sur 15 June 2017 pour aider à résoudre les problèmes de confidentialité dans le contexte de données de police ouvertes; les ressources comprennent des documents de base, des conseils sur l’intégration des problèmes de protection de la vie privée dans les initiatives relatives aux données de la police et un supplément de webinaire sur des questions connexes. Les articles annonçant les ressources font référence au PDI, mais le développement de ces ressources ne semble pas être une initiative de PDI. Voir Sécurité technologique. 15 June 2017. «* MISE À JOUR: Préserver la vie privée de la victime tout en renforçant la transparence de l'application de la loi: Trouver un équilibre avec les initiatives Open Police Data.» https://www.techsafety.org/blog/2017/6/15/updated-preserving-victim-privacy-while-increasing-law-enforcement-transparency-finding-the-balance-with-open-police-data-initiatives. Consulté 30 September 2017. Voir aussi Technologie d'abord. «Initiative Données policières, données ouvertes et protection de la vie privée des victimes». https://www.techsafety.org/police-data-initiative-victim-privacy. Consulté 30 September 2017.

Ross, Denice. “Est-ce que Open Data Build Trust? Une histoire de Demond, des données de la police et du bac de recyclage de sa grand-mère. Technique. 22 Juillet 2015. https://medium.com/@ObamaWhiteHouse/does-open-data-build-trust-49ee4d400ba. Consulté 30 September 2017.

Ville d'Orlando. «La ville d’Orlando organise un événement de prévisualisation des données sur la violence domestique et les agressions sexuelles.» 28 January 2016. http://www.cityoforlando.net/news/2016/01/city-of-orlando-organizes-domestic-violence-and-sexual-assault-data-preview-event/. Consulté 30 September 2017.


Engagements

Open Government Partnership