Ignorer la navigation

Le Nigéria se joint à sept pays pour mener la lutte contre le flux anonyme de fonds illicites

Le président souhaite la bienvenue Open Government Partnership réviser Progrès actuels de l'initiative majeure de lutte contre la corruption. 

Le Nigeria a été reconnu aujourd'hui par le Open Government Partnership pour son travail de pionnier dans la lutte contre la corruption grâce à son nouveau registre des bénéficiaires effectifs qui contribuera à stopper le flux de fonds illicites dans l'industrie extractive. Le registre a été promulgué en 2020 et devrait mettre fin au flux illégal de 15 milliards de dollars américains et introduire de nouveaux niveaux d'équité dans le processus global de passation des marchés.  

Le Nigéria a officiellement rejoint le Groupe de leadership sur la propriété bénéficiaire suite à l'approbation du président Mahammadu Buhari plus tôt cette semaine. Le groupe de direction a été lancé par le gouvernement du Royaume-Uni et est convoqué par l'OGP et Propriété ouverte en tant qu'espace permettant aux réformateurs d'échanger leurs expériences afin de faire progresser l'efficacité des registres de propriété réelle et de mettre fin aux entreprises anonymes dans le monde entier. Le Nigeria est le huitième pays à rejoindre officiellement le groupe, qui comprend l'Arménie, le Mexique, le Kenya, la Norvège, la Lettonie, la République slovaque et le Royaume-Uni.

"Le processus OGP nous a aidés à développer la capacité à assurer la gouvernance en incluant des acteurs à l'intérieur et à l'extérieur des gouvernements"a déclaré le président Mahammadu Buhari lors d'une réunion accueillant l'OGP dans le pays. « Permettez-moi de saisir cette occasion pour réaffirmer l'engagement de ce gouvernement envers la transparence et la lutte contre la corruption.

Les registres des bénéficiaires effectifs aident à suivre les sociétés fictives et autres véhicules qui sont souvent utilisés pour dissimuler des bénéfices, le financement du terrorisme ou de l'argent obtenu illégalement. La Banque mondiale estime que 70 % des plus gros cas de corruption entre 1980 et 2010 impliquaient des sociétés écrans anonymes

Une délégation de l'OGP dirigée par le PDG Sanjay Pradhan s'est rendue dans le pays du 25 au 29 juillet et a rencontré des utilisateurs potentiels du portail et a reçu des mises à jour sur les progrès de sa mise en œuvre. Le registre des bénéficiaires effectifs est en cours d'élaboration et de mise en œuvre par le bureau du registraire général, le ministère des Finances, en collaboration avec la société civile et les organisations internationales. 

En 2021, le Nigéria a reçu le prix OGP Impact Award 2021 lors du sommet mondial OGP pour cette initiative. Le registre devrait être accessible au public dans les mois à venir avec le soutien du Fonds fiduciaire multidonateurs OGP de la Banque mondiale.

« Le registre des bénéficiaires effectifs du Nigéria est une plate-forme vitale qui peut mettre fin aux entreprises anonymes qui cachent des richesses illicites et volées. Elle peut être un instrument puissant dans la lutte contre la corruption. Cela a été rendu possible grâce aux efforts de collaboration des responsables gouvernementaux, de la société civile, du secteur privé et du parlement. dit Pradhan. "Nous attendons avec impatience la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation efficaces du registre pour garantir la fiabilité et la qualité des données grâce à une vérification périodique, et la facilité d'utilisation de la plateforme par les parties prenantes telles que les journalistes et la société civile. Une mise en œuvre crédible peut avoir un impact majeur et positif pour le pays.

Le coprésident de la société civile de l'OGP, Aidan Eyakuze, a félicité la société civile nigériane pour le rôle de premier plan qu'elle a joué dans la conception et la mise en œuvre de réformes percutantes. « Alors que le Nigeria est confronté à une transition importante avec les élections de début 2023, il est vital que les organisations de la société civile continuent de façonner, avec une nouvelle administration, un gouvernement qui écoute les Nigérians et qui soit vraiment sensible à leurs priorités.

Depuis que le Nigeria a rejoint l'OGP en 2016, un nombre croissant de gouvernements locaux ont rejoint le mouvement. L'OGP a rencontré les chefs et les réformateurs de l'État de Kaduna, de la ville d'Abuja et de l'État du Plateau pour échanger des expériences et des idées afin d'explorer les moyens de construire des réformes plus percutantes. Ces trois gouvernements locaux font progresser les initiatives visant à renforcer la participation des citoyens aux processus de gouvernement ouvert. 

Le Nigéria a rejoint le Partenariat en 2016 et met actuellement en œuvre 16 engagements de son dernier plan d'action. Ce plan d'action comprend des engagements liés à la transparence fiscale, à la lutte contre la corruption, à la transparence extractive, à l'inclusivité et à la prestation de services publics. Le gouvernement et les partenaires de la société civile travaillent désormais ensemble sur un nouveau plan d'action qui s'appuie sur les efforts antérieurs pour lutter contre la corruption et renforcer la participation. 

**

À propos de l'OGP:

Dans 2011, les chefs des gouvernements et les défenseurs de la société civile se sont réunis pour créer un partenariat unique, qui associe ces forces puissantes pour promouvoir une gouvernance responsable, réactive et inclusive.

Soixante-dix-sept pays et un nombre croissant de gouvernements locaux - représentant plus de deux milliards de personnes - ainsi que des milliers d'organisations de la société civile sont membres de la Open Government Partnership (OGP).

Pour toute question ou pour organiser des entretiens, veuillez contacter communications@opengovpartnership.org 

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership