Ignorer la navigation

Déclaration du comité directeur de l'OGP sur le Mexique

Declaración del Comité Directivo de OGP sobre México

Les membres soussignés du Open Government Partnership (OGP) expriment leur profonde préoccupation face aux informations faisant état d'une surveillance numérique illégale présumée contre des journalistes, des militants et d'autres défenseurs des droits humains mexicains, comme le souligne un lettre signé par le groupe central d'organisations de la société civile qui dirigent le processus OGP au Mexique, et validé by Lab Citizen. Nous réitérons le invitation au gouvernement mexicain de fournir une réponse formelle, s'il le souhaite, conformément aux directives du protocole de réponse rapide. 

 Ces allégations sont très pertinentes pour les valeurs d'OGP décrites dans le Déclaration du gouvernement ouvert, qui incluent « la protection de la capacité des organisations à but non lucratif et de la société civile à fonctionner de manière conforme à notre engagement en faveur de la liberté d'expression, d'association et d'opinion ». La participation civique nécessite un environnement favorable qui soit propice à la liberté d'expression et à la liberté d'association et qui respecte le droit de chacun d'avoir des opinions sans ingérence, ainsi que le droit à la vie privée. Les activités illégales de surveillance numérique sont donc incompatible avec les principes de gouvernement ouvert, diminuent la confiance des citoyens dans leurs gouvernements et compromettent la sécurité de ces groupes et le rôle essentiel qu'ils jouent.

 Nous reconnaissons l'OGP du gouvernement mexicain engagement d'établir des « contrôles démocratiques sur les interventions dans les communications privées », et nous encourageons les parties prenantes gouvernementales, y compris le Secrétariat de la Défense nationale, la Garde nationale, le Centre national de renseignement et d'autres agences de sécurité concernées, à utiliser le processus OGP pour hiérarchiser sa mise en œuvre. Nous apprécions les efforts déployés jusqu'à présent par le secrétaire Salcedo, secrétaire à l'administration publique, pour faire avancer le dialogue entre la société civile et les acteurs étatiques afin de réaliser les réformes envisagées dans l'engagement. Nous encourageons en outre le gouvernement à renforcer les contrôles démocratiques pour empêcher la surveillance numérique injustifiée des journalistes, des militants et des défenseurs des droits humains.  

Le comité directeur de l'OGP est prêt à fournir tout le soutien nécessaire, y compris l'identification des besoins et des opportunités de collaboration et la facilitation du dialogue. Si cela est jugé fructueux par les parties prenantes mexicaines, nous proposons respectueusement à deux de nos membres - un de la société civile et un du gouvernement - de dialoguer avec les déclarants de cette préoccupation et le gouvernement mexicain, y compris les agences de sécurité concernées, de continuer à faire progresser le dialogue et co-créer un calendrier spécifique pour la mise en œuvre réussie de l'engagement OGP du Mexique "Contrôles démocratiques sur les interventions de communications privées".

Approuvé par: 

Le gouvernement du Canada

Le gouvernement estonien

Le gouvernement italien

Le gouvernement du Kenya

Le gouvernement du Nigéria

Le gouvernement du Royaume-Uni

 

Natalia Carfi, Charte des données ouvertes

Anabel Cruz, ICD Uruguay

Aidan Eyakuze, Twaweza

Eka Gigauri, Transparency International Géorgie

Blair Glencorse, Laboratoire de responsabilité

Lysa John, CIVICUS

Lucy McTernan, écossaise Open Government Partnership

Stephanie Muchai, Projet des avocats internationaux

Luben Panov, Centre européen de droit des organisations à but non lucratif

Doug Rutzen, Centre international du droit des organisations à but non lucratif

Barbara Schreiner, Réseau d'intégrité de l'eau

 

Commentaires (2)

Château Edouard Répondre

Il est urgent de mettre en œuvre une stratégie de vigilance et d’accompagnement du gouvernement du Mexique pour ses problèmes qui affaiblissent la démocratie avec le désir de désaparer l’INAI (institut national d’accès à l’information), l’INE (institut national électoral) et de contrôler toutes les associations et organizarnos ciudadanos. Nuestras libertades y derechos constituconales son pisoteados todos los días y fomenta el présidente el odio de ses mañaneras

ARACELI SÁNCHEZ VARGAS Répondre

Il est important que ceux qui ont le pouvoir d'agir aient l'ouverture et la connaissance de la démocratie qui, pendant des décennies, ont traversé différentes institutions autonomes et que l'actuel résident du palais national veut disparaître. Il est essentiel que les organisations comme l'OGP prévalent en faveur de la participation citoyenne et qu'il existe un contrapeso pour éviter l'autoritarisme ; Les excès de sécurité nationale et le manque de normes en matière de sécurité informatique sont en vigueur pour que l'État soit approuvé dans toutes les circonstances. C'est vrai.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership