Ignorer la navigation

Critères d'éligibilité 2014 OGP

Open Government Partnership|

La mise à jour des critères d'éligibilité OGP ​​pour 2014 est maintenant publiée. De nombreux pays ont vu leurs scores changer au cours de la dernière année. Certains ajustements dans les scores résultaient d'une plus grande disponibilité des données provenant de sources indépendantes pour le score ou d'une révision de la métrique de score elle-même. La notation de la métrique de divulgation des actifs a été révisée cette année par le comité de direction d'OGP sur recommandation de la Banque mondiale. La métrique révisée est une évaluation plus simple du cadre juridique en place pour la déclaration d'actifs (voir Ajustements apportés à la métrique de divulgation des actifs ci-dessous). Cette note fournit un résumé des scores des pays dans 2014. Les partitions complètes par pays pour 2014 sont disponibles ici.

Pays nouvellement éligibles

Six pays au total sont éligibles pour rejoindre OGP pour la première fois. Ces pays sont l’Angola, le Bhoutan, la Guyane, le Luxembourg, la Namibie et le Nigéria. Les scores de divulgation des actifs se sont améliorés pour l'Angola, le Luxembourg, la Namibie et le Nigéria. Le Bhoutan est reconnu pour une disposition constitutionnelle garantissant l'accès à l'information, ce qui entraîne une augmentation de leur score. La Guyana a adopté une loi sur l’accès à l’information, ce qui lui a permis d’améliorer son score.

Pays éligibles non participants

Y compris les pays nouvellement éligibles, il y a maintenant des pays 28 éligibles pour participer au programme OGP, mais ne l'ont pas encore rejoint. Ceux-ci sont:

  1. Angola
  2. Autriche
  3. Belgique
  4. Bhoutan
  5. Cap-Vert
  6. Éthiopie
  7. Allemagne
  8. Guyane
  9. Islande
  10. Inde
  11. Jamaïque
  12. Japon
  13. République kirghize
  14. Luxembourg
  15. Namibie
  16. Népal
  17. Nicaragua
  18. Nigeria
  19. Pakistan
  20. Papouasie-Nouvelle-Guinée
  21. Pologne
  22. Portugal
  23. Russie
  24. Slovénie
  25. Suisse
  26. Thaïlande
  27. Ouganda
  28. Venezuela

Pays proches de l'éligibilité

Pour être éligibles, les pays doivent gagner 75% des points possibles. Les pays 14 sont actuellement proches de l’éligibilité. Ces pays gagnent de 60% à 75% des points applicables.

  1. Bangladesh (68.8%)
  2. Belize (66.7%)
  3. Bolivie (68.8%)
  4. Equateur (68.8%)
  5. Guinée (66.7%)
  6. Kazakhstan (68.8%)
  7. Malaisie (62.5%)
  8. Maroc (68.8%)
  9. Mozambique (68.8%)
  10. Niger (62.5%)
  11. Sénégal (62.5%)
  12. Sri Lanka (68.8%)
  13. Timor-Leste (62.5%)
  14. Zambie (62.5%)

Pays participants à l'OGP avec une amélioration des scores

Les pays participant à 17 OGP ont amélioré leurs scores. Pour 13 de ces pays (indiqué par un astérisque), l’augmentation des scores est due en partie ou en totalité à la révision de la métrique de divulgation des actifs.

  1. Arménie*
  2. Danemark*
  3. République Dominicaine*
  4. El Salvador
  5. Estonie*
  6. Finlande*
  7. Grèce*
  8. Hongrie
  9. Kenya*
  10. Malawi*
  11. Mexique*
  12. Pays-Bas*
  13. Pérou*
  14. Serbie*
  15. Sierra Leone
  16. Espagne*
  17. Tunisie

El Salvador, la Hongrie et la Tunisie ont amélioré leur score de transparence budgétaire à la suite des données récentes de l'Enquête sur le budget ouvert gérée par l'International Budget Partnership. La Sierra Leone a adopté la loi sur le droit à l'accès à l'information dans 2013, augmentant ainsi son score dans cette métrique.

Pays participant à l'OGP avec des scores en baisse

Cinq pays participant au programme OGP ont diminué les scores sans affecter leur éligibilité. Pour la Colombie, la France, le Honduras, Malte et l'Ukraine, la diminution des scores est due à la révision de la métrique de divulgation des actifs. Pour l'Indonésie, une baisse de son score EIU dans le domaine des libertés civiles s'est traduite par une baisse d'un point de son score global.

Ajustements apportés à la métrique de divulgation des actifs

Pour mener une évaluation plus objective des lois sur la divulgation des actifs dans le monde, OGP a récemment mis à jour la métrique de divulgation des actifs des critères d’éligibilité. Les membres du comité directeur ont approuvé la nouvelle approche en matière de notation lors de la dernière réunion à New York à la fin du mois de septembre.

Quels étaient les problèmes avec l'ancien système de notation?

Auparavant, la mesure de l'actif par rapport à l'information reposait sur la base de données de divulgation officielle des responsables publics de la Banque mondiale. Cette base de données présentait les lois dans la langue du pays et distinguait les lois applicables aux fonctionnaires et les lois applicables aux élus. Le système précédent présente deux problèmes principaux. Premièrement, ce système s’est révélé difficile à maintenir en raison des nombreux désaccords sur la nature d’une loi et des interprétations différentes de la langue. En outre, la notation des critères était problématique car les parties chargées de l'examen avaient du mal à confirmer si les lois étaient effectivement mises en œuvre. Dans le passé, les pays se voyaient attribuer des points pour avoir adopté une loi, quel que soit son statut de mise en œuvre.

Deuxièmement, il n'y a pas de distinction universelle entre les élus et les agents publics, et dans de nombreux cas, un individu peut être à la fois un élu et un agent public. Lors de l’examen des lois, la Banque mondiale et l’Unité d’appui ont toujours eu du mal à faire la distinction entre une loi et son application aux représentants élus ou aux représentants de l’État. La position de la Banque mondiale est que la distinction devrait être éliminée pour que les lois soient examinées de manière objective.

Comment les pays seront-ils notés dans le nouveau système?

Les pays sont évalués sur la base de l'existence d'un cadre juridique mettant en place des dispositions pour la déclaration des avoirs et les rendant accessibles au public. La Banque mondiale a adopté cette distinction dans sa base de données mise à jour.

Dans ce système, la métrique d'éligibilité OGP ​​révisée attribuera deux points aux pays dotés d'une loi sur la divulgation des actifs, et deux points supplémentaires aux pays dotés d'une loi sur la divulgation des actifs exigeant un degré quelconque d'accès public. Zéro point est attribué aux pays sans loi sur la divulgation des actifs.

La source d'informations sur les informations à fournir sur les actifs continuera d'être la base de données sur les informations publiques des agents publics, complétée par une enquête réalisée tous les deux ans par la Banque mondiale. Dans le cadre de cette enquête, la Banque mondiale a élaboré un questionnaire sur la divulgation des actifs, l’a envoyé aux gouvernements, recueille les réponses et publie un document fournissant les informations nécessaires. Ce sondage, ainsi que la base de données sur les informations financières des fonctionnaires, garantira que l’unité d’appui dispose d’informations à jour.

Quel est l'impact du nouveau système sur les scores des pays?

Un premier examen a montré que la modification des critères augmenterait les scores d’un certain nombre de pays et les réduirait pour d’autres. Grâce à ce nouveau système, quatre pays (Angola, Luxembourg, Namibie et Nigéria) seront éligibles pour la première fois. Aucun pays actuellement éligible ne sera inéligible à la suite de ce changement.

La Banque mondiale et l'Unité d'appui continueront à examiner les lois et à faire preuve de diligence raisonnable pour garantir la fiabilité et la transparence des données reçues. En outre, le rapport d'activité IRM notera que la baisse du score d'un pays est le résultat d'un changement du système de notation du PGO, et non d'un changement de politique ou de pratique dans le pays.

Qu'en est-il des pays non évalués par la Banque mondiale?

Les pays qui ne sont pas évalués par la Banque mondiale et peuvent démontrer leur performance en matière de divulgation des actifs, susceptibles de modifier leurs scores, sont encouragés à soumettre les documents à l'unité de soutien aux fins d'une évaluation indépendante. Ceci s’applique également à d’autres paramètres des critères d’éligibilité; Les pays peuvent fournir des informations supplémentaires relatives à la transparence budgétaire ou un accès à des informations directement à l'unité d'appui pour ajuster leurs scores en conséquence.

Aperçu des critères d'éligibilité

L'éligibilité à rejoindre OGP est déterminée par des évaluations de la performance des pays dans quatre domaines critiques du gouvernement ouvert: la transparence fiscale, l'accès à l'information, la divulgation des actifs et l'engagement des citoyens. Trois des sources utilisées dans ce rapport d'éligibilité 2014 sont des versions mises à jour des mêmes index ou bases de données utilisés pour déterminer initialement l'admissibilité à rejoindre OGP dans 2013.

Les pays peuvent gagner un total de points 16 pour leurs performances dans ces quatre métriques, ou de points 12 s'ils ne sont pas mesurés dans l'une des métriques. Les pays qui gagnent 75% des points applicables (12 sur 16 ou neuf sur 12) ou plus sont éligibles. Comme certains des indices utilisés par OGP ne couvrent pas tous les pays, certains pays ne sont mesurés que sur trois critères (et peuvent rapporter un maximum de points 12).

Les pays non évalués dans une base de données pour l'un des paramètres ou ceux qui disposent de mises à jour récentes sont encouragés à fournir des informations supplémentaires à l'unité de soutien et toute information sera évaluée de manière indépendante par des experts en la matière. Veuillez visiter opengovpartnership.org/eligibility pour plus d’informations sur les calculs. Si vous êtes au courant de l’actualisation des données, veuillez contacter l’unité Support en nous envoyant un courrier électronique à l’adresse suivante: info@opengovpartnership.org.

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!