Ignorer la navigation

L'Afrique dans l'OGP: Pourquoi 2015 est une grande année.

Maureen Kariuki|

En 2011, l’Afrique du Sud a rejoint 7 dans d’autres pays pour créer le Open Government Partnership (OGP). Depuis lors, le Ghana, le Libéria, le Kenya, la Tanzanie, la Sierra Leone, le Malawi et, plus récemment, la Tunisie, en tant que pays africains participant au programme OGP, ont rejoint le groupe. Pour chacun de ces pays, la motivation pour rejoindre le partenariat était un désir de rendre leurs gouvernements plus responsables et plus réactifs envers leurs citoyens.

L'enthousiasme initial avec lequel les pays ont cherché à utiliser le PGO pour faire avancer la réforme du gouvernement ouvert dans leur pays semble toutefois s'être estompé. Une tendance inquiétante à la fermeture des espaces civiques dans de nombreux pays africains a été observée. Dans certains pays, des rapports commencent à émerger, alléguant que le gouvernement tente de plus en plus de museler la société civile et les médias dans son pays par le biais de lois, de réglementations et de politiques oppressives. Les activités terroristes croissantes et les menaces de groupes terroristes tels que Boko Haram en Afrique de l'Ouest et Al-Shabaab en Afrique de l’Est représente une autre source de préoccupation pour les États africains. La violence perpétrée par ces groupes a permis de faire passer le discours de la gouvernance dans les États africains de la démocratie et de l'ouverture vers un renforcement de la surveillance et de la sécurité intérieure. Le rythme du changement politique et de la croissance; seulement quelques années éclatantes de soif d'ouverture et d'inclusion; est devenu lent et dans certains pays, le rapport a été inversé.

Cependant, dans 2015, la nécessité de promouvoir une gouvernance transparente et responsable pour répondre aux préoccupations communes en Afrique est de nouveau appelée à occuper une place centrale.

Problèmes de gouvernance sur le continent

Programme de développement post-2015

Débattre de la construction d’un cadre et d’un programme de développement mondiaux au-delà de 2015 et des appels persistants à mettre l’accent sur une gouvernance ouverte, inclusive, responsable et efficace en tant qu’objectif autonome de ce programme reste essentiel dans 2015. Les pays africains participant au programme OGP prêtent déjà leur voix à ce discours. Le groupe de haut niveau composé de personnalités inscrites au programme d'action pour le développement de l'ONU après 2015, sur lequel la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, siège en tant que coprésident; recommandé l'établissement d'un objectif spécifique visant à «assurer la bonne gouvernance et des institutions efficaces» En septembre, le président du Ghana, John Mahama, a co-organisé un événement en marge de la réunion de l'Assemblée générale des Nations unies (AGNU) à New York, intitulée pour la période post-2014, la transparence, la bonne gouvernance et des institutions efficaces sont la base du succès », où il a souligné l’importance de la bonne gouvernance et de la transparence, en particulier pour les pays en développement, dans la mesure où ils avaient besoin de chaque occasion pour améliorer leurs infrastructures et leurs économies.

Flux financiers illicites

Les défis liés à la réalisation des objectifs de développement post-2015 et de ceux spécifiques à l'Afrique sont liés au discours sur le développement sur le continent. Agenda 2063. Ces deux programmes de développement guideront les efforts des pays africains pour parvenir à une croissance inclusive et au développement pour tous. Pourtant, le 2015 rapport de la Commission de l'Union africaine / Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CUA / CEA), un panel de haut niveau sur les flux financiers illicites a révélé que l'Afrique perdait chaque année un milliard de USD par le biais de flux financiers illicites, la corruption jouant un rôle important dans la réalisation de ces flux. Le rapport constate notamment que la transparence est essentielle au succès de la lutte contre les FFI et formule des recommandations spécifiques aux États pour qu'ils s'attaquent aux problèmes structurels plus vastes qui facilitent les FFI sur le continent. Certaines de ces recommandations comprennent la création et le renforcement d’institutions et d’agences gouvernementales indépendantes chargées de la prévention des FFI; et l'institution de mesures de transparence fiscale. En s’attaquant efficacement aux FFI, les pays pourront financer la mise en œuvre des éléments qui permettront d’atteindre leurs objectifs de développement.

Industries d'extraction

Industries d'extraction; un élément clé des programmes de développement et des stratégies économiques de nombreux pays africains; continuera d’attirer l’attention des gouvernements, de la société civile, des citoyens et des investisseurs sur 2015. Avec la découverte continue de nouvelles ressources sur le continent et de la production commerciale à venir, le débat sur les cadres législatifs, les structures de régulation, les capacités et la volonté politique des gouvernements africains de gouverner efficacement et de manière transparente ces industries au profit de leurs citoyens sera permanent. La réunion de Alternative Mining Indaba à Cape Town, Afrique du Sud, en février 2015 en témoigne. Cette réunion a rassemblé diverses parties prenantes de tout le continent pour débattre des effets sociaux de l'exploitation minière et pour exiger la responsabilité, la transparence et la bonne gouvernance afin de garantir que les bénéfices de l'exploitation des ressources naturelles profitent aux populations africaines.

Dans 2015, l’OGP offre encore une fois une plate-forme utile et des possibilités opportunes aux pays africains se positionnant pour commencer à traiter ces problèmes de manière efficace et concrète.

Opportunités OGP

Pays élaborant des plans d'action nationaux (PAN)

Les gouvernements des pays participant à l'OGP élaborent conjointement un plan d'action national (PAN) avec la société civile couvrant une période de deux ans et comprenant un ensemble d'engagements visant à promouvoir la transparence, la responsabilisation, la participation et / ou l'innovation technologique. Dans 2015, cinq des huit pays africains participant au programme OGP doivent soumettre leurs PAN relatifs aux domaines prioritaires de la réforme de la gouvernance dans leur pays (Kenya, Afrique du Sud, Malawi, Ghana et Libéria).

Pour la société civile de ces pays, c’est une occasion utile et opportune de s’asseoir à la table des négociations, en tant que partenaires égaux avec leurs homologues gouvernementaux, afin d’identifier spécifiquement les domaines dans lesquels des réformes sont nécessaires et d’élaborer des engagements concrets et ambitieux pour les mener à bien. Au Ghana, par exemple, l’élaboration du deuxième PAN est une occasion de tirer parti des progrès réalisés en vue de l’adoption d’une loi sur le droit à l’information (RTI); couvrir les engagements et les étapes pour son passage; mais au-delà, son opérationnalisation et sa mise en œuvre. Pour les pays développant leur deuxième PAN comme le Kenya, l’Afrique du Sud, le Libéria et le Ghana; Le processus des PAN permet à la société civile de plaider pour l’élargissement des sujets abordés dans la mise en œuvre des PAN et d’incorporer dans le discours du PGO davantage d’acteurs tels que des institutions de responsabilité indépendantes, le parlement et d’autres organisations de la société civile. Encore une fois, la société civile doit être consciente de cette opportunité et en tirer parti efficacement. Il est également important de noter que la société civile de ces pays devrait commencer à s'organiser et à élaborer une stratégie sur la manière de travailler avec le gouvernement afin de mettre en place un mécanisme permanent permettant à la société civile de soutenir et de fournir des informations en retour sur la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre du PAO.

La direction sud-africaine de l'OGP

En octobre, 2014, le gouvernement de l’Afrique du Sud, a assumé la fonction de coprésident du comité directeur. un poste qu’il occupera jusqu’en octobre 2015, date à laquelle il assumera depuis le Mexique le rôle de président principal de l’OGP. engagé, en tant que coprésident de l'OGP dans 2015, utiliser son rôle de leadership pour «faciliter une plus grande collaboration entre l'OGP, les structures de gouvernance régionales et le système des Nations Unies» et «promouvoir des programmes de communication régionaux significatifs et un dialogue qui responsabilise les gouvernements, la société civile et citoyens »sur le continent.

En tant que coprésident, l’Afrique du Sud a maintenant également l’occasion de prendre la tête de l’élaboration d’un programme pour l’Afrique axé sur le plan stratégique. L’Afrique du Sud et d’autres acteurs africains ont exprimé le besoin d’un tel agenda, qui résonne plus étroitement avec les réformes et initiatives destinées à réaliser les aspirations des pays africains en matière de développement, et appuie leur formulation. n'est pas encore devenu concret.

Réunion régionale africaine

En 2015, la Tanzanie accueillera la deuxième réunion régionale de l'Afrique sur le PGO. Cette réunion réunira des champions de la réforme du gouvernement ouvert de tout le continent pour partager et apprendre des expériences OGP des pays participants. présenter leurs PAN; et d'explorer les possibilités d'amélioration de la performance des pays participants. Au-delà des pays participants à l’OGP, la réunion visera les pays éligibles1 et presque éligible2 Les pays africains poussant à adhérer à l'OGP pour obtenir un soutien. En avril, 2015, avec le soutien des membres du comité directeur de la société civile africaine de l'OGP, organisera une téléconférence panafricaine avec les principales organisations de la société civile qui ont travaillé sur ce projet sur le continent pour discuter de la préparation du la réunion; et partager des mises à jour sur les défis, les opportunités et les stratégies pour la société civile à travers le continent s'engageant dans le PGO.

Nous sommes prêts et déterminés à travailler avec la société civile sur le continent pour soutenir un engagement efficace avec les processus OGP dans leurs pays 2015, en particulier avec l'élaboration de leurs PAN; et attendons avec impatience leur forte participation à la réunion régionale africaine.

1 Angola, Cap-Vert, Éthiopie, Namibie, Nigéria et Ouganda
2 Maroc, Mozambique, Guinée, Niger, Sénégal et Zambie

Crédit photo: Textures grunge gratuites - http://www.freestock.ca via Compfight cc

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!