Ignorer la navigation

Construire un monde pacifique et plus sûr grâce à l'action collective dans la lutte contre la corruption

Hacia un mundo en paz y seguro a través de la lucha colectiva contra la corrupción

par Sanjay Pradhan, Delia Ferreira, Mari Kiviniemi, Ulla Tørnæs
(
Article de blog conjoint du gouvernement du Danemark, de Transparency International, de l'Organisation de coopération et de développement économiques et de l'OGP)

Au cours de l'année dernière, les droits politiques et les libertés civiles dans le monde ont connu une détérioration générale. La montée du populisme, la désinformation, les attaques contre la société civile et l'argent illicite en politique ont alimenté ce déclin à un point tel qu'ils menacent désormais les fondements mêmes de la démocratie dans les pays du monde entier. Un fil conducteur de ces tendances est constitué par les formes nouvelles et anciennes de corruption, qui permettent une mauvaise allocation des fonds publics et la concentration du pouvoir pour réprimer la voix de beaucoup au profit de quelques-uns. En conséquence, nous constatons une insécurité accrue, des menaces pour le développement social et économique et une aggravation des inégalités entre les citoyens du monde entier - les plus vulnérables étant les plus touchés -.

Globalement, les éléments normatifs de la politique mondiale de lutte contre la corruption sont déjà en place. Il en est de même pour un certain nombre de conventions et de plates-formes qui condamnent les pratiques de corruption et identifient des moyens de prévenir, identifier et sanctionner les actes de corruption, notamment la Convention des Nations Unies contre la corruption et la Convention de l'OCDE sur la lutte contre la corruption. Ces engagements sont directement liés aux efforts mondiaux visant à assurer un développement durable et inclusif, ce qui est impossible sans une action cohérente et collective de lutte contre la corruption. C’est pourquoi les objectifs de développement durable (ODD) de l’objectif 16 incluent une reconnaissance explicite de la nécessité de lutter contre la corruption afin de «promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, de donner accès à la justice pour tous et de mettre en place des institutions efficaces, responsables et inclusives». à tous les niveaux". Les ODD ont défini les jalons à franchir. Il est maintenant temps que les gouvernements, la société civile, les entreprises et les institutions internationales s’emploient à les atteindre.

Malgré les progrès réalisés au niveau international, les progrès dans la lutte contre la corruption ont été trop lents. Selon l'Indice de perception de la corruption (IPC) 2017 de Transparency International (TI), de nombreux pays ont fait peu ou pas de progrès pour mettre fin à la corruption. En outre, la corruption transnationale fait rage sans contrôle dans plus de la moitié du commerce mondial, selon le rapport de TI de septembre 2018, Exporting Corruption. L'IPC trouve également un lien entre l'augmentation de la corruption et la détérioration de l'espace civique, en notant que les pays ayant «le moins de protection pour la presse et les organisations non gouvernementales ont également tendance à avoir les pires taux de corruption». La société civile et les citoyens jouent un rôle clé dans le suivi et le soutien de la mise en œuvre des réformes anti-corruption. Si le leadership politique est une condition nécessaire pour faire avancer le programme de lutte contre la corruption, il est tout aussi essentiel de préserver l'espace pour la société civile et les médias.

Dans ce contexte, le gouvernement du Danemark et Transparency International (TI) accueillent la Conférence internationale anti-corruption - l'un des principaux forums mondiaux axés sur la lutte contre la corruption. Cette année, l'IACC souligne le fait que la promotion de la paix et de la sécurité nécessite une action collective et une coopération entre les gouvernements pour lutter contre la corruption. Comme l'ont montré les récents scandales de corruption et les fuites de données, les flux de corruption ne se limitent pas aux frontières nationales. Les efforts du gouvernement du Danemark pour constituer une coalition de gouvernements, de la société civile, d’organisations internationales et d’institutions internationales déterminées à faire progresser le programme de réforme de la lutte contre la corruption arrivent à un moment important. Le CCIA sera l'occasion à la fois de faire le point sur ce qui a été engagé cette année et sur ce qu'il faut faire pour aller au-delà des promesses pour passer à l'action réelle.

C’est là que des partenaires comme le Open Government Partnership (OGP), TI et l’OCDE ont un rôle important à jouer. Les pays OGP travaillent avec la société civile pour prendre des engagements concrets visant à accroître la transparence, la participation et la responsabilisation afin de promouvoir un gouvernement juste, efficace et exempt de corruption. Par exemple, 18% des pays OGP se sont engagés à mettre un terme à la propriété anonyme. L'expérience des pays qui ont mis en œuvre leurs engagements, en particulier le Royaume-Uni et la Slovaquie, a montré que les registres publics, sous format de données ouvertes, permettaient une plus grande interopérabilité et une utilisation accrue par les agences d'investigation, les journalistes et le secteur privé. Il convient également de noter le registre public danois des bénéficiaires effectifs pour son exhaustivité.

Après le Sommet de Londres sur la lutte contre la corruption organisé par 2016, plusieurs membres de l’OGP ont collaboré avec la société civile de leurs pays respectifs et pris des engagements politiques concrets sur la base de la déclaration du Sommet. Celles-ci font l'objet d'un suivi par le mécanisme de reporting indépendant d'OGP, fournissant une responsabilité supplémentaire pour la mise en œuvre et impliquant la société civile.

TI et ses nombreuses sections 100 dans le monde continuent de mener des activités de plaidoyer pour dénoncer les personnes corrompues, demander des comptes aux gouvernements et favoriser les réformes anticorruption. Les chapitres de TI dans le monde entier soutiennent la mise en œuvre d'engagements ambitieux en matière de lutte contre la corruption en collaborant avec les gouvernements OGP pour veiller à ce que ces engagements se traduisent en actes. TI est aussi suivi des progrès dans plusieurs pays, y compris par le biais de «traqueurs de promesses». Les sections de TI en Afghanistan, au Kenya et au Royaume-Uni ont mis au point des plates-formes permettant de faire le point sur les progrès accomplis par leur gouvernement dans la mise en œuvre de réformes concrètes dans le prolongement du Sommet de Londres sur la lutte contre la corruption.

L’OCDE, grâce à ses normes mondiales en matière de lutte contre la corruption et d’intégrité, guide ses pays membres et partenaires dans l’adoption d’une approche pangouvernementale de la lutte contre la corruption et de la promotion de l’intégrité, ainsi que pour la mise en œuvre de stratégies d’intégrité renforçant leurs lois, leurs institutions et leurs politiques afin que: ils sont plus ouverts, justes, inclusifs et transparents. Les normes pertinentes comprennent les recommandations sur l’intégrité publique, les marchés publics, la gouvernance de l’infrastructure et le gouvernement ouvert, la Convention de l’OCDE sur la lutte contre la corruption et le Forum mondial sur la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales. À l’avenir, l’OCDE continuera de travailler avec les pays membres et partenaires et avec les parties prenantes concernées dans le monde entier pour soutenir l’intégrité systémique et les réformes du gouvernement ouvert.

Nous devons continuer à promouvoir l'action collective, en engageant les gouvernements, la société civile, les organisations internationales, le secteur privé et les citoyens à concrétiser leurs promesses. Cette année, l'IACC accueillera un segment de haut niveau de pays et d'organisations internationales, y compris l'OCDE. Il s'agira principalement de fixer des objectifs ambitieux pour lutter ensemble contre la corruption, notamment en promouvant la transparence des bénéficiaires effectifs, y compris la possibilité d'établir des registres publics; et veiller à ce que les données et les documents contractuels publiés répondent aux meilleures pratiques mondiales.

Ce n'est que grâce à un effort de collaboration concerté qui s'étend à l'ensemble des pays, des secteurs et des acteurs que nous pouvons espérer atteindre l'objectif 16 et promouvoir des sociétés inclusives, équitables et pacifiques à travers le monde. Ce n’est que par un monde exempt de corruption que nous pourrons œuvrer pour la paix et la sécurité pour tous. La conférence 2018 IACC à Copenhague est le lieu où la communauté de la gouvernance mondiale et de la lutte contre la corruption discutera de la voie à suivre et de la façon dont nous concrétisons collectivement les promesses.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!